Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondance et poésie

 | 
Jean-Marc Hovasse

Première partie. Poétique épistolaire

Annexe. Trois lettres inédites de Max Jacob extraits [Transcription littérale]

Texte intégral

I

1Cher Alain,

2Évidemment les progrès sont grands. Reste bien concret tout en évitant la grossièreté. Inutile de mettre « putain » etc
Exerce-toi aussi à la « trouvaille ». L’idée artistique n’est pas l’idée philosophique.
Exemple d’idée artistique :
[...]
Idée dans une pièce de Musset d’avoir mis pendant toute la pièce une malle au milieu de la scène, pour symboliser la distraction du héros. Idée dans un poème d’Apollinaire d’avoir figuré les mannequins d’un magasin de confection comme des guillotinés.
Idée dans un poème de moi d’avoir figuré sous forme d’oiseaux en migration les âmes sorties de l’enfer par la mort de J.C. et d’en avoir fait tuer un par un chasseur.
[...]
L’idée-trouvaille, c’est ce qu’il y a de plus important à mon sens.
[...]

3[lettre à Alain Messiaen, 7 août 1933]

II

4Cher ami

5J’ai essayé de t’écrire une lettre critique traditionnelle c’est sorti un peu autrement

Beau montretout : le clou, le chou !
Il révise et change la moëlle
de l’autobus et des étoiles

Terre et chair ! Ce qu’on appelle une belle langue
ce que j’appelle une belle cangue :
Terre et chair quand la pensée
tout repensé et compensé
pied sur la nuque et ventre à l’ail
plus passe-boule que travail
s’empuantit avec l’engrais
jusqu’à ce que l’angle se mêle au côte à côtes
pour les faire saigner aïe aïe aïe !
[...]

6[lettre à Pierre Albert-Birot, 6 janvier 1939]

III

7Monsieur et admirable poète
On me parle depuis quelque temps de
« plafond »
on me dit à propos de Jules Renard qu’il « de plafond ».
[...]

82° le plafond

9C’est très important !... il n’y a d’œuvre que plafonnante. C’est bien votre opinion n’est-ce pas ? Une œuvre de prose est plafonnante quand elle part d’une idée, c’est à dire d’une généralité sur l’humain. Exemple Germinal de Zola ou « Boule de suif » de Maupassant. Leurs autres œuvres manquent de plafond ou bien ont des plafonds abstraits, philosophards etc... Le type humain créé comme Knock, Ubu, Emma Bovary ou le savant de Villiers de l’Isle Adam Il n’a pas d’existence suffit-il à plafonner ? Je ne crois pas. Plafonner c’est avoir une conception de tout l’univers. Nous y voici ! L’oeuvre poétique qui serait à base philosophique serait illisible (échec de Mme Ackermann, de Sully Prudhomme etc des poésies de Nietsche [sic]). Qu’est ce qui donnera du plafond à une oeuvre poétique, c’est l’habitude de la pensée chez ce poète. Exemple : Alfred de Vigny si pâlot en vers mais soutenu par son plafonnement et (allons y) Rimbaud et Apollinaire qui valent par le plafond mais quel chant chez Guillaume et quelles épithètes chez Arthur [...]

10Aujourd’hui Paul Éluard a à la fois l’épithète lyrique (ce que j’appelle le mot-plaie) et un plafond très net, je veux dire l’habitude des idées sans en enfourner une par poème. Le signe du grand poète moderne.

11[lettre à Francis Guex-Gastambide, 19 juin 1942]

12 Copyright.

13Tous droits réservés.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540