Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondance et poésie

 | 
Jean-Marc Hovasse

Troisième partie. Confidences

Annexe. Trois lettres inédites de J.-K. Huysmans au poète catholique Adrien Mithouard et une lettre inédite de Mithouard à Huysmans

Texte intégral

1Les trois lettres de Huysmans (écrites sur des cartes grises à coins arrondis) sont conservées à la bibliothèque Jacques Doucet, celle de Mithouard figure dans le fonds Lambert de la bibliothèque de l’Arsenal. Afin d’en faciliter la lisibilité, le texte de ces lettres a fait l’objet de légères modifications.

2Sur Récital mystique, Lemerre, 1893.

317 avril 1894.

4Mon cher confrère,

  • 1 « Quand la chair veut chanter sa chanson diabolique, / Heureux qui pour prier vers la lune s’enfui (...)
  • 2 Les Funérailles paradoxales (p. 19-24).
  • 3 Le Magnolier (p. 25-43) ; épigraphe : « J’ai soif. / Jésus ».
  • 4 Le Corbeau du temps de Louis XIV (p. 57-71 ; citation de Laforgue en épigraphe).

5Sous ses allures diverses, votre Récital mystique apporte une note fluide et déteintée dans ce temps de poésies ou obscures ou vides. Votre amour des pâles clartés vous a porté bonheur car votre Jean de la Lune et son angélus nocturne sont exquis1 Et ce qui est surprenant c’est qu’en même temps que cette note fine de gris argent, une vraie harmonie à la Whistler, vous en avez une autre éclatante et sonore, éloquente pour dire, je crois, le mot juste. La fin des Funérailles paradoxales2, l’hymne du sang sous le magnolier3, et cet extraordinaire défilé d’époques saisies, en quelques traits, dans leur caractère, à propos du vieux corbeau, le prouve4.

  • 5 Notre-Dame des Poètes (p. 45-55) ; épigraphe : « Je ne veux plus aimer que ma mère Marie ; / Tous l (...)
  • 6 « Blanche et douce pour ceux-ci, / Tu gardes leur âme ainsi / Que l’ambre enclos en un vase. / Cha (...)
  • 7 « Mère, dont Jésus l’enfant, / Bleu de froid, tremblait au vent / Qui disperse la ramille, / Ô Dam (...)

6Mais, dans ce livre, quelle merveille de câlinerie que la Notre-Dame des Poètes5. Il y a là des strophes à resavourer, à relire ; telles la « Blanche et douce6 » et celle qui commence par « Mère dont Jésus l’enfant7 ».

7Aussi, vous remerciai-je et sincèrement, mon cher confrère, de m’avoir mis à même de les lire.

8Bien vôtre,

9G. Huÿsmans

10Alpha Ms. 1816. Enveloppe adressée à « Monsieur Adrien Mithouard / aux bons soins de M. Lemerre / Éditeur / 23 passage Choiseul E. V. », réexpédiée au « 44 boulevard des Invalides / Paris ».

11Sur L’Iris exaspéré, Lemerre, 1895.

  • 8 Date du cachet postal.

12[6 mai 18958.]

13Monsieur et cher confrère,

  • 9 Les poèmes Méditation sur la couronne d’épines, p. 59-60 ; La Communion de Jésus, p. 63-65 ; Sonne (...)
  • 10 « Cette branche de Mai qui poussait pour un nid / Fut tressée en couronne et borna l’infini. » ((...)
  • 11 « Les tiges de blancheur découpent dans l’air noir / Un balcon sur lequel, très lente, elle vient (...)
  • 12 Les Glaives de cire, p. 99-102, ici p. 102.

14J’ai lu le volume de vers L’Iris exaspéré que vous avez eu la bonne inspiration de m’envoyer. Il me semble curieusement ouvré, sortant des rengaines ou des obscurités dans lesquelles maintenant tant de poètes nous confinent. Mais la partie vraiment supérieure du recueil est la partie où vous touchez à Notre Seigneur et à la Vierge9. Le beau vers que celui de cette branche de mai qui « Fut tressée en couronne et borna l’infini10 ». Votre Sonnet à la Vierge est très beau, avec cette idée du balcon sur lequel Elle passe11 – et Les Glaives de cire sont émouvants, vraiment éloquents et le dernier vers « Dieu nous aura jugés le temps qu’un cierge brûle12 » est simplement admirable.

15Aussi vous suis-je reconnaissant de m’avoir mis à même de savourer de vrais vers catholiques et je vous le dis, si vous le voulez bien, mon cher confrère, dans une bonne poignée de main.

16Bien à vous,

17G. Huÿsmans

18Alpha Ms. 1817. Enveloppe adressée à « Monsieur Adrien Mithouard / 44 boulevard des Invalides / E. V. ».

19Sur Les Impossibles Noces, Mercure de France, 1896.

20Paris, 26 avril 1896.

21Monsieur et cher confrère,

  • 13 Ce mariage est décrit dans le poème qui s’intitule, comme le recueil, Les Impossibles Noces (p. 7- (...)
  • 14 Les Impossibles Noces, p. 16.
  • 15 « Le prêtre descendit au devant des époux. // Sa tête, au fond du chœur, se nimbait des ors roux / (...)

22Je viens de lire Les Impossibles Noces. Vous jouez avec des sujets écrasants et vous trouvez heureusement des vers d’assez puissante envergure pour garder l’équilibre. Votre mariage dans une cathédrale, mangée d’extraordinaires vitres, me reste comme un souvenir d’âmes écartelées dans une flore de pierre et de verre, sombre et joyeuse, étrange13. Puis le vers sobre et pourtant bien rempli : « Toute souffrance est une joie à ménager14 ». Et la belle image de la rosace embrasée15 !

  • 16 « C’est de mes pères à mes fils / que mon sang implacable coule. / Je ne suis qu’un chaînon / unis (...)
  • 17 Dans La Conquête de l’aube (p. 57-98), un « cortège funèbre » (p. 60) s’embarque sur « un vaste va (...)

23Et vos Deux Foules sont prenantes, à un autre point de vue, par leur préoccupation et leur transe du pauvre arbre humain poussant entre le défunt et le futur, précédé de tant de branches de péchés dont on se sent responsable et suivi de tant de pousses de fautes dont la coulpe sera, sans doute, imputable. Le chaînon dont vous parlez est, en effet, singulièrement inquiétant et c’est vraiment nouveau et brave que d’avoir abordé la catégorie de ces noires pensées sur lesquelles nul n’ose s’appesantir16. Enfin, vous cinglez vers le terrible jour où pleurent les liturgies, vers le verset du Credo que proféra l’étonnant saint Jude et c’est plaisir que de vous voir sortir sans péril de ces hauts fonds où il semble que les mots ne puissent que balbutier dans ces grands pans d’ombre que sut découper Hugo ; et votre pêche retournée, dans les astres marins du firmament, la pièce qui commence par « Au mitan de l’azur17 » est vraiment belle.

24C’en est plus qu’il ne sied pour faire aimer ce prodigieux effort. Merci donc, et bien à vous, mon cher confrère,

25G. Huÿmans

26Alpha Ms. 1818. Enveloppe adressée à « Monsieur Adrien Mithouard / à la Librairie du Mercure de France / 15 rue de l’Échaudé St Germain / E. V. ».

*

27La lettre suivante figure dans un dossier consacré au peintre et graveur lyonnais Paul Borel (1839-1913), dont Huysmans fait l’éloge à la fin du chapitre XIII de La Cathédrale (cote du dossier : Ms 34, vol. 2, fol. 407-444).

28Adrien Mithouard à Huysmans

29[Paris, le] 28 juin [190]5.

30Cher Monsieur,

  • 18 Félix Thiollier (1842-1914) a consacré un ouvrage à Paul Borel, peintre et graveur lyonnais (Lyon, (...)

31M. Thiollier18 qui est un ami de feu Ravin et de Borel et qui est de passage à Paris ces jours-ci désirerait vous remettre des gravures de Borel dont il vient de surveiller le tirage. Nous irons donc vous voir demain matin jeudi vers 10 heures et demie. Je vous prie de m’excuser si je ne vous ai pas écrit plus à l’avance ; mais je suis pris par le prochain départ de M. Thiollier et si vous devez être absent, je vous prie de ne point déranger vos occupations pour nous.

32Veuillez agréer, cher Monsieur Huysmans, l’assurance de ma haute sympathie et de mes très dévoués sentiments.

33A. Mithouard
10, place Saint-François-Xavier.

  • 19 Adrien Mithouard est élu en 1898 au Conseil municipal de Paris, dont il devient le président le 20 (...)

34Ms Lambert 34, vol. 2, fol. 429. Lettre autographe sur papier à en-tête du Conseil municipal de la ville de Paris19. Enveloppe adressée à « Monsieur Huysmans / 31 Rue St Placide / Paris » (fol. 440, même en-tête).

Notes

1 « Quand la chair veut chanter sa chanson diabolique, / Heureux qui pour prier vers la lune s’enfuit, / Heureuse l’âme errante et bonne catholique : // Elle entendra sonner l’Angélus de Minuit. » (Jean de la Lune, p. 3-11, ici p. 11 ; derniers vers du poème.)

2 Les Funérailles paradoxales (p. 19-24).

3 Le Magnolier (p. 25-43) ; épigraphe : « J’ai soif. / Jésus ».

4 Le Corbeau du temps de Louis XIV (p. 57-71 ; citation de Laforgue en épigraphe).

5 Notre-Dame des Poètes (p. 45-55) ; épigraphe : « Je ne veux plus aimer que ma mère Marie ; / Tous les autres amours sont de commandement. / Verlaine ».

6 « Blanche et douce pour ceux-ci, / Tu gardes leur âme ainsi / Que l’ambre enclos en un vase. / Chantez dans vos palinods, / Poètelets virginaux, / Chantez la Vierge en extase ! » (Notre-Dame des Poètes, p. 50.)

7 « Mère, dont Jésus l’enfant, / Bleu de froid, tremblait au vent / Qui disperse la ramille, / Ô Dame des Sept-Douleurs, / Par le baptême des pleurs / Ils sont bien de ta famille ! » (Ibid., p. 51.)

8 Date du cachet postal.

9 Les poèmes Méditation sur la couronne d’épines, p. 59-60 ; La Communion de Jésus, p. 63-65 ; Sonnet à la Vierge, p. 79-80.

10 « Cette branche de Mai qui poussait pour un nid / Fut tressée en couronne et borna l’infini. » (Méditation sur la couronne d’épines, p. 60 ; derniers vers du poème.)

11 « Les tiges de blancheur découpent dans l’air noir / Un balcon sur lequel, très lente, elle vient voir / Les pauvres gens vêtus de lin vil et de serge. » (Sonnet à la Vierge, p. 79.)

12 Les Glaives de cire, p. 99-102, ici p. 102.

13 Ce mariage est décrit dans le poème qui s’intitule, comme le recueil, Les Impossibles Noces (p. 7-32). Il est précédé d’une description de l’intérieur de la cathédrale où il a lieu : dans « la forêt de pierre aux fantasques ramées » se créent des « farandoles de la pierre qui chavire » (p. 10).

14 Les Impossibles Noces, p. 16.

15 « Le prêtre descendit au devant des époux. // Sa tête, au fond du chœur, se nimbait des ors roux / De la rosace en fleurs de flamme de l’abside, / Roue où les rais épars d’un soleil translucide, / Tordant les sept clartés du prisme étincelant, / S’efforçaient à tourner vers l’impossible blanc. » (Ibid., p. 24-25.)

16 « C’est de mes pères à mes fils / que mon sang implacable coule. / Je ne suis qu’un chaînon / unissant la foule à la foule. » (Les Deux Foules, p. 33-55, ici p. 49.)

17 Dans La Conquête de l’aube (p. 57-98), un « cortège funèbre » (p. 60) s’embarque sur « un vaste vaisseau » (p. 61) dont Jésus « saisit le gouvernail (p. 79) et vogue « durant l’éternité » (p. 98). Dans la pièce « Au mitan de l’azur, ils carguèrent leurs toiles... » (p. 91-92), Jésus commande aux marins « de jeter leurs chaluts ». Ceux-ci pêchent « alors des astres chevelus », s’extasient, prononcent un hymne et le navire repart.

18 Félix Thiollier (1842-1914) a consacré un ouvrage à Paul Borel, peintre et graveur lyonnais (Lyon, Lardanchet, 1913).

19 Adrien Mithouard est élu en 1898 au Conseil municipal de Paris, dont il devient le président le 20 juin 1914.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540