Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et faire la géographie sociale

 | 
Raymonde Séchet
, 
Vincent Veschambre

Deuxième partie. Individus, groupes, rapports sociaux dans l’espace : quels mots pour le dire ?

Du « rôle de l’espace » aux théories de « l’acteur » (aller-retour)

La géographie à l’épreuve des mouvements sociaux

Fabrice Ripoll

Texte intégral

  • 1 [ripoll@mrsh.unicaen.fr].

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Crettiez, Sommier, 2002 : 15.

« […] les phénomènes d’action collective ont donc d’abord retenu l’attention des historiens et des psychologues, puis des économistes et enfin des sociologues, bien avant que la science politique ne s’en préoccupe. »
La France rebelle (2004)2

2Au point de départ de ce texte, un paradoxe : la géographie est (presque) unanimement définie comme une science sociale ; et pourtant elle semble encore plus qu’hésitante à explorer de nombreux faits sociaux. Parmi eux, l’action collective ou les mouvements sociaux, les formes de militantisme, sont particulièrement délaissés ; et pourtant, cela fait quelques années maintenant que, s’il on en croit J. Lévy, « la géographie n’a plus peur du politique » (Lévy, 1988 : 18). Paradoxe redoublé à l’heure où la catégorie d’acteur y devient aussi incontournable qu’ailleurs (à qui veut être audible…). Ainsi, à l’annonce d’un sujet de thèse sur les mouvements dits « de chômeurs » et « altermondialistes », la réaction la plus courante est la surprise et l’interrogation :

« […] Mais où est l’espace dans tout cela ? […] Pourquoi ne pas avoir choisi des mouvements sociaux ou conflits ayant l’espace comme enjeu, ou encore les conséquences spatiales de ces conflits ? […] En quoi est-ce de la géographie ? […] »

« MAIS OÙ EST L’ESPACE DANS TOUT CELA ? »

3Il est important de répondre à ces interrogations. Il l’est plus encore de comprendre leurs raisons d’être.

Les restrictions et réticences des géographes

  • 3 « La discipline a toujours été plus attentive à la description des paysages, au dénombrement stati (...)
  • 4 C’est cet enjeu commun qui justifie leur rapprochement ainsi que leur dénomination commune de « co (...)
  • 5 C’est l’hypothèse centrale du séminaire que je co-anime avec V. Veschambre depuis juin 2000 (ESO, (...)

4En fait, c’est un constat partagé par tous ceux qui se sont penchés sur l’histoire de la discipline, les géographes ont longtemps évité la question des pratiques politiques et des conflits sociaux3. Aujourd’hui encore, malgré l’existence de la « géographie politique » comme de la « géopolitique », ils ne sont pas nombreux à se risquer sur un tel chemin. Et quand ils le font, ils se restreignent le plus souvent à certaines pratiques (les élections, pratiques dites « conventionnelles ») et certains types de conflits (fonciers, pour l’environnement, le cadre de vie, le patrimoine, l’identité régionale ou nationale, les ressources ou frontières, etc.). Plus précisément, les géographes ont tendance à n’étudier que les conflits ayant « l’espace » (ou le « territoire ») pour enjeu – ou plutôt ce qu’ils considèrent comme tel4. Cette focalisation a l’inconvénient de risquer l’exclusion a priori d’autres conflits et d’autres aspects de leur dimension spatiale tout aussi intéressants. Il est hors de question de nier l’importance de cette entrée par l’espace-enjeu. Tout au contraire : l’appropriation de l’espace, notamment, est une question sans doute incontournable pour la géographie, a fortiori pour une géographie sociale désireuse d’interroger les inégalités sociales et rapports de pouvoir5. Il ne s’agit donc pas de « se poser en s’opposant ».

  • 6 À titre d’exemple, certains géographes ne voient pas d’autre façon d’appréhender l’objet « événeme (...)

5Mais on peut malgré tout retourner la question : pourquoi se restreindre, parmi les enjeux sociaux, à ceux qui sont reconnus comme géographiques, spatiaux ou encore territoriaux ? Parce qu’il s’agit incontestablement d’espace et que la géographie est « souvent rebelle à l’introduction de notions qui ne sont pas l’objet d’une traduction spatiale immédiate » (Raffestin, 1980 : 1) ? Sans doute. Quand les géographes se permettent de concurrencer les autres spécialistes, c’est souvent au nom du fait que les questions étudiées participent à « l’organisation de l’espace » (ou aujourd’hui à la « production des territoires »)6. Mais c’est la reconnaissance de cette tendance qui invite à y résister : « produire des connaissances » et pratiquer la « réflexivité » demandent d’interroger les démarches qui prévalent et de mettre en lumière leurs ombres portées. Deux grandes restrictions ou réticences apparaissent alors, qui ne semblent pas justifiées et appellent deux critiques :

  1. L’espace comme cadre matériel et les enjeux généralement considérés comme géographiques ne sont finalement qu’un type d’enjeux parmi beaucoup d’autres possibles. Il faut donc les remettre à leur juste place : particulière (ce qui ne veut pas dire secondaire). On peut même faire une hypothèse qui commande de ne pas s’enfermer dans ce type d’enjeux : c’est que par leur nature même, ces enjeux représentent un ensemble de modalités spatiales de l’action collective que l’on ne retrouverait pas nécessairement pour les autres. Étudier des conflits qui ne sont pas pour « l’espace » devrait permettre de mener des comparaisons quant aux conséquences que leur dimension spatiale a sur leur déroulement, leurs contraintes, etc.
  2. La question des enjeux n’est elle-même qu’une entrée parmi beaucoup d’autres sur l’action collective. Il semble en effet se dégager une autre tendance à laquelle il faut tout autant résister : celle à ne pas vraiment prendre l’action collective en tant que telle comme objet de recherche, ou à la traiter de façon très indirecte. On étudie les enjeux, les revendications déclarées et objectifs supposés des protagonistes, leurs discours et intérêts, etc. mais on entre rarement dans la fabrique des mobilisations collectives. Ainsi, le choix qui a été fait est de renverser la tendance et l’ordre des priorités : travailler directement sur l’action collective en tant que telle, quitte à ce que « l’espace » ne soit traité qu’indirectement.

La géographie aux prises avec ses contradictions

6Bien entendu, ma formation caennaise, dans une université où le « renversement de l’ordre des facteurs » prôné par R. Rochefort a été repris par les défenseurs de la géographie sociale, n’est pas pour rien dans ces déplacements non seulement de centre d’intérêt mais aussi de problématique. Certains diront que ce n’est plus d’actualité depuis que la géographie est définie comme science sociale. Mais la tendance encore forte à se focaliser sur un « espace » compris comme surface terrestre ou au mieux sur les rapports entretenus avec elle (« rapports spatiaux », « rapports à l’espace ») plaide en faveur d’une certaine vigilance critique et pousse à rappeler l’importance de travailler sur le monde social, les rapports sociaux, en tant que tel. Si la géographie est vraiment une science des êtres-humains-en-société et non de la surface terrestre (même aménagée), elle doit pouvoir traiter de tout objet social sans avoir aucune inquiétude à ce sujet. Autrement dit, les géographes qui à la fois définissent leur discipline comme une science sociale et qui s’inquiètent face à un tel objet de recherche, où l’espace n’apparaît pas immédiatement, sont purement et simplement contradictoires.

7Il est primordial de comprendre cette situation. Il faudrait un travail de recherche spécifique, historique et épistémologique, pour expliquer de façon précise ces restrictions et inquiétudes. Néanmoins, un premier survol de l’histoire de la géographie française et de ses rapports avec les autres disciplines permet de dégager une hypothèse à explorer : cette contradiction ne provient-elle pas d’une situation contradictoire de la discipline elle-même, sur les plans à la fois épistémologique et social (institutionnel) ? Plus précisément, tout se passe comme si les géographes qui veulent inscrire leur discipline dans le champ des sciences sociales devaient faire face à une « double contrainte » (double bind), c’est-à-dire à deux injonctions inséparables mais contradictoires : comment revendiquer ce statut de science sociale sans prendre la société comme objet ? Mais comment exister de façon autonome sans conférer à l’espace une autonomie ne serait-ce que relative ?

  • 7 Et qui était de plus en plus critiqué à l’époque (Mucchielli, 1998).
  • 8 Extrait de P. Vidal de la Blache, 1903, « La géographie humaine, ses rapports avec la géographie d (...)
  • 9 P. Vidal de la Blache, 1913, « Les caractères distinctifs de la géographie », Annales de géographi (...)
  • 10 Pour A.-M. Fixot, « une analyse plus serrée du discours vidalien montre, en fait, comment la géogr (...)
  • 11 Un commentaire, symptomatique de l’inconfort provoqué par cette réponse aussi ambiguë que la situa (...)

8Ce problème semble structurel et n’est d’ailleurs pas récent : il provient sans doute de la manière dont s’est constitué le champ scientifique. Au début du siècle dernier, P. Vidal de la Blache était déjà confronté à un dilemme analogue : face à la concurrence notamment de la sociologie (durkheimienne) et de l’histoire (l’École des Annales), il lui fallait à la fois défendre l’importance du milieu naturel et ne pas tomber dans le déterminisme naturaliste dont on l’accusait7. Sa réponse, qualifiée de « possibiliste », fut pour le moins incertaine : Vidal fonde, construit et défend ainsi officiellement la « géographie humaine »… et en fait une science naturelle ! La géographie humaine étudie-t-elle les hommes ? « La géographie humaine mérite donc ce nom, parce que c’est la physionomie terrestre modifiée par l’homme qu’elle étudie8. » Quelques années plus tard, l’une de ses plus célèbres citations affirme même que la géographie « est la science des lieux, et non celle des hommes », et ceci, fait éclairant, dans un article visant à définir les « caractères distinctifs de la géographie » (vis-à-vis de l’histoire en l’occurrence)9. Si les travaux des vidaliens les emmènent vers les hommes, l’inspiration naturaliste originelle, renforcée par le désir de scientificité mais aussi par l’obligation de se distinguer pour exister en tant que géographe (ce que l’on pourrait appeler l’effet de champ (Bourdieu, 1976, 1992), les poussent dans l’autre sens. Résultat : une géographie humaine qui n’est pas une science humaine10. Toutes les confusions sont permises11.

9Mais malgré l’assise institutionnelle dont disposent les vidaliens (au niveau de l’enseignement) et l’audience que la discipline obtient auprès des profanes et amateurs, on a tout de même l’impression que ce sont les sociologues durkheimiens, puis les historiens annalistes, qui sont ensuite sortis vainqueurs sur le plan du prestige intellectuel ou de la légitimité scientifique, à l’image du rayonnement de l’Année sociologique, puis des Annales d’histoire économique et sociale. Dans une large mesure, le terrain est abandonné par des géographes qui se tournent alors de plus en plus vers la géographie physique (et même vers la seule géomorphologie). La situation de la géographie humaine, coincée entre des démarches beaucoup plus sûres d’elles et/ou plus anciennes (la géographie physique, la sociologie et l’histoire), n’est sans doute pas pour rien dans la fameuse « modestie » réclamée par L. Febvre et souvent revendiquée par les géographes eux-mêmes. Est-elle autre chose qu’une certaine frilosité vis-à-vis des réflexions théoriques ou épistémologiques, couplée à une sorte de complexe d’infériorité vis-à-vis des autres disciplines ? Autant de sentiments qu’ils semblent avoir intériorisés, transfigurés en posture scientifique et mode de travail, et d’autant plus facilement transmis aux générations suivantes que, si la géographie physique va perdre peu à peu son prestige, l’histoire et la sociologie ne vont pas cesser de monter en puissance.

10Est-on si éloigné de la discussion de départ ? Tout au contraire. Tous les géographes ou presque récusent le déterminisme voire le possibilisme naturaliste. Les sciences naturelles ne sont plus le seul modèle de scientificité, et pour beaucoup ne sont plus un modèle du tout. Mais si la surface terrestre n’est plus l’objet de recherche déclaré de la géographie, la société n’a pas pour autant pris sa place. Après de nombreux débats et plusieurs « crises » théoriques dans les dernières décennies, la définition-institution centenaire de P. Vidal de la Blache faisant de la géographie humaine une science des lieux serait-elle toujours d’actualité ? Si un grand nombre de caractéristiques des travaux géographiques (et des géographes eux-mêmes) a changé, la logique qui présidait à cette posture semble toujours la même : limiter le champ de la géographie à ce qui semble lui être réservé, et qui n’est en théorie partagé avec (ni concurrencé par) aucune autre science. Le fait que l’espace a remplacé la nature change évidemment beaucoup de choses, mais la situation de la géographie vis-à-vis de l’étude des hommes et des sociétés comme vis-à-vis des autres sciences sociales, c’est-à-dire sa situation épistémologique et institutionnelle, semble être restée tout aussi ambiguë et incertaine (et toujours marquée par une faible reconnaissance scientifique). Autrement dit, tout se passe comme si la double injonction contradictoire, le dilemme des « géographes humains » ou « sociaux », avait changé de contenu mais restait efficace. On se rend compte plus clairement encore de cet état de fait quand on (se) pose la question du « rôle de l’espace » sur le social.

Le problème du « rôle de l’espace »

  • 12 Sauf dans les cas de changement « sociétal » majeur, si l’on en croit un certain nombre de travaux (...)
  • 13 La « sociolinguistique urbaine » est précisément une tentative de situer les discours, les locuteu (...)

11Où est l’espace ? C’est bien la première question que l’on peut et que l’on doit poser aux objets tels que l’action collective et les mouvements sociaux. D’autant plus facilement que la plupart des interprétations journalistiques et scientifiques de ce type d’événements n’interrogent pas vraiment leur dimension spatiale de façon explicite, systématique et approfondie. Les spécialistes de la question ont souvent tendance à faire comme si les divers protagonistes étaient en apesanteur, comme si leurs actions n’étaient pas strictement situées, non seulement dans le temps (ce que les chercheurs prennent en compte de plus en plus sérieusement) mais aussi dans l’espace. Tendanciellement « a-spatiaux », leurs travaux sont aussi mono-scalaires, l’échelle n’étant qu’exceptionnellement interrogée12. Paradoxalement, les géographes ne font pas toujours mieux que leurs collègues quand ils s’attachent aux « conflits territoriaux ». Il semble que le « retour de l’acteur » n’ait pas été synonyme de retour de l’action (au sens fort de pratique sociale), ou qu’à la faveur du linguistic turn celle-ci ait été réduite à ses formes ou productions discursives. Le monde social ne se réduit pourtant pas à un monde de discours, même si ceux-ci sont incontournables, et l’espace ou les rapports à l’espace ne se réduisent pas aux discours que l’on porte sur eux13. La question « où est l’espace ? » doit donc être prise au pied de la lettre, sans limitation a priori : qu’est-ce qui, dans un mouvement social, peut-être qualifié de spatial et être ainsi considéré comme l’approche privilégiée et légitime des géographes ? Mais cette question en appelle une autre, plus fondamentale : quel est son « rôle » dans l’existence, le déroulement, le résultat des mouvements sociaux ? Peut-on, doit-on, parler de « rôle actif », de « facteur spatial », d’« effet spatial », d’« effet de lieu », de « contrainte », de « condition », etc. ?

  • 14 Du point de vue chronologique, la volonté de légitimation de la discipline peut venir avant ou apr (...)

12Il semble en effet comme impossible de faire une recherche géographique sur la dimension spatiale de l’action collective sans supposer que le « rôle de l’espace » est au moins non négligeable (au sens strict : que l’on ne peut négliger) et se donner les moyens de le vérifier. Mais n’est-ce pas une manière, un peu euphémisée, de poser ce rôle comme « déterminant » ? L’hypothèse centrale qui sera présentée (mais non développée) ici est que poser ce type de questions, de cette manière, avec ces mots, c’est risquer de tomber dans un piège, celui d’une géographie (humaine) aux prises avec sa contradiction socio-épistémologique fondamentale : prendre pour objet et mettre en avant l’importance déterminante du social (et ainsi légitimer son statut de science sociale, tournant définitivement le dos à tout déterminisme naturaliste) et en même temps prendre pour objet et mettre en avant l’importance déterminante de l’espace (et ainsi légitimer son statut de discipline autonome, ayant un objet spécifique incontestable14). Certes, un grand nombre de géographes pensent résoudre le problème en déclarant travailler sur les relations, réciproques, systémiques ou dialectiques, entre l’espace et la société. Mais dans les faits, tout se passe comme si la contradiction ou tension était trop forte pour tenir les deux termes en même temps car la plupart des géographes finissent par privilégier l’un des deux au détriment de l’autre, ce qui entraîne une tendance à la bipolarisation des postures. Au final, les géographes au travail tendent à choisir entre l’une des deux positions symétriques et opposées.

13Le plus souvent, ceux qui choisissent de mettre l’accent sur l’espace affirment son origine ou sa nature sociale, ce qui semble donner à la géographie un objet propre tout en la définissant comme science sociale. La contradiction semble ainsi résolue. Cela dit, il n’est pas du tout sûr que cela marche aussi bien qu’il y paraît. Et surtout, ce n’est évidemment pas sans risque, à commencer par celui d’isoler l’espace, de se focaliser sur lui seul, et même de glisser vers un déterminisme que l’on peut qualifier de « spatialiste » : l’espace existe en soi, il a ses propres lois et agit sur la société (ou agit en retour, par rétroaction, mais cela revient au même). Pour R. Brunet notamment et certains tenants de l’analyse spatiale, la réponse est simple et radicale : après avoir affirmé que l’espace est une production sociale, il lui confère une autonomie telle qu’il est à la fois le fait à expliquer et le facteur explicatif à mobiliser. Bref, il s’agit « d’expliquer le spatial par le spatial », mais le social ne peut que se dissoudre dans l’opération.

  • 15 C’est le titre d’un numéro de la revue Géographie sociale (Géographie sociale, 1990). Tout récemme (...)
  • 16 Ce que j’appelle ici l’a-spatialisme n’est sans doute pas différent de l’« atopie » selon H. Lefeb (...)

14C’est contre les restes de déterminisme naturaliste de la géographie classique, mais aussi contre les tendances objectiviste et spatialiste de ces nouvelles approches, que se sont affirmés les tenants de l’espace vécu comme de l’espace social, et parmi eux les fondateurs de la géographie sociale. Ces défenseurs de l’autonomie ou du primat du social adoptent alors souvent une posture « anti-spatialiste » plus ou moins radicale. Pour cette raison même, c’est sans doute de leur côté que la contradiction est la plus vivement ressentie (ce qui se traduit parfois par diverses formes d’égarements ou de crises existentielles chez les doctorants…). Étant géographes, ils ne peuvent pas faire autrement que d’avoir une certaine conception de l’espace, là où d’autres spécialistes peuvent s’en passer. L’une des deux réponses les plus communes des « géographes sociaux » semble être une conception de l’espace comme reflet du social : le fait que l’espace est plus ou moins totalement un produit social (un texte, etc.) sans autonomie est précisément ce qui permet d’affirmer que l’on peut « lire l’espace » pour « comprendre la société15 », que ce regard est complémentaire des autres, par les éclairages et donc les connaissances spécifiques qu’il produit. La seconde réponse souvent adoptée est de considérer l’espace comme une structuration locale de la société, conservateur et révélateur de particularités qui viennent nuancer voire remettre en question les lois ou tendances générales dégagées par les autres sciences sociales. Ce qui se passe à l’échelle locale est ainsi toujours plus particulier que ce qui se passe à l’échelle nationale et a fortiori à l’échelle mondiale. L’analyse géographique est donc ce qui permet de spécifier, de tester aussi, les modèles abstraits en allant au plus près des réalités concrètes. Dans les deux cas, c’est cette fois l’espace qui a tendance à se dissoudre dans l’opération : on ne sait plus très bien quel rôle lui conférer vu qu’il ne faut ni l’expliquer (c’est la société qui est importante à étudier) ni l’utiliser pour expliquer (c’est la société qui est déterminante). L’espace n’est plus qu’un prétexte qui tend à être nié, non seulement dans son autonomie, mais dans son importance ou son existence, ce qui fait parfois tomber dans « l’a-spatialisme » tendanciel des autres sciences sociales16.

15C’est sans doute pour cela qu’un certain nombre de chercheurs choisissent une voie qui leur semble intermédiaire : celle d’un espace produit social, voire dimension de la société, mais ayant un rôle actif sur le social, par rétroaction systémique ou relation dialectique. Mais cette posture est-elle tenable jusqu’au bout sans tomber dans le spatialisme ? Comment une dimension pourrait avoir un rôle actif alors que, par définition, elle est une propriété intrinsèque ? Comment l’espace pourrait-il avoir une action sans autonomie ?

Contre la disjonction espace/société : l’approche dimensionnelle

16Bien entendu, cette présentation est très schématique. Ce n’est qu’une tentative pour essayer d’éclaircir la situation. Mais tout donne à penser qu’il y a là un enjeu majeur pour la géographie, notamment pour la géographie sociale, mais plus largement pour l’étude du social. Pour l’affronter et non le fuir, il a donc fallu essayer de résister au dilemme de la géographie science sociale, à la tension contradictoire entre autonomie de l’espace et disparition du spatial. Plus précisément même : résister à la tentation de faire un choix a priori, sous forme de pétition de principe, en prenant la défense de la géographie sociale qui m’a formé. Et pour cela, un premier pas a été de garder la question ouverte, c’est-à-dire de vraiment se demander quelles sont les relations entre espace et société, et si le premier a une « action » (directe ou en retour) sur la seconde (en l’occurrence sur l’action collective).

  • 17 En 2000, C. Grataloup faisait le même constat et posait le même type de question : « Qualifier la (...)

17Mais en restant dans le cadre de cette question, la problématique ne risque-t-elle pas de s’enfermer dans l’opposition binaire des deux seules réponses possibles : spatialisme/a-spatialisme ? Le seul moyen de ne dissoudre ni la société ni l’espace, c’est-à-dire de sortir de cette alternative, est de l’interroger pour en chercher les fondements au moins intellectuels. Il faut donc repenser les termes de la question elle-même, à commencer par celui d’espace ou des catégories équivalentes sur le plan conceptuel (mais la société ou le social ne sauraient rester intacts). Le fait de débattre sur le sens des relations entre « la société » et « l’espace », entre « le social » et « le spatial », les « rapports sociaux » et les « rapports spatiaux, », etc., ne présuppose-t-il pas l’extériorité mutuelle des deux termes ? N’a-t-on pas tendance à considérer l’espace comme une chose, séparée de la société elle aussi « chosifiée » et pouvant exister hors de l’espace17 ? Utiliser des termes comme consubstantialité ou dialectique suffit-il à résoudre le problème ? Ils peuvent suffire à éviter la question.

  • 18 Voir le texte de V. Veschambre dans ce volume : « Penser l’espace comme dimension de la société ».

18Ainsi s’éclaire l’inquiétude de certains géographes face à des objets de recherche où l’espace paraît absent (et la tendance à se focaliser sur les objets où l’espace a le devant de la scène). Si cette inquiétude semble d’abord paradoxale, le paradoxe disparaît complètement si l’on rapporte cette peur de « perdre l’espace en cours de route » au fait de l’avoir préalablement séparé du social. Tant que l’on s’appuie sur le couple espace/société, on risque toujours de penser qu’il est possible de les disjoindre et de travailler sur l’un ou sur l’autre de façon isolée et autonome. Peut-on vraiment faire de la géographie une science sociale en conservant cette manière de faire et de voir ? Ne doit-on pas éviter à la fois cette disjonction, la substantialisation de l’espace mais aussi la « déspatialisation » de la société qui va avec ? La solution est-elle d’utiliser des expressions comme « espace social » ou, mieux encore, « dimension spatiale », lancées par la revue Espaces Temps et développées par un géographe comme Lévy (1994)18 ? Comme le souligne V. Veschambre (1999), parler et penser en terme de « dimension spatiale du social » permet de refuser la « symétrie abusive entre la société qui agit, qui produit et l’espace qui est produit et auquel les groupes sociaux donnent sens. » Mais elle doit aussi permettre de refuser la disjonction entre les deux termes (et donc le dualisme qui la fonde). Elle peut ainsi avoir le double avantage d’être à la fois radicalement anti-substantialiste : il n’y a pas d’espace en soi séparé du monde social ; et de poser le monde social comme étant dans sa totalité un objet de recherche légitime de la géographie (comme science sociale) : il n’y a rien de social qui ne soit spatial, le social est toujours déjà spatial. Elle semble donc la plus pertinente pour faire de la géographie, en tout cas de la géographie humaine ou sociale au sens large, une science uniquement et pleinement sociale.

19Ce que j’appelle ici la conception ou l’approche dimensionnelle est donc d’abord une intention, celle de sortir de la disjonction (du dualisme) espace/ société et de la contradiction qu’elle participe à forger. Pour ne pas en rester au niveau des intentions et des mots qui les expriment, il faudrait se pencher sur les contenus que ces derniers renferment. S’il est clair que le terme espace, généralement utilisé pour qualifier l’objet de la géographie, est un mot-valise, une boîte noire rassemblant sous la même étiquette des contenus très hétérogènes, cela ne veut pas dire que tous ces contenus soient périmés. Inversement, l’usage de l’expression dimension spatiale ne change en elle-même rien au problème et peut elle aussi comprendre tout et n’importe quoi. Enfin, comme l’avoue V. Veschambre en conclusion de son article : « il s’agirait maintenant de préciser ce que nous mettons les uns et les autres derrière cet adjectif substantivé : le social. » (Veschambre, 1999 : 87). Car avec l’approche dimensionnelle, non seulement on peut mais on doit reformuler la question problématique à son niveau le plus général, quelque chose comme : quelles sont les implications pour le monde social d’avoir une nécessaire dimension spatiale ? Car, s’il n’est pas indifférent qu’une réalité ait ou non une dimension spatiale, reste à savoir comment penser concrètement cette proposition (qui n’est bien entendu pas inédite).

DE LA QUESTION « OÙ ? » AUX THEORIES DE « L’ACTEUR » (ALLER ET RETOUR)

20Pour ne pas en rester à des discours trop généraux, la réflexion peut être affinée à partir du cas de l’action collective. Que l’on dise que l’espace est consubstantiel à la société, que toute société a une dimension spatiale, ou toute autre expression du genre, on dit la même chose sur au moins un point : l’espace est partout. La recherche part donc de l’hypothèse que tout mouvement social, et plus précisément encore chaque terme de toute action collective (émergence, diffusion, coordination, organisation, mobilisation, stratégie, tactique, revendication, enjeu…), a une dimension spatiale.

21Mais par où commencer ? Première idée, premier réflexe même : poser la fameuse question « où ? ». Si l’action collective est un objet relativement étranger aux géographes, la question « où ? » a l’avantage d’être considérée comme la question géographique par excellence, celle qui permet de placer au cœur de la recherche l’outil géographique privilégié qu’est la carte.

22En demandant « où est l’espace ? », c’est donc d’abord « où les événements ont-ils lieu ? » que l’on demande, « où sont les hommes et les femmes qui les produisent ? », « où sont les acteurs en action ? », car cette action est nécessairement matérialisée, réalisée quelque part et pas ailleurs. Mais qu’apporte au juste la localisation par rapport aux récits et interprétations « a-spatiaux » que l’on retrouve le plus souvent ? Car il ne s’agit pas de localiser uniquement pour obtenir une description plus détaillée, mais d’avoir une ambition interprétative. Or, cette ambition n’est pas sans poser et donc révéler un certain nombre de problèmes théoriques et méthodologiques, qu’on ne fera ici qu’esquisser.

Ni Homo œconomicus, ni idiot culturel

23Il semble en effet que les chercheurs qui posent la question de la localisation oscillent entre deux postures radicalement opposées : soit la localisation des acteurs est explicative de leurs comportements sociaux ; soit ce sont les stratégies des acteurs qui expliquent la localisation de leurs actes.

  • 19 La raison d’être de la géographie n’est-elle pas de localiser ? « Elle procède de la notion de lie (...)

24La première posture est ancienne et même fondatrice en géographie humaine. Que dit la géographie vidalienne si ce n’est que la localisation des êtres humains fait partie des facteurs explicatifs de leurs comportements19 ? C’est aussi le cas de nombreuses autres recherches récusant le déterminisme naturel, mais qui introduisent le contexte social local pour préciser ou infirmer des modèles généraux construits à l’échelle « macro » ou selon des méthodes individualistes (sondages). On la retrouve dans la mise en évidence des « effets de lieu » de la géographie sociale ou des « effets d’entraînement » en géographie électorale.

25Avec la seconde posture, ce sont les stratégies qui expliquent la localisation des activités humaines. C’est le cas des recherches en géographie économique qui interprètent la localisation des activités comme le résultat d’un calcul coûts/avantages. « Progressivement, sous l’influence du courant dit de l’économie spatiale, la discipline s’est ouverte aux questions théoriques et de modélisation » (Bost, 2002). Ce passage de l’empirisme au déductif s’est traduit par un double déplacement : de l’explication (du milieu naturel vers les distances) ainsi que des activités étudiées (de l’agriculture vers l’industrie). Ce qui n’est pas un hasard étant donné que les activités industrielles apparaissent alors comme moins dépendantes des conditions naturelles (et l’étude des activités « tertiaires » n’a fait bien entendu que renforcer cette tendance). D’autres travaux ont ensuite repris cette approche en terme de stratégies spatiales en l’appliquant à d’autres objets, comme les choix résidentiels.

26Depuis, les deux postures co-existent de façon parallèle ou conflictuelle – certains courants, pays ou périodes voyant des effets de mode ou de domination favoriser telle orientation aux dépens de l’autre. Par un mouvement de balancier, le rôle du milieu social est ainsi revenu sur le devant de la scène dans les années soixante-dix, par l’intermédiaire des travaux inspirés du behaviorisme qui faisaient suite à cette « nouvelle géographie » de plus en plus critiquée pour son réductionnisme :

« La géographie de la perception [se comprend] comme un effort pour dépasser la simple étude des formes, assez grossièrement interprétées à travers les règles et les théories d’un comportement économique, social et culturel indifférencié, celui d’un paradigme néo-classique fondé sur une vision du monde où l’homme est un Homo economicus, sans individualité et sans culture, parfaitement informé dans un marché transparent, occupant des aires homogènes et prenant des décisions dans le cadre d’une rationalité qui n’est pas limitée » (Racine, 1981 : 112-113).

  • 20 Cette expression, bon indicateur de cette posture dénonciatrice de plus en plus diffusée en France (...)

27Inversement, postuler la « rationalité des acteurs » est redevenu une pratique courante depuis quelques années, en géographie comme dans les autres sciences sociales. Dans les travaux sur le militantisme, le courant de la « mobilisation des ressources » s’inscrit ainsi explicitement dans le sillage des travaux de l’économiste M. Olson. Un peu partout, il est devenu quasiment de règle de rappeler à l’ordre ceux qui n’utilisent pas le terme « acteur », ne postulent pas de stratégie consciente, ou prennent un peu trop les habits du structuralisme – le plus souvent au nom du fait que les acteurs ne sont pas des « idiots culturels20 ».

28L’étude des mouvements sociaux montre pourtant que ces deux approches peuvent être intéressantes à adopter : le contexte local joue forcément un rôle dans l’existence des organisations et actions elles-mêmes locales ; les stratégies spatiales sont incontournables pour les mobilisations nationales ou internationales. Mais elle montre aussi que ces approches sont l’une comme l’autre intenables si elles sont « absolutisées » ou dogmatisées. Contrairement à certaines conceptions, on ne peut pas dire que seule la première serait portée au déterminisme (du milieu social ou naturel) alors que l’autre postulerait la rationalité et donc la liberté de l’acteur. Au contraire : la théorie de « l’acteur rationnel » (qui n’est autre que l’Homo œconomicus transposé aux sciences sociales, souvent par le biais de « l’individualisme méthodologique ») fait de l’être humain un calculateur qui cherche uniquement à optimiser ses intérêts bien compris (eux-mêmes réduits aux intérêts matériels, économiques). Pour le dire vite, transformer les êtres humains en calculatrices n’est pas moins déterministe et mécaniste que de les transformer en animaux réagissant automatiquement aux stimuli de leur environnement immédiat.

  • 21 Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si G. Le Bon, vulgarisateur de la « psychologie des foules », ce (...)
  • 22 M. Sorre, 1961, L’homme sur la terre (P. Pinchemel et al., 1984 : 255).

29Certes, ce serait le comble de l’ethnocentrisme voire du racisme que de considérer des êtres humains comme incapables de penser leur condition, leurs actes et leurs conséquences, etc.21. Il est donc particulièrement risqué de prendre au pied de la lettre l’idée que les êtres humains ne savent pas ce qu’ils font. Rien ne prouve qu’ils soient totalement inconscients de leurs actes, déterminés à leur insu, simples supports ou jouets des structures : leur réflexivité « ne peut pas être a priori éliminée de leurs conduites pratiques » (Corcuff, 1995 : 63) ni leur rationalité. Cela dit, on ne peut pas à l’inverse postuler cette rationalité et cette réflexivité, et encore moins les postuler comme activées en permanence chez tous les individus. Rien ne le prouve non plus. Mais dans ce cas, comment le chercheur peut-il savoir, par exemple dans les pratiques militantes, celles qui sont rationnelles et celles qui ne le sont pas ? Peut-il simplement les hiérarchiser, des plus aux moins efficaces, sans connaître lui-même l’ensemble des options possibles et disposer d’un critère de classement unique et infaillible permettant de les comparer ? Pour prétendre juger ainsi la rationalité des pratiques, ne faut-il pas être soi-même l’Homo œconomicus, cet être omniscient et parfaitement cohérent… que personne n’est jamais, ni du côté des militants, ni du côté des chercheurs ? Comme le disait M. Sorre il y a plus de quarante ans : « L’Homo œconomicus est un fantôme et c’est l’homme tout court qui est l’objet de notre recherche22. »

30On voit que cette question « où ? », a priori purement géographique, implique nécessairement une théorie de l’acteur, même si celle-ci reste implicite. Inversement, toute théorie de l’acteur doit se positionner vis-à-vis du contexte et de son rôle. Au minimum, il faut éviter deux positions l’une comme l’autre indéfendable : l’une expliquant la naissance d’une action collective par une physique ou une chimie sociospatiale (pur effet de lieu, de milieu, de système, combinaison ou formation sociospatiale…) ; l’autre la déduisant de la stratégie purement rationnelle des meneurs (sans prise en compte des contextes sociaux). Dans les deux cas, le déterminisme mécaniste va de pair avec un objectivisme qui ne dit pas son nom. Dans les deux cas en effet, c’est le contexte objectif qui règle les conduites : contexte immédiat dans le cadre du behaviorisme, contexte macro dans la théorie de l’acteur rationnel. Ces deux approches ayant en commun de prendre une vue surplombante sur les actions individuelles ou collectives, on comprend qu’elles se soient facilement retrouvées dans une géographie bien peu humaine, réduite à ne prendre en compte que des choses matérielles, visibles et cartographiables.

Un agir pluriel et contextuel

31Pour éviter ces deux déterminismes et dépasser ce genre de fausse opposition, il paraît nécessaire de quitter cette vue surplombante pour prendre le point de vue des « acteurs », sans oublier qu’il n’est qu’une vue partielle et partiale sur le monde, mais une vue réelle et potentiellement performative, donc prendre au sérieux leur subjectivité tout en la situant dans l’espace et le temps.

  • 23 L’unicité de soi est une « illusion ordinaire socialement bien fondée » qui ne peut être postulée  (...)
  • 24 Et il poursuit ainsi : « La question doit donc être posée en ces termes : quelles sont les conditi (...)

32Plusieurs auteurs, de familles théoriques différentes, ont récemment retravaillé cette question de la rationalité et de la subjectivité. Tous poussent à se placer sous le signe de la pluralité : des principes d’action, des valeurs, des émotions, etc. T. Andréani critique ainsi l’Homo œconomicus en essayant de conserver la conception marxiste des rapports sociaux tout en spécifiant et combinant ce qu’il appelle le psychologique, le sociologique et l’éthico-politique (Andréani, 2000). L. Boltanski et L. Thévenot ont initié un travail très important, amplement discuté et travaillé aujourd’hui, sur la pluralité des principes de justifications (et de critiques) de l’action ainsi que des hiérarchisations sociales (Boltanski, Thévenot, 1991). À partir de travaux sur la socialisation, B. Lahire a, quant à lui, souligné l’existence de la pluralité et de la contradiction au sein même de chaque être humain, en croisant sociologie et psychologie23. Différents principes d’action peuvent coexister, se combiner, se renforcer, ou au contraire entrer en contradiction dans un même groupe voire chez une même personne. Ces contradictions peuvent être au principe d’une plus grande réflexivité, comme d’ailleurs les désaccords et polémiques, la réflexion plus ou moins théorique, la rencontre d’obstacles, les échecs, etc. Mais le plus intéressant ici est que ces répertoires d’actions et de justification sont incompréhensibles sans la prise en compte du contexte mais sans que ce dernier soit mécaniquement déterminant. Intégrer, hiérarchiser, articuler ces diverses « raisons d’agir » passe par la recherche de leurs « conditions de possibilité », donc de leur domaine (spatio-temporel) de validité respectif. Dans une formulation très « constructiviste », Lahire affirme ainsi que « la question de l’unicité ou de la pluralité de l’acteur est tout autant une question historique que théorique » (Lahire, 1998 : 27)24.

  • 25 M. Dobry analyse ainsi les crises politiques comme des « conjonctures fluides », caractérisées par (...)

33Si penser l’action en terme de dialectique des raisons d’agir et contextes d’action pousse à considérer et les unes et les autres comme des « construits sociaux », inversement, prendre une orientation « constructiviste » ne pousse-t-il pas à contextualiser, donc localiser le social… mais aussi son analyse ? On ne peut prendre pour un universel absolu ni la « rationalité » des « acteurs » (leurs raisonnements), ni leurs diverses « réactions » non conscientes ou affectives, ni quoi que ce soit que l’on prétend humain ou social. Tout a non seulement une histoire, mais aussi un lieu de naissance, un milieu de diffusion, etc. Cette relativisation est donc une contextualisation inséparablement sociale, historique et géographique. Certains pensent que le monde militant est le lieu par excellence de la rationalité instrumentale ; d’autres leur opposent les systèmes de valeurs. Les intérêts et les valeurs y ont tous deux une place, mais relative et qui dépend largement des circonstances (des individus, des actions, des moments et des lieux)25. Plutôt que de parler de rationalité, comme d’un attribut de la personne, on préférera parler d’activités de réflexion, d’analyse, etc., qui sont mises en œuvre par des personnes concrètes situées dans le monde social, dans le temps et dans l’espace. Les actions collectives ne peuvent donc pas être réduites à des motivations individuelles a priori (rationnelles ou pas), ni être considérées comme le résultat des seuls actes de communication/persuasion ou des relations d’empathie (ou autres) entre individus : chacun est inscrit depuis sa naissance dans une société, une culture qui dépassent et encadrent la situation d’interaction localisée.

34Comme l’a montré C. Tilly, les raisons d’agir ne sont pas indépendantes des formes d’action existantes à un moment donné, dans un pays donné et pour un groupe social donné (Tilly, 1986). Tilly a ainsi décrit et interprété l’évolution des « répertoires d’action » (collective) de différents groupes sociaux dans la France des années 1600 à nos jours. S’ils sont capables d’inventer des nouvelles formes d’action, les acteurs puisent le plus souvent dans les répertoires existants, en choisissant celles qui leur semblent les plus efficaces mais aussi les plus conformes à leur identité sociale, les plus convenables, les plus naturelles. Plus fondamentalement, les intérêts, valeurs, raisonnements, croyances, identités, émotions, habitudes, etc. ne sont pas innés (naturels ou immuables) ; ce sont au contraire des produits historiques dont les rapports réciproques (et parfois contradictoires) peuvent évoluer et qui sont toujours susceptibles de disparition (Hirschman, 1997). Ce sont des construits sociaux, et en tant que tels, ils ne peuvent pas être postulés car ils sont produits par les actes qu’ils sont censés expliquer.

35Produire du sens, défendre des valeurs, développer la réflexivité du plus grand nombre (« élever les consciences » dirait-on dans une vision objectiviste), transformer les raisonnements et les manières de voir (convaincre voire convertir), déplacer les limites du pensable comme du raisonnable… font partie intégrante du travail militant et sont des objectifs autant que des moyens de l’action, donc des enjeux cruciaux des luttes sociales. Mais les « stratèges » ne parlent pas comme un seul homme et ne sont pas non plus écoutés par une base sociale se levant elle aussi comme un seul homme. Les militants n’ont effectivement pas affaire à des idiots culturels, à des êtres vierges ou passifs qu’il suffirait de (re)modeler à leur image. Ainsi, les répertoires d’action, les valeurs et même les formes de rationalité sont produites et constamment retravaillées de façon collective, interactive et parfois conflictuelle (ou négociée), sur la base de ce que chacun y importe. C’est ce que l’enquête de terrain, et notamment les observations in situ ont confirmé.

Les rencontres et leurs conditions de possibilité :
le « statut de l’espace » et la question des inégalités

36Si la théorie de la localisation renvoie nécessairement à une théorie de l’action, on voit que, réciproquement, celle-ci doit intégrer la dimension spatiale pour être cohérente, ce qui commence par remettre les « acteurs » dans leur corps et leur corps par terre. Mais les paragraphes qui précèdent appellent encore plusieurs remarques, qui sont autant de problèmes à dénouer.

  • 26 Sur l’intérêt de l’espace « leibnizien » par rapport aux espaces « cartésien » et « kantien », voi (...)

37D’abord, répondre à la question « où ? » et introduire le contexte ne veut pas dire que ce dernier doit être considéré comme un « facteur spatial », même si c’est une illustration du « rôle de l’espace ». Les auteurs du Géographie sociale de 1984 n’affirmaient-ils pas que « l’effet de lieu » lui-même est plus social que spatial (Frémont et al., 1984) ? Qu’est-ce qu’un contexte si ce n’est des rapports sociaux ? Mais on ne perd pas l’espace pour autant : l’existence d’une relation sociale, d’interactions, suppose au moins deux termes en situation d’extériorité mutuelle, autrement dit toute relation ou interaction suppose de l’espace (et peut-être même fait l’espace). Et réciproquement, dans une filiation plutôt leibnizienne selon J. Lévy, l’espace peut être considéré comme différence et même relation, et non pas comme permanence, fixité ou identité26.

38Ensuite, ce que l’on entend par espace ou dimension spatiale du social ne se réduit pas au contexte social de l’action. Il est autant dans les raisons d’agir que dans les situations concrètes de l’action, dans les têtes que dans les corps déambulant sur la surface terrestre (autant dans la res cogitans que dans la res extensa, pour reprendre la distinction cartésienne). Bref, il est aussi dans les perceptions et représentations mentales (qui sont sociales de part en part). Non pas seulement dans les « représentations de l’espace » ou « spatiales » auxquelles les géographes ont tendance à se restreindre, mais aussi dans la nature ou la structure même de tout rapport idéel au monde matériel « extérieur » : c’est la dimension spatiale de ces rapports idéels au monde qui permet de différencier les formes de « représentations ». Quand la perception, stricto sensu, est l’acte « par lequel l’esprit se représente des objets en leur présence », la représentation « consiste soit à évoquer des objets en leur absence […] soit à compléter la connaissance perceptive en se référant à d’autres objets non actuellement perçus (Piaget et Inhaler) » (Bailly, Debarbieux, 1995 : 157). Pas de productions mentales sans distinction entre l’ici et l’ailleurs, ou plus précisément entre le présent et l’absent, cet absent pouvant être aussi bien l’ailleurs, que le passé, le futur projeté ou l’imaginaire. Quant au contenu de ce que l’on appelle des « représentations sociales » (idées que l’on se fait de soi, des groupes sociaux, de l’État, des structures économiques…), elles ont nécessairement une dimension spatiale même implicite, ne serait-ce que parce que toute réalité sociale conceptualisable est située dans le temps et l’espace, et que tout concept sociologique savant ou spontané, même le plus abstrait, est toujours indexé sur le monde matériel et renvoie à des coordonnées spatio-temporelles plus ou moins précises (Passeron, 1991).

39Inscrit dans les contextes sociaux comme dans les représentations que l’on s’en fait, l’espace est encore dans la rencontre entre les premiers et les secondes, entre raisons d’agir et champ d’action, donc dans tout ce qui la conditionne, la rend plus ou moins probable. Très concrètement, si les contextes sont si importants, c’est que la coprésence, les interactions de face à face, ont une importance matérielle et symbolique majeure. C’est un constat facilement tiré des enquêtes menées sur les mouvements sociaux contemporains, alors même que de nombreux discours laissent à penser que les NTIC, à commencer par Internet, permettent de faire l’économie des déplacements. Dans l’immense majorité des cas, les actions collectives sont des formes de coprésence et supposent de multiples rencontres entre individus – individus aux histoires et trajectoires différentes, mais aussi aux ressources inégales, aux intérêts et rationalités convergentes ou divergentes, pouvant favoriser des alliances comme de véritables confrontations qui favoriseront à leur tour de nouvelles rencontres ou au contraire diverses stratégies d’évitement voire de mise à distance…

40Tout ce qui favorise ou au contraire limite ces rencontres concrètes a tout autant d’importance que la coprésence elle-même. L’importance de la dimension spatiale est donc aussi en grande partie dans ces conditions de possibilité des rencontres interpersonnelles (ou impersonnelles), conditions structurantes, matérielles mais aussi idéelles, qui relativisent l’approche strictement interactionniste (Ripoll, 2001). Les (inter)actions ne naissent et ne se déroulent jamais n’importe où ; les êtres humains sont des corps physiques dans un monde physique et sont donc toujours localisés quelque part et pas ailleurs ; et personne ne peut être partout à la fois. Autrement dit, rien de plus facile que de rater une mobilisation collective ou toute autre interaction (volontairement ou non) : il suffit de se trouver ailleurs, dans un autre endroit, n’importe lequel, au moment où elle a lieu. Réciproquement, il n’y a qu’une seule façon de ne pas la rater, d’y participer pleinement : il faut impérativement se trouver au bon endroit, le seul possible, au bon moment. Mais si une localisation quelque part est nécessaire, chaque localisation ou contexte n’enferme personne en tant que tel car, sauf handicap physique, tous les êtres humains sont doués de mobilité.

  • 27 Cf. F. Ripoll, V. Veschambre, 2005. Voir aussi plusieurs textes sur la mobilité, de Martine Berger (...)
  • 28 Cf. ESO, 2004 ; F. Ripoll, V. Veschambre, 2005 ; ou encore le texte de V. Veschambre dans ce volum (...)

41Enfin, plutôt que de postuler la liberté des acteurs au nom de cette mobilité, il semble plus raisonnable de souligner l’ambivalence de son statut. Le fait que les êtres humains aient un corps leur permet mais aussi les oblige à se déplacer (ou à pouvoir « faire faire » : à faire se déplacer les autres à sa place). Non seulement la mobilité peut être obligatoire (ou fortement contrainte) ou au contraire interdite (emprisonnements, assignations à résidence, interdictions de territoire, etc.), non seulement les itinéraires et les temps des déplacements sont souvent canalisés ou encadrés (par les infrastructures et rythmes sociaux), mais on sait aussi qu’il existe de grandes inégalités sociales face à la mobilité27. D’une part, les distances-coûts comme les distances-temps ne sont pas les mêmes pour tous les budgets. D’autre part, tous les lieux ne se valent pas et ne sont pas également accessibles à tous : certains lieux sont appropriés par des individus ou groupes sociaux aux dépens des autres, et ce par divers moyens physiques, juridiques, économiques ou encore symboliques, qui leur permettent non seulement de s’en réserver l’usage, mais encore d’en user comme d’une ressource ou d’un capital28.

42Autrement dit, la dimension spatiale du social est, bien entendu, à chercher dans les distances physiques entre agents sociaux, et dans les cadres matériels de leurs actions. Mais contrairement à ce que cela pourrait laisser croire, il ne s’agit pas d’une concession faite à l’analyse spatiale ni d’un retour à la géographie classique. C’est bien de rapports aux distances et aux cadres matériels qu’il s’agit, de « construits sociaux » aux significations sociales mais aussi aux usages sociaux différents et inégalement probables. Les « acteurs » sociaux font avec la distance, les cadres matériels et les contextes sociaux, au double sens du terme : ils ne peuvent pas ne pas y être confrontés, et ils en usent ou cherchent à le faire, mais dans la mesure de leurs moyens.

43Or, ces usages et significations différents et inégalement probables et profitables empêchent de généraliser à toute la société et a fortiori à toute l’humanité les énoncés concernant le statut et le rôle de l’espace, la localisation des pratiques sociales, etc. : selon les propriétés sociales des « acteurs », l’espace ainsi compris peut être une contrainte ou une liberté, un handicap ou au contraire une ressource, voire une arme dans les rapports de force et les conflits sociaux. Ainsi, action collective (ou pratique sociale) et inégalités sociales se trouvent nouées en un tout inséparable, précisément par le biais de la dimension spatiale du social. À n’en pas douter, la géographie a des choses à dire sur ces questions, a fortiori la géographie sociale.

Notes

1 [ripoll@mrsh.unicaen.fr].

2 Crettiez, Sommier, 2002 : 15.

3 « La discipline a toujours été plus attentive à la description des paysages, au dénombrement statistique, à l’histoire des hommes, à l’adaptation de ceux-ci à la nature, dans une tradition historienne et naturaliste, qu’à l’étude des rapports sociaux, surtout conflictuels » (Frémont, 1986, p. 88-89, souligné par moi).

4 C’est cet enjeu commun qui justifie leur rapprochement ainsi que leur dénomination commune de « conflits pour l’espace » ou « conflits territoriaux ». Deux exemples récents : Norois, 2000 ; Melé (dir.), 2003.

5 C’est l’hypothèse centrale du séminaire que je co-anime avec V. Veschambre depuis juin 2000 (ESO, 2004 ; Norois, 2005 ; Ripoll, Veschambre, à paraître).

6 À titre d’exemple, certains géographes ne voient pas d’autre façon d’appréhender l’objet « événement » qu’en le qualifiant de « spatial » et en le prenant du point de vue de l’organisation de l’espace (L’Espace géographique, 2000).

7 Et qui était de plus en plus critiqué à l’époque (Mucchielli, 1998).

8 Extrait de P. Vidal de la Blache, 1903, « La géographie humaine, ses rapports avec la géographie de la vie », Revue de synthèse historique (Sanguin, 1993 : 228).

9 P. Vidal de la Blache, 1913, « Les caractères distinctifs de la géographie », Annales de géographie, p. 298.

10 Pour A.-M. Fixot, « une analyse plus serrée du discours vidalien montre, en fait, comment la géographie humaine, officiellement instituée au tournant du siècle, n’est autre qu’une écologie, qu’une géographie de la vie et du vivant à l’image et sous l’égide de la biologie. Découpages et nomenclatures expriment le modèle physiologiste et organiciste, usant de procédés métaphoriques et analogiques, qui, sous des allures empiristes, reposent en fait sur une représentation idéaliste de la connaissance. » (Fixot, 1999 : 58).

11 Un commentaire, symptomatique de l’inconfort provoqué par cette réponse aussi ambiguë que la situation de la « géographie humaine » : « Vidal de la Blache avait proclamé que la géographie était la science des lieux, et non celle des hommes. Par là, il entendait marquer la différence avec l’histoire ou avec la sociologie. Il aurait été plus exact de dire « des hommes dans des lieux », puisqu’ailleurs il proclamait que toute géographie est humaine » (Meynier, 1969 : 43-44).

12 Sauf dans les cas de changement « sociétal » majeur, si l’on en croit un certain nombre de travaux portant sur la construction de l’échelle nationale dans les siècles passés, ou encore certaines analyses récentes largement provoquées par la configuration contemporaine de la « mondialisation », de la « construction européenne » et des mouvements « anti- » puis « altermondialistes » qui ne manquent pas quant à eux de poser la question des échelles et de leur articulation. J’en veux pour preuve l’un des slogans importants d’ATTAC et d’autres : « penser global, agir local ».

13 La « sociolinguistique urbaine » est précisément une tentative de situer les discours, les locuteurs et les représentations des locuteurs dans l’espace concret (voir le texte de T. Bulot et V. Veschambre dans ce volume).

14 Du point de vue chronologique, la volonté de légitimation de la discipline peut venir avant ou après la réflexion scientifique sur le statut respectif de l’espace et du social. Dans certaines conditions intellectuelles et sociales, poser comme principe et objectif premiers la défense de la géographie pousse à mettre en avant l’espace comme objet propre et justification scientifique à l’autonomie de la discipline. Réciproquement, penser que l’espace a une importance capitale pousse à défendre la géographie comme garantie institutionnelle à son étude scientifique. L’important est que ces deux « Causes » à défendre aillent de pair et se renforcent mutuellement. Quand R. Brunet expose son point de vue sur les différentes définitions de l’espace dans le dictionnaire qu’il co-dirige, ses premiers mots sont : « Mot vital de la géographie » (R. Brunet, dans Brunet et al. (dir.), 1993 : 193).

15 C’est le titre d’un numéro de la revue Géographie sociale (Géographie sociale, 1990). Tout récemment, un colloque et ses actes étaient intitulés « Lire les territoires » (Y. Jean, C. Calenge, 2003). On retrouve cette conception de l’espace-reflet dans l’École de Chicago : « Les “mécanismes” et les “processus” que Park et Burgess croient pouvoir identifier sont de nature sociale, et l’espace urbain (à distinguer du sol, substrat purement physique) en est d’une certaine manière le produit, voire le simple reflet. La particularité de ce reflet, c’est qu’il se présente comme une trace matérielle identifiable, mesurable, et donc précieuse pour la connaissance du social » (Grafmeyer, Joseph, 1984 : 34).

16 Ce que j’appelle ici l’a-spatialisme n’est sans doute pas différent de l’« atopie » selon H. Lefebvre, cette « élimination de l’espace concret, pour ne laisser que le vide social » (H. Lefebvre, 2000 : XXVIII).

17 En 2000, C. Grataloup faisait le même constat et posait le même type de question : « Qualifier la géographie de “science sociale” ne suscite plus guère aujourd’hui de polémique. Cela n’empêche pas la récurrence dans les pratiques, qu’elles soient de recherche, d’édition ou d’enseignement, des expressions comme “espace et société” ou “l’inter-relation entre le spatial et le social”. Or, la conjonction de coordination “et” relie d’ordinaire des objets différents. L’espace est-il donc distinct du social ? Le considère-t-on comme externe ou interne à la société ? » (Grataloup, 2000 : 57, souligné par l’auteur).

18 Voir le texte de V. Veschambre dans ce volume : « Penser l’espace comme dimension de la société ».

19 La raison d’être de la géographie n’est-elle pas de localiser ? « Elle procède de la notion de lieu vers celle de cause, elle commence par où pour arriver à pourquoi. Il s’agit ici, les traits principaux du peuplement étant donnés, de saisir quelles relations ils peuvent avoir avec le sol, le relief, le climat, l’hydrographie » (Vidal de la Blache, dans Sanguin, 1993 : 237). Cette idée d’une correspondance entre société et milieu naturel, et d’une influence de ce dernier, fait partie d’ailleurs partie de la « géographie spontanée » de beaucoup de monde depuis longtemps ; c’est une « idée très commune et très ancienne et qui a constitué un fil conducteur constant des réflexions de ceux qui s’intéressent aux relations entre l’homme et son milieu, depuis l’Antiquité » (Sivignon, 2002 : 16).

20 Cette expression, bon indicateur de cette posture dénonciatrice de plus en plus diffusée en France, est la traduction de l’expression « cultural dopes » utilisée par Harold Garfinkel dans Studies in Ethnomethodology (1967). Cf. Corcuff, 1995 : 62-64.

21 Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si G. Le Bon, vulgarisateur de la « psychologie des foules », cette théorie de l’action collective qui est surtout une rationalisation des représentations conservatrices de la foule (populaire) considérée comme irrationnelle, est aussi un théoricien raciste des rapports aux peuples colonisés (G. Le Bon, 1981 ; P.-A. Taguieff, 1998).

22 M. Sorre, 1961, L’homme sur la terre (P. Pinchemel et al., 1984 : 255).

23 L’unicité de soi est une « illusion ordinaire socialement bien fondée » qui ne peut être postulée ; « la question de l’intentionnalité ou de l’inintentionnalité, de la conscience ou de l’absence de conscience, dans l’action ne se pose pas de façon générale ou absolue, mais dépend toujours de la séquence d’action considérée » (B. Lahire, 1998 : 26, 180).

24 Et il poursuit ainsi : « La question doit donc être posée en ces termes : quelles sont les conditions socio-historiques qui rendent possible un acteur pluriel ou un acteur caractérisé par une profonde unicité ? » Voir aussi p. 183-188 et 241-254.

25 M. Dobry analyse ainsi les crises politiques comme des « conjonctures fluides », caractérisées par l’urgence, l’interdépendance tactique généralisée, etc., qui favorisent en tant que telles la « régression vers l’habitus » : chacun réagit aux situations plus qu’il ne les maîtrise et tend à se fier à son sens instinctif du jeu (M. Dobry, 1992).

26 Sur l’intérêt de l’espace « leibnizien » par rapport aux espaces « cartésien » et « kantien », voir J. Lévy, 1994 : 46-47.

27 Cf. F. Ripoll, V. Veschambre, 2005. Voir aussi plusieurs textes sur la mobilité, de Martine Berger, Didier Desponds, Jean-Marc Fournier, Franck Bodin & Isabelle Collin à paraître dans le volume suivant des actes du colloque de Rennes.

28 Cf. ESO, 2004 ; F. Ripoll, V. Veschambre, 2005 ; ou encore le texte de V. Veschambre dans ce volume : « Penser l’espace comme dimension de la société ».

Auteur

Docteur en géographie – ATER
CRESO, UMR 6590 ESO CNRS
Université de Caen

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540