Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondance et poésie

 | 
Jean-Marc Hovasse

Troisième partie. Confidences

Déboires d’éditeurs

Michael Pakenham

Texte intégral

1Les éditeurs n’ont pas toujours bonne presse, surtout auprès de leurs auteurs, fussent-ils poètes. La correspondance permet de suivre leurs démêlés souvent épiques, et de répartir plus équitablement les responsabilités. Richard Lesclide, Léon Vanier et Albert Savine, trois éditeurs confrontés à des auteurs bien vivants – à l’exception d’Edgar Poe –, en offrent trois illustrations emblématiques, autour de Mallarmé traducteur, des Dixains réalistes collectifs et de Verlaine poète.

Le Corbeau

2Richard Lesclide est l’éditeur, d’origine bordelaise, qui inaugura le livre d’artiste en 1874 avec Le Fleuve de Charles Cros, illustré par Manet, suivi un an après par Le Corbeau d’Edgar Poe, traduit par Mallarmé et illustré également par Manet. Pour ce dernier ouvrage – un très grand in-folio – traducteur et artiste, à tour de rôle, exprimèrent des souhaits ou soulevèrent des objections qui finirent par exaspérer l’éditeur.

  • 1 Lettre du 24 avril 1875 ; Edgar Poe, Le Corbeau, traduction de Stéphane Mallarmé, illustré par Edo (...)

3Alphonse Lemerre, l’éditeur des Parnassiens, d’abord pressenti, avait insulté Mallarmé à propos de sa traduction et avait grossièrement refusé les dessins de Manet. Rien de tel avec Lesclide, qui informa sa femme en avril 1875 qu’il allait « décidément publier Le Corbeau de Mallarmé dans de très bonnes conditions1 » et qu’il espérait y gagner de l’argent. Le lendemain, Paris à l’Eau-forte annonça le projet, dont il fournit une description détaillée le 16 mai. L’achevé d’imprimer d’Alcan-Lévy est daté du 20 mai. Deux jours après, Lesclide faisait part à Manet de son mécontentement :

  • 2 Lettre du 22 mai 1875 ; ibid., p. 19.

Stéphane Mallarmé et notre imprimeur, que j’ai eu le tort de mettre en rapport direct, n’arrivent à rien, – et je me demande si nous aurons notre texte la semaine prochaine. [...] Notre annonce parait aujourd’hui dans la Bibliographie de la France. – Mais nous, quand paraîtrons-nous2 ?

4Il fut ensuite obligé de soulever un autre problème auprès de Lefman, l’imprimeur des lithographies :

  • 3 Lettre du 24 mai 1875 ; ibid., p. 21-22.

J’éprouve une vive contrariété. Manet refuse le tirage d’une de ses planches, dont je vous envoie un exemplaire.
Il parait que, non seulement on a gâché le dessin, mais qu’on l’a probablement arrangé.
C’est une perte de papier et de travail pour laquelle je vous engage à vous entendre avec Manet, car il serait énorme de me la faire supporter3.

5Le 27 mai, il écrivit à son « cher poète » Mallarmé :

  • 4 Lettre du 27 mai 1875 ; ibid., p. 25.

Cela me démoralise.
Je suis en butte aux reproches et aux injures d’un tas de libraires qui se lassent évidemment de nos retards perpétuels.
Je crois notre affaire sérieusement compromise, et je vous le dis, car dans ces affaires de publications artistiques, il est indispensable d’être exact, – même avant d’avoir du génie4.

  • 5 Lettre du 28 mai 1875 ; ibid., p. 27.
  • 6 Ibid., p. 28-29.
  • 7 Lettre du 31 mai 1875 ; ibid., p. 30-31.

6Le lendemain, une nouvelle lettre à Mallarmé l’informait d’un déficit s’élevant à 450 francs. Ce jour-là, Lesclide avertissait aussi Lefman que Manet avait changé d’idée et entendait désormais « tirer ses dessins sur papier de Hollande5 ». À Mallarmé qui proposait d’augmenter le tirage de l’édition et son prix public déjà fixé à 25 francs, de faire imprimer de grandes affiches et de tirer un exemplaire unique du livre sur Japon pour Victor Hugo, Lesclide opposa une fin de non recevoir. Il n’avait foi que dans la publicité faite dans la Bibliographie de la France et dans la valeur des comptes rendus. Pour couronner le tout, Lefman, l’imprimeur des illustrations, avait augmenté « son prix de tirage de vingt à trente francs le cent6 ! » Le 31 mai, l’éditeur le pria, selon le désir de Manet, de faire aussi un tirage sur Chine de « La Croisée ». En même temps, il lui envoyait le total des faux frais s’élevant à 550 francs, dont 22,50 pour une nouvelle annonce dans la Bibliographie de la France7. Le dépôt légal eut lieu le 1er juin.

  • 8 Lettre du 6 juin 1875 ; ibid., p. 37.
  • 9 Lettre du 19 juin 1875 ; ibid., p. 45.
  • 10 Voir ibid., p. 49.
  • 11 Lettre du 9 septembre 1875 ; ibid., p. 65.

7En expédiant dix exemplaires à Londres, Lesclide s’excusa auprès de son correspondant Delâtre de n’avoir pas répondu plus tôt à sa lettre du 25 mai : « je n’ai pu faire autrement, car notre édition du Corbeau, au moment de paraître, a été entravée par mille contrariétés8. » Le 19 juin, il confiait à Mallarmé : « La déveine continue, – les Journées s’écoulent, et l’on ne voit arriver ni Libraire, ni amateur9. » Les choses semblent s’être arrangées le 7 juillet, date à laquelle Swinburne envoie des remerciements enthousiastes à Mallarmé10. Une autre lettre écrite le 25 août de New York par Widdleton, éditeur et propriétaire des œuvres de Poe, demande à combien reviendrait une édition de 500 à 1 000 exemplaires. Apprenant cette nouvelle à Mallarmé, Manet lui confie ses autres projets : « Nous allons faire paraître cette année La Cité en la mer, l’année prochaine un autre poëme ; cet éditeur américain peut être une poule aux œufs d’or11... » Lesclide ne tarda pas à annoncer à Mallarmé qu’un autre Américain se mettait aussi sur les rangs :

  • 12 Voir Rodolphe Trouilleux, « Un libraire estimé de Concourt », Cahiers Edmond et Jules de Concourt, (...)
  • 13 Lettre du 16 septembre 1875 ; Edgar Poe, Le Corbeau, éd. cit., p. 67.

Quelques jours après Widdleton, MM. Damascène Morgan12 – le beau nom ! – sont venus me remarchander une édition du Corbeau pour l’Amérique.
Manet ne connaît pas encore cette seconde visite couronnée par l’achat de six Exempl. Franco.
Je n’avais jamais vu tant d’argent !
Dans tout cela, il n’y a encore que des espoirs, mais, fort agréables13.

8Deux mois plus tard, ils étaient tous tombés à l’eau. Mallarmé n’en espérait pas moins recevoir une petite gratification, mais son éditeur la lui refusa, aussi poliment que fermement :

  • 14 Lettre du 10 novembre 1875 ; ibid., p. 72.

Je vous serai obligé de laisser passer la fin de l’année pour régler cela.
– J’ai encore Lefman à payer, et le déficit inattendu qui résulte de cette affaire, et qui dépassera mille francs pour moi me gêne un peu dans un moment où nous ne faisons rien14.

  • 15 Voir ibid., p. 73-78.
  • 16 Lettre du 3 novembre 1876 ; ibid., p. 79.

9Dans le courant de l’année 1876, un de ses principaux soucis fut d’envoyer un exemplaire du Corbeau à l’ancienne fiancée de Poe15. À la fin de l’année, il proposa à Mallarmé, sans succès, un arrangement pour liquider les invendus16.

  • 17 « [...] one or the most remarkable younger poets and one or the most powerful leading painters in (...)
  • 18 Lettre du 27 février 1878 ; ibid., p. 87.

10En avril 1877, Mallarmé reçut de Boston un exemplaire d’Edgar Allan Poe, A Memorial Volume, dans lequel Swinburne faisait l’éloge du travail « d’un des plus remarquables poètes de sa génération et d’un des peintres les plus en vue en France, M. Mallarmé et M. Manet17 ». Les choses se gâtèrent véritablement entre le poète et l’éditeur en février de l’année suivante. Mallarmé ayant formulé certaines prétentions au sujet du Corbeau, il reçut la réponse suivante : « Je ne veux vendre ni céder à aucun prix mon reste d’édition18. » Le 9 mars, l’éditeur accepte le procès dont Mallarmé le menace :

  • 19 Lettre du 9 mars 1878 ; ibid., p. 88.

Puisque vous faites valoir des motifs de sympathie dans une lettre dont quelques mots sont fâcheux, suspendons toute correspondance à ce sujet. – Que la justice décide.
Vous me parlez un peu cruellement de la gêne qui m’a décidé à renoncer à la Librairie. Elle ne m’a pas empêché de tenir mes engagements, et je mets ce reproche sur votre conscience19.

  • 20 Lettre du 22 novembre 1878 ; ibid., p. 89-90.
  • 21 Lettre du 17 octobre 1879 ; ibid., p. 93.

11Il n’empêche qu’en novembre, Lesclide, aux abois, propose une dernière fois le reliquat à Mallarmé. Dans une lettre dont le ton est de nouveau amical, Mallarmé se voit obligé de refuser, faute de « quelques sols » – il serait tout au plus preneur d’une quinzaine d’exemplaires « intacts et complets » à offrir20. L’année suivante, Lesclide ne manquera pas d’envoyer ses condoléances au père éprouvé d’Anatole Mallarmé21. En 1886 enfin, sur la quatrième de couverture des Hantises d’Édouard Dujardin, cette annonce apparaît : « Le reliquat du Corbeau en vente chez Vanier, 25 fr. »

Dixains réalistes

  • 22 Voir Henri Mondor, L’Affaire du Parnasse, éditions Fragrance, 1951.

12Les Dixains réalistes est un recueil collectif publié par Lesclide dans une petite édition à la Librairie de l’Eau-forte en 1876, dont le tirage se déclinait ainsi : 25 exemplaires sur Chine avec frontispice ; 125 sur papier teinté. Le projet avait été conçu comme une réplique au refus des vers envoyés par Charles Cros et Nina de Villard pour la troisième série du Parnasse contemporain. Théodore de Banville, François Coppée et surtout Anatole France s’étaient illustrés en rejetant non seulement leurs deux envois, mais aussi beaucoup d’autres, parmi lesquels ceux de Mallarmé et de Verlaine22.

  • 23 Lettre du 7 [ou 8 ?] juillet 1875 ; Paul Verlaine, Correspondance générale, édition établie et ann (...)
  • 24 Lettre du 20 septembre 1875 ; ibid., p. 432.

13Au début de juillet 1875, Verlaine avait envoyé des vers à Emile Blémont pour qu’il les remette à Lemerre : « il me semble », lui avait-il écrit, « qu’au nom même de la symétrie, mon nom manquant dans un 3e Parnasse serait une espèce de faute typographique23 ». Le 20 septembre, il avait ajouté : « Merci des bons efforts en faveur des mauvais vers24. » Le mois suivant enfin, il lui avait avoué être peu surpris d’avoir été recalé. Le 7 novembre, Paris à l’Eau-forte faisait allusion à « une édition de combat » en préparation qui ne laissait pas le moindre doute sur son intention.

  • 25 Lettre du 17 juin 1876 ; Dixains réalistes par Charles Cros, Germain Nouveau, Nina de Villard, etc (...)
  • 26 Ibid. p. 65.
  • 27 Voir Paul Verlaine, op. cit., p. 477.

14En janvier 1876, Lesclide est en possession des dixains, dont quelques-uns l’épouvantent – impossible pour lui de publier de telles licences. Qui plus est, Cros lui avait parlé de 500 exemplaires. Troublé, Lesclide en propose 250, puis finit par estimer, après réflexion, que cent exemplaires suffiraient à la vente25. Le 23 janvier, « une édition pharamineuse de DIXAINS RÉALISTES, dus à des plumes de différents sexes » est officiellement annoncée26. Germain Nouveau révèle au même moment à Verlaine le titre projeté : Le Montparnasse contemporain27. Les choses vont s’envenimer rapidement.

  • 28 Lettre de Valade à Émile Blémont, 8 février 1876 ; Médiathèque de Bordeaux, Ms. 1786.

15Anatole France et Frédéric Plessis, parfaitement au courant des envois, en profitent pour publier un article hostile à certains de leurs confrères dans Le Siècle littéraire du 1er février. Valade apprend à Émile Blémont que ces « figures du Parnasse contemporain » n’ont point plu à tout le monde, que le projet tient plus que jamais « depuis le factum France et consorts », et qu’il convient de faire preuve d’« une discrétion de tombeau28 ». Une chose est certaine : Lesclide, en acceptant ce travail fait par huit auteurs – Charles Cros, Nina de Villard, Germain Nouveau, Maurice Rollinat, Charles Frémine, Hector l’Étraz (pseudonyme de Gustave Rivet), Antoine Cros et Jean Richepin – ne savait pas ce qui l’attendait. Il souleva un premier problème dans une lettre du 14 mars 1876 à Charles Cros :

  • 29 Lettre du 14 mars 1876 ; Dixains réalistes, éd. cit., p. 67.

Jeune et cher Poète, tu vois dans quel pétrin tu t’es fourré, en ne suivant pas aveuglément mes conseils.
Je te priais de paginer et de mettre en place les Dizains avant leur impression.
Tu n’en as rien fait. – Très bien.
Je t’envoie les Épreuves de 26 Dizains par lesquels nous sommes forcés de commencer votre plaquette, – l’imprimeur n’ayant plus d’italiques.
L’Italique est un caractère rare et exceptionnel.
J’avais donc raison en te poussant à une ordonnance générale qui nous eût été connue.
Enfin, prends note de la nécessité actuelle. Corrige – pagine – numérote – et rapporte- moi tout cela le plus tôt possible, je t’en prie.
Tout à toi29.

  • 30 Lettre du 5 avril 1876 ; ibid.
  • 31 Lettre du 11 avril 1876 ; ibid., p. 68.
  • 32 « Marchand de verres pour éclipse » est « un euphémisme du langage populaire pour désigner les sou (...)
  • 33 Voir Dixains réalistes, éd. cit., p. 70-73.

16Le mois suivant, il reconnaît déjà que ces dixains « sont un des traquenards les plus sombres où l’on ait jamais pris un éditeur30 ». Le frontispice qu’il lui envoie le 11 avril, « Eau-forte insensée, énigmatique, incohérente, indescriptible31 », ne convient pas à son destinataire, qui décide d’illustrer plutôt la fin du deuxième dixain avec une estampe intitulée Le Noircisseur de verres pour éclipse32. Au mois de mai, Lesclide échange une correspondance suivie avec son imprimeur, Cochet, car il n’arrive jamais à obtenir le bon nombre de dixains (cinquante)33. Le bilan de toutes ces affres figure dans Paris à l’Eau-forte le 4 juin :

[...] il y des déveines, des malchances, des guignons. Jamais impression n’a rencontré plus d’obstacles & de difficultés. L’auteur en premier lieu, l’imprimeur ensuite ; tous ceux qui ont contribué, à un titre quelconque, à la fabrication de ce volume, semblent l’avoir pris en grippe & s’être mis en travers de sa route. La copie se perd, les épreuves s’égarent, les caractères manquent ; toutes les fatalités semblent conjurées contre cette brochure ; – mais nous lui restons, – et c’est assez. Elle devait enfin paraître cette semaine : espérons que nous ne l’attendrons pas plus de quinze jours.

17Il fallut bien entendu patienter davantage. Le 9 juillet, Jean Prouvaire (alias Catulle Mendès) en fit un compte rendu dans La République des lettres, dans lequel il décernait à Mme Nina de Villard la palme de la meilleure parodie du dixain cher à François Coppée. L’année suivante, Lesclide déposa son bilan.

Verlaine entre Savine et Vanier

  • 34 Paul Verlaine, op. cit., p. 212.

18Verlaine eut plusieurs éditeurs, à commencer par Poulet-Malassis. Tout se passa bien avec ce dernier, sinon que l’édition des Amies imprimée en Belgique fut saisie à la frontière française. Les relations de Verlaine avec Alphonse Lemerre furent très amicales. En demandant à l’éditeur du passage Choiseul, au lendemain de l’année terrible, s’il serait intéressé par un nouveau recueil, le poète reçut cet excellent conseil : « Supprimez deux choses de votre existence ; la Politique & la Jalousie34. » L’édition de Sagesse chez Victor Palmé fut une expérience malheureuse – l’auteur paya l’impression d’un recueil qui ne fut pas lancé. Il supporta aussi les frais pour Jadis et Naguère chez Vanier, qui connaissait heureusement son métier, et qui allait devenir un véritable soutien pendant les années suivantes. L’ajout de « Chasteté », poème destiné à Bonheur, dans certains exemplaires de Parallèlement, provoqua la colère de Verlaine, qui reçut en retour ces paroles conciliantes, mais sans effet, de Vanier :

  • 35 Lettre du 26 juin 1889 ; Paul Verlaine, Œuvres poétiques complètes, éd. Le Dantec, Gallimard, coll (...)

Si vous vous refusez formellement à l’innocente intercalation de Chasteté qui m’avait semblé amusante et même utile, j’y renoncerai volontiers à l’avenir ne voulant pas vous être désagréable en quoi que ce soit35.

  • 36 Lettre du [28 décembre 1888] de Barrès à Verlaine citée par Georges Zayed, Lettres inédites de Ver (...)

19Verlaine avait en effet interdit cette manipulation, Bonheur n’appartenant pas à Vanier. En vérité, il estimait ses contrats inappropriés à sa gloire et à sa bourse, et avait pris la décision de rompre avec lui – ce qu’il fit en juin 1889. En mai, le poète démuni avait touché cent francs d’Albert Savine sur ses droits d’auteur ; le nouveau contrat ne sera signé qu’en septembre. Illustration de sa duplicité, il demanda en décembre l’avis de Barrès en tant qu’avocat. Ce dernier, quitte à lui déplaire, l’engagea à rester avec Vanier : « S’il a ses défauts, il est probable que d’autres ont des vices36. »

  • 37 Lettre du 4 juillet 1889 ; ibid., p. 152.

20Un autre exemple des manœuvres de Verlaine apparaît dans une lettre à Cazals de juillet 1889. Alors qu’il était entendu depuis un an que Vanier allait éditer Dédicaces, il évoque soudain l’idée d’un retour au passage Choiseul : « Peut-être irai-je chez Lemerre lui vendre Amis ou Dédicaces (j’hésite entre les 2 titres), car il faut de l’argent37 ! »

  • 38 Lettre au docteur Louis Jullien, un dimanche de novembre 1889 ; Paul Verlaine, Correspondance, éd. (...)

21Finalement, pris de dégoût pour cette corporation (« vol est le mot avec les éditeurs »), Verlaine décida de s’autoéditer – mais où trouver les fonds38 ? En Belgique, il traita malheureusement sans succès avec Deman ; Kistemaeckers accepta Femmes sous le manteau mais refusa Hombres ; Léon Deschamps fit, par souscription, une édition de Dédicaces ; Signoret fit de même avec Liturgies intimes. Il ne connut aucun déboire non plus avec son dernier livre, Confessions.

  • 39 LIM Antiqua, Lucca, catalogp 55, 2009, référence très aimablement communiquée par Olivier Bivort.

22Après dix-huit mois de bouderie, Verlaine se réconcilia avec Vanier. Il lutta pour reconstituer Bonheur qu’il voulait lui confier, mais dont il lui manquait quelques pièces, le manuscrit étant toujours entre les mains de Savine. Il en fut de même pour ses Histoires comme ça, que Savine ne s’était pas empressé de publier et que Verlaine voulait copier afin de les recaser dans des journaux payants. Le 23 septembre 1892, il écrivit de nouveau à Savine pour en finir avec lui. Ses deux livres, Histoires comme ça et Dédicaces, n’étant toujours pas publiés, il lui conseilla de se mettre en rapport avec Vanier qu’il savait disposé à prendre la cession de Dédicaces dans de bonnes conditions. Il ajouta : « Quant à Histoires comme ça je crois que plus tôt publiées, mieux ça vaudra pour la vente. » Il osa même lui proposer : « Voulez-vous un second volume en prose ? Je l’ai. [...] vous voyez que je fais tout pour le bon accord définitif et j’attends votre réponse le plus tôt possible39. » Mais Savine ne fut pas dupe de cette hypocrisie :

  • 40 Lettre du 29 septembre 1892 ; extrait de catalogue non annoté.

M. Paul Verlaine,
Je réponds à mon retour à Paris à votre étonnante lettre du 23 courant.
Vous n’ignorez pas qu’après avoir traité pour votre recueil Bonheur, j’ai eu la stupéfaction de le voir paraître, quoique payé, chez un confrère.
J’attends depuis vos explications40.

23Il les attendit sans aucun doute longtemps. Pour les éditeurs un peu audacieux, il faut bien reconnaître que les poètes n’ont pas toujours été des interlocuteurs idéaux.

Notes

1 Lettre du 24 avril 1875 ; Edgar Poe, Le Corbeau, traduction de Stéphane Mallarmé, illustré par Edouard Manet, dossier réalisé par Michael Pakenham, Séguier, 1994, p. 14.

2 Lettre du 22 mai 1875 ; ibid., p. 19.

3 Lettre du 24 mai 1875 ; ibid., p. 21-22.

4 Lettre du 27 mai 1875 ; ibid., p. 25.

5 Lettre du 28 mai 1875 ; ibid., p. 27.

6 Ibid., p. 28-29.

7 Lettre du 31 mai 1875 ; ibid., p. 30-31.

8 Lettre du 6 juin 1875 ; ibid., p. 37.

9 Lettre du 19 juin 1875 ; ibid., p. 45.

10 Voir ibid., p. 49.

11 Lettre du 9 septembre 1875 ; ibid., p. 65.

12 Voir Rodolphe Trouilleux, « Un libraire estimé de Concourt », Cahiers Edmond et Jules de Concourt, no 7, 1999-2000, p. 208-213.

13 Lettre du 16 septembre 1875 ; Edgar Poe, Le Corbeau, éd. cit., p. 67.

14 Lettre du 10 novembre 1875 ; ibid., p. 72.

15 Voir ibid., p. 73-78.

16 Lettre du 3 novembre 1876 ; ibid., p. 79.

17 « [...] one or the most remarkable younger poets and one or the most powerful leading painters in France M. Mallarmé and M. Manet ».

18 Lettre du 27 février 1878 ; ibid., p. 87.

19 Lettre du 9 mars 1878 ; ibid., p. 88.

20 Lettre du 22 novembre 1878 ; ibid., p. 89-90.

21 Lettre du 17 octobre 1879 ; ibid., p. 93.

22 Voir Henri Mondor, L’Affaire du Parnasse, éditions Fragrance, 1951.

23 Lettre du 7 [ou 8 ?] juillet 1875 ; Paul Verlaine, Correspondance générale, édition établie et annotée par Michael Pakenham, Fayard, t. I (1857-1885), 2005, p. 412.

24 Lettre du 20 septembre 1875 ; ibid., p. 432.

25 Lettre du 17 juin 1876 ; Dixains réalistes par Charles Cros, Germain Nouveau, Nina de Villard, etc., postface de Michael Pakenham comprenant la correspondance inédite de Richard Lesclide avec Charles Cros et l’imprimeur Cochet, éditions des Cendres, 2000, p. 64.

26 Ibid. p. 65.

27 Voir Paul Verlaine, op. cit., p. 477.

28 Lettre de Valade à Émile Blémont, 8 février 1876 ; Médiathèque de Bordeaux, Ms. 1786.

29 Lettre du 14 mars 1876 ; Dixains réalistes, éd. cit., p. 67.

30 Lettre du 5 avril 1876 ; ibid.

31 Lettre du 11 avril 1876 ; ibid., p. 68.

32 « Marchand de verres pour éclipse » est « un euphémisme du langage populaire pour désigner les souteneurs ou les mauvais garçons, dont un des endroits de rendez-vous était les carrières de Montmartre » (Charles Cros, Œuvres complètes, édition établie par Louis Forestier et Pierre-Olivier Walzer, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1970, p. 1131 note 2). Cette estampe, qui semble porter la signature « Christoral », a longtemps été attribuée à Charles Cros, mais le catalogue 1999-2000 de la librairie Jean-Claude Vrain apporte la preuve qu’elle est de son frère Henri.

33 Voir Dixains réalistes, éd. cit., p. 70-73.

34 Paul Verlaine, op. cit., p. 212.

35 Lettre du 26 juin 1889 ; Paul Verlaine, Œuvres poétiques complètes, éd. Le Dantec, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1948, p. 1109.

36 Lettre du [28 décembre 1888] de Barrès à Verlaine citée par Georges Zayed, Lettres inédites de Verlaine à Cazals, Genève, E. Droz, 1957, p. 293.

37 Lettre du 4 juillet 1889 ; ibid., p. 152.

38 Lettre au docteur Louis Jullien, un dimanche de novembre 1889 ; Paul Verlaine, Correspondance, éd. Ad. Van Bever, Messein, t. III, 1929, p. 175.

39 LIM Antiqua, Lucca, catalogp 55, 2009, référence très aimablement communiquée par Olivier Bivort.

40 Lettre du 29 septembre 1892 ; extrait de catalogue non annoté.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540