Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et faire la géographie sociale

 | 
Raymonde Séchet
, 
Vincent Veschambre

Première partie. Les postures de la géographie sociale : vers une théorie critique et une épistémologie de l’implication

L’apport de la géographie sociale à la politique de la ville

Franck Chignier-Riboulon

Texte intégral

  • 1 [franck.chignier-riboulon@univ-bpclermont.fr].

1Note portant sur l’auteur1

2Comme l’a fait clairement L. Cailly (2003), la question de l’identité de la géographie sociale mérite d’être posée : cet ouvrage nous en donne l’occasion. En effet, cette approche géographique est tellement protéiforme que ses contours apparaissent flous. Par ailleurs, sa proximité avec d’autres sciences sociales (sciences politiques, économiques, sociologiques, anthropologiques, voire ethnologiques ou psychologiques) n’est pas sans conséquences. Enfin, alors que la géographie sociale se structurait, se révélait, d’autres disciplines redécouvraient l’espace, soit selon une logique de classes, soit, plus fréquemment aujourd’hui, dans une perspective de revalorisation du local comme source d’un meilleur « management » de l’espace dans une logique de proximité ou de rapprochement avec le citoyen ou l’habitant. Pour autant, le questionnement n’est guère aisé ; certains collègues considérant même que nous ne faisons plus de la géographie, en raison de notre position d’équilibriste entre les disciplines ou de notre intérêt pour de nouveaux champs, de la démocratie participative à l’économie sociale. Or, la demande existe pour une entrée géographique sur des problématiques sociales, tant de la part des étudiants, par intérêt ou/et dans une perspective d’emploi, que des concepteurs et animateurs de politiques publiques.

3Autrement dit, c’est autour d’une question sociale spécifique que les analystes de diverses disciplines vont se retrouver, parfois se confronter. De fait, la proximité scientifique sera éventuellement plus grande avec des urbanistes, sociologues ou économistes qu’avec certains géographes, quelquefois figés sur une sacralisation du passé, alors que de telles distinctions ne sont plus véritablement à l’ordre du jour dans des pays proches. Par ailleurs, les autres disciplines sont aussi une ressource, et c’est essentiel pour une ‘petite’ discipline, non seulement en termes de concepts, d’approches mais aussi en termes de nouveaux champs de recherche, parfois porteurs. Enfin, l’échange n’est pas unilatéral, le risque d’absorption n’est pas si présent ; l’entrée géographique apporte une dimension particulière, de plus en plus appréciée bien qu’encore trop méconnue, notamment sur les questions urbaines et sociales autour de la politique de la ville. Si la peur, parfois irraisonnée, d’une dissolution de la géographie sociale (voire de la géographie) au sein d’autres disciplines perdure, elle doit être moins une peur identitaire qu’un aiguillon facilitant de nécessaires (de normales ?) adaptations. Dans cette perspective, la mise en œuvre de politiques publiques offre un champ large pour une géographie sociale appliquée. Au sein de celles-ci, la politique de la ville s’avère un objet d’étude et d’intervention privilégié, particulièrement à travers l’idée de restauration du principe d’égalité des chances.

UNE POLITIQUE APPAREMMENT TRES GEOGRAPHIQUE, MAIS DOMINEE PAR LES SOCIOLOGUES

4En dépit de son histoire courte, la politique de la ville a connu nombre de définitions (Join-Lambert et al., 1994 ; Donzelot, Estèbe, 1994 ; Anderson, Vieillard-Baron, 2000) du fait de son appropriation par maintes disciplines. Elle est une politique de redistribution en faveur de quartiers socialement fragilisés, avec des objectifs locaux et nationaux de cohésion sociale. De fait, son but global est d’aider à résoudre la question sociale contemporaine : le développement d’inégalités durables, voire transmissibles d’une génération à l’autre, et leur marquage spatial, avant tout urbain ; ceci rendant difficile l’idée de faire société. Cette politique urbaine et sociale est constituée par un ensemble de procédures et de mesures visant à réduire les inégalités sociales et spatiales au sein d’un ensemble urbain tout en souhaitant offrir les mêmes chances d’épanouissement et de réussite aux habitants des quartiers bénéficiaires de ces dispositifs. De par son approche territorialisée, elle est éminemment géographique, bien que la dimension géographie sociale soit encore peu présente.

La politique de la ville, expression d’une géographie sociale

5La politique de la ville s’adresse à des populations qui tendent à être toujours davantage exclues du système de production. Les processus d’exclusion et ceux de marginalité qui les accompagnent se traduisent en termes spatiaux, avec un caractère endémique (Dubet, 1995 : 131). Ces données géographiques sont accentuées par un accroissement des différenciations socio-spatiales, à toutes les échelles. Pour nombre d’observateurs, de telles évolutions renforcent les oppositions spatiales, notamment en raison de territorialisations plus fortes des identités. La territorialité à connotation sociale est un paramètre très présent dans cette question sociale.

6Cette politique a été façonnée au cours des dernières décennies et elle se retrouve aujourd’hui articulée entre de grandes constantes organisationnelles, dont plus d’une est géographique. Tout d’abord, elle est spatialisée puisqu’elle est appliquée au sein de périmètres définis comme défavorisés, même si elle tend à être inscrite dans des logiques de solidarité d’agglomération. Par conséquent, cette politique repose sur une territorialisation de l’action, selon un principe de discrimination positive territorialisée. Ensuite, elle est transversale, dans le sens où elle se superpose à des politiques de droit commun (politiques sociales, politiques du logement…). Enfin, elle bénéficie d’une mobilisation publique continue en raison de la persistance d’enjeux nationaux, de cohésion sociale, d’intégration des populations issues de l’immigration, de demandes récurrentes de sécurité publique, entre peurs de la ville et peurs dans la ville (Fourcaut, 2000) apparaissant comme des invariants de l’histoire urbaine et humaine. À travers l’énumération de ces quelques constantes, la spatialité de cette question sociale apparaît multiple et sous-jacente aux politiques et aux enjeux nationaux et locaux. Où démolir dans le quartier ? Où construire de nouveaux logements sociaux dans l’agglomération ? Quels périmètres scolaires instituer ? Malgré de tels enjeux, cette politique a toujours été considérée comme exceptionnelle, donc transitoire, dans une perspective de normalisation des quartiers et espaces concernés. De fait, au fil des reconductions, l’exceptionnalité n’est plus véritablement de mise ; cette politique est devenue, de facto, de droit commun, bien que le débat reste ouvert.

  • 2 En dépit de travaux de géographes, comme ceux de M.-C. Jaillet ou de H. Vieillard-Baron.
  • 3 Et les agences d’urbanisme existent essentiellement dans les plus grandes agglomérations.

7Or, si la spatialité des faits sociaux est une réalité incontournable, reconnue dans les analyses globales et locales, elle n’en reste pas moins peu valorisée dans les faits2 : elle reste fréquemment absente des contrats de ville, ou bien elle est présente à travers une cartographie schématique ou succincte et une description tout aussi succincte des problématiques spatiales. Seuls quelques contrats sont relativement explicites, à Strasbourg par exemple, mais souvent à l’échelle de l’intercommunalité, à moins que l’Agence d’urbanisme3 ne dispose d’une mémoire cartographique renouvelée. La géographie se limite donc à une enveloppe spatiale, cartographiée ou non, lieu d’application de politiques et de production de statistiques. Cette situation provient, pour partie, de l’insuffisante présence de géographes dans ce champ de recherches.

Une politique investie par un faisceau de disciplines

8De par le grand nombre d’approches de cette politique globale appliquée à des territoires, elle est un domaine partagé où sociologues, politologues, urbanistes, économistes, anthropologues… ont droit de cité. Dans les faits, pourtant, il existe une surreprésentation des sociologues. Ceux-ci ont de longue date investi le champ des contradictions sociales de l’urbain (J.-C. Chamborédon, M. Castells, H. Lefèbvre…) ; ils ont même construit une bonne partie de la question sociale autour de l’urbain, à travers le monde ouvrier et son exploitation par une société industrielle essentiellement urbaine. Selon cette approche, l’idée prolétarienne est forgée par le travail (intégration à une culture commune, à un futur commun) et les perspectives du mouvement ouvrier sont animées par les conquêtes sociales obtenues sur la classe bourgeoise. Dans ce cadre, les municipalités communistes bâtirent des équipements au nom de l’éducation sociale et de la culture populaire. Les grands ensembles apparaissant à leurs débuts comme des opportunités tant du point de vue politique (Guglielmo, 1986) que dans une logique de progrès et même d’harmonie. Lorsque le modèle politique urbain mute, à la fin des années soixante-dix et au début des années quatre-vingt, parfois violemment, de la Grappinière (1979, Vaulx-en-Velin) aux Minguettes (été 1981, Vénissieux) en passant par Brixton (avril 1981, banlieue londonienne), les sociologues sont partie prenante de la métamorphose qui s’opère sous leurs yeux : ils y participent, s’investissent, et ce d’autant plus que leur objet, la banlieue ouvrière, est le premier affecté par cette évolution.

9Au début, les quartiers populaires de type fonctionnaliste sont investis comme des lieux d’expression citoyenne en demande d’équipements (de loisirs, de transport), d’égalité spatiale (en termes d’accessibilité…) et de modèles alternatifs (autogestion…). Puis, ils deviennent des espaces de ré-intégration des habitants, entre l’expérience du Petit Séminaire à Marseille, animée par le sociologue M. Anselme, et celle de l’Alma-Gare à Roubaix, à l’origine des régies de quartier. La gestion technique, planificatrice, ne suffit plus : les quartiers et leurs populations sont également observés par des anthropologues, voire des ethnologues ou des psychologues (Malewska-Peyre, 1993), pour affiner les politiques menées. Dès lors, avec un intérêt peu ou prou critique, les chercheurs construisent avec les acteurs politiques une réflexion et une action, organisant cette nouvelle politique à partir de leurs représentations. La problématique de la politique de la ville est basée sur une vision critique de la société, les quartiers en politique de la ville regroupant de plus en plus de personnes exclues (Les quartiers d’exil, Dubet et Lapeyronnie, 1992) d’un mode de production délaissant le fordisme au profit d’une société de l’intelligence en mutation permanente. Et cette idée d’exclusion fonde le regard analytique sur la ville et la société.

  • 4 Deux tiers des communes de plus de 30 000 habitants sont conquises par la gauche, la plupart du te (...)
  • 5 GAM, Groupes d’action municipale, basés sur la mobilisation des habitants locaux ; le meilleur exe (...)

10Si l’implication de l’État en faveur de territoires n’était pas nouvelle, elle se réalisait avant tout dans un contexte de croissance, avec une logique de rééquilibrage du développement en faveur d’espaces jugés prioritaires et avec une vision de l’adaptation des moyens productifs en direction d’une internationalisation des échanges et des concurrences. Cette implication dans l’urbain de disciplines et d’auteurs reconnus (P. Bourdieu, par exemple) est renouvelée avec l’arrivée de la gauche au pouvoir. Une gauche qui est à la recherche d’une autre manière de faire de la politique, à l’échelle nationale cette fois, après avoir remporté les municipales de 19774 et lancé de nouvelles formes d’accompagnement des politiques publiques par les citoyens, expérimentations plus ou moins durables (Mabileau, 1989) et inspirées des mouvements citoyens des années soixante-dix et des GAM5. Cette idée de « refaire la ville ensemble », pour reprendre l’idée centrale du rapport de H. Dubedout (1983), s’inscrit dans une démarche où l’habitant devient acteur, où le partenariat est de mise… Elle sous-tend une sociabilité et une urbanité à retrouver, et elle apparaît comme le résultat des mutations du capitalisme, mutations à l’origine de la crise sociale urbaine et de son corollaire, la crise des quartiers populaires. Ces quartiers populaires sont progressivement décrits, pour nombre d’entre eux, comme des lieux d’exclusion et finalement de relégation, pour lesquels une politique particulière prend forme peu à peu (Donzelot, Estèbe, 1994).

La politique de la ville face aux représentations des sociologues

11L’apport des sociologues à la connaissance de l’urbain et des interrelations sociales qui s’y développent est essentiel. Leurs travaux sur le social et leur influence sur les représentations des décideurs politiques ont charpenté les politiques menées. Ils ont nourri le débat, décrit de nouvelles formes de contradictions du monde urbain ; leurs réflexions ont alimenté les géographes en références diverses. En revanche, cette forte influence des sociologues sur la politique de la ville n’est pas sans conséquences. En effet, bien que la sociologie soit plurielle, que les auteurs évoluent et interrogent différemment le temps présent, des approches perdurent (Beaud, Pialoux, 2003 ; Garnier, 1996…) et ont influencé durablement les interprétations des faits sociaux spatialisés. L’organisation de la ville, sa forme… résultent classiquement des rapports sociaux de production. Ceux-ci constituent les fondements explicatifs de toutes réalités sociales.

12Certes, l’espace exprime bien des rapports sociaux mais les représentations et même les modèles explicatifs tendent à donner une traduction par trop étroite d’une diversité sociale spatialisée ; même si les années quatre-vingt-dix ont favorisé des démonstrations moins construites sur des logiques d’affrontement social, demeure une tendance normative chez les sociologues, tendance allant parfois à l’encontre de la nécessaire diversité des approches, voire se situant dans une posture moralisante (et stigmatisante), comme le démontre pleinement D. Lapeyronnie (2004). Pour autant, nombre de sociologues ont dépassé ces approches très réductrices, comme D. Lapeyronnie ou J. Donzelot, ou ont reconnu avoir transmis une image simplifiée à un moment donné de leur parcours. Ainsi, F. Dubet considère que l’appellation, « Les quartiers d’exil » (Dubet, Lapeyronnie, 1992) était quelque peu schématique (1997 : 41) et équivalait à une métaphore ; cela correspondait probablement à un moment de l’analyse de l’urbain puisqu’un terme proche (relégation) se trouve dans le rapport de J.-M. Delarue (1991). De la même manière, il reconnaissait en 1995 (Dubet, 1995 : 137) avoir participé à la pathologisation des jeunes et de leurs quartiers quelques années plus tôt (1987). Pour autant, certaines de ces œuvres sont majeures car elles ont inspiré l’élaboration de politiques publiques. Néanmoins, la position actuelle de ces auteurs est parfois difficile face à des représentations porteuses et tranchées, notamment sur l’économie libérale ou l’existence d’autres manières de faire, particulièrement lorsqu’elles sont d’origine anglo-saxonnes. Ainsi, d’aucuns ont perçu le livre de J. Donzelot, C. Mével et A. Wyvekens (2003) comme un plaidoyer pro-américain, alors qu’il est traditionnel, en France, de présenter les politiques urbaines états-uniennes, dans leurs principes comme dans leurs expérimentations, comme moins efficaces que les nôtres pour des quartiers urbains qui connaîtraient forcément des situations durablement pires. Notre propos n’est pas ici de présenter les États-Unis comme modèle, loin s’en faut ; il est par contre de souligner le poids des représentations qui entrave la démarche de certains sociologues décrétant des modes de penser, sur l’exclusion, les classes moyennes… et fondant leurs propos sur une surévaluation des logiques de classes, une opposition consacrée à l’ordre social existant, une proximité revendiquée des exclus et des pauvres en général, la certitude d’être dans le sens de l’histoire et de travailler pour la société de demain (Lapeyronnie, 2004). Cela ne signifie pas, bien entendu, que les modes de production, de répartition et de redistribution existants, ainsi que leurs composantes politiques et géographiques, soient bons, irréversibles et inattaquables. En revanche, cela signifie que la subjectivité, même objectivée par le mode d’analyse et le renvoi des contradicteurs possibles à leur assujettissement aux logiques néolibérales, est un élément prépondérant. Néanmoins, l’erreur serait de croire qu’il est possible de « détenir l’unique vérité sur le monde social » (Lapeyronnie, 2004 : 647). De telles entrées conduisent à penser que des généralisations sont possibles, en s’appuyant sur un exemple particulier, bien connu et étudié. Certes, nombre de réalités et de processus sont proches, en termes de ségrégation, d’exclusion… De la même façon, les dimensions socio-politiques peuvent être quasi similaires en un lieu et à un moment donné de l’histoire récente. Cependant, le jeu des acteurs, locaux bien souvent, les histoires, locales elles aussi, différencient des réalités perçues comme inséparables. Or, l’étude de ces mondes sociaux constitue un des principaux apports de la géographie, à travers les dimensions spatiales (et territoriales) de faits sociaux.

13Par ailleurs, de telles approches excessivement globalisantes ne sont pas sans effets quant aux représentations construites et transmises aux habitants des quartiers en politique de la ville, puis renvoyées par eux-mêmes, particulièrement sur l’école et plus généralement sur les définitions et perspectives de réussite, ou, en d’autres termes, sur les dynamiques territoriales à l’œuvre. Ces dernières sont tributaires des réalités socio-économiques mais aussi du poids des représentations sur l’avenir ou de celui des codes sociaux construits localement ; toutefois, les effets de quartier, le pouvoir des personnalités (un maire, un directeur d’établissement scolaire, par exemple) et le rôle des familles-bastions (Cyrulnik, 2003) ne peuvent être négligés, tout comme les phénomènes de reconquête sociale. Autrement dit, l’analyse ne peut se limiter à l’observation et à la défense (globale) de populations victimes de réalités sociales qui les dépassent. D’autre part, un tel regard n’est pas sans conséquences sur les perceptions des individus et des collectifs qu’ils forment (spatialisés ou non), non seulement sur les politiques menées mais également sur la place, individuelle et collective, qu’ils peuvent occuper au sein de la société. Enfin, les politiques sont elles-mêmes affectées par la façon dont elles sont reçues ; sans oublier que les territoires en politique de la ville sont également des espaces dans la ville et la société, et par conséquent des espaces générant des réussites sociales et des mobilités résidentielles : le phénomène de concentration spatiale et de paupérisation in situ étant accru par le départ des réussissants, ces derniers manquant d’ailleurs de visibilité. De fait, la façon de percevoir l’autre (et ses relations aux autres), le territoire et l’action publique, contribue à la réussite des uns et des autres ; la vision ne pouvant être toujours négative et pessimiste.

14En outre, de telles représentations de l’exclusion ont pu justifier une tolérance envers des pratiques sociales déviantes ; les violences urbaines et la dureté des relations à l’autre étant fréquemment considérées comme une réponse à la violence sociale subie, à la ségrégation socio-spatiale qui freine ou empêche « l’adoucissement des mœurs » (Muchembled, 1998) de la vieille classe ouvrière auquel s’est ajouté un apport méditerranéen. Cette interprétation a longtemps été majoritaire au sein de la gauche socialiste. De fait, la reconnaissance d’un mouvement social ou au moins d’un engagement politique derrière chaque « événement urbain » a perduré chez des analystes, des élus et des praticiens du social. Bien entendu, cette approche est plus estimable que certaines politiques ségrégatives municipales, notamment dans le secteur du logement social et tout particulièrement vis-à-vis des politiques d’attribution. Elle n’en demeure pas moins probablement très (trop ?) schématisée, et oppose les uns aux autres, les exclus aux « inclus », les « classes moyennes » aux « classes populaires », alors que les définitions ne sont pas si frontales. Pour autant, cette logique fonctionne encore communément, comme l’opposition entre les quartiers populaires et « bourgeois » de la ville de Vaulx-en-Velin. En réalité, ces fameux quartiers « bourgeois » sont essentiellement peuplés de membres des classes moyennes inférieures ou des classes populaires, majoritairement intégrés au monde du travail.

OUTILS GEOGRAPHIQUES ET POLITIQUES DE LA VILLE : L’UTILISATION POLITIQUE DE L’ESPACE

15Depuis l’origine de la politique de la ville, la géographie est au cœur des réflexions et applications des multiples dispositifs. Certes, le besoin de sélectionner, de découper est une constante des politiques publiques dans un souci, apparent, de rationalisation, notamment pour ce qui concerne l’utilisation des crédits de l’État. Pour autant, bien souvent, l’apport géographique se réduit à un support spatial, comme si la géographie se limitait à l’espace et le géographe, lorsqu’il est interpellé, à une caution. Dès lors, l’apport géographique est bien souvent réduit à une expression spatiale et comptable.

Géographie, discrimination positive de l’espace et choix politiques

16La politique de la ville est fondée sur l’idée de discrimination positive de l’espace, c’est-à-dire sur la définition d’espaces urbains considérés comme en difficulté sociale et bénéficiant dès ce moment d’un traitement public particulier, afin que lesdits espaces réintègrent la sphère commune en termes de développement, d’urbanité et d’égalité des chances. Cette politique est dite « globale » dans le sens où les interventions sont effectuées dans tous les champs, de l’urbanisme à l’éducatif en passant par la sécurité ou l’accompagnement social. Alors que d’aucuns estiment qu’une telle approche géographique tend à stigmatiser davantage lieux, habitants et type d’urbanisme (les grands ensembles principalement), le nombre de sites concernés a très fortement augmenté au cours des dernières décennies, même si cette politique est aujourd’hui pensée dans un cadre urbain dépassant le quartier proprement dit pour s’inscrire dans une logique communale, voire même, si possible, d’agglomération. Cet accroissement témoigne tout autant de logiques politiques opportunistes que de l’aggravation généralisée de processus d’exclusion.

  • 6 ZEP, Zone d’éducation prioritaire.
  • 7 La ville est prise ici et par la suite sous sa définition d’agglomération.

17Les quartiers inscrits en politique de la ville sont donc le résultat, en premier lieu, de choix politiques. Ces choix peuvent reposer effectivement sur un ensemble de critères considérés comme objectifs, entre taux de chômage, part des familles nombreuses ou des moins de 25 ans et pourcentage de familles monoparentales. Pour autant, ces indicateurs ne sont bien que des indicateurs, les rapporteurs officiels constatant eux-mêmes l’écart entre quartiers inscrits et quartiers réels (Sueur, 1998). Cette réalité n’est pas nouvelle (Estèbe, 2004, 2001) mais elle est renforcée par l’institutionnalisation spatiale de cette politique, comme cela a été notamment le cas avec la refonte des ZEP6 (Fortier, 200_) où les sites bénéficiaires ne souhaitaient pas être déclassés, même si leurs caractéristiques n’étaient plus en phase avec cette politique sociale. Des quartiers ne sont donc pas classés, comme les quartiers nord de Saint-Vallier (Drôme) ou les vieilles rues dégradées des villes et villages industriels de la montagne thiernoise (Puy-de-Dôme) souvent peuplées par une population turque modeste. De même, des municipalités ont choisi de classer l’essentiel du territoire communal en ZEP alors que d’autres ont préféré ne pas le faire, arguant d’une politique périscolaire ancienne, en dépit des demandes parentales et enseignantes ; l’évolution correspondant bien souvent à un changement d’homme politique, comme à Saint-Fons au sud de Lyon7.

  • 8 CCAS, Centre communal d’action sociale.

18De fait, le choix d’intégrer les programmes de la politique de la ville ne correspond pas nécessairement à la fragilisation sociale constatée des quartiers. À l’inverse, l’existence de tours et barres d’habitat social ne peut suffire à construire une politique de la ville. Ainsi, l’inscription de sites peut être avant tout un choix opportuniste, une manière de cofinancer une politique locale, en lien notamment avec la politique de démolition/reconstruction ; et les actions d’accompagnement social peuvent ne guère se différencier de celles habituellement organisées par les CCAS8. Or, la désignation d’espaces d’application de la politique de la ville, à travers des visions de la gestion de la ville, génère une vision restreinte de l’apport géographique, et cette limitation est renforcée par la détermination de périmètres.

Jeux et enjeux des périmètres de la politique de la ville

  • 9 ZUP, Zone à urbaniser en priorité. Elles n’existent d’ailleurs plus officiellement.

19Comme pour d’autres politiques publiques, les découpages ne sont pas neutres. Ils sont l’objet de négociations et ils témoignent de stratégies, de logiques qui dépassent plus d’une fois les territoires proprement dits. Ils sont également empreints des représentations des acteurs locaux et nationaux. De facto, les principales ZUP9 ont été intégrées comme quartiers en politique de la ville. Plus largement, la déconsidération affectant l’urbanisme fonctionnaliste et l’accroissement des difficultés sociales globales de leurs habitants ont entraîné l’inscription de quartiers des années 1960-1970 dans leur totalité urbanistique, alors que les situations sociales spatialisées étaient fort diverses, comme à Toulouse le Mirail, Chambéry-le-Haut ou au sein de la Ville nouvelle de Rillieux, dans la banlieue nord de Lyon (Chignier-Riboulon et al., 2003)… Le découpage répond lui aussi à des choix locaux, parfois politiquement stratégiques mais le plus souvent liés soit à des projets de régénération urbaine dépassant le cadre étroit d’un quartier, soit à la crainte d’une plus grande stigmatisation du quartier.

20Dans certaines situations, le périmètre permet de relativiser l’extrême abandon d’un quartier en l’agglomérant à d’autres. Les agrégats issus des données socio-économiques et démographiques minorent la situation de l’espace le plus fragile, tout en organisant un redéveloppement plus vaste du quartier. C’est le cas à Bron-Terraillon (Est de Lyon) où co-existent trois entités, physiquement, patrimonialement, démographiquement différentes (Chignier-Riboulon, 1999). Ce type de situation est par ailleurs très fréquent dans les ensembles immobiliers de grande taille. Néanmoins, cette globalisation spatiale tend à fondre les espaces dans une opprobre commune, alors que les situations et les dynamiques sont fort variables, sans même parler des réticences, et même des résistances, d’habitants et d’associations à ces conglomérats, comme ce fut le cas avec le quartier Plein-sud, le moins en difficulté sociale, à Bron.

  • 10 ZFU, Zone franche urbaine.
  • 11 Famille de Khaled Kelkal, un jeune lyonnais soupçonné d’activités terroristes pour des attentats c (...)

21Il existe également une tendance à l’évolution des périmètres, soit vers un élargissement, soit, plus rarement, vers une rétractation. L’extension est fréquemment liée à la longue durée de cette politique, à son institutionnalisation spatiale. Dans ce cadre, sur les communes concernées, les espaces impliqués sont élargis, par l’incorporation de zones d’habitat contiguës ou par la délimitation de nouvelles zones. Cette évolution témoigne également de processus de paupérisation, issus tout autant d’un appauvrissement in situ que de l’arrivée de populations toujours plus modestes, voire parfois d’effets conjoncturels, comme ce fut le cas avec le rattachement à la ZFU10 de Vaulx-en-Velin de l’ensemble immobilier autrefois habité par la famille Kelkal11. De fait, certaines communes ont la majeure partie de leur territoire habité qui est attaché à cette politique sociale. De la même manière, des dispositifs particuliers ont contribué à affirmer cette tendance à l’extension ; en effet, la politique de zones franches a fortement joué de la recherche de foncier pour accroître les surfaces bénéficiaires. Pour leur part, les cas de réduction de périmètres peuvent être reliés à des redécoupages : bien souvent, les quartiers pavillonnaires ont été retranchés (aux Minguettes à Vénissieux, à Montreynaud à Saint-Etienne), alors qu’ils étaient inclus à l’origine dans ces opérations ZUP.

22Dans d’autres cas, il existe une multiplication des périmètres en raison d’au moins deux phénomènes. D’une part, l’accroissement du nombre de sites au cours du temps correspond à des jeux d’équilibre au sein d’intercommunalités où se combinent des rivalités centre/périphérie, des oppositions entre les différentes parties de l’agglomération (Est/Ouest par exemple). C’est notamment la situation de la communauté urbaine de Lyon où plus de 60 sites sont référencés, sur trois échelles de difficulté. Cette logique d’équilibre se retrouve également dans le découpage des zones franches de Bordeaux, Lormont, Cénon et Floirac. D’autre part, cette multiplication s’explique par l’augmentation du nombre de dispositifs, chacun ayant bien souvent un périmètre propre.

  • 12 ZAC, Zone d’aménagement concerté.

23Enfin, les périmètres sont rarement rectilignes. Ils sont l’objet de découpes parfois subtiles pour intégrer, ou au contraire ne pas intégrer, un centre commercial, un espace pavillonnaire… Dans cet art du découpage, les Zones franches urbaines sont le meilleur exemple (Chignier-Riboulon, 2005), en fonction du besoin de reconversion d’une friche (Bourges, Creil…) ou du développement d’une ZAC12 (Calais…). Cet art du périmètre a notamment pour effet des chevauchements d’une politique à l’autre ou/et un manque de coordination technique et spatiale entre les différentes politiques menées. Là encore, l’entrée géographique est réduite à l’art de la découpe et de l’équilibre au sein d’un ensemble spatial donné. Pour autant, les acteurs locaux parlent fréquemment d’une géographie des quartiers concernés.

Les limites de l’approche statistique

24Le jeu du choix des sites combiné à celui des périmètres n’est pas sans conséquences sur la construction d’agrégats. Or, depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, et surtout depuis ces dernières années, un mouvement vers le tout chiffrage se développe avec force. Si celui-ci apparaissait trop peu développé et trop rarement mis à jour dans les années quatre-vingt, voire au début des années quatre-vingt-dix, son institutionnalisation n’est pas sans risques. Certes, cette démarche est nécessaire pour appréhender avec davantage de finesse l’ensemble des quartiers et les comparer aux autres espaces urbains, tout en caractérisant chaque site, voire chaque sous-quartier d’un site. Néanmoins, l’idée d’agréger des quartiers très divers (Champion, Marpsat, 1996), aussi bien par leurs structures sociales que par leur bâti, risque de gommer les spécificités de chacun des espaces tout en accroissant la stigmatisation de tous.

  • 13 Les ZUS sont issues de la loi d’orientation pour la ville du 13 juillet 1991. Un décret d’applicat (...)
  • 14 Loi 96-987 du 14 novembre 1996, article 2.

25Malgré tout, les ZUS (Zones urbaines sensibles) tendent à devenir une des bases possibles de référence statistique, comme cela apparaît dans la loi du 1er août 2003, mais aussi dans l’un des derniers rapports du Conseil d’analyse économique (Fitoussi, Eloi, Joël, 2004) ou, dernièrement, avec le lancement de l’observatoire des ZUS « pour appréhender les évolutions sociales territorialisées dans une perspective de cohésion sociale » (site du Ministère de la ville, octobre 2004). Ces ZUS ont pourtant une définition floue et les quartiers intégrés à cet ensemble sont, rappelons-le, disparates. En effet, nées véritablement13 avec le Pacte de relance pour la Ville de Alain Juppé, leur définition est large puisqu’elles sont « caractérisées par la présence de grands ensembles ou de quartiers d’habitat dégradé et par un déséquilibre accentué entre habitat et emploi14 ». De surcroît, elles sont au nombre de 751 (dont 34 pour les DOM) alors que le nombre de quartiers en politique de la ville dépasse les 1300. Dans tous les cas, la période est à la massification ; phénomène non sans effet sur le sens des chiffres, les agrégats constitués et les interprétations.

  • 15 Loi 2003-710 du 1er août 2003 d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urb (...)

26La loi Borloo de 200315 consacre une partie de son texte à l’énumération des outils statistiques à mettre en œuvre pour évaluer les actions menées. Ces outils, utiles, peuvent aussi générer une modélisation des espaces à travers ratios, écarts à la moyenne… et ces chiffres sont fragiles en raison des jeux de périmètres, de l’inclusion de sites divers mais également du fait d’évolutions locales, positives ou négatives. Or, cette tendance à enfermer des quartiers dans un cadre relativement figé et une batterie d’indicateurs n’est pas sans incidence. En premier lieu, ne risque-t-on pas de contribuer à survaloriser les réalités sociales de ces périmètres ? Cela a des conséquences sur les représentations des habitants des quartiers concernés, particulièrement en termes d’inclusion sociale. Toutefois, les liens sont plus nombreux puisque le jeu de périmètres a des effets sur les espaces proches ou plus ou moins lointains. Pour les premiers, les sentiments dominants balancent entre un mélange de stigmatisation renforcée et de jalousie quant aux moyens : c’est à la fois une façon de se mettre à distance, par le rejet, et une manière de se victimiser, compte tenu de la différence de traitement qui est perçue et de la contrainte de cohabitation dans les espaces publics partagés ou les transports en commun. Pour les seconds, cela entretient l’image négative attachée à ces espaces. En second lieu, cette situation entretient une ambiguïté quasi permanente : la disparition progressive du quartier populaire, et son assimilation aux quartiers en politique de la ville. En effet, le passage entre quartier populaire et quartier en difficulté semble ténu, et même de plus en plus ténu. Cela part d’une bonne intention, insérer ou réinsérer socialement les couches populaires, les premières affectées par les mutations économiques, mais la massification de cette politique et le rejet de l’urbanisme fonctionnaliste par une grande partie de l’opinion publique ont fragilisé nombre de quartiers. Autrement dit, les représentations touchant l’habitat fonctionnaliste vont au-delà des difficultés sociales et génèrent des stigmatisations globalisantes d’espaces et de catégories sociales. En troisième lieu, le cadrage et le chiffrage ne permettent pas d’observer pleinement les dynamiques à l’œuvre : l’intégration fonctionne pour partie, notamment grâce à la plus ou moins grande présence des « familles-bastions » ou selon l’état de portage social du quartier ; toutefois, cette intégration par la réussite est invisible ou peu visible en raison de logiques de discrétion sociale (Belmessous, Chignier-Riboulon, 2005), de craintes vis-à-vis de la force du local… Tant et si bien que les paramètres statistiques ne constituent qu’une vision plutôt schématique de la réalité humaine présente.

27Dès lors, une des fonctions de la géographie sociale est de donner une visibilité à ces territoires. La variété des cas empêche que la politique de la ville se résume à une addition de cas particuliers qui fournirait une logique d’ensemble. Par ailleurs, les déterminants ne sont pas uniquement des données socio-économiques, socio-démographiques ou urbanistiques, même si elles ne sont pas à négliger. La part des histoires locales, des « vivre ensemble », des coupures et ruptures spatiales… entre en ligne de compte et représente des apports essentiels à la compréhension et, espérons-le, à une certaine résolution des problèmes posés.

LA PARTICIPATION DE LA GEOGRAPHIE SOCIALE A LA POLITIQUE DE LA VILLE : RENDRE VISIBLE LES SPECIFICITES

28L’espace est constitué d’hommes, de vies, de relations sociales, de sentiments qui évoluent dans le temps, de dynamiques collectives (ou de leur absence), etc. En d’autres termes, il ne peut se résumer à des traits sur des cartes ou à de l’arithmétique. Pire, la technicisation croissante de la gestion des politiques publiques tend à moyenniser les réalités humaines pour en extraire des typologies réduites. De la même façon, l’institutionnalisation de cette politique normalise tout en intégrant des demandes nouvelles (celle des genres par exemple). Pour autant, la diversité est grande. Et cette diversité se retrouve assez peu dans les différents types de conventions, qui reprennent peu ou prou les mêmes thématiques, les mêmes schémas, en dépit des discours soulignant le besoin d’adapter les politiques aux réalités de terrain.

29Le rôle de la géographie sociale est prioritairement de faire un travail sur les spécificités du local ; celles-ci portent non seulement sur les espaces sociaux mais également sur les implications des emboîtements d’échelle, internes et externes, ainsi que sur les dynamiques propres et les éléments permettant d’en impulser de nouvelles. Il s’agit d’analyser les qualités du tissu local, à toutes les échelles, en dépassant les propos convenus sur la richesse ou la force de ces quartiers.

Quartiers prioritaires et demandes de différenciation internes et externes

30Les quartiers en politique de la ville sont insérés dans un cadre géographique plus large, par-delà les périmètres définis, sans qu’il soit réductible aux logiques dites de solidarité intercommunale. Les interactions entre les différents territoires sont fortes, et pèsent parfois nettement sur les évolutions. De la même manière, au sein de ces quartiers, les situations et les évolutions sont fort diverses, créant des solidarités, des concurrences, des oppositions, mais aussi des solidarités transversales envers l’extérieur. L’espace de l’autre, l’autre dans les espaces publics partagés, fonde des altérités nouvelles. En définitive, la proximité du dehors et du dedans crée sur quelques centaines de mètres ou quelques kilomètres un ensemble de milieux, communiquant au moins par représentations interposées.

  • 16 Mais pas toujours, comme aux Bosquets, entre Clichy-sous-Bois et Montfermeil (93).
  • 17 Sans même parler des autres quartiers.

31La commune constitue souvent16 un échelon pertinent en termes politiques, identitaires et spatiaux pour appréhender les demandes de distinction externes. À Vaulx-en-Velin, à l’est de Lyon, il existe une véritable ligne de démarcation entre ceux du « Village » et ceux de la « ZUP17 », et chacun revendique la réalité de l’identité locale : « Les Vaudais, c’est nous ! » Dans ce cadre, chaque ensemble territorial fait front contre l’autre en se prévalant d’une légitimité. La politique de la ville a renforcé les coupures, les a quasi institutionnalisées, ceux du « village » ne fréquentant la « ZUP » que pour se rendre à la mairie. De telles attitudes ont établi l’idée que le quartier à problèmes a dégradé l’image de la ville tout entière, alors que cette image était négative bien avant, et l’absence de contacts et de communications entre les habitants accroît de telles représentations. Ainsi, quelles que soient ces représentations, elles influent sur les politiques menées, sur les possibilités d’amélioration… À l’échelle du périmètre du quartier prioritaire, les rivalités sont également présentes à toutes les échelles, bien que les différences sociales soient généralement de moins en moins sensibles. La juxtaposition de quartiers aux évolutions perçues comme diversifiées donne une traduction en termes de logiques sociales. D’une part, une hiérarchisation des espaces mal considérés existe, et elle est à géométrie variable. À Terraillon (Bron, banlieue de Lyon), la Caravelle est l’îlot le plus en difficulté sociale : il est enclavé, voire même « embarbelé » et les habitants des autres quartiers se revalorisent en s’en distinguant. Aux Minguettes, à Vénissieux, le quartier de la Darnaise est dans la même posture, mais cet isolement subi devient par nombre d’aspects un isolement apprécié, un entre soi construit ou reconstruit, particulièrement autour de l’islam. À une échelle plus fine, il peut s’agir d’un immeuble, voire d’une famille sur laquelle reposerait l’essentiel des malheurs du quartier. Ces emboîtements d’échelles sont particulièrement visibles lors de tensions locales ou du renvoi d’une personne à « son quartier ». En revanche, les distinctions, vraies, voulues ou supposées, seront effacées face à une intrusion extérieure, ou considérée comme telle (police, pompiers…), la solidarité transversale locale primant, du moins pour les acteurs occupant régulièrement les espaces publics.

  • 18 Surtout s’ils ont été construits à des périodes différentes.

32Ces oppositions internes se trouvent accrues dans des situations où les périmètres ont intégré des îlots relativement disparates ou/et se percevant comme différents18, particulièrement lorsqu’il s’agit de pavillonnaire : à Clermont-Ferrand, le quartier de Croix-de-Neyrat, en politique de la ville, unit dans un même destin les tours aux populations en difficulté aux pavillons proches, nés d’une accession sociale à la propriété ou d’une auto-construction. Cette fusion n’est guère appréciée par les seconds qui ne se retrouvent pas dans cette politique, tant en raison de leur parcours social que de leurs choix (évitement scolaire par exemple). Selon eux, l’incorporation de leur habitat à la politique de la ville a consacré une forme de déclin, comme une remise en cause de tant d’efforts pour s’élever socialement.

Quartiers prioritaires et échelles urbaines

33La géographie sociale permet également de relativiser ou de renforcer le rôle des échelles spatiales quant à leurs effets sur les représentations et leurs conséquences. Ainsi, la perception des espaces et de leurs réalités varie selon l’éloignement, la plus ou moins grande connaissance des espaces traversés, côtoyés, etc. De fait, des singularités se font jour en fonction de la taille des ensembles urbains, de la taille des quartiers prioritaires et de leur localisation au sein de la ville.

34Dans les grandes agglomérations, la mise à distance est aisée, permise par le découpage de vastes entités en termes de perceptions : l’Est lyonnais, les quartiers Nord de Marseille, l’ancienne banlieue rouge parisienne. Ces espaces se diversifient peu à peu, se fragmentent, mais les images se modifient plus lentement. Dans tous les cas, les sites sont connus d’une façon plus ou moins précise, du contour approximatif à une large enveloppe (« les quartiers »…) localisée sur une partie de la ville/agglomération. La possibilité de mise à distance géographique et sociale peut générer des logiques variées, entre rupture spatiale, reconquête partielle et juxtaposition d’espaces diversifiés. Elle protège, rassure. La variété des réalités spatiales et leurs évolutions crée également des dynamiques, des replis, des fronts pionniers, comme Oberkampf à Paris xie, à proximité immédiate des quartiers prioritaires de Bas-Belleville et de Fontaine au roi. De la même manière, la localisation du quartier dans la ville et de la ville dans l’espace national engendre des problématiques différentes, à politiques théoriquement identiques. La proximité d’axes routiers importants conjuguée avec une politique de développement forte peut impulser une dynamique ; l’extension de centres-villes ou/et le développement d’un nouveau pôle de centralité sont aussi des éléments essentiels. À l’inverse, des villes en marge, économiquement et géographiquement, rencontrent des difficultés accrues pour le développement social de leurs quartiers prioritaires, comme le quartier de la Monnaie à Romans (Drôme).

  • 19 Mais pas forcément plus démocratique.

35Autre logique d’échelle, le cas des petites villes. Ici, le rapport à l’autre et aux espaces est fort différent. Dans ce cadre, la distance sociale se conjugue avec la proximité spatiale. Les mises à distance sont moins aisées. Si la gestion municipale est plus directe19, la prégnance du local est plus forte en termes de distinction des espaces, parfois à une échelle fine comme la cité de Crouin à Cognac ou les divers quartiers de Vauvert. En outre, la demande sociale, et politique, des habitants non concernés par la politique de la ville est éventuellement plus pressante, à moins que des possibilités d’entre soi soient présentes, avec, par exemple, des écoles privées (comme à Thiers, Puy-de-Dôme). De fait, la perception de difficultés sociales spatialisées par la population ainsi que leurs conséquences sur l’environnement urbain sont quelquefois surévaluées, avec des effets électoraux plus immédiats. En revanche, la proximité peut, au contraire, favoriser une plus grande compréhension, bien souvent après des périodes plus délicates.

36Ces logiques d’échelle et de localisation dressent un ensemble de portraits aux contours spécifiques permettant d’appréhender différemment chaque espace.

Appropriation de la politique de la ville et dynamiques

37La politique de la ville vise à développer (socialement, économiquement…) des espaces définis comme prioritaires pour leur permettre de se réinsérer dans le développement global de la cité et de la nation. Or, c’est une politique globale qui se dessine derrière l’apparente objectivité de la carte ou d’une politique apparaissant sous une forme top-down, donc identique pour tous les espaces et sans véritable demande sociale, populaire, du local. Pourtant, dans les faits, chaque espace et chaque temps de cet espace se révèlent fort spécifiques. La tendance à l’inter-communalisation de ce type de politiques peut, certes, modifier l’approche mais les caractères locaux (communaux et infra-communaux) restent très présents, comme on le remarque dans les intercommunalités anciennes (Lille, Lyon…).

  • 20 JOC, Jeunesse ouvrière chrétienne.

38Les communes concernées sont des territoires où se sont sédimentées des couches culturelles, façonnées par les luttes sociales, l’entraide, la jalousie, le rôle (souvent passé) du parti communiste et, dans une moindre mesure, de la JOC20… À ces couches entremêlées se sont ajoutées des influences plus récentes venues de cultures d’ailleurs, de demandes religieuses et sociales, en partie liées à la dégradation de la situation sociale ou/et de la durée de l’exclusion. En outre, à une échelle plus fine, les quartiers en politique de la ville, tout comme les autres n’en bénéficiant pas mais réagissant en fonction, sont modelés par des logiques culturelles corrélées aux réalités subies. De plus, le paramètre temps est fondamental : la plus ou moins grande ancienneté de l’ensemble des politiques sociales et urbaines crée un phénomène de normalisation envers cette politique, normalisation qui s’exprime à travers plusieurs aspects : une normalité inutile, qui n’apporte plus de valeur ajoutée en termes de dynamiques individuelles et collectives, une normalité socialement logique, en raison de la situation sociale locale, et une normalité devenue invisible, car elle s’inscrit périodiquement dans le paysage. L’ensemble de ces paramètres sociaux et culturels crée une réactivité à géométrie variable face à la politique proprement dite, mais aussi à l’encontre d’autres réalités (employabilité, relations au centre-ville…). De la même façon, la normalisation affecte les politiques menées, des thématiques choisies aux formes de mise en place. Pourtant, les situations politiques, la qualité des solidarités sont différentes : pendant longtemps les rivalités idéologiques ont contrecarré la politique communautaire de la ville entre Lyon et Vénissieux ; pour d’autres raisons, la situation était assez proche entre Lille et Roubaix. Pour autant, la capacité de la politique de la ville à produire des effets dépend de son appropriation et de sa mise en perspective : quel projet pour l’espace, les espaces ?

  • 21 CNL, Confédération nationale du logement.
  • 22 Surtout que les « privilégiés » en question ne le sont guère.

39Cette appropriation est avant tout le fait des élus locaux et de leur projet pour le quartier et la ville. La Duchère, à Lyon, ne serait pas sur une phase ascendante sans le long travail de Gérard Collomb, ancien maire d’arrondissement du 9e, et actuel maire de Lyon. De même, le projet urbain de Gilles de Robien contribue à la réussite de la ZFU d’Amiens, tout comme l’implication forte de Louis Besson à la politique de la ville de Chambéry. L’appropriation peut être aussi le fait d’une mobilisation d’habitants, comme celle de la CNL21 sur le quartier du Mont-Blanc à Rillieux (nord de Lyon) : l’engagement des deux membres de la section locale de la CNL a mobilisé les habitants pour obtenir des bailleurs une réhabilitation de qualité. Ces deux militants se sont impliqués en raison d’un attachement particulier au quartier, entre la certitude qu’il est « mieux » que les autres et la volonté de maintenir une convivialité, source d’une participation traditionnelle, tendant à disparaître. À l’inverse, la demande de riverains du grand ensemble des Minguettes s’opposant à un projet de nouvelles constructions n’a pas été entendue. Certes, il s’agit de reconstruire pour compenser les démolitions. Les arguments des décideurs sont de densifier et de mixer davantage l’espace ; ce sont des idées en phase avec le temps présent, et donc difficiles à contrer. Les riverains répondent préservation d’un espace vert et qualité de vie à maintenir. Bien entendu, l’objectif n’est pas d’opposer des représentations humanistes à des propos localistes ou, au contraire, de prendre le parti des habitants et de valoriser leur parole et leur projet de territoire (le statu quo dans notre cas). Simplement, dans la situation des Minguettes, il semble judicieux de prendre en compte la demande des habitants pour maintenir une certaine mixité interne, moins difficile à maintenir qu’à recréer22. Un des rôles des géographes serait de faire œuvre pédagogique vis-à-vis des élus et des techniciens, pour leur donner de la distance face à leur objet. Cette normalisation de l’action n’est pas propre à Vénissieux ; ainsi, le quartier en politique de la ville du Patural à Gerzat, en banlieue Est de Clermont-Ferrand, apparaît comme un quartier modeste mais sans véritables difficultés. Cependant, de par son inscription dans le projet global de l’agglomération, des démolitions/reconstructions vont avoir lieu, utiles probablement, mais le projet semble démesuré en comparaison des réalités locales.

CONCLUSION

40Il existe un besoin de géographie sociale, même si nombre de disciplines utilisent le paramètre spatial. Les géographes ont bien été présents depuis longtemps (J. Brun, M. Roncayolo…) et ils participent aux analyses et à la mise en œuvre de la politique de la ville (M.-C. Jaillet, H. Vieillard-Baron…) ; néanmoins, leur apport n’est pas encore suffisant pour marquer davantage les analyses et les pratiques. La géographie sociale a pour objectif de souligner davantage les singularités de chaque cas plutôt que de mettre en valeur des exemplarités souvent trompeuses. Le travail sur l’emboîtement des échelles, sur l’intérêt et les limites des représentations dominantes ou sur la qualité des relations politiques locales répond à ce souci. Il n’y a pas de modèle à appliquer ou de vérité à découvrir mais une distance à garder, une nécessité à tenter de s’extraire de nos propres représentations pour aboutir à de l’aide à la décision. Cet objectif s’inscrit dans l’idée que les politiques d’encadrement sont à durée déterminée. Pour ce faire, les réussites sociales et spatiales sont à souligner, à visibiliser pour ne pas rester dans une logique de pathologisation de l’espace, pathologisation parfois bien utile pour les politiques locales. De fait, la politique de la ville doit intégrer une dimension optimiste, basée sur des réalités concrètes et non sur du « communicationnel », pour dépasser l’institutionnalisation spatiale et politique. Dans cette perspective, la géographie sociale est un outil essentiel.

Notes

1 [franck.chignier-riboulon@univ-bpclermont.fr].

2 En dépit de travaux de géographes, comme ceux de M.-C. Jaillet ou de H. Vieillard-Baron.

3 Et les agences d’urbanisme existent essentiellement dans les plus grandes agglomérations.

4 Deux tiers des communes de plus de 30 000 habitants sont conquises par la gauche, la plupart du temps unie.

5 GAM, Groupes d’action municipale, basés sur la mobilisation des habitants locaux ; le meilleur exemple est celui de Grenoble avec H. Dubedout.

6 ZEP, Zone d’éducation prioritaire.

7 La ville est prise ici et par la suite sous sa définition d’agglomération.

8 CCAS, Centre communal d’action sociale.

9 ZUP, Zone à urbaniser en priorité. Elles n’existent d’ailleurs plus officiellement.

10 ZFU, Zone franche urbaine.

11 Famille de Khaled Kelkal, un jeune lyonnais soupçonné d’activités terroristes pour des attentats commis en 1994 et 1995, et abattu par les gendarmes dans les monts du Lyonnais.

12 ZAC, Zone d’aménagement concerté.

13 Les ZUS sont issues de la loi d’orientation pour la ville du 13 juillet 1991. Un décret d’application fixe une première liste de quartiers (546) le 5 février 1993 (décret 93-203).

14 Loi 96-987 du 14 novembre 1996, article 2.

15 Loi 2003-710 du 1er août 2003 d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine.

16 Mais pas toujours, comme aux Bosquets, entre Clichy-sous-Bois et Montfermeil (93).

17 Sans même parler des autres quartiers.

18 Surtout s’ils ont été construits à des périodes différentes.

19 Mais pas forcément plus démocratique.

20 JOC, Jeunesse ouvrière chrétienne.

21 CNL, Confédération nationale du logement.

22 Surtout que les « privilégiés » en question ne le sont guère.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540