Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Destouches

 | 
Karine Bénac-Giroux

Première partie. L’incertitude des personnages au caractère « fixe »

Chapitre IV. Du déchaînement de l’intérêt personnel dans L’Ambitieux et l’Indiscrète, ou l’affrontement entre les différents moi

Volltext

1Chez les personnages qui ne « se corrigent pas », nous constatons que le défaut essentiel est constitué par un amour-propre démesuré, comme nous l’avons analysé dans notre étude de l’Obstacle imprévu, du Médisant ou du Curieux impertinent.

  • 1 Voir la Notice du Glorieux de J. Truchet, Théâtre du xviiie siècle, I, Paris, Gallim (...)

2Il existe deux pièces dans lesquelles cet amour-propre est explicitement mis en avant : il s’agit du Glorieux (1732) et de L’ambitieux et l’indiscrète (1737). On sait, à propos de la première, qu’initialement le personnage refusait de s’amender et que Destouches a changé la fin sur la requête des comédiens1. Quant à l’Ambitieux de sa tragi-comédie, il ne saurait renoncer à ce qui constitue la fin ultime de son existence.

  • 2 Choix que Fréron blâme franchement : « L’Ambitieux et l’Indiscrète, tragi-comédie, jouée le 14 jui (...)

3Un des intérêts de la tragi-comédie vient du choix des deux personnages2. Destouches justifie ce choix par la nécessité dramaturgique :

  • 3 Destouches, Préface de L’Ambitieux et l’Indiscrète, Œuvres dramatiques de N. Destouches, tome troi (...)

En me proposant de peindre le caractère d’un ambitieux, je compris, après bien des réflexions, qu’il m’était impossible d’y réussir, si la scène ne se passait à la cour d’un roi, si je n’y faisais paraître des personnages du rang le plus éminent, et si mon ambitieux n’était pas lui-même dans le plus haut degré de l’éclat et de la faveur. […] Je ne pouvais donc peindre toute l’étendue de ce caractère que dans un favori, qui, devant être satisfait de se trouver élevé aussi haut qu’un sujet peut l’être, comblé d’honneurs et de richesses, forme encore le projet téméraire de s’allier à son souverain, de partager avec lui l’autorité, de tenir sa grandeur moins de ses faveurs que de la nécessité, et qui par là se prépare des moyens sûrs de pouvoir être ingrat sans danger3.

4Le choix de la tragi-comédie permet ainsi à Destouches de combiner intérêt particulier et intérêt collectif, ce qui confère à son sujet de la grandeur. Le caractère tragique de la pièce vient notamment du dilemme intérieur que rencontre le personnage principal et du conflit qui en résulte :

  • 4 Ibid., p. 230.

Comme il fallait que mon héros fût amoureux, afin qu’il pût, après de violents combats, faire à son ambition jusqu’au sacrifice de son amour, je crus ne pouvoir mieux faire que de lui donner pour maîtresse une jeune personne sans ambition, sans expérience, et dont il fût tendrement et fidèlement aimé. J’opposais par ce moyen la simplicité à l’artifice, la vérité à la politique, et la timidité à l’audace4.

5Ce jeu de contrastes, qui organise l’intrigue, permettra de déployer tous les aspects du caractère de l’ambitieux. Celui-ci, qui s’inscrit dans la lignée du Cid, tente d’accomplir un haut fait, mais pour sa gloire personnelle. C’est lui qui a mis toute l’intrigue en place et qui tente jusqu’au bout de la maîtriser. Destouches souligne d’ailleurs la dissemblance dramaturgique des deux personnages principaux :

  • 5 Ibid., p. 230.

[…] la gravité de la matière que j’avais à traiter, se prêtait avec peine au comique et aux agréments si nécessaires au théâtre.
Je cherchai ce qui pouvait égayer mon sujet, et je le trouvai dans le contraste des caractères qui le rendaient nécessairement sérieux. […]
J’avais besoin d’un personnage vraiment comique, et même un peu ridicule ; j’en puisai l’idée dans les qualités opposées à celles que doit avoir un premier ministre5.

6Dona Béatrix, elle, profite de la situation qu’elle découvre par hasard pour tenter d’en tirer le meilleur parti. C’est de sa faute si l’intrigue échoue :

  • 6 Ibid., p. 233.

Résolu de me servir de ce personnage, qui me fournissait la plus grande partie comique de mon ouvrage, je m’attachai avec soin à le rendre essentiellement nécessaire ; je fis sortir de son caractère les principaux événements de la pièce ; et ce sont en effet ces indiscrétions qui font naître les incidents qui forment le nœud, et qui accélèrent le dénouement6.

7L’ambition est traitée sur le mode tragique, en référence à Corneille. Au contraire, l’indiscrétion est traitée sur le mode comique, en référence à un trait de caractère féminin déjà longuement traité dans la tradition théâtrale. Ainsi, le dilemme de Don Fernand se présente à nous sous la forme d’un monologue, donc d’une maîtrise souveraine de soi et indique aussi combien le choix de l’ambition correspond à l’image héroïque qu’il a de soi :

  • 7 II, v, p. 285.

Est-ce à moi de sentir et ses feux et ses flammes ?
L’amour ne doit régner que sur de faibles âmes ;
Et la mienne est d’un ordre et trop noble et trop grand
Pour se soumettre aux lois d’un si lâche tyran ?
Ô noble ambition ! tu seras la plus forte ;
Et sur tous mes désirs ton intérêt l’emporte.
C’est mon plus cher objet, c’est mon unique loi,
Et toute autre faiblesse est indigne de moi7.

  • 8 Discours 3, chapitre 11, « De l’ambition », p. 307.

8On voit ici combien le personnage s’inscrit de fait au-dessus de l’ordre commun, de l’amour humain. Cela va dans le sens de l’analyse que fait Helvétius de l’ambition : « […] une âme toujours agitée de craintes et d’espérances vives, et sans cesse remuée par de fortes passions préférera toujours la tourmente de l’ambition au calme insipide d’une vie tranquille8. »

  • 9 II, vi, p. 288.
  • 10 II, vi, p. 287.

9D’ailleurs, la référence à Corneille est explicite ici : « L’âge, c’est la vertu,/Le courage, et non pas le nombre des années9. » Mais tandis que le héros cornélien est généreux et met sa gloire au service de l’État, au contraire celui de Destouches veut utiliser l’État pour construire sa gloire : « Je serai le beau-frère, et vous l’oncle du roi10. » Ce que son frère lui reproche d’ailleurs :

  • 11 II, vi, p. 290.

Un roi ne doit jamais épouser sa sujette,
De quelque illustre sang qu’elle puisse sortir.
L’intérêt de l’état n’y saurait consentir11.

10Reste à s’interroger sur ce jeu de contraste et de contrepoint entre l’ambitieux et l’indiscrète, qui vient s’ajouter à un canevas rappelant celui de l’Inès de Castro de La Motte (1723). Il paraît associer à l’homme et à la femme deux rapports différents à l’amour de soi.

  • 12 Helvétius, Discours 3, chapitre 11 : » À quoi donc attribuer l’ardeur avec laquelle on recherche l (...)

11Remarquons que l’ambition, qui est le désir d’obtenir toujours plus, repose sur l’insatisfaction. Le sujet n’est jamais satisfait de ce qu’il possède et souhaite toujours davantage : on associe un amour de soi infini à une volonté d’emprise12. Cet amour de soi, Clarice le définit avec lucidité :

  • 13 III, ix, p. 314.

Un cœur ambitieux ne pense pas de même :
C’est son intérêt seul qu’il recherche et qu’il aime13.

  • 14 Helvétius, Discours 3, chapitre 11 : « […] l’on n’aime point le respect comme respect, mais comme (...)
  • 15 « J’entends, par ce mot de passion forte, une passion dont l’objet soit si nécessaire à notre bonh (...)
  • 16 Ce qui constitue une représentation assez directe de cette mécanique du mouvement intérieur mise e (...)

12Face à l’ambitieux, l’indiscrète. L’indiscrétion suppose l’incapacité de se taire, c’est-à-dire une incapacité à maîtriser ses propos. Paradoxalement, l’indiscrétion tient à la fois du lapsus et du désir de maîtrise. Dire tout, c’est prouver que l’on sait tout. Ainsi, l’ambition et l’indiscrétion se rejoignent, puisque toutes deux sont la manifestation d’un désir d’emprise. Cependant, alors que l’ambition suppose un certain contrôle de soi, l’indiscrétion suppose en revanche que ses propos échappent au sujet. D’ailleurs, nous l’avons remarqué, le dilemme de l’ambitieux se donne à voir dans le monologue, celui de l’indiscrète dans le dialogue, suggérant la dépendance de Dona Beatrix par rapport à l’autre. De fait, l’ambition ne concerne que soi, l’indiscrétion engage forcément autrui. Le défaut féminin est donc aussi une manifestation d’un mode d’être du sujet toujours engagé dans sa relation à autrui et dépendant de son regard. Au contraire, l’ambition serait le propre d’un caractère se situant au-dessus du monde, dans un état surplombant14. Destouches semble attribuer à chaque sexe une passion et un amour de soi prenant une forme très différente : tandis que l’homme parvient en somme, à utiliser sa passion de façon efficace pour parvenir à ses desseins, la femme en revanche, se rattachant à une tradition du personnage comique, fait se retourner contre elle son projet, à son insu même. En termes propres à Helvétius, on pourrait dire qu’elle n’est pas animée par une passion suffisamment forte15 pour réaliser un grand dessein ni capable d’élever son esprit aux considérations suffisantes pour obtenir ce qu’elle souhaite. À moins de considérer que ce qu’elle souhaite vraiment c’est simplement cet échange produisant à chaque fois un effet de nouveauté : on pourrait supposer qu’il y a, dans ce flux de paroles continu cherchant à produire à chaque fois sur l’interlocuteur un effet de surprise et créant une excitation de la locutrice16.

13La discussion, par le biais de l’indiscrétion, du désir de montrer ce que l’on sait, de prendre l’avantage, va bien dans le sens de ces « impressions neuves » rappelant à dona Béatrix le sentiment de son existence. Le contraste est d’ailleurs saisissant entre l’Infante, interlocutrice cherchant uniquement à savoir la vérité au sujet de son mariage, usant d’une parole réfléchie et Dona Beatrix, incapable de maîtriser son désir de parler :

  • 17 III, v, p. 301-302.

L’Infante. Sa visite chez vous ne doit plus m’étonner.
Il vous cherche, sans doute ?
Dona Béatrix. […] Et le roi vient ici pour un autre sujet.
L’Infante. Pourriez-vous me le dire ?
Dona Béatrix. Ah ! je suis trop discrète.
Si vous me promettiez pourtant d’être secrète…
L’Infante. Oui.
Dona Béatrix. Je n’aime rien tant que la discrétion ;
Elle est essentielle en cette occasion.
Vous saurez donc… Mais, non, j’ai juré de me taire.
L’affaire est délicate, et c’est un grand mystère17.

14L’effet comique procède évidemment de l’écart entre ce que dit Dona Béatrix et la réalité. On voit bien, par ailleurs, dans les explications que donne son époux, la puissance conjuguée de la vanité et du « besoin d’être remué » caractérisant, selon Helvétius, l’esprit humain.

  • 18 I, iv, p. 255.

Son indiscrétion va jusques à l’excès,
Et j’en vois chaque jour quelque nouvel accès.
Curieuse, empressée, elle veut tout apprendre ;
Et tout ce qu’elle sait elle va le répandre.
Le crédit de mon frère et mon autorité
Jusqu’à l’extravagance enflent sa vanité18.

  • 19 « On voit donc que ce sont les passions et la crainte de l’ennui qui communiquent à l’âme son mouv (...)

15Dans ce parallélisme « tout apprendre/Et tout ce qu’elle sait elle va le répandre » sont indiqués à la fois le désir de contrôle et son impossibilité. L’indiscrétion suppose un flux continu de l’extérieur vers l’intérieur et vice-versa impliquant au final un vide du sujet. La vacuité est le revers de la « vanité », dans laquelle le sujet croit être le centre de tout, ou en d’autres termes l’indiscrétion cherche, pourrait-on avancer, à contrebalancer cette peur de l’ennui qui guette tout un chacun19.

16Quant à la tirade de Don Fernand adressée à son père cherchant à l’emmener avec lui, elle indique immédiatement ses motivations implicites, le désir permanent d’être honoré, glorifié, se fondant lui aussi sur une isotopie du vide/plein pouvant recouvrir aussi bien un amour de soi abyssal qu’une échappatoire à l’ennui :

  • 20 V, ii, p. 346.

Don Fernand.
Ah ! Seigneur, vos plaisirs ne sont pas faits pour moi ;
Votre tranquillité m’inspire de l’effroi.
Moi, dans la solitude, en proie à mes pensées,
J’irais me consoler de mes grandeurs passées,
Et du comble d’honneurs où j’allais parvenir !
Quel état languissant ! Peut-on le soutenir ?
Non, non, dans cet état je vivrais misérable,
Et serais à moi-même un poids insupportable.
Un cœur tel que le mien déteste le repos.
Pour moi la vie obscure est le plus grand des maux ;
Et pour m’en préserver, innocent ou coupable,
Il n’est aucun effort dont je ne sois capable20.

17Cette tirade montre combien l’engagement dans l’action constitue le moyen de ne pas être confronté à soi-même. Don Fernand est en somme son pire ennemi et ses propos, qui prouvent combien il se condamne à une vaine quête, relèvent bien du tragique. D’un côté donc, il a de lui une haute estime qui l’encourage à tenter d’obtenir l’impossible ; de l’autre, cet engagement dans la politique n’apparaît que comme le revers d’une totale fuite de soi. Les deux faces du personnage indiquent, déjà, combien le personnage de Destouches n’est pas la simple illustration d’un vice. Le dilemme de Don Fernand, cherchant avant tout sa gloire et prêt à sacrifier l’amour de Clarice se présente ainsi comme le reflet inversé du Don Phèdre de l’Inès de Castro de La Motte, qui a déjà épousé Inès et obtenu d’elle deux enfants lorsque la pièce commence. Don Phèdre se montre prêt à encourir tous les risques et sacrifie sa gloire pour celle qu’il aime. L’individu est entièrement au service du sentiment amoureux. Au contraire, Don Fernand sacrifie celle qu’il aime et lui-même sur l’autel de l’ambition, tout entier asservi à une glorification du « moi ». Il n’acquiert pas, en ce sens, de véritable grandeur tragique dans la mesure où son choix, au lieu d’être véritablement héroïque et bien qu’il lui cause de grandes souffrances, est totalement subordonné à son intérêt personnel.

18Le roi de Castille, qui a choisi Clarice au lieu de l’infante d’Aragon, est une autre réminiscence de Don Phèdre. L’intrigue se situe donc en quelque sorte en amont de celle d’Inès, le roi se trouvant confronté au dilemme entre devoir politique et sentiment amoureux. La tragi-comédie de Destouches ne donne donc pas à voir un sujet tragique, embrassant une cause perdue d’avance. Elle propose au contraire de représenter un moment de dilemme, d’écartèlement entre plusieurs possibilités d’existence qui rend au sujet sa capacité à se définir et se choisir lui- même. Le roi de Castille a donc le choix entre épouser Clarice ou l’Infante. Ayant appris par l’Indiscrète que Clarice ne l’aime pas, il choisit de savoir la vérité par la jeune fille elle-même avant de se résoudre au mariage avec l’Infante.

  • 21 « […] leurs romans et leurs comédies ne sont fondés que sur des intrigues, des déguisements, des r (...)
  • 22 Don Louis rappelle d’abord à l’Infante les raisons politiques de son travestissement avant de lui (...)

19Celle-ci hérite son travestissement de la tradition du roman et de la comédie espagnoles (selon Destouches dans sa préface21). Mais ce dernier reste aussi caractéristique de la dramaturgie de Destouches elle-même, dont nous verrons au fil de nos analyses combien elle prend fréquemment pour pilier de ses intrigues des jeux du théâtre avec lui-même. Nous trouvons donc, chez Destouches, un redoublement de la dissimulation. Chez La Motte, seuls Inès et Don Phèdre dissimulaient. Chez Destouches, la dissimulation de Clarice et de don Fernand s’accompagne de celle de l’Infante, dont les motifs plutôt d’ordre politique sont en fait camouflés sous un motif apparent très similaire à celui du Jeu de l’amour et du hasard (1730)22. Ce qui est amusant et relève évidemment de la comédie, c’est que le faux motif devient le vrai : l’Infante découvrant que le roi aime Clarice doit déployer toute son éloquence pour intéresser le roi à son propre sort et assiste impuissante à la venue de la jeune beauté et aux compliments que lui prodigue le roi.

20Quant à Clarice, justement, elle constitue l’enjeu essentiel de la tragi-comédie, comme Inès l’était dans la tragédie éponyme. Cependant, elle n’a pas hérité de sa devancière l’art de dissimuler et clame la vérité sitôt qu’on la lui demande. Étrangère à l’ambition, tout entière du côté du sentiment, elle est la victime de la manipulation des deux ambitieux et sans doute le personnage le plus pathétique.

21Don Fernand et Dona Béatrix, de façon là encore analogue, instituent vis- à-vis d’elle une relation de maîtrise destinée à asseoir leur pouvoir. Dona Beatrix utilise directement l’ordre :

  • 23 II, iv, p. 283.

Dona Béatrix. Vous dépendez de moi.
Dona Clarice. Oui, ma tante.
Dona Béatrix. Et je veux que vous aimiez le roi…
Et non pas Don Fernand23.

22De son côté Don Fernand applique à Clarice sa propre aspiration à une « gloire » étrangère à cette dernière et pour cause, puisque c’est Don Fernand lui- même qu’elle aime :

  • 24 II, iv, p. 284.

Madame, je n’ai point la vanité de croire
Que vous veuillez pour moi renoncer à la gloire
Où vos divins appas peuvent vous élever.
Quand l’amour le voudrait, il faudrait le braver.
Songez qu’un roi vous aime ; un roi dont la tendresse
Aurait de quoi charmer la plus grande princesse :
Sa personne, son rang, tout vous parle pour lui24.

23Cette tirade, dont le style est celui de la tragédie, est intéressante à lire à la lumière des actes de langage indirects. Sous une apparente affirmation d’humilité, la première phrase constitue en réalité un refus d’accepter l’amour de Clarice et une exhortation à l’ambition. La deuxième et la troisième phrase constituent un ordre indirect d’aimer le roi. L’Ambitieux, comme l’Indiscrète, sacrifient l’autre sur l’autel de leur narcissisme. Le désir de l’autre est entièrement dénié sous l’apparence d’un discours désintéressé. Le discours tragique est ainsi détourné de sa visée initiale : sous les apparences d’une feinte humilité et d’une abnégation remarquable, il vise simplement à obtenir de la jeune femme l’impensable, le sacrifice de soi.

24Nous assistons en conséquence, à l’Acte III scène xii, à un étrange duo d’amour au cours duquel Don Fernand non seulement réaffirme le choix de l’ambition contre l’amour, mais justifie son choix en déclarant du même coup à Clarice qu’il en va de son bonheur. Le déploiement des impératifs et de la deuxième personne indique à la fois la volonté d’emprise sur Clarice et la projection de son ambition :

  • 25 P. 317.

Don Fernand. Clarice, au nom du ciel, modérez ce transport ;
Et, pour nous rendre heureux, faites-vous un effort.
Dona Clarice. Que je suis malheureuse !
Don Fernand. Y pensez-vous, Clarice ?
[…]
Est-il rien de si beau que d’être souveraine ? […]
Les plus grands de l’état sont vos humbles sujets.
Un seul de vos regards est tout ce qu’on désire25.
[…]

25Au lieu de répondre à la souffrance de Clarice, Dom Fernand déploie le tableau de ses projections imaginaires. On le voit, le « nous » et le « vous » ne peuvent se rejoindre, comme l’avoue un peu plus loin Don Fernand :

  • 26 III, xii, p. 318-319.

Don Fernand. Je ne puis qu’avec vous goûter un vrai bonheur.
Mais enfin ma raison veut être la plus forte,
Et sur tout mon amour votre intérêt l’emporte.
Dona Clarice. C’est le vôtre plutôt ; c’est votre ambition.
Votre cœur ne connaît que cette passion.
Vous m’en donnez, ingrat ! une preuve éclatante.
Que je me veux de mal ! que ne suis-je inconstante !
Que j’aurais de plaisir à me venger de vous26 !

26L’obstacle proposé à l’amour est purement intérieur, il vient de ce sujet gouverné par l’amour-propre, qui cherche à dominer l’autre, fidèle à sa logique interne. Il nous semble bien y avoir là, à travers l’affrontement entre la douce Clarice et don Fernand, une représentation de l’affrontement entre les deux « moi » mis en exergue par Elena Russo.

  • 27 La cour et la ville de la littérature classique aux Lumières, op. cit., p. 20-21.

À la cour se fabrique le modèle du courtisan, doté (à l’exemple du Prince), d’un « moi souverain » qui est le produit de son travail sur lui-même, en même temps que l’instrument dont il se sert pour contrôler autrui. C’est en se maîtrisant soi-même, écrit Balthasar Gracian, que l’on peut maîtriser les autres. À la ville, dans le secret de l’espace intime ou au cœur des salons, l’honnête homme développe un moi décentré, qui a moins pour finalité le pouvoir que le plaisir et la cohabitation harmonieuse avec autrui. À la quête de succès, l’honnête homme préfère celle du bonheur, le sien propre, qu’il ne peut obtenir qu’en faisant celui des autres. […] Ce moi, pour lequel nous proposons le qualificatif d’excentrique ou de relationnel, cherche son accomplissement non dans la quête d’une pureté, mais à travers l’identification emphatique à autrui ou à des modèles surgis de l’imaginaire. C’est un moi qui s’invente et se construit au fur et à mesure […] Bref, un moi qui accepte la contingence du réel, le compromis avec lui-même et avec autrui, et qui ne vise pas à l’absolu27.

  • 28 « Don Philippe. […] Que faudrait-il pour vous rendre contente ?
    Dona Clarice. Un séjour sans éclat, (...)

27Clarice, en qui Don Philippe reconnaît son alter ego28, qui préfère aux honneurs la douceur d’un sentiment vrai et qui choisit contre l’espace de la cour celui de la vie privée, est une belle représentante de ce « moi relationnel ». Ainsi leur entente est de fait impossible, vouée à l’échec et au malentendu.

28Au contraire, Don Fernand et Dona Béatrix se rejoignent dans cette « quête de l’absolu », mais alors que l’un se maîtrise, l’autre au contraire est le jouet de ceux qui savent la manipuler, avant d’être finalement sa propre victime, puisque c’est son indiscrétion qui les perd devant le roi :

  • 29 IV, x, p. 339.

Le roi. Quel est donc ce mystère ?
Don Philipe. Si Clarice le veut, elle peut l’éclaircir ;
Faites parler son cœur.
Dona Béatrix. Comment donc ! la noircir
Dans l’esprit du roi ! vous ! lorsque votre tendresse
Devrait tout employer pour cacher sa faiblesse !
Le roi. Sa faiblesse ! ah ! qu’entends-je ? et quels soupçons affreux29 !…

29L’acte manqué, qui dévoile au lieu de taire, manifeste la complexité du sujet parlant, et exhibe déjà cet inconscient dont Michel Gilot et Jean Seroy annoncent le triomphe chez Marivaux. Dona Béatrix, personnage qui rappelle par sa bêtise, sa dureté et son ambition impitoyable, la mère d’Henriette dans les Femmes Savantes ou encore la Mme Pernelle du Tartuffe est un personnage hybride, tenté par le « moi souverain » mais incapable de cette force qui en fait la grandeur, gouverné par des pulsions opposées qui font de sa parole un vivier de contradictions.

30S’il est question ici, comme chez Inès de Castro, de taire le secret, l’intrigue est donc totalement inversée. Le secret à taire n’est plus celui des amours du prince contrevenant aux désirs du roi, mais le sentiment de Clarice pour un autre que le roi, qui l’aime. Chaque personnage apparaît donc déchiré dans un univers très sombre : don Philippe est marié à une femme qu’il n’aime pas et dont il doit contrecarrer les projets, Don Fernand choisit son ambition contre celle qu’il aime, le roi apprend que Clarice ne l’aime pas et que Don Fernand, son favori, lui a menti, tandis que l’Indiscrète dévoile à son corps défendant le secret qu’elle gardait jalousement. Quant à l’Infante, elle n’est choisie que sur les aveux de Clarice confirmant au roi qu’il a été joué. Seuls sont sauvegardés le personnage du père et celui de Don Philippe, qui mettent au premier plan le service du roi tandis que rien ne garantit au dénouement la conversion de Don Fernand.

31Cette tragi-comédie déplace donc l’intérêt, par rapport à la tragédie de La Motte, de la faute du fils contrevenant à la loi, à celle du courtisan abusant son roi, entraînant avec lui une jeune femme innocente et encourageant le roi à aller contre les lois. La substitution de l’ambition à la passion crée un univers où le déchaînement des intérêts personnels est au centre de l’action et où aucun couple n’est agi par un sentiment amoureux réciproque. Rien ne prouve en effet que don Fernand s’amendera auprès de Clarice. Si Destouches emploie donc un personnage comique, le tragique, lui, semble naître de l’impossibilité d’assouvir les différents intérêts en lutte les uns contre les autres. De plus, le semblant de liberté que paraissait procurer aux personnages une intrigue plus « ouverte » que celle d’Inès est finalement démenti par la suprématie de l’amour de soi qui guide chaque personnage vers l’assouvissement de son désir propre. Même le roi ne se résout finalement que par dépit et nécessité à épouser l’Infante. Il est sûr que sans le personnage de l’Indiscrète, nous ne retrouverions là aucun élément comique et que la tragi- comédie propose une réflexion nouvelle sur le tragique au xviiie siècle. Celui-ci naît, ici, de plusieurs facteurs conjugués : l’affrontement entre les différentes formes que revêt l’amour de soi, joint à un sens du mensonge et de la feinte qui semble gagner tous les personnages. Quant au mariage, soit il a été imposé par un parent (Don Félix reconnaissant son erreur) ou par la tradition politique, soit il est rendu caduc par le heurt en l’individu d’aspirations contradictoires.

32Rappelons enfin que, si Don Fernand échoue, c’est donc à cause de Dona Béatrix et nullement à cause d’une erreur personnelle. En conséquence, il semble que se dessine chez Destouches un imaginaire dans lequel la femme, héritière d’une tradition comique, constitue bien la menace essentielle. Qu’on songe à la belle-sœur du philosophe marié, autre indiscrète dont Ariste craint le pire et qui en effet lâche plusieurs traits fielleux et inquiétants. Qu’on songe encore au babil implacable de Julie dans L’Obstacle imprévu, ou à celui de Clarice, dans Les philosophes amoureux. La femme est très souvent un personnage qui ne se soucie que de soi, qui veut plaire, et n’a cure du mal qu’il peut faire aux autres.

33La femme telle qu’elle est représentée chez Destouches est tantôt sensée, profonde, savante sans ostentation, dans la lignée de l’Henriette des Femmes savantes : il en est ainsi d’Angélique dans L’Obstacle imprévu, de la femme du Philosophe marié, d’Hortense dans L’Homme singulier, d’Arténice dans Les philosophes amoureux, ou encore de la fausse Agnès, dans la comédie du même nom, et qui ne se montre savante à l’excès que parce qu’on l’accule à épouser la bêtise. Tantôt au contraire elle est plutôt écervelée et artificieuse ou, pour reprendre un développement déjà évoqué, elle se situe finalement du côté d’une agitation perpétuelle qui, lui procurant le sentiment de son existence, la protège de l’ennui. Deux espèces de femmes semblent en tout cas s’affronter dans la comédie de Destouches : d’un côté Clarice et sa noblesse d’âme, de l’autre Dona Béatrix et son caractère ridicule.

Anmerkungen

1 Voir la Notice du Glorieux de J. Truchet, Théâtre du xviiie siècle, I, Paris, Gallimard, 1072, p. 1403 : « […] d’Alembert et d’autres contemporains nous apprennent qu’il a été la victime de son interprète, l’acteur Quinault-Dufresne, lui-même extraordinairement « glorieux », qui refusa de la manière la plus absolue de jouer une pièce dans laquelle son personnage se serait vu humilier au dénouement. Dans une première version, soumise d’abord aux comédiens, Tufière était en effet condamné par tous à la fin, et Isabelle refusait de l’épouser. » De leur côté, Sophie Marchand et Magali Soulages y voient une volonté délibérée de Destouches proposant là un « dénouement pathétique réconciliateur, qui dramatise la conversion du comte aux valeurs de l’humanité ». Le Théâtre français du xviiie siècle, P. Frantz et S. Marchand (dir.), L’Avant-scène théâtre, 2009, p. 135.

2 Choix que Fréron blâme franchement : « L’Ambitieux et l’Indiscrète, tragi-comédie, jouée le 14 juin 1737, eut treize représentations, mais un faible succès. L’ambition est une de ces passions qui demande les couleurs de Melpomène ; la transposer sur le théâtre de Thalie, c’est la dénaturer et l’exposer à se montrer sous des traits froids, inanimés. Le personnage de l’Indiscrète est tout à fait déplacé, et ne va point du tout à côté de celui de l’Ambitieux. De pareils traits peuvent être dans la nature réelle, mais non dans la nature théâtrale, toujours ennemie de la charge et du ridicule outré. » L’Année Littéraire, op. cit. p. 170. Cailhava critique de son côté le choix du titre, voire celui des personnages, pour des raisons d’ordre dramaturgique, le risque de dispersion d’intérêt : « Titres qui annoncent un double Caractère.
Le Dissipateur, ou l’Honnête Friponne ; L’ambitieux ou l’indiscrète, de Destouches. Si l’un des caractères est subordonné à l’autre, le titre ne doit annoncer que le caractère dominant : si au contraire les deux caractères sont de la même force, s’ils partagent également l’intérêt, la curiosité, s’ils concourent également à l’intrigue, au dénouement, c’est un défaut essentiel dans la pièce. » De l’art de la comédie, chapitre 26, « Du choix du titre », Paris, La Veuve Duchesne, 1786, p. 118-119. Par ailleurs, Cailhava se montre aussi franchement hostile au choix du rang des personnages, au nom de la distance qui se fera sentir entre eux et le public : « Nombre d’auteurs, entraînés par la vanité de faire croire qu’ils vivent dans le grand monde, prennent leurs sujets et les caractères de leurs personnages chez nos demi-dieux, quelquefois même dans l’Olympe : témoins Le Favori de Madame de Villedieu et L’Ambitieux de Destouches. Comment ces auteurs enorgueillis de la qualité de leurs personnages, veulent-ils qu’un petit marchand, qu’une simple bourgeoise puissent s’intéresser à une intrigue de cour ; et que n’ayant pas la moindre connaissance du caractère d’un courtisan, ils décident s’il est bien ou mal peint ? […] C’est vouloir être inintelligible pour la moitié des spectateurs ; c’est demander à un villageois, qui n’a jamais vu le Roi, si ses portraits sont ressemblants ; faites-lui voir celui de son bailli ou de son curé, si vous voulez savoir son avis. » Chapitre 31, « Des caractères propres à être sentis par les personnes d’un certain rang seulement. », p. 96-97.

3 Destouches, Préface de L’Ambitieux et l’Indiscrète, Œuvres dramatiques de N. Destouches, tome troisième, Paris, Tenré, 1821, p. 227-229.

4 Ibid., p. 230.

5 Ibid., p. 230.

6 Ibid., p. 233.

7 II, v, p. 285.

8 Discours 3, chapitre 11, « De l’ambition », p. 307.

9 II, vi, p. 288.

10 II, vi, p. 287.

11 II, vi, p. 290.

12 Helvétius, Discours 3, chapitre 11 : » À quoi donc attribuer l’ardeur avec laquelle on recherche les dignités ? À l’exemple de ces jeunes gens riches qui n’aiment à se montrer au public que dans un équipage leste et brillant, pourquoi l’ambitieux ne veut-il y paraître que décoré de quelques marques d’honneur ? C’est qu’il considère ces honneurs comme un truchement qui annonce aux hommes son indépendance, la puissance qu’il a de rendre, à son gré, plusieurs d’entre eux heureux ou malheureux, et l’intérêt qu’ils ont tous de mériter une faveur toujours proportionnée aux plaisirs qu’ils sauront lui procurer. », p. 299.

13 III, ix, p. 314.

14 Helvétius, Discours 3, chapitre 11 : « […] l’on n’aime point le respect comme respect, mais comme un aveu d’infériorité de la part des autres hommes, comme un gage de leur disposition favorable à notre égard, et de leur empressement à nous éviter des peines et à nous procurer des plaisirs. », De L’Esprit, op. cit., p. 299.

15 « J’entends, par ce mot de passion forte, une passion dont l’objet soit si nécessaire à notre bonheur, que la vie nous soit insupportable sans la possession de cet objet. » Discours 3, chapitre 6, « De la puissance des passions », De L’Esprit, op. cit., p. 269.

16 Ce qui constitue une représentation assez directe de cette mécanique du mouvement intérieur mise en évidence par le philosophe : « Nous souhaiterions donc, par des impressions toujours nouvelles, être à chaque instant avertis de notre existence ; parce que chacun de ces avertissements est pour nous un plaisir. […]
En effet, si les impressions nous sont d’autant plus agréables qu’elles sont plus vives, et si la durée d’une même impression en émousse la vivacité, nous devons donc être avides de ces impressions neuves qui produisent dans notre âme le plaisir de la surprise. » Discours 3, chapitre 5, De L’Esprit, op. cit., « Des forces qui agissent sur notre âme », p. 263.

17 III, v, p. 301-302.

18 I, iv, p. 255.

19 « On voit donc que ce sont les passions et la crainte de l’ennui qui communiquent à l’âme son mouvement, qui l’arrachent à la tendance qu’elle a naturellement vers le repos, et qui lui font surmonter cette force d’inertie à laquelle elle est toujours prête à céder. » Helvétius, Discours 3, chapitre 5, « Des forces qui agissent sur notre âme. », De L’Esprit, op. cit., p. 265.

20 V, ii, p. 346.

21 « […] leurs romans et leurs comédies ne sont fondés que sur des intrigues, des déguisements, des reconnaissances ; et j’ose dire qu’il faut ignorer entièrement le génie de cette nation pour trouver étrange que l’infante d’Aragon fasse un aussi petit voyage dans une cour où il ne s’agit pour elle que des plus grands intérêts. » Préface, p. 237-238.

22 Don Louis rappelle d’abord à l’Infante les raisons politiques de son travestissement avant de lui exposer leur stratégie :
« Si vous vous déclarez, dites toujours, Princesse,
Que vous avez risqué de venir en ces lieux
Pour connaître le roi, pour le voir de vos yeux,
Pour l’épouser par choix, et non par politique.
Ce discours spécieux tiendra de l’héroïque :
Je connais cette cour, il y réussira ;
Et, loin de vous blâmer, on vous admirera. », III, ii, p. 295-296.

23 II, iv, p. 283.

24 II, iv, p. 284.

25 P. 317.

26 III, xii, p. 318-319.

27 La cour et la ville de la littérature classique aux Lumières, op. cit., p. 20-21.

28 « Don Philippe. […] Que faudrait-il pour vous rendre contente ?
Dona Clarice. Un séjour sans éclat, une vie innocente,
Avec un tendre époux, qui, content de mon cœur,
En me donnant le sien pût faire son bonheur.
Don Philippe, à part. Je voulais lui prêcher la raison, la sagesse ;
Mais je suis le disciple, et voilà ma maîtresse. » IV, vi, p. 330.

29 IV, x, p. 339.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540