Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Destouches

 | 
Karine Bénac-Giroux

Quatrième partie. Philosophie et quête de soi

Chapitre XIII. La « transcendance du sujet » dans Les Philosophes amoureux ou « la boîte à surprises »

Texte intégral

  • 1 Elle ne connut pas de succès, et Fréron la classe parmi les comédies les moins heureuses de Destou (...)

1Cette comédie, représentée en 17291 met en scène deux philosophes confrontés à l’amour : Damis et Léandre, tous deux amoureux, tous deux désireux de vaincre leur passion. L’un y succombera (Damis épouse la savante Arténice), l’autre la refusera à l’issue de plusieurs péripéties : Léandre, apprenant que la belle, mais mondaine et très intéressée Clarice aime son frère, renonce au mariage et à ses biens en faveur des deux jeunes gens.

  • 2 La comédie à l’âge classique, Paris, Belin, 1997, p. 301.
  • 3 Comparant les hommes à ces nombres que les mathématiciens nomment « transcendants », « inépuisable (...)

2La pièce appartient à la seconde veine de Destouches, selon Michel Gilot et Jean Serroy, veine dans laquelle Destouches se targue « de marcher sur les traces “de l’incomparable Molière” » et de « corriger les mœurs, de tomber sur le ridicule, de décrier le vice2. » Cependant, comme nous l’avons indiqué plus haut, une telle définition de la comédie ne suffit pas à en représenter les paris, les défis ou les enjeux. En optant pour une dramaturgie expérimentale de l’éthique, donc de l’exploration du sujet, nous nous proposons d’étudier comment, dans cette comédie, le sujet découvre sa propre « transcendance », au sens très « sécularisé » que lui donne Jean-François Malherbe3.

  • 4 « Ses philosophes continuent de répondre à la définition morale dont l’Académie française avait do (...)
  • 5 L. Van Delft, Littérature et anthropologie, op. cit., p. 132.

3Dans la lignée de cette hypothèse et en nous fondant sur une analyse précise des méandres de l’intrigue, des dialogues, des relations interpersonnelles et des échanges d’identité, nous supposerons par conséquent que l’originalité de Destouches consiste à avoir exploité une figure traditionnelle, celle du philosophe-moraliste4, au service d’une représentation du sujet d’un type nouveau, marqué par des tiraillements, des hésitations permanentes, des désirs antagoniques ainsi que le surgissement d’un « autre moi qui nous habite, qui nous possède, ce moi nocturne, insondable, insaisissable5 ».

4Il s’agira donc de penser une nouvelle subjectivation qui, confrontée à la déconstruction de tous ses repères et à la force de la passion et de la sensibilité se construirait, à la faveur de l’action dramatique et de « l’expérience pratique. »

5Dès les commencements de la pièce, les deux amis philosophes se présentent initialement en ces termes :

  • 6 I, II. Vers dont Françoise Rubellin indique qu’ils ont été rajoutés ultérieurement par Destouches (...)

Damis
Nous laissons disputer Descartes et Newton,
Et nous étudions Epictète, Platon,
Sénèque. La morale est notre objet unique,
Notre savoir consiste à la mettre en pratique6
[…].

6La première tension qui se dessine ici, est celle qui met en scène des philosophes stoïciens décidés à rester à l’écart de la cité et à maîtriser leurs passions, à l’égal des philosophes antiques cités (Épictète, Sénèque) alors même qu’ils avoueront un peu plus loin être épris d’Arténice et de Clarice. Ils refusent de lire les philosophes à la mode (Descartes, Newton) au profit des Anciens, des philosophes de l’antiquité.

7Nous supposerons alors qu’incarnant l’ancien dans un monde nouveau, Léandre et Damis représenteraient dans cette comédie une figure obsolète et impossible du philosophe. De fait, ce que la comédie va mettre en scène, c’est l’éclatement d’une telle figure, la nécessaire rencontre du sujet avec le monde et l’autre, et les effets qui en résultent sur l’identité du sujet. Cette rencontre avec l’autre se manifeste dès le début de l’action. L’intrigue est la suivante : le père de Léandre souhaite marier son fils à la fille de son riche ami Polémon, Clarice. Celle-ci ainsi que sa cousine Arténice ne tardent pas à leur rendre visite. Damis reconnaît aimer Arténice mais déclarer vouloir lui résister ; Léandre lui, reconnaît avoir succombé aux charmes de Clarice et déclare qu’il va tenter de résister également. Ainsi, sa philosophie va plus apparaître comme un obstacle au bonheur que comme le moyen de rencontrer l’autre, d’autant que non seulement Léandre hésite à s’engager dans cet amour envers Clarice, mais qu’en outre il veut lui faire épouser sa conception méditative et solitaire de l’existence, cependant qu’elle- même traverse la pièce de sa coquetterie et de sa légèreté.

8Son désir de choisir une épouse qui adopte intégralement son mode de vie et renonce totalement au sien propre est un leitmotiv qui traverse toute l’action dramatique, à compter même de la première rencontre entre les deux jeunes gens (II, IV). Léandre et Clarice s’y affrontent ; Clarice défend la conception du mariage à la mode (chacun vit sa vie, chacun est libre), tandis que Léandre défend la sienne :

  • 7 II, iv, p. 222-224.

Clarice.
Nous n’irons point au Cours, point à la Comédie,
À l’Opéra ?
Léandre.
Jamais.
Clarice.
Je passerai ma vie
À vous contempler ?
Léandre.
Oui.
Clarice.
Le joli passe-temps !
Vous me promettez là d’agréables instants !
[…]
Léandre.
Je serai tout à vous, vous serez toute à moi,
Car je veux que ma femme aime ma solitude.
Nous y vivrons sans trouble et sans inquiétude,
Et nous nous y ferons cent plaisirs innocents7.

  • 8 « Ce “Préjugé à la mode” était déjà largement exploité au théâtre, et d’Allainval s’était taillé u (...)

9Léandre refuse le « préjugé à la mode8 » qui veut qu’un mari n’aime pas sa femme. Mais il cherche aussi, ici, en ne faisant aucune concession, à voir Clarice telle qu’elle est tout en se montrant lui-même tel qu’il est.

  • 9 « […]
    Comment pourrai-je donc éviter ma défaite ?
    Il faudra batailler. J’ai goûté la retraite,
    Opposo (...)

10Une source de comique évidente naît donc de ce dialogue pratiquement absurde : de fait, Léandre expose à Clarice sa future vie en sachant qu’elle ne peut que lui déplaire. L’explication se trouve dans le monologue qui ouvre l’acte II. Léandre y décide de faire éclater les défauts de Clarice afin de se guérir de son amour pour elle9.

  • 10 « Présentation des Philosophes amoureux », op. cit., p. 11.

11Certes il y a des similitudes ici entre Alceste et Léandre. Nous avons affaire au même type de comportement contradictoire qui pousse l’homme le plus ennemi de la coquetterie vers la femme incarnant ce « défaut ». Françoise Rubellin souligne où réside la divergence entre les deux personnages : « Cependant la différence majeure est annoncée par l’affirmation du philosophe : “Pour moi je fuis le monde, et je ne le hais pas10.” » Une telle revendication est centrale, selon nous : elle suggère clairement combien le comportement de Léandre n’est pas figé, combien il ne se fonde pas sur une haine, donc une passion unique et combien il est susceptible, en conséquence, d’une mobilité que nous analyserons tout au long de l’action dramatique. Cette fuite même peut être comprise aussi bien comme une réelle aspiration à la sagesse que comme un détour de l’amour-propre cherchant à se protéger.

12Il avoue ainsi lui-même que sa retraite initiale était une fuite devant Clarice. Préservation de toute blessure narcissique, refus de l’engagement, la retraite prétendument stoïcienne était un moyen de ne pas affronter le réel, le sentiment amoureux et surtout le risque de n’être pas aimé, de préserver en conséquence cet amour de soi qui ne cesse d’œuvrer souterrainement contre l’amour :

  • 11 I, v, p. 40.

Et moi, piqué de voir que sur ma passion
L’ingrate témoignât si peu d’attention,
Je cherchai le secours d’une prompte retraite,
Et la fuite empêcha mon entière défaite.
Sans l’absence, je sens que j’aurais succombé ;
Jugez dans quel péril me voilà retombé11.

13L’obstacle, en ce sens, apparaît bien intérieur : le philosophe refusant d’aimer par amour-propre, crainte de non-réciprocité, cherchant de plus à imposer sa vision du monde à sa future femme, ne saurait gagner son cœur.

14L’arrivée de son frère, Clitandre, inaugure la série des déconvenues. Celui-ci est le pendant de Clarice : petit-maître, homme à la mode, spirituel et superficiel, préoccupé de jeux et de sorties. Dès la première rencontre, Clarice et Clitandre se moquent du jeune philosophe, le confrontant à une représentation de soi qui le blesse et provoque jalousie et colère.

  • 12 Françoise Rubellin indique ici en note, sur cet alexandrin : « Le rythme de l’alexandrin implique (...)
  • 13 II, vii, p. 70.

Clarice
[…]
À Clitandre
À Propos de raison, ne suis-je pas heureuse ?
Vous ne le croiriez pas ; on veut me marier
À monsieur.
Clitandre.
Oh ! cela ne se peut pas payer.
Vous, sa femme ! parbleu, l’idée est trop plaisante !
Clarice.
Vous m’y faites songer, elle est divertissante.
Clitandre.
Rions-en donc tous deux.
[…]
Ils rient tous deux démesurément.
Clitandre.
Ils radotent, ma foi. Les gens de son étoffe…
Clarice.
Mais nous importunons monsieur le philosophe :
Allons rire à l’écart, et laissons-le en repos12.
Ils sortent en riant13.

  • 14 Trévoux 1743-1752 : « Philosophe, se dit aussi d’un esprit ferme, & élevé au-dessus des autres ; q (...)

15Léandre est devenu l’objet du rire et du ridicule. Parlant de lui à la non- personne, annulant sa présence, Clarice et Clitandre lui servent de miroir dans la prise de conscience de l’image qu’il peut donner de soi aux autres : un philosophe extrême, méprisant vis-à-vis du monde. Mais nous assistons aussi à une prise de conscience de son insatisfaction et d’une colère bien opposée ici aux définitions du philosophe que proposent les dictionnaires du xviiie siècle14 : la supériorité du frère cadet complice de Clarice éclate.

  • 15 II, viii, p. 71.

Léandre, seul.
Je devrais mépriser de semblables propos,
Et je sens cependant que je suis en colère,
Outré contre Clarice, et jaloux de mon frère…
Ô ciel ! En quel état je suis en ce moment15 !

  • 16 Le constat de cette surprise auquel Léandre se livre devant son ami Damis insiste d’ailleurs sur l (...)

16Cette exclamation marque un point de non-retour dans la construction du sujet. L’opposition entre le conditionnel et le présent indique l’agitation intérieure, la perte de la certitude et de la maîtrise, l’exacerbation des passions. Ce moment d’incertitude et d’égarement indique déjà combien le personnage se surprend lui-même16 par l’intensité des sentiments antagoniques rencontrés. Provoqué par la rivalité fraternelle, cet instant de questionnement marque bien un revirement de situation dans lequel triomphent la jalousie, la frustration.

  • 17 Dumarsais, article « Philosophe », Encyclopédie, cité par Micèle Bokobza-Kahan, « Mutations cultur (...)

17En effet, à partir de ce moment, que fait Léandre ? Il a recours à la feinte, au mensonge : il imagine d’abord de feindre d’aimer Arténice, puis de se déguiser en petit-maître, sur le modèle de son frère. Ainsi nous voyons comment il s’éloigne totalement de l’« honnête homme qui agit en tout par raison17 ». À partir de ce moment, chaque acte est marqué par un accroissement de la feinte et du jeu de masque : le philosophe ayant soi-disant renoncé aux « vanités du monde » décide au fond de s’en accommoder, sa propre vanité l’incitant finalement à jouer le jeu du monde et à endosser un masque alors même qu’il clamait son authenticité, son refus de toute compromission dans le monde.

18En même temps, ce choix du masque est aussi la preuve que Léandre ne s’identifie plus tout à fait à son identité première, celle de philosophe et qu’il accepte déjà davantage sa mobilité interne. La feinte est aussi manifestation de l’abandon de l’identité première de philosophe qui était peut-être, selon l’expression de Jean-François Malherbe, un premier masque.

  • 18 Discours 3, chapitre 5, « Des forces qui agissent sur notre âme », p. 262.

19La pièce est aussi parfaitement de son siècle : elle rappelle l’impossibilité d’échapper aux passions et l’aiguillon interne agitant l’individu qui, selon Helvétius est mu « par deux sortes de forces qui contrebalancent en lui celles de la paresse et de l’inertie, et qui lui sont communiquées l’une par les passions, et l’autre par la haine de l’ennui18 ».

  • 19 « Ce sont nos masques qui nous lient à nos semblables dans la mascarade. Nous devons donc nous att (...)

20Ce qui est en jeu dans le passage par le masque et l’identité d’emprunt, preuve que la dramaturgie de Destouches est bien elle aussi expérimentale, c’est la constitution d’une identité personnelle qui ne se fonde plus seulement sur la conscience de soi, comme le revendiquait John Locke, mais également sur l’expérience des passions, l’imagination et l’intersubjectivité. En effet sans la relation à l’autre et notamment sans l’amitié19, où s’expérimente le travail des masques et celui de la souffrance, pas de progression du personnage ni de travail de la « surprenance ».

21Feignant tout d’abord de choisir un autre objet d’amour, Léandre construit dans son discours une image blessante de Clarice, qui est le pendant de l’image que lui avaient renvoyée de lui-même les deux mondains.

  • 20 III, v, p. 94.

Clarice, à Arténice
Vous, par exemple, vous, vous êtes fort jolie,
Mais vous avez des traits qui n’ont point de saillie.
Il vous manque les dons que l’on doit rassembler.
Léandre, à Clarice
Il ne vous manque, à vous, que de lui ressembler.
[…]
À Arténice
Si je vous louais moins, je croirais faire un crime.
En inspirant l’amour, vous inspirez l’estime ;
Au lieu que nous voyons cent belles chaque jour,
Qui détruisent l’estime en inspirant l’amour20.

22Nous sommes désormais aux antipodes ici de l’attitude stoïcienne. Le moraliste s’engage dans l’action et dans le monde par le biais du masque ainsi que d’une parole spirituelle qui le transforme déjà. Léandre n’est pas encore le mondain qu’il va devenir, mais plus du tout le philosophe initial : notons qu’il possède, pour un philosophe prônant le retrait du monde, une très bonne connaissance de la psychologie féminine !

  • 21 Ce que souligne aussi Michèle Bokobza-Kahan au sujet de L’Homme singulier : « Pourtant, au fil des (...)

23La structure de la comédie souligne de ce fait la quête de soi du philosophe, et la nécessité d’en passer par le masque et l’identité d’emprunt, donc par l’identité fictive pour trouver l’identité cherchée21. Ce que manifeste la feinte au grand jour, c’est l’absence d’unité, le dilemme du sujet tiraillé entre plusieurs désirs : le désir de rester fidèle à une certaine identité (le stoïcien), mais aussi le désir de susciter la jalousie de Clarice, désir de briller dans la conversation, désir aussi de donner la réplique à Clarice.

  • 22 Nous renvoyons ici à notre article « Désir et maîtrise dans Le préjugé vaincu de Marivaux », Litté (...)

24En outre, la feinte constitue le meilleur moyen d’assouvir les désirs inavouables. En effet, elle permet, en utilisant une autre identité, de ne pas risquer une trop grande blessure narcissique. L’imagination protège l’amour-propre. C’est aussi un thème très fréquent des comédies marivaudiennes22.

25Léandre choisit ainsi dans un second temps de se déguiser en petit-maître, de prendre le ton et les manières du monde ou, autrement dit, de son frère, afin d’éprouver Clarice et de savoir si elle l’aimera davantage sous cette identité. Léandre précise son idée en ces termes, devant son père :

  • 23 IV, ii, p. 107.

Léandre
[…]
Comme elle n’a pour moi que mépris et froideur,
Je veux, prenant les airs qu’un petit-maître étale,
Voir si c’est moi qu’on hait, ou si c’est ma morale23.

26On pourrait imaginer ici que son raisonnement – vouloir se prouver que Clarice n’aime qu’un masque –, cache la réalité de son désir : prendre la place de son frère, qui plaît à Clarice. Choisir de se vêtir et de parler comme son frère n’est donc pas innocent. Le choix de la simulation est aussi aveu de la rivalité et désir d’évincer l’autre, de se substituer à lui. La feinte peut être comprise ici comme la manifestation d’un désir inconscient, preuve que le texte travaille en sourdine sur les soubassements de ce moi si incertain.

  • 24 « Et si on m’aime pour mon jugement, pour ma mémoire, m’aime-t-on moi ? Non, car je puis perdre ce (...)

27À partir de ce moment, Léandre dissocie son identité personnelle de celle de philosophe : d’un côté « moi », de l’autre « ma morale ». Mais qui est vraiment Léandre, justement ? Un philosophe et qui plus est amoureux, serions-nous tentés de répondre d’après le titre. Or ici, Léandre dissocie justement son « moi » de son « être-philosophe ». La réminiscence pascalienne24 indique la scission qui marque le sujet (il est amoureux et philosophe), son indécision quant à son être : c’est enfin à une véritable quête du « moi » que nous assistons.

28Le « moi » n’est pas identifié à la « morale » : Léandre quitte donc son identité de philosophe, qui apparaît bien comme une identité d’emprunt, de façade, un masque. Il situe ailleurs son identité. Comment comprendre alors le « moi » dont Léandre clame l’existence ? Quel est-il ? C’est sans doute cette comédie de Destouches qui permet le mieux d’en cerner les contours.

  • 25 Ce qui converge d’ailleurs avec la philosophie de Hume prônant un « devenir-sujet » se construisan (...)

29Ce moi peut-être ici compris comme existence d’un sujet marqué par le désir et par conséquent le corps. Il s’agirait ici d’un sujet assujetti à sa philosophie et qui, sous l’effet de la passion, cesserait de s’identifier à l’identité de philosophe : d’où la modification de son comportement, de son être au monde. Se costumant en petit-maître, il accepte au fond de susciter le désir. En effet, s’habiller et parler comme son frère signifie aussi se mettre en valeur, sur le plan du corps et du langage25.

30Il dissocie donc désormais son identité personnelle de sujet désirant et ouvert au monde par le corps, de son goût pour la philosophie. Le « moi » et la « morale » font deux. Le sujet s’affirme désormais scindé, il ne s’identifie plus à la sagesse. Cette scission s’accompagne d’une prise en compte de l’altérité : de l’altérité de l’autre, puisqu’il accepte l’idée que Clarice puisse avoir d’autres sentiments pour lui et de sa propre altérité, puisqu’il accepte l’idée de se présenter comme autre. Les réactions de ses amis prouvent d’ailleurs le succès de la métamorphose :

  • 26 IV, vii, 116.

Araminte.
Dans son appartement je viens de le surprendre,
Mettant un riche habit, et devant un miroir,
Paraissant enchanté du plaisir de se voir ;
Affectant le maintien d’un jeune petit-maître,
Et fait à ne pouvoir jamais le reconnaître. […]
Il gronde un petit air, il se balance, il rit ;
Entouré de valets il plaisante, il badine ;
Il leur demande à tous s’il n’a pas bonne mine,
Et beaucoup meilleur air qu’il n’avait autrefois.
Enfin il a changé jusqu’au son de sa voix26.

31Cette description met en valeur le succès total, complet, de la métamorphose, succès qui n’est pas anodin : si la réussite du personnage est aussi totale, c’est peut-être qu’il est un excellent comédien, ou bien tout simplement que le sujet se reconnaît dans ce nouveau moi. Plus loin, le monologue de Léandre qui précède la rencontre avec Clarice souligne avec force que les motifs du personnage lui échappent, qu’il se surprend lui-même à espérer être aimé sous cette apparence :

  • 27 V, ix, p. 119.

Léandre, seul.
[…]
Clarice, désormais, doit me trouver parfait,
Et mon projet, sans doute, aura son plein effet.
Quel plaisir ! Quel plaisir ? Où tend mon entreprise ?
N’est-ce point de l’amour une adroite surprise ?
Tous mes vœux sont de plaire. Et si je plais, mon cœur
Sera-t-il insensible à ce succès flatteur ?
Je m’en forme déjà la plus charmante idée,
D’un espoir séduisant mon âme est possédée ;
Elle ne pense plus que mon déguisement,
Qui choque ma raison, ne tend uniquement
Qu’à la venger des traits qu’on a lancés contre elle27.
[…]

  • 28 Dont on se souvient de l’impact sur l’individu pour Helvétius, selon qui « […] l’habitude nous ren (...)

32La deuxième scène de rencontre entre Léandre et Clarice marque un renversement complet de l’intrigue, de la relation à l’autre et peut-être aussi de l’identité personnelle. Cette scène fondamentale fait se rencontrer les nouveaux amants et consacre la réussite de Léandre qui se présente sous une tout autre apparence : durant un court instant, chacun est autre pour l’autre, chacun est un mystère pour celui qui croyait le connaître. Les didascalies indiquent d’ailleurs le ravissement procédant de la surprise28 :

  • 29 IV, x, p. 120-121. Françoise Rubellin insiste ici, à juste titre, sur le très haut comique de ce p (...)

Léandre prend un air vif et étourdi, et fait plusieurs révérences à Clarice, qui entre d’un air composé, et qui lui répond par des révérences modestes. Il se considèrent quelque temps sans parler, et avec surprise.
Clarice, à part.
Sa figure m’étonne et ce n’est plus lui-même.
Léandre, à part.
Quel air grave et sensé ! ma surprise est extrême !
[Haut.]
Madame… vous voyez l’effet de vos appas.
Clarice.
Si c’en est un effet, je ne l’attendais pas.
Mes yeux me trompent-ils ? Quelle métamorphose !
Léandre.
L’amour que j’ai pour vous en est l’unique cause.
Son excès vous plaira, je me le suis promis.
Clarice.
Est-ce bien vous, Léandre ? Et que dira Damis ?
Léandre
Sa morale, entre nous, me devient insipide,
Qu’il en murmure, ou non, vous serez mon seul guide.
La raison, jusqu’ici, m’avait tyrannisé,
Mais de ses faux attraits je suis désabusé.
Clarice, vivement
Je vous trouve en effet…
Reprenant l’air sérieux.
Quand je vous envisage,
Je vois que, malgré vous, vous serez toujours sage29.

33Les didascalies indiquent combien les sentiments de Clarice lui échappent et combien elle doit faire effort pour les dissimuler et contrefaire l’indifférence. Quant à la question « Est-ce bien vous, Léandre ? », elle suppose la stupéfaction et l’émerveillement devant la métamorphose du jeune homme, dont la tenue vestimentaire et la gestuelle modifient totalement l’aspect. Ce questionnement sur l’identité culmine avec l’aparté de Clarice, qui révèle l’émergence de sentiments nouveaux, conformes à la logique développée par Helvétius. De la surprise naît le plaisir d’être avec l’autre, la découverte de ses qualités :

  • 30 IV, x, p. 122.

Clarice
Je ne sais où j’en suis. Sous sa forme nouvelle,
Il a des agréments qui font que je chancelle,
Et que je ne puis plus deviner désormais
S’il ment, ou s’il dit vrai ; si je l’aime ou le hais30.

34Le paradoxe vient du fait que lorsque chacun feint, chacun trouve en l’autre une image qui le séduit. C’est là une vérité de l’autre qui se montre à son insu, ces « agréments » qui font chanceler Clarice sont forcément d’ordre charnel. C’est le moment de la comédie où tout pourrait basculer, le moment où il n’y a plus de vérité, plus de certitude.

  • 31 V, ii, p. 102 :
    « Polémon.
    Que votre fille, au moins jusques au mariage,
    Prenne un air plus sensé, pl (...)

35Cependant, les jeunes gens ne sont pas seuls en cause. Polémon, le père de Léandre, à demandé à Lysidor de convaincre sa fille de feindre de la complaisance envers Léandre jusqu’au mariage31. Ensuite, inquiet quant à la démarche de son fils, le père de Léandre l’a trahi : il a expliqué au père de Clarice que Léandre allait chercher à plaire à la jeune fille.

  • 32 P. 110.
    « Lysidor.
    Hum ! Encore une fois, son projet me surprend,
    Et je crois entrevoir le piège qu’i (...)
  • 33 IV, x, p. 122.

36Au plaisir de la surprise, voire de la « surprenance » auquel se livrait peu à peu Léandre, vient se substituer le schéma de la farce : tel est pris qui croyait prendre. Clarice avait appris avant cette scène que le jeune homme chercherait à l’abuser (IV, iii32). De ce fait, elle se méfie et, pour savoir le fin mot de l’histoire, elle inverse la situation, prenant le philosophe amoureux à son propre jeu. Jouant à adhérer au désir de Léandre, elle tente de le percer à jour (« Il me prend par mon faible, et je connais le sien,/Attaquons-le par-là, je ne risquerai rien33.) et finit par le démasquer. Feignant d’être méprisée, elle le pousse à reprendre son ancienne identité.

  • 34 IV, x, p. 125.

Clarice
Je vois jusqu’à quel point vous avez pris le change.
Vous croyez me charmer, et loin de me flatter,
Les airs que vous prenez ne font que m’insulter.
Quoi, sérieusement, vous me croyez donc folle ?
[…] Bannissez le mystère,
Et rentrez, croyez-moi, dans votre caractère.
Léandre.
Eh bien, j’y vais rentrer, puisque vous le voulez.
Le cœur me dit encor que vous dissimulez,
Mais le masque me pèse, et m’est insupportable.
Si vous pouvez aimer un mari raisonnable.
Le dirai-je, grand Dieu ?… je vous offre ma foi.
Mais ce n’est qu’à ce prix qu’on dispose de moi.
Espérer me changer, c’est une vaine attente.
Clarice, à part.
Fourbe, je te démasque, et me voilà contente :
Tu voulais me tromper, et je te tromperai.
À Léandre
Je ferai mon bonheur de vivre à votre gré34.

37À partir de ce moment, Clarice feint d’être devenue sage et philosophe et de consentir à tout, elle mène le jeu, par intérêt.

38Ainsi, cette comédie de Destouches est comme orientée par deux visées : d’un côté l’intrigue propose une réflexion du personnage sur soi-même et l’obstacle intérieur qui l’habite, sa rencontre avec ses passions et la possibilité d’être surpris par soi-même : en cela nous pourrions dire qu’elle est véritablement moderne et noue des liens avec la comédie marivaudienne où l’individu ne cesse de s’échapper à soi-même ; d’un autre côté elle maintient un obstacle extérieur, le père. Le rôle du père fausse la donne. Il ne permet pas que l’illusion, que le masque crée un nouveau type de relation. Celle-ci commençait juste à s’installer lorsque Clarice menace Léandre de lui retirer son amour et lui extorque des aveux.

39Chacun demeure donc finalement enfermé dans son identité et surtout, Clarice triomphe de Léandre, le persuadant qu’elle l’aime tel qu’il est et qu’elle est prête désormais à adopter son mode de vie, suivant en tous points les conseils de son père.

40Nous devons pourtant souligner avec insistance que ce moment aurait pu tout faire basculer, comme le prouve la tirade de Clarice à son père un peu plus loin :

  • 35 V, i, p. 127-128.

Clarice
Si de sa solitude on pouvait l’arracher,
S’il était vraiment tel qu’il voulait le paraître,
Je crois que de mon cœur il se rendrait le maître.
Sa figure nouvelle avait mille agréments,
Soutenus par des airs et des discours charmants.
[…]
En me prenant pour femme, il prenait une reine,
Que de ses volontés il rendait souveraine ;
Jamais piège ne fut tendu plus finement,
Et j’allais y donner assez étourdiment,
Lorsque de vos leçons je me suis souvenue35
[…]

  • 36 René Démoris, « Le Père en jeu chez Marivaux », Op. cit., n° 7, 1996, p. 132.

41Les intérêts des deux personnages ne peuvent se rencontrer, car ils ne sont pas symétriques. On a là une situation inversée par rapport à une comédie qui viendra l’année d’après, Le Jeu de l’amour et du hasard. Dans celle-ci les pères gardent le silence pour « élaborer la fiction où les deux jeunes gens croiront vivre le grand amour36 ». La structure binaire que René Démoris a fait émerger de cette comédie de Marivaux, où le père manipule entièrement les jeunes gens se croyant soumis au hasard d’une rencontre extraordinaire se retrouve en somme, sauf que dans la mesure où l’un des pères a rangé son enfant de son côté il l’a extraite de toute possibilité d’être séduite entièrement par l’effet de surprise, qui commençait pourtant à opérer.

42Dans Les Philosophes amoureux, si le père de Léandre ne dévoile rien à celui-ci et encourage ainsi son fils à croire en l’authenticité d’une Clarice devenue prude, le père de Clarice, en revanche, la prévenant du double jeu de Léandre, l’encourage d’une part à redoubler de dissimulation et, d’autre part, à ne jamais oublier l’enjeu fondamental selon lui, l’argent.

  • 37 V, i, p. 129.

Lysidor.
Il ne s’agit pas de chose indifférente,
Mais de joindre à tes biens cent mille francs de rente.
Cent mille francs de rente ! Avec ce supplément,
L’homme le moins aimable est un homme charmant.
Clarice.
Cela me tente fort, il faut que je l’avoue37.

  • 38 Lysimon l’affirme d’ailleurs sans ambages :
    « Si j’en connaissais un plus riche que Léandre,
    Je le p (...)

43Voici donc reparaître l’intérêt personnel dont nous avons pu, tout au long des comédies de Destouches rencontrées, analyser les différents avatars38. L’intervention du père a donc fait échouer la seule vraie rencontre possible cependant que nous avons pu assister à l’affrontement entre plaisir de la surprise et sauvegarde de l’intérêt personnel.

44Pourtant, chacun découvre en l’autre un nouveau visage, une nouvelle facette. Le problème est qu’à cause de l’intervention du père, cette facette qui plaît apparaît comme un masque (la transformation de Clitandre en galant homme est perçue in fine comme un « piège ») alors même qu’elle dévoilait peut-être véritablement quelque chose de l’autre, à en juger par l’émoi de Clarice.

  • 39 Nous renvoyons de nouveau ici à l’analyse de René Démoris dans « Le Père en jeu chez Marivaux », a (...)

45Chacun est charmé, au fond, mais aucun des deux ne peut véritablement rencontrer l’autre puisque chacun cherche à mettre l’autre à l’épreuve. Léandre cherche à éprouver Clarice, qui l’éprouvant également le démasque, tout en restant elle-même voilée. Du coup le jeune homme ne cesse d’éprouver une femme masquée, le redoublement du masque est ici vertigineux et toute vérité impossible39.

46De son côté donc, Léandre semble démasqué et rendu à son identité de philosophe stoïcien, mais le « moi » qui a émergé le temps de quelques scènes a manifesté son existence à l’intérieur du dialogue et de la relation amoureuse. L’apprenti philosophe est donc un sujet à double facette, oscillant entre la conscience de soi en tant que philosophe supposant le désir de respecter cette identité et l’émergence d’un moi, dont on ne sait pas ce que la notion recouvre, mais qui suppose la rencontre de l’autre dans le langage pour venir au jour ; un moi insituable, né de l’entrelacs de l’imagination, de la sensibilité et de l’intersubjectivité. Tel est le dilemme de Léandre, pris entre la représentation de soi comme philosophe supposant la maîtrise des passions et représentation moderne de l’individu en quête de soi et acceptant de se réinventer à chaque instant. Ce dilemme prendra tout son sens à la fin de la comédie.

47L’action trouve, de fait, son achèvement avec le coup de théâtre final : Clitandre, découvrant que son frère souhaitait le faire hériter et ne le fera pas, révèle à Léandre que Clarice ne l’aime pas, ce qui inverse le cours de l’intrigue :

  • 40 V, vi, p. 140.

Clitandre, après avoir un peu rêvé.
[…]
Privez-moi de vos dons, vous me faites justice ;
Mais ne comptez pas trop sur le cœur de Clarice ;
Elle vous promet tout ; vous verrez quelque jour
Que son intérêt seul a produit ce retour.
Recevez cet avis de ma reconnaissance,
Et vengez-vous de moi par une autre alliance.
Adieu40.

  • 41 V, vii, p. 140.

48C’est cette péripétie finale qui assure le dénouement de la pièce, et le devenir du sujet : « Quel coup de foudre il vient de me lancer !/Croirai-je ce qu’il dit41 ? » Léandre à ces mots opère un retour de l’intériorité à l’extériorité, du travail de l’imagination à la présence dérangeante du réel, du sentiment amoureux à la conscience de l’altérité. Le dialogue semble donc avoir constitué un moment de vérité : son frère lui a rendu explicite la conduite de Clarice.

49Remarquons malgré tout que Clitandre ne détient aucunement, ici, la vérité. Il n’a jamais pris en compte le moment d’égarement des deux personnages et l’avis qu’il donne est forcément partiel. Son regard est lui-même aveuglé, ce que ne peut constater un spectateur qui, pour reprendre la belle formule de Jean-Paul Sermain, « prend le personnage par-derrière ». En réalité, le spectateur est conduit à admettre que l’aveuglement, dans cette comédie, est généralisé. Clarice se range aux vues de son père malgré la tentation qui l’a habitée, Léandre accepte sans discuter l’avis de son frère qui n’a pas assisté à la rencontre, les pères ont forcé Clarice à feindre la prude si bien qu’elle n’a pu laisser faire le travail de la surprise, Arténice avoue aimer Léandre et pourtant accepte Damis… Rien n’est clair dans cette intrigue, excepté le désir des pères de voir les enfants s’épouser, héritage de la comédie moliéresque dans une pièce qui tient pour partie de l’esthétique classique mais qui ouvre bien la voie à une conception empirique de la comédie où les errances de l’individu passionné sont métaphorisées par celles de l’action dramatique.

  • 42 « […] s’ils [les philosophes] eussent voulu se former de la vertu une idée purement abstraite et i (...)

50À ce moment se dessine le second dilemme du philosophe : Léandre peut épouser en pensant qu’on l’épouse par intérêt, ou renoncer. C’est ici qu’il paraît trouver sa grandeur morale dans le sens où, choisissant librement l’intérêt général, il devient l’incarnation de la vertu définie par Helvétius42 et force ainsi l’admiration de tous :

  • 43 V, 10, p. 149.

Léandre.
Je confirme mon offre, et vous donne Clitandre.
Il peut prétendre à vous, et cet acte fait foi
Que je renonce aux droits que me donne la loi.
Tout ce que je possède, et tout ce que j’espère,
En vertu du même acte, est remis à mon frère43.
[…]

51Est ainsi représenté, dans cette comédie, un sujet qui se croit esprit (philosophe), et se découvre corps désirant (amoureux) et dont la posture de philosophe acquiert peut-être une véritable épaisseur dans ce passage par le désir et le dilemme, qui l’instituent véritablement comme sujet, du point de vue de l’éthique critique, dans la mesure où il a accepté que soi-même comme l’autre constituent une « boîte à surprises » d’où toute vérité soit impossible à conclure.

  • 44 Cf. la Présentation de la pièce par Françoise Rubellin, p. 11 : « Pour faire de Léandre un personn (...)
  • 45 Discours 1, chapitre 3, « De l’ignorance » : « Nous nous trompons, lorsqu’entraînés par une passio (...)

52On le voit, l’originalité de Destouches consiste à avoir exploité la figure traditionnelle du philosophe-moraliste en la débarrassant des préjugés habituels sans doute44, mais également en en montrant les limites très humaines : sous l’emprise de la passion le philosophe ayant recours au mensonge et à la fiction prouve que sa véritable identité est à chercher ailleurs que dans l’identité (le masque) revendiquée, construite au sein du langage : la comédie nous invite, conformément à la philosophie de Helvétius, à ne pas nous laisser emporter par nos passions en considérant les choses sous un seul angle, au risque d’ignorer absolument de quoi il est question45.

53Nous observons ainsi un sujet d’un type nouveau dont les déchirements internes évoquent sourdement ceux des personnages marivaudiens. En outre, l’usage du travestissement permet aussi de rapprocher implicitement les deux dramaturges. Lorsque Léandre se costume pour avoir une chance d’être aimé de Clarice en étant perçu autrement que sous les traits d’un philosophe détesté, en laissant surgir ce qu’il nomme son moi, que fait-il d’autre que ne fasse aussi le prince de La Double inconstance (1723), qui cache son identité afin que Silvia puisse s’intéresser à lui et non le rejeter sous l’identité du Prince qu’elle déteste ?

  • 46 E. Russo, La cour et la ville au siècle des Lumières, op. cit., p. 133 : « Au fur et à mesure que (...)

54L’action dramaturgique devient de la sorte un lieu d’expérimentation du moi. Tiraillé entre une identité fondée sur la conscience de soi (héritière probable de la philosophie de John Locke), et l’émergence d’un moi inconnu à la faveur du dialogue, de la rivalité fraternelle et du sentiment amoureux, le personnage de Destouches fait l’expérience des passions, de l’imagination, de l’intersubjectivité et de la sympathie46 dans la constitution de son identité personnelle. Ce qui nous est montré c’est un sujet non constitué, un sujet en perpétuel devenir, en perpétuelle construction. Il n’y pas de stabilité du moi, lequel n’est construit que dans et par le rapport aux autres et ne peut jamais être défini avec certitude.

55Léandre est ainsi le seul des philosophes de Destouches à faire le choix de la philosophie contre le mariage et à ne pas lever, en somme, l’obstacle intérieur, sauf à considérer que le renoncement au mariage est aussi un moyen de surmonter l’obstacle, choix de la vertu contre l’intérêt personnel.

56Remarquons malgré tout que ce choix n’a pas été fait en pleine connaissance de cause, puisque l’assertion de Clitandre n’était pas forcément vraie, liée à un point de vue univoque. Il se dégage ainsi un certain cynisme de cette comédie, une des plus opaques de Destouches, où la vertu ne s’édifie que sur des points de vue partiels et aveuglés, où les pères et le frère empêchent la libre découverte de l’autre, où « le travail des masques » n’aboutit à aucune transparence finale. Ce qui s’affiche, en revanche, c’est la mobilité du personnage principal qui est peut-être le plus sage au moment où il croit le moins l’être ; peut-être aussi l’affirmation finale de sa liberté, à l’occasion de ce choix magnanime du renoncement et du partage.

57Soit nous avions jusque-là, dans les premières comédies, affaire à des jeunes gens incapables de se corriger, (le Médisant, l’Ingrat) mais faisant la preuve d’une identité déjà fluctuante ; soit nous avions affaire à des philosophes qui évoluent, du refus de l’amour au mariage, ou bien du désir de garder secret le mariage jusqu’à sa proclamation : Sanspair, Ariste. Si, comme nous l’avons considéré plus avant, Léandre évolue et qu’il ne s’agit pas à la fin de la comédie du même homme qu’au début, il faut bien convenir que le refus du mariage devient une manifestation éclatante de la liberté du sujet, mais également que le jeu sur la métathéâtralité est un ressort essentiel à la progression du personnage.

58Comment situer alors les deux autres philosophes par rapport à Léandre ? Dans quelle mesure le dilemme et le recours au jeu dans le jeu viennent-il, là également, dévoiler le processus d’évolution du personnage, ou les apories de la constitution de l’identité personnelle ?

Notes

1 Elle ne connut pas de succès, et Fréron la classe parmi les comédies les moins heureuses de Destouches : « Le succès brillant qui couronna Le Philosophe marié, engagea M. Destouches à donner une nouvelle comédie dans ce genre sous le titre des Philosophes amoureux, en cinq Actes en vers, représentée le 26 novembre 1729. Cette copie, bien différente de son original, mourut dans sa naissance ; elle n’eut qu’une représentation ; elle est aujourd’hui totalement oubliée. On y trouve quelques beaux endroits ; mais elle est froide ; nul comique, des caractères hors de la nature et démentis, des situations forcées, peu d’intérêt : tout cela justifie le public qui a condamné cette pièce. » L’Année Littéraire, op. cit., p. 163-164.

2 La comédie à l’âge classique, Paris, Belin, 1997, p. 301.

3 Comparant les hommes à ces nombres que les mathématiciens nomment « transcendants », « inépuisablement différents d’eux-mêmes », il en conclut que « les humains sont “transcendants” : ils sont chacun pour soi et tous pour tous de véritables “boîtes à surprises”. [...] D’être pour lui- même une éternelle boîte à surprises effraie l’humain qui, le plus souvent, fait mine de maîtriser la situation au lieu de se reconnaître pour héritier d’un patrimoine qu’il n’a pas choisi. Le sujet peut craindre sa propre transcendance, l’ignorer ou la dénier, certes. Mais il peut aussi l’assumer, l’apprivoiser et tenter de la domestiquer. Toutes ces attitudes s’observent dans la vie sociale. L’expérience de l’éthique clinique me persuade toutefois que le sujet ne devient effectivement "sujet" que dans la mesure où il renonce à toute appropriation possessive de sa propre transcendance, que dans la mesure où il la reçoit librement comme une alliée toujours surprenante et se laisse stimuler par elle dans son propre travail pour devenir soi. » Les Crises de l’incertitude, op. cit., p. 25.

4 « Ses philosophes continuent de répondre à la définition morale dont l’Académie française avait doté le terme à la fin du xviie siècle : “on appelle philosophe un homme sage qui mène une vie tranquille et retirée, hors de l’embarras des affaires”, une définition très proche de celle de l’honnête homme proposée par les moralistes chrétiens évoqués auparavant. » Bokobza-Kahan p. 85.

5 L. Van Delft, Littérature et anthropologie, op. cit., p. 132.

6 I, II. Vers dont Françoise Rubellin indique qu’ils ont été rajoutés ultérieurement par Destouches dans son édition de la pièce : Les Philosophes amoureux, Éditions Espaces 34, 2001, p. 27.

7 II, iv, p. 222-224.

8 « Ce “Préjugé à la mode” était déjà largement exploité au théâtre, et d’Allainval s’était taillé un beau succès en 1728 avec L’École des Bourgeois à laquelle il est fait plusieurs fois allusion dans Les Philosophes amoureux. » Françoise Rubellin, « Présentation des Philosophes amoureux », op. cit. p. 13.

9 « […]
Comment pourrai-je donc éviter ma défaite ?
Il faudra batailler. J’ai goûté la retraite,
Opposons ses douceurs aux charmes de l’amour.
Clarice a des défauts, mettons-les au grand jour ;
À les faire éclater employons notre adresse,
Et surtout, voyons-les des yeux de la sagesse.
L’amour me les cachait, elle les grossira ;
Et peut-être qu’enfin elle me guérira. » II, i, p. 45-46.

10 « Présentation des Philosophes amoureux », op. cit., p. 11.

11 I, v, p. 40.

12 Françoise Rubellin indique ici en note, sur cet alexandrin : « Le rythme de l’alexandrin implique ici l’élision du e, conforme à un usage ancien. » Les Philosophes amoureux, p. 70.

13 II, vii, p. 70.

14 Trévoux 1743-1752 : « Philosophe, se dit aussi d’un esprit ferme, & élevé au-dessus des autres ; qui est guéri de la préoccupation, & des erreurs populaires, & désabusé des vanités du monde [...]. »

15 II, viii, p. 71.

16 Le constat de cette surprise auquel Léandre se livre devant son ami Damis insiste d’ailleurs sur la métamorphose qui s’opère en Léandre et sur le fait qu’il se découvre totalement autre. Il emploie d’ailleurs lui-même le verbe « se surprendre » :
« […]
Oui, malgré cent défauts, Clarice a su me plaire,
Quoique j’en sois haï, quoiqu’elle aime mon frère.
Je ne suis plus moi-même. Enfin le croirez-vous ?
J’aime avec tant d’excès… que je me crois jaloux.
Damis.
Jaloux ?
Léandre.
Par le dépit dont mon âme est saisie,
Je viens de me surprendre en cette frénésie.
Damis.
Vous me faites horreur.
Léandre.
Je dois faire pitié.
Et me confie à vous, sûr de votre amitié.
Pour cacher mon dépit à mon frère, à Clarice,
Je vais rendre des soins à l’aimable Arténice,
Je feindrai de l’aimer. » II, ix, p. 73.

17 Dumarsais, article « Philosophe », Encyclopédie, cité par Micèle Bokobza-Kahan, « Mutations culturelles et construction du personnage du philosophe chez Destouches », art. cit. p. 83.

18 Discours 3, chapitre 5, « Des forces qui agissent sur notre âme », p. 262.

19 « Ce sont nos masques qui nous lient à nos semblables dans la mascarade. Nous devons donc nous attendre à ce que le travail que nous entreprenons ou poursuivons pour ne pas nous y enfermer inquiète les autres autour de nous et suscite d’âpres réactions de rejet. C’est la raison pour laquelle, à moins d’être déjà bien amorcé, ce travail n’est pratiquement pas possible en solitaire. Il lui faut des complices en qui Aristote, Épicure et bien d’autres après eux ont reconnu les « amis », c’est-à-dire les sujets de cette bienveillante critique réciproque dans laquelle deux êtres occupent à tour de rôle la position de la parturiente et celle de l’accoucheur. Je ne pense pas qu’une démarche proprement éthique soit possible sans travail sur nos masques, et par conséquent sans amitié. L’amitié est, en effet, l’espace vécu de l’intersubjectivité critique la plus féconde. » J.-F. Malherbe, Les Crises de l’incertitude, op. cit., p. 27-28.

20 III, v, p. 94.

21 Ce que souligne aussi Michèle Bokobza-Kahan au sujet de L’Homme singulier : « Pourtant, au fil des événements, les personnages apprennent à se connaître, ne serait-ce que par le biais d’un déguisement qui les amène à incarner l’autre le temps d’une scène. Et c’est grâce à cette permuta tion provisoire d’identités, source d’un change fécond, grâce à une négociation permanente entre des personnages dont les intérêts et les vues divergent, que chacun d’entre eux arrive à mieux comprendre l’autre et à corriger ses propres défauts. » « Mutations culturelles et construction du personnage du philosophe chez Destouches », op. cit., p. 87. Nous renvoyons aussi pour cette analyse du masque chez Marivaux à notre article « Dédoublement et théâtralité : de la stratégie sociale à l’énigme du soi dans le Jeu de l’amour et du hasard », in Revue Marivaux, n° 5, 1995.

22 Nous renvoyons ici à notre article « Désir et maîtrise dans Le préjugé vaincu de Marivaux », Littératures, n° 40, 1999.

23 IV, ii, p. 107.

24 « Et si on m’aime pour mon jugement, pour ma mémoire, m’aime-t-on moi ? Non, car je puis perdre ces qualités sans me perdre moi-même. Où donc est ce moi s’il n’est ni dans le corps ni dans l’âme ? Et comment aimer le corps ou l’âme, sinon pour ces qualités, qui ne sont point ce qui fait le moi, puisqu’elles sont périssables ? » pensées, fragment n° 582.

25 Ce qui converge d’ailleurs avec la philosophie de Hume prônant un « devenir-sujet » se construisant dans la relation au monde : « L’étrangeté de la philosophie de Hume tient à la méthode sceptique qu’elle met en œuvre et à la dissolution du sujet qu’elle entérine. Il n’y a pas de sujet, mais un processus naturel qui produit un pseudo-moi ou un devenir-sujet. L’homme particulier n’est pas une subjectivité, il est un procès de subjectivation. Il n’a pas de stabilité réelle, c’est le langage, ce sont les relations sociales qui le solidifient par une obscure alchimie. » Franck Salaun, Hume, l’identité personnelle, op. cit., p. 104.

26 IV, vii, 116.

27 V, ix, p. 119.

28 Dont on se souvient de l’impact sur l’individu pour Helvétius, selon qui « […] l’habitude nous rend insensibles à la beauté, à l’esprit et même aux qualités de l’âme […] nous ne sommes enfin fortement émus que par le plaisir de la surprise […]. » Discours 3, chapitre 14, « De l’amitié », p. 316.

29 IV, x, p. 120-121. Françoise Rubellin insiste ici, à juste titre, sur le très haut comique de ce passage : « Mais le moment le plus comique, étroitement lié à la représentation, est assurément le double travestissement de Léandre en petit-maître (assorti d’un déguisement physique) et de Clarice en prude. Mimes et apartés font de ces scènes (IV, vii à x) un très grand moment de théâtre. »

30 IV, x, p. 122.

31 V, ii, p. 102 :
« Polémon.
Que votre fille, au moins jusques au mariage,
Prenne un air plus sensé, plus modeste, plus sage ;
Qu’elle promette tout ce que mon fils voudra,
Et je réponds qu’enfin elle le gagnera.
Du moins il n’aura plus de prétexte valable
Pou rompre le projet d’un hymen si sortable. »

32 P. 110.
« Lysidor.
Hum ! Encore une fois, son projet me surprend,
Et je crois entrevoir le piège qu’il nous tend,
Un changement si prompt cache quelque artifice.
En tout cas, je m’en vais en avertir Clarice,
Pour qu’elle soit en garde, et tourne contre lui
Les armes que contre elle il prépare aujourd’hui.
Vous, si vous m’en croyez, gardez bien le silence,
Pour qu’il ne sache rien de notre intelligence. »

33 IV, x, p. 122.

34 IV, x, p. 125.

35 V, i, p. 127-128.

36 René Démoris, « Le Père en jeu chez Marivaux », Op. cit., n° 7, 1996, p. 132.

37 V, i, p. 129.

38 Lysimon l’affirme d’ailleurs sans ambages :
« Si j’en connaissais un plus riche que Léandre,
Je le préfèrerais, je le dis sans façon,
Et tous les gens sensés diront que j’ai raison.
Mais sachez que ma fille, oui, Clarice elle-même,
Pense comme son père, et c’est pourquoi je l’aime. » I, i, p. 26

39 Nous renvoyons de nouveau ici à l’analyse de René Démoris dans « Le Père en jeu chez Marivaux », art. cit., p. 130.

40 V, vi, p. 140.

41 V, vii, p. 140.

42 « […] s’ils [les philosophes] eussent voulu se former de la vertu une idée purement abstraite et indépendante de la pratique, ils auraient reconnu que, par ce mot de vertu, l’on ne peut entendre que le désir de bonheur général ; que, par conséquent, le bien public est l’objet de la vertu, et que les actions qu’elle commande sont les moyens dont elle se sert pour remplir cet objet […]. » Discours 1, chapitre 13, « De la probité, par rapport aux siècles et aux peuples divers », p. 125.

43 V, 10, p. 149.

44 Cf. la Présentation de la pièce par Françoise Rubellin, p. 11 : « Pour faire de Léandre un personnage édifiant, Destouches doit aussi le débarrasser des préjugés dont sont victimes savants et philosophes ».

45 Discours 1, chapitre 3, « De l’ignorance » : « Nous nous trompons, lorsqu’entraînés par une passion, et fixant toute notre attention sur un des côtés de l’objet, nous voulons, par ce seul côté, juger de l’objet entier. Nous nous trompons encore, lorsque, nous établissant juges sur une matière, notre mémoire n’est point chargée de tous les faits, de la comparaison desquels dépend en ce genre la justesse de nos décisions. » p. 29.

46 E. Russo, La cour et la ville au siècle des Lumières, op. cit., p. 133 : « Au fur et à mesure que l’obsession des moralistes classiques pour l’amour-propre diminue, elle est remplacée au siècle suivant par une insistance sur la sympathie, à laquelle s’ajoute le thème de la projection identificatrice à autrui. Il devient alors évident que la notion du moi valorisée par les Lumières ne s’appuie plus seulement sur une conception hobienne de la société vue comme un conglomérat d’individus autonomes, sortis de l’état de nature et agissant en fonction de leur intérêt personnel ; elle est plutôt interprétée comme une communauté qui préexiste à l’individu, ce dernier se formant à partir de la rencontre avec les éléments culturels que son environnement social lui offre. »

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540