Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et faire la géographie sociale

 | 
Raymonde Séchet
, 
Vincent Veschambre

Première partie. Les postures de la géographie sociale : vers une théorie critique et une épistémologie de l’implication

De l’espace-miroir à l’espace-écran : un effet médiatique ?

Benoît Raoulx

Texte intégral

  • 1 [raoulx@mrsh.unicaen.fr].

1Note portant sur l’auteur1

2On peut définir la géographie sociale à partir de trois piliers épistémologiques qui sont liés, formant un « tripode ».

3Le premier pilier concerne la conception de l’espace. On évoque souvent l’expression de R. Rochefort (1963) qui proposait dans les années soixante le renversement de l’ordre des facteurs entre l’espace et la société. Les différentes contributions qui ont jalonné la réflexion dans les sciences sociales (Lefebvre, 1974) et en géographie sociale en particulier ont largement travaillé ce renversement. L’espace est conçu comme un miroir de la société, qui, en retour, agit sur la société. Aujourd’hui, il est courant, parmi les géographes, de déclarer que le renversement de l’ordre des facteurs est une idée acquise « une fois pour toute ». Une telle attitude nous paraît bloquer la réflexion. Que nous inspire aujourd’hui le renversement de l’ordre des facteurs, l’idée que l’espace est une production sociale ? Nous partons d’une idée simple. La société évolue : si l’espace est une production sociale, donc la production de l’espace évolue. Cette évolution amène à accorder beaucoup plus d’attention aujourd’hui à la multiplicité des dimensions de l’espace, du temps et à leur articulation à partir d’une conception implicite trialectique de la réalité (Société-Espace-Temps) pour reprendre l’expression d’E. W. Soja (1996). Le « renversement de l’ordre des facteurs » nous paraît constituer un postulat, qui, loin de négliger l’espace, permet au contraire de rendre compte de son importance et d’adopter une position intellectuelle attentive aux nouvelles constructions, aux transformations du monde contemporain et à la façon dont le chercheur doit rendre compte de la réalité. L’espace est une construction de plus en plus complexe, à plusieurs degrés.

4Signifier que le renversement de l’ordre des facteurs est effectué une fois pour toute élude le rapport du chercheur à la société. La géographie sociale s’inscrit dans les sciences sociales : son objet, c’est la société. Or, dans les sciences sociales, la construction des connaissances procède d’une objectivation de l’intérieur. Il s’agit donc d’une démarche réflexive, ce qui constitue le deuxième pilier épistémologique. L’activité universitaire n’est pas fondamentalement séparée de la position de citoyen et de la condition d’individu. La réflexion prend source dans l’expérience : le rapport à la fois concret et intellectuel, d’implication et d’objectivation, permet de renouveler les thématiques et la géographie sociale, d’essayer de caler la démarche scientifique avec l’évolution des sociétés. Dans cette façon de concevoir l’activité scientifique, on cherche à construire la méthodologie de recherche au plus près de l’objet. S’ajoute un troisième pilier, étroitement lié au précédent, et qui définit le chercheur comme un citoyen, sensible aux inégalités sociales. Cela conduit à l’action pour contribuer à une plus grande justice sociale, à restituer la recherche vers les populations rencontrées, enfin à diffuser la recherche vers les autres citoyens.

CONSTRUIRE L’OBJET

  • 2 On utilise souvent le terme d’icône, issu de la sémiotique américaine, pour désigner les images re (...)

5Dans cette production de l’espace, les médias, et en particulier ceux qui véhiculent des images2, sont importants. Le colloque de géographie sociale de 1999 soulignait la nécessité d’aborder de « nouvelles frontières » en géographie sociale, comme les médias (Hérin, 2001). Il y a là un phénomène nouveau par son ampleur, qui n’existait pas dans les années soixante ni même dans les années quatre-vingt en Europe. Les géographes et les disciplines voisines se sont surtout intéressés aux liens entre réseaux et espaces à travers les technologies de l’information et de la communication. Dans cette perspective, on focalise surtout sur le medium (à l’exemple d’internet), aux formes en réseaux – en particulier internet – et à leur influence dans la structuration d’un espace. Certaines réflexions s’attachent aux transformations sociales impulsées par les transformations technologiques, économiques et spatiales, à l’exemple du travail monumental de M. Castells 1998). Notre démarche concerne les médias (à la production du contenu considéré comme une modalité de la production de l’espace, plutôt qu’au support), en particulier aux images qui nous paraissent centrales. Mais cela n’est qu’une facette : en s’inscrivant dans le tripode épistémologique de la géographie sociale, notre objet est différent. Dans les pays anglophones, la démarche post-moderne et l’influence des cultural studies dans la géographie culturelle ont conduit des universitaires intéressés par l’espace à ériger les films et la télévision comme objets d’étude (Adams 1992, Soja, 1996, Cresswell et Dixon, 2002, Shield, Fitzmaurice, 2001). L’audiovisuel de masse a été davantage apprivoisé dans les pays anglo-saxons, sans doute en raison de la précocité et de l’importance de l’industrie médiatique. En France, en revanche, il existe une forte tradition de réflexions sur le cinéma, à partir de différents points de vue. En ce qui concerne les sciences sociales, les ethnologues ont une longue tradition de l’image audiovisuelle (ce qui a donné l’« anthropologie visuelle » (De France, 1994). En histoire, les études sur le cinéma accompagnent la réflexion sur les enjeux de la mémoire (Delage, Guigueno, 2004) et l’exploration des temporalités. En géographie sociale, la recherche sur les médias audiovisuels ne pourrait-elle pas accompagner le passage de l’espace aux spatialités, au sens des modalités multiples de production de l’espace ? En France, on constate un intérêt croissant pour les médias. Comme il s’agit d’un champ récent, les regards pluridisciplinaires sont fréquents (Maigret, 2003). Il paraît important de ne pas se confiner aux productions « nobles », mais d’envisager l’étude des différents médias audiovisuels pour comprendre les transformations de la construction de l’espace et les rapports sociaux. La démarche de la géographie sociale, qui cherche à « coller » aux transformations contemporaines des rapports sociaux, et à reconstruire les objets de recherche en fonction des évolutions de la société, ne peut ignorer les enjeux autour des médias. Les transformations dans la production de l’espace conduisent à tenir compte de la médiatisation des rapports sociaux, qui s’appuie largement sur les langages audiovisuels et leur diffusion.

LA PRODUCTION DE L’ESPACE-TEMPS PAR LES IMAGES

  • 3 L’appel au colloque propose la formulation suivante : « En tant que médiateur social, l’espace est (...)
  • 4 Nous ne considérons pas le rapport au réel comme quelque chose de donné. De plus en plus, le réel (...)

6On utilise ainsi de plus en plus l’expression « médiation » pour désigner le rapport des sociétés à l’espace. L’espace est alors considéré comme un intermédiaire dans les rapports sociaux ; il est construit ou déconstruit en fonction des enjeux sociaux et des pratiques3. Cette expression, qui reste encore de l’ordre de la suggestion, conduit à penser davantage à l’articulation des rapports idéels et matériels. On peut se demander si cette diffusion du mot n’est pas liée inconsciemment à l’importance d’une forme de médiation devenue centrale : les médias. Cela invite à tenir compte des médias et en particulier de ceux qui mobilisent des images qui sont le support de ces transformations. En géographie sociale, peu de cas a été fait des images du réel comme outil, méthode, ou objet. Par commodité, on entend par l’expression « images du réel » les images photographiques, fixes ou animées4 – toutes les formes qui relèvent d’un enregistrement du réel sur un support à partir d’un point de vue et qui peuvent être reproduites et mises en circulation. L’image n’est jamais seule. Comme le rappelle L. Gervereau (2000), elle est toujours accompagnée d’une « gangue », écrite ou sonore, qui l’énonce et oriente ainsi l’interprétation.

  • 5 Outre Rouen, le projet Intereg subventionnait des initiatives de valorisation des cathédrales d’Am (...)

7Pour illustrer cette évolution, partons de l’exemple d’un spectacle dans l’espace public. Durant l’été 2004, la cathédrale gothique de Rouen a été le support d’un spectacle audiovisuel « De Monet aux pixels » proposé par l’Atelier Skertzò, financé par des fonds européens (Intereg5). Ce spectacle grand public faisait appel à la série des peintures de Claude Monet, qui représente l’édifice à plusieurs heures de la journée, elle-même instituée comme référent dans la peinture de Roy Lichtenstein, artiste pop art qui a décomposé la représentation imprimée de l’image, laissant apparaître les points de couleur de l’impression. Une image est elle-même mobilisée comme support d’une autre image.

Figure 1 : De Monet aux pixels Extraits du journal télévisé de France 2, 20 heures (1er septembre 2004)

Figure 1 : De Monet aux pixels Extraits du journal télévisé de France 2, 20 heures (1er septembre 2004)

une projection du tableau de Monet
de roy Lichtenstein

Figure 2 : Schématisation du dispositif Les degrés de construction de l’espace : exemple de la Cathédrale de Rouen

Figure 2 : Schématisation du dispositif Les degrés de construction de l’espace : exemple de la Cathédrale de Rouen

8La désignation patrimoniale ne suffit plus pour faire reconnaître un édifice patrimoine ; il faut le re-présenter pour qu’il soit visible. Le spectacle traduit à la fois la promotion touristique et médiatique des villes, les formes de sociabilités festives et l’importance grandissante de la vie nocturne dans les villes.

9Sont ici réunis plusieurs degrés de construction du rapport à l’espace et au temps qui jouent sur la matérialité de l’espace (la cathédrale comme écran) et sur la mémoire portée par des images. Cette évolution correspondrait aux transformations des rapports à l’espace désormais construits à plusieurs degrés. Ces rapports s’appuient sur des jeux de résonance entre ces degrés, en mobilisant les multiples dimensions des images audiovisuelles et leur support. Ce spectacle illustre l’importance des images dans la médiation des rapports à l’espace dans la société et la construction d’un jeu de spatialités et de temporalités qui multiplie les référents.

LA MEDIATISATION DES RAPPORTS SOCIAUX PAR LA CONSOMMATION PRODUCTION

10Cette évolution correspond aussi à une évolution dans la production économique : les médias sont matériels et pas seulement relégués comme une représentation en simple opposition avec la réalité. Ils conduisent à envisager de plus en plus les rapports sociaux dans la sphère de la consommation ou plutôt dans une articulation différente entre production et consommation.

11En 1963 R. Rochefort proposait le renversement de l’ordre des facteurs entre l’espace et la société à partir de travaux sur les rapports fonciers en Italie du Sud ; cinquante ans après, on pourrait y substituer, en partie, les rapports médiatiques. En effet, il y a un déplacement du pouvoir économique vers le secteur des médias qui concentrent les capitaux. L’« espace-temps » de l’écran peut être considéré comme un « bien » et une forme de production : on parle d’ailleurs de sociétés de production dans le secteur audiovisuel.

12Les médias audiovisuels de masse sont incontournables en raison de l’essor du marché : multiplication des chaînes télévisées, développement de l’industrie du loisir (l’essor du secteur économique du sport ne peut s’expliquer sans leur médiatisation). La création d’un marché mondial de la consommation va de pair avec l’intégration de différents supports qui privilégient les images : presse, internet, téléphonie – ainsi les revenus liés aux SMS envoyés dans certaines émissions – produits dérivés (disques, etc.). L’entreprise espagnole Telefonica est un exemple de cette intégration : elle est très présente dans les sociétés de production de télé-réalité en Europe (Endemol) ; ou encore le groupe mondial News Corporation, fondé par R. Murdoch, qui regroupe presse écrite, télévision, sociétés de production cinématographique, etc.

13Ces logiques macro-économiques s’articulent avec des points de vue sur le monde. Les réseaux mondiaux, en particulier les chaînes d’information, déclinent des versions linguistiques et culturelles en fonction des marchés. CNN (groupe AOL Time Warner, premier groupe mondial dans le secteur des médias), a depuis longtemps une version bien implantée en espagnol à destination de la communauté latino des États-Unis et des pays hispanophones. Elle est aujourd’hui concurrencée tant aux États-Unis (Fox News, de News corporation) que dans le monde entier, en raison de la multiplication des chaînes et cherche à renforcer sa présence au Moyen Orient. Actuellement, on constate une rivalité concernant le Proche et le Moyen Orient, érigés en enjeux géopolitiques. Al Jazira (fondée en 1996 et détenue à moitié par l’émirat du Qatar) doit lancer une version anglophone en 2006 nommée Al Jazira International ; BBC World (Foreign Office du gouvernement britannique) envisage de lancer une version arabophone, BBC Arabic TV en 2007, etc.

Figure 3 : Soir 3, le journal du soir (18 juillet 2004)

Figure 3 : Soir 3, le journal du soir (18 juillet 2004)

Une ville illuminée, Paris

puis la présentatrice devant un fond représentant les tons du crépuscule

Figure 4 : Télématin, France 2 (13 septembre 2004)

Figure 4 : Télématin, France 2 (13 septembre 2004)

La ville se réveille : un café avant d’aller travailler

14Ces enjeux s’expliquent aussi par la place prise par la télévision, qui touche, de façon différenciée, les sociétés. En France, selon une étude sur la consommation des médias (1998) 78 % des femmes et 76 % des hommes regardent la télévision tous les jours, 23 % des femmes et 18 % des hommes plus de 30 heures par semaine (Glevarec, 2003). À la différence du cinéma, la télévision est consommée surtout chez soi, dans la sphère privée. Il y a donc une articulation particulière entre les sphères privée et publique. Par exemple, l’information télévisuelle construit des images qui font référence aux rythmes sociaux de la ville, érigée comme l’espace de l’actualité par excellence (fig. 3 et 4).

Le dispositif spatial télévisuel

15Le langage audiovisuel est construit par un dispositif. Le terme de dispositif peut être utilisé en amont (prise de vue) et en aval (cela désigne alors les moyens, les techniques et les choix mis en œuvre en fonction d’une intention). Il est tout à fait intéressant de déconstruire le dispositif spatial dans la mesure où cela nous renseigne sur les modalités de la construction de l’espace dans la société contemporaine. Incorporer les images tout en sollicitant le sens critique, l’intellect : c’est l’une des difficultés de l’entreprise.

16On peut concevoir l’écran comme un espace a priori qui renvoie à d’autres espaces. D’une certaine façon, on est en phase avec la démarche en géographie sociale qui part souvent d’un espace pour le déconstruire et étudier les rapports sociaux.

  • 6 On pourra se référer aux grilles d’analyse proposées par E. Véron (1983) et A. Jost (2004). Dans n (...)

17Les images audiovisuelles sont par définition subjectives ; l’ensemble construit des rapports au temps et à l’espace qui relèvent du récit. C’est l’affirmation d’un point de vue, qui s’insère dans un dispositif et qui transforme une intention, qui permet au spectateur une objectivation. Le journal télévisé, très standardisé dans les formes (tant spatiales que temporelles), n’est objectif que par soustraction du point de vue. La déconstruction du dispositif de l’information télévisuelle nécessite d’accommoder le regard en tenant compte des formes d’énonciation6.

18La représentation du monde en globes et en cartes contribue à cette impression d’objectivité. On peut proposer l’expression cartes médiatiques pour désigner les représentations du globe et de l’espace qui participent de créer une impression d’objectivité. Le générique de France 2 (figure 5), présente un globe tournant durant environ trois secondes à partir d’un point dans l’espace, sans sujet. La musique contribue à dramatiser la séquence. Dans le journal télévisé, la représentation du globe sert à marquer le moment d’entrée dans l’espace-temps de l’information.

19Montrer le globe en révolution accélérée signifie couvrir (un terme dont l’usage est fréquent dans l’information) l’étendue de la planète. C’est aussi donner l’impression d’un temps instantané. Temps et espace sont devenus confondus : on peut dénommer ce rapport ubiquité ou instantanéité. Après ce plan sur le globe, les titres du journal sont enchaînés par la présentatrice, qui, après une courte apparition, les décline en voix off, la musique étant un peu moins forte.

20Puis, la présentatrice, d’un air posé, « les yeux dans les yeux », développe le premier sujet du journal. Comme l’a bien analysé E. Véron (1983) la relation de confiance est d’autant plus forte que le visage est familier et que la récurrence du même cadrage (plan serré du personnage assis) donne un effet rassurant de stabilité, qui contraste avec le mouvement des reportages.

Figure 5 : Images extraites du journal de 20 heures de France 2 (16 juillet 2004)

Figure 5 : Images extraites du journal de 20 heures de France 2 (16 juillet 2004)

21Une carte du monde, bleu ciel et translucide, est placée en fond de plateau. Le journal de TF1 dramatise aussi l’entrée dans l’information par une carte du monde bleutée et réfléchissante, floue et mobile, pendant que des chiffres de dates se succèdent, faisant référence à la rapidité de l’actualité. Le dernier plan affiche en grand le chiffre « 20 heures » sur la carte qui se fige. Les deux chaînes développent donc le même langage. Ensuite, toutefois, TF1 décline un mur d’écrans en fond de plateau. Ce procédé produit un effet identique à la représentation de la Terre sous forme de carte ou de globe : la répétition d’écrans suggère une transparence du monde, une vision totale et instantanée par l’information.

Figure 6 : Extrait du journal de France 2 de 20 heures (12 avril 2004)

Figure 6 : Extrait du journal de France 2 de 20 heures (12 avril 2004)

Carte montrée en lancement d’un fait divers à Lillers.
Temps total du zoom : 7 secondes (20h06)

22France 3 décline ses éditions régionales et nationales en un générique similaire afin d’établir une continuité dans la tranche horaire du 19/20. Les différentes éditions régionales (à 19 heures) montrent un mouvement panoramique rapide sur une ville à vol d’oiseau : par exemple, pour le journal de France 3 Normandie, il s’agit de Caen. L’image rapide évite de s’attarder sur la ville tandis que les noms de localités de la région tournent dans les airs. L’édition nationale (à 19h 30) montre un changement d’échelle : une étendue du globe apparaît ; les noms des grandes métropoles tournent dans l’espace (Paris, Londres, etc.). Ainsi le journal télévisé de France 3 nous mène de Pontorson (Manche) à Moscou en un « battement d’aile », autrement dit en un coup d’œil. La construction d’échelles médiatiques n’a pas pour fonction de contribuer à offrir un cadre d’analyse mais relève plutôt de l’énonciation des images audiovisuelles. Le téléspectateur semble voyager dans une navette spatiale qui se rapproche sur la terre et atterrit « là où il se passe des choses » –, qui sont donc énoncées comme réelles. Cet espace-temps est caractérisé par la rapidité des images, le « zapping » d’images montées venant du monde entier. Comme il s’agit d’une construction, on peut proposer l’expression de lieu médiatique pour définir les lieux construits par le dispositif télévisuel. Les « cartes médiatiques » – elles sont surdéterminées par leur production et leur énonciation médiatiques : il s’agit d’un temps autant qu’un espace – contribuent à la construction des lieux médiatiques.

Figure 7 : La météo après le journal de 20 heures de TF1 (18 juillet 2004)

Figure 7 : La météo après le journal de 20 heures de TF1 (18 juillet 2004)

La carte est très proche de la représentation photographique aérienne et le cadrage est hexagonale ; il s’agit de la représentation d’un axe d’orages le 18 juillet 2004. Durant cette séquence, la présentatrice est omniprésente aux télé spectateurs.

Figure 8 : Une carte extraite de la météo d’Arte (18 juillet 2004)

Figure 8 : Une carte extraite de la météo d’Arte (18 juillet 2004)

La séquence multiplie les mouvements et les zooms. Outre des zooms sur la France et l’Allemagne, la carte cadre l’Europe et une grande partie de la Méditerranée. Pas de présentateur : seulement une voix très reconnaissable, fil rouge de la chaine.

23L’énonciation des images – certains auteurs comme Stéphane Breton (2004) venant du cinéma documentaire parlent de monstration – n’accorde guère de place au spectateur dans la construction du récit dans les reportages (de to report, rapporter : un sujet court et lié aux événements). Le commentaire off désigne les images. Le commentaire ne s’inscrit pas dans une relation organique avec les images audiovisuelles ; celles-ci ne sont qu’une simple illustration du commentaire.

24Le dispositif d’Euronews du 28 juin 2004 contribue au mythe d’une « fenêtre sur le monde » ouverte en permanence. Le texte « no comment » est donc plus qu’un commentaire : il est une énonciation. L’heure dans trois villes en haut à droite contribue aussi à construire l’impression de transparence et l’instantanéité du monde. Or, il y a bien eu un opérateur et un preneur de son qui se sont placés derrière le camion, face aux émeutiers, du côté de l’ordre ; puis des phases techniques (montage, etc.) donc des choix ; puis des diffusions. Cependant aujourd’hui, l’énonciation est devenue plus complexe. On ne peut plus étudier les programmes d’information ou les autres émissions sans les inscrire dans le contexte de la programmation d’ensemble, qui contribue à codifier les dispositifs. Cette négation de l’énonciation se retrouve dans la télé-réalité. La télé-réalité emprunte à l’information télévisée le mythe de la transparence et l’absence de point de vue. Elle le fait en multipliant les caméras et les angles de vue.

Le mythe d’une fenêtre ouverte sur le monde

25Le développement de la production télévisuelle a brouillé les étiquettes et a renouvelé les genres, par emprunt plus que par création. Le mélange des genres, à l’exemple de l’infotainment américain (contraction d’information et d’entertainment, « divertissement »), institue le présentateur comme le pivot entre les genres et les personnes. C’est ainsi que des présentateurs de journaux télévisés animent des émissions de télé-réalité ou de talk show, ces derniers relevant de plus en plus des dispositifs de la « télé-réalité ».

26On peut essayer d’articuler cette réflexion avec les transformations des rapports sociaux, de plus en plus structurés par la sphère de la consommation.

Figure 9 : Extrait d’Euronews sur France 3 (28 juin 2004)

Figure 9 : Extrait d’Euronews sur France 3 (28 juin 2004)

L’EFFET MEDIATIQUE, UN EFFET PAR RESONANCE

27Dans les années quatre-vingt, les auteurs du manuel de géographie sociale (Frémont et al. 1984) proposaient une grille de lecture à partir des effets de classe, de culture, de lieu, de mobilité. On peut aujourd’hui proposer un effet médiatique, qui fonctionne par résonance avec les autres effets. L’expression « effet médiatique » peut recouvrir deux acceptions : l’effet comme procédé technique et l’effet comme résultat.

28Il serait exagéré de chercher une influence directe des médias télévisuels sur l’ensemble des comportements. Les images audiovisuelles sont toujours accompagnées d’une énonciation écrite, orale ou sonore. Cela conduit à s’interroger sur la résonance de la construction médiatique avec les autres dimensions de la réalité. On peut toutefois relever dans certains cas un effet direct sur la consommation (SMS dans les jeux, publicité). Ainsi, la consommation engendre la production, contribuant à créer un circuit. Rapport de production et rapports de consommation se rejoignent donc.

29Dans les émissions de télé-réalité, le générique, les logos, les résumés, la voix off, l’univers sonore, mais aussi les autres médias qui les déclinent (presse, télé) sont des formes d’énonciation qui peuvent conforter soit l’aspect réalité soit l’aspect spectacle, en fonction de l’attitude et du capital culturel du spectateur.

30Le consommateur-spectateur peut interpréter les images en fonction de ses valeurs. Prenons l’exemple du Pensionnat de Chavagnes, émission diffusée en septembre 2004 sur M6. Cette émission est tournée dans une école primaire ancienne et est énoncée comme l’école de la Troisième République : des enfants volontaires y vivent et passent leur certificat d’étude.

31On peut comprendre l’émission, en fonction de ses propres valeurs, soit comme l’apologie de bonnes vieilles méthodes, soit comme une parodie liée au caractère « décalé » du décor et des discours, soit encore comme un exemple emblématique de l’orientation commerciale de la télévision française.

Figure 10 : M6, Le Pensionnat de Chavagnes (2004). Enfin de la vraie géographie

Figure 10 : M6, Le Pensionnat de Chavagnes (2004). Enfin de la vraie géographie

32Les images télévisuelles fonctionnent par de multiples résonances entre les images elles-mêmes, entre le réel (ce qui est vu) et la réalité. On peut donc proposer une direction de recherche qui décloisonne les effets, en envisageant l’effet médiatique comme un effet de résonance avec les autres effets. C’est dans la faculté à orienter le débat public en l’amplifiant que résiderait l’effet médiatique. Le Pensionnat de Chavagnes est programmé dans le contexte d’un des nombreux débats sur l’école, concernant le retour de l’uniforme et des « savoirs fondamentaux » : l’effet médiatique fonctionne par résonance, chaque média (télé, presse, sites internet, radio) reprend et amplifie la question. Cela renseigne aussi sur les modalités du débat public. La prise de parole est désormais mise en scène par des témoignages dans des talk-shows ou des jeux. La télévision est instituée comme une thérapie, qui associerait l’individu à un groupe de témoins, les spectateurs. Les conflits familiaux, les problèmes psychologiques, les injustices s’expriment à travers le témoignage individuel, qui est ainsi passé de l’« intime » à l’« extime ».

33L’essor du marché audiovisuel s’accompagne de l’affirmation du droit à l’image. C’est ainsi que le floutage tend à se développer, qu’il soit sur des visages ou des marques. Or, le floutage ou encore le témoignage de dos, doivent être interprétés dans le code dominant de la « surexposition » : par contraste, cela prend une valeur d’authenticité et de vérité puisqu’on ne voit pas le visage, les yeux, et que la voix est transformée. La médiatisation de la société contribue à ré-agencer les sphères publique et privée. D’un côté, une surexposition du privé (l’« extime »), de l’autre une occultation.

L’effet médiatique en résonance avec l’effet de classe

34On peut construire un cadre d’analyse en essayant d’interpréter l’effet médiatique. Essayons de réfléchir à la résonance avec l’effet de classe. Il s’agit d’hypothèses à reformuler, à transformer, car il faudrait réaliser des études sur la consommation des images audiovisuelles en focalisant sur les rapports à l’espace.

35On peut certainement définir aujourd’hui une bourgeoisie médiatique, marquée par l’image dans toutes les acceptions du mot et par la présence médiatique : participation à de multiples émissions, patrimoine audiovisuel (la privatisation a permis l’essor de sociétés de production, parfois associées à des présentateurs-vedettes), etc. L’ensemble constitue les attributs d’un groupe social dont le rapport aux autres classes sociales est marqué par une « surexposition » médiatique. De nombreuses émissions font visiter les villas ou dévoilent les « secrets de la vie » des stars (émission sagas sur TF1), ce qui s’accompagne de révélations « tapageuses ». Cela nous amène à concevoir les émissions de télé-réalité en correspondance avec les rapports sociaux d’aujourd’hui. Pour exister en tant que nouvelle classe dominante, il faut être admiré à distance. Aujourd’hui, la télévision permet de construire ce rapport.

36M. Pinçon et M. Pinçon-Charlon (1989) relèvent les gains symboliques dans l’ouverture du château familial au public. Les auteurs insistent sur la mise à distance des « beaux quartiers » : « les beaux quartiers méritent bien leur qualificatif : comme un tableau ou une œuvre d’art, ils ne peuvent, par ceux qui n’y participent pas directement, qu’être contemplés de l’extérieur » (ibidem : 14). On pourrait parler aujourd’hui d’un transfert dans le media télévisuel. Les émissions de divertissement culturel – ainsi Des racines et des ailes sur France 3 – évoquent les lieux prestigieux de l’aristocratie : châteaux en Sicile, à Naples, à Venise, ou en Auvergne, hôtels particuliers à Paris, etc. Le spectateur fait la visite du château en compagnie du châtelain ou de la châtelaine qui présente la généalogie familiale et évoque des souvenirs d’enfance. Ce groupe social est exposé à distance, il suscite le respect, car on montre son enracinement dans le temps et dans l’espace.

Figure 11 : Extrait de l’émission sur France 3 Des racines et des ailes (13 octobre 2004)

Figure 11 : Extrait de l’émission sur France 3 Des racines et des ailes (13 octobre 2004)

37La télévision met en scène les rapports sociaux, entre le divertissement populaire de télé-réalité dans un club de vacances, les voyages culturels ou exotiques (Thalassa), le patrimoine (Des racines et des ailes), les expositions underground dans les capitales européennes (Arte). Cette réflexion ouvre donc à une géographie sociale des lieux et des groupes sociaux à l’écran, et, plus généralement, à une géographie sociale des médias, qui intègre l’étude des représentations à l’écran, l’accès inégal aux médias (une question est plus ou moins « audiovisible »), le rapport de consommation-production des spectateurs, la place des médias dans les positionnements sociaux et les identités collectives.

38À l’opposé du spectre social, la construction médiatique des « banlieues » devient partie prenante des rapports sociaux. Les médias audiovisuels ont largement contribué à donner des normes dans la mise en mot de la ville (les banlieues) et à positionner les groupes les uns par rapport aux autres par la construction de stéréotypes. La télévision est aussi une scène d’où s’expriment de façon particulièrement visible les revendications. On peut s’interroger sur la construction d’un nouveau rapport au visible ou plutôt à l’« audiovisible » dans la société qui mobilise les lieux comme décor et comme scène. L’« audiovisible » est devenu partie prenante de la construction des rapports sociaux et des rapports à l’espace et de la démocratie. Les revendications a accéder à l’ensemble de la scène télévisuelle des populations récemment immigrées – présentes surtout dans les émissions de divertissement populaire – indiqueraient cette importance de la télévision dans la construction du rapport à la Nation. Leur quasi-absence en France est ressentie comme une forme de discrimination et une injustice.

Figure 12 : 19/20 Édition nationale, France 3 (7 novembre 2005)

Figure 12 : 19/20 Édition nationale, France 3 (7 novembre 2005)

La seule présentatrice originaire d’outre-mer

L’« effet médiatique » en résonance avec l’« effet de lieu »

39La résonance entre l’effet médiatique et l’effet de lieu est d’autant plus forte que la patrimonialisation et le langage du média audiovisuel sollicitent le regard de façon similaire : il s’agit, en effet, de rendre présent et visible un objet dans l’espace. En France, les édifices religieux et les châteaux, matérialisation et symboles des pouvoirs de l’ancien régime, ont été considérés comme patrimoine à partir du xixe siècle. Depuis, on relève une extension temporelle et spatiale du patrimoine, jusqu’à inclure des paysages, des outils techniques et des savoir-faire. Cette profusion du « tout-patrimoine » nécessite d’informer le regard, comme si les modes anciens de désignation ne suffisaient plus. La mise en images du Tour de France, rite annuel de célébration du territoire national, fait largement appel aux vues aériennes obliques, qui donnent une perspective large, associant les coureurs, les spectateurs le long des routes, et le spectateur derrière le téléviseur dans un mouvement de célébration du pays – lui-même devenu faire-valoir des sponsors. Lorsque le drame du Tour de France atteint son point de dénouement, les images aériennes célèbrent la capitale en montrant des vues, obliques elles aussi, de la ville et des monuments. Une vue verticale, en effet, changerait le rapport avec le référent, devenu plus abstrait. La vue oblique d’en haut guide le regard, suscite une plus forte implication du téléspectateur et monumentalise les objets. On assiste ainsi à un effet de résonance entre l’espace matériel et l’image médiatique par les formes d’agencement entre l’espace et le temps : la combinaison entre les images aériennes obliques et le direct renforce ainsi la présence, dans la double acception du terme, de ces objets.

Figure 13 : France 2 (25 juillet 2004)

Figure 13 : France 2 (25 juillet 2004)

Le Sacré-Cœur à Montmartre : arrivée du tour de France à Paris en direct

40Les mouvements sociaux s’appuient aussi largement sur les médias, qui contribuent en retour à les faire exister dans le jeu politique. Pour assurer une couverture médiatique, rien de tel que d’inscrire une lutte dans un lieu, afin d’activer et de construire une mémoire médiatique. La Goutte d’Or, quartier du xviiie arrondissement de Paris, à l’ombre de la butte Montmartre, a une place singulière dans l’ordre urbain parisien : un espace de sas dans le parcours migratoire. Plusieurs vagues d’immigration, les plus récentes en provenance d’Afrique subsaharienne, s’y sont succédées depuis la Révolution industrielle. Ce quartier a été marqué par des luttes successives. Avant la Seconde Guerre mondiale, le premier mouvement nationaliste algérien s’y implante. Durant la guerre d’Algérie, le quartier a constitué un théâtre d’opérations entre le pouvoir colonial et les mouvements algériens de libération. Les marques restent dans la mémoire, mais ne sont guère visibles dans l’espace matériel. C’est plutôt l’audiovisuel qui construit la mémoire. En effet, le quartier est un espace privilégié par les films, tant documentaires que fictionnels, sur la marginalité sociale et l’immigration. L’église Saint-Bernard à la Goutte d’Or ne figure sur aucune carte postale et n’est pas reconnue par les Parisiens comme patrimoine. Mais, elle est instituée en symbole du mouvement des sans-papiers depuis les années quatre vingt- dix. Le collectif des sans-papiers l’a occupée en 1997, ce qui a donné lieu à une intense médiatisation. On se rappelle les coups de hache de la police sur les portes pour évacuer l’Église. Depuis, plusieurs tentatives d’occupation ont été menées et se sont terminées parfois dans l’ancien presbytère transformé en local associatif. Ainsi, la Coordination nationale des sans-papiers a tenté d’occuper l’église à la fin de décembre 2001 pour protester contre les restrictions dans la régularisation des sans-papiers. Le lieu permet de réactiver et de construire une « mémoire médiatique ». On relève ainsi une résonance forte entre l’effet médiatique et l’effet de lieu, deux effets qui se combinent facilement dans les dispositifs des médias.

Des luttes médiatiques de classe ?

41En France, en novembre 2005, des émeutes se sont propagées à partir de Clichy-sous-Bois, à la suite de la mort de deux jeunes, qui, poursuivis par la police, se sont réfugiés dans l’enceinte d’un transformateur et ont été électrocutés. Ce fait divers s’inscrit dans le contexte de stigmatisation des catégories populaires. Les propos tenus par le ministre de l’Intérieur (l’utilisation du terme racaille pour désigner les jeunes des banlieues) ont largement contribué à mettre le feu aux poudres. Ces émeutes ont été désignées par l’expression « violences urbaines » qui tend à réduire l’acte à son lieu d’énonciation dans l’espace. Plusieurs travaux de sociologues se sont intéressés aux médias, par des travaux privilégiant les rapports sociaux à l’événement apportant ainsi un contrepoint au champ médiatique (Champagne, 1993, Beaud, Pialloux, 2003, Lochard, 2002). Nous proposons ici un angle de vue complémentaire, à défricher : prendre en compte la médiatisation des rapports sociaux, autrement dit la transposition des luttes dans l’espace médiatique en déconstruisant, en s’intéressant à l’espace-temps télévisuel. Cela amène à étudier l’organisation des images audiovisuelles, leur énonciation, en tenant compte à la fois du temps chronologique (à l’échelle de la seconde) et des temps narratifs.

  • 7 Échelle des Renseignement Généraux. Le niveau 8 correspond à des « Saccages et pillages, agression (...)

42Le générique du journal de 20 heures sur France 2 du 3 novembre 2005 est révélateur. L’ensemble est structuré par l’expression « guérilla urbaine » écrite et énoncée par le présentateur sur fond d’autos brûlées et de silhouettes. L’expression « guérilla » reprend une typologie des indicateurs de la violence utilisée par la police (niveau 87). Le terme de guérilla fait penser à un mouvement organisé – ce que les faits ont démenti plus tard.

  • 8 La presse écrite papier et internet a largement mis en avant cette dramaturgie, par exemple le 8 n (...)

43Les émeutes et l’incendie des autos des quartiers défavorisés ne sont pas des faits nouveaux (cela se produit périodiquement depuis les années quatre-vingt). Ce qui semble nouveau, en revanche, c’est la convergence de plusieurs facteurs. On relève ainsi l’intensité médiatique et la diffusion du phénomène par mimétisme à travers la France. Le dispositif télévisuel est intégré dans les pratiques : par les actes et le type de lieu médiatique, par le temps social mobilisé (des scènes de nuit, la force d’évocation des flammes), par les personnages (silhouettes cagoulées ou encapuchonnées d’un côté, casquées de l’autre). Les émeutiers et les forces de l’ordre public se font face. L’ensemble s’inscrit dans l’espace-temps télévisuel. Les nuits se comptent en épisodes comme un feuilleton ou une émission de télé-réalité8. De même, ces scènes réactivent le clivage capitale/province, avec l’idée de diffusion du centre vers la province, l’impulsion étant donnée par les émeutiers de certaines communes de la banlieue parisienne.

Figure 14 : Les titres du journal télévisé de France 2 (Extraits de la voix off du présentateur)

Figure 14 : Les titres du journal télévisé de France 2 (Extraits de la voix off du présentateur)

"…Loin de se calmer la guérilla urbaine s’est encore étendue en région parisienne…"
"Mais dans le même temps l’indignation monte parmi les habitants"
"…L’ordre et la justice auront la dernier mot, affirme Dominique de Villepin…"

44On relève donc une construction d’échelles médiatiques qui repose sur un dispositif spatial supportant un récit, l’ensemble donnant une esthétique apocalyptique.

45La complémentarité du langage télévisuel, construit sur la distance à partir d’un point de vue, avec la carte, représentation verticale, contribue à ce jeu du local au national. La résonance entre les différents médias, rendue possible par la convergence de différents supports (papier, télévision, internet) et langages (photos, audiovisuel, texte) contribue à renforcer la présence de ces événements, leur donnant une importance considérable. Ces émeutes ont eu un écho médiatique international.

46Le retour sur le regard des médias étrangers est une pratique récente : les téléspectateurs ont pu entrevoir la différence des points de vue de l’information, d’autant plus que des comportements similaires ont été observés dans des pays voisins. La mondialisation du marché des images d’information ne signifie pas homogénéisation, car chaque information est produite à partir d’un point de vue. Dans ce cas-ci, toutefois, le journal proposait un point de vue sur le point de vue : par exemple, le journal de France 3 pose un regard critique sur les collègues étrangers, en soulignant leur vision spectaculaire, en dévoilant le dispositif, qui tendait à privilégier la vision des émeutiers, suggérant le parti pris des médias étrangers, et donc implicitement, l’objectivité des médias français.

47Ainsi, les images de la terre de Google Earth reprises par la chaîne d’information en continu CNN qui y a représenté des flammes sur les villes françaises. Dans le coin à droite de l’écran défilent les indices boursiers des principales places financières mondiales (en bas, à droite), érigées comme le pouls de la planète. On relève donc ici des énonciations multiples, en correspondance avec les points de vue : la diffusion, par le journal de France 3 (19/20 du 8 novembre 2005) de ces images pour les téléspectateurs français leur donne une autre interprétation.

Figure 15 : Le site de l’Agence France Presse – AFP (9 novembre 2005)

Figure 15 : Le site de l’Agence France Presse – AFP (9 novembre 2005)

Animation multimédia : on remarque la présence du globe en haut à droite, forme d’énonciation de l’actualité. Le texte en perspective les évènements

Figure 16 : BBC World repris par le journal 19/20 de France 3 (9 novembre 2005)

Figure 16 : BBC World repris par le journal 19/20 de France 3 (9 novembre 2005)

Interview d’un habitant de la banlieue parisienne témoignant de la discrimination.

Figure 17 : France 3, 19/20 France 3 (9 novembre 2005)

Figure 17 : France 3, 19/20 France 3 (9 novembre 2005)

Extrait qui présente des images de CNN

48Le point de vue implicite est mobilisé dans une nouvelle expression des rapports sociaux. Non seulement la position dans l’espace est aujourd’hui constitutive de la catégorisation sociale, mais la maîtrise du dispositif médiatique dans l’espace est devenue un enjeu majeur. Le point de vue montre clairement un rapport social. Les journalistes cadrent du côté exclusif de l’ordre public, ce qui est une règle quasi générale. Cela correspond à la fois à leur position sociale et à la logique de l’actualité, qui traite largement des rapports à la norme et à l’ordre existant du point de vue dominant (sans parler des points de vue politiques). Les émeutiers sont loin et ressemblent à des silhouettes. Au cours d’un reportage, la saisie et la destruction de la voiture de l’équipe de tournage par les émeutiers conduisent les journalistes du reportage à s’inscrire explicitement dans le récit (figure 18). Les journalistes deviennent enfin impliqués, mais par le risque qu’ils encourent. Le point de vue à distance d’un seul côté, tend à « exotiser » les populations. Cette mise à distance est renforcée par la mise en place du couvre-feu, qui réactive la mémoire coloniale (le couvre-feu a été instauré en 1955 au début de la guerre d’Algérie) et qui contribue en retour à cet effet médiatique. De façon dialectique, toutefois, le dispositif est dépassé : ces émeutes ont amené un début de débat avec des points de vue différenciés, comprenant des interviews de chercheurs généralement peu présents à la télévision sur ces questions. C’est en circulant entre les différents points de vue que l’on peut impliquer le spectateur en suscitant sa critique, ce qui permet ensuite un effet de distanciation.

49Les émeutes de novembre 2005 ont-elles montré une nouvelle forme de lutte de classes, transférée dans la production médiatique ? Plus encore que de luttes des classes médiatiques, on pourrait parler de luttes médiatiques des classes. Les médias audiovisuels reposeraient sur des rapports dialectiques, où les codes du dispositif du journal télévisé tentent d’être retournés pour revendiquer ou protester contre l’ordre dominant.

Figure 18 : France 2, journal de 20 heures (3 novembre 2005)

Figure 18 : France 2, journal de 20 heures (3 novembre 2005)

Barrage des émeutiers qui saisissent l’automobile des journalistes
Images prises de la voiture des policiers qui ont récupéré les journalistes…L’automobiles des journalistes brûle.

50Ces émeutes montreraient une cristallisation par l’effet médiatique de l’effet de classe et de l’effet de lieu. Dans ce processus, les dimensions spatiales du dispositif d’information (lieu, scène, point de vue) et leur énonciation apparaissent fondamentales. En retour, le récit télévisuel construit les catégorisations et les frontières sociales de la France actuelle, qui s’appuient donc sur les dimensions spatiales.

RETOUR SUR LE PROJET DE LA GEOGRAPHIE SOCIALE

Regarder le regard

51Cette réflexion ne repose nullement sur une vision iconoclaste du monde : les images en elles-mêmes ne sont ni fausses ni vraies en soi comme le remarque Marie-Claude Mondzain (2004). C’est leur énonciation et le rapport tissé entre l’énonciation, les images audiovisuelles et le spectateur qui sent importants, ce qui peut varier en fonction du média. Puisqu’il s’agit d’envisager les images audiovisuelles comme une construction, il faut les déconstruire pour comprendre les enjeux et les articuler avec les autres constructions sociales. À l’inverse du travail de terrain, qui nécessite de se rapprocher d’autres groupes et d’autres lieux que ceux habituellement fréquentés par l’enseignant-chercheur, étudier l’image télévisuelle nécessite d’objectiver les pratiques, de faire l’effort d’une mise à distance, pour « regarder le regard » sur le monde proposé par la télévision. Ce qui interroge directement, voire viscéralement, le chercheur et sa position sociale.

52Toutefois, cela ne conduit pas à évacuer l’expérience concrète des lieux. Retournons à l’exemple du spectacle autour de la cathédrale de Rouen. Aujourd’hui, les images ont besoin d’être inscrites dans un lieu pour se nourrir de la réalité, prendre une certaine matérialité, un caractère unique, à l’exemple des installations vidéo d’artistes. Il ne s’agirait plus d’une simple représentation au sens d’une image projetée sur un écran, mais d’une re-présentation. On peut parler d’une articulation autour de la présence, dans la double acception du mot, temps et espace à la fois, permettant d’expérimenter et d’articuler la diversité des dimensions spatiales et temporelles.

53C’est le regard, la capacité à être dans la représentation et de s’en dégager, qui conduisent à capitaliser l’expérience. Au fur et à mesure que la technologie développe la capacité à capter ou à construire le réel, le regard ou plutôt les regards deviennent de plus en plus construits. Ces transformations sont certes permises par l’évolution de la technologie, mais elles sont aussi sociales : la place des images (et les regards qu’on leur porte) évolue, car elles sont incorporées au fur et à mesure qu’elles se sont banalisées. On est passé du rapport mimétique de l’image du réel à un rapport beaucoup plus construit. Puisqu’il s’agit d’une construction, les médias sont partie prenante des rapports sociaux ; ils relèvent d’une forme d’incorporation qui sollicite les rapports à l’espace. On pourrait donc intégrer les médias dans la réflexion sur le capital spatial.

54En retour, cela nous conduit à penser autrement la façon d’aborder l’espace. Le regard de la géographie sociale française d’aujourd’hui sur les années quatre-vingt voire des années quatre-vingt-dix réduit souvent la géographie sociale à la production de cartes sur des indicateurs sociaux, ce qui a certainement le plus circulé dans le monde académique mais n’a jamais reflété la production réelle, beaucoup plus diversifiée, tournée vers la formation et l’implication en dehors des cercles académiques. En France, la géographie sociale des années quatre-vingt était largement en cohérence avec son époque, avant la banalisation des cartes, avec le souci de mieux faire apparaître les inégalités sociales, souvent occultées. La carte correspond à la conception de l’espace comme miroir de la société, en phase avec un état de la société. En retour, la carte a certainement nourri la conception binaire des rapports espace/société : incorporée par les géographes, elle suscite des réflexes intellectuels dans la façon d’appréhender l’espace.

55Des années soixante aux années quatre-vingt, les géographes ont proposé une conception binaire des rapports entre espace et société, entre représentation et réalité, entre infrastructure et superstructure, etc.

  • 9 Michel Chion (2003), qui s’intéresse au son au cinéma, parle d’audio (logo) vision.

56Sans négliger l’intérêt de la production des cartes, qui contribuent à produire des connaissances et à susciter la réflexion, on relève un déplacement dans la construction et la diffusion du savoir, en raison de la massification et de la circulation des images par les médias. Rendre visible, c’est obligé à regarder et à savoir que l’on regarde. On passe donc de l’objet (les images) au sujet (celui qui regarde), ce qui nous paraît être en phase avec la démarche de la géographie sociale. Il ne s’agit pas seulement d’appréhender l’animation des images : la mise en mouvement des images, le son, mais aussi la parole9, construisent un langage qui structure les rapports sociaux par les dimensions spatiales.

57Aujourd’hui, on pourrait substituer à l’expression d’espace-miroir celle d’espace-écran. L’écran est à la fois cadre (au sens propre comme au sens figuré) et support de rapports à l’espace-temps. Le récit audiovisuel construit, multiplie et agence des espaces-temps. Un écran prend en charge à la fois les dimensions matérielles et idéelles du réel ; il révèle comme il occulte.

58Cette évolution conduit aussi à travailler à la jointure d’une entrée anthropologique et d’une entrée sociale, car l’une se construit par rapport à l’autre. Pour comprendre la médiatisation des rapports sociaux, il faut partir du sujet/spectateur pour aboutir à l’objet, car les images audiovisuelles reposent sur l’incorporation de rapports à l’espace : elles impliquent le regard, la parole, le corps.

59Exercer le regard : le cinéma documentaire

60Le risque est de confondre le média télévisuel dominant et le langage audiovisuel, lequel ouvre de multiples possibilités. Le cinéma documentaire, par exemple, offre des visions très variées du monde et se pose souvent en contrepoint du langage télévisuel, en travaillant sur l’intention, à partir d’un point de vue assumé, d’une relation organique entre la voix, le son et l’image, etc. Le cinéma documentaire, comme nous avons pu l’expérimenter, permet de mettre en discussion, d’informer et d’agir sur la réalité. Par exemple, le film Traplines in Vancouver (Raoulx, 2003) sur les ramasseurs de canettes qui fouillent les poubelles à Vancouver n’avait pas que comme objectif de recueillir des rapports à l’espace souvent éludés (pratiques, gestes, parole, etc.) dans les comptes-rendus de recherche, mais aussi de proposer une méthode qui s’inscrive dans le « tripode » épistémologique. Ainsi le film a permis de continuer de mener une recherche, de la diffuser, de provoquer des débats publics, d’accompagner des interventions sociales.

61Aujourd’hui, dans une ère de production et de circulation de masse des images, il est urgent de les déconstruire pour les informer (les mettre en forme) afin de réfléchir aux rapports que l’on entretient, comme enseignant-chercheur et simple citoyen, au monde contemporain. Il n’y a pas de terme correspondant à l’illettrisme pour l’écrit concernant les médias. Ne pourrait-on pas parler d’« immédiatisme » ? Diffuser les connaissances dans la société contribue à modifier les rapports à l’espace et les rapports sociaux, à constituer un élément d’émancipation, nécessite une éducation à l’image.

Notes

1 [raoulx@mrsh.unicaen.fr].

2 On utilise souvent le terme d’icône, issu de la sémiotique américaine, pour désigner les images représentées sur un support. Certains auteurs, à l’exemple de Martine Joly (1994), gardent l’orthographe anglaise icone afin de distinguer ce sens de celui, plus courant, désignant les images pieuses de la religion orthodoxe.

3 L’appel au colloque propose la formulation suivante : « En tant que médiateur social, l’espace est une composante de la société qu’il contribue à produire et reproduire. Il est le cadre d’enjeux de pouvoirs autant que de pratiques individuelles socialement construites ». La déclaration de politique scientifique de l’UMR Espaces et sociétés (ESO) 6590 du CNRS propose un schéma qui place la « médiation spatiale » entre les processus sociaux et les productions spatiales (p. 175).

4 Nous ne considérons pas le rapport au réel comme quelque chose de donné. De plus en plus, le réel est appréhendé comme une construction par le visuel. Les artistes contemporains travaillent largement sur le rapport visuel/réel par l’hybridation des images, des supports et des démarches, des installations, des performances, etc.

5 Outre Rouen, le projet Intereg subventionnait des initiatives de valorisation des cathédrales d’Amiens, de Canterbury et de Rochester.

6 On pourra se référer aux grilles d’analyse proposées par E. Véron (1983) et A. Jost (2004). Dans notre approche, nous nous intéressons plus particulièrement aux dimensions spatiales.

7 Échelle des Renseignement Généraux. Le niveau 8 correspond à des « Saccages et pillages, agressions de particuliers, affrontements avec les forces de l’ordre. Guérilla, émeute ».

8 La presse écrite papier et internet a largement mis en avant cette dramaturgie, par exemple le 8 novembre 2005, les manchettes de Ouest-France titraient « violences urbaines 11e nuit d’incendies ».

9 Michel Chion (2003), qui s’intéresse au son au cinéma, parle d’audio (logo) vision.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : De Monet aux pixels Extraits du journal télévisé de France 2, 20 heures (1er septembre 2004)
Légende une projection du tableau de Monetde roy Lichtenstein
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Figure 2 : Schématisation du dispositif Les degrés de construction de l’espace : exemple de la Cathédrale de Rouen
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Figure 3 : Soir 3, le journal du soir (18 juillet 2004)
Légende Une ville illuminée, Paris
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 4 : Télématin, France 2 (13 septembre 2004)
Légende La ville se réveille : un café avant d’aller travailler
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Figure 5 : Images extraites du journal de 20 heures de France 2 (16 juillet 2004)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Figure 6 : Extrait du journal de France 2 de 20 heures (12 avril 2004)
Légende Carte montrée en lancement d’un fait divers à Lillers.Temps total du zoom : 7 secondes (20h06)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 7 : La météo après le journal de 20 heures de TF1 (18 juillet 2004)
Légende La carte est très proche de la représentation photographique aérienne et le cadrage est hexagonale ; il s’agit de la représentation d’un axe d’orages le 18 juillet 2004. Durant cette séquence, la présentatrice est omniprésente aux télé spectateurs.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 8 : Une carte extraite de la météo d’Arte (18 juillet 2004)
Légende La séquence multiplie les mouvements et les zooms. Outre des zooms sur la France et l’Allemagne, la carte cadre l’Europe et une grande partie de la Méditerranée. Pas de présentateur : seulement une voix très reconnaissable, fil rouge de la chaine.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Figure 9 : Extrait d’Euronews sur France 3 (28 juin 2004)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 10 : M6, Le Pensionnat de Chavagnes (2004). Enfin de la vraie géographie
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 11 : Extrait de l’émission sur France 3 Des racines et des ailes (13 octobre 2004)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Figure 12 : 19/20 Édition nationale, France 3 (7 novembre 2005)
Légende La seule présentatrice originaire d’outre-mer
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Figure 13 : France 2 (25 juillet 2004)
Légende Le Sacré-Cœur à Montmartre : arrivée du tour de France à Paris en direct
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Figure 14 : Les titres du journal télévisé de France 2 (Extraits de la voix off du présentateur)
Légende "…Loin de se calmer la guérilla urbaine s’est encore étendue en région parisienne…""Mais dans le même temps l’indignation monte parmi les habitants""…L’ordre et la justice auront la dernier mot, affirme Dominique de Villepin…"
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Figure 15 : Le site de l’Agence France Presse – AFP (9 novembre 2005)
Légende Animation multimédia : on remarque la présence du globe en haut à droite, forme d’énonciation de l’actualité. Le texte en perspective les évènements
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Figure 16 : BBC World repris par le journal 19/20 de France 3 (9 novembre 2005)
Légende Interview d’un habitant de la banlieue parisienne témoignant de la discrimination.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 17 : France 3, 19/20 France 3 (9 novembre 2005)
Légende Extrait qui présente des images de CNN
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Figure 18 : France 2, journal de 20 heures (3 novembre 2005)
Légende Barrage des émeutiers qui saisissent l’automobile des journalistesImages prises de la voiture des policiers qui ont récupéré les journalistes…L’automobiles des journalistes brûle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/376/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

Auteur

Maître de conférences de géographie
CRESO, UMR 6590 ESO CNRS
Université de Caen

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540