Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondance et poésie

 | 
Jean-Marc Hovasse

Troisième partie. Confidences

Huysmans et la poésie religieuse

Philippe Barascud

Texte intégral

  • 1 Charles Morice, Paul Verlaine, Vanier, 1888, p. 43 ; Jules Lemaître, « M. Paul Verlaine et les poè (...)
  • 2 Préface aux Poésies religieuses de Verlaine, Messein, 1904, p. XXVII.

1Le grand critique d’art religieux que fut Huysmans ne commenta guère la poésie religieuse, celle de son époque et des siècles passés. Sa propre conversion n’a pas bouleversé ses goûts poétiques. Il lui demeure toujours impossible de ressentir la moindre émotion à la lecture de Lamartine, et reste l’un des grands contempteurs de la « vague religiosité romantique » dénoncée par Jules Lemaître ou « des rêveries vaguement mystiques, des poétiques religiosâtries » détestées par Charles Morice1. Dans la préface qu’il donne aux Poésies religieuses de Verlaine en 1904, Huysmans apprécie, « dans les écoles congréganistes et dans les séminaires », que de nombreux jeunes gens n’en soient plus, « pour étancher leur soif de poésie religieuse, à tourner le robinet des eaux tièdes de Lamartine ; j’en sais », ajoute-t-il, « qui lisent avec délices les œuvres mystiques de Verlaine2 ».

  • 3 Ibid., p. XI-XII. Sur les liens entre Verlaine et Huysmans, voir André Guyaux, « Huysmans et “le se (...)
  • 4 À rebours, présentation, notes, dossier, chronologie, bibliographie par Daniel Grojnowski [avec la (...)

2Ce qu’il écrit de Verlaine, dans cette préface, il pourrait l’appliquer à lui-même : « La personnalité de Verlaine était entière déjà dans ses premiers livres ; il l’a gardée intacte après sa conversion3. » Huysmans n’a pas, dans ses derniers romans, inventé une autre bibliothèque, après celle de Des Esseintes, où un héros se serait entouré de volumes de littérature religieuse en se délectant d’une poésie à la gloire de Dieu, et partage au fond l’avis du solitaire de Fontenay-aux-Roses : à l’exception de ceux retenus dans la courte liste du chapitre XIV d’À rebours, « des Esseintes n’était que bien faiblement attiré par les poètes4 ».

Un désintérêt pour la poésie religieuse ?

  • 5 À rebours, éd. cit., p. 71.

3On ne trouve aucune mention, ni dans l’œuvre, ni dans la correspondance, des noms des jeunes et talentueux versificateurs du renouveau catholique, Francis Jammes, par exemple, dont les vers paraissent à partir du début des années 1890, ou Claudel, qui a pourtant séjourné à Ligugé en 1900 au moment où Huysmans s’y trouvait. Verlaine, qui fait partie, à l’époque d’À rebours, des poètes encore marginaux qu’admire des Esseintes, est l’un des rares auteurs de poèmes religieux, contemporains de l’écrivain converti, dont le nom apparaisse dans un roman du cycle de Durtal. Sans doute, parce qu’il l’avait fait déjà dans À rebours, Huysmans ne souhaitait reproduire la scène d’un lecteur dégustant Sagesse ou d’autres poèmes religieux de l’antiquité, ceux de Commodien de Gaza, par exemple, le « seul poète chrétien » de la bibliothèque latine de Des Esseintes, et dont les « vers tendus, sombres, sentant le fauve, pleins de termes de langage usuel, de mots aux sens primitifs détournés » sont préférés par le personnage « même à ces véritables vers scandés, à cette langue tachetée et superbe que parlèrent Claudien, Rutilius et Ausone5 ».

  • 6 La Cathédrale, Stock, 1898, p. 253.
  • 7 Dans « Le lépreux », Bloy écrit au sujet de la « démarche inouïe de Verlaine » : « Songez qu’il ne (...)
  • 8 Préface aux Poésies religieuses de Verlaine, op. cit., p. VII.
  • 9 Ibid., p. VIII.
  • 10 Ibid, p. XII.

4Dans La Cathédrale, Huysmans glisse toutefois un commentaire sur le poète converti au sein d’un développement sur l’architecture religieuse, au moment où il évoque les statues des prophètes sculptées sur la façade de la cathédrale de Chartres, dont l’une, celle de saint Jude, attire, parce qu’elle ressemble à Verlaine, l’attention de Durtal. Le personnage compare le saint et le poète, qui « furent les malchanceux, l’un de la Sainteté et l’autre de la Poésie », après s’être dit que Verlaine est l’auteur des « seuls vers mystiques éclos depuis le Moyen Âge6 ». Cette idée, que l’on trouve déjà chez Bloy, dans Un brelan d’excommuniés7, n’est malheureusement pas développée, pas plus qu’elle ne l’est là où l’on s’y attendrait, dans la préface de Huysmans aux Poésies religieuses. L’intention du préfacier n’est pas, comme il le précise dès la première phrase, « de parler, au point de vue littéraire, de l’œuvre de Verlaine », le but étant de s’« occuper de Verlaine, au point de vue catholique8 » : il s’agit surtout d’« essayer de dissiper le malentendu qui existe entre lui et les fidèles restés défiants pour sa personne et pour ses livres, faire comprendre, si cela était possible, qu’il ne fut pas l’impénitent pécheur qu’ils présument », d’« affirmer enfin que l’Église a eu en lui le plus grand poète dont elle se puisse enorgueillir, depuis le Moyen Âge9 ». Nous n’apprendrons donc rien, ou presque, sur la place qu’occupe l’auteur de Sagesse dans une tradition poétique tournée vers le Ciel, celle-ci ayant, à en croire le préfacier, hiberné durant plusieurs siècles. Il a donc fallu, pour retrouver le goût de la poésie religieuse, attendre Verlaine, qui « a pu présenter ainsi à Celui qui pardonne un bouquet de fleurs mystiques d’un tel arôme qu’il faut, pour en découvrir un autre aussi délicieusement odorant, remonter au temps de François Villon et aussi de Gaston Phœbus10 ».

  • 11 La Cathédrale, op. cit., p. 302.
  • 12 Henri Bremond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France depuis la fin des guerres de r (...)

5Huysmans ne cite donc que deux auteurs de poèmes religieux dans sa préface, Villon, dont il faisait l’éloge dès son premier livre (« À maître François Villon » dans Le Drageoir aux épices), et Gaston Phœbus, auteur et comte du xive siècle, dont Durtal feuillette les Oraisons au chapitre XI de La Cathédrale, s’en prenant alors, en notant le contraste, à « la lourde phraséologie du dix-septième siècle11 ». L’abbé Bremond, dans son Histoire littéraire du sentiment religieux en France, accusait à ce propos l’auteur de mandarinat esthétique : Huysmans, écrit l’abbé, « ignore tout du xviie siècle [...], et il le maudit. [...] Si Pellisson au lieu d’écrire : Seigneur, avait écrit, Sire, on l’égalerait à Gaston Phœbus12 ». La condamnation de la langue de l’époque classique, qui permet de justifier le vide en matière de poésie religieuse, est générale et ne vise pas que la poésie. Dans une lettre à Cécile Bruyère datée du 11 juin 1897, Huysmans explique à l’abbesse de Solesmes que

  • 13 J.-K. Huysmans et Cécile Bruyère, abbesse de Sainte-Cécile de Solesmes, Correspondance 1896-1903, (...)

le style du xviie siècle, excellent en tant que langue oratoire, et très apte également à exprimer des idées purement abstraites, est absolument impuissant à rendre la vie ambiante de nos jours, à décrire les mille nuances compliquées de l’être moderne, à fixer l’âme d’un temps. Cette incompréhension a été la mort de l’art catholique qui n’existe, à l’heure actuelle, plus13.

Huysmans et les poètes religieux de son temps

6Si aucun lien n’est envisagé entre la poésie religieuse de Verlaine et celle, riche pourtant, de la période qui sépare Sagesse du Moyen Âge, aucune comparaison n’est faite non plus entre le poète converti et les poètes religieux de son temps, Verlaine s’inscrivant pourtant, comme Huysmans, dans une littérature catholique en plein renouveau. L’aveu par le romancier d’un désintérêt pour ce genre poétique, prouvé par un égrenage sévère, ferait même supposer que Huysmans, hormis Verlaine, ne lit pas cette poésie religieuse contemporaine. Or la correspondance de l’auteur démontre qu’il a non seulement lu des vers religieux écrits à son époque, mais que ceux-ci ne l’ont pas, comme on pourrait le croire, toujours rebuté.

  • 14 Lettre citée dans Georges Eekhoud, « Témoignages et souvenirs. Théodore Hannon (1851-1916) », Merc (...)

7Certes, Huysmans n’en est plus au temps où, à la fin des années 1870, il corrigeait un recueil qu’il a également préfacé, Rimes de joie de son ami belge Théodore Hannon, qui avouait plus tard dans une lettre à Georges Eekhoud : « Tu ne t’imagines pas comme Huysmans avait balafré de ratures mon infortuné manuscrit ; il m’a fallu piocher tout un an sur ces ratures trois fois renouvelées, mais au bout de veilles insensées et idiotes j’ai rafistolé le tout14. » On assiste, dans la correspondance échangée entre Hannon et Huysmans à cette époque – le poète belge envoyant régulièrement de nouveaux vers à son confrère français –, à la construction, à l’élaboration de Rimes de joie.

  • 15 Jean Dolone, « Chez M. Huysmans », La Presse, 22 décembre 1903 ; Interviews, textes réunis, présen (...)
  • 16 Édimbourg, Dominican Priory (archives) ; transcription par Pierre Lambert, bibliothèque de l’Arsen (...)

8Huysmans ne renouvellera pas son rôle d’assistant, de correcteur, de conseiller d’un poète, moins encore pour des vers religieux. Son jugement sur la production de son époque, en la matière, semble définitif. Voici ce que le romancier répond, à la fin de 1903, à un journaliste de La Presse qui l’interroge sur la préface aux Poésies religieuses : à part Verlaine, « on ne peut juger littéraires ces “salopailleries”, ces sous-cantiques, que l’on publie de nos jours comme poèmes religieux15 ». Huysmans utilise une formule presque identique lorsqu’il répond en 1904 à Marc- André Raffalovich, qui lui a adressé les poèmes d’un ancien amant devenu prêtre, John Gray : « Merci, cher Monsieur, de l’envoi des poésies que vous avez bien voulu me faire. Il est certain que cette tentative de l’abbé Gray est intéressante. Que n’en sommes-nous là, ici, en France, où la poésie religieuse ne se compose que de bas cantiques16 ! » Dans ses lettres écrites à la fin de l’année 1903, Huysmans répète ainsi, en informant ses correspondants de la publication prochaine de sa préface, la même idée d’un gouffre séparant Verlaine du Moyen Age et jette l’anathème sur les catholiques bornés qui méprisent le talent du poète converti. Il écrit à Léon Leclaire le 15 décembre 1903 :

  • 17 BnF, Manuscrits occidentaux, Nafr 12 426, fol. 427 (verso).

Je suis en train de faire un travail qui me plaît fort. Je fais un volume de toutes les poésies religieuses de Verlaine – Le plus bel eucologe de prières rimées qui aura paru depuis le Moyen Age – et je les précède d’une préface aux catholiques. Ils y auront quelques idées à rebrousse-poil, amusantes17 ;

9à Arij Prins, le 17 :

  • 18 Lettres inédites à Arij Prins. 1885-1907, publiées et annotées par Louis Gillet, Genève, Droz, 1977 (...)

j’ai réuni tous les poèmes religieux de Verlaine en un volume que je précède d’une assez copieuse préface, pour excuser autant que possible les vices du pauvre homme et apprendre aux catholiques qui ne s’en doutent même pas que ce livre est le plus beau livre de prières poétiques qui ait paru depuis le Moyen Age18 ;

10à Adolphe Berthet, dit Esquirol, le 30 :

  • 19 Bibliothèque de l’Arsenal, fonds Lambert, Ms 67, fol. 102 (transcription).

[je] prépare une édition, avec préface, des poésies religieuses de Verlaine.
J’essaie d’y défendre la vie du pauvre homme et d’expliquer qu’elle ne pouvait être autre. Il y aura, je crois, quelques idées sur le talent, fruit du péché, qui feront un brin gueuler les catholiques – mais il est juste, il est salutaire que de temps en temps, je les fasse braire19.

11Ces correspondants se doutaient donc qu’ils ne découvriraient pas, dans la préface, de réflexion de Huysmans sur l’évolution de la poésie religieuse jusqu’à Verlaine, et moins encore d’étude sur les poètes catholiques contemporains.

Huysmans et Adrien Mithouard, poète catholique

  • 20 Les textes des trois auteurs ont été réunis par André Suarès en 1922 (Société Gilles Corrozet, ill (...)

12Des recueils contenant des poèmes religieux, Huysmans en a pourtant lu. Un poète lui a envoyé les siens : Adrien Mithouard (1864-1929). Aujourd’hui tombé dans l’oubli, il a commencé sa carrière littéraire en publiant des recueils de poésie dominés par sa pensée religieuse, et il est notamment l’auteur, comme Huysmans et Alfred Delvau, d’un texte sur la Bièvre, paru en 1906 à la Bibliothèque de l’Occident : La Perdition de la Bièvre20. Élu en 1898 au Conseil municipal de Paris, dont il devient le président en 1914, il fonde avec Albert Chapon la revue L’Occident, qui attire de précieux collaborateurs tels que Vielé-Griffin, Claudel ou Jammes, des débutants tels que Jacques Rivière ou Alain-Fournier. Mithouard délaisse alors quelque peu la poésie pour se consacrer à une réflexion sur la civilisation occidentale.

13Dans son Anthologie de la renaissance catholique, Louis Chaigne écrit, au sujet de la poésie de Mithouard :

  • 21 Louis Chaigne, Anthologie de la renaissance catholique, Alsatia, t. I : « Les poètes », [1938], p. (...)

Ses vers, rares et quintessenciés, n’ont été goûtés que d’une élite entre les élites : ce sont, par excellence, des vers d’anthologie ; et en accueillant ici un poème de L’Iris exaspéré, nous voulons rendre hommage à un sentiment religieux très pur de même qu’à une des formes les plus curieuses de l’art poétique français qui se manifesta à la fin du siècle dernier21.

14Bien des qualités sont donc réunies pour séduire Huysmans, qui a toujours revendiqué l’élitisme en littérature. Quant au catholicisme de Mithouard, le poète l’exprime lui-même dans un autre poème de L’Iris exaspéré, La Relique :

Je vénère, étant catholique,
Le souffle d’air de mes poumons.
Je porte comme une relique
Un peu de la brise des monts.

Depuis l’heure où j’eus l’heur de naître,
J’en garde le dépôt sacré.
Il ne sortira de mon être
Qu’au temps où je trépasserai.

  • 22 L’Iris exaspéré, Lemerre, 1895, p. 19-20.

Et jeune à la vieille doctrine,
Simple aux enseignements reçus,
Je porte un peu dans ma poitrine
De l’air qu’a respiré Jésus22.

15Le nom de Mithouard n’apparaît nulle part sous la plume de Huysmans, ni dans l’œuvre, ni dans la correspondance échangée avec d’autres épistoliers. Il ne figure pas non plus dans l’index de La Vie de J.-K. Huysmans de Robert Baldick ou dans celui des Interviews de Huysmans. Outre une lettre de Mithouard à Huysmans – qui n’évoque pas de recueil poétique, mais les gravures d’un artiste pour lequel les deux hommes partagent une admiration commune, Paul Borel –, seules nous restent comme témoignage de leurs rapports trois lettres du romancier adressées au poète.

  • 23 « M. Huysmans, écrivain pieux » [1903], Promenades littéraires, Mercure de France, première série, (...)

16Ce sont chacune des réponses à l’envoi d’un recueil : Récital mystique, paru chez Lemerre en 1893 – le deuxième recueil de Mithouard, le premier s’intitulant Bigalume (Melet, 1888) –, L’Iris exaspéré, toujours chez Lemerre, en 1895, et Les Impossibles Noces, paru au Mercure de France en 1896. Les trois ouvrages paraissent et parviennent à Huysmans autour du récit de sa conversion décrite dans En route (1895), roman dans lequel Gourmont perçoit une « vague poésie religieuse », qu’il déplore d’ailleurs de ne pas retrouver dans les romans suivants, dans L’Oblat, par exemple, qu’il juge « vide à un degré inexprimable23 ».

  • 24 À Antonin Bunand, [1887] ; Jean-Marie Seillan, « Huysmans et la poésie : l’antimodernité d’un mode (...)
  • 25 À Albert Giraud, [2 novembre 1887] ; ibid, p. 120.
  • 26 À Louis-Pilate de Brinn’Gaubast, [après le 22 décembre 1888] ; ibid., p. 123.

17Les deux premières lettres de Huysmans à Mithouard débutent de la même façon, par une critique de la production poétique contemporaine. Outre la vacuité et le rabâchage dénoncés, il est fait un reproche général aux recueils de l’époque : celui d’être plongés dans l’obscurité ; non parce que la lumière, création divine, y serait absente, mais parce que le sens de cette poésie, religieuse ou non, serait de plus en plus pénible à saisir. En témoignent les lettres de remerciement adressées par Huysmans à divers poètes, au sujet d’œuvres où la dominante n’est pas forcément religieuse et à une époque où le futur oblat de Ligugé n’est pas converti. La réponse de l’auteur d’En rade à Antonin Bunand, après la réception de Plein-air en 1887, débute ainsi : « Vous avez vraiment un sens de la campagne et un vers net et éclatant pour la rendre, qui surprend par ces temps d’ânonnements obscurs et de vers si bien décortiqués qu’ils n’en sont plus24. » Lorsqu’il reçoit, la même année, Le Parnasse de la Jeune Belgique, que lui envoie Albert Giraud, Huysmans a « la joie de lire des vers qui sont des vers et non de la prose mal rythmée, débringuant de la filoselle obscure sur des idées occultes25 ». Même éloge l’année suivante pour les Vers insolents de Louis-Pilate de Brinn’Gaubast, dont Huysmans apprécie, « vraiment ! », le « vers net, de sombre éclat et pourtant très clair […] par ces temps de poésies oléagineuses, qui vous imprègnent la cervelle d’un sirop obscur26 ».

18Toujours dans ces deux premières lettres à Mithouard, Huysmans, alors qu’il souligne l’intérêt de poèmes par rapport à d’autres, choisit ceux où la foi catholique du poète est la plus humblement exprimée, et qui célèbrent le culte de la Vierge et du Christ. Soit que Mithouard donne le meilleur de lui-même comme poète lorsqu’il fait rimer sa foi, soit que Huysmans, alors en pleine conversion, est plus attiré par une poésie intime, pleine d’humilité face à la croix, à Jésus, à Marie. Cette opinion, qui infirme l’idée d’une allergie de l’écrivain à la poésie religieuse de son temps (excepté Verlaine), en rappelle une autre. Lorsqu’il répond à Léonce Depont qui lui envoie son recueil Sérénités, paru chez Lemerre en 1897, Huysmans écrit, après avoir révélé qu’il appréciait le poème Couchant mystique :

  • 27 À Léonce Depont, [vers juillet 1897] ; bibliothèque de l’Arsenal, fonds Lambert, Ms 46, fol. 138.

si j’avais une préférence à avouer, je vous dirais que la deuxième partie du livre, la partie tout à la fois liturgique et mystique, m’a plu davantage encore, car il y a sous l’armature niellée des vers une âme vibrante, douloureuse, qui vous requiert aussitôt par la force de la sincérité et le pouvoir d’évocation de vieux souvenirs qu’elle ranime27.

19Si, dans Récital mystique de Mithouard, l’auteur d’En route apprécie des pièces religieuses comme Jean de la Lune ou Le Magnolier, qui sont plutôt des paraboles, il réserve de la même façon un dernier paragraphe de sa lettre de remerciement pour avouer qu’il a aimé surtout Notre-Dame des Poètes, une ode à la Vierge et aux poètes qui la célèbrent dans leurs vers. Il n’est pas difficile de reconnaître lequel d’entre eux représente le mieux ceux qu’évoque cette strophe :

  • 28 Notre-Dame des Poètes, dans Récital mystique, Lemerre, 1893, p. 48.

Il en est qui vivent d’air,
Et qui se vêtent l’hiver
De lin que la bise agite,
Et qui n’ont, jusqu’à leur fin,
Jamais cessé d’avoir faim :
Quelques-uns n’ont pas de gîte28 !

  • 29 Ibid., p. 45.
  • 30 Ibid., p. 48.

20D’autant que deux vers de Sagesse sont mis en épigraphe, dans lesquels Verlaine en appelle à l’exclusivité du culte marial dans l’amour : « Je ne veux plus aimer que ma mère Marie ; / Tous les autres amours sont de commandement29. » Ces vers peuvent être considérés comme une réponse de Verlaine à la question posée à la Vierge dans le poème de Mithouard, au sujet des poètes français dont elle est la patronne : « Qui donc loueraient-ils en chœur / Sinon toi, qui sais par cœur / Tous les poètes de France30 ? » Huysmans retient dans ce poème deux strophes en particulier, qui sont deux apostrophes. L’une aux poètes, encouragés à célébrer comme Verlaine l’amour de la Sainte Vierge :

  • 31 Ibid., p. 50.

Blanche et douce pour ceux-ci,
Tu gardes leur âme ainsi
Que l’ambre enclos en un vase.
Chantez dans vos palinods,
Poètelets virginaux,
Chantez la Vierge en extase31 !

21L’autre, à la Vierge elle-même :

  • 32 Ibid, p. 51.

Mère, dont Jésus l’enfant,
Bleu de froid, tremblait au vent
Qui disperse la ramille,
Ô Dame des Sept-Douleurs,
Par le baptême des pleurs
Ils sont bien de ta famille32 !

  • 33 Méditation sur la couronne d’épines, dans L’Iris exaspéré, op. cit., p. 60.

22Dans sa lettre au sujet de L’Iris exaspéré, c’est d’emblée que Huysmans retient les poèmes où le culte de la Vierge et de Jésus est célébré : « la partie vraiment supérieure du recueil », écrit-il à Mithouard, « est la partie où vous touchez à Notre Seigneur et à la Vierge ». Il s’agit des poèmes La Communion de Jésus et Sonnet à la Vierge, auxquels on peut ajouter Méditation sur la couronne d’épines, dont Huysmans apprécie particulièrement les derniers vers : « Cette branche de Mai qui poussait pour un nid / Fut tressée en couronne et borna l’infini33. »

  • 34 La Conquête de l’aube, dans Les Impossibles Noces, Mercure de France, 1896, p. 60.

23Quant au troisième recueil, Les Impossibles Noces, la question d’une préférence selon la dominante religieuse ne se pose pas, puisque les trois grands poèmes qui composent le recueil, subdivisés en petites pièces, sont chacun des méditations où le Christ est omniprésent : dans le cœur des futurs mariés des Impossibles Noces, dans la méditation des Deux Foules sur le chaînon formé par la succession du fils au père, que Huysmans trouve « singulièrement inquiétant », et à bord du navire sur lequel s’embarque le « cortège funèbre34 » de La Conquête de l’aube, dont Jésus tient le gouvernail.

  • 35 Jean de la Lune, dans Récital mystique, op. cit., p. 6.
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid., p. 11.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid., p. 10.
  • 41 Ibid.

24En revanche, Huysmans se garde d’exprimer, dans les trois lettres, les quelques nuances qu’il adresse parfois aux auteurs dans ses lettres de remerciement. Jean de la Lune, l’histoire de ce « moine à genoux, blanc sur la terre brune35 », « chapelain des plaines de la lune36 », dont la « bure, à plis épais, de ses reins tombe droite37 », qui « formule en mots passionnés38 » une « oraison sidérale et débordante39 » alors qu’il sonne la cloche, a de quoi séduire le romancier qui effectuait, à l’époque de la parution du recueil, ses premières retraites à la trappe d’Igny. Néanmoins, si l’on considère que c’est par Récital mystique que Huysmans a découvert Mithouard, donc par Jean de la Lune qui ouvre le recueil, les premiers vers du poème auraient pu le faire aussitôt réagir. Il y est question d’hommes purs, protégés par une sorte de cuirasse morale où s’échouent les flèches du péché, auxquels est réservée une nécropole lumineuse, la lune ; soit l’opposé même des convertis Verlaine et Huysmans. Jean, contrairement à eux, est un être immaculé qui n’a qu’une vague idée du mal, qu’il connaît seulement par « ouï dire40 ». Et le poème de s’achever, quelques pages plus loin, par ce conseil pieux qu’on dirait adressé aux deux pécheurs convertis, qui longtemps se sont vautrés, eux, dans la fange des « nocturnes amours41 » ignorées par Jean :

  • 42 Ibid, p. 11.

Quand la chair veut chanter sa chanson diabolique,
Heureux qui pour prier vers la lune s’enfuit,
Heureuse l’âme errante et bonne catholique :
Elle entendra sonner l’Angélus de Minuit42.

  • 43 Ibid., p. 8.

25Huysmans trouve, dans sa lettre de remerciement, « Jean de la Lune et son angélus nocturne [...] exquis », non pas, sans doute, pour l’aspect sentencieux du poème, qui invite à se détourner du péché, qui place le catholique pur dans les cieux, dominant dans la lumière le pécheur incrédule à l’image de la lune qui, « De son éclat de nacre », « offusque l’athée43 », mais pour sa qualité esthétique, ses reflets, ses lueurs, pour ses « pâles clartés », sa « note fine de gris argent », conviant même un peintre, Whistler, pour la comparaison.

  • 44 Lettre reproduite en fac-similé dans Louis Chaigne, Anthologie de la renaissance catholique, op. c (...)

26Catholique ou profane, la poésie est, chez Huysmans, toujours appréhendée par l’œil de l’artiste. S’il trouve encore des peintres religieux dignes du talent de ceux du Moyen Age, tel que Paul Borel, Huysmans ne retient guère que Verlaine parmi les poètes religieux contemporains. Les recueils de Mithouard n’ont pas l’honneur de figurer parmi les œuvres citées dans les romans catholiques de Huysmans. Ceux d’un ami de l’auteur de L’Oblat, qu’il côtoya pourtant à Ligugé, Louis Le Cardonnel, poète religieux auteur de Carmina Sacra, religieux poète faisant partie de la communauté monastique de Saint-Martin, non plus. Si les envois de recueil par des confrères pour la plupart débutants permettent à Huysmans la lecture d’une partie de la production poétique religieuse, ce converti hostile aux catholiques de son temps ne devient pas plus amateur de poésie qu’il ne le fut dans la décennie qui précéda sa conversion. Il demeure fidèle dans ses goûts, intransigeant dans ses critiques. Les vers qu’on connaît de lui sont rares, et aucun n’exprime sa foi. Longtemps considéré comme un écrivain d’avant-garde, Huysmans n’a pas mesuré l’importance que prendrait la poésie religieuse au xxe siècle, et qui fera dire à Claudel, dans une lettre à Louis Chaigne du 6 mars 1938 : « on peut presque dire qu’il n’y a plus de poésie en France que la poésie chrétienne44 ».

Notes

1 Charles Morice, Paul Verlaine, Vanier, 1888, p. 43 ; Jules Lemaître, « M. Paul Verlaine et les poètes symbolistes et décadents », Revue bleue, 7 janvier 1888. J’emprunte ces citations à l’article d’Olivier Bivort, « Les registres de la religiosité », dans Spiritualité verlainienne [colloque de Metz, novembre 1996], Klincksieck, 1997, p. 101-112, ici p. 103-104.

2 Préface aux Poésies religieuses de Verlaine, Messein, 1904, p. XXVII.

3 Ibid., p. XI-XII. Sur les liens entre Verlaine et Huysmans, voir André Guyaux, « Huysmans et “le seul poète catholique” », dans Spiritualité verlainienne, op. cit., p. 191-215, et « À propos des lettres de Huysmans à Verlaine et sur Verlaine », dans Huysmans à côté et au-delà [colloque de Cerisy-la-Salle, juillet 1998], édité par Jean-Pierre Bertrand, Sylvie Duran et Françoise Grauby, Louvain, Peeters-Vrin, 2001, p. 233-244.

4 À rebours, présentation, notes, dossier, chronologie, bibliographie par Daniel Grojnowski [avec la collaboration de Benoîte de Montmorillon], Flammarion, coll. GF, 2004, p. 217.

5 À rebours, éd. cit., p. 71.

6 La Cathédrale, Stock, 1898, p. 253.

7 Dans « Le lépreux », Bloy écrit au sujet de la « démarche inouïe de Verlaine » : « Songez qu’il ne s’était rien vu de pareil depuis le Moyen Âge. Un grand poète qui ne chantait que pour Jésus-Christ, comme les saints inconnus par qui furent écrites les décourageantes hymnes de la liturgie ! » (Un brelan d’excommuniés, Savine, 1889, p. 108.)

8 Préface aux Poésies religieuses de Verlaine, op. cit., p. VII.

9 Ibid., p. VIII.

10 Ibid, p. XII.

11 La Cathédrale, op. cit., p. 302.

12 Henri Bremond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France depuis la fin des guerres de religion jusqu’à nos jours, Bloud et Gay, t. X, 1936, p. 264.

13 J.-K. Huysmans et Cécile Bruyère, abbesse de Sainte-Cécile de Solesmes, Correspondance 1896-1903, édition de Philippe Barascud, Éditions du Sandre, 2009, p. 52.

14 Lettre citée dans Georges Eekhoud, « Témoignages et souvenirs. Théodore Hannon (1851-1916) », Mercure de France, n° 524, 15 avril 1920, p. 398-414, ici p. 406.

15 Jean Dolone, « Chez M. Huysmans », La Presse, 22 décembre 1903 ; Interviews, textes réunis, présentés et annotés par Jean-Marie Seillan, Champion, coll. « Textes de littérature moderne et contemporaine », 2002, p. 403-407, ici p. 406.

16 Édimbourg, Dominican Priory (archives) ; transcription par Pierre Lambert, bibliothèque de l’Arsenal, fonds Lambert, Ms 51, fol. 255.

17 BnF, Manuscrits occidentaux, Nafr 12 426, fol. 427 (verso).

18 Lettres inédites à Arij Prins. 1885-1907, publiées et annotées par Louis Gillet, Genève, Droz, 1977, p. 379.

19 Bibliothèque de l’Arsenal, fonds Lambert, Ms 67, fol. 102 (transcription).

20 Les textes des trois auteurs ont été réunis par André Suarès en 1922 (Société Gilles Corrozet, illustrations par Alfred Latour). Mithouard a également commenté la poésie de Verlaine dans « Verlaine ou le scrupule de la beauté » (Le Tourment de l’unité, Société du Mercure de France, 1901, p. 205-226).

21 Louis Chaigne, Anthologie de la renaissance catholique, Alsatia, t. I : « Les poètes », [1938], p. 181. Le poème édité est Méditation sur la couronne d’épines.

22 L’Iris exaspéré, Lemerre, 1895, p. 19-20.

23 « M. Huysmans, écrivain pieux » [1903], Promenades littéraires, Mercure de France, première série, 1929, p. 24-40, ici p. 39.

24 À Antonin Bunand, [1887] ; Jean-Marie Seillan, « Huysmans et la poésie : l’antimodernité d’un moderne », suivi de « Vingt-quatre lettres sur la poésie », dans J.-K. Huysmans : la modernité d’un antimoderne [colloque de Naples, 7-8 mai 2001], édité par Valeria De Gregorio Cirillo et Mario Petrone, avant-propos d’André Guyaux, Naples, L’Orientale Editrice, 2003, p. 118.

25 À Albert Giraud, [2 novembre 1887] ; ibid, p. 120.

26 À Louis-Pilate de Brinn’Gaubast, [après le 22 décembre 1888] ; ibid., p. 123.

27 À Léonce Depont, [vers juillet 1897] ; bibliothèque de l’Arsenal, fonds Lambert, Ms 46, fol. 138.

28 Notre-Dame des Poètes, dans Récital mystique, Lemerre, 1893, p. 48.

29 Ibid., p. 45.

30 Ibid., p. 48.

31 Ibid., p. 50.

32 Ibid, p. 51.

33 Méditation sur la couronne d’épines, dans L’Iris exaspéré, op. cit., p. 60.

34 La Conquête de l’aube, dans Les Impossibles Noces, Mercure de France, 1896, p. 60.

35 Jean de la Lune, dans Récital mystique, op. cit., p. 6.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Ibid., p. 11.

39 Ibid.

40 Ibid., p. 10.

41 Ibid.

42 Ibid, p. 11.

43 Ibid., p. 8.

44 Lettre reproduite en fac-similé dans Louis Chaigne, Anthologie de la renaissance catholique, op. cit., p. 5-8, ici p. 7.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540