Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et faire la géographie sociale

 | 
Raymonde Séchet
, 
Vincent Veschambre

Première partie. Les postures de la géographie sociale : vers une théorie critique et une épistémologie de l’implication

La construction sociale du risque environnemental : un objet géographique ?

Emmanuel Martinais, Christelle Morel-Journel et François Duchêne

Texte intégral

  • 1 [emmanuel.martinais@entpe.fr].

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Deux ouvrages récents offrent un panorama assez complet des nombreuses contributions géographiques (...)
  • 3 Cette mise en catégories des différentes approches du risque en géographie doit énormément au trav (...)
  • 4 Cf. par exemple F. Pagney et J. Suedois, 1999 ; R. D’Ercole et J.-P. Rançon, 1999 ; R. D’Ercole et (...)

2Le risque est sans conteste un objet de recherche très investi par la discipline géographique. Depuis les années soixante-dix et la montée en puissance des préoccupations environnementales, les géographes ont en effet multiplié les travaux et les approches, tant sur les risques dits « naturels » que sur les risques dits « technologiques2 ». Mais cette profusion de recherches ne doit pas masquer une profonde hétérogénéité et des disparités importantes, sur le plan théorique ou problématique. Il est toutefois possible d’ordonner cette diversité selon trois grands types de postures, dont deux dominent aujourd’hui très largement au sein de la discipline géographique3. La première peut être qualifiée de « naturaliste ». Très marquée par la (re)connaissance des phénomènes dévastateurs et de leurs impacts sur les sociétés humaines, elle se donne pour principal objet de définir le risque par des savoirs ou des outils spécifiques (cartographie, système d’informations géographiques, télédétection, etc.). La seconde posture, que l’on qualifiera de « culturaliste », s’intéresse davantage aux perceptions, attitudes et comportements des populations. Elle cherche en général à montrer que l’appréhension « ordinaire » du risque diffère de sa définition scientifique ou technique et à interpréter ce décalage en termes psychologiques, sociaux ou culturels4. La troisième posture enfin, dite « constructiviste », envisage le risque, non pas comme un quelque chose qui existerait par essence, mais comme un construit, historiquement et socialement situé, qui doit être questionné comme tel : même peu nombreux, quelques travaux relèvent de la part construite du risque et interrogent le caractère prétendument universel de cette notion (Cf. notamment CHAM’S, 1994 ; Tamru, 2002 ; Pelletier, 2003).

3Il est indéniable que cette diversité de travaux, par les éclairages contrastés qu’elle procure, contribue à consolider la connaissance des situations à risques. Il est cependant frappant de constater que peu d’entre eux privilégient les approches de type constructiviste. Ce constat s’apparente même à un paradoxe, dès lors que la géographie s’affirme comme science sociale et que la plupart des sociologues, anthropologues et politistes s’accordent aujourd’hui à penser le risque comme un construit social (Lemieux et Barthe, 1998). Cette réticence des géographes à envisager le risque dans ces termes et à concevoir des approches plus problématiques et conceptuelles de cette notion doit donc s’envisager comme une lacune, qu’il nous paraît opportun d’essayer de combler. C’est pourquoi nous nous proposons de poser les bases théoriques et méthodologiques de ce que pourrait être une approche constructiviste du risque en géographie. Soyons clairs : il ne s’agit pas de rejeter en bloc les apports des approches naturalistes et culturalistes, mais plutôt de soumettre au débat les conditions d’un élargissement du champ d’observation et d’interprétation de la géographie sur cet objet spécifique qu’est le risque. Une telle mise au point semble en effet nécessaire pour assurer à la géographie, qu’elle se dise sociale ou pas, une place et une légitimité spécifiques aux côtés des autres sciences sociales dans l’interprétation du réel.

LE RISQUE N’EST PAS NATUREL OU INDUSTRIEL, MAIS SOCIAL

  • 5 On parle ainsi indifféremment de risque assurantiel, de risque financier, de risque économique, de (...)
  • 6 On pense bien sûr à la (nouvelle ?) « société du risque », promue avec succès ces dernières années (...)

4Il est impossible d’engager cette argumentation sans constater que la notion de risque est aujourd’hui très largement galvaudée. Catégorie du sens commun, le risque se décline en effet sur de multiples objets et recouvre une diversité de définitions et d’usages : politiques, normatifs, médiatiques, et même scientifiques. Il a ainsi progressivement gagné de nombreux domaines de la vie quotidienne5 jusqu’à constituer, selon certains auteurs, un nouveau paradigme de l’action publique (Ferret, 2004) ou la marque d’une nouvelle modernité6.

  • 7 Sur l’émergence des « risques technologiques majeurs » comme domaine d’action publique et facteur (...)
  • 8 Sur ce point, en lien avec les problèmes très contemporains d’« insécurité urbaine », cf. notammen (...)

5L’extensivité de la notion, qui n’est pas sans rappeler celle de territoire (Ripoll et Veschambre, 2002), contribue fortement à sa dilution et prête le flanc à toutes sortes de manipulations idéologiques. De ce point de vue, le risque ne s’apparente pas à une technologie spécifique, encore moins à une ligne de pensée et d’action cohérente, mais plutôt à un discours résolument vague et diffus qui lui assure une portée générale et significative, à même de produire des effets d’imposition. En France notamment, l’émergence du débat relatif au risque et à son corollaire, la sécurité, doit énormément à l’État, dans sa double dimension technique et administrative7. D’autres catégories d’acteurs, comme le secteur des assurances ou les médias, pèsent fortement sur la forme et le contenu de ce débat, dans sa version publique notamment8.

Penser le risque, c’est penser les acteurs sociaux

6Ce constat préalable nous dit combien la notion même de risque mérite d’être interrogée. Il nous dit également qu’il est illusoire de penser le risque sans penser les acteurs sociaux qui portent en eux et à travers leurs actions ces définitions et ces usages différenciés, en même temps que les situations concrètes où ces conceptions s’affrontent et s’agencent les unes avec les autres.

7Dans cette perspective, il importe en particulier de résister à la tentation de confondre le risque avec la catastrophe, l’accident, ou tout événement qui serait porteur d’une quelconque menace. Si le risque environnemental est d’une manière ou d’une autre associé aux manifestations de la nature ou de la technologie conçues comme dangereuses (crues, avalanches, glissements de terrains, dysfonctionnements industriels, etc.), il ne saurait être défini comme la simple occurrence de ces phénomènes physiques. Il n’est pas non plus un état particulier du monde naturel ou de l’univers technologique qui attendrait, passif, son agent pour être révélé en tant que tel. C’est ainsi qu’en matière d’inondations par exemple, le risque doit être distingué du phénomène à l’origine du débordement de la rivière. Le risque n’est pas la crue, mais sa forme sociale projetée. C’est-à-dire qu’il résulte des multiples investissements sociaux qui permettent de penser la crue, puis de délimiter et traiter les problèmes spécifiques posés par le débordement, individuellement ou collectivement. Ces investissements portent tout autant sur le sens qui peut être attribué à ce type d’événement que sur les interventions susceptibles d’en atténuer les effets. Autrement dit, le risque d’inondation ne prend forme que par le regard porté sur les phénomènes inondants, les représentations produites à leur endroit et, le cas échéant, les actions entreprises dans une logique de prévention et de protection. En ce sens, le risque relève des faits de représentation et des logiques d’action. C’est une manière de penser et d’agir, « un style d’être au monde, un filtre herméneutique des actes (Duclos, 1996 : 309) », qui suppose un engagement à la fois idéologique et pratique en réaction à une situation perçue comme dangereuse.

  • 9 Les dispositifs de sécurité et de prévention, pour être les plus visibles, ne doivent pourtant pas (...)

8Pour qu’il y ait « risque », il faut donc nécessairement des individus pour : 1) croire en l’existence de phénomènes menaçants, leur donner un contenu et un sens, et donc les définir ; 2) penser leur occurrence en fonction des savoirs disponibles (des savoirs qui peuvent être de nature différente et qui ne sont pas nécessairement exclusifs les uns des autres) ; 3) effectuer un certain nombre d’actions correctrices, d’ordre pratique ou symbolique9. Le risque s’entend alors comme une catégorie sur laquelle ces individus, agissant en leur nom propre ou au nom de collectifs et institutions divers et parfois concurrents, acceptent à un moment donné de s’accorder pour traiter un ensemble de situations conçues comme dangereuses ou simplement problématiques. Dans ces conditions, on notera que la notion de risque n’a aucun sens dans les régions inhabitées, car si elles peuvent être soumises aux mêmes phénomènes naturels que les autres, il n’y a personne pour les penser et chercher à s’en prémunir. C’est dire que le risque ne peut pas être appréhendé comme une entité extérieure aux hommes et aux sociétés. C’est dire aussi que le risque est avant tout le produit des hommes en société, de tous les hommes.

Le risque comme anticipation

  • 10 Notons au passage que cette posture critique n’est pas l’apanage des approches naturalistes et cul (...)

9Le fait d’appréhender le risque comme un construit social recèle toutefois certaines exigences. Cela impose en particulier de se donner une définition heuristique qui permette d’envisager les acteurs sociaux, leurs dispositions, leurs positions et leurs rôles respectifs dans un même cadre théorique. Il importe en effet d’opérer une rupture avec le sens commun et de ne pas poser comme un a priori la hiérarchie souvent implicite qui régit l’ordre social des savoirs10. À cet égard, le risque peut être défini comme une anticipation, comme la projection sur la réalité d’une situation virtuelle, car non encore advenue (bien qu’ayant pu avoir déjà eu lieu), celle d’un phénomène naturel, anthropique ou technologique aux conséquences dommageables pour tout ou partie de la société. La notion de risque fait donc référence à un événement qui n’est que potentiel, qui n’a de réalité que rapporté aux pratiques et représentations de ceux qui y sont confrontés, ou du moins, pensent l’être.

  • 11 Sous ce terme, nous rangeons arbitrairement tous les acteurs institutionnels en charge de l’élabor (...)
  • 12 Le cas des territoires industriels façonnés par les usines chimiques est à ce titre exemplaire : c (...)
  • 13 En soi, ce constat n’a rien d’original à partir du moment où l’on considère l’expertise à caractèr (...)

10Sur la base de cette définition, on notera en premier lieu que tous les acteurs sont justiciables d’une même approche. Que l’on se place du côté des spécialistes (les gestionnaires du risque11) ou du côté des non-spécialistes (les habitants, les riverains, les populations, etc.), le risque implique toujours le même travail d’interprétation et d’anticipation, même si les ressources mobilisées et les productions diffèrent. Chaque groupe social invente ainsi son propre risque. D’où l’intérêt d’analyser dans leur ensemble les pratiques et représentations de ces deux univers sociaux, alors même qu’ils sont essentiellement pensés et pratiqués, par ceux-là mêmes que nous étudions, comme deux entités distinctes. Outre qu’ils partagent en général une histoire commune12 et participent des mêmes processus décisionnel, du fait notamment de la multiplication en ce domaine des dispositifs de concertation et d’information, on ne saurait considérer les individus qui les incarnent comme relevant de deux sphères que tout séparerait : l’objectivité et la capacité à « dire le vrai » pour les uns, la pensée subjective et les comportements irrationnels pour les autres. L’étude comparée de ces deux catégories d’acteurs montre au contraire que la rationalité et l’objectivité sont aussi du côté des « gens ordinaires », tandis que les spécialistes ont fréquemment recours à l’arbitraire, aux croyances et aux jugements subjectifs pour asseoir leurs décisions13. On notera également que dans cette perspective, le postulat d’une altérité irréductible entre risque d’un côté et société de l’autre n’est pas tenable. Le risque, même quand il est dit « naturel » ou « technologique », est social de part en part.

  • 14 Cf. par exemple Gilbert, 2003.

11L’approche constructiviste du risque en géographie ne doit finalement pas se tromper d’objet. Ce qui compte, ce ne sont pas les événements accidentels dans leur réalité physique, mais ce que les acteurs sociaux en font, c’est-à-dire la manière dont ils s’en saisissent, les prennent en charge et les mobilisent pour construire des relations sociales. Dans cette optique, les manifestations désastreuses de la nature et de la technologie n’ont d’intérêt que dans la mesure où elles font l’objet d’une socialisation, d’une « mise en risque ». Pour le dire dans les termes de J.-M. Fournier, ce type d’approche implique de s’intéresser aux « environnements sociaux » davantage qu’à l’environnement lui-même, afin de « mettre en évidence une diversité d’environnements, reflets de réalités sociales distinctes » (Fournier, 2001a : 49). L’analyse ne vise donc pas à définir le risque une fois pour toutes. Elle cherche plutôt à rendre compte de ce que certains auteurs appellent la « fabrique du risque 14 », en se focalisant sur les représentations, les discours, les techniques, les dispositifs et les relations par lesquels les hommes en société le constituent en une réalité complexe et différenciée.

« LE SOCIAL D’ABORD, L’ESPACE ENSUITE » OUI, MAIS COMMENT ?

  • 15 De fait, elle ne travaille pas explicitement sur ce thème. Le terme « risque » n’est d’ailleurs pa (...)

12L’objet dicte ici ses priorités : entrer dans la « fabrique du risque », c’est d’abord travailler sur le social. À cet égard, le « renversement de l’ordre des facteurs », prôné par R. Rochefort dans les années soixante et devenu depuis l’un des fondements identitaires de la géographie sociale, s’avère nécessaire puisqu’il s’agit bien d’accorder plus d’importance au groupe humain qu’à l’espace, ou plus exactement « d’accorder de l’importance au groupe humain d’abord, à l’espace ensuite » (Rochefort, 1963). Dans le premier chapitre de sa thèse (Rochefort, 1961), consacré à L’espace sicilien, Renée Rochefort aborde d’ailleurs indirectement la question du risque15 à travers l’examen des contraintes que les glissements de terrain (frane) dans les collines argileuses font peser sur le travail des insulaires. Rejetant d’emblée les « faux déterminismes », elle oriente délibérément son analyse vers les interprétations que les populations locales donnent de ces phénomènes, en lien avec un système de représentations sociales centrées sur la terre : « En un monde où la terre est passion, voir s’effriter progressivement ou brusquement son bout de champ correspond à la fois à une catastrophe et à un maléfice. Ces gens simples, mal libérés encore du magique, au lieu de se tourner vers des remèdes techniques, […] recourent aux aides surnaturelles » (Rochefort, 1961 : 26). Face à l’impuissance des ingénieurs, les Siciliens socialisent la menace dans un cadre interprétatif qui privilégie la maga (la magicienne), révélant ainsi le rôle premier du système social dans l’appréhension de ce que nous appelons aujourd’hui le risque.

Diversité et conflictualité des réalités sociales

13À l’image de la « géographie sociale des frane » de Renée Rochefort, la démarche constructiviste que nous revendiquons ici conduit à suivre les acteurs sociaux dans leurs interprétations, mais également dans leurs expériences et dans toutes les situations concrètes qui nécessitent la confrontation des points de vue, la discussion, la mise en débat. Les nombreux cas empiriques étudiés montrent en effet que la « mise en risque » d’une situation donnée dépend de la façon dont les acteurs concernés vont, à travers divers types d’engagements et dans le cadre de relations sociales plus ou moins organisées, stabilisées et conflictuelles, trouver (ou non) un sens commun à leur action. Cette construction s’organise selon les connaissances, les savoirs, les outils et les ressources que ces différents acteurs sont en capacité de mobiliser. Elle tient également pour beaucoup aux intérêts, par nature différenciés et souvent incompatibles, défendus par les uns et les autres, ou bien encore aux opportunités que certains ne manquent pas de saisir pour renforcer leur position dans le système social (accroissement du champ de compétences, gain de légitimité, accès à l’espace public de la décision, etc.). Ces catégories de pensée et ces répertoires d’action, sur la base desquels le risque prend forme, sont en général produits et travaillés de façon collective et négociée dans nombre de situations concrètes, à partir de ce que chacun des protagonistes y apporte. Ce que montre, par exemple, l’élaboration des cartes de risque, supports iconographiques permettant à la fois la production d’informations utiles aux actions de prévention, la mise en relation d’acteurs issus d’univers sociaux différents et la négociation des mesures préventives (Cf. Martinais, 2004).

  • 16 C’est notamment ce que révèlent les analyses portant sur les espaces de débat et de controverse re (...)

14Dans ces conditions, la diversité des formes d’anticipation suscitées par la reconnaissance individuelle et collective du danger est une source inépuisable de questionnement. Dans l’absolu, une même menace est susceptible de donner lieu à autant de risques qu’il y a d’individus pour la penser. C’est ainsi que les potentialités accidentelles de l’industrie chimique suscitent, pour ceux qui y sont confrontés dans leur activité quotidienne, des représentations, des pratiques et des formes d’engagement qui se déclinent selon des modalités différentes. Selon la position dans l’usine ou le degré d’extériorité entretenue avec elle, les points de vue et les attitudes divergent parfois du tout au tout (Cf. notamment Duclos, 1980, 1987). On peut alors s’interroger sur ce qui détermine les interprétations, les attitudes, les raisons d’agir et les stratégies des uns et des autres, tout autant que sur la confrontation de ces formes d’anticipation, à partir du moment où la définition même du risque et de ses modalités de traitement est un enjeu en soi, générateur de compétition au sein d’un système social donné. Il est également possible de s’interroger sur la manière dont elles interagissent, si l’on admet que le caractère collectivement construit du risque exige des acteurs sociaux qu’ils consentent à redéfinir partiellement leur position sociale (voire leur identité) dans des compromis avec d’autres16.

  • 17 Dans le domaine des risques industriels, il va sans dire que les grands groupes chimiques et pétro (...)

15Le fait de considérer le risque comme une production collective ne doit cependant pas masquer une profonde asymétrie entre les acteurs considérés comme détenteurs d’un point de vue « autorisé » et tous les autres. Il faut donc être particulièrement attentif à la nature des relations sociales, en particulier aux rapports de domination, qui influent sur la crédibilité dont jouissent les acteurs et situent de facto leurs représentations et pratiques sur une échelle de valeur. Le « groupe humain » n’est pas une entité homogène et aseptisée, dénuée de toute relation conflictuelle. Au contraire, la sociologie critique nous a depuis longtemps appris que toute société est constituée de groupes sociaux traversés d’intérêts divergents et antagoniques, munis de ressources et de capacités inégales pour les défendre. Plus un acteur a de pouvoir, plus il est à même de mettre en œuvre des stratégies favorables à ses intérêts ou à ses représentations, tandis que les autres ont déjà à faire valoir leur légitimité ne serait-ce qu’à exprimer un point de vue. L’objet de cette domination peut être de nature économique17.

16Elle renvoie aussi très souvent à la question du savoir, de la loi et du politique et, plus généralement, aux diverses formes de capital définies par l’œuvre de P. Bourdieu (1993, 1994) et à leur distribution relative au sein des groupes sociaux étudiés. Il s’agit alors de montrer comment ces inégalités et ces rapports de domination opèrent concrètement, ce qu’ils induisent en termes de relations sociales et ce qu’ils déterminent dans la « fabrique du risque ».

17Ce dernier point est essentiel parce qu’il permet d’introduire le rôle souvent décisif du contexte qui, d’un lieu à un autre, d’une époque à une autre, organise différemment les rapports sociaux, et donc, les conditions de mobilisation et d’interaction des individus et groupes sociaux participant de la mise en forme du risque. En ce sens, la contextualisation participe pleinement de la compréhension des situations observées. Elle présente également l’avantage de faire le lien avec la question de l’espace qui revient ainsi en première ligne dans le cadre d’une géographie constructiviste.

La dimension spatiale du risque

  • 18 Cf. notamment la contribution de V. Veschambre dans ce même ouvrage.

18Comment se manifeste la relation du risque à l’espace ? À cette question, les géographes formulent des réponses diverses. Pour certains, la spatialité du risque est à rechercher dans la portion de surface terrestre potentiellement concernée par les phénomènes dévastateurs. Pour d’autres, elle correspond à cette entité qui permet d’appréhender les lois et mécanismes physiques qui président à la manifestation de ces mêmes phénomènes naturels ou technologiques. D’autres encore la relient à la zone géographique support des actions de prévention (selon les découpages administratifs notamment), ou définie par ces mêmes actions (un bassin-versant, un bassin de risque, etc.). Pour être les plus fréquentes, ces différentes approches ont toutefois tendance à inscrire la relation du risque à l’espace dans un double déterminisme. Elles cherchent en général à expliquer le risque par l’espace, ou dans un rapport inverse, l’espace par le risque. Ce faisant, elles conduisent inévitablement à objectiver l’espace en un quelque chose qui serait distinct de la société, à réifier en quelque sorte une symétrie entre espace et société qui n’est pas sans poser problème d’un point de vue théorique18.

19Afin d’échapper à cette tentation déterministe, il est préférable d’envisager l’espace et la société dans un rapport de consubstantialité, c’est-à-dire de concevoir l’espace comme une dimension à part entière du social. Mais alors comment décliner cet axiome au risque, considéré ici comme forme sociale ? Le risque a-t-il une dimension spatiale et comment s’exprime-t-elle ? Et puis surtout : qu’apporte la prise en compte de cette dimension spatiale à la compréhension des situations étudiées ? Quelle est son efficacité interprétative ? Qu’est-ce qui, dans la « fabrique du risque », peut être qualifié de spatial et qui, de ce fait, pourrait être « dédié » à la géographie ?

20Un premier niveau de réponse consiste à dire que la localisation de la « fabrique du risque » peut-être explicative des comportements sociaux. L’espace est en effet le révélateur des modalités selon lesquelles les individus et les groupes sociaux investissent, s’approprient et transforment les lieux qu’ils occupent. Il l’est également des positions, inégalités et antagonismes sociaux. Il en est même la mémoire, mais une mémoire active, car ces héritages ne sont généralement pas inertes : « réappropriés, réactualisés, ils participent aux systèmes de domination politique, de production économique et de reproduction sociale » (Auriac, 1986 : 71). En tant que mémoire des réalisations humaines, l’espace est une fonction agissante du social. Il agit par les effets de distance, de position, de dimensionnement, de configuration dans la mesure où la disposition des lieux instaure entre les individus des possibilités de communication et d’interaction plus ou moins grandes. Il agit également par les effets d’inertie, le poids des localisations, des usages, des habitudes, que les géographes ont souvent rassemblés et traduits en « poids de l’histoire » et qui conditionnent les stratégies comme les représentations des individus et des groupes sociaux (Vant, 1986). Une recherche menée à l’échelle d’un bassin-versant périurbain soumis à de fréquentes inondations a par exemple montré comment, tout au long du cours d’eau, la variété des configurations topographiques, des peuplements, des types d’habitats, des activités économiques, est à l’origine de modes différenciés d’appropriation de la rivière et de ses débordements (Duchêne et Morel-Journel, 2004). En pratique, le recours à la dimension spatiale permet ici de donner un contenu précis aux « effets de lieu », ou dans un autre registre, aux processus de territorialisation des politiques nationales de prévention dont les conditions de mise en œuvre restent très largement dépendantes des contextes locaux dans lesquels elles s’appliquent.

21Les actions collectives sont également explicatives de la localisation des dispositifs de prévention et des conséquences pratiques ou symboliques qui en découlent. L’espace apparaît alors comme le produit d’une activité sociale spécifique, dans la mesure où il se trouve façonné, dans ses dimensions matérielles comme dans ses dimensions idéelles, par des réalisations concrètes (l’édification d’une digue pour protéger un secteur résidentiel des débordements de la rivière qui le jouxte), des actes réglementaires (une zone interdite à la construction), des décisions administratives (la destruction d’un quartier d’habitation situé dans le lit majeur d’un cours d’eau), des stratégies résidentielles d’évitement ou d’implantation délibérée, des processus de dévalorisation. Les territoires de la chimie, où industries « à risque » et secteurs résidentiels cohabitent en étroite proximité, en sont une autre illustration. Dans leur configuration actuelle, ils résultent en effet de nombre de décisions d’aménagement et de localisation justifiées par la nécessité, collectivement éprouvée, de prendre en compte les pollutions et des dangers de l’industrie (Cf. par exemple Martinais, 2003). En ces lieux, la question du risque influe nettement sur les caractéristiques sociales des populations riveraines des usines et pèse sur l’usage des sols, du fait notamment des dispositifs de maîtrise de l’urbanisation en vigueur depuis les années quatre-vingt et des contraintes d’urbanisme qu’ils imposent. Elle affecte également pour une large part l’image dont jouissent les quartiers voisins des usines, renforçant ainsi les processus de stigmatisation qui touchent aujourd’hui la plupart de ces communes industrielles.

  • 19 Cf. sa contribution dans ce même ouvrage.

22En définitive, l’espace constitue bien une dimension essentielle, constitutive du risque, qui mérite d’être étudiée comme telle. En tant que produit d’un système social donné, le risque résulte toujours d’un travail spécifique d’individus et de groupes sociaux qui marquent tout autant l’espace de leurs représentations et de leurs actions qu’ils sont marqués par l’espace, ses configurations, ses limites et ses valorisations différentielles. Là, et là seulement, résident tous les bénéfices que la géographie peut tirer de la contextualisation. En localisant le social, en remettant « les acteurs dans leur corps et leur corps par terre » pour reprendre la belle formule de F. Ripoll19, il s’agit bien de considérer que la construction sociale du risque n’est pas en apesanteur, qu’elle s’inscrit dans des lieux et dans une histoire, ou pour le dire autrement, que l’espace et le risque, dans un contexte social donné, participent d’un même mouvement qui ne peut se lire que dans son histoire propre.

POUR UNE DEMARCHE ETHNOGRAPHIQUE EN GEOGRAPHIE

  • 20 D’après une expression de J.-F. Staszak, utilisée dans le débat sur le postmodernisme en géographi (...)
  • 21 Nous empruntons cette citation à A. Vant, aujourd’hui professeur émérite de géographie de l’Univer (...)

23Les quelques principes théoriques énoncés précédemment suggèrent le besoin, pour les géographes ayant opté pour une posture résolument constructiviste, d’opérer un « tournant sociologique et anthropologique20 ». En particulier, le travail de terrain doit être guidé par le souci permanent d’être au plus près des acteurs sociaux, des agents, ou tout simplement des gens, qui participent des situations et des dispositifs étudiés. De ce point de vue, l’enquête de type ethnographique répond pleinement aux exigences de la contextualisation, qui demande de « lier les phénomènes et leur contexte en un ensemble d’éléments qui ne prend sens et forme qu’en fonction de la configuration signifiante qu’il constitue pour un opérateur en situation » (Lussault, 2003 : 2005). Elle seule permet d’établir un contact direct, approfondi et durable avec les acteurs sociaux, de saisir l’ensemble des relations qu’ils établissent dans leur milieu de vie et/ou dans le cadre de leur activité professionnelle, d’observer leurs pratiques en situation, de recueillir et de consigner leurs points de vue, mais également de s’imprégner d’un « terrain », de son histoire, pour penser les processus par lesquels les individus et les groupes sociaux construisent et actualisent des stratégies, des actes, des idéologies, des technologies, des savoirs. Car si les organisations spatiales ne procèdent en première détermination que de mécanismes sociaux, il n’est pour autant pas question d’escamoter « l’espace champ de forces, l’espace-enjeu, l’espace tissé d’antagonismes de groupes ou d’individus, de conflits, de stratégies, l’espace fait de territoires à prendre, à vendre, à défendre, autrement dit d’espaces socialement appropriés21 ».

Le local comme échelle d’investigation privilégiée

24La démarche ethnographique pose inévitablement le problème de l’échelle d’investigation autorisant une lecture compréhensive des objets étudiés. Le local s’avère en général le niveau le plus pertinent, ou le plus accessible, car lui seul permet d’appréhender la « fabrique du risque » dans toute sa complexité, en particulier dans sa dimension spatiale. Nous privilégions donc une géographie du proche, qui repose sur la conviction que l’on ne peut saisir la logique du monde social qu’à la condition de s’immerger dans la particularité d’une réalité empirique, localisée et historiquement datée. C’est pourquoi nos travaux de recherche se réfèrent le plus souvent à des lieux relativement circonscrits (un quartier, une commune, une vallée, un bassin-versant, etc.) et à des moments particuliers de l’histoire (un événement accidentel, l’élaboration d’une loi, la mise en place d’un dispositif de prévention, etc.).

25L’inclination pour le local ne signifie pas qu’il faille ignorer toutes les autres échelles, susceptibles d’informer les situations étudiées. Ce qui se joue à l’échelle locale est bien en lien avec des processus plus globaux, qui marquent aussi de leur empreinte les acteurs, leurs interprétations et modalités d’action. À cet égard, il est utile de confronter l’analyse « micro » à des analyses plus « macro », sans oublier de renseigner cette dialectique d’un minimum de profondeur historique. En matière de risque industriel par exemple, il n’est pas possible de dissocier les stratégies des acteurs et les systèmes hégémoniques locaux d’un certain nombre de processus et de dynamiques sociales en lien avec les conditions de mise en œuvre des politiques publiques au niveau national, la formalisation du droit européen de l’environnement, ou les stratégies financières des grands groupes industriels dans le cadre d’une économie mondialisée. Le recours à l’histoire, dans une perspective diachronique, permet également de saisir la « fabrique du risque » en référence à ses conditions sociales de production. Pour rester dans le domaine de l’industrie, on ne peut pas ignorer que la nature des relations des industriels avec les autres acteurs locaux est aussi le produit d’une histoire, parfois longue de plusieurs décennies. La prise de recul historique permet non seulement de saisir les héritages du passé, mais d’appréhender leur réinterprétation, leur reprise socialement caractérisée dans la mise en œuvre de logiques sociales susceptibles d’influer sur les modes de perception, d’identification, de désignation et de traitement du risque. C’est au prix de ce travail fait d’allers et de retours qu’il nous paraît possible de dévoiler, au moins en partie, la complexité de la « fabrique du risque » et des objets de recherche qui s’y rattachent : « entre le global et le local, entre la totalité et la partie, entre les échelles et dans l’histoire, l’oscillation est constante, cherchant à éviter le double piège de la « délocalisation » (dire le global à partir du local) et de la « surlocalisation » (dire le local à partir du global) » (Vant, 1988a : 261).

La question cruciale des méthodes

  • 22 Comme le souligne A. Gilbert dans le compte rendu qu’elle fait de cet ouvrage pour les Cahiers de (...)

26Dans ce cadre, la question des méthodes et des outils apparaît essentielle, voire cruciale, tant elle continue de faire débat au sein de la géographie comme au sein de la communauté des chercheurs se réclamant d’une géographie sociale. Dans leur ouvrage re-fondateur, Armand Frémont et ses confrères distinguaient déjà les démarches inductives et empiriques, de type monographique et anthropologique, des démarches déductives et logiques, de type statistique. Mais ils se gardaient bien de trancher en faveur de l’une ou l’autre, « chacune ayant son intérêt et son rôle » (Frémont, Chevalier, Hérin et Renard, 1984 : 154). À cette époque, R. Hérin en appelait cependant à « s’appuyer sur le chiffre (des traitements statistiques) pour énoncer le vrai » (Hérin, 1984 : 148), ce qui lui est, entre autres choses, explicitement reproché par A.-M. Fixot quelques années plus tard (Fixot, 1990 : 33). Ce débat n’est pas seulement celui de la géographie sociale. Il se déploie également dans le champ disciplinaire tout entier. En témoignent les critiques récemment portées par R. Brunet à l’encontre de la géographie sociale des années quatre-vingt, ou plus exactement, de l’utilisation des méthodes qualitatives en géographie : « Cela n’était pas traditionnel […] et l’on pouvait accuser les prédécesseurs d’avoir négligé ces sujets. Mais cela n’empêchait pas de les étudier de façon rationnelle, avec des méthodes scientifiques et des mesures précises — bien que la couverture “géographie sociale” fût parfois un prétexte pour refuser de compter, et risquât ainsi de retomber dans le discours invérifiable, opposé à une prétendue “géographie quantitative” synonyme de technocratique, sinon aux ordres du Kapital » (L’espace géographique, 2004, 1 : 17). Cette dernière prise de position montre combien cette question des méthodes reste prégnante en géographie, tout en restant le plus souvent dans le registre de l’implicite ou du non-dit. Cela transparaît notamment dans l’ouvrage issu du dernier colloque de géographie sociale, où les aspects méthodologiques sont totalement passés sous silence (Fournier, 2001b)22.

27Sans entrer dans ce débat, un point mérite toutefois d’être souligné : les deux corps méthodologiques, « qualitatif » et « quantitatif », apparemment concurrents, n’ont de sens que relativement à la question posée et au corpus théorique mobilisé. En particulier, le recours à la statistique ou à la cartographie n’est qu’un moyen, non pas pour « énoncer le vrai », mais pour produire une connaissance parmi d’autres. S’agissant par exemple de la thématique du risque, la recherche de variables simples, si elle permet de rendre compte de certains caractères relatifs aux discours et aux comportements des enquêtés, reste insuffisante pour rendre compte d’autres aspects, notamment lorsqu’il s’agit de repérer la signification que les personnes interrogées donnent à leur environnement proche (une usine chimique, un cours d’eau, etc.). En effet, ce qui s’exprime alors « relève moins d’une opinion statique, qu’il suffirait de saisir au vol comme par la photographie (par exemple à l’aide d’un questionnaire), que de processus interprétatifs dynamiques et souvent instables, que seule l’analyse longitudinale des entretiens permet de repérer » (Coanus, Duchêne et Martinais, 2000 : 25). Quand les objets de recherche le demandent, le géographe ne doit donc pas hésiter un instant à verser dans le qualitatif et à s’approprier les outils et les méthodes de l’enquête ethnographique comme l’entretien, le récit de vie, l’observation et la constitution d’un corpus archivistique le plus complet possible. Ce que nous avons toujours fait sans retenue. Pour parler une fois encore comme Renée Rochefort et même si nos méthodes ne recouvrent pas totalement les siennes, notre pratique de recherche « privilégie l’observation patiente, l’étude des comportements, la quête des signes et des symboles » (Rochefort, 1982 : 13).

QUELLE GEOGRAPHIE ?

28Au terme de cet exercice de mise en forme de quelques principes théoriques et méthodologiques qui nous semblent devoir constituer les bases d’une approche constructiviste du risque en géographie, nous ne pouvons manquer de nous interroger sur notre position, au sein de la discipline géographique d’abord, de la géographie sociale ensuite. La posture que nous revendiquons fait-elle de nous des géographes, des géographes sociaux ou tout simplement des chercheurs en sciences sociales, délibérément marqués par la sociologie et l’anthropologie, mais sans rattachement disciplinaire explicite ?

  • 23 Pour une mise en perspective de ces travaux, cf. Vant, 1984b.

29Un premier élément de réponse est de considérer que ce type d’approche n’a rien d’illégitime en géographie, à partir du moment où les questionnements qu’il suscite accordent une place importante à la dimension spatiale. Une autre réponse possible est d’invoquer la filiation dans laquelle nous nous reconnaissons, celle de l’école lyonnaise de géographie sociale, constituée dans les années quatre-vingt autour de R. Rochefort, d’A. Vant et de quelques autres géographes. De fait, nous entretenons une réelle proximité avec la démarche d’analyse socio-géographique qui a pendant quelques années fédéré les travaux de cette branche de la géographie sociale23. L’attrait pour les discours, les mises en scène, les images et les représentations, pour une approche plus sensible que quantitative des phénomènes sociaux spatialisés, le refus de limiter l’analyse de la production sociale de l’espace aux seules déterminations économiques, le souci permanent d’allier le global et le local, le macro et le micro, le contenu et la forme, les structures objectives et les comportements ou évaluations de groupes, par l’intermédiaire d’une extrême sensibilité au temps et à l’histoire, sont autant de credo qui guident nos travaux de recherche.

30Mais sans doute la réponse la plus appropriée consisterait à dire, à la manière de M. Vanier (1997), que le positionnement disciplinaire importe finalement moins que le recours à un arsenal conceptuel et théorique qui permette au mieux d’appréhender, à travers des objets qui s’y prêtent, la dimension spatiale des phénomènes sociaux. Celle-ci, à elle seule, assure aux chercheurs que nous sommes une place dans la géographie, en garantissant à cette même discipline un rôle dans l’observation et l’interprétation du réel, aux côtés des autres disciplines relevant des sciences sociales.

Notes

1 [emmanuel.martinais@entpe.fr].

2 Deux ouvrages récents offrent un panorama assez complet des nombreuses contributions géographiques à cette thématique de recherche. Cf. November, 2002 ; Dauphiné, 2003.

3 Cette mise en catégories des différentes approches du risque en géographie doit énormément au travail réalisé par Thierry Coanus pour l’introduction d’un ouvrage collectif (à paraître prochainement), tiré du colloque international Risques et Territoires qui s’est tenu à Vaulx-en-Velin en mai 2001. Qu’il soit remercié par avance de cet « emprunt ». Qu’il soit également remercié pour tout ce qu’il a pu nous apporter ces dernières années, dans le cadre de l’équipe « risques urbains » du laboratoire RIVES qu’il anime et à laquelle nous appartenons ou contribuons. À ce propos, il convient de préciser qu’un certain nombre de prises de position, orientations problématiques et questionnements présentés dans ce texte résultent moins d’une réflexion strictement géographique que du travail collectif et pluridisciplinaire réalisé au sein de cette équipe, très marqué par l’ethnologie et, dans une moindre mesure, la sociologie.

4 Cf. par exemple F. Pagney et J. Suedois, 1999 ; R. D’Ercole et J.-P. Rançon, 1999 ; R. D’Ercole et P. Metzger, 2001.

5 On parle ainsi indifféremment de risque assurantiel, de risque financier, de risque économique, de risque du travail, de risque pour la santé, de risque social, de risque domestique, de risque naturel, de risque technologique, de risque sanitaire, etc.

6 On pense bien sûr à la (nouvelle ?) « société du risque », promue avec succès ces dernières années par A. Giddens et U. Beck : cf. Giddens, 1994 ; Beck, 2001. Pour un examen critique de cette thèse, voir par exemple Coanus, Duchêne et Martinais, 2004.

7 Sur l’émergence des « risques technologiques majeurs » comme domaine d’action publique et facteur de légitimation du ministère de l’Environnement, cf. Decrop et Gilbert, 1993.

8 Sur ce point, en lien avec les problèmes très contemporains d’« insécurité urbaine », cf. notamment Mucchielli, 2001 ; Macé, 2002.

9 Les dispositifs de sécurité et de prévention, pour être les plus visibles, ne doivent pourtant pas masquer les systèmes de protections symboliques auxquels recourt quiconque se trouve confronté au danger. Pour une illustration convaincante, cf. Zonabend, 1989. Sur les protections symboliques, voir également Mendès-Leite, 1995.

10 Notons au passage que cette posture critique n’est pas l’apanage des approches naturalistes et culturalistes évoquées précédemment, loin s’en faut. La plupart des travaux de géographie consacrés au risque semble en effet dominée par une certaine vacuité conceptuelle ou, tout au moins, par une difficulté à se déprendre d’une approche normative et positiviste du risque. La hiérarchisation des savoirs n’y est que trop rarement contestée. Les spécialistes sont ainsi toujours supposés « dire le vrai » et détenir le monopole de la définition du risque « réel », tandis que les populations et les « gens ordinaires » seraient toujours dans l’erreur. Ce type d’interprétation témoigne à notre sens de la distance maintenue par nombre de géographes avec la nécessité de se doter de principes théoriques de lecture du monde.

11 Sous ce terme, nous rangeons arbitrairement tous les acteurs institutionnels en charge de l’élaboration et de la mise en œuvre des politiques publiques conçues pour gérer les risques : représentants de l’État, élus, techniciens, experts, ou bien encore les chercheurs engagés dans le travail de définition et de délimitation des problèmes à traiter.

12 Le cas des territoires industriels façonnés par les usines chimiques est à ce titre exemplaire : cf. Duchêne, 2002.

13 En soi, ce constat n’a rien d’original à partir du moment où l’on considère l’expertise à caractère scientifique ou technique comme une activité sociale à part entière. Pour une illustration dans le domaine des risques industriels, cf. Coanus, Duchêne et Martinais, 2000.

14 Cf. par exemple Gilbert, 2003.

15 De fait, elle ne travaille pas explicitement sur ce thème. Le terme « risque » n’est d’ailleurs pas utilisé dans ce passage. Sur l’ensemble de l’ouvrage, elle ne l’emploie qu’une seule fois, à propos des conditions de travail dans les mines de soufre : ibid., p. 255 et 257.

16 C’est notamment ce que révèlent les analyses portant sur les espaces de débat et de controverse relatifs aux dangers des sciences et des techniques. Cf. par exemple Callon, Lascoumes et Barthe, 2001.

17 Dans le domaine des risques industriels, il va sans dire que les grands groupes chimiques et pétroliers (Rhodia, Total, etc.) usent très largement de la position dominante que leur confère le poids économique de leurs activités, ainsi que les ressources techniques, juridiques et financières dont ils disposent, pour orienter les choix et les décisions dans les directions les plus favorables à leurs intérêts. Au plan local, il n’est pas non plus possible de faire abstraction du fait que les prises de position des industriels engagent l’existence et le devenir de populations constituées pour l’essentiel d’ouvriers et de précaires, en situation de grande dépendance économique et ayant par ailleurs subi les conséquences de plusieurs décennies de désindustrialisation.

18 Cf. notamment la contribution de V. Veschambre dans ce même ouvrage.

19 Cf. sa contribution dans ce même ouvrage.

20 D’après une expression de J.-F. Staszak, utilisée dans le débat sur le postmodernisme en géographie récemment restitué par L’espace géographique (2004, n° 1).

21 Nous empruntons cette citation à A. Vant, aujourd’hui professeur émérite de géographie de l’Université Jean Monnet Saint-Étienne. Elle est extraite d’un cours intitulé « La géographie sociale : mode ou renouvellement ? ».

22 Comme le souligne A. Gilbert dans le compte rendu qu’elle fait de cet ouvrage pour les Cahiers de géographie du Québec (2003, vol. 47, n° 130).

23 Pour une mise en perspective de ces travaux, cf. Vant, 1984b.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540