Version classiqueVersion mobile

Le feu au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

1re partie. Le feu dans le cloître familial

Chapitre 3. Tâches féminines : gouverner et materner au foyer

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Par ses fonctions domestiques, dans toute l’acceptation du terme, celle qu’on nomme parfois la maîtresse ou la reine du foyer vit, même dans les meilleures conditions matérielles d’un bel ostel particulier, dans un espace restreint à une salle principale, une cuisine, des chambres à l’étage, une cour et un jardin, des dépendances.

Une bonne épouse, une preude fame, est avant tout maîtresse du feu. Elle doit se lever tôt pour préparer le feu, chercher de l’eau à la fontaine ou au puits voisin et la réchauffer dans la marmite, cuire les aliments, baigner les enfants, le mari et les invités, donner les premiers soins aux nourrissons.

« Réveiller ou couvrir le feu »

La femme serait plus capable de dresser les bûches sur un lit de petit bois, de copeaux ou de charbon (de bois) que l’homme.

Elle seule sait « réveiller le feu »

Elle allume la mèche et fait jaillir la flamme en moins que rien. Elle sait quand il convient de s’époumoner sans recourir à un soufflet, utiliser à bon escient le tison...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search