Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondance et poésie

 | 
Jean-Marc Hovasse

Deuxième partie. Jeux de société ?

La figure du poète selon Théophile Gautier dans un roman épistolaire : La Croix de Berny

Catherine Thomas

Texte intégral

  • 1 Dans une lettre du 19 juillet 1845, il écrit : « la Croix de Berny est finie, Dieu soit loué. Géra (...)

1La Croix de Berny, qui parut en feuilleton dans la Presse en 1845, est un roman paradoxal : roman épistolaire à une époque où celui-ci est passé de mode, roman sentimental quand Gautier prétend exécrer ce genre1, roman collectif présentant une étonnante unité de ton, il est aussi déconcertant par l’intrusion d’une veine ironique et corrosive qui vient perpétuellement remettre en question la lecture d’un récit répondant par ailleurs parfaitement aux exigences du roman-feuilleton romantique. Delphine de Girardin, Théophile Gautier, Jules Sandeau et Joseph Mery sont les quatre écrivains qui collaborent à cet ouvrage. Annoncé dans La Presse comme un roman « steeple chase », une « course au clocher », il repose sur une lutte littéraire au cours de laquelle les quatre auteurs doivent rivaliser « de style et d’esprit » afin de s’attirer la préférence du lecteur. Chacun d’entre eux s’incarne dans un personnage fictif : Théophile Gautier est Edgard de Meilhan, poète-dandy à travers lequel on reconnaîtra bien des traits propres à l’auteur, et qui révèle le regard que porte ce dernier sur la littérature de son temps. La Croix de Berny s’inscrit parfaitement dans la production gautiériste, et plus généralement romantique. Cependant Théophile Gautier y use de la forme épistolaire pour remettre en question la figure du poète et l’établissement d’un certain nombre de clichés littéraires qui fondent le roman feuilleton de l’époque.

2Ce roman rassemble un grand nombre de thèmes chers aux romantiques, récurrents dans la littérature de l’époque et, plus particulièrement, dans les romans feuilletons. L’intrigue repose sur des désirs amoureux qui se croisent sur fond de déguisements et de quiproquos : Roger, prince de Monbert, aime Irène, duchesse de Châteaudun, laquelle, déguisée en grisette sous le nom de Louise de Guérin, tombe amoureuse du comte Raymond de Villiers, après avoir fait la conquête du poète Edgard de Meilhan… qu’elle n’aime pas. Irène épouse Raymond mais celui-ci est tué en duel par Edgard, qui s’estime trompé. Ces situations provoquent l’échange de lettres dans lesquelles les différents correspondants évoquent sans le savoir des personnages identiques sous des noms différents, et des scènes communes sous des regards variés. D’autre part, La Croix de Berny présente une vision de l’amour qui relève d’une poésie du sublime inhérente à tout un courant romantique bien établi dans les années 1840. Le couple constitué par Irène et Raymond de Villiers réalise l’idéal poursuivi par bien des personnages romanesques, et en particulier par d’Albert dans Mademoiselle de Maupin, paru dix ans plus tôt. Avant même de se connaître, les jeunes gens perçoivent la possibilité d’un amour absolu. La rencontre se présente alors comme une reconnaissance, prenant la forme d’un coup de foudre évoqué selon la pure tradition romantique :

  • 2 La Croix de Berny, Paris, France-Empire, 1980, p. 207.

Nous causâmes, et j’ignore par quel enchantement je sentis aussitôt mon âme sans défense passer tout entière dans la sienne. Je me surpris à lui confier ce que je ne m’étais pas encore dit à moi-même. Ce qu’il y avait en moi de plus intime et de plus caché, s’échappait de mon sein, irrésistiblement attiré au-dehors. Quand je parlais, il me semblait que je ne faisais que traduire ses pensées. Quand c’était son tour de répondre, elle me formulait les miennes. En moins d’une heure, j’appris à la connaître. […] Ne me dites pas que c’est insensé, que l’amour ne naît pas ainsi d’un regard ni d’une parole, qu’il germe longtemps avant d’éclore. […] D’ailleurs, cet amour était depuis longtemps éclos : il ne cherchait qu’un cœur où se poser2.

  • 3 Ibid, p. 306.

3Ainsi se voient accomplis les rêves secrets de ces deux êtres, qui révèlent dans des lettres à une confidente commune, la vicomtesse de Braimes, un amour au-delà des limites de l’humain, une passion dévorante au regard de laquelle toute sensation semble imparfaite et qui s’énonce sur le mode de l’hyperbole, de l’exclamatif, de l’antithèse : « Je le sens à mon enthousiasme, confie Irène de Châteaudun, j’habite les limites du réel ; j’entrevois le ciel, la terre disparaît à mes yeux. J’attends et je comprends la Mort, parce que la vie m’a dit son dernier mot3. » C’est qu’en effet cet amour a encore cela de proprement romantique qu’il est impossible : de même que Mademoiselle de Maupin disparaît après une unique nuit aux côtés de d’Albert, la mort de Raymond provoqué en duel, suivie de celle d’Irène, par désespoir, rappelle que l’idéal ne s’approche que dans la fugacité. Cette fin tragique confirme le destin romanesque des personnages, et en particulier celui de Raymond de Villiers dont les valeurs fortes, les sentiments purs, la quête d’absolu fondent en véritable héros romantique, incarnation d’une veine idéale qui domine l’ensemble du roman.

  • 4 « [J’aime] quelqu’une que je n’ai jamais vue et qui doit exister quelque part, et que je trouverai (...)
  • 5 La Croix de Berny, éd. cit., p. 226.
  • 6 Ibid., p. 201.

4Si les lettres d’Irène sont rédigées par Delphine de Girardin, et celles de Raymond par Jules Sandeau, l’expression du sublime romantique que permet l’amour des deux personnages imprègne l’ensemble du feuilleton et s’inscrit parfaitement dans l’univers romanesque de Gautier. La conception d’un amour transcendant, vécu comme une attente, puis comme une reconnaissance, est en effet constitutive de son imaginaire et de son œuvre4. Sans développer autant le thème, Edgard, le personnage qui représente Gautier, évoque lui aussi dans ses lettres un amour idéal, obsessionnel, dont dépend entièrement son bonheur. Ses lettres abordent par ailleurs d’autres sujets propres à l’univers de l’écrivain, et devenus clichés dans la littérature romantique : la description d’une grisette érigée en mythe littéraire, la satire du bourgeois à travers la narration d’une soirée chez la directrice de la poste, l’évocation du chemin de fer, objet de bien des réflexions au milieu du xixe siècle, ou encore le goût des voyages, partagé par de nombreux écrivains de ce temps. Les lettres rédigées par Gautier contribuent donc à ancrer le roman dans son siècle en même temps qu’elles imposent la marque de l’auteur. Le poète Edgard apparaît en outre comme une figure typiquement gautiériste, à la fois proche de l’écrivain lui-même et des divers portraits d’artistes qui émaillent son œuvre. Gautier lui a prêté ses propres lectures, son horreur du mariage, son goût pour l’excentricité vestimentaire et les costumes orientaux, ainsi qu’un certain nombre de ses fantasmes et de ses rêves d’artiste, comme le dépassement de la finitude par l’expérience du haschich, ou l’atteinte d’un idéal barbare, dont Edgard, « resté sauvage au fond5 », se rapproche. Le personnage est également doté d’un humour et d’une large dose d’auto-dérision qui permettent à l’auteur de laisser libre cours à son propre esprit. Les collaborateurs de Gautier rendent pour leur part hommage à l’écrivain en évoquant dans leurs lettres la figure d’Edgard en jeune homme brillant et poète reconnu, talentueux, occupant une place privilégiée dans la « poétique pléiade » et présentant, sous des saillies mordantes, une candeur touchante : « c’est, avec l’esprit d’un sceptique, l’âme crédule d’un néophyte6 », déclare le personnage de Roger de Villiers, et la formule vaut certainement pour Gautier lui-même perçu par son ami Jules Sandeau.

  • 7 Ibid, p. 149.
  • 8 Charles Baudelaire, « Théophile Gautier » (1859), Œuvres complètes, éd. Claude Pichois, Paris, Gal (...)

5La Croix de Berny tient ainsi parfaitement sa place dans le paysage feuilletonesque de l’époque et dans l’œuvre romanesque de Gautier en particulier. Le lecteur de La Presse y retrouve des éléments attendus, des obsessions toutes romantiques et une figure de poète pour ainsi dire familière. Cependant Edgard, pour être un grand poète selon son ami Raymond de Villiers, est aussi un « poète en délire7 » selon Irène de Châteaudun. L’esprit de Gautier rejaillit sur son personnage, mais le prend également pour cible, et avec lui toutes les formes de discours poétiques et romanesques qui traversent le roman. Plus qu’une représentation d’un grand poète romantique dans laquelle l’auteur viendrait complaisamment se mirer, c’est plutôt un double caricatural que nous offre malicieusement Gautier, dans la lignée des Jeune France. Bien des traits propres à l’auteur sont en effet considérablement durcis, voire tournés en ridicule, que ce soit par les trois collaborateurs de Gautier, qui espèrent peut-être ainsi prendre de l’avance dans la « course au clocher », ou par l’auteur lui-même qui semble accepter et même devancer joyeusement la dimension parodique peu à peu assumée par son personnage. Ainsi, le culte de la beauté, qui est l’« Idée fixe8 » de l’auteur et l’expression reconnue de son originalité littéraire, devient chez Edgard de Meilhan une sorte de donjuanisme de mauvais aloi, sans commune mesure avec l’amour absolu que Raymond de Villiers éprouve pour Irène de Chateaudun :

  • 9 La Croix de Berny, éd. cit., 234.

M. de Meilhan l’aime, reconnaît Raymond. […] Mais ce qu’il aime en elle, c’est la beauté visible ; ce sont les attaches du col et des épaules, c’est la perfection des contours. […] Il aime cette femme en artiste ; il n’a fait d’elle que la joie des yeux ; elle eût été la joie de toute mon existence9.

6On sait le paradoxe qui fait la richesse de l’œuvre de Gautier : le monde visible l’attire au moins autant que l’ailleurs, le palpable que l’idéal, et le sublime peut prendre corps dans la beauté formelle, dans l’œuvre d’art. Mais chez Edgard, le goût du sensible s’accompagne d’un discours peu révérencieux à l’égard des femmes et d’une quête de jouissance charnelle :

  • 10 Ibid., p. 205.

Mon poète a le culte de la beauté. Mais ce culte est un vrai païen qui ne voit rien au-delà de la forme et de la couleur. Il résulte de là, toutes les fois qu’il s’agit d’une femme belle, une certaine hardiesse de détails […] et un si vif enthousiasme de la chair […] que les délicats s’en offensent10.

7C’est ici l’écho des reproches les plus fréquemment adressés à Gautier, en particulier par une critique moraliste qui déplore le sensualisme de ses descriptions. L’auteur se plaît lui-même à caricaturer son esthétique, en créant un personnage peu soucieux de comprendre celle qu’il aime et dont l’amour s’apparente plus à l’amour-propre, à un désir de possession, qu’aux sentiments nobles de son double idéalisé Raymond de Villiers. Edgard assure d’ailleurs sa propre démystification, se contentant, en guise de poèmes, de citer les vers des autres, et se plaçant ostensiblement hors du cercle constitué des poètes.

  • 11 Ibid., p. 146.
  • 12 Ibid., p. 149.

8L’auto-dérision du personnage le rapproche des figures de poètes-dandys, désinvoltes et spirituels, prisées par Gautier. Mais Edgard de Meilhan peut aussi être tourné en ridicule, et en particulier par le double de Delphine de Girardin, Irène de Châteaudun dans le texte, dont il est amoureux et qui observe ses tentatives de séduction avec une lucidité sans concessions. La forme épistolaire du roman permet le croisement de points de vue qui mettent en évidence la position de dupe occupée par le poète. Alors qu’une première évocation des scènes de rencontres entre les deux personnages, sous la plume d’Edgard, élabore l’histoire d’un amour naissant, la vision qu’en offre Irène dans ses propres lettres révèle à quel point les signes sont mal interprétés par le poète. Irène manipule son soupirant, l’utilise aux fins de son propre amour pour Raymond de Villiers, tandis qu’Edgard reste sous le charme et confie à ses correspondants l’assurance d’une aventure bientôt conclue. « J’en ai fait assez pour être sûr que j’agis sur Louise, que mon regard la fascine, que ma parole l’émeut, que mon contact la trouble11 », assure-t-il à l’un de ses correspondants au retour d’une promenade ; « il est persuadé que je l’adore, et je ne peux pas lui ôter cette idée de la tête, se désespère de son côté Irène. […] il me jette des regards malintentionnés, auxquels il commande d’être brûlants. et qui ne sont qu’insupportables12 ». Les exaltations du poète deviennent rétrospectivement paroles d’un fat, en même temps que la fascination de Gautier pour le magnétisme des regards, exploité dans certains de ses récits fantastiques, se voit soumise au crible d’une ironie souriante.

  • 13 Ibid.., p. 262.
  • 14 Ibid., p. 250.

9La dimension parodique autant qu’auto-parodique du personnage est pleinement révélée vers la fin du roman, lorsqu’Edgard, dans un somptueux costume oriental, prend du haschich en compagnie de comparses eux mêmes déguisés en Turcs. Dans ses lettres le personnage évoque la scène, et en particulier les effets du haschich, en des termes qui rappellent les expériences synesthésiques relatées par Gautier dans des textes antérieurs13. Cette évocation enthousiaste, qui pourrait apparaître comme la transcription poétique d’une aventure artistique vécue par l’auteur, est d’avance mise à distance et corrodée par une lettre d’Irène. Ayant observé la scène, la jeune femme souligne en effet pour sa part l’aspect hautement risible du personnage ainsi déguisé et d’allure hagarde. « Turc de contrebande14 », le poète ne trouve nulle grâce à ses yeux :

  • 15 Ibid, p. 251.

Non, jamais sultan d’opéra […] sous-préfet de banlieue couronnant une rosière… n’ont su trouver dans la gaucherie de leurs rôles, dans la naïveté de leurs fonctions, une attitude plus puissamment ridicule, une expression de figure plus royalement, plus idéalement bête15 !

  • 16 Ibid., p. 185.
  • 17 Ibid., p. 232.
  • 18 Ibid., p. 250.

10Avec le culte de la beauté ou l’intérêt pour le magnétisme des regards, le rêve barbare de Gautier se trouve impitoyablement moqué, tout comme son goût pour le haschich utilisé à des fins poétiques. Il est frappant de constater que le poète Edgard passe à côté de nombreux rêves de l’auteur Gautier, finalement incarnés par d’autres personnages du roman : le véritable amoureux, c’est Raymond de Villiers, personnage de Jules Sandeau, qui conquiert Irène et meurt d’un amour absolu, tandis qu’Edgard n’est qu’un « lovelace de boutique16 » à qui manque cette « idéalité » propre aux héros romantique ; Roger de Villiers, double de Joseph Mery, qui « a gardé quelque chose des mœurs et des passions violentes des peuplades lointaines qu’il a visitées17 », apparaît quant à lui comme le seul vrai barbare du roman, devançant largement le poète, « barbare amateur18 » allant jusqu’à manquer le bateau qui devait l’emmener oublier son chagrin en Amérique et, peut-être, acquérir un destin romanesque. Théophile Gautier introduit ainsi dans le roman, avec l’aide de ses concurrents épistolaires qui font de lui un portrait parfois proche de la charge, un personnage dans lequel il est aisé de reconnaître une figure de l’auteur, mais par lequel il refuse lui-même le sérieux que pourrait imposer le statut de poète romantique dans les années 1840.

11Ainsi mis en garde, le lecteur est invité à prendre ses distances vis à vis de l’ensemble de l’univers romanesque. Si Gautier, à travers Edgard, joue avec le statut de poète romantique, il souligne aussi l’aspect convenu du roman feuilleton auquel il participe. En particulier, l’auteur ironise sur le caractère exceptionnel qui définit traditionnellement la figure du héros propre à ce genre. L’invraisemblance des aventures fabuleuses qui jalonnent le destin de Roger de Monbert est plaisamment dénoncée par Edgard, qui souligne le contraste qu’elles forment avec le prosaïsme de son propre amour pour une simple grisette :

  • 19 Ibid., p. 74.

[…] cela vous reposera de vos odyssées et de vos bonnes fortunes fabuleuses ; – je n’aurais pas fait la faute de vous écrire quelque chose d’extraordinaire ; vous êtes rassasié d’incroyable ; le surnaturel est devenu votre commun ; […] tout ce qui n’arrive pas vous est arrivé, et sur ce monde que vous avez parcouru dans tous les sens, il n’y a de nouveau pour vous que le banal. […] Vous n’avez de facilité que pour l’impossible19.

  • 20 Ibid., p. 229.

12Ailleurs, l’improbable perfection du héros romanesque traditionnel est raillée à travers le personnage de Raymond de Villiers, que le poète prend pour cible : « Ce don Quichotte sentimental, en quête d’aventures et d’actions chevaleresques […] n’est bon qu’à faire le héros d’un roman anglais en dix volumes20 », déclare-t-il dans un moment de dépit. Par le biais de l’humour, Théophile Gautier atténue le tragique de la passion amoureuse qui sert de trame au roman et souligne l’aspect stéréotypé du personnel romanesque dans ce feuilleton en train de s’écrire.

13Le romancier semble ainsi évaluer, au fil des lettres, la valeur artistique du récit qui se construit, en une sorte de mise en scène de l’écriture qui fait du lecteur un spectateur. Le principe même du roman « steeple chase », reposant sur la mise en concurrence d’écrivains qui s’affrontent en une joute littéraire, porte l’attention du public sur l’aspect textuel du roman. Les lettres construisent une intrigue romanesque mais sont aussi des morceaux de bravoure livrés comme tels à l’appréciation des autres auteurs et du public.

  • 21 Ainsi note-t-il, à propos de sa rencontre avec Louise : « j’ai gardé un souvenir fort agréable de (...)
  • 22 Ibid., p. 75.
  • 23 Ibid., p. 78.

14D’autre part, il s’agit d’un roman épistolaire, et les personnages font très souvent référence à cette dimension scripturale de leur discours. Elle importe surtout pour le poète Edgard, qui rapproche continuellement les situations vécues de scènes livresques, cite à la moindre occasion le titre d’ouvrages à succès, le nom d’artistes connus ou de personnages romanesques célèbres, multiplie les références mythologiques et fait du domaine littéraire le point privilégié de ses comparaisons21. En homme de lettres, le poète procède lui-même à l’analyse littéraire de sa correspondance, en une écriture réflexive qui permet de souligner sa parfaite maîtrise des procédés rhétoriques et son adhésion aux modèles culturels de l’époque. Ainsi se place-t-il sous l’influence de Lavater pour décrire la – fausse – grisette Louise de Guérin, qui fait l’objet d’un portrait effectué dans les règles de l’art : « Je vais commencer par vous donner une description extrêmement détaillée de la toilette de mon inconnue. Cette méthode est usée, ce qui prouve qu’elle est bonne, puisque tout le monde s’en sert22 », annonce d’abord le poète. Il continue sur le même ton : « Maintenant […] je vais passer à un autre exercice très recommandé dans les traités de rhétorique, et décrire, par manière de repoussoir et de contraste, le monstre féminin qui servait d’ombre à cette idéale grisette23. » L’écrivain exhibe les conventions de son propre récit, désigne le texte comme tel.

  • 24 Ibid., p. 32.
  • 25 Ibid., p. 26.
  • 26 Ibid., p. 128.

15Cette dimension métatextuelle permet une mise à distance de l’écriture qui s’accompagne bien souvent d’une critique des différentes formes de langage rencontrées dans la littérature de l’époque, et d’une dénonciation des clichés littéraires qui menacent l’originalité du roman feuilleton. Ainsi le poète se montre-t-il dédaigneux à l’égard des « romans humanitaires et palingénésiques », se moque d’un bas bleu qui lui adresse des lettres « datées de trois heures après minuit24 » ou des écrivains contemporains jugés trop « féconds ». Le romantisme est mis sous haute surveillance : Gautier en souligne tous les excès, et d’abord le risque de tomber dans les outrances du style sentimental. Sa première lettre vient ainsi rompre le registre élégiaque adopté par Joseph Mery sous la plume de Roger de Monbert, qui pleure la brusque disparition d’Irène. À l’expression d’un désarroi sentimental, aux longues plaintes mélancoliques, le poète Edgard oppose un bon sens prosaïque : « votre élégie m’a trouvé médiocrement sensible25 », prévient-il en préambule, avant d’assurer son destinataire que la fuite de sa fiancée est providentielle puisqu’elle lui permet d’éviter de commettre une grande sottise : se marier. Sous l’impulsion de Gautier l’ironie s’introduit ainsi très vite dans le roman par une brusque rupture de ton, et l’envahit peu à peu. Elle est également présente dans certaines lettres d’Irène qui, ayant reçu une missive enflammée de Roger, en évalue essentiellement les qualités stylistiques, déplorant « les phrases ampoulées26 », le « pathos de comédien », la « mauvaise amplification » qui caractérise selon elle ce « prétentieux billet ». Delphine de Girardin, comme Gautier, souligne ainsi le côté grandiloquent d’un certain romantisme devenu conventionnel aux yeux de bon nombre d’écrivains et de lecteurs de l’époque.

16Edgard traque les excès lyriques ou les formules convenues jusque dans son propre discours : « Ah ! si la beauté que j’adore », écrit-il, avant d’apporter ce commentaire : « style d’opéra comique et de romance ». Le regard critique porté sur l’écriture évite au récit de s’installer dans un registre particulier, de se figer dans un genre préétabli. Gautier semble vouloir toujours rompre avec les univers qu’il élabore avant que ces derniers, identifiés comme poncifs littéraires, ne révèlent leurs propres limites. Les passages les plus poétiques sont ainsi infiltrés par l’humour qui empêche leur constitution en morceaux littéraires typiquement romantiques, comme dans cet extrait où le personnage se représente en promeneur solitaire :

  • 27 Ibid.., p. 111 (c’est nous qui soulignons).

J’ai fait quelques pas dans le jardin ; le soleil jetait sur les marches du perron l’ombre découpée du feuillage ; les iris alanguis repliaient leurs pétales, et les fleurs d’acacia, se détachant de leurs grappes, commençaient à joncher le sable. – A propos de fleurs d’acacia, savez-vous que, frites dans la pâte, elles font d’excellents beignets ? – j’ignore comment cela se fait, mais en me trouvant seul dans cette allée où je m’étais promené avec elle, je me suis senti le cœur gros et j’ai poussé un soupir comme un jeune abbé dans une ruelle du xviie siècle27.

17Le prosaïsme de la digression compromet la poésie de la scène évoquée. Il semble que le personnage souhaite ainsi prévenir l’aspect convenu des passages les plus poétiques de ses lettres et le ridicule qui pourrait ressortir de l’adhésion à un lieu commun, à un poncif littéraire.

  • 28 Ibid., p. 142.

18Attentif à ne pas céder au ridicule d’un sentimentalisme exacerbé, Edgard ne veut pas davantage être la dupe de procédés littéraires trop travaillés, et jette paradoxalement le doute sur l’authenticité des écrits à caractère amoureux : « je ne crois pas aux passions que j’inspire quand il s’y mêle de la littérature », déclare-t-il. Ses propres lettres passionnées à Irène lui apparaissent à lui-même comme l’énumération de lieux communs nécessaires au jeu de la séduction : « Faut-il des tirades poétiques et des déclamations romanesques pour qu’une femme incline, en rougissant, son front sur l’épaule d’un homme28 ! » Irène ne se laisse pas pour autant prendre à ce piège rhétorique, et confie à sa destinataire : « Les poètes ne sont pas poétiques, ma chère. Edgard s’est fait romanesque depuis qu’il m’aime ; mais je crois que c’est une hypocrisie, et je me défie de son amour. »

19Le poète apparaît ainsi, finalement, comme le plus prosaïque des personnages de ce roman-feuilleton romantique : Gautier se moque de lui-même, joue avec les clichés littéraires inhérents au roman-feuilleton et à la littérature romantique. L’aspect épistolaire du roman permet le croisement et l’examen de divers discours romanesques, chaque scène étant susceptible d’être remise en question par la vision d’un autre personnage, tout discours pouvant se voir accusé de mensonge.

  • 29 Ibid., p. 234.
  • 30 Michel Crouzet, « Théophile Gautier et le paradoxe du cliché », Les Jeunes France, romans guoguena (...)

20Les auteurs ne cherchent pourtant pas à anéantir l’effet produit par les passages les plus romanesques de leur roman-feuilleton, qui garantissent son succès ; mais à montrer qu’ils n’en sont pas dupes, et à les renouveler par la possibilité d’une lecture au second degré. Ils soulignent que l’adhésion à l’intrigue et aux valeurs poétiques du roman feuilleton n’est possible qu’en luttant contre le cliché par le biais de l’humour ou de l’ironie. Sans doute Gautier regrette-t-il de ne pouvoir davantage se laisser porter par la veine idéale du roman, de ne pouvoir accorder davantage de crédit à son poète ; ce qui distingue son personnage de celui de Jules Sandeau, Raymond de Villiers, le véritable héros romanesque dont Edgard est par ailleurs très proche, c’est la permanence chez le poète d’un regard critique qui évalue et bride les élans sentimentaux. « Chez lui, l’esprit est toujours armé et toujours prêt à tirer sur le cœur29 », regrette Jules Sandeau sous la plume de Raymond de Villiers. Cependant le surnom de don Quichotte, invariablement attribué à ce dernier, dit les limites du personnage et l’incapacité de croire pleinement, dans les années 1840, à un idéal romanesque dont on a montré tous les artifices. Pourtant si, comme l’indique Michel Crouzet, « l’œuvre romantique est une ironie sur le romantisme30 », c’est encore une œuvre profondément romantique que ce roman épistolaire qui, dans un jeu de rivalité amicale auquel s’adapte parfaitement Gautier, entraîne une perpétuelle remise en question des personnages et de l’écriture.

Notes

1 Dans une lettre du 19 juillet 1845, il écrit : « la Croix de Berny est finie, Dieu soit loué. Gérard m’a dit que mes morceaux avaient été remarqués tant mieux, car le roman sentimental n’est guère dans mon genre, mais on a un état, il faut tout faire. » (Théophile Gautier, Correspondance générale, sous la direction de Pierre Laubriet, édition de Claudine Lacoste-Veysseyre, Genève, Droz, 1985-1996, t. II, p. 280.)

2 La Croix de Berny, Paris, France-Empire, 1980, p. 207.

3 Ibid, p. 306.

4 « [J’aime] quelqu’une que je n’ai jamais vue et qui doit exister quelque part, et que je trouverai, s’il plaît à Dieu. Je sais bien comment elle est, et, quand je la rencontrerai, je la reconnaîtrai », déclare d’Albert dans Mademoiselle de Maupin (Mademoiselle de Maupin, édition établie, préfacée et annotée par Alain Buisine, Paris, Librairie générale française, 1994, p. 95).

5 La Croix de Berny, éd. cit., p. 226.

6 Ibid., p. 201.

7 Ibid, p. 149.

8 Charles Baudelaire, « Théophile Gautier » (1859), Œuvres complètes, éd. Claude Pichois, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1976, p. 111.

9 La Croix de Berny, éd. cit., 234.

10 Ibid., p. 205.

11 Ibid., p. 146.

12 Ibid., p. 149.

13 Ibid.., p. 262.

14 Ibid., p. 250.

15 Ibid, p. 251.

16 Ibid., p. 185.

17 Ibid., p. 232.

18 Ibid., p. 250.

19 Ibid., p. 74.

20 Ibid., p. 229.

21 Ainsi note-t-il, à propos de sa rencontre avec Louise : « j’ai gardé un souvenir fort agréable de cette scène attendrissante traduite de l’Enéide en prose moderne et familière » (ibid., p. 95) ; ou encore, au sujet de la jeune femme qui le rejoint dans le jardin de Madame Taverneau : « elle s’avança vers moi avec une démarche onduleuse et rythmée comme une strophe grecque » (ibid., p. 101).

22 Ibid., p. 75.

23 Ibid., p. 78.

24 Ibid., p. 32.

25 Ibid., p. 26.

26 Ibid., p. 128.

27 Ibid.., p. 111 (c’est nous qui soulignons).

28 Ibid., p. 142.

29 Ibid., p. 234.

30 Michel Crouzet, « Théophile Gautier et le paradoxe du cliché », Les Jeunes France, romans guoguenards, Paris, Séguier, 1995, p. 17.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540