Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondance et poésie

 | 
Jean-Marc Hovasse

Deuxième partie. Jeux de société ?

Présence du destinataire dans quelques lettres en vers et prose à l’âge classique

Geneviève Haroche-Bouzinac

Texte intégral

1Que se passe-t-il entre les protagonistes lorsque la lettre accueille des vers, lorsqu’on se trouve en face d’un document, qui est un « impromptu de prose rimée » selon la formule suggestive employée par un des destinataires de Voltaire, Formont (D. 409). Dans la définition de Formont se trouvent réunies les deux caractéristiques de la forme qui nous intéresse ici : l’effet d’improvisation et l’alliance de vers et de prose, sans que soient précisées toutefois les proportions de cet assemblage.

  • 2 Voir « Penser le destinataire » dans Penser par la lettre, études réunies par Benoît Melançon, Mon (...)

2La destination se traduit par un ensemble de signes (adresse, en-tête, apostrophe, références à une topique). Ces éléments sont les marqueurs de la communication et de l’intensité de l’échange épistolaire. Le choix du destinataire s’accompagne d’une élaboration de la représentation de l’autre dans la lettre, une façon de « penser le destinataire ». De la bonne intelligence de ce rapport de destination, de son intériorisation par les partenaires en présence découle la qualité de la lettre2.

  • 3 Voir les actes du colloque Lettre et poésie, rassemblés par Geneviève Haroche-Bouzinac et Nicole M(...)
  • 4 Saulo Neiva, Au nom du loisir et de l’amitié, Centre culturel Gulbenkian, Paris, 1999.
  • 5 Denis Lopez, « L’usage mondain de l’épître en vers », dans Littératures classiques, 1993, n° 18, p (...)

3La lettre en vers a déjà intéressé la critique3, mais c’est essentiellement à propos d’une forme particulière, l’épître, que deux études ont abordé la question du destinataire. Saulo Neiva a publié un travail sur l’épître en vers au xvie siècle et sur son rapport au loisir studieux4. Ce critique a travaillé essentiellement sur des textes en langue portugaise. La catégorisation des destinataires qu’il adopte est intéressante : elle distingue l’épître au mécène, à l’ami ou au parent, en soulignant que le mot d’ordre présidant à ces correspondances est la prudence. Denis Lopez, dans un article intitulé « L’usage mondain de l’épître en vers » au xviie siècle a montré, quant à lui, que l’épître entrait dans une composition en diptyque : « l’échange est achevé, note D. Lopez, lorsque les deux tableaux sont en place5 ». Cette étude tient compte de l’origine sociale des destinataires et du rapport entre demande et don. La production d’épître en vers ne saurait déboucher sur une situation de partage : dans le meilleur des cas, l’échange se bornant à un aller-retour, une épître répondant à l’autre. Dans le cadre étudié par D. Lopez, l’écriture de l’épître est presque indissociable d’une situation de requête, quelle qu’elle soit.

4Dans la lettre en vers et prose, en revanche, un renversement de cette tendance est observable : l’épistolier répond à une demande sans avoir nécessairement revendiqué une attention. Comme on le verra, le texte de la lettre peut porter trace de cette sollicitation. En outre, la lettre en vers et prose offre une configuration plus complexe que celle du simple diptyque. Elle s’inscrit dans un continuum épistolaire. Elle fait apparition, souvent à l’occasion d’un événement marquant, comme une broderie épistolaire sur le tissu de l’échange. Dans ce qu’il est commode de nommer « lettre en vers et prose » entrent en réalité de multiples formes qui n’ont pas d’autre élément commun que la mention de l’adresse et l’alliance de vers et de prose. Dans ces formes disparates on peut faire apparaître des séries qui s’ordonnent en fonction de la dispositio.

5La lettre en vers semée, qui intercale de façon irrégulière un vers ou deux dans la prose est très délicate à mettre en œuvre en raison des effets de rupture logique et rythmique qu’elle ordonne. Des formes plus simples placent un quatrain ou un sizain à l’exorde comme une dédicace. D’autres séries sont apparentées en fonction des sujets : récit d’une fête, remerciement pour un présent, relation de voyage. Ces séries mettent au jour un art de la variation.

6La lettre de relation ou récit de voyage constitue une série tout à fait à part : d’une part elle est semi-publique, d’autre part elle dispose de références. Le modèle unanimement apprécié est celui du Voyage de Bachaumont et de Chapelle. Au point que soixante ans après sa rédaction, la référence est très vivante : en 1731 encore, le correspondant de Voltaire, Formont, propose le style de Chapelle comme un idéal de légèreté et d’élégance : « La raison, écrit-il, descend sans s’abaisser aux grâces de Chapelle » (D. 413). C’est bien de « grâces », d’élégance, de musicalité et de galanterie dont il est question dans ces lettres.

7Enfin d’autres séries apparaissent en fonction de groupes de destinataires. Pour la facilité du commentaire, on en distinguera trois : les amis et les pairs, les femmes, les protecteurs. Quelques exemples puisés dans les lettres du cénacle du poète Chaulieu et son ami La Fare, dans celles du cercle des amis normands du jeune Voltaire, quelques rares lettres de Montesquieu, et quelques allusions à Bachaumont, Bensérade et La Fontaine illustreront cet aperçu.

« Les confrères en apollon »

8Dans le cercle amical, il est d’usage de faire l’éloge de la personne à qui l’on s’adresse. Le destinataire est perçu – et c’est là sa première caractéristique – comme un homme qui sait vivre et qui peut témoigner de son appartenance à une confrérie hédoniste. La lettre devient l’appel à un partage des plaisirs et le destinataire est décrit comme un aimable convive. Les destinataires du célèbre Voyage de Bachaumont, les frères Broussins, sont connus pour leur bon coup de fourchette. Aussi Chapelle compose-t-il pour eux une célèbre adresse que ne renierait pas Mallarmé :

  • 6 Claude Emmanuel Lhuillier Chapelle, François Le Coigneux de bachaumont, Œuvres poétiques, 1741, p. (...)

À messieurs les aînés Broussins,
Chacun enseignera la rue ;
Car leur adresse est plus connue
Aux Marais que les capucins6.

  • 7 Ibid.

9Ces frères sont désignés dans l’exorde de la lettre comme « Messieurs les deux frères nourris / Aussi bien que gens de la ville ; Aussi voit-on plus de perdrix en dix jours7... »

10L’abbé Courtin, un familier de Voltaire, reçoit la double étiquette de grand mangeur et de bon buveur. Il est interpellé par Voltaire dans un quatrain insolent :

Aimable glouton, cher Courtin,
Qui veux, quelque cher qu’il t’en coûte,
Et toujours reprendre du vin,
Et toujours te donner la goutte. (D. 38)

11Une lettre de relation au président Hénault, lettre qui s’inspire fort du Voyage de Bachaumont, consiste en une description de la route de Metz qui mène en Lorraine. Voltaire y module cet éloge plus raffiné pour l’ami de madame Du Deffand :

Ô vous ! l’un des meilleurs suppôts
Du dieu que le buveur adore,
Vous qu’amour doit compter encore
Au rang de ses zélés dévots ;
Hénault, convive infatigable,
Que j’aime ta vivacité,
Et ce tour d’esprit agréable
Qui font goûter la volupté. (D. 366)

  • 8 Poésies de Chaulieu et du marquis de La Fare, Renouard, 1803, p. 48.
  • 9 Ibid, p. 78 ; 20 juillet 1707.

12Restons dans cette topique légère avec une lettre de Chaulieu. Le destinataire est un partenaire de la fête. Un récit de repas chez le duc de Nevers est évoqué pour plaire à son ami La Fare, banquet, où l’on s’enivre de « la mousse pétillante / D’un vin délicat et frais8 ». Le même Chaulieu reprend pour son ami Sonning, capable de l’apprécier, ce motif du liquide aérien qui monte dans les verres. On se régale par avance d’en partager les plaisirs en anticipant sur le moment d’une fête : « Alors grand merveille sera / De voir fluter vin de Champagne9 ».

13En miroir, Chaulieu devient destinataire de ce type de lettre. Il est reconnu par Voltaire comme digne continuateur de cette confrérie de sagesse aimable : « Socrate donnait ses leçons au lit, et vous les donnez à table, cela fait que vos leçons sont sans doute plus gaies que les siennes. » (D. 35).

14Il s’agit par les allusions à la Tocane, vin nouveau de Champagne, à la nourriture abondante et frugale, de renforcer la connivence poétique. Cette topique entre dans une lutte commune contre les atteintes d’une mélancolie, qui ne va jamais jusqu’au sombre. Le destinataire est englobé dans une communauté « d’illusions » selon les termes de Chaulieu.

15La seconde caractéristique du destinataire est sa capacité à éprouver de l’amitié et à en recevoir. Chapelle avait consacré à son ami Moreau un quintil où il fait son éloge :

  • 10 Œuvres de Chapelle et de Bachaumont, Paris, éd. Jannet, 1854, p. 124.

Toi qui nous fais voir la sagesse,
Jointe avec la vivacité ;
Toi qui ravis la liberté
Aux dames par ta gentillesse,
Comme aux hommes par ta bonté10.

16C’est cette liberté, cette ouverture qui est louée par Voltaire chez son ami Lériget de La Faye, dans une lettre composée l’été 1716 et ornée de citations de Virgile et d’Ovide.

La Faye, ami de tout le monde,
Qui savez le secret charmant
De réjouir également
Le philosophe, l’ignorant,
Le galant à perruque blonde. (D. 39)

17L’expression de l’amitié se voit ornée de références anciennes et modernes. Par une esthétisation du geste amical l’épistolier concurrence les modèles canoniques et Voltaire pour son cher Génonville s’inscrit dans une lignée antique :

Ami que je chéris de cette amitié rare
Dont Pilade a donné l’exemple à l’univers
Et dont Chaulieu chérit La Fare
Vous pour qui d’Apollon les trésors sont ouverts… (D. 84)

  • 11 Un ou deux exemples suffisent à illustrer cette veine bien connue. À Michel Celse de Rabutin : « O (...)

18On trouve sous la plume de Voltaire d’autres usages plus marotiques encore de l’éloge11. Nul n’est dupe de ces exercices obligés, ni l’épistolier, ni son destinataire, ce qui permet au comte de Tressan de glisser à son ami ce commentaire entre les lignes : « Voilà qui s’appelle un vrai rabâchage » (D. 506).

  • 12 « Il me traitait d’homme divin ; je le traitais de Salomon. Les épithètes ne nous coûtaient rien » (...)

19Enfin la dernière caractéristique du destinataire amical est de se voir comparé avec les plus illustres poètes : l’abondance des louanges échangées entre dans un processus de renforcement narcissique. Comme Voltaire le dira plus tard à propos de Frédéric II : « les épithètes ne nous coûtaient rien12 ». Le jeu des surnoms permet de se voir consacrer une place dans ce qui devient un groupe de référence. Un duel verbal s’engage avec Chaulieu :

À vous l’Anacréon du Temple,
À vous le sage si vanté,
Qui nous prêchez la volupté. (D. 2)

20Chaulieu ne marchande pas l’encens dans sa réponse :

Quand avec vos talents le Ciel vous a fait naître
Il n’est pour vous de maître qu’Apollon. (D. 33)

21Une véritable joute s’engage entre les divers partenaires de ce réseau. Tout est fait pour que chacun reçoive les compliments pour la totalité du cénacle. L’effet produit en est une multiplication du plaisir. L’éloge prononcé par Formont lui revient en retour :

  • 13 Formont avait composé des vers sur la mort de M. de La Faye.

Vos vers sont comme vous et partant je les aime,
Ils sont pleins de raisons, de douceur, d’agrément ;
En peignant votre ami13 d’un pinceau si charmant,
Formont vous vous peignez vous-même. (D. 422)

22Voltaire accepte les éloges du fidèle Thieriot qui, pour l’occasion, se met à rimer :

Futur Virgile de la France,
Tandis que d’une égale voix
Vous chantez les fameux exploits
Du héros qui par sa vaillance… (D. 95)

23Voltaire est encore l’objet des métaphores de Cideville qui, des rives rouennaises, aperçoit le génie de son ami :

Cygne français, le long de notre Seine,
Vos derniers chants sont venus jusqu’ici… (D. 511)

  • 14 « Las ! mon démon de moi s’est retiré.
    Depuis longtemps il est en Normandie.
    Donc quand voudrez par (...)

24Avec Cideville, qu’il nomme « l’Ovide de Neustrie » (D. 424) ou encore « l’ami charmant, négociateur habile, poète aimable » (D. 404), avec Formont « Rimeur charmant, plein de raison / Philosophe entouré de grâces » (D. 411), les assauts en vers et prose se prolongeront très tardivement. Ils entretiennent une émulation dont le poète a besoin14.

25Le jeu d’éloge en miroir est susceptible de s’adapter à tout partenaire soupçonné de courtiser les muses. Cette pratique des lettres en vers semés en réseau dépasse, de loin, l’usage en diptyque de l’épître. Deux types de considérations entrent en concurrence : les unes s’expriment sur un plan artistique idéal, les autres visent à créer une solidarité entre « confrères en Apollon ».

Les vers que vous dicta l’amitié tendre et pure,
Embellis par l’esprit, ornés par la nature,
Ont rallumé dans moi des feux déjà glacés.
Mon génie excité m’invite à vous répondre,
Mais dans un tel combat que je me sens confondre ! (D. 180)

26Dans quelques lettres un tutoiement poétique précède le voussoiement de politesse en prose. Voltaire annonce à Thieriot sa visite :

Le Dieu des bons vers m’a quitté
Pour aller dans ta solitude
Et pour comble d’inquiétude (D. 88)

27et il poursuit en prose

C’est chez vous que je veux me rafraîchir.

  • 15 Voir la lettre D. 398 où Formont expose le cas à Cideville.

28Les vers installent une théâtralisation qui permet une intimité toute symbolique. Le caractère privé de ces lettres est, en effet, toujours à reconsidérer. Elles sont réellement adressées, mais leur destinataire peut juger qu’elles méritent une divulgation plus large. L’affaire de la lettre de Cideville pour laquelle Thiriot et Voltaire prévoient une publication en est un exemple. Selon eux, la pièce est même trop bonne pour le Mercure15. Cideville, parfaitement conscient du marché, accepte la transaction, espérant atteindre par ce biais à l’immortalité.

Mon nom écrit de main de tel poète
Vivra toujours, car pareille étiquette
Chez nos neveux est un sûr passeport
Contre l’oubly du temps et de la mort. (D. 400)

29Dans la correspondance entre poètes les vers sont don, remerciement. Ils peuvent même devenir le dû auquel le destinataire s’attend. Ce qui crée une forme de contrainte. La lettre en vers et prose installe une philosophie de la dette. Génonville réclame à Voltaire la réalisation d’une promesse :

Tu nous avais promis l’histoire
De ton voyage, et quatre mots
Du coche et des maigres chevaux
Qui t’ont conduit aux bords de Loire. (D. 83)

30La contrainte engendre une forme de coquetterie. Voltaire prétend ne pas savoir faire des vers :

Vous m’avez envoyé tous deux des vers charmants, et je n’y ai pas répondu,
Mais chers Formont et Cideville,
Quand j’aurai fait tous les enfants
Dont j’accouche avec Eryphyle,
Prêtez-moi un peu votre style,
Et je ferai des vers galants
Que l’on chantera par la ville. (D. 429)

31Y-a-t-il dans ces lettres une place pour quelque chose de réel, qui renvoie à un contexte vécu ? Y trouve-t-on un portrait du destinataire ou de l’épistolier qui ne soit pas flatté ? Quelques allusions au corps malade peuvent apparaître, mais elles demeurent convenues. Dans une lettre du poète Piron à Voltaire apparaît le reflet de la maladie :

Chacun s’étonne avec raison,
Voltaire, Par quel bonheur la mort vous a raté :
Tout jeune corps d’esprit rare habité,
Ne vieillit point. (D. 177)

32La protection du destinataire devient un refuge contre l’adversité, le vieillissement, la faiblesse. Voltaire élabore sur le mode mineur les éléments de son esthétique de la plainte :

Ces entretiens charmants, ce commerce si doux,
Ce plaisir de l’esprit, plaisir vif et tranquille,
Est à mon corps usé le seul remède utile.
Ah que j’aurais souffert sans vous ! (D. 438)

33La lettre en vers et prose aux amis, très souvent relayée par des formes plus courtes comme le billet orné de quelques vers, demeure une forme de l’extériorité. Cela n’empêche pas l’irruption d’une sorte de prosaïsme quotidien. Elle est un recours pour remercier d’un présent de voisinage où le donateur, présenté comme un magicien, est agréablement dédommagé.

La neige a de nos champs fait blanchir la verdure,
Et nous mangeons des petits pois !
Ainsi donc vous changez les lois
De l’aveugle et triste nature !
Si jamais quelque potentat
Veut achever par sa justice,
De changer les lois de l’état,
Il nous rendra plus de service.
Vous m’envoyez mon cher ami non seulement des petits pois et des artichauts, mais encore de jolis vers. (D. 18 345)

Les destinataires féminines

34Alors que les lettres mi-prose, mi-vers s’inscrivent dans la continuité d’un échange entre amis, il est difficile de trouver dans un commerce avec une femme un jeu de lettres poétiques qui se répondent. Lorsque réponse il y a, la plume a souvent été déléguée à un poète qui exécute la commande.

  • 16 Correspondance, éd. Louis Desgraves et Edgar Mass, Oxford, Voltaire Foundation, 1998, t. 1, lettre (...)
  • 17 Ibid.

35Montesquieu offre à une correspondante non identifiée le récit d’une fête de Carnaval. Ce récit convenu sent un peu l’huile de lampe, d’après l’aveu de l’épistolier lui-même. Le passage à la poésie est évoqué comme occasionnel : « J’ai pris la liberté de varier mon style pour vous ôter la fatigue d’une longue prose », s’excuse l’épistolier à la conclusion de cette lettre16. Dans cette lettre d’un genre galant, la présence de la destinataire est peu marquée. La nature de la relation est présentée comme floue : « lorsqu’on est attaché aux personnes faites comme vous, on ne connaît jamais précisément si c’est amour ou amitié17. » S’il s’agissait de Melle de Clermont qui demandait le secret, cette imprécision pourrait être une marque de prudence.

36Un récit de songe devient prétexte à une déclaration gazée. Montesquieu s’essaie, de façon galante mais assez pesante, à une mise en scène de l’amour. Il faut convaincre la même destinataire de n’attendre plus pour aimer. Le dieu Amour a perdu la trace de l’heureuse élue.

  • 18 Ibid., lettre 75, juillet 1724, p. 94.

Il vous appela mille fois et vous ne respondites pas. Les larmes lui vinrent aux yeux, j’avais presque pitié de lui ; Enfin il se mit à vous chercher
Il courut de tous les côtés
Dans les lieux les plus écartés
Il reconnut enfin vos traces
Princesse il ne s’y trompa pas
Quand il vit les jeux et les grâces
Qui marchent toujours sur nos pas18.

37Cette topique de la destination dissimulée fait florès dans les lettres aux femmes. Pour Marie-Madeleine de Lubert, surnommée « Muse et Grâce », Voltaire feint de retenir un aveu :

Il faut vous le déguiser adroitement, il faut vous cacher presque tout ce qu’on pense. Je n’ose dans mes vers parler de vos beautés
Que sous le voile du mystère !
Quoy sans art je ne puis vous plaire ?

Lorsque sans lui vous m’enchantez ? (D. 532)

  • 19 La Fontaine, « Relation d’un voyage de Paris en Limousin », Œuvres complètes, éd. Pierre Clarac, P (...)

38Qu’elle soit d’amour ou d’amitié, la déclaration se présente sous le voile de l’allégorie, une allégorie en revanche toujours aisée à décrypter pour des correspondantes dont les lectures pourraient se limiter comme la destinataire du Voyage de La Fontaine « aux romans de la table ronde19 ». Dans l’une de ses premières lettres, Voltaire dédie à Olympe un facile quatrain :

Enfin je vous ai vu, charmant objet que j’aime,
En cavalier déguisé dans ce jour,
J’ai cru voir Venus elle-même
Sous la figure de l’Amour. (D. 12)

39Le motif de la lettre aux dames est souvent relation d’un événement. Ce type de lettres est une réponse à une demande ou à une autorisation explicitement signalée dans la lettre. Montesquieu le rappelle à Melle de Clermont : « Je voulus vous obéir et faire des vers en votre honneur ». La comtesse de Stafford, nièce d’Hamilton, fait également une demande à Chaulieu mais le poète fait savoir qu’elle est paradoxale :

  • 20 Poésies de Chaulieu et du marquis de La Fare, Renouard, 1803 p. 88-89.

Avez-vous bien le courage, madame, de me demander des vers, vous qui d’un seul mot, m’avez fait renoncer à en faire de nos jours, en m’apprenant que vous les haïssez mortellement et que jamais vous ne choisissez cette lecture pour vous amuser20.

  • 21 L’épistolier se fait l’intermédiaire d’une dame auprès du cardinal Dubois, « l’homme du monde de l (...)

40Les poètes ne savent où donner de la tête. Voltaire offre21 un récit de fête à Sully comparée à celle de Sceaux à madame de Mimeure. Chaulieu répond à une demande expresse de la marquise de Lassay. La fonction de ces pièces est essentiellement divertissante. Par exemple désennuyer une duchesse « pendant son rhume à Marly ».

  • 22 Chaulieu, op. cit., p. 136.

Eh ! depuis quand donc
Voit-on les muses enrhumées,
Elles, à ce qu’Horace dit,
Avec Venus accoutumées
À danser sans bonnet de nuit
Foulant d’un pied nu les prairies
De l’île où la mère d’Amour
Sur ces rives toujours fleuries
Établit sa charmante cour ?
Jamais le père des glaçons,
L’hiver, n’osa porter sa rage
Sur ce délicieux rivage
Où l’éternel printemps fait toutes les saisons22.

41Un éloge plus personnalisé, mais tout aussi stéréotypé, s’adresse à une correspondante savante, Jeanne Cordier Delaunay. Après une comparaison entre le style des hommes et celui des femmes, Voltaire ajoute :

Nous avons quelquefois votre solidité mais presque jamais votre finesse, vous savez donne à la philosophie des grâces qui la parent
Vous prêchez pour la liberté
Bien mieux que Locke et son grimoire ;
Mais prouvant à votre auditoire
Le droit du choix si contesté,
Vous l’en privez en vérité
Car qui peut ne pas vous en croire ? (D. 556)

42Dans ces pièces adressées aux femmes n’apparaissent que très peu de caractéristiques personnelles. Cette façon d’estomper les traits tient à un souci de ménager la modestie de la dame, de lui conserver une certaine forme d’anonymat et de rester dans le cadre de la convention poétique.

Les protecteurs

  • 23 Isaac De Benserade, « Lettre en vers et prose de M. de B. à M. le chevalier de Loraine » dans Œuvr (...)

43À l’opposé, les protecteurs qui honorent les hommes de lettres de leur soutien sont placés en pleine lumière. Les militaires sont comparés à César, les hommes de pouvoir à Mécène. La dimension hyperbolique de la destination et de la louange indique que la transaction n’aboutit à aucun contact. La célèbre lettre de Benserade au chevalier de Lorraine a pu constituer un modèle de l’éloge en vers et prose adressé à un grand homme de guerre. Benserade fait jouer avec virtuosité les formes : sonnet, quintil, dizain alternent avec les parties en prose23. Cette lettre est une recommandation de prudence au combat. Aucune trace d’intimité n’est lisible ici.

44Voltaire s’inscrit dans cette tradition sans sourciller : « l’audacieux Villars / Dispute le tonnerre à l’aigle des Césars » (D. 103). Pour le duc de Brancas, il ose une ample prétérition :

Je ne me servirai point ici du droit qu’ont tous les poètes de comparer leur patron à Mécène. […]
Tu sais charmer au conseil comme à table.
Mécène à toi n’est point à comparer,
Et je te crois, j’ose ici l’assurer,
Moins paresseux et non pas moins aimable. (D. 36)

45Avec le duc de La Feuillade l’épistolier adopte une attitude proche de la flagornerie :

Conservez précieusement
L’imagination fleurie
Et la bonne plaisanterie
Dont vous possédez l’agrément,
Au défaut du tempérament. (D. 68)

46Pour le duc de Sully, aucune économie d’encens :

J’irai chez vous, duc adorable,
Vous dont le goût, la vérité,
L’esprit, la candeur, la bonté,
Et la douceur inaltérable,
Font respecter la volupté,
Et rendent la sagesse aimable. (D. 91)

47Mis à part quelques exceptions, l’art de flatter en vers relève d’une certaine uniformité thématique, et ce malgré le brio de Voltaire. Le marquis d’Ussé, qui fait des expériences de chimie et qui est poète, se voit gratifié d’épithètes moins communes :

  • 24 Professeur de physique du Régent.

Et je vous placerai sans peine
Entre Hombert24 et Despréaux. (D. 34)

48Ces quelques aperçus d’échanges en vers et prose montrent que la communication épistolaire s’établit dans un espace de savoir-vivre plutôt que dans celui d’un échange réel. Les dames et les grands reçoivent la lettre comme une offrande sans avoir les moyens de dédommager l’épistolier autrement que par la faveur ou les faveurs. Dans ces deux inflexions, par les volutes d’une flatterie étourdissante, l’épistolier s’efforce d’obtenir la gratification dont il a besoin ou tout au moins la reconnaissance qui le renforce dans son identité.

49Entre égaux, dans les cercles d’amis et de poètes, la récompense reste symbolique, la louange bien comprise est destinée à créer une stimulation studieuse. En adoptant un code métaphorique partagé, en revendiquant un héritage littéraire fait de références anciennes et modernes communes (Horace, Marot, Chapelle), il s’agit de rechercher les points d’un consensus. À la charnière des deux siècles s’installe dans cette forme de lettre une dialectique de l’alliance plus que de la compréhension : point n’est besoin d’atteindre l’autre dans son altérité, il suffit de dessiner les figures imposées d’un pas de deux gracieux, comme des patineurs qui se frôlent sans jamais se toucher. Dans les échanges en réseau, chacun suit sa partition au profit d’une harmonie d’ensemble, dans l’évitement plus que dans la rencontre. Cette forme de lettre qui joue la souplesse entre poésie et politesse correspond aux besoins d’une société donnée qui construit sa connivence et son éthique de l’amitié sur des lieux de culture.

50Alors qu’on pouvait déceler dans l’épître en vers au xviie siècle les bribes d’une réflexion sur un rapport à l’autorité, la lettre en vers et prose à l’orée du xviiie siècle esquive cette confrontation. Les effets de rupture et de boiterie qu’elle engendre, le passage parfois brutal d’un registre à l’autre, ne permettent pas de s’installer dans une transaction durable. Plus descriptive et démonstrative que délibérative cette forme légère joue sur les accents désuets d’une société qui se vit elle-même comme déjà archaïque – certains accents marotiques le montrent –, et qui demeure, même si elle cousine parfois avec l’ironie, dans la sphère d’une idéalisation.

Notes

2 Voir « Penser le destinataire » dans Penser par la lettre, études réunies par Benoît Melançon, Montréal, Fides, 1998.

3 Voir les actes du colloque Lettre et poésie, rassemblés par Geneviève Haroche-Bouzinac et Nicole Masson, Revue de l’Aire, recherches sur l’Épistolaire, n° 31, 2005.

4 Saulo Neiva, Au nom du loisir et de l’amitié, Centre culturel Gulbenkian, Paris, 1999.

5 Denis Lopez, « L’usage mondain de l’épître en vers », dans Littératures classiques, 1993, n° 18, p. 85.

6 Claude Emmanuel Lhuillier Chapelle, François Le Coigneux de bachaumont, Œuvres poétiques, 1741, p. 58.

7 Ibid.

8 Poésies de Chaulieu et du marquis de La Fare, Renouard, 1803, p. 48.

9 Ibid, p. 78 ; 20 juillet 1707.

10 Œuvres de Chapelle et de Bachaumont, Paris, éd. Jannet, 1854, p. 124.

11 Un ou deux exemples suffisent à illustrer cette veine bien connue. À Michel Celse de Rabutin : « Ornement de la bergerie, / Et de l’église et de l’amour » ; » Galant prieur de Trigolet / Très aimable et très frivolet » (D. 41) ; ou encore au comte de Tressan, « l’un des grands favoris / Du dieu qui fait qu’on est aimable. » (D. 508.)

12 « Il me traitait d’homme divin ; je le traitais de Salomon. Les épithètes ne nous coûtaient rien », Mémoires pour servir à la vie M. de Voltaire, Paris, Mercure de France, 1988, p. 27.

13 Formont avait composé des vers sur la mort de M. de La Faye.

14 « Las ! mon démon de moi s’est retiré.
Depuis longtemps il est en Normandie.
Donc quand voudrez par Phebus inspiré
Me défier aux combats d’harmonie,
Pour que je sois contre vous préparé,
Renvoyez-moi s’il vous plaît mon génie. » Voltaire à Cideville, 10 janvier 1731, D. 394.

15 Voir la lettre D. 398 où Formont expose le cas à Cideville.

16 Correspondance, éd. Louis Desgraves et Edgar Mass, Oxford, Voltaire Foundation, 1998, t. 1, lettre 7, janvier-février 1717, p. 10.

17 Ibid.

18 Ibid., lettre 75, juillet 1724, p. 94.

19 La Fontaine, « Relation d’un voyage de Paris en Limousin », Œuvres complètes, éd. Pierre Clarac, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1958, p. 533.

20 Poésies de Chaulieu et du marquis de La Fare, Renouard, 1803 p. 88-89.

21 L’épistolier se fait l’intermédiaire d’une dame auprès du cardinal Dubois, « l’homme du monde de la meilleure conversation » : « Une beauté qu’on nomme Rupelmonde, / Avec qui les amours et moi / Nous courons depuis peu le monde / Et qui donne à tous la Loi, / Veut qu’à l’instant je vous écrive » (D. 116).

22 Chaulieu, op. cit., p. 136.

23 Isaac De Benserade, « Lettre en vers et prose de M. de B. à M. le chevalier de Loraine » dans Œuvres, Paris, De Sercy, [1661] 1672.

24 Professeur de physique du Régent.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540