Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondance et poésie

 | 
Jean-Marc Hovasse

Première partie. Poétique épistolaire

Théorie et pratique de la poésie : sur trois lettres inédites de Max Jacob

Jean de Palacio

Texte intégral

  • 1 Lettres à Marcel Béalu, Lyon, Emmanuel Vitte, 1959, p. 293.
  • 2 Ibid., p. 151.
  • 3 Ibid., p. 153.
  • 4 Ibid., p. 155.
  • 5 Ibid., p. 154.
  • 6 Lettre à Pierre Minet, 30 mai 1933. Cité sur l’autographe.
  • 7 Lettre à Pierre Minet, 24 juillet 1933. Cité sur l’autographe.

1On sait la fibre pédagogique de Max Jacob, auteur, comme Rilke, de Conseils à un jeune poète, sa vocation, précisément, de conseiller poétique, sa propension à enseigner la poésie à de jeunes disciples : Marcel Béalu, Alain Messiaen, René-Guy Cadou, Louis Emié, Roger Lannes, Jacques Evrard, Michel Levanti, Pierre Minet, Jean Rousselot, Michel Manoll, Louis Guillaume... Lui-même écrivait à Marcel Béalu : « La pédagogie est l’essence même de ma vie1. » Et de dire, au même : « Je suis obligé de te piquer pour te faire avancer2 » ; « Je suis sévère comme une mère qui veut un fils parfait3 » ; « Je ne veux que ton bien et je t’enseigne les moyens qui ont servi au mien4. » Et, plus catégorique encore : « Je crois, mon très cher Marcel, qu’il serait indispensable que tu apprennes à écrire la prose. La langue de tes vers deviendrait quelque chose. Je sais que les vérités sont désagréables à entendre. Mon devoir est de te les dire5. » À Pierre Minet, il ne parle pas autrement : « Ce n’est pas intéressant. [...] Tout cela vient de ce que tu ne vas pas assez au fond de ce que tu dis, de ce que tu vas dire, de ce que tu as dit6 » ; « Trouve le mot propre, le mot trop propre, le mot excessivement propre, et sans autres prétentions. Ainsi atteindras-tu la vérité artistique, la vraie et seule vérité sans souci ni rimbaldien, ni classique. Ordonne ton esprit dans la composition. Et c’est là tout7. » Admonestations, adjurations, objurgations se succèdent ainsi dans la correspondance. La lettre devient un court traité, presque un art poétique.

2Trois lettres de Max Jacob illustreront trois cas de figures et trois situations épistolaires tels que les définit le texte programmatique de ce colloque. Dans les trois cas, le destinataire est un poète, débutant (dans deux lettres), confirmé (dans la troisième). Les lettres relèvent de la fusion (lettre poétique en vers) ou de la distinction (discours épistolaire critique sur ce que la poésie est ou doit être). Max Jacob prononce lui-même le mot « critique » (« J’ai essayé de t’écrire une lettre critique traditionnelle c’est sorti un peu autrement »). Dans deux cas, enfin, la lettre a trait à l’œuvre faite, sur laquelle Jacob porte un jugement ; dans un autre, sur l’œuvre à faire, pour laquelle il indique des exemples (ou des modèles), dont un tiré d’un de ses propres poèmes. L’ensemble pourrait constituer une théorie de la poésie lyrique, ce que René-Guy Cadou, réunissant plus tard des fragments de lettres, appellera Esthétique de Max Jacob.

  • 8 Pierre Albert-Birot, La Panthère noire, Paris, Éditions des Canettes, 1938.
  • 9 Francis Guex-Gastambide, Essai d’adhésion à une poétique de l’âme. Suivi d’un poème Rapide de nuit(...)

3Ces trois lettres sont datées 7 août 1933, 6 janvier 1939, 19 juin 1942. Elles sont adressées respectivement à Alain Messiaen, Pierre Albert-Birot et Francis Guex-Gastambide. Les deux dernières sont issues directement d’une lecture de La Panthère noire8 et d’Essai d’adhésion à une poétique de l’âme9. Max Jacob a lu aussi, du même, Dernière Décade du Troisième Ciel (1941).

  • 10 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 251, 267 ; René-Guy Cadou, Esthétique de Max Jacob, Paris, Seg (...)

4Il faut noter les termes de la lettre à Pierre Minet par lesquels Max Jacob définit sa poétique : « ni rimbaldien, ni classique ». Cette poétique se situe à égale distance de Rimbaud et de Boileau, c’est à dire de l’ordre et du désordre. Elle repose sur un certain nombre d’idées-force, sur lesquelles Jacob n’a cessé de revenir : le souci linguistique et la culture du mot propre, – il dira souvent : le mot plaie10 – la trouvaille, le plafond. On va les retrouver dans ces trois lettres.

  • 11 Lettre à Alain Messiaen, 28 juin 1933. Inédite. Coll. part.

5Alain Messiaen, destinataire de la première lettre, né en 1912, a vingt et un ans en 1933 et cherche à se faire un nom dans la poésie comme son frère aîné Olivier dans la musique. Sa rencontre avec Max Jacob remonte sans doute au mois de juin de la même année (la première lettre conservée est du 28 juin 1933). Il lui a visiblement soumis ses premiers essais poétiques et l’accueil est rude : « Monsieur, Tout cela me paraît prosaïque et attaché au sol. Objectivez-vous ! », et Jacob de l’engager à chercher « la musique du mot, le mot harmonieux11 ».

  • 12 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 204.

6La lettre du 7 août est d’un grand intérêt. D’une part, elle encourage : « Évidemment les progrès sont grands. Reste bien concret tout en évitant la grossièreté ! Inutile de mettre “putain” etc. » Il dira plus tard à Marcel Béalu : « Les mots grossiers n’ajoutent rien. Ton lecteur saura bien mettre “merde” là où ton héros le prononce et sans que tu l’aies écrit : “merde” ne fait rien vivre12. » Mais surtout, elle précise le principe de la trouvaille, de l’idée trouvaille ou idée artistique, dont il propose un certain nombre d’exemples. « L’idée-trouvaille, c’est ce qu’il y a de plus important à mon sens. » Le choix opéré par Jacob est singulièrement éclairant, aussi bien de son éclectisme que de son goût du concret. Les exemples retenus, au nombre de dix, vont d’Alfred de Musset à Marcel Jouhandeau, en passant par Apollinaire et Max Jacob lui-même :

7*Alfred de Musset

8*Marcel Achard

9*Franc-Nohain

10*Marcel Allain et Pierre Souvestre

11*Apollinaire

12*Max Jacob

13*Marcel Jouhandeau

14*Jean Cassou

15*la musique nègre

16*papiers collés.

  • 13 Ibid.., p. 164.
  • 14 Ibid, p. 251.
  • 15 « Concrétisez ! Penser à ce mot. L’abstrait est mauvais et ennuyeux. Ayez un style concret où il s (...)

17On voit, par ces exemples, que la « trouvaille » consiste dans la mise en scène du concret dans un contexte inattendu, surprenant, aux limites de l’incongruité : agents de police qui dansent, chauffeur de taxi qui lit Spinoza, etc., tous personnages empruntés à la vie populaire. « Il n’y a pas de destin “vulgaire” », écrivait Max Jacob à Marcel Béalu. « Un concierge peut être un homme très distingué et tout se passe, non dans la rue, mais à l’intérieur de tes propres côtes. Le sabotier de Saint-Benoît, mort l’an dernier, était beaucoup plus distingué que Jean Cocteau, Giraudoux et Paul Valéry13. » L’objet est primordial (cf. « Objectivez-vous ! ») : ici, malle, billet de mille francs, fontaines, mannequins. « Il faut écrire “charrue”, soc de charrue », disait Max Jacob à Marcel Béalu14. On retrouve ici toute l’aversion de Max Jacob pour l’abstrait15, son souci de distinguer l’idée poétique de l’idée philosophique ou de l’idée morale.

18Un exemple particulièrement intéressant est évidemment celui où, joignant, à l’usage de son disciple, la théorie à la pratique, Max Jacob cite comme modèle à suivre l’un de ses propres poèmes : « Idée dans un poème de moi d’avoir figuré sous forme d’oiseaux en migration les âmes sorties de l’enfer par la mort de J.C. et d’en avoir fait tuer un par un chasseur. » Le texte est aisément identifiable. Il s’agit du beau poème de vingt-six vers intitulé « Les Cigognes portent bonheur », publié dans les Feuillets Inutiles (n° 14, 2 mars 1934), et devant selon toute vraisemblance prendre place dans le recueil Actualités éternelles. Voici le passage concerné :

le saint Vendredi saint ont passé par triangles
ont passé d’heure en heure des troupes d’oiseaux blancs
or un soldat que l’immobile garde lasse
lance une flèche au ciel comme il fait à la chasse.

19La lettre a donc ici une double fonction : 1) lettre poétique, réceptacle de poésie ; 2) exemplum ad usum delphini, donc également fonction critique. La leçon est claire : célébration du Vendredi saint et du rachat des âmes à l’aide d’images inhabituelles et concrètes :

Derrière mon bec de cigogne
je suis l’âme d’une ex-damnée
Christ a fait de belle besogne
par sa Croix, manche à air, divine cheminée.

20On note, sur le manuscrit, une variante du titre, prouvant bien que Jacob a recherché la plus grande précision (comme il le recommande constamment à Messiaen et Béalu) : « Les Cigognes portent bonheur » a en effet remplacé « Les Oiseaux au-dessus de la Croix », biffé.

  • 16 Ibid.., p. 108.
  • 17 Lettre à Alain Messiaen, 14 septembre 1933. Inédite. Coll. part.

21Le souci de la langue est une préoccupation permanente de Max Jacob pédagogue. La neuvième des « Maximes pour Marcel » propose : « Réfléchir à ce que signifie [sic] les mots : une bonne langue16. » Il écrit à Messiaen : « Tu as une bonne langue et c’est un beau don essentiel17. » On va retrouver ce propos à l’identique dans la lettre adressée à Pierre Albert-Birot :

Terre et chair ! Ce qu’on appelle une belle langue
ce que j’appelle une belle cangue.

22Ici, la situation est différente. En 1939, Pierre Albert-Birot est un poète consacré. Max Jacob et lui se connaissent depuis plus de vingt ans. Jacob, en 1918, a collaboré au numéro spécial de la revue Sic consacré à Guillaume Apollinaire. Sa correspondance avec PAB, soigneusement archivée par ce dernier avec son monogramme, remonte à cette époque. Elle est passée du vouvoiement au tutoiement. Par une sorte d’inconscient mimétisme, Jacob, pour lui parler de son livre et dire ses excuses, son admiration et son amitié fidèle, écrit à Pierre Albert-Birot une lettre en vers. La lettre est en effet un long poème d’une trentaine de vers, comportant, comme une ballade classique, un « Envoi au prince ». Le ton est élogieux, presque déférent. Un Nota Bene, ajouté à la lettre, précise :

J’ai un petit casier à part pour les livres qu’on espère relire, qu’on sait devoir relire toute sa vie (il y en a peu, oh très peu) [.] J’y ai posé la Panthère Noire si tu ne veux pas croire, viens y voir. Deux heures d’auto par Orléans et la route de Gien.

  • 18 Lettre à Alain Messiaen, 24 novembre 1935. Inédite. Coll. part.
  • 19 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 165.
  • 20 Ibid., p. 98.

23Si le contenu de la lettre est parfois obscur et de rapport indistinct avec le poème de Pierre Albert-Birot, on y retrouve cependant, avec le triple rappel « terre et chair », l’enracinement dans la réalité concrète, le fait, comme il l’écrit à Alain Messiaen en 1935, de « fai[re] appel constamment au plus “terrestre” de [s]on fond, voire à la vulgarité18 », comme chez Apollinaire, où Jacob, on va le voir, louait « la vulgarité et la cuisine ». Ici, l’ail, l’engrais, le cheval, la langue à frire, la langue à l’écarlate (cette dernière, métaphore de l’œuvre qui saigne, du souci de « compatir avec les choses jusqu’à en saigner19 » et de ce que Jacob nomme ailleurs « l’écorcherie20 »), la mythologie mise à mal (Jacob fait rimer Candaule, écrit à dessein Candale, avec « scandale ») en sont autant de signes. L’examen du poème de Pierre Albert-Birot livre quelques clefs importantes. L’incipit du poème de Max Jacob

Beau montretout : le clou, le chou !
Il révise et change la moëlle
de l’autobus et des étoiles

24et l’association typiquement jacobienne « autobus-étoiles » paraît répondre assez précisément aux vers d’Albert-Birot

Mais parfaitement la Poésie
Prend l’autobus et le métro.

25L’image de la porte ouverte, fréquente dans le poème d’Albert-Birot : Tu ouvriras la porte et sans toucher le plancher tu entreras

26ou

Gros, large et haut tu peux entrer la porte est ouverte
comme c’est bon et facile

27suscite cette réponse de Max Jacob dans l’Envoi de la lettre-poème :

Non ! Pas de porte ! On n’entre pas
dans les gens comme dans une usine
et de la naissance au trépas
ils sont seuls avec leurs cuisines
Si tu entrais c’est un scandale

  • 21 Max Jacob, Conseils à un jeune poète, éd. cit., p. 29.
  • 22 Ibid., p. 36.
  • 23 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 251.
  • 24 Lettre à [destinataire non identifié, peut-être Arthur Petronio, fondateur en 1922 de la revue Cré (...)

28L’image semble avoir obsédé Max Jacob. Il écrit à Jacques Evrard, dans les Conseils à un jeune poète : « Je peux n’avoir pas su ouvrir les portes que je vous désigne. C’est possible. Mais ces portes existent en dehors de vous et de moi. À vous de les ouvrir mieux que je n’ai fait21. » Et, au même : « Je vous indique des portes22. » Ce sont, à n’en pas douter, les portes de la Poésie, qui sont aussi des portes étroites. Quant à l’allusion aux « cuisines », elle est également caractéristique. Jacob écrivait à Marcel Béalu en 1941 : « Pour écrire il faut réduire les mots à leur signification cuisinière puis les remplacer par le mot “plaie”23. » Près de vingt ans auparavant, à un destinataire demeuré inconnu, mais certainement un poète : « Apollinaire qui a inventé la poésie dont nous nous servons n’était, sapristi, pas dandy. Personne plus que lui n’a communié avec des filles laides, avec les objets, les faits, la vulgarité et la cuisine plus que lui [sic]24. » Une telle inspiration, Jacob a pu la retrouver dans le Septième anneau de La Panthère Noire, dont il a dû apprécier les vers suivants :

  • 25 Pierre Albert-Birot, op. cit., p. 16-17.

À la botte à la botte carottes et poireaux bonheur prochain de la soupière
Tout le monde a faim les œufs blancs sont déjà perles jaunes sur le plat
Camemberts, livarots et tous très savante pourriture qui certes vous en dira long
Présents crémeux des clairs envahisseurs normands voués à l’Arbre et dieu du beurre
À la livre au kilo les morts dépecés plumés grand parés cadavres appétissants
Innocentes cervelles pensée de mouton sur faïence tassée contre son cœur et ses rognons.
Gigots biftecks et rôts tranches de vie au grand couteau poulets martyrs lapins en sang
Ouïes béantes poissons tout nacre affalés sur les tables pauvres amours en morgue
Puante symphonie argent noyés d’air noyés d’air ces fils de l’eau ventre archétype
Allons mesdames un coup d’œil voyez mon merlan gueule et sourit madame Alice
À la livre au kilo à pleins sacs à gros tas on vend l’aimable et rond fruit défendu25.

  • 26 Cinq lettres au même figuraient dans la collection Gompel. Voir Max Jacob, Les Travaux et les Jour (...)

29La lettre à Francis Guex-Gastambide (dates inconnues ; actif 1941-1951), jeune poète, dont l’œuvre se résume à quelques plaquettes de vers et, plus tard, des traductions de l’italien, est une des quelques lettres connues de Max Jacob à ce correspondant26. La lettre du 19 juin 1942, très longue, construite, articulée, s’apparente à une dissertation sur la poésie et mériterait plus que jamais le nom d’art poétique. Max Jacob y dégage deux notions importantes de son esthétique : le subjectivisme et le plafond.

  • 27 Esthétique de Max Jacob, éd. cit., p. 64.
  • 28 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 264.
  • 29 Ibid, p. 140.
  • 30 Esthétique de Max Jacob, éd. cit., p. 64.

30Max Jacob écrivait à René-Guy Cadou : « J’ai les comédies de Musset sur ma table ! Ça vaut par le plafond ! Il te faut du plafond, et le plafond, c’est Spinoza27. » L’alliance de Musset et de Spinoza pourrait surprendre, mais s’éclaire d’une certaine façon à la lumière d’autres déclarations. Max Jacob n’a cessé de dire son admiration pour Musset, dont on a déjà rencontré ici le nom à propos de l’idée-trouvaille. « Il faut croire que la voix de Musset est assez profonde pour être prenante et dépasse l’éloquence. Prenante, tout est là. Ça suppose l’esprit28. » Le dramaturge et le philosophe se rejoignaient dans la profondeur humaine. « On peut réfléchir aussi profondément devant les lunettes de Spinoza que devant les futailles de Montaigne. Le tout est d’approfondir chaque minute, chaque seconde, et de ne rien négliger en profondeur29. » Il redit à René-Guy Cadou : « Tu ne comprends nullement le bien que te ferait Empédocle, Spinoza ou Kierkegaard30. »

  • 31 Il le redit pourtant dans les mêmes termes à Jacques Evrard : Conseils à un jeune poète, éd. cit., (...)

31Bien que l’apostrophe (Monsieur et admirable poète) montre assez qu’il s’agit avant tout de poésie, la lettre paraît avoir une portée plus large et s’appliquer à la création littéraire en général, poésie et prose confondues. Les références sont partagées : Rimbaud, Apollinaire, Éluard, d’un côté ; Balzac, Flaubert, Villiers, de l’autre. Certains exemples ne laissent pas de surprendre, et l’on pourrait aisément taxer Jacob d’inconséquence. Trouver Maupassant (pour « Boule-de-suif ») et Zola (pour Germinal) parmi les auteurs « plafonnants » peut sembler étrange31, quand on se souvient que Jacob n’a pas de mots assez durs pour ces deux écrivains et pour le naturalisme en général. Il écrit à Marcel Béalu à la même époque :

  • 32 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 266.

Ces jours-ci j’avais un recueil « la Vie populaire », 1880 environ ; il y avait là une série de chefs-d’œuvre signés Maupassant, Zola, etc. Et je me souvenais de ces noms, de leur gloire ! Quelle pauvreté ! Quelle pauvreté d’invention ! Quelle pauvreté de style eau de carafe32 !

32Et à Alain Messiaen, plus violemment encore, lorsque Jacob séjourne dans l’Aveyron chez Hugues Panassié en 1936 :

  • 33 Lettre à Alain Messiaen, 9 ou 10 [sic] octobre 1936. Inédite. Coll. part.

Pour emplir les vides de la conversation, on fait des lectures au hasard. Notre jubilation, c’est Zola ! moi, je ne ris pas, j’ai honte ! c’est exécrable comme fond, comme esprit, comme forme, comme nullité générale et nous parlons de la splendide colère de Bloy contre la grotesque gloire de ce rhéteur crétin tout au plus digne du poste d’avocat d’Assises dans un tribunal de province33.

  • 34 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 245.
  • 35 Esthétique de Max Jacob, éd. cit., p. 64.
  • 36 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 312.
  • 37 Conseils à un jeune poète, éd. cit., p. 49.
  • 38 Ibid, p. 52.
  • 39 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 108.
  • 40 Conseils à un jeune poète, éd. cit., p. 36.
  • 41 Ibid, p. 47.

33Quoi qu’il en soit, Jacob se risque à une définition de cette notion fuyante : « une œuvre de prose est plafonnante quand elle part d’une idée, c’est à dire d’une généralité sur l’humain. [...] Plafonner, c’est avoir une conception de tout l’univers. » Max Jacob n’aura cessé de le répéter sous toutes ses formes et dans les mêmes termes : « général », « synthétique », « synthétiser ». Il parle à Béalu d’avoir « l’humanité entière dans l’œil34 » ; à Cadou des rares œuvres « où il y a une intelligence cosmique, une conception d’abord de l’humanité comme on la trouve dans certains Russes35 » ; à Béalu encore, d’une « humanité plus pure, plus générale36 ». Et pour Jacques Evrard : « Il n’y a d’intérêt que dans le général37 » et « une profonde vérité humaine générale bien sentie38 », faisant gloire à Gontcharov d’avoir su créer « un type général aussi neuf, aussi synthétique39 ». La méfiance que lui inspirent Balzac et Flaubert vient de là : « Balzac, c’est toujours lui qui parle40 », aussi n’a-t-il pas de plafond. Et rien de plus éloigné de Max Jacob que le fameux « Madame Bovary, c’est moi ». Il recommande à Jacques Evrard : « Vos personnages ne doivent pas vous ressembler ou vous ressembler le moins possible41. »

  • 42 Max Jacob s’est fréquemment expliqué sur ce terme. Voir Conseils à un jeune poète, éd. cit., p. 17 (...)
  • 43 Voir Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 259 ; Esthétique de Max Jacob, éd. cit., p. 50.

34Cette conception de l’idée générale, de « l’habitude des idées » vaut aussi pour la poésie. « Qu’est-ce qui donnera du plafond à une œuvre poétique, c’est l’habitude de la pensée chez ce poète. » À ne pas confondre, bien sûr, comme il le rappelle en citant Louise Ackermann ou Sully Prudhomme, avec l’idée philosophique. On voit ce qui a pu plaire à Max Jacob dans l’Essai d’adhésion à une poétique de l’âme de Francis Guex-Gastambide, écrivant par exemple : « Libre, il [le poème] s’introduit exclusivement dans le monde de la pensée et y plane sans souci de bornes. » Derrière la notion de subjectivisme, autre idée-force de la lettre, il ne s’agit en fait de rien moins que de la définition du lyrisme. « J’entends par lyrisme le mot, le vers, le poème issus mélodieusement d’une conflagration42 de plusieurs impressions. Ce lyrisme-là se concentre aujourd’hui sur un seul mot, une épithète synthétique. » Et d’ajouter : « Ce lyrisme est un fort subjectivisme », avant de proclamer : « Il n’y a plus de lyrisme que de l’épithète définissante. » Comme ceux qu’il trouvait chez le poète laboureur de Saint-Benoît sur Loire43, Max Jacob cite deux exemples empruntés à Dernière Décade du Troisième Ciel : les naseaux du temps :

  • 44 Francis Guex-Gastambide, Dernière Décade du Troisième Ciel, Paris, Debresse, 1941, p. 112.

Je souffle le mépris dans les naseaux du temps
Et nargue le péril comme un petit enfant44

35et les mers insouciantes du sol :

  • 45 Ibid., p. 93.

Mais il est bon que je vous revoie ainsi
toutes les années coulées ;
haute comme l’aiguille de la falaise
et pâle, pâle, plus pâle qu’un songe de goéland.
Il est bon, car vous me faites ressouvenir
qu’ainsi les mers insouciantes des sols
il est aussi des hommes
qui n’ont pas le droit d’aimer45.

  • 46 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 176.

36D’autres exemples pourraient être convoqués, ainsi les « chevaux fidèles » du poète laboureur qui plaisaient tant à Jacob, et le « cheval accablé / sous son harnais ruisselant de pauvreté » de Guex-Gastambide, ou, du même, « le pelage des mots que j’aurais pu dire ». Ainsi, « plafond » et goût du mot, conséquence ou corollaire du « subjectivisme », s’allient pour proposer une conception d’ensemble de la Poésie. « Aime le mot » (à Marcel Béalu), « Tu n’aimes pas “le mot” pour le mot » (à Alain Messiaen), « Nous sommes des marchands de mots » (à René-Guy Cadou), « Aimer les mots. Aimer un mot. Le répéter. S’en gargariser » (à Jacques Evrard). La lettre joue ici un rôle capital, d’entremise, de formulation, de formation, semblable, dans le domaine poétique, à ce qu’était jadis, dans le domaine religieux, la lettre de direction spirituelle. Max Jacob assume pleinement ce rôle, celui d’écrire, comme il le disait à Marcel Béalu, « des lettres à tendances apostoliques46 ».

Notes

1 Lettres à Marcel Béalu, Lyon, Emmanuel Vitte, 1959, p. 293.

2 Ibid., p. 151.

3 Ibid., p. 153.

4 Ibid., p. 155.

5 Ibid., p. 154.

6 Lettre à Pierre Minet, 30 mai 1933. Cité sur l’autographe.

7 Lettre à Pierre Minet, 24 juillet 1933. Cité sur l’autographe.

8 Pierre Albert-Birot, La Panthère noire, Paris, Éditions des Canettes, 1938.

9 Francis Guex-Gastambide, Essai d’adhésion à une poétique de l’âme. Suivi d’un poème Rapide de nuit, Paris, Debresse, 1941.

10 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 251, 267 ; René-Guy Cadou, Esthétique de Max Jacob, Paris, Seghers, 1956, p. 53. Ici même, la lettre à Francis Guex-Gastambide.

11 Lettre à Alain Messiaen, 28 juin 1933. Inédite. Coll. part.

12 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 204.

13 Ibid.., p. 164.

14 Ibid, p. 251.

15 « Concrétisez ! Penser à ce mot. L’abstrait est mauvais et ennuyeux. Ayez un style concret où il soit question de choses, d’objets, de gens » (Conseils à un jeune poète, Paris, Gallimard, 1945, p. 25).

16 Ibid.., p. 108.

17 Lettre à Alain Messiaen, 14 septembre 1933. Inédite. Coll. part.

18 Lettre à Alain Messiaen, 24 novembre 1935. Inédite. Coll. part.

19 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 165.

20 Ibid., p. 98.

21 Max Jacob, Conseils à un jeune poète, éd. cit., p. 29.

22 Ibid., p. 36.

23 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 251.

24 Lettre à [destinataire non identifié, peut-être Arthur Petronio, fondateur en 1922 de la revue Créer], 6 février 1923. Inédite. Coll. part.

25 Pierre Albert-Birot, op. cit., p. 16-17.

26 Cinq lettres au même figuraient dans la collection Gompel. Voir Max Jacob, Les Travaux et les Jours, s.l., éditions du Zodiaque, 1989, Didier Gompel et Annie Marcoux, éd., p. 485-487, 503, 506.

27 Esthétique de Max Jacob, éd. cit., p. 64.

28 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 264.

29 Ibid, p. 140.

30 Esthétique de Max Jacob, éd. cit., p. 64.

31 Il le redit pourtant dans les mêmes termes à Jacques Evrard : Conseils à un jeune poète, éd. cit., p. 52.

32 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 266.

33 Lettre à Alain Messiaen, 9 ou 10 [sic] octobre 1936. Inédite. Coll. part.

34 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 245.

35 Esthétique de Max Jacob, éd. cit., p. 64.

36 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 312.

37 Conseils à un jeune poète, éd. cit., p. 49.

38 Ibid, p. 52.

39 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 108.

40 Conseils à un jeune poète, éd. cit., p. 36.

41 Ibid, p. 47.

42 Max Jacob s’est fréquemment expliqué sur ce terme. Voir Conseils à un jeune poète, éd. cit., p. 17, 19, 20.

43 Voir Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 259 ; Esthétique de Max Jacob, éd. cit., p. 50.

44 Francis Guex-Gastambide, Dernière Décade du Troisième Ciel, Paris, Debresse, 1941, p. 112.

45 Ibid., p. 93.

46 Lettres à Marcel Béalu, éd. cit., p. 176.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540