Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondance et poésie

 | 
Jean-Marc Hovasse

Deuxième partie. Jeux de société ?

L’envoi au poète

Édouard Graham

Texte intégral

1La deuxième partie du xixe siècle français voit proliférer les publications d’auteurs consacrés ou débutants et se développer la pratique du service de presse. Dans ce contexte, le don d’exemplaires d’œuvres imprimées agrémentés d’une dédicace manuscrite de l’auteur – l’envoi – prend valeur de système tactique. Il tisse des liens de cadet à aîné ; il permet aussi d’entretenir ou de renforcer les relations entre des auteurs à la réputation établie. Le phénomène s’observe dans les domaines de la prose (en particulier le roman) comme de la poésie. C’est ici les envois adressés par des écrivains – poètes ou prosateurs – à des poètes qui seront pris en considération.

  • 1 Gérard Genette, Seuils, Le Seuil, coll. « Poétique », 1987, p. 127-133.
  • 2 Jean-Benoît Puech et Jacky Couratier, « Dédicaces exemplaires », Poétique, n° 69, février 1987, p. (...)
  • 3 Jean Viardot, « L’envoi d’auteur, dédicace d’exemplaire », Bulletin du bibliophile, 2002, 2, p. 32 (...)
  • 4 Gérard Farasse (éd.), Envois & Dédicaces, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion (...)

2Depuis une vingtaine d’années, les envois font l’objet d’une attention soutenue, tant de la part des universitaires que des bibliophiles. Gérard Genette a identifié leur fonction de paratexte dans Seuils1. Jean-Benoît Puech et Jacky Couratier en ont défini les règles de communication et analysé les formes et les contenus dans un article fondateur2. Jean Viardot s’est lui aussi intéressé au texte des envois3. En 2008 s’est tenu à l’université du Littoral-Côte d’Opale un colloque exclusivement consacré à la dédicace, sous la direction de Gérard Farasse4. Ce colloque suivait de peu l’inauguration de l’exposition Passages d’encre à la Fondation Bodmer près de Genève, qui présentait de nombreuses transmissions manuscrites (envois et lettres) entre auteurs, de 1850 à 1900. Ces pièces font partie de la bibliothèque Jean Bonna. Certaines d’entre elles sont évoquées dans cette étude, complétées par d’autres sources relevées dans des catalogues.

3Le sujet est très vaste, aussi sera-t-il centré sur la question de l’adresse, à savoir la formule inaugurale de l’envoi. La dédicace manuscrite est une déclaration d’existence de la part de celui qui la compose. Encore faut-il qu’elle soit perçue par celui auquel elle est destinée. À cet égard, l’adresse par laquelle s’ouvre en général l’envoi joue un rôle important. Comment un écrivain (poète ou prosateur) désigne-t-il un « confrère » poète quand il lui dédicace au crayon ou à la plume l’exemplaire de l’œuvre qu’il lui offre ? De quelle façon convoque-t-il son nom, à quels codes et pratiques recourt-il pour solliciter la faveur de son attention, de son intérêt ? Assiste-t-on à une évolution des formulations au cours de ce second xixe siècle ?

Formules de civilité

4Les ouvertures qui se rencontrent le plus fréquemment sur les envois sont des formules de civilité : « M. », « Mr. », « Monsieur », suivis d’un titre de noblesse le cas échéant. C’est le respect qui se marque ici : conformité au code social et respect du dédicataire, souvent exprimé en plus dans le développement de l’envoi, accompagné ou non d’une marque d’admiration ou encore de dévouement.

  • 5 Sur Odelettes (1856), vente de la bibliothèque du colonel Daniel Sickles, n° 2677 (désormais abrég (...)
  • 6 Sur Aphrodite (1896) ; Sickles, n° 408.
  • 7 Sur Le Drageoir à épices (1874) : « à M. Théodore de Banville / hommage de son admirateur / J.-K. (...)
  • 8 Collection Armand Godoy, II : Charles Baudelaire, ses contemporains, ses amis / Poètes parnassiens (...)
  • 9 Fonds de la librairie Pierre Berès, Des incunables à nos jours, 1re partie, 28 octobre 2005, n° 174
  • 10 Cité par Claude Pichois, Baudelaire, Œuvres complètes, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléia (...)

5Le recours à la formule de civilité est fréquent envers un poète aîné dont la réputation est établie : « À M. le Comte Alfred de Vigny / Hommage de vive admiration / Th. de Banville5 », « À M. Stéphane Mallarmé / hommage d’une admiration sans bornes / Pierre Louÿs6 » ; Huysmans procède de même avec Banville7. Le nom patronymique est souvent privilégié : « à Monsieur Leconte de Lisle / hommage de profond respect et d’immense admiration / Paul Verlaine8 ». Cependant, il arrive que le prénom soit lui aussi inscrit, soit en abrégé, soit en toutes lettres : « À M. Charles Baudelaire / jungamus dextras / Victor Hugo9 », est-il écrit sur un exemplaire des Chansons des rues et des bois. Baudelaire avait agi de même en adressant Les Paradis artificiels « à M. Victor Hugo ». Dans le cas de Hugo et Baudelaire, ces formules d’adresse induisent un effet de distance solennelle. La toute dernière trace de transmission de Hugo à Baudelaire marquera une légère évolution, non pas dans la formule d’adresse inaugurale mais dans la définition du dédicateur. On lit en effet sur l’envoi qui accompagne Les Travailleurs de la mer : « À M. Ch. Baudelaire / son ami / Victor Hugo10. » On est tenté de voir une contradiction, presque un oxymoron dans cette coexistence : une formule stricte de civilité doublée d’une manifestation d’» amitié » n’est pas fréquente.

Affections

  • 11 Bibliothèque Philippe Zoummeroff, III : Victor Hugo, Livres et correspondances, dessins, photograp (...)
  • 12 Godoy II, n° 122.
  • 13 Envoi sur Véridique Histoire de la conquête de la Nouvelle-Espagne (Lemerre, 1877) ; Godoy II, n° (...)
  • 14 4e vente Pierre Berès : Le Cabinet des Livres, 20 juin 2006, n° 98.

6Qu’en est-il, justement, des marques d’amitié ou d’affection en ouverture des envois ? La plupart d’entre elles sont introduites par un adjectif possessif qui lie le dédicataire à son dédicateur. Ainsi lit-on : « à mon cher Leconte / de l’Isle / Victor Hugo11. » « Mon cher », suivi du nom du poète – sans son prénom – traduit une relation de maître à disciple. Leconte de Lisle offrant quant à lui l’un de ses recueils à Heredia ne s’en tient pas à la seule affection. Il inclut son dédicataire dans le réseau du métier des Lettres : « À mon cher et excellent ami / et confrère J.M. de Heredia / Leconte de Lisle12 » – volonté de conférer au dédicataire un statut à deux niveaux : « ami » et « confrère », tout en redoublant les adjectifs qui les caractérisent. Quand il s’adresse à son tour au chef du Parnasse, Heredia mêle aussi deux notions : « à mon illustre / maître / à mon cher ami / Leconte de Lisle13. » Baudelaire, lui, se distingue par la constante volonté de sobriété de ses envois : « à mon ami Leconte de Lisle / Ch. Baudelaire14 », écrit-il sur un exemplaire des Fleurs du mal. Comme si les seuls noms des protagonistes suffisaient à établir l’aspect littéraire de leur lien.

Adresses directes

  • 15 Passages d’encre, éd. cit., p. 101.
  • 16 Sur Sœur Philomène (1861), Sickles, n° 1147.

7La mention des simples prénoms et noms, sans marque de civilité ni d’affection, est en général réservée aux poètes qui font ou ont fait partie de l’entourage de l’auteur, et qui sont sensiblement de la même génération – ainsi Baudelaire adressant Histoires extraordinaires « à Théodore de Banville, / Souvenir d’amitié15. » Pour justifier le don, le dédicateur recourt alors fréquemment au lien biographique : Baudelaire inscrit « mon ami » pour Leconte de Lisle, « souvenir d’amitié » pour Banville. Quand on s’adresse à un auteur aîné et consacré en le désignant par ses prénom et nom, c’est parfois la mention du statut du dédicateur (en fin d’envoi) qui introduit une marque d’allégeance. Par exemple, Edmond et Jules de Goncourt se définissent comme « ses humbles admirateurs » dans un envoi « à Victor Hugo16 ».

  • 17 Sickles, n° 2796.

8Il arrive que le don ne soit pas motivé, que la dédicace n’inclue aucun développement. Un exemplaire d’une édition séparée de l’introduction à Paris-Guide (1867) porte simplement « à Théophile Gautier / Victor Hugo17 ». On mesure la différence avec le « M. » qui a cours entre Victor Hugo et Baudelaire. Cet envoi sans formule de civilité, sans justification d’hommage et sans statut de dédicateur, ne signifie pas seulement « nous sommes entre nous ». Hugo est conscient que le nom de Théophile Gautier et le sien propre, mis en miroir, symbolisent des décennies d’histoire littéraire et une amitié célèbre, commencée à la veille d’Hernani, dont cette année 1867 voit justement la reprise théâtrale. Cette inscription est produite aussi devant l’Histoire, dont l’auteur et son dédicataire forment partie intégrante aux yeux de celui qui compose l’envoi.

9À l’article « Monsieur », Littré cite Vaugelas :

On ne donne point le nom de monsieur aux auteurs qui sont morts il y a déjà quelque temps ; ainsi on dit Amyot, du Bartas, Ronsard, et non pas monsieur Amyot, monsieur du Bartas, monsieur Ronsard. [Remarques sur la langue française]

10Dans certains cas, l’absence de formule de civilité vise à hausser le dédicataire au rang d’auteur déjà passé à la postérité. Cet envoi de Hugo à Gautier dénote pareille intention. Du reste, les dédicaces imprimées d’œuvres (notamment les poèmes) en général ne s’ouvrent pas par des formules de civilité : seuls les prénom et nom sont inscrits.

  • 18 Godoy II, n° 179.
  • 19 Correspondance générale de Villiers de L’Isle-Adam, éd. Joseph Bollery, Mercure de France, t. 1,196 (...)

11Mais que penser de cet envoi : « à Charles Baudelaire / Auguste Villiers de L’Isle-Adam18 » ? Il a été tracé sur Elën, tiré à 25 exemplaires en 1865. Si Villiers avait écrit à Baudelaire en 1860 : « vous êtes mon aîné, cela dit tout » ou encore « je vous aime et vous admire, mon bien cher grand poète19 », les deux noms mis ici en miroir dénotent, de la part du scripteur, une volonté de se hisser à la hauteur du dédicataire admiré. En omettant formule de civilité, justification d’hommage, mention du statut du dédicateur ou politesse finale, Villiers semble confronter son nom à celui de Baudelaire avec une pointe de défi, comme si l’un et l’autre pesaient du même poids, étaient synonymes d’une même réputation ou valeur littéraire. (Villiers avait adopté le même parti en adressant Isis, en 1862, « À Gustave Flaubert / Villiers de l’Isle Adam ».)

Adresses : variations

  • 20 The Jaime Ortiz-Patino collection of important books and manuscripts : part II, Sotheby’s Londres, (...)
  • 21 Godoy II, n° 169.
  • 22 Passages d’encre, éd. cit., p. 279.

12Quand Verlaine offre ses premiers recueils à des poètes aînés et consacrés, il rédige avec soin ses formules d’adresse : « à mon cher et illustre Maître / Théodore de Banville20 » (sur Poëmessaturniens), « à Monsieur Leconte de Lisle21 » (sur Fêtes galantes), etc. Or il adresse ses Poëmes saturniens « à Théophile Gautier / hommage d’immense / admiration et de profond / respect. / P Verlaine22 ». Bien sûr, la motivation du don et la déférence sont exprimées, mais l’absence de formule de civilité étonne, quand il s’agit d’un poète de la stature de Gautier. Verlaine réitère son approche quand il offre La Bonne Chanson (1870) au même poète : ni « monsieur » ni « maître » ne figurent avant la mention de son nom. on est tenté de considérer cette absence de marque de civilité comme une réticence, une volonté délibérée de ne pas prêter excessivement allégeance. on sait que Verlaine n’appréciait guère l’art poétique de Gautier, poète qu’il qualifie près de vingt ans plus tard de « très bon ouvrier », au détour de l’étude qu’il consacre à Mallarmé dans Les Poètes maudits.

  • 23 Paul Verlaine, « Souvenirs sur Théodore de Banville », Œuvres en prose complètes, éd. Jacques Bore (...)

13En revanche on observe, de la part de Verlaine, une constance dans l’expression de son admiration pour Banville. Il le qualifie de « maître » quand il lui offre son premier recueil. Vingt-cinq ans plus tard, il déclare dans ses « Souvenirs sur Théodore de Banville » (dans L’Echo de Paris après la mort du poète) : « J’ai beaucoup connu le si regretté Maître et je pense qu’il est encore temps de lui apporter mon hommage comme filial sous la forme de quelques notes anecdotiques. » Le substantif « maître » trouve encore un écho dans la suite de ces notes. Évoquant Les Cariatides et Les Stalactites, Verlaine déclare que ces recueils « frappèrent littéralement d’admiration et de sympathie [s]es seize ans déjà littéraires » ; puis il précise que ces poèmes « exercèrent sur [lui] une influence décisive »23. De l’» hommage » au « maître » par une dédicace sur son livre inaugural jusqu’à cet « hommage comme filial » et posthume s’observe une continuité, sur le plan privé comme sur le plan public, y compris dans le choix du vocabulaire.

Au poète

  • 24 Passages d’encre, éd. cit., p. 309.
  • 25 Livres Anciens Chaptal, Paris, réf. 2010.

14Une autre pratique pour susciter l’intérêt du dédicataire d’une œuvre consiste à l’associer sur l’envoi à sa qualité de poète. Le mot est souvent précédé d’épithètes louangeuses. Oscar Wilde offre Salomé « au grand poète / Paul Verlaine, / son admirateur24 ». Sur La Gloire du verbe (1890), Pierre Quillard s’adresse « À l’admirable POÈte maurice maeterlinck, évocateur de fleurs funèbres et de mystérieuses princesses25 ». Sur un exemplaire d’Ariane, le jeune Pierre Louÿs se réfère plus précisément à l’œuvre de son dédicataire : « à José-Maria de Heredia / hommage d’admiration / respectueuse et souvenir / d’un sonnet des Trophées. / Pierre Louÿs. »

  • 26 Passages d’encre, éd. cit., p. 125.

15Il arrive que l’on rencontre des cas plus singuliers, comme sur cette Madame Bovary : « au poëte Beaudelaire / hommage d’une profonde / sympathie littéraire / Gve Flaubert26. » L’envoi est inscrit sur l’un de 78 exemplaires imprimés sur papier vélin fort. Baudelaire a pris le soin de le faire relier par Lortic, à ses initiales. Comme dans le cas des Poëmes saturniens, il s’agit ici d’un livre « d’entrée en scène ».

16Pourquoi faire précéder le patronyme du dédicataire des mots « au poète » ? Verrait-on Flaubert dédicacer un ouvrage « au poète Hugo » ? C’est qu’à ses yeux, la précision est nécessaire. Flaubert a pu avoir pris connaissance des dix-huit Fleurs du mal publiées dans la Revue des Deux Mondes en 1855. Il a sans doute eu le loisir de s’entretenir de poésie avec Baudelaire dans le salon de Mme Sabatier. Maxime Du Camp dès 1850 avait évoqué Baudelaire poète en présence de Flaubert (lors de leur passage à Constantinople chez le couple Aupick). Théophile Gautier est leur ami commun. Il reste qu’en avril 1857, époque présumée de l’envoi, Les Fleurs du mal n’ont pas encore paru en recueil.

17La motivation du don (« profonde sympathie littéraire ») est à comparer à celle qui est exposée aux Goncourt sur leur exemplaire de Madame Bovary : « hommage de la plus haute et de la plus profonde sympathie p[ou]r leurs personnes et leurs œuvres. » L’adjectif « littéraire » appliqué à Baudelaire paraît abstrait, il semble masquer un vide, tenter de combler un embarras.

18De plus, pour Flaubert, Baudelaire n’est pas seulement poète, et peut-être n’est-il pas poète avant tout. Les volumes qu’il a publiés à cette date sont ses deux Salons et ses traductions de Poe (Histoires extraordinaires, Nouvelles Histoires extraordinaires). Mais Baudelaire est aussi l’auteur d’études sur l’écrivain américain (la première publiée dès 1852 dans la Revue de Paris.) Flaubert pourrait espérer de Baudelaire un article critique sur Madame Bovary. À cette fin, il flatterait en lui non pas le critique, mais précisément son appartenance au genre littéraire considéré comme le plus noble – à savoir la poésie. Peut-être est-ce leur éditeur commun Michel Lévy qui aura suggéré d’inclure Baudelaire dans la liste de distribution de Madame Bovary. On sait que Flaubert avait lui-même adressé à Lévy une liste des personnes à gratifier d’un exemplaire, mais on ignore les noms qu’il mentionnait.

  • 27 La lettre fait également partie de la bibliothèque Jean Bonna ; voir ibid.., p. 128-129.

19S’il rêva cet article, Flaubert ne fit pas erreur, puisque « Madame Bovary par Gustave Flaubert » est publié dans L’Artiste le 18 octobre 1857. La lettre de remerciement de Flaubert est très connue : « Votre article m’a fait le plus grand plaisir. Vous êtes entré dans les arcanes de l’œuvre comme si votre cervelle était la mienne27. » En effet, dans son étude, Baudelaire a fait montre en retour de « profonde sympathie » avec le romancier et avec la façon dont il a traité son sujet, allant jusqu’à s’identifier à l’auteur et à son héroïne.

20L’autre particularité remarquable de cet envoi est bien sûr la faute d’orthographe : ce « e » surnuméraire au nom de Baudelaire, erreur commune et fréquente. Elle est commise par Barbey d’Aurevilly dans deux lettres de 1854, par Poulet-Malassis sur la couverture d’une plaquette. Certes, Flaubert néglige souvent l’orthographe des noms propres – il contracte volontiers Leconte de Lisle en « Delisle », laisse écorcher le nom de Sénard sur la dédicace imprimée de Madame Bovary. L’erreur commise sur le nom de Baudelaire étonne quand elle survient en 1857, après la publication des Fleurs dans la Revue des Deux Mondes, puis des Histoires extraordinaires et des Nouvelles Histoires extraordinaires. Après l’étrange précision du mot « poète » pour qualifier l’écrivain, altérer son patronyme semble un deuxième signe de relative méconnaissance. Cet envoi pourrait d’ailleurs constituer la première trace au plan chronologique d’une transmission entre les deux écrivains. Le recensement de la bibliothèque de Flaubert ne fait pas état d’envoi sur les Histoires extraordinaires ni sur les Nouvelles Histoires extraordinaires publiées par Baudelaire avant Madame Bovary.

  • 28 Fonds de la librairie Pierre Berès, Des incunables à nos jours, 3epartie, 13 décembre 2006, n° 666
  • 29 Critique parue dans Le Correspondant, Charles Douniol, t. 41, 1857, p. 350-352.
  • 30 Flaubert, Correspondance, éd. Jean Bruneau, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II (...)
  • 31 Ibid, p. 435.

21Mais il est un autre « poète » désigné dans une dédicace de Flaubert. Il adresse ce même premier roman « au poëte Laurent-Pichat / souvenir d’amitié / Gve Flaubert28 ». Léon Laurent-Pichat est l’auteur de plusieurs recueils de poèmes. En 1856, on juge ainsi ses Chroniques rimées : « [...] la critique [...] lui reproche de graves défauts dans la forme : une triste monotonie, engendrée par une surabondance de rimes riches [...]. L’auteur des Chroniques rimées croit à l’idée, au progrès, à la trinité démocratique [...]29. » Flaubert n’aura pas partagé l’enthousiasme de Laurent-Pichat pour le « progrès » et la « trinité démocratique », pas plus qu’il n’aura goûté l’abus de rimes riches. À son ami Bouilhet sujet à la mélancolie, il écrivait en 1855 : « Tu avais ici l’estomac assez solide pour digérer tous les Laurent-Pichat de la terre ; d’où vient ta faiblesse maintenant30 ? » Flaubert n’avait pas plus d’estime pour Laurent-Pichat prosateur. D’un de ses contes publié en 1853 dans la Revue de Paris, il écrit à Louise Colet : « Du reste ça sert beaucoup, le mauvais, quand il arrive à être de ce tonneau-là. La lecture de ce conte m’a fait enlever dans la Bovary une expression commune, dont je n’avais pas eu conscience, et que j’ai remarquée là31. »

  • 32 Ibid, p. 649-650.

22Dans cette même Revue de Paris, son codirecteur Laurent-Pichat va laisser enlever, à son tour, non pas une expression commune, mais plusieurs passages de Madame Bovary lors de sa prépublication en feuilleton. Dans une lettre à Flaubert, il en prête l’initiative à Louis Ulbach. Quand il lui répond, Flaubert prend soin d’établir d’entrée une distinction entre deux instances : « Je vous remercie d’abord de vous mettre hors de cause ; ce n’est donc pas au poète Laurent-Pichat que je parle, mais à la Revue, personnage abstrait, dont vous êtes l’interprète. » Au terme de son explication, il conclut : « Je sais faire, dans la littérature, la part de l’administration32. » Distinction qui bien sûr a pour but de ménager ses relations non pas avec le poète Laurent- Pichat, mais avec l’homme de presse. Le terme de « poète » inscrit sur cet envoi participe de la même intention tactique, en même temps qu’il constitue, pour celui qui le trace, un signe secret de dérision.

Au maître

23Banville, Leconte de Lisle, Verlaine, Mallarmé sont souvent qualifiés de « maîtres » sur les envois de leurs cadets en poésie. Mais c’est à Victor Hugo que ce terme est le plus fréquemment associé.

  • 33 Passages d’encre, éd. cit., p. 208.

24« À mon illustre Maître / Victor Hugo / hommage d’admiration / Leconte de Lisle33 », inscrit l’auteur sur un exemplaire de ses Poëmes antiques dans l’édition de 1874. L’adjectif possessif qui renvoie au dédicateur, et de fait le définit, a pour effet de minimiser partiellement le dédicataire, qui perd sa valeur absolue ou universelle. Car en étant « mon » maître, Victor Hugo peut n’être pas le maître d’un autre...

  • 34 Sickles, n° 482.
  • 35 Baudelaire, Correspondance, éd. Claude Pichois et Jean Ziegler, Gallimard, coll. « Bibliothèque de (...)

25« Hommage respectueux / à notre grand maître / V. Hugo / E Renan34 », lit-on sur Mélanges d’Histoire et de Voyages (1878). Le possessif pluriel évoque ici un ensemble de disciples, l’appartenance à une génération qui a placé Hugo au cœur de son panthéon littéraire. Renan, né en 1823, parle dans ses Souvenirs de jeunesse de sa lecture assidue de Hugo. Baudelaire adopte la même posture « générationnelle » quand il écrit dans une lettre à Vigny : « Pendant de bien nombreuses années j’ai désiré vous être présenté, comme à un de nos plus chers maîtres35. »

  • 36 Sickles, n° 332.
  • 37 Victor Hugo, Correspondance, Albin Michel, t. II, 1950, p. 275.

26« Au Maitre / Souvenir & hommage / Gve Flaubert36 » : telle est la mention portée sur l’exemplaire de Madame Bovary destiné à Hugo. Si les dédicaces à « noms miroirs » produisent un effet de puissance, l’absence de nom sur un envoi n’est pas moins remarquable. Elle est à l’opposé d’une adresse telle que « au poëte Beaudelaire ». La formule « Au maître » revêt un caractère de singularité, d’absolu. Le domaine de maîtrise (la littérature) est implicite. Tout qualificatif est inutile, n’ajoutant rien à la grandeur. L’absence de patronyme confère au récepteur de l’exemplaire une place unique au sein de la littérature contemporaine. La lettre par laquelle Hugo remercie de Madame Bovary rend parfaitement compte de cette distinction, en situant le romancier dans une communauté. Il définit Flaubert comme l’» un des esprits conducteurs de la génération à laquelle vous appartenez37 ». Si Hugo est unique, Flaubert à ses yeux ne l’est pas (encore).

27Flaubert n’est pas le seul à user ce type d’adresse envers Hugo. La formule s’observe dès les années quarante. Ainsi Auguste Vacquerie offre Demi-teintes « Au Maître38 » en 1845. Mais c’est surtout à partir des années 1860 qu’elle se développe, ainsi qu’en témoigne le recensement de la bibliothèque de Hauteville House.

  • 39 Flaubert, op. cit., p. 383.
  • 40 Ibid, t. IV, 1997, p. 1001.

28« Souvenir & hommage », ajoute Gustave Flaubert. Le mot « souvenir » a pour fonction, comme toujours, de tisser le lien biographique. Flaubert avait déjà fait état de ce lien dans une lettre à Hugo, en juin 1853. Il lui rappelait alors leur rencontre de l’hiver 1844 chez le sculpteur Pradier. Mais le mot « souvenir » exprime peut-être aussi la permanence de Hugo, dans l’esprit de Flaubert, sur le plan de la poésie. On lit en effet dans cette autre lettre de 1853 : « Tel de vos vers reste à jamais dans mon souvenir, avec toute l’importance d’une aventure39. » Flaubert avait aussi appliqué le terme de « maître » à Hugo précédemment dans sa correspondance : sa versification relève de l’art de la « coupe des maîtres40 », avait-il écrit George Sand.

29L’appellation « maître » n’est pas réservée à Hugo, ni aux seuls poètes. Elle s’applique aussi à des romanciers. Flaubert l’emploie constamment quand il s’adresse à George Sand. L’Après-midi d’un Faune donné à Flaubert porte aussi cet envoi : « au Maître / Stéphane Mallarmé41 ».

  • 42 Sickles, n° 337.
  • 43 Bibliothèque de Victor Hugo à Hauteville House, telle que reconstituée : http://groupugo.div.jussi (...)
  • 44 L’Imitation de Jésus-Christ, traduction nouvelle [...] par M. L’Abbé F. de Lamennais, Pélagaud, 186 (...)

30Sur le même registre, Flaubert se livre à des variations. Ainsi : « Au Maitre des maitres / c’est à dire a Victor Hugo / J’offre avec tremblement / La Tentation /de / Saint Antoine / Gve Flaubert42. » Cette locution nominale se rencontre à cette époque sur plusieurs envois à Hugo ; par exemple, sur L’Exilée (1877) : « Au Maître des Maîtres / À Victor Hugo / Comme un fidèle et humble témoignage d’admiration infinie / François Coppée43. » Le syntagme « maître des maîtres » est employé à la même époque (1876) dans le Journal des Savants pour qualifier Mozart. Il évoque aussi un contexte d’enseignement spirituel. On lit dans L’Imitation de Jésus-Christ, livre troisième, chapitre XLIII (traduction de Lamennais, 1825) : « Viendra le jour où Jésus-Christ, le Maître des maîtres, le Seigneur des anges, apparaîtra pour demander compte à chacun de ce qu’il sait, c’est-à-dire pour examiner les consciences44. » Rappelons que l’on parle de la « dédicace d’une église » – on consacre l’édifice à un saint, on le place sous sa protection. De même, la signature du dédicateur est placée sous celle du dédicataire.

  • 45 Bibliothèques de Gourmont, hôtel Drouot, 8 février 1930, n° 153.
  • 46 Flaubert, op. cit., t. I, 1973, p. 195.

31L’énoncé à valeur performative (« j’offre avec tremblement ») est rare dans un envoi (toutefois, Huysmans adresse une réédition des Croquis parisiens en 1886 : « À Remy de Gourmont, j’offre cette assiette de petits fours au poivre45 »). Le « tremblement » flaubertien traduit une émotion qui va jusqu’au physique. Dès 1843, il décrit ainsi Hugo à sa sœur : « l’homme qui m’a le plus fait battre le cœur depuis que je suis né46 ». Les termes de la dédicace sont emphatiques, sincères néanmoins. Est également convoqué un effet de minimisation de la valeur de l’œuvre : le « tremblement » indique la crainte que le « maître des maîtres » n’apprécie pas l’ouvrage. Cette atténuation participe du jeu conventionnel de la dédicace.

32Comme c’est le cas généralement, l’envoi est inscrit sur la page de faux-titre. Le titre imprimé de l’œuvre est ici enchâssé dans le texte autographe de la dédicace. C’est l’œuvre que Flaubert offre à Hugo, au-delà de l’exemplaire matériel qui lui sert de support. Au xxe siècle, les pratiques dédicatoires développeront à l’envi ce jeu entre manuscrit et imprimé.

Subversions : Mallarmé et Jarry

33Vers la fin du xixe siècle s’observe une évolution dans la composition des envois. Mallarmé, le premier, s’affranchit de certaines pratiques codifiées, pour lui en substituer d’autres, de son cru.

  • 47 Sickles, n° 137.

34Il lui arrive par exemple de recourir à l’apostrophe. Un exemplaire des Poèmes d’Edgar Poe, qu’il a traduits, porte cette inscription : « Louÿs, ta main frappe au sépulcre d’Edgar Poe47. » L’apostrophe remplace des formules telles que « à mon ami », ou « à mon cher » – cette dernière étant souvent une marque de maître à disciple. Le tutoiement entre « confrères en Lettres » est encore chose rare à l’époque, de même qu’une implication directe du dédicataire. C’est lui qui ici effectue l’action, et non plus le scripteur, qui efface son geste d’offrande.

  • 48 Passages d’encre, éd. cit., p. 504.
  • 49 Sur un exemplaire de Châtiments, offert en 1870. Voir Alexis Martin, Étude sur les ex-dono et dédi (...)

35Inscrit sur Divagations, cet envoi appelle deux remarques : « À Alfred Jarry / fervemment la main / de Stéphane Mallarmé48. » Sur L’Après-midi d’un Faune (1876), Mallarmé avait élevé à hauteur d’art les envois sous forme de distiques ou de quatrains. Plus tard, il se plaît à décliner des adverbes pour caractériser ses dons d’exemplaires. Ce sont, parfois, des adverbes rares, savamment vieillis ou précieux. Quant à l’expression « fervemment la main », on la trouve aussi dans sa correspondance. Ici, le geste de cette main est traité en ellipse : il est tu. À l’opposé, on le rencontre complètement exprimé dans cet envoi (fort plat) de Hugo : « à monsieur Aglaus Bouvenne, avec mon plus cordial serrement de main49. » Mais la main de Mallarmé n’est-elle pas aussi, voire avant tout, celle qui trace la présente dédicace ?

  • 50 Sickles, n° 422.
  • 51 Bibliothèques de Gourmont, n° 8.

36Le poète procède aussi de façon originale pour caractériser l’objet du don. « Au très cher Anatole France / ce rien / de / son admirateur / SM50 », inscrit-il sur un exemplaire de La Musique et les Lettres (1895). L’absence d’adjectif possessif est ambiguë : l’affection portée au destinataire semble universelle, et non pas une marque spécifique manifestée par le seul dédicateur. Tout est flatteur ici pour le dédicataire, sauf l’objet qui lui est destiné. Est-ce pour avoir pris ce « rien » à la lettre qu’Anatole France n’a pas coupé son exemplaire ?... Une syntaxe comparable se rencontre par exemple sur un Vathek de 1893 : « À l’admiré et cher Rémy de Gourmont, ce rien51. »

  • 52 Passages d’encre, éd. cit., p. 455. Une mention similaire, destinée à Mirbeau, figure sur son exemp (...)

37Peut-être les formules dédicatoires de Mallarmé atteignent-elles leur point le plus sublime dans le rare envoi suivant : « Simplement pour dire / “À mon cher Rodenbach52/” » est-il « simplement » inscrit sur un exemplaire de La Musique et les Lettres. C’est le geste même de l’envoi, et sa formulation, qui sont mis en abyme par le recours à cette formule méta-dédicatoire, assortie de guillemets. Signes typographiques qui témoignent de la réflexion profonde menée par le poète autour de l’envoi – cette pratique.

38À la même époque, c’est à d’autres effets qu’Alfred Jarry recourt pour subvertir le contenu des envois.

  • 53 Passages d’encre, éd. cit., p. 491.

39La bibliothèque Jean Bonna abrite un exemplaire singulier de l’édition originale d’Ubu Roi. Le premier plat de la reliure est orné d’un dessin original de Jarry représentant Ubu, très proche du bois gravé signé « A.J. » qui figure à l’intérieur du volume. La dédicace autographe suivante a été inscrite sur la partie supérieure de ce premier plat : « Monsieur Ubu / offre son portrait / en grande véné- /ration à / Catulle Mendès. / A. Jarry53. »

40Fascinante inscription, qui présente un statut mixte entre ex-dono et envoi : ce n’est pas l’auteur, mais son personnage, qui « offre » (ce performatif rappelle l’envoi de Flaubert à Hugo rencontré plus haut). Mais offre quoi ? – le « portrait » dessiné sur le premier plat de couverture, mais aussi bien le livre lui-même (qui est le portrait d’Ubu). L’envoi est néanmoins signé du nom de l’auteur – double auteur : celui du livre et celui du dessin à la plume.

41Le recours à l’iconique est remarquable, peut-être sans précédent, mais appelé à faire fortune : Malraux, Prévert, Cocteau, parmi d’autres, illustreront leurs envois.

42Si l’incipit de l’envoi est singulier, la motivation du don l’est tout autant : « en grande vénération » est une parodie, une caricature du rite dédicatoire. Jarry exagère les termes de « respect », « hommage », « admiration », jusqu’ici rencontrés. Mendès fut autrefois le poète de Philoméla, d’Hespérus. Ce n’est pas à ce titre que Jarry s’adresse ici à lui, mais à celui de rédacteur en chef du supplément littéraire de L’Echo de Paris, qui a pris publiquement parti pour Ubu Roi après sa première représentation houleuse. Il s’agit de l’expression d’une gratitude, qui emprunte des chemins détournés.

  • 54 Ibid.., p. 486.
  • 55 Bibliothèque littéraire Jacques Doucet.

43La même bibliothèque conserve un exemplaire des Minutes de sable mémorial (1894), lui aussi orné en couverture d’un dessin original de l’auteur à l’encre. Il porte en pied cette mention : « a Catulle Mendès, son admi- / rateur depuis des temps / très anciens. / Alfred Jarry54 ». Les termes par lesquels le dédicateur caractérise son propre statut sont naturellement ironiques. Les « temps très anciens » ne peuvent au mieux outrepasser quelques années (Jarry est né en 1872). De plus, ils sont empruntés au derniers vers de la septième strophe de « Booz endormi » : « Et ceci se passait dans des temps très anciens. » Façon aussi, pour Jarry, de rappeler le lien qui unissait Mendès à Hugo (Mendès, qui l’admirait, fut de ceux qui veillèrent son corps au soir de sa mort). Et de tisser un autre lien avec le titre de son propre ouvrage, ces Minutes de sable mémorial qui doivent beaucoup à Mendès : il en avait publié certains textes dans L’Echo de Paris, à l’incitation de son secrétaire de rédaction Marcel Schwob. Lequel fut gratifié d’un hollande d’Ubu Roi porteur d’un envoi à comparer à celui-ci : « Cet exemplaire est offert à / Marcel Schwob comme le / livre lui est dédié, parce / que ses œuvres sont de mes / admirations les plus anciennes. / Alfred Jarry55. » La référence aux « œuvres » est essentielle dans cet envoi à Schwob. Mendès, lui, ne bénéficie pas d’une telle gratification. Par la citation, l’exagération, l’envoi de Jarry à Mendès frise l’insolence (ce qui n’empêche pas la sincérité du don). Il est sans précédent sur un livre d’entrée en scène, adressé à celui qui en a favorisé l’accès.

  • 56 Passages d’encre, éd. cit., p. 507.

44Sur un exemplaire de L’Amour en visites (1898) est écrit : « En hommage à Henri de Régnier / honorablement / Alfred Jarry56 ». Certes, l’adverbe rappelle l’usage qu’en faisait Mallarmé, et dont Jarry, en tant que dédicataire, aura peut-être médité l’exemple. Mais, en un sens, l’élève va plus loin : cet « honorablement » ne ressemble-t-il pas à la mention accordée lors d’une scolaire distribution des prix ? Les « cordialement », « amicalement » et autres adverbes conventionnels sont parodiés dans une sorte d’exaspération. Il est également piquant, comme l’a souligné Jean-Louis Meunier, que cet « honorablement » soit décerné – sur un ouvrage portant pareil titre – à Henri de Régnier, l’année même où sa femme Marie va donner naissance au fils qu’elle attend de son amant Pierre Louÿs…

  • 57 Cité par Gérard Farasse, « Bref traité des envois illustrés d’exemples choisis chez les bons auteu (...)
  • 58 Jean Viardot, art. cit., p. 337

45Le sceptique Jules Renard note dans son Journal : « Toutes les dédicaces sont d’admirateurs. Le mot “admiration” commence d’avoir cours : ça fait une pièce fausse de plus dans la circulation57. » La remarque mérite d’être nuancée, y compris pour les envois datant d’une époque légèrement antérieure à la sienne, surtout quand ils émanent de « maîtres » établis, tels que Victor Hugo. Quant à Baudelaire, il déroge aux marques d’admiration, y compris lorsqu’il envoie ses ouvrages à des aînés couronnés de gloire. Cette sobriété est sensible jusque dans ses formules d’adresse. À les considérer de près, les incipit des envois d’auteurs – à des poètes comme à d’autres hommes de lettres – réservent quelques surprises. Elles contrastent avec la platitude qui a cours généralement dans les échanges pratiqués sur la scène littéraire. Au terme de la période survolée ici, Mallarmé, sans se départir de sa courtoisie, rompt de façon plus nette avec la tradition. Ses dédicaces innovent jusque dans leurs formules d’adresse. Elles ouvrent le champ à des pratiques qui se développeront au cours du xxe siècle, lequel verra nombre d’envois dans leur ensemble accéder plus encore à une « authentique dignité textuelle58 ».

Notes

1 Gérard Genette, Seuils, Le Seuil, coll. « Poétique », 1987, p. 127-133.

2 Jean-Benoît Puech et Jacky Couratier, « Dédicaces exemplaires », Poétique, n° 69, février 1987, p. 61-82.

3 Jean Viardot, « L’envoi d’auteur, dédicace d’exemplaire », Bulletin du bibliophile, 2002, 2, p. 326-348.

4 Gérard Farasse (éd.), Envois & Dédicaces, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2010.

5 Sur Odelettes (1856), vente de la bibliothèque du colonel Daniel Sickles, n° 2677 (désormais abrégé en « Sickles »). Les présentes transcriptions respectent l’orthographe originale dont les auteurs font usage.

6 Sur Aphrodite (1896) ; Sickles, n° 408.

7 Sur Le Drageoir à épices (1874) : « à M. Théodore de Banville / hommage de son admirateur / J.-K. Huysmans » ; Edouard Graham, Passages d’encre, Gallimard, 2008, p. 380.

8 Collection Armand Godoy, II : Charles Baudelaire, ses contemporains, ses amis / Poètes parnassiens et symbolistes, 12 octobre 1988, n° 169 (désormais abrégé en « Godoy II »).

9 Fonds de la librairie Pierre Berès, Des incunables à nos jours, 1re partie, 28 octobre 2005, n° 174.

10 Cité par Claude Pichois, Baudelaire, Œuvres complètes, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1976, p. 1194.

11 Bibliothèque Philippe Zoummeroff, III : Victor Hugo, Livres et correspondances, dessins, photographies, Drouot, 2 avril 2001, n° 137.

12 Godoy II, n° 122.

13 Envoi sur Véridique Histoire de la conquête de la Nouvelle-Espagne (Lemerre, 1877) ; Godoy II, n° 101.

14 4e vente Pierre Berès : Le Cabinet des Livres, 20 juin 2006, n° 98.

15 Passages d’encre, éd. cit., p. 101.

16 Sur Sœur Philomène (1861), Sickles, n° 1147.

17 Sickles, n° 2796.

18 Godoy II, n° 179.

19 Correspondance générale de Villiers de L’Isle-Adam, éd. Joseph Bollery, Mercure de France, t. 1,1962, p. 44-45.

20 The Jaime Ortiz-Patino collection of important books and manuscripts : part II, Sotheby’s Londres, 2 décembre 1998, n° 73.

21 Godoy II, n° 169.

22 Passages d’encre, éd. cit., p. 279.

23 Paul Verlaine, « Souvenirs sur Théodore de Banville », Œuvres en prose complètes, éd. Jacques Borel, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1989, p. 282-285.

24 Passages d’encre, éd. cit., p. 309.

25 Livres Anciens Chaptal, Paris, réf. 2010.

26 Passages d’encre, éd. cit., p. 125.

27 La lettre fait également partie de la bibliothèque Jean Bonna ; voir ibid.., p. 128-129.

28 Fonds de la librairie Pierre Berès, Des incunables à nos jours, 3epartie, 13 décembre 2006, n° 666.

29 Critique parue dans Le Correspondant, Charles Douniol, t. 41, 1857, p. 350-352.

30 Flaubert, Correspondance, éd. Jean Bruneau, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1980, p. 583.

31 Ibid, p. 435.

32 Ibid, p. 649-650.

33 Passages d’encre, éd. cit., p. 208.

34 Sickles, n° 482.

35 Baudelaire, Correspondance, éd. Claude Pichois et Jean Ziegler, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1973, p. 195.

36 Sickles, n° 332.

37 Victor Hugo, Correspondance, Albin Michel, t. II, 1950, p. 275.

38 Bibliothèque de Victor Hugo à Hauteville House, telle que reconstituée : http://groupugo.div.jussieu.fr/Biblioth%E8que_Hugo/Les_livres_de_Hauteville-House/VA-VE.htm..

39 Flaubert, op. cit., p. 383.

40 Ibid, t. IV, 1997, p. 1001.

41 Bibliothèque de Flaubert, telle qu’elle a été reconstituée : http://flaubert.univ-rouen.fr/bibliotheque/05acc_ag.php..

42 Sickles, n° 337.

43 Bibliothèque de Victor Hugo à Hauteville House, telle que reconstituée : http://groupugo.div.jussieu.fr/Biblioth%E8que_Hugo/Les_livres_de_Hauteville-House/COM-CZ.htm.

44 L’Imitation de Jésus-Christ, traduction nouvelle [...] par M. L’Abbé F. de Lamennais, Pélagaud, 1865, p. 288.

45 Bibliothèques de Gourmont, hôtel Drouot, 8 février 1930, n° 153.

46 Flaubert, op. cit., t. I, 1973, p. 195.

47 Sickles, n° 137.

48 Passages d’encre, éd. cit., p. 504.

49 Sur un exemplaire de Châtiments, offert en 1870. Voir Alexis Martin, Étude sur les ex-dono et dédicaces autographes, J. Baur, 1877, p. 17.

50 Sickles, n° 422.

51 Bibliothèques de Gourmont, n° 8.

52 Passages d’encre, éd. cit., p. 455. Une mention similaire, destinée à Mirbeau, figure sur son exemplaire de La Musique et les lettres ; Bibliothèque de Octave Mirbeau, première partie, librairie Henri Leclerc, 1919, n° 495.

53 Passages d’encre, éd. cit., p. 491.

54 Ibid.., p. 486.

55 Bibliothèque littéraire Jacques Doucet.

56 Passages d’encre, éd. cit., p. 507.

57 Cité par Gérard Farasse, « Bref traité des envois illustrés d’exemples choisis chez les bons auteurs », Envois & Dédicaces, éd. cit., p. 24.

58 Jean Viardot, art. cit., p. 337

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540