Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Destouches

 | 
Karine Bénac-Giroux

Troisième partie. Le sujet qui se corrige : manupulation et métathéâtralité au service de la guérison des personnages ?

Chapitre XI. La mise en scène collective et sa Catharsis dans Le Jeune Homme à l’épreuve

Texte intégral

  • 1 Aucune des trois n’est agréée par Fréron, qui ne leur trouve aucune originalité : « Après le talen (...)

1Parmi les personnages qui se métamorphosent, nous trouvons une trilogie écrite de 1744 à 1745 : il s’agit du Jeune Homme à l’épreuve, du Dépôt et du Trésor caché1. Nous avons eu l’occasion de montrer ailleurs comment le personnage principal du Trésor caché est absolument inclassable, échappant à toute catégorisation stable, à toute fixité du caractère, de sorte que le titre pouvait paraît métaphorique et représentatif des aspects dissimulés du jeune homme.

2Il peut sembler intéressant de confronter cette comédie à celle du Jeune homme à l’épreuve, qui met en scène là encore un jeune libertin ayant dilapidé tout son bien. On y retrouve également le dédoublement de la figure paternelle, permettant que l’ami de la famille se charge de l’amendement du fils et de la réconciliation finale. L’accent, dans le Trésor caché, était essentiellement mis sur les contradictions de Léandre prêt à renoncer en faveur de sa sœur à une part de son héritage, ainsi que sur le retour du père reniant son fils avant de tout lui pardonner au vu de sa générosité, dans une réécriture très novatrice du schéma des Fourberies de Scapin.

  • 2 Le Jeune Homme à l’épreuve, I, ii, p. 14, in Œuvres de Destouches, tome IV, Paris, Tenré lib (...)

3L’enjeu de l’intrigue dans Le Jeune Homme à l’épreuve est tout à fait semblable : il s’agit également d’obtenir l’amendement moral du jeune homme, la réforme de sa conduite afin qu’il se montre digne de la main d’Isabelle, que son père lui destine en secret, cette dernière étant la fille d’un « bienfaiteur » commun à Géronte, père de Léandre et à Lisimon son ami : « Plût au ciel qu’il pût se rendre digne enfin d’épouser la fille de notre défunt bienfaiteur2 ! »

  • 3 I, ii, p. 16.

4L’obstacle mis au bonheur du jeune homme est donc interne : le jeune homme est confronté aux limites de son libertinage et tente de changer de vie en devenant conforme à l’éducation reçue ainsi qu’au désir de son père. Cependant, nous retrouvons ici le schéma du « double registre » mis en évidence par Jean Rousset au sujet de Marivaux : Lisimon ayant organisé un stratagème pour retenir Léandre prisonnier (en lui faisant croire que des archets le guettent pour le conduire en prison), propose à Géronte d’observer la manière dont le jeune homme va évoluer : « cette peur salutaire lui inspirera de sérieuses réflexions, et nous procurera le loisir, pendant que nous le tenons, de le faire un peu rentrer en lui-même. Que dites- vous de mon expédient ?/Il est bien imaginé mais il est cruel3. » La réponse de Lisimon indique combien le père ici est bon, tout prêt à pardonner à son fils. On assiste à un retour en force de cette métathéâtralité déjà maintes fois relevée chez Destouches et qui, notamment grâce au titre, rappelle le thème de l’épreuve cher à Marivaux. Celle-ci est imposée de l’extérieur : par Lisidor dans la pièce éponyme de Marivaux à Angélique, afin d’expérimenter l’authenticité et le caractère désintéressé de son amour. Par Lisimon ici, afin d’obtenir une amélioration, un changement de conduite. L’épreuve par conséquent, vise bien toujours à vérifier le fonds de l’âme, supposé bon, mais également ici à améliorer l’individu, à le guider vers une modification de son comportement due à une prise de conscience. Ainsi Lisimon organise chacune des étapes devant mener le jeune homme vers un amendement : l’empêchant de sortir et lui faisant croire qu’il est menacé de mort, il le confronte aux conséquences les plus funestes de son attitude libertine. Léandre se trouve de la sorte dans un huis-clos, où il n’a d’autre possibilité que de rencontrer Isabelle.

5L’atmosphère créée est extrêmement intéressante en ce qu’elle rappelle directement le huis-clos caractéristique de la tragédie classique : que l’on songe à Andromaque prisonnière de Pyrrhus, à Bérénice et Titus guettés par Rome tout entière, ou encore à Bajazet rêvant de voir les portes du palais s’ouvrir. Rien d’étonnant alors à ce que le vocabulaire tragique soit omniprésent dans les dialogues, de la « cruauté » du stratagème, relevée par Géronte, jusqu’au monologue dont la lamentation évoque celle de Job, mais rappelle aussi les mises en garde de L’Ecclésiaste :

  • 4 I, v, p. 24.

Est-il homme sous le ciel plus à plaindre que moi ? J’aime mon père, et je le fais périr ! Et pourquoi ? Pour avoir couru la carrière de mille fous que je méprise, et cherché des plaisirs que je croyais ravissants, qui n’ont jamais approché de l’idée que je m’en étais faite, et qui me coûtent mon repos, ma fortune et ma liberté. Ce qui me désespère, c’est que je ne pourrai jamais sortir du labyrinthe où je me suis jeté par mon imprudence. J’ai trompé vingt femmes qui me persécutent ; je suis indigne de la seule personne que j’aime : et j’ai tant de créanciers qui aboient après moi, que je ne puis faire un pas sans en rencontrer. Que va devenir mon père ? que deviendrai- je après lui ? La vie ne peut être pour moi qu’un fardeau insupportable. Je n’ai plus de ressource que dans mon désespoir, et il faut que je périsse de ma propre main4.

  • 5 « Mes créanciers se sont lassés de mes manières : ils ont pris secrètement leurs sûretés : actuell (...)
  • 6 Ce thème est introduit à l’acte I scène V, p. 24 et récurrent tout au long de la pièce.

6Se pensant prisonnier5 et sur le point de décevoir son père, Léandre se croit réduit à la dernière extrémité et, sur le mode tragique, réitère sur tous les tons le leitmotiv du suicide6 durant tout l’acte II notamment.

  • 7 Acte II scène iv, les didascalies indiquent au sujet de Lisimon écoutant les inquiétudes de Pasqui (...)
  • 8 II, i, p. 32.
  • 9 II, i, p. 34.
  • 10 I, vi, p. 29.
  • 11 I, vi, p. 29.

7Bien sûr, nous sommes dans la comédie qui bannit toute possibilité de suicide effectif du personnage. Cela fait de lui un personnage assez ridicule par son excès et l’incrédulité dont fait preuve Lisimon, vis-à-vis de son désir de mort7, indique au spectateur comment réagir. Par conséquent, il est assez aisé de considérer qu’à l’intérieur de la mise en scène orchestrée par Lisimon, Léandre joue un rôle, celui du héros tragique poursuivi par la fatalité, rôle qui lui permet de conserver et de donner une bonne image de lui, mais aussi de proférer des affirmations gratuites au sujet de sa conversion à la vie d’ermite (« et quand je serais libre, je ne sortirais pas8 ») ou de la découverte de la « vertu » d’Isabelle (« Ah ! pourquoi me suis-je aperçu trop tard que la vertu seule est digne de nous captiver9 ? »). Ces affirmations maintiennent la force comique du personnage dont on ne saurait jamais prendre au sérieux les propos. D’ailleurs, les actes du personnage démentent totalement ses assertions. Ainsi, il suffit d’une injure proférée à son endroit par son ancien ami de débauche, Dorimon, pour que Léandre oublie à la fois la peur des archets, son accablement à l’idée de faire le malheur de son père et son dégoût des femmes : « Sors, je marche sur tes pas. Les belles jugeront des coups10. » La force de son amour-propre reste de fait souveraine à la fin de ce premier acte, soulignée par le jeu des didascalies (« Léandre, enfonçant son chapeau. ») ainsi que par la brutalité du langage (« je ne veux plus voir, ni toi, ni tes pareils11 ») discréditant du même élan la tonalité tragique.

8Par ailleurs cette fatalité, censée être la conséquence de ses actes, est en réalité une pure mise en scène dont est témoin de bout en bout le spectateur, similaire à celle organisée par Julie dans Le Dissipateur, visant à faire coïncider le personnage principal avec l’image que son père a de lui-même. Lisimon distribuant à chacun son rôle, Géronte se doit alors de jouer le rôle du père poussé à bout, rôle dont il se tire plutôt mal.

9Le rôle « tragique » de Léandre, qui a vocation comique auprès du spectateur, comme le rappellent tous ceux qui tournent ce rôle en dérision, complexifie la dramaturgie.

10Si le personnage principal choisit le rôle tragique c’est d’abord qu’il y est acculé : il n’a pas le choix de son rôle, puisque Lisimon lui fait croire qu’il est dans une situation désespérée. Lisimon, considérant qu’il faut à la fois mettre un frein à l’attitude de Léandre et organiser sa conversion définitive, fait en sorte donc que Léandre se croit prisonnier sous peine d’arrestation. Léandre se trouve, de fait, dans l’état d’emprisonnement imposé au héros tragique et, en menaçant de se tuer, suit en somme la logique dramaturgique née de cette mise en scène.

11Lisimon voit donc en Léandre un obstacle interne à lui faire surmonter : son libertinage, sa prodigalité. Lui faire abandonner cet état, le ramener repentant vers son père c’est, une fois encore, réécrire la parabole du « fils prodigue », qui affleure fréquemment sous la plume de Destouches. De fait, les assertions répétant à qui mieux mieux les remords de Léandre et l’amour absolu qu’il voue à son père jalonnent la comédie, tandis que la restitution finale des sacs d’or à Géronte symbolise parfaitement l’acte de contrition doublé d’un désir de renouveau et d’amendement.

  • 12 I, ii, p. 13.
  • 13 « Toutes les fois qu’il vient me voir, je lui dis que vous êtes ruiné de fond en comble, que c’est (...)
  • 14 « Sans moi qui le soutiens, il mourrait de faim. » lui déclare Lisimon, I, iv, p. 20.

12Cependant, loin que le fils prodigue s’en revienne de soi-même vers son père après avoir expérimenté l’ailleurs et la solitude, Léandre est assigné à résidence immédiatement, dès avant que la comédie n’ait commencé, grâce au stratagème organisé par Lisimon et raconté par celui-ci à Géronte. (II, 1) Il rappelle ici une héroïne marivaudienne elle aussi condamnée à l’enfermement : la Silvia de La Double Inconstance. De même que Flaminia et le Prince amènent peu à peu une métamorphose de Silvia vers un état de coquette prononcé doublé d’une inconstance assumée, tandis qu’ils lui font peu à peu prendre conscience de sa valeur en la flattant, de même ici Lisimon tente d’amener, à l’inverse, Léandre à abandonner le garçon dépensier, séducteur et sans scrupules qu’il était au profit d’un retour à l’état « d’honnête homme » et de « bon fils12 ». Lisimon use donc d’un faux obstacle extérieur capable de susciter la peur (les archers), doublé d’un mensonge systématique13 destiné à culpabiliser Léandre en le désignant comme le bourreau de son père14.

  • 15 « Voilà qui est fait : agissons de concert. Au fond, il ne s’agit ici que de sauver ton maître de (...)
  • 16 « Cela forme un total assez considérable, que je veux faire toucher à ton maître avant qu’il ne so (...)
  • 17 V, i, p. 123.
  • 18 V, i, p. 124.

13Ce qui advient donc ici, c’est une manipulation entièrement orchestrée par Lisimon, avec l’aide de Pasquin que Lisimon ne tarde pas à convaincre de lui servir de bras droit dans l’organisation de la conversion de son maître15. En d’autres termes, l’ami de Géronte organise une stratégie en trois temps : il accule Léandre, afin qu’il réfléchisse sur son sort et se sente coupable (acte I) ; rangeant Pasquin de son côté, il lui demande de faire croire à son maître qu’il a eu la bonne fortune de récupérer ses diamants (grâce à son audace) ainsi que l’argent de ses habits vendus et celui dû par diverses personnes16 (II, III et IV). Enfin à l’acte V, Pasquin ayant feint d’avoir obtenu un « sauf-conduit de ses quatre persécuteurs prétendus17 », Lisimon propose d’écouter, en compagnie de Géronte et d’Isabelle, les décisions prises par Léandre en possession de ses biens et libre de sortir, « cachés derrière la portire » couvrant l’entrée de l’appartement18. Après avoir déclaré vouloir porter dans l’appartement de son père les sacs d’argent, Léandre affirme vouloir renoncer à tout avant de découvrir les quittances dont Pasquin lui avoue qu’elles ont été payées par son père.

  • 19 « Violence et loi du père chez Marivaux » in Marivaux : jeux et surprises de l’amour, P. Frantz (d (...)

14Tout est bien qui finit bien, certes, sauf que nous pourrions appliquer là encore à Léandre cette formule frappante et déjà évoquée de René Démoris au sujet du Dorante du Jeu de l’amour et du hasard, « Il s’est cru héroïque et en somme l’a été, pour s’apercevoir ensuite qu’il a été manœuvré19. » Fait constant dans le théâtre marivaudien, fréquent également dans celui de Destouches, la manipulation repose sur le mensonge et la complicité de certains personnages contre d’autres. Ici Léandre a même été floué par son propre domestique, dont il a cru en la bravoure :

  • 20 V, x, p. 151.

Léandre, à Pasquin.
Ah, traître ! que tu m’as bien joué ! je ne m’étonne plus de ta valeur.
Pasquin.
Loin du péril elle est brillante.
Léandre.
Cependant tu avais fait merveille avec monsieur Salomon.
Lisimon.
Pas un mot de vrai dans le récit qu’il vous a fait : c’est moi qui ai retiré les diamants.
Léandre.
Il faut avouer que je suis une grande dupe.
Pasquin.
Et que j’ai l’imagination bien féconde.
Léandre, prenant Pasquin à la gorge.
Si j’étais moins heureux, je t’étranglerais20.

15La supercherie avouée souligne combien Léandre a été en bute à une machination collective. Or, le fait que Pasquin ait joué un rôle à contre-emploi, celui du valet courageux, voire héroïque, indique tout ce que cette intrigue comportait de farce. Ce qui nous renvoie à l’impossibilité déjà soulignée de prendre au sérieux les propos de Léandre dont le ton tragique semble de pure forme.

  • 21 P. 144.

16Que le jeune garçon ait, pour partie au moins, « dépouillé le vieil homme », comme le suggère la vente des habits et le recours à la robe de chambre, c’est possible. Qu’il ait songé à remédier aux malheurs d’un père réduit à quia, cela paraît évident. La renonciation totale au monde transparaît bien à l’acte V scène VII, dans la résignation à vivre « des restes de la table21 » du père et de lecture. Les pleurs même de Léandre produisent le pathétique dans un théâtre où l’on a coutume d’insister sur l’attendrissement annonciateur du drame :

  • 22 V, v, p. 133.

Léandre.
Je pleure de douleur et de rage : la douleur de mon père m’attendrit, et je suis enragé contre moi. Je te jure que, si j’aimais moins Isabelle, je ne voudrais plus vivre22.

  • 23 « Moi ruiné, elle sans bien, sans espérance d’en avoir. Hélas ! que deviendrions-nous ? Pourrais-j (...)

17Cependant, le leitmotiv du suicide, que l’on ne saurait jamais prendre au sérieux, vient contredire l’interprétation précédente et suggérer, par la référence parodique constante à la tragédie, que le jeune homme joue un double jeu ou, si l’on veut, se construit un personnage, voué aux grands sentiments et échappant ainsi à la médiocrité. Entre déclamation tragique et déclaration héroïque et romanesque23, le discours de Léandre frise, en somme, la perfection par l’altruisme et la délicatesse qu’il dévoile. Renvoyé au néant et à l’inexistence par son emprisonnement, ses dettes et le jugement que porte sur lui Lisimon, il recourt en somme au discours tragique pour se créer une identité digne de compassion à ses propres yeux et aux yeux de l’autre – ce qui lui réussit parfaitement avec Isabelle le sommant de lui abandonner ses armes, ainsi qu’avec son père ayant bien du mal à mener le jeu jusqu’au bout ; cette identité équivalant, si l’on veut, à une sorte de restauration narcissique. Malgré tout il n’est justement pas un héros tragique et l’opposition entre « la robe de chambre », symbolisant l’espace privé, intime et les menaces de mort contre soi-même nécessitant un public (Pasquin, Isabelle) désigne les contradictions du personnage en pointant du doigt son ridicule.

  • 24 I, i, p. 4 :
    « La folle ambition n’y trouble point ma vie :
    Content d’une fortune égale à mes souhai (...)
  • 25 1727, soit 30 ans plus tôt.

18Pour autant, ce long passage de la comédie où Léandre se promène en « robe de chambre » assimile directement le jeune homme à un autre personnage célèbre de Destouches, Ariste, qui à l’ouverture de la comédie est « seul, en robe de chambre » dans son cabinet, s’extasiant sur la plénitude de sa vie24. Ce rappel interne d’une comédie bien plus ancienne du même auteur25 enrichit le personnage de Léandre de plusieurs facettes. Si Ariste est représenté dès l’ouverture dans son cabinet, en robe de chambre, c’est justement parce qu’il choisit l’espace privé contre l’espace social et ce, bien qu’il ait accepté un sacrement qui lui confère socialement le statut d’époux. La robe de chambre est un signe visible d’un refus du monde, d’une exclusion volontaire de l’autre dont nous verrons qu’elle sera dépassée finalement grâce à la compassion éprouvée par Ariste pour sa femme.

19Léandre opère le chemin inverse : par compassion envers son père, il accepte de se dépouiller et se résigne à l’espace privé, comme une sorte de retour à la relation primaire parent-enfant, ainsi que le suggère le désir de manger « les restes de la table » du père et l’acceptation de se dessaisir de tout en sa faveur.

20La robe de chambre représente donc le symbole de ce qu’il dépose aux pieds de son père, son identité de libertin, de dissipateur. Ce symbole se redouble donc de celui qui le fait déposer ses armes aux pieds d’Isabelle et qui suggère l’abandon de son identité de conquérant (auprès des femmes) ainsi que de toute forme de violence (envers soi ou envers l’autre, sous forme du duel par exemple). Chemin faisant, Léandre trouve justement l’amour de celle que son père lui destinait, Isabelle. Léandre apparaît ainsi comme le double inversé d’Ariste : celui-ci doit abandonner la sphère privée pour imposer au monde et à son père sa femme ; celui-là doit abandonner la sphère publique pour coïncider avec le désir du père qui, par chance, rejoint le sien propre. Dans les deux cas le personnage doit quitter un mode d’être pour en endosser un autre, sous une pression extérieure. Dans les deux cas également le personnage tente de sauvegarder son amour-propre jusqu’au moment où l’amour de l’autre triomphe sur l’amour de soi. Dans les deux cas enfin, personne privée et personne publique finissent par fusionner, à l’occasion du pardon collectif dans Le Philosophe marié, au moment du changement d’habit dans Le Jeune Homme à l’épreuve.

  • 26 V, viii, p. 145.

21Le passage ultime de la robe de chambre à l’habit destiné à l’opéra (V, viii) indique en effet les retrouvailles avec l’homme mondain et galant, comme le déclare Léandre lui-même : « Il va mettre le comble à mon bonheur26. » Comme son homologue du Trésor caché, Léandre, ici, sait faire preuve du plus grand libertinage mais aussi de la plus grande abnégation. Le jeu du déshabillage rend d’ailleurs palpable cette tension entre l’identité profonde et l’identité sociale (la quittance trouvée dans l’habit venant d’ailleurs confirmer cette réconciliation entre fils prodigue et fils repentant), entre l’homme passé et l’homme présent, entre caractère et identité personnelle échappant à toute fixité. La scène même au cours de laquelle Léandre emploie un ton brusque et injurieux envers Lisimon rappelle celle du Trésor caché où le jeune homme, de la même manière, traite l’ami de son père de « père Harpagon », de même que « la douleur » et « la rage » indiquent la scission du personnage et son écartèlement entre langage tragique et répliques comiques.

22Le paradoxe de cette comédie veut donc que, ayant déclaré vouloir renoncer au monde, Léandre choisisse ce moment pour accéder à la demande d’Isabelle et se mettre en état de l’accompagner à l’Opéra. C’est que le renoncement à tous les symboles du prestige social semble bel et bien avoir valeur de métamorphose, d’entrée dans une autre identité. Le jeune homme endossant l’habit retrouvé n’est plus celui qui sortait se battre en duel en défiant le monde. Ainsi, l’attitude juste consiste à accepter le divertissement le plus à la mode car c’est le vœu d’Isabelle : rappelons que l’attitude raisonnable prônée par une Isabelle peu soucieuse de déclarations aussi grandiloquentes qu’invraisemblables réside dans l’acceptation de l’être social et de la représentation qu’il suppose.

23En rendant sans conditions l’argent à son père, Léandre échappe à l’ambivalence qui frappe le personnage de Regnard dans le Retour imprévu (ayant volé à son père ses sacs avant de les lui rendre sous condition). Malgré tout, le retournement dramaturgique propre à Destouches fait désormais du père lui-même un individu ambigu. En acceptant de mentir à son fils, en se faisant complice de son emprisonnement factice, en confiant à son ami Lisimon le droit de faire peser sur Léandre la faute absolue, le parricide (la ruine du père pouvant le conduire à la mort), Géronte se démet finalement de son rôle de père et des sentiments les plus naturels au profit d’une expérience violente dont l’issue est très incertaine.

  • 27 IV, i, p. 91.

Lisimon.
Ne précipitons rien, vous dis-je ; je lui ferai toucher vos six mille francs en temps et en lieu ; mais, s’il vous plaît, avant que d’en venir là, je veux qu’il subisse toutes les épreuves que nous venons de concerter avec Pasquin : j’espère que l’effet sera décisif, et saura nous déterminer. Il faut se défier longtemps d’un jeune homme qui a longtemps vécu comme votre fils, et on ne peu
Géronte.
Que nous sommes barbares !
Lisimon.
Que vous êtes pusillanime ! Eh, morbleu ! soyez homme une fois : vous n’avez que trop joué le rôle de père, prenez enfin celui de maître, et commencez par vous imposer la loi de suspendre et de cacher votre faiblesse27.

24Le jeune homme ne doit plus vivre « comme le fils » de Géronte, ce qui peut se lire aussi bien comme une dépossession que comme l’accession à un autre stade de l’évolution marqué par la conscience des intérêts de l’autre. Vivre comme le fils de Géronte, c’est disposer de son argent à sa guise, ne pas marquer de différence entre l’autre et soi-même, ou au sens kantien considérer l’autre comme un moyen et non pas comme une fin. Ainsi Lisimon, lorsqu’il accuse Léandre de provoquer la ruine et la mort de son père, ne fait que pronostiquer ce qui pourrait véritablement advenir si aucune limite n’était mise à son désir.

  • 28 P. 32.

25Le lexique est important ici. L’exclamation de Géronte, « Que nous sommes barbares ! », renvoie aussi bien à l’étymologie du mot (le barbare c’est l’étranger) qu’à la cruauté du stratagème. Se comporter en « barbare », c’est accepter de se montrer autre pour le fils et de voir l’enfant comme un autre, non comme le prolongement de soi-même. Lui refuser sa bourse, c’est donc en conséquence l’inciter à voir le monde non à la lumière de l’avoir et d’une conduite répétitive, mais à la lumière de l’être. Ainsi le moment comique où Pasquin et Léandre se jettent tous deux dans un fauteuil pour rêver (II, I) est aussi un moment d’authenticité : la rêverie, ou la contemplation, est ce moment où le personnage contemple la vérité de ses sentiments : Léandre, rêvant à part : « Ah ! charmante Isabelle28 !… » Comme la pièce est emplie de symboles, on comprend d’ailleurs que le dénuement représenté par la robe de chambre équivaut à celui d’Isabelle, dont le texte ne cesse de seriner sur tous les tons qu’elle ne vit que grâce à la charité de Géronte. La « vertu » d’Isabelle ne saurait frapper Léandre que dans la mesure où, dans l’incapacité de vaquer à ses vices habituels, il est mis sur un plan d’égalité avec le dénuement de la jeune fille.

26De ce fait, ce que pourrait supposer de cruel le propos de Lisimon, « vous n’avez que trop joué le rôle de père, prenez enfin celui de maître » renvoie à la justesse de la parabole : le père ne donne à chacun de ses fils que ce qui leur est dû, pas plus, pas moins. Quant au retour final du fils, il vient de la reconnaissance du fils constatant la générosité paternelle et la vanité d’une existence cherchant à trouver ailleurs ce qui existe chez soi : le bien-être, le travail récompensé, la nourriture distribuée largement. Lisimon renvoie en somme Géronte à son devoir de père, qui n’est plus de l’ordre du sentiment (« la faiblesse ») mais de la loi, c’est-à-dire de la nécessité d’imposer au fils une limite, une fin, afin qu’il puisse de nouveau traiter son père et soi-même comme une fin. La cruauté, thème qui revient souvent dans l’intrigue, jointe à l’atmosphère digne d’une tragédie, indiquent au fond le caractère nécessaire, inéluctable du projet mis en œuvre, nécessité conditionnant sa réussite et proportionnelle aux excès du jeune homme. La loi du père est en somme figurée par cette levée de lances figurant la limite portée aux désirs du fils.

27Comprise ainsi, la mise en scène orchestrée par Lisimon relève-t-elle vraiment de la manipulation ? Certes il fait passer les archers sous les fenêtres du jeune libertin pour le forcer à supposer son état désespéré et lui fait croire que son père est ruiné. Mais d’une part, comme nous l’avons remarqué précédemment, il ne fait que représenter la suite logique des événements, qui se serait produite tôt ou tard ; d’autre part sa feinte consiste moins en un mensonge qu’en une représentation très théâtrale de la bonté de Géronte. Autrement dit, au lieu que le père paye à perte les dettes de son fils sans reconnaissance de sa part ni acte de contrition, Lisimon organise cette générosité de façon à ce qu’elle apparaisse comme un coup de théâtre (le portefeuille ne contenant plus des dettes mais des quittances) ; au sein de cette comédie dans la comédie, Géronte joue finalement son propre rôle, mais Lisimon en dissémine les effets de façon à produire un effet cathartique sur le jeune homme devenu à la fois acteur d’une pièce qu’il ignore et bénéficiaire d’un retournement de situation incroyable. Jouant les « deus ex machina », le portefeuille disparaissant et réapparaissant symbolise à lui seul l’identité perdue puis recouvrée, la toute- puissance du père et sa magnanimité.

28Évidemment, l’aveu final des pères évoque aussi celui de Dorante à Araminte. Ayant obtenu les aveux d’amour de la jeune femme, Dorante se risque en effet à avouer une partie de la vérité, en se donnant le beau rôle et en ne reconnaissant pas sa propre responsabilité :

  • 29 Les Fausses Confidences, III, xii, Marivaux. Théâtre complet, tome II, Paris, Gallimard, col (...)

Dans ce qui s’est passé chez vous, il n’y a rien de vrai que ma passion, qui est infinie, et que le portrait que j’ai fait ; tous les incidents qui sont arrivés partent de l’industrie d’un domestique, qui savait mon amour, qui m’en plaint, qui, par le charme de l’espérance du plaisir de vous voir m’a, pour ainsi dire, forcé de consentir à son stratagème : il voulait me faire valoir auprès de vous29.

  • 30 Cette parabole trouve un second écho dans Le Dépôt, petite comédie en un acte dans laquelle Clitan (...)

29Amour dont il est permis de douter au vu des avantages financiers que Dorante peut retirer de ce mariage, ainsi que de sa capacité à mentir et à éliminer Dubois au dernier moment. Nous retrouvons le même schéma ici, dans la mesure où il n’y a rien de vrai hormis l’amour de Géronte pour son fils et le désir de Lisimon de voir le jeune homme changer d’attitude. Mais tandis que les manigances de Dorante et de Dubois demeurent suspectes, épaissies d’un voile trouble où l’intérêt doit jouer son rôle, celles de Lisimon permettent aussi que la générosité paternelle qui passerait inaperçue si on la laissait se déployer et qui mènerait père et fils à leur perte, soit présentée comme une preuve d’héroïsme absolu et devienne l’instrument de la conversion du jeune homme à l’humilité. Si la loi du père est de dire non à la prodigalité sans fin du fils, sa récompense est de voir le fils reconnaître à sa juste valeur la libéralité du père, comprise non plus comme une chose due mais comme un bien souverain et dont il convient de se souvenir qu’il est épuisable30.

Notes

1 Aucune des trois n’est agréée par Fréron, qui ne leur trouve aucune originalité : « Après le talent de bien faire, le premier est de sentir qu’on a mal fait et d’en convenir. Le Jeune homme à l’épreuve comédie en cinq Actes, en prose, non représentée, imprimée en 1751, est du nombre de celle que M. Destouches aurait dû proscrire. Elle n’a ni intérêt, ni caractères, ni style ; elle est rempli de petits moyens, de situations mal amenées, de trivialités et de proverbes ; c’est ainsi qu’elle m’paru ; je puis me tromper ; mais je crois que c’est un des drames les plus imparfaits qui nous resten de M. Destouches. […] Les œuvres posthumes de M. Destouches consistent en quatre comédies Le Trésor caché en cinq Actes et en prose, tiré de Plaute, et Le Dépôt en un Acte et en vers, son dépourvus d’action, d’intérêt et de caractère par la stérilité des sujets ; le style même en est faible. » L’Année Littéraire, op. cit., p. 175-179.

2 Le Jeune Homme à l’épreuve, I, ii, p. 14, in Œuvres de Destouches, tome IV, Paris, Tenré libraire, 1820.

3 I, ii, p. 16.

4 I, v, p. 24.

5 « Mes créanciers se sont lassés de mes manières : ils ont pris secrètement leurs sûretés : actuellement j’ai sur ma tête quatre sentences par corps ; et il y a vingt archers autour d’ici, qui me guettent jour et nuit pour m’enlever. » I, vi, p. 28.

6 Ce thème est introduit à l’acte I scène V, p. 24 et récurrent tout au long de la pièce.

7 Acte II scène iv, les didascalies indiquent au sujet de Lisimon écoutant les inquiétudes de Pasquin : « d’un air goguenard », « en souriant », « d’un ton railleur », p. 47.

8 II, i, p. 32.

9 II, i, p. 34.

10 I, vi, p. 29.

11 I, vi, p. 29.

12 I, ii, p. 13.

13 « Toutes les fois qu’il vient me voir, je lui dis que vous êtes ruiné de fond en comble, que c’est lui qui en est l’unique cause, et que, sans moi, vous succomberiez. » I, ii, p. 15.

14 « Sans moi qui le soutiens, il mourrait de faim. » lui déclare Lisimon, I, iv, p. 20.

15 « Voilà qui est fait : agissons de concert. Au fond, il ne s’agit ici que de sauver ton maître de l’affreux précipice où il s’est jeté ; mais de l’en tirer par degrés, et sans consulter son père, dont l’aveugle tendresse achèverait de le corrompre. Veux-tu m’aider dans ce louable dessein ? » II, iv, p. 51.

16 « Cela forme un total assez considérable, que je veux faire toucher à ton maître avant qu’il ne soit nuit. (à Géronte.) En y joignant six mille francs que vous m’avez livrés pour ses habits, il va recevoir dix-huit mille cinq cents livres, sans compter ses diamants, qui en valent plus de quinze mille. Nous verrons quel usage il fera de tous ces effets ; c’est la preuve capitale où je l’attends. » IV, ii, p. 97.

17 V, i, p. 123.

18 V, i, p. 124.

19 « Violence et loi du père chez Marivaux » in Marivaux : jeux et surprises de l’amour, P. Frantz (dir.), Paris, PUPS, « VIF », 2009, p. 171.

20 V, x, p. 151.

21 P. 144.

22 V, v, p. 133.

23 « Moi ruiné, elle sans bien, sans espérance d’en avoir. Hélas ! que deviendrions-nous ? Pourrais-je la dédommager par la plus vive passion, de l’extrême misère où je la plongerais ? Plutôt mourir mille fois, que d’être l’auteur de ses disgrâces. Ah ! j’aime encore mieux la voir dans un couvent, que de la faire périr dans le monde. » V, v, p. 133.

24 I, i, p. 4 :
« La folle ambition n’y trouble point ma vie :
Content d’une fortune égale à mes souhaits,
J’y sens tous mes désirs pleinement satisfaits. »

25 1727, soit 30 ans plus tôt.

26 V, viii, p. 145.

27 IV, i, p. 91.

28 P. 32.

29 Les Fausses Confidences, III, xii, Marivaux. Théâtre complet, tome II, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1994, p. 400,

30 Cette parabole trouve un second écho dans Le Dépôt, petite comédie en un acte dans laquelle Clitandre, l’amant secret d’Angélique parti chercher fortune pour l’épouser en Martinique, revient dépossédé de tout mais se voit subitement riche par la remise d’un trésor que sa tante avait laissé entre les mains de Géronte. La comédie y célèbre cette fois le courage et l’abnégation de celui qui abandonne tout par amour au détriment de celui dont la cupidité est telle que sa satisfaction ne trouve jamais de fin. Il faudra que le baron, oncle du comte promis à Angélique, s’indigne contre le caractère insatiable de son désir d’argent et que Géronte accepte finalement Clitandre pour que soit sanctionnée cette avidité sans fin (doublement représentée d’ailleurs, et par le comte et par le marquis d’Esbignac). Quant à L’Enfant gâté, autre petite comédie de Destouches, elle traite elle aussi le thème des bornes à porter au désir de l’enfant prodigue, celui- ci prenant la forme, chez la jeune fille, de l’obsession d’épouser un marquis. La figure du père, représentée par l’oncle, s’y montre impuissante à punir la jeune fille qui réussit le tour de force de se punir elle-même : dégoûté par son ambition insatiable, le marquis lui préfère in fine sa sœur.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540