Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et faire la géographie sociale

 | 
Raymonde Séchet
, 
Vincent Veschambre

Première partie. Les postures de la géographie sociale : vers une théorie critique et une épistémologie de l’implication

Vivre ensemble : le public au croisement espace/politique/société

Emmanuelle Bonerandi et Myriam Houssay-Holzschuch

Texte intégral

1Les sciences sociales, et en particulier la géographie, se tournent de plus en plus vers l’action publique ; cependant il semble que l’approche se restreigne très rapidement, d’abord à une définition strictement politique et juridique du public, puis, par conséquent, à une analyse des politiques publiques, déclinées par types, pratiques ou thèmes. Il convient donc d’explorer plus avant la notion de public pour penser les relations du social et du spatial.

2Si l’on se réfère aux récents dictionnaires de géographie pour définir le terme de public, les entrées sont variables. Seul le dictionnaire Brunet propose une entrée générique (Brunet, 1992), là où le dictionnaire Lévy-Lussault aborde la notion à travers une entrée sous le terme d’espace public (Lévy, Lussault, 2003), le dictionnaire Lacoste n’y consacre aucune mention, en propre comme en complément (Lacoste, 2003).

3La définition proposée par R. Brunet dans Les Mots de la géographie qualifie le terme de public en fonction de ses détenteurs. Que les « propriétaires » du public soient « nous, vous, les habitants, les citoyens », plus généralement « tous, tout le peuple », dans un sens plus restreint « tous les usagers » ou la collectivité, voire la collectivité locale ou encore l’État, la définition oppose classiquement le public au privé. Cette définition renvoie à des types d’acteurs aux statuts bien différents, entre l’incarnation étatique et l’ensemble du peuple, en passant par les citoyens, catégorie à géométrie variable selon les États. En qualité d’adjectif, le terme est tour à tour associé à « réunion », « parc », « édifice », « bien », « collectivité », ou « travaux », pour ne citer que quelques exemples.

4La définition en deux temps proposée par M. Lussault et J. Lévy dans le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés est à replacer dans la volonté affichée de rupture épistémologique des auteurs. Ainsi, ils proposent de rompre avec une certaine « mythologie spatiale » qui caractérise l’espace public comme un idéal-type, en référence à l’agora grecque, tout en se gardant de détromper le lecteur sur le poids symbolique maintenu de cette représentation dans les problématiques des politiques urbaines. Plus avant, J. Lévy impose la reconnaissance du statut de l’individu pour récuser une « perspective essentialiste » qui figerait l’espace public dans un statut immuable et valable pour tous. L’espace public s’inscrirait dans une spatialité individuelle et/ou collective, ce qui signale un tournant pour le moins engagé d’avec une géographie sociale constituée par une approche analytique en termes de groupes sociaux, plus que d’individus.

5M. Lussault propose de caractériser l’espace public en le différenciant de ce qu’il dénomme « l’espace commun », compris comme « ensemble des espaces possibles de la pratique sociale des individus ». L’espace public serait « au sens strict, un des espaces possibles de la pratique sociale des individus, caractérisé par son statut public », retrouvant ici la distinction public/privé. L’espace public peut dans ce sens être considéré comme tout espace n’appartenant pas à une « personne morale de droit privé », ce qui conduirait à considérer abusivement les centres commerciaux comme des espaces publics, nous y reviendrons.

6L’intérêt de la définition proposée consiste, à notre sens, dans le fait que le recours à la notion de public permet d’interroger trois « relations de contrariété », dans le cadre proposé par M. Lussault. Laissant volontairement de côté le versant psychologique de la relation intime (au sens d’affirmation du moi, d’intériorité) /extime (relation du moi à l’autre, intersubjectivité), nous retenons le binôme public/privé, qui privilégie une approche en termes de légitimité juridique, politique et institutionnelle différenciant les pratiques et les usages, et le binôme individuel/social, compris dans le sens d’édification de normes sociales, de codification des pratiques et des modes de relation possibles à l’intérieur d’un groupe. Ajoutons à cela trois points de la définition à interroger : la construction de ses relations dans le cadre de l’aire culturelle occidentale (qu’en est-il ailleurs ? quelle visée universaliste ?) ; l’idée d’un espace public métonymie de l’espace urbain (ou de l’espace en général ?) ; l’affirmation que le recours à l’espace public sous-tend la circulation du politique sous forme de civilité, indissociable de la citadinité, c’est-à-dire « le politique sans la politique », ce qui renverrait à une manière non institutionnelle de faire de la politique, mais qui suppose l’autre versant explicite, qu’il soit gouvernemental (réalisation et gestion des espaces publics) ou citoyen (civisme de l’engagement en cas de conflit sur l’usage). En cela, J. Lévy renvoie aux modèles antinomiques d’Amsterdam et de Johannesburg (Lévy, 1999).

7En complément de cette première approche générique, on constate avec étonnement que le terme de public n’est que très marginalement associé à celui de politique, alors même que l’on observe une montée en puissance de l’étude de ce thème dans les études qui traitent du rapport entre le social et le spatial. L’entrée politique présente dans chacun des trois dictionnaires apparaît comme très restrictive pour notre propos, au sens où elle se consacre essentiellement à une présentation du courant de la géopolitique et ignore totalement la dimension publique des politiques, ne serait-ce que d’aménagement. De la même façon, et peut-être encore plus curieusement, le Dictionnaire de l’aménagement et de l’urbanisme coordonnée par P. Merlin et F. Choay n’envisage pas cette entrée spécifique. Le terme de public est réservé à une définition de l’espace public, dans son sens le plus concret, en le distinguant des espaces privés et privatifs (Merlin, Choay, 1996). Il apparaît pour le moins étonnant que l’inflation des travaux de géographes traitant ou prenant appui sur des politiques publiques n’ait pas fait l’objet d’une rubrique propre dans les dictionnaires d’usage courant de la discipline.

8Si l’on se dégage de la notion d’espace public, que l’on jugera ici ou restrictive ou, au contraire, élargie, pour tenter une approche de la notion de public au sens large, les définitions et les usages du terme en géographie, voire plus généralement en sciences sociales, semblent renvoyer à des significations, conceptuelle et fonctionnelle, différentes. Nous en distinguons quatre :

  • une conception opérationnelle, qui s’approche de l’action publique, spécifiquement de celle des élus et des institutions publiques. Au-delà des espaces publics du quotidien, que l’on pourrait englober de façon caricaturale sous la rubrique des « parcs et jardins » et des services afférents dans les municipalités, cette conception rejoint celle des politiques publiques territorialisées, que le territoire soit un préalable ou un objectif, les deux n’étant pas contradictoires ;

  • une conception sociospatiale, qui donne au public une fonction régulatrice des rapports entre espaces, sociétés et territoires. L’entrée par la notion de public offre la possibilité de tester ses capacités à réguler la société sur son espace et dans ses territoires ;

  • une conception sociologique et politique du public, qui reprend la notion d’espace public du débat (au sens d’Habermas ou de Goffman) et l’élargit, par exemple, à la notion de gouvernance (procédure de gouvernement incluant la négociation et la participation) ;

  • une conception sociale (englobante) du public comme élément constitutif de la (des) société(s). Dans sa fonction sociétale, le recours à la notion de public permet de penser le groupe social dans ses fondements constitutifs, de concevoir l’image que les sociétés se font d’elles-mêmes, à travers l’approche individuelle ou collective.

9Qu’il s’agisse de l’entrée par la définition de la notion ou par les déclinaisons de ses conceptions, le terme est polysémique. L’objectif est ici d’interroger l’intérêt de l’entrée par le public pour mieux comprendre l’espace des sociétés en prenant appui sur deux objets, deux terrains, deux contextes sociopolitiques et, finalement, deux versants de la notion de public qui correspondent à deux programmes de recherche en cours : d’une part, les politiques publiques européennes de lutte contre la pauvreté et l’exclusion (Programme CPER SHS Rhône Alpes-ENS, « Mobilités des pauvres et politiques publiques en Europe ») et, d’autre part, les espaces publics sud-africains (ACI CNRS : « Une géographie des espaces publics dans les pays intermédiaires ») afin d’engager la comparaison.

DU SOCIAL ET DU SPATIAL DANS LES POLITIQUES PUBLIQUES

De la prégnance du territoire

10Il n’est pas une étude territoriale qui ne se réfère aujourd’hui, de près ou de loin, aux politiques publiques : qu’il s’agisse d’une donnée de contexte (l’étude d’un espace circonscrit dans des périmètres opérationnels, comme, par exemple, celui d’un établissement public de coopération intercommunale), d’un objet d’analyse spatiale (l’étude des maillages construits par les politiques publiques, à travers notamment les effets de limites ou de discontinuités), ou d’un objet d’évaluation (citons l’effet de la politique des zones franches urbaines sur le développement économique des quartiers prioritaires de la ville), pour ne considérer que quelques exemples parmi une liste bien fournie. L’arrivée sur la scène de l’aménagement du territoire de nouvelles collectivités issues de la décentralisation, la montée de l’intercommunalité et la reconnaissance de l’échelon européen, associées à la généralisation de la procédure contractuelle, ont ouvert un terrain de jeu quasi illimité aux chercheurs en sciences sociales, qu’ils soient politologues, sociologues, économistes, urbanistes ou géographes. La constatation, somme toute banale, du croisement entre société et espace par le territoire construit autour de politiques publiques, offre des déclinaisons riches et variées. La complexité territoriale s’épanouit à l’ombre des politiques publiques qui font s’enchevêtrer niveau local, global, national et supra-national (Gerbaux, 1999 ; Debarbieux, Vanier, 2002).

  • 1 Les références citées ne sont que des exemples récents. Ils ne traduisent que partiellement la rich (...)

11Les domaines d’intervention des politiques publiques couvrent l’ensemble des champs des sciences sociales. La politique de la ville constitue un objet de recherche central, politique dont on peut dater la naissance officielle au mois d’octobre 1981 avec la création de la commission nationale pour le développement social des quartiers et l’expérimentation sur seize quartiers. Depuis lors, les effets d’annonce, les plans et autres pactes de relance, les mesures territorialisées de ce que l’on a appris à dénommer « la discrimination positive » ont connu un large succès, entre autres médiatique. La dimension territoriale, au sens de délimitation de périmètres souvent qualifiés de contraints, a été largement examinée par les géographes, le territoire étant considéré comme un mode d’opérationnalisation des politiques publiques (Mathieu, 1997). Le courant de la géographie sociale peut se prévaloir d’y avoir associé la dimension sociale, dénonçant parfois l’approche stigmatisante de groupes sociaux spécifiques (les jeunes, les étrangers, les chômeurs, pour faire simple), et abordant des thèmes comme le chômage (Montagné-Villette, 2000 ; Séchet, 2000 ; Vye, 2000), la pauvreté (Séchet, 1996 ; Sauvaître, 2001 ; Sélimanovski, 2002) ou l’exclusion (Jaillet, 1994)1.

Les politiques de lutte contre la pauvreté
pour appréhender le « vivre ensemble »

12Le champ de la recherche porte ici sur la mobilité des populations pauvres et les politiques publiques de lutte contre la pauvreté (et l’exclusion), espérant ainsi croiser des notions comme disqualification et pathologie sociales et spatiales, constructions sociales et dynamiques spatiales, avec la mise en œuvre de politiques publiques multi-niveaux.

13En mars 2000, le Conseil européen de Lisbonne déclare qu’« il est inacceptable que, dans l’Union, tant de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté et soient touchées par l’exclusion sociale ». Des mesures sont alors explicitement demandées aux États-membres pour éliminer la pauvreté à l’horizon 2010 et pour que le seizième État-membre [à l’époque] ne soit pas celui constitué par 65 millions de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté (selon les critères de ressources économiques définis par l’Union Européenne, soit un « revenu disponible équivalent » inférieur à 60 % du revenu médian équivalent du pays de résidence).

14La pauvreté peut être considérée comme un levier, secondaire, de l’action publique européenne, les inégalités constituant le levier premier. Elle pourrait être un élément identitaire constitutif d’une politique sociale communautaire, considérée très souvent encore comme balbutiante. Elle soulève l’importance du modèle social européen dans les enjeux de la cohésion européenne. Elle révèle les mécanismes de subsidiarité et de partage de compétences entre échelons inter- et intra-national, comme en témoigne en France la Loi relative à la lutte contre les exclusions votée par le Parlement en 1998 et ses applications aux échelons territoriaux inférieurs (régional, départemental et local). Cependant, la loi, comme les diagnostics, les plans d’action et les interventions, portent essentiellement sur le champ juridique de l’accès universel aux droits fondamentaux de l’éducation, de la santé, du logement et de l’emploi, condition indispensable à la « réinsertion sociale ». L’article 1er de la Loi de 1998 est à ce propos très instructif : « La lutte contre les exclusions est un impératif national fondé sur le respect de l’égale dignité de tous les êtres humains et une priorité de l’ensemble des politiques publiques de la nation. La présente loi tend à garantir sur l’ensemble du territoire l’accès effectif de tous aux droits fondamentaux dans les domaines de l’emploi, du logement, de la protection de la santé, de la justice, de l’éducation, de la formation et de la culture, de la protection de la famille et de l’enfance. »

15Les implications spatiales sont rarement évoquées, dans les décisions politiques comme dans les travaux préparatoires. Au mieux, les documents font état de la répartition des populations considérées comme pauvres (ONPES, 2002), mais ne proposent que peu d’éléments de réflexion quant à leur mobilité, en termes de constat comme d’action. La question de la mobilité des populations en difficulté semble pour le moins éludée, même si l’on peut signaler le récent rapport commandité par le ministère de l’Aménagement du Territoire à l’Inspection Générale des Affaires Sociales et au Conseil Général des Ponts et Chaussées sur l’accès aux transports en zones rurales qui fait suite au Comité Interministériel de septembre 2003 et porte explicitement sur leurs rôles dans l’action sociale, l’emploi et l’insertion (IGAS, 2004). Cette carence interroge le géographe, d’autant plus quand son terrain d’observation privilégié concerne les espaces ruraux anciennement industrialisés en crise (Bonerandi, 1999, 2003, 2004).

16L’étude des lois et décrets concernant les politiques publiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion apporte des éclairages sur la façon dont le politique (au sens restrictif des élus représentant le corps social) conçoit et définit un groupe social (les pauvres), entend réguler les inégalités sociales et s’attache à maintenir (ou reconstruire) le lien social pour faire société. L’approche sémantique est riche de sens.

17Si les préoccupations sociales sont présentes dès la signature du Traité de Rome en 1957, la politique sociale européenne a, pendant longtemps, essentiellement visé à résorber ou prévenir les déséquilibres économiques et sociaux susceptibles d’entraver la réalisation du Marché Unique. Elle a donc exclusivement concerné la main-d’œuvre dans une approche très restrictive de la question sociale, même s’il convient de noter la mise en place dès 1974 d’un programme d’Action Sociale accompagné de quatre Programmes d’Action « Pauvreté » (1975-1984, 1984-1989, 1990-1994 et 1995-1999). Dans les années quatre-vingt-dix, on assiste à une course de vitesse de l’Union Européenne pour intégrer une dimension sociale élargie dans ses textes communs. La mise en place de l’Agenda social européen en constitue le point d’orgue. En 2001, le Parlement européen et le Conseil votent un Programme d’action communautaire pour encourager la coopération entre les États-membres visant à lutter contre l’exclusion sociale. Des plans d’action nationaux pour l’inclusion sociale sont définis dans chacun des États-membres pour une durée de deux ans (2001-2003 et 2003-2005, à ce jour).

18Il est intéressant de noter que dans le cadre de la mise en place d’actions concrètes et budgétisées, la dénomination retenue est celle de l’inclusion, comme si l’emploi de ce seul terme résolvait déjà le problème. Le choix des termes n’est pas anodin. Le récent Pacte de cohésion sociale présenté Jean-Louis Borloo, ministre de l’Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale, entend s’attaquer à la décomposition sociale (et également à la régression économique) en mettant en avant des valeurs comme le vivre et le construire ensemble, dans une vision résolument positive : « Un pays n’est puissant que par les hommes et les femmes qui le composent, par l’envie qu’ils ont de vivre et de construire ensemble, et par la cohésion sociale qui les unit » (introduction du Pacte de cohésion sociale, juillet 2004). Ce registre de la cohésion est cher à nos élus nationaux, si l’on se rappelle le rapport Vivre ensemble d’Olivier Guichard en 1976. Il fait écho au slogan électoral de Jacques Chirac lors de la campagne présidentielle de 1995 menée, dans une approche alarmiste, sur le thème de la « fracture sociale ». La dénomination de l’observatoire scientifique mis en place pour suivre les tendances reste, quant à lui, dans le registre initial : il s’agit de L’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, installé en 1999.

19Un autre aspect peut être abordé à travers la définition statistique du groupe social à destination duquel se mettent en place les politiques publiques. La question du dénombrement (qui compter ? comment compter ?) est centrale dans la détermination des populations bénéficiaires des actions, mais aussi dans les choix idéologiques et/ou politiques prévalant à cette définition. Selon le choix des indicateurs et des seuils statistiques retenus, les discours, effets d’annonce et évaluations peuvent considérablement varier. Le thème de la pauvreté fournit une illustration exemplaire des tiraillements et des consensus dans ce domaine, notamment dans le cadre des négociations et adaptations entre l’Union européenne et les États-membres. En 2001, le Conseil européen de Laeken a adopté les dix-huit données de cadrage communes et comparables élaborées par le Comité de Protection Sociale pour évaluer la nature multidimensionnelle de l’exclusion (cf. tableau 1).

  • 2 Le revenu médian national est calculé comme une moyenne pondérée des résultats nationaux (chaque pa (...)

20Un taux de pauvreté, également appelé taux de risque de pauvreté, est défini au niveau européen. Il correspond à 60 % du revenu médian équivalent du pays de résidence2. Si l’on peut regretter le manque de critères dans les domaines de l’accès au logement ou à la santé, il est intéressant de noter que l’injonction européenne cache d’importantes disparités nationales. Ainsi, la France a préféré retenir le seul de 50 % pour sa recension nationale, ce qui donne un écart plus que sensible. Selon des données pour l’année 2001, si la base 100 représente le nombre de ménages vivant en-dessous du seuil de pauvreté fixé à 60 %, elle n’est plus que de 60 pour un seuil fixé à 50 % (cf. figure 1).

Tableau 1 : Indicateurs de Laeken

Tableau 1 : Indicateurs de Laeken

Source : Union européenne

Figure 1 : Dispersion des pays de l’UE 15 autour du seuil de risque de pauvreté en 2001

Figure 1 : Dispersion des pays de l’UE 15 autour du seuil de risque de pauvreté en 2001

Source : Eurostat, 2001

21Les chiffres parlent d’eux-mêmes quant à l’image que les discours politiques entendent fournir en termes de fracture comme de cohésion sociale… Le caractère extrêmement sensible de la donnée statistique se retrouve dans la réticence partagée par la plupart des États-membres à fournir des objectifs chiffrés aux plans nationaux, à de rares exceptions près, comme l’Irlande. Ce souci de discrétion entraîne de considérables difficultés dans l’évaluation de ces politiques publiques, évaluation pourtant inscrite dans la loi. On peut ajouter à ces observations la critique apportée par certaines associations qui refusent une prise en compte unilatérale de cette question de société et militent pour une participation active des populations concernées au constat scientifique, à la prise de décision et à l’action (Groupe de recherche Quart Monde – Université, 1999).

22L’intérêt de l’approche géographique de la pauvreté va au-delà d’une simple étude de sa répartition et des effets de plus ou moins grande concentration spatiale. Il dépasse également l’analyse sociospatiale au sens d’une entrée par identification de groupes sociaux particulièrement exposés. Ces angles d’attaque constituent des moments indispensables de la recherche, mais à situer dans le registre du constat et non de l’explication. Il est ainsi remarquable d’observer l’évolution de la composition sociale des populations pauvres, ici plus spécifiquement en milieu rural. De nombreuses images d’Épinal persistent à propos de la pauvreté en milieu rural. Les populations cibles sont avant tout les personnes âgées dépendantes de l’allocation supplémentaire vieillesse, alors même que leur nombre ne cesse de diminuer (environ 1,2 millions en 1990 pour 605 000 en 2002 selon les Travaux de l’ONPES, 2004). De même, la sociabilité communautaire et le recours à la cellule familiale qui amortissent les chocs des trajectoires de vie sont encore très souvent mobilisés pour expliquer la faiblesse de l’exclusion en milieu rural (Mathieu, 1997). Enfin, on ne peut manquer d’évoquer les préjugés actifs qui font de l’espace rural avant tout un espace résidentiel et récréatif. Cette dissociation entre urbain et rural n’est cependant pas totalement satisfaisante, et ce pour plusieurs raisons, socioéconomiques, spatiales mais aussi politiques. Les mouvements de population vers les espaces ruraux périurbains éloignés sont souvent le fait d’urbains qui quittent la ville pour des raisons économiques, cherchant, en s’installant à une cinquantaine de kilomètres de la ville-centre et de leur emploi, l’accès à la propriété dans une maison individuelle, mais en sous-estimant le coût des déplacements journaliers domicile-travail. Même si les études restent encore discrètes, les services sociaux et les élus locaux signalent une précarisation de ces populations. Par ailleurs, l’espace rural, généralement de faible densité, est souvent choisi comme espace de repli par les « réfugiés économiques » originaires de la ville qui se lancent dans des projets individuels. Enfin, les sociétés rurales anciennement industrialisées présentent bien souvent un déficit de capital spatial qui se traduit par un manque de mobilité sévère. Il nous semble donc que l’analyse publique, et scientifique, de la pauvreté souffre d’une méconnaissance de spatialisation (en termes de constat comme d’explication), ce qui se traduit dans des actions prioritairement tournées vers les espaces urbains, eux-mêmes largement stigmatisés dans le « problème des banlieues ».

23Le choix d’une recherche sur la mobilité des populations pauvres en regard des politiques publiques de lutte contre la pauvreté est riche de questionnements. Il permet de s’interroger sur les catégories sociales mises en avant dans le débat public et de soulever les approches stigmatisantes qui apportent un éclairage focalisé sur certains groupes, en en ignorant d’autres, moins médiatiques. Il souligne la suprématie d’une approche conçue en termes d’universalité des droits incompressibles de l’être humain, alors même que des enjeux d’accès, ne serait-ce que physique, à ces mêmes droits sont souvent éludés. Il questionne une approche scientifique qui privilégie une analyse des maillages administratifs de gestion de la question sociale, en insistant sur les dangers de l’assignation territoriale. Pour aller plus avant, il conviendrait ainsi d’introduire dans le débat les notions de stratégies et de projets individuels de ces mêmes populations. L’enjeu du traitement social et politique de la pauvreté renvoie également à ce que l’on pourrait appeler le projet collectif de société. Les injonctions législatives font preuve d’une volonté de penser un corps social uni, de refuser les inégalités qui le remettent en cause et, donc, d’assurer le maintien du lien social constitutif du vivre ensemble. C’est peut-être là que se situe l’intérêt général le plus pertinent de la question dans une approche de géographie sociale.

DU SOCIÉTAL ET DU POLITIQUE DANS LES ESPACES PUBLICS

24La seconde entrée à partir de laquelle nous souhaitons explorer la notion de public part d’une expérience de décentrement. Les mécanismes d’organisation du public, ses liens avec la société, apparaissent différemment lorsque l’on quitte le monde occidental, au sein duquel la distinction public/privé est classique et constitutive de nos géographies. La place du public évolue aussi lorsqu’on substitue un corps social fragmenté à nos vieux États-nations, même en difficulté. Enfin, la puissance publique a un sens différent dans des sociétés démocratiques et dans des sociétés en transition, pour lesquelles la démocratisation est récente. C’est donc comme contrepoint, comme « incomparable » (Détienne, 2000), dont la « provocation », voire la « violence heuristique » permet de troubler, de fissurer, de désagréger une catégorie familière, que peut servir l’analyse de la façon dont le « public » peut se constituer, « par le bas » des pratiques individuelles dans les villes sud-africaines contemporaines.

  • 3 La dénomination de groupes « raciaux » en Afrique du Sud, et plus particulièrement dans l’Afrique d (...)

25L’Afrique du Sud a institutionnellement quitté le régime de l’apartheid en avril 1994, lors des premières élections démocratiques menant Nelson Mandela à la présidence de la République. Dans un premier temps, cet homme providentiel a dirigé un gouvernement d’unité nationale, encadré par des normes politiques strictes négociées entre l’ancien gouvernement blanc et ses opposants. En même temps, des institutions de transition mettaient progressivement en place le cadre de la « nouvelle Afrique du Sud » : la Commission Vérité et Réconciliation dirigée par Desmond Tutu cherchait à faire la lumière sur les crimes commis sous l’apartheid et, en conséquence, à formuler une histoire commune aux différentes communautés sud-africaines ; une assemblée constituante rédigeait et faisait adopter l’un des textes les plus progressistes au monde ; le programme économique de reconstruction et de développement lançait notamment la construction de millions de logements sociaux pour commencer à réduire les inégalités créées par le régime précédent… Dix ans après, l’Afrique du Sud est entrée dans une phase de normalisation : l’homme providentiel a été remplacé après un seul mandat par Thabo Mbeki, un politicien de métier ; les inégalités persistantes s’expriment peut-être autant en termes de classe qu’en termes de « race » et l’économie nationale a plus à voir avec les dynamiques de la globalisation. Néanmoins, les temporalités sociales ne sont pas en phase avec le rythme rapide des changements politiques (Gervais-Lambony, 2003) : l’existence d’une seule nation est encore en construction. Et les temporalités de l’espace, beaucoup plus inerte, traduisent aussi les difficultés du « vivre-ensemble » entre Noirs, Blancs, Indiens et Coloureds3.

26L’existence même d’une catégorie comme celle du « public » est alors à évaluer en soi. Par exemple, la notion de puissance publique n’est sans doute pas encore pertinente : l’État n’est devenu « public » qu’il y a 10 ans, après avoir été accaparé par une minorité pendant des siècles. De même, plus de 80 % de la population sur laquelle s’exerce l’action de l’État n’est plus exclue de la citoyenneté. Rendre le « service public » public – c’est-à-dire au service de l’ensemble de la population mais aussi recruter des fonctionnaires noirs ou femmes – a été l’un des enjeux majeurs de ces dernières années : la politique d’affirmative action, soit de recrutement préférentiel dans les catégories précédemment défavorisées, a notamment produit des débats passionnés. Ou encore, les politiques publiques se résument très largement aux politiques de l’État dans un pays où le gouvernement national, provincial et municipal est dominé par un seul parti, l’African National Congress.

27Le public est donc un terrain neuf, à construire. Rappelons que, sous l’apartheid, espaces de résidence et de sociabilité, sphère politique, répartition des richesses, etc., étaient strictement ségrégués selon la race. Les espaces communs aux populations des différents groupes raciaux ont été systématiquement détruits : quartiers mixtes, plages, théâtres, trains, bureaux de poste, hôpitaux, écoles, lieux de culte… étaient législativement définis comme réservés à tel ou tel groupe (les Blancs le plus souvent).

28Chercher le public dans l’Afrique du Sud post-apartheid revient donc d’abord à pister les domaines dans lesquels une société sud-africaine apparaît. Il ne s’agit pas de nier les inégalités très profondes qui persistent entre les différentes « communautés », que le régime d’apartheid avait définies par la race, mais de voir si dix ans de construction nationale volontariste ont pu créer une certaine cohésion sociale, un « vivre-ensemble » (Chidester et al., 2003). Sur le plan géographique, identifier des lieux de coprésence voire de mixité au sein des villes est un moyen de l’évaluer. Ceux-ci sont pour l’instant limités (Houssay-Holzschuch, 2002a) dans la mesure où, à l’échelle de l’agglomération, la géographie de l’apartheid persiste, comme persiste la très large coïncidence entre « race » et classe. Les espaces de résidence demeurent donc ségrégués dans une très large mesure. Par contre, les lieux de sociabilité semblent avoir connu une déségrégation relativement rapide. Peut-on alors parler d’« espaces publics » ?

29Une première géographie de tels « espaces publics » dans la ville du Cap frappe par l’absence des espaces publics au sens occidental. En effet, les rues, places et parcs, archétypes de l’espace public tel que nous le connaissons, sont largement absents des représentations (Houssay-Holzschuch, 1999). À l’exception de quelques « lieux centraux », comme la gare, les espaces publics représentés sont, juridiquement, privés… Dans les quartiers résidentiels, et en particulier dans les townships réservés aux Noirs sous l’apartheid, les églises sont les espaces communs, de rencontre, de discussion sociale et politique, les lieux où la collectivité s’affirme comme telle. Ces lieux sont cependant privés, puisque le bâtiment et le terrain sur lequel il se dresse appartiennent à une confession particulière. Le même phénomène apparaît dans les quartiers centraux : à quelques exceptions près, les espaces de co-présence ou de mixité entre les différents groupes urbains (classe/« race ») sont avant tout des espaces commerciaux, des malls, espaces juridiquement privés.

30Ces espaces sont particulièrement intéressants à étudier, parce qu’ils remettent en cause bien des a priori des chercheurs. Le Victoria & Albert Waterfront est sans doute le plus emblématique (figure 2). Il occupe la zone portuaire datant du xixe siècle et a fait l’objet d’une classique politique de réhabilitation des fronts d’eau (Vermeersch, 1998) à la fin des années quatre-vingt, soit à l’extrême fin du régime d’apartheid. Situé à proximité immédiate du centre-ville, il appartenait à la ville des Blancs, qui étaient les seuls à le fréquenter dans la première moitié des années quatre-vingt-dix. Le V&A Waterfront, comme bien des malls de ce type, offre une série de commerces variés, de luxe comme de proximité, ainsi qu’une série de restaurants et des activités culturelles. Tout cela est installé dans les anciens entrepôts de l’époque victorienne. Cependant, et cela fait une partie de son originalité au Cap, ce mall est aussi à ciel ouvert, puisqu’il donne sur les quais d’un port toujours actif : le port de pêche, le port de plaisance et les navires de prestige de passage offrent des promenades, dans le cadre paysager grandiose de la montagne de la Table.

Figure 2 : Le Victoria & Albert Waterfront, Le Cap

Figure 2 : Le Victoria & Albert Waterfront, Le Cap

31Or, depuis quelques années, la fréquentation par « race » du V&A Waterfront a complètement évolué, pour refléter beaucoup plus fidèlement la composition raciale de la société – et cela même si le lieu attire aussi beaucoup de touristes internationaux, qui gonflent ainsi la catégorie des Blancs (figure 3). Sur le plan social, les enquêtes exploratoires montrent également que des populations riches, des classes moyennes, mais aussi les populations pauvres se côtoient même si leurs pratiques de consommation (lorsqu’elles existent) sont extrêmement différentes. Grâce aussi à une accessibilité importante, ce mall devient donc l’un des rares lieux de coprésence des races et des classes dans une métropole extrêmement ségréguée… En ce qui concerne une réelle mixité – définie par l’existence d’interactions, si fugaces soient-elles, entre les groupes –, des études ultérieures sont nécessaires. Enfin, les usages qui sont faits de ce lieu, à vocation commerciale, sont eux aussi mixtes : on ne vient pas forcément pour acheter, mais pour se promener sur les quais dans ses habits du dimanche, retrouver des amis, assister à un spectacle gratuit de plein air, etc. Enfin, le Waterfront n’est pas dénué de fonction politique puisqu’il est le seul embarcadère permettant d’aller visiter Robben Island, le pénitencier dans lequel les opposants à l’apartheid, dont Nelson Mandela, étaient enfermés.

Figure 3 : Fréquentation par « race » en %, Victoria & Albert Waterfront

Figure 3 : Fréquentation par « race » en %, Victoria & Albert Waterfront

Source : enquêtes de terrain, 12 avril 2004

32Ce cas permet de revenir sur la notion de public, en particulier sur les points suivants :

  • Tout d’abord, le terme d’espace public utilisé ici ne doit donc pas être simplement ramené à son usage juridique et urbanistique dans les sociétés occidentales. L’intérêt de l’expérience de décentrement est justement d’évaluer son contenu ailleurs : c’est ici l’usage, les pratiques des citadins, qui déterminent la publicité d’un espace, et non son statut foncier.

  • De même, ces pratiques citadines déterminent très largement la fonction d’un espace : elles publicisent véritablement un espace privé de la consommation. Le public naît donc aussi de la somme de pratiques individuelles. Il reflète ici l’appropriation de nouveaux espaces par des groupes qui en étaient précédemment exclus. Et il manifeste la construction – en cours – d’une société nouvelle.

LE PUBLIC POUR FAIRE SOCIÉTÉ

« Comparer l’incomparable »

33La curiosité intellectuelle qui sous-tend le propos consiste à croiser deux objets de recherche a priori forte dissemblable, mais qui, dans le même temps, engendrent des questionnements généraux similaires. Le croisement des deux programmes de recherche, fait apparaître, dans un premier temps, les divergences issues de contextes géoculturels, d’idéologies fondatrices et de soubassements historiques constitutifs des pays étudiés extrêmement différents. Une grille d’analyse a été établie pour comparer les deux situations, en interrogeant à la fois les processus, les objectifs, les modes de participation, et les acteurs historiques et émergents qui gravitent autour de ce recours au public (cf. tableau n° 2).

34Cette grille d’analyse renvoie à des registres différents, mais les interrogations sur l’enjeu de la chose publique sont communes. Les déclinaisons informent à la fois sur la notion de public comme notion transversale pour étudier les rapports espace-société et sur l’importance des contextes géoculturels et géopolitiques en jeu. Il convient d’approfondir le travail en interrogeant la temporalité des structures (notamment d’encadrement) et des systèmes. Il nous semble que les effets et les rythmes des ruptures et des transitions sont primordiaux pour comprendre les évolutions de sens, d’essence et d’enjeux. Dans un avenir proche, nous poursuivrons ce travail engagé sur la comparaison entre une société construite sur les fondations révolutionnaires d’un État-nation centralisé qui revendique les valeurs communes et universelles de liberté, d’égalité et de fraternité, et une société en construction dans un pays fortement marqué par un système politique inégalitaire qui se définit de nouvelles règles du jeu du vivre ensemble, par l’analyse de la situation dans les anciennes Républiques socialistes d’Europe centre-orientale et balkanique, qui correspondraient intuitivement à un troisième type, éventuellement intermédiaire, ce qui reste à démontrer.

Tableau 2 : Comparer l’incomparable, confrontation de deux programmes de recherche autour du « vivre ensemble »

Tableau 2 : Comparer l’incomparable, confrontation de deux programmes de recherche autour du « vivre ensemble »

Note 5 : Au sens employé par Michel Maffesoli.

Source : Union européenne

Nouvelles pratiques politiques,
nouvelles formes sociales

35Les différents sens du public permettent d’appréhender le fonctionnement de diverses sociétés politiques. La notion de public est un outil précieux à un moment où ce fonctionnement évolue, où un vocabulaire nouveau est mobilisé pour décrire les nouvelles formes de l’action politique.

36De nouveaux acteurs du « vivre-ensemble » émergent et viennent s’ajouter (ou suppléer) aux acteurs historiques. Les sociétés civiles doivent intégrer les groupes et les « communautés » en tant que telles, et non, comme cela était souvent le cas auparavant, les réduire aux individus. Il s’agit de repenser le fonctionnement démocratique avec des acteurs aux légitimités différentes, contestées et mouvantes. Ces acteurs recouvrent aussi des échelles sociales variées, allant de l’individu au supranational en passant par le groupe constitué sur des bases affinitaires, territoriales, etc. La démocratie s’enrichit de nouvelles pratiques politiques pour inclure ces acteurs : on promeut par exemple la « participation », pour transformer un régime électif et représentatif en régime participatif. Un tel processus rencontre l’approbation de nombreux acteurs : il est prôné par les instances supranationales, adopté dans les discours nationaux qui y voient l’occasion d’asseoir leur légitimité politique, et utilisé par des acteurs plus locaux qui peuvent plus facilement y faire entendre leurs intérêts. Cependant, une telle conjonction des discours permet de soupçonner une série d’instrumentalisations du discours participatif, d’autant qu’en fait, la participation se pratique surtout sur les marges, sociales et territoriales, des sociétés (Giraut et al., 2004). Mode de gestion des marges, la participation des communautés fait trop souvent l’économie d’une réflexion critique sur ce qu’est la communauté elle-même, masquant ainsi les conflits (notamment d’intérêts) qui la traversent. La légitimité de la communauté n’est que très rarement mise en question, alors que les procédures de représentation et de désignation de ses porte-parole sont extrêmement floues et peu en accord avec la démocratie même que l’on souhaite ainsi renforcer. Plus généralement, elle abandonne trop facilement les principes sociaux fondateurs de l’universalité, au profit de légitimations culturalistes à discuter.

  • 4 Les réflexions ci-dessus trouvent leur source dans la séance « Gouvernance » du séminaire « Métropo (...)

37Démocratie, participation : cette évolution des formes de la vie politique s’accompagne d’exigences de transparence des processus de décision et d’évaluation des actions entreprises, dans leur efficacité comme dans leurs conséquences, à court, moyen et long terme. On parle alors de durabilité sociale. À nouveau, ces procédés politiques sont recommandés à différentes échelles : ce sont des mots d’ordre supranationaux (pour le FMI, le PNUD, etc.), internationaux (pour l’Union européenne ou la Southern African Development Community), nationaux et locaux. Ils forment une liste de mots-valises, au contenu opérationnel souvent flou, aux idéologies implicites complexes, mais qui forment de véritables injonctions mondiales au « vivre-ensemble » planétaire. On peut les regrouper autour du cadre général de la gouvernance, autre terme polysémique, contestable et contesté4, présenté comme un nouveau mode de gouvernement ou, plutôt, comme une transition entre deux modes de gouvernement.

Public, politique, société

38La notion de public permet donc de s’attacher à ce qui fait ou non société, de dépasser l’approche analytique en groupes séparés pour examiner une éventuelle cohérence d’ensemble dans le cadre d’une approche dialectique. Nous envisageons la notion de public en tant qu’elle enjoint à penser non seulement les relations entre individus et/ou entre groupes (nous ne remettons pas en cause les travaux sur des « morceaux identifiés », c’est là également notre méthode de travail), mais surtout en tant qu’elle permet de dépasser les positionnements théoriques sur les dimensions individuelles (au sens du courant humaniste de la géographie) et/ou collectives (au sens de la géographie sociale), pour penser le processus de métonymie lui-même, c’est-à-dire les interactions entre la partie (les parties) et le tout, dans l’approche espace-société. Le public est ce qui fait société, ce qui construit le lien social. On ira jusqu’à énoncer prosaïquement que le public constitue une grille d’analyse des rapports espace/société. La richesse polysémique de la notion permet de balayer les déclinaisons du spectre entre la dimension individuelle (le public compris comme « tous les gens », l’accessibilité universelle) et la dimension collective, le groupe (en tant que corps social constitué). On peut ainsi appréhender les corpus législatifs en tant qu’ils informent sur la manière dont l’État (dans notre conception centralisée) veut faire évoluer le corps social en réglementant les comportements individuels, ou en identifiant (créant) des groupes (catégories sociales).

39Il s’agit également de réfléchir au glissement épistémologique du politique au public, considérant le politique comme une forme du public. À notre sens, le retour sur la notion de public encourage à repenser les dimensions politiques des rapports espace/société, la notion de public reprenant en quelque sorte celle du politique pour l’enrichir et la dédouaner de ses héritages radicaux. La confrontation d’une société démocratique (la France, et plus généralement l’Europe) avec une société ex-policière (l’Afrique du Sud) renvoie à l’interrogation fondamentale pour les sciences sociales sur la nature du politique, et plus spécifiquement sur les modalités culturelles de ses déclinaisons. Nous faisons l’hypothèse que le politique est une des expressions du public, et non l’inverse. Cette affirmation, qui relève de l’évidence en ce qui concerne le mode d’expression électoral démocratique pour « les pays du Sud », peut être élargie. L’idée générale qui sous-tend notre position scientifique rejoint au final l’idée selon laquelle une opinion publique tend à s’affirmer comme conquête du droit de contester l’instance politique sans passer par l’institution de la délégation et de la représentation.

Notes

1 Les références citées ne sont que des exemples récents. Ils ne traduisent que partiellement la richesse des apports des géographes sociaux aux domaines explorés.

2 Le revenu médian national est calculé comme une moyenne pondérée des résultats nationaux (chaque pays se voit attribuer un coefficient de pondération égal à sa population totale). Il est défini par rapport au niveau général de prospérité de chaque pays et se mesure sur la base d’une valeur centrale de la distribution des revenus. Le choix de la médiane permet de ne pas faire jouer les valeurs extrêmes, mais il masque des écarts considérables entre États membres.

3 La dénomination de groupes « raciaux » en Afrique du Sud, et plus particulièrement dans l’Afrique du Sud post-apartheid, est un problème ardu doublé d’un sujet politiquement sensible. La classification raciale a joué un rôle essentiel dans le système d’apartheid comme dans la construction identitaire (Houssay-Holzschuch, 1999). C’est pour cela que, tout en condamnant le système qui l’a conçue, les chercheurs l’emploient toujours.

4 Les réflexions ci-dessus trouvent leur source dans la séance « Gouvernance » du séminaire « Métropolisation, marges et gouvernance » (CPER Rhône-Alpes et ENS LSH), 10 juin 2004.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Indicateurs de Laeken
Légende Source : Union européenne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/371/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 1 : Dispersion des pays de l’UE 15 autour du seuil de risque de pauvreté en 2001
Légende Source : Eurostat, 2001
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/371/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 2 : Le Victoria & Albert Waterfront, Le Cap
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/371/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 3 : Fréquentation par « race » en %, Victoria & Albert Waterfront
Légende Source : enquêtes de terrain, 12 avril 2004
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/371/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 2 : Comparer l’incomparable, confrontation de deux programmes de recherche autour du « vivre ensemble »
Légende Note 5 : Au sens employé par Michel Maffesoli.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/371/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 166k

Auteurs

Maîtresses de conférences de géographie
UMR Géographie-cités/Géophile,
ENS Lettres et Sciences humaines.
Myriam.Houssay-Holzschuch@ens-lsh.fr

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540