Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondance et poésie

 | 
Jean-Marc Hovasse

Première partie. Poétique épistolaire

Rendre justice à la poésie ? Le Tombeau de Louis

Ménard Maurice

Texte intégral

  • 1 La mode du tombeau fut en effet particulièrement vive entre 1560 et 1595. Les explications que pro (...)
  • 2 C’est du moins ce qu’affirmait Léopold Delisle à Honoré Champion dans une lettre du 23 janvier 190 (...)

1En 1902, pour célébrer le poète Louis Ménard mort l’année précédente, Édouard Champion publie dans la maison d’édition de son père Honoré Le Tombeau de Louis Ménard. Ce livre répond en partie aux éléments de définition du genre littéraire du tombeau, qui date du xvie siècle : monument destiné à perpétuer la mémoire d’un mort, il a une intention officiellement élogieuse qui le rapproche de l’oraison funèbre ; recueil collectif d’éléments divers, il n’a pas de véritable composition poétique ; il apparaît de surcroît à une époque politiquement troublée1. Il diffère cependant du genre canonique en ce sens qu’il n’est pas constitué de poèmes, mais de lettres (d’où le plurilinguisme est absent) et que le mort est (presque) un inconnu. Les contributeurs n’auraient donc pas de gloire à retirer de leur participation. Seul Édouard Champion y trouverait l’occasion, grâce à son père, de « se mettre [...] en relation avec des hommes éminents dans plus d’un genre de littérature2 ».

  • 3 Sur ces cinquante personnalités, dix-huit mourront avant la guerre de 1914.

2Sous-titré Monument du souvenir et illustré du portrait de Louis Ménard par son frère René, peintre comme lui, exposé au Musée du Luxembourg, il se compose d’une lettre préface d’Édouard Champion à Maurice Barrès, d’un avertissement, d’un entretien avec José-Maria de Heredia, d’un essai de Robert de Montesquiou, d’une poésie d’Albert Mérat, d’un sonnet de Léonce Depont, et de quarante-six lettres qui ont pour auteurs Henri Wallon, Marcelin Berthelot, Frédéric Passy, Jean Léon Gérôme, Charles Renouvier, François Pillon, Maurice Barrès, Pierre Quillard, Jules Lemaître, Paul Bourget, Charles Le Goffic, Alfred Croisset, Gaston Boissier, Henry Houssaye, Eugène Ledrain, Albert Vandal, Gaston Paris, Henri Chantavoine, Jules Claretie, Melchior de Vogüé, Albert Sorel, Mme Jean Bertheroy, Juliette Adam, Jacques Bainville, Joris-Karl Huysmans, Frédéric Plessis, Pierre de Nolhac, François Coppée, André de Guerne, Léon Barracand, Edmond de Haraucourt, Jules Breton, Pierre Louys, Georges Perrot, Henri de Régnier, Fernand Gregh, Léon Marillier, André Ferdinand Hérold, Maurice Spronce, Jean-S. Barès, Francis Vielé-Griffin, Edmond Pilon, Philippe Dufour, Camille Mauclair, Émile Blémont et Maurice Bouchor3 ».

  • 4 Plusieurs Parnassiens collaborent à ce tombeau : « (Heredia, Coppée, Mérat, Plessis), ainsi que de (...)

3Les gens de lettres sont les mieux représentés, avec des poètes plus ou moins connus majoritairement liés au Parnasse4. Viennent ensuite des historiens et historiens d’art, puis des linguistes (helléniste, philologues, orientaliste), des peintres, des hommes politiques, des philosophes, dont Renouvier, et un scientifique, Berthelot. Ces diverses spécialités reflètent bien l’éclectisme et les talents de Louis Ménard, poète, historien, spécialiste des religions, critique d’art, peintre et chimiste. Mais l’enjeu de ce Tombeau est double. S’il est un hommage au poète et à son œuvre, il est aussi la défense d’une cause littéraire et idéologique, présentée dans la lettre préface, à laquelle Ménard se voit malgré lui intégré. Quant aux lettres des correspondants, elles sont certes riches de réflexions sur la poésie de Ménard, mais elles sont particulièrement importantes par la notoriété des épistoliers, qui apportent ainsi leur caution, involontaire, à la cause défendue par Champion.

La lettre préface

  • 5 Édouard Champion, Le Tombeau de Louis Ménard, Paris, Honoré Champion, 1902 [dorénavant cité Le Tom (...)
  • 6 Ibid.

4La lettre préface, adressée à Barrès, porte en épigraphe une citation de Nerval (à propos d’Henri Heine), ce qui place le recueil sous les auspices de la poésie, et permet de lire en filigrane les troubles politiques de l’époque – celle de l’affaire Dreyfus, de la montée de la droite contre-révolutionnaire et de la politique anticléricale – : « Il faut bien que quelque fidèle, en ces temps de tumulte où les cris enroués de la place publique ne se taisent jamais, vienne réciter tout bas sa prière à l’autel de la poésie. » Cette lettre préface est à la fois une « Apologie des Méconnus5 », une satire d’une époque, l’« oraison funèbre6 » de Louis Ménard, et l’exaltation du culte des morts.

  • 7 Ibid., p. VII.
  • 8 Ibid, p. XV.
  • 9 Ce roman a été récemment réédité. Jean Lombard, L’Agonie, ill. d’Auguste Leroux, présentation Mari (...)
  • 10 Publié à Paris chez Colin en 1897. L’ouvrage se trouve dans le fonds Anatole France à la BnF.
  • 11 Emmanuel Signoret (1872-1900), poète et critique d’art, a composé des Nouveaux documents pour une (...)

5Édouard Champion en appelle à la notion de « justice littéraire7 » Sainte-Beuve a fait connaître les poètes du xvie siècle, mais aussi Port-Royal et Jean-Georges Farcy (auteur de Reliquiae, né en 1803 et mort en 1830). George Sand a attiré l’attention sur Maurice de Guérin. Comme eux, il voudrait bien aussi tirer de l’oubli Emmanuel Signoret, Jules Tellier, Jean Lombard, Paul Guigou, Joseph Capperon, Saint-Cyr de Raissac, Albert Samain, Gérard de Nerval... et bien sûr Louis Ménard. Si parmi ces auteurs on remarque un romancier, Jean Lombard (1854-1891) « dont on restaure la renommée8 », auteur de L’Agonie9 (1888) et Byzance (1890), et un critique, Joseph Capperon (1866-1896), auteur de Notes d’art et de littérature10, tous les autres sont des poètes11. Édouard Champion souligne de façon succincte, dans sa lettre préface, les mérites littéraires respectifs de ces auteurs dont Emmanuel Signoret, Nerval mis à part, est certainement le plus digne d’intérêt. Ménard se voit ainsi associé à une cohorte d’écrivains que l’oubli seul rassemble.

  • 12 Le Tombeau, p. XIV.
  • 13 Voir ibid., p. XXV.
  • 14 Ibid, p. XIII.
  • 15 Ibid., p. XXVI-XXVII.
  • 16 Ibid., p. XXII.
  • 17 Ibid, p. XIX-XX.
  • 18 Ibid., p. XXXII.
  • 19 Ibid., p. XXXVI.
  • 20 Ibid, p. XXXVII.
  • 21 Ibid., p. XLII-XLIII.

6La satire de son époque – qu’il trouve vulgaire – est aussi de mise. Édouard Champion pointe du doigt la « religion cynique de la Bêtise12 » de ses contemporains, attirés par la poésie belge, Quo Vadis et Georges Ohnet (il avait d’abord écrit dans son manuscrit Jules Verne.), les medias de son temps : la Mode – à laquelle Ménard ne sacrifiait pas13 – et « la toute puissante Réclame14 ». Il ne résiste pas au passage au plaisir de brocarder la gloire de son temps, Renan. L’image de Louis Ménard, écrit-il, « ne traînait pas comme la figure artistement coiffée de M. Renan à la devanture des photographes, entre un général et une demi-mondaine en période d’exercices15 ». Il critique aussi la vision d’opérette de la Grèce popularisée en son temps – raillant au passage Edmond About et sa « manière innommable d’écrire l’histoire16 » dans la Grèce contemporaine (sans comprendre, semble-t-il, l’humour de son auteur) – qu’il oppose à l’hellénisme de Ménard, chantre du « polythéisme des Grecs17 » et poète enfin. Louis Ménard s’oppose aux romantiques et rejette le Moyen Âge pour se tourner vers l’Antiquité grecque : « le premier il conçut le Parnasse. Il en resta toute sa vie le théoricien savant et ignoré18. » En témoigne son influence prépondérante sur Leconte de Lisle. La dernière partie de la lettre préface d’Édouard Champion se termine par une apologie de ce culte des morts que Barrès, en qui il admire un maître, lui a transmis : « Je vous remercierai seulement de quelques qualités précieuses dont vous m’avez doué : le respect ancestral ; l’amour et le culte de la Terre et des Morts19. » Grâce à lui, il a appris « à aimer les anciens parce que leur culte de la Beauté s’harmonisait à cette Religion de la Mort dont M. Fustel de Coulanges nous a rapporté les usages », et il s’est tourné vers « les grands ignorés de notre race20 », de Nerval à Ménard. Il clôt son propos en citant à l’appui de sa thèse un long extrait d’un texte sur le culte des morts de Jules Soury, qui se termine justement par l’évocation de la « communion des vivants et des morts21 ».

  • 22 Ibid., p. 3.
  • 23 Ibid., p. XIII. Barrès lui aussi évoquera dans sa lettre « la tradition du grand goût littéraire » (...)
  • 24 Ibid., p. XVII.
  • 25 Ibid., p. 5.

7Cette lettre préface présente plusieurs singularités. Elle préface en fait un livre à venir, celui qu’Édouard Champion voulait consacrer à Ménard. Il l’avait précisé dès l’avertissement liminaire : « Les lettres qui suivent auraient dû paraître à la fin d’un gros livre que nous écrivons sur Louis Ménard22 », à savoir un Essai sur la vie, l’action et l’influence littéraires de Louis Ménard, d’après ses œuvres, sa correspondance et ses contemporains. La préface ouvre donc sur un vide qui ne sera jamais comblé. Portant les marques traditionnelles de l’épistolaire (formule appellative : Cher Maître ; signature : Édouard Champion ; date : 1901), cette lettre préface où l’épistolier parle aussi bien en son propre nom qu’en celui du goût français, « cette qualité subtile et merveilleuse qui, jusqu’alors, avait été l’apanage de notre race23 », tient de surcroît de la lettre ouverte : adressée à Barrès, elle a pour destinataire le lectorat du Tombeau. La relation amicale instaurée entre Champion et Barrès, comme entre Champion et les autres épistoliers, doit se retrouver entre Champion et ses lecteurs. Un cercle se forme, celui de la droite contre-révolutionnaire, duquel sont exclus les « princes de la République des lettres24 » qui n’ont pas voulu rendre hommage à Ménard. Ils se sont exposés ainsi au châtiment suprême comme l’illustre cette phrase extraite d’Œdipe à Colone que cite Champion : « nous avons trouvé une parole de Sophocle qui les flagelle assez bien : “Cette Tombe privée d’honneurs leur sera fatale25 ».

  • 26 Ibid, p. XV.
  • 27 Ibid, p. XIV.

8À la défense des poètes victimes du « culte de l’oubli26 » puis à l’attaque contre la « religion cynique de la Bêtise27 » succèdent donc la défense du Goût français, dont Ménard et les poètes cités sont évidemment des représentants, et le culte des morts dans lequel Ménard se voit enrôlé. Le débat poétique s’éloigne.

Les lettres des correspondants

  • 28 Ibid, p. XXXVII.
  • 29 Ibid, p. 3-4.
  • 30 Ibid., p. 95. Certains épistoliers s’excusent cependant de ne pouvoir écrire longuement pour cause (...)
  • 31 « Les yeux bleus semblent regarder très loin », souligne Heredia ; Barracand parle « des yeux bleu (...)
  • 32 Heredia, ibid., p. 31.
  • 33 Dufour, ibid.., p. 190
  • 34 Haraucourt, ibid., p. 121.

9Les lettres qui forment le corps de l’ouvrage sont pourtant placées, comme la préface, sous le signe de la poésie grâce à l’épigraphe, dans l’Avertissement, d’André Chénier, auteur des Elégies (et non des Iambes) : « ... Et ceux qui l’ont connu pleurent sur son tombeau. » (Fragments d’Élégies, XVIII.) Une seconde épigraphe sur la « Religion de la Mort28 » est extraite de La Cité Antique de Fustel de Coulanges, corroborant ainsi le propos de la lettre préface. Mais ces lettres sont traitées comme des documents. Édouard Champion précise en effet qu’elles auraient dû paraître à la fin de l’ouvrage qu’il compte consacrer à Louis Ménard : « C’en aurait été le complément, la partie qui dans les œuvres généalogiques s’intitule : preuves de noblesse et pièces justificatives dans les travaux d’histoire. » Il ajoute peu après qu’il reçoit toujours de « gens aimables qui seront connus plus tard, des documents nouveaux et de premier ordre29 » qui lui serviront à la rédaction de son livre. La lettre preuve sera d’autant plus indiscutable qu’elle émanera d’une personnalité membre d’une institution, académique par exemple, fortement représentée dans ce Tombeau. La plupart des épistoliers ont par ailleurs connu Ménard et apprécient son œuvre, sauf Bainville qui regrette, sans appel, que ce dernier « n’ait pas songé à satisfaire des appétits mystiques dans la croyance qui est désignée pour les Français et convenable à leur nature : je veux dire le Catholicisme30 ». Ces lettres permettent de suivre la formation du poète, qui échangeait au collège des pièces de vers avec ses condisciples, précise Frédéric Passy. Gérome rappelle que Ménard fréquentait le petit cercle qu’il formait avec des peintres, des musiciens, des philosophes au temps de sa jeunesse. Plusieurs auteurs tracent aussi son portrait en poète, comme Heredia, Léon Barracand ou Philippe Dufour. Des rapprochements que l’on peut faire entre ces différents portraits, moments de création et non plus de simple description, apparaissent certains stéréotypes du poète : barbe rare, figure osseuse, apparence négligée, opposition entre la vieillesse et l’enfance (soulignée par le contraste entre des cheveux blancs et des boucles blondes), air hautain, regard de voyant31. Si Heredia le juge « capable de s’animer seulement pour les actions dignes et les chants glorieux des magnanimes ancêtres du pays d’Hellas32... », pour Dufour « il faisait songer plutôt à un vieil alchimiste contemporain des Paracelse ou des Raymond Lulle33 » qu’à un hiérophante. L’appartement de Ménard est décrit par Heredia, le vicomte de Guerne, ou Pilon comme un décor de livres et de tableaux encore frais, aux murs ornés de bas-reliefs ou de moulages du Parthénon ; Pallas Athéné trône même sur la bibliothèque dans la lettre de Pilon. C’est là que le maître reçoit. Haraucourt rompt cependant le charme, écrivant que Ménard « se tenait dans un taudis crasseux. D’ailleurs, il n’invitait personne à l’y aller voir34 ».

  • 35 Anny Detalle, Mythes, merveilleux et légendes dans la poésie française de 1840 à 1860, Paris, Klin (...)
  • 36 Voir Henri Peyre, Louis Ménard (1822-1901), New Haven, Yale University Press, 1932, p. 39.
  • 37 Louis Ménard, Poèmes et Rèveries d’un Paien mistiqe [sic], Paris, Librairie de « L’art indépendant (...)
  • 38 Le Tombeau, p. 142.
  • 39 Les Poëmes connaîtront une seconde édition en 1863.
  • 40 Voir Marta Caraion, Les Philosophes de la vapeur et des allumettes chimiques, Genève, Droz, 2008.
  • 41 Voir Henri Peyre, op. cit., p. 110.
  • 42 Poêmes et Rêveries d’un Paien mistiqe, éd. cit., p. 6-7.
  • 43 Le Tombeau, p. 34.
  • 44 Ibid., p. 117.
  • 45 Ibid., 36. Malgré ces critiques élogieuses, ces Poëmes furent peu appréciés des contemporains et l’ (...)
  • 46 Ce recueil se compose de poèmes déjà parus pour certains dans Poëmes et de morceaux en prose qui s (...)

10Les sujets de poésie abordés dans les lettres concernent l’épopée, la poésie engagée, les Poëmes et Rêveries d’un païen mystique. Peu nombreux sont ceux qui évoquent les premières œuvres poétiques de Ménard, deux épopées, Prométhée et Euphorion. La première, datant de 1843, est « un authentique mythe du Progrès35 » ; la seconde, publiée en 1855 dans le recueil Poëmes, mais composée entre 1845 et 184736, est « une protestation contre la théorie du progrès, qui était à la mode du temps de Louis Philippe37. » Louis Ménard se tourne là vers le passé après avoir été partisan du progrès et de la science. Sa poésie engagée comme l’épilogue d’Euphorion, Cremutius Cordus, Gloria Victis et Adrastée, où il se fait le chantre de la révolution de 1848, est aussi rappelée par les contributeurs. Mme Jean Bertheroy la compare à celle de Chénier et Robert de Montesquiou précise que « Sur les pièces politiques telles que Gloria Victis et Adrastée, passe comme un souffle de Chénier, une clameur de Barbier, un soupir épique et indigné de Desbordes- Valmore38 », situant ainsi Louis Ménard dans la lignée des poètes « engagés » de son temps. Le recueil Poëmes, publié en 18539, est abondamment cité par les auteurs du Tombeau. (La préface de cet ouvrage, où Ménard soulève le problème de la poésie scientifique, n’est cependant pas mentionnée40.) Outre Prométhée, Euphorion et Cremutius Cordus, on trouve quatre sources d’inspiration dans ce recueil41 que Ménard considérait comme un adieu à la poésie (même s’il y revient en 1876 avec les Rêveries d’un païen mystique) : la poésie populaire avec les Chansons allemandes (devenues suédoises après la guerre de 1870) et la Chanson indienne ; la poésie personnelle : Idéal et Souvenir ; Blanche, « petit roman » où Louis Ménard a « greffé l’ode de Saphô sur une âme chrétienne42 », et enfin le Parnasse (Hellas, Les Filets d’Héphaïstos, Panthéon, La Dernière Nuit de Julien, Pygmalion, Empédocle, Le Songe d’Endymion). La plupart de ces poèmes sont mentionnés, sauf Blanche, par les épistoliers qui soulignent l’inspiration philosophique de cette poésie, mais l’apport essentiel de Ménard apparaît dans sa contribution au Parnasse. « Tous les parnassiens, ou, pour parler plus exactement, tous ceux qui ont subi à quelque degré la culture parnassienne, ont reconnu la haute valeur de Louis Ménard43 » écrit Heredia, et Barracand précise que Leconte de Lisle et Louis Ménard « furent bien les premiers instigateurs et promoteurs de l’école du Parnasse ; mais Louis Ménard, encore une fois plutôt par l’exposition de la doctrine et Leconte de Lisle par le seul exemple. Or, en art, c’est l’œuvre qui l’emporte et qui compte44 ». Quant à Barrès, il confie à Édouard Champion : « le point central d’une étude sur Louis Ménard, si vous l’écrivez, ce sera de nous faire entendre sa philosophie de l’hellénisme. [...] C’est sur cette théorie que repose le parnassisme de Leconte de Lisle. Retenez bien cela qu’on n’écrivit jamais et qui fait l’essentiel45. » Enfin les auteurs presque à l’unanimité considèrent les Rêveries d’un païen mystique comme un chef d’œuvre46. Robert de Montesquiou, dans un essai rajouté par Champion au Tombeau, et non dans une lettre, rapproche leur prose de celles de Chateaubriand et de Renan ; après avoir souligné le dualisme de la pensée de Ménard – paganisme-christianisme – il conclut ainsi :

  • 47 Le Tombeau, p. 151-152.

Son paganisme mystique demeurera dans le Museum des cultes exclusifs, comme une sorte de scepticisme croyant, d’éclectisme pieux, de religion encyclopédique – dirai-je de dandysme de la Foi, qui fait d’un tel dévot, comme un Brummel du rite, un d’Orsay du dogme. Le voici promulgué de sa propre plume : « Nous consacrerons le Panthéon de l’Église universelle, et nous y replacerons toutes les formes de l’idéal que l’homme a appelées ses Dieux47. »

  • 48 Ibid.., p. 72.
  • 49 « Car la gloire déjà te place au rang des Dieux »… écrit Depont. Ibid., p. 125.

11En complément de ces analyses, les épistoliers illustrent leurs propos par des citations de Ménard, essentiellement des poèmes. Chansons allemandes, Stoïcisme, Initiation, Les Filets d’Héphaïstos, Panthéon, Résignation, Cremutius cordus, Thébaïde sont cités partiellement ou intégralement par les auteurs, quelquefois de façon inexacte ; d’autres textes, seulement mentionnés, sont rajoutés par Champion. Quelques correspondants ont appris par cœur certains de ces poèmes : Empédocle et Panthéon sont connus de Pierre de Nolhac, Stoïcisme de Gaston Paris, qui de surcroît recopia ce texte pour Taine, qui l’apprit à son tour et « le porta longtemps sur lui48 ». La mémorisation de ces vers fait lien entre ces admirateurs de Ménard. Ces lettres présentent donc bien une réflexion succincte sur la poésie, mais ne la pratiquent pas, à part quelques fragments dans les portraits du poète, et deux poèmes de Léonce Depont et Albert Mérat, rappelant la matière gréco-latine de l’œuvre de Ménard et jouant sur l’hyperbole49.

  • 50 Ibid., p. 14.
  • 51 Ibid, p. 16.
  • 52 Il se propose d’ailleurs de faire paraître ces informations dans son étude sur Ménard.
  • 53 Le Tombeau, p. 122.
  • 54 Voir à ce sujet dans Le Tombeau la lettre de Jean-S. Barès.
  • 55 Ibid, p. 19.
  • 56 Ibid, p. 73.
  • 57 Ibid, p. 125.
  • 58 Philippe Dufour, Poêmes légendaires, Paris, A. Lemerre, 1897. Ce recueil est dédié à la mémoire de (...)
  • 59 Le Tombeau, p. 189.

12Champion annote aussi certaines des lettres de ses correspondants. Outre quelques précisions sur le poète Ménard, ses poèmes de jeunesse (que Passy lui a communiqués50), le cénacle51 auquel il appartenait et dont il a reconstitué l’histoire52, sa poésie qui contrairement à ce que dit Haraucourt53 ne procède pas de celle de Leconte de Lisle, son orthographe simplifiée qu’il considère comme une erreur (Ménard avait fait imprimer en 1895 ses Rêveries en orthographe simplifiée54, pour mettre son texte à la portée de tous…), Champion revient sur les notions d’amitié (amitié de Pillon avec « notre délicieux polythéiste55 » et confraternité de Vogüé avec Sorel) et de goût, déjà évoquées dans la lettre préface. Il rappelle que Chantavoine, son ancien professeur, tenta de faire de lui « à son image, un délicat, amoureux des belles pensées et des formes harmonieuses de la raison56 ». Il souligne que la contribution de Léonce Depont, « encore peu connu du grand public, mais apprécié des délicats » est à ce titre deux fois précieuse57 » et que « M. Philippe Dufour est l’auteur d’un livre intitulé Poèmes légendaires58, qui contient de très beaux vers d’une forte inspiration et d’une langue parnassienne très pure59 ».

  • 60 BnF, Mss, Naf 26 259.
  • 61 Le Tombeau, p. 37.
  • 62 Ibid., p. 44.
  • 63 Ibid., p. 47.
  • 64 Ibid., p. 88.

13Le manuscrit du Tombeau60, après un rapide examen qu’une étude approfondie permettrait d’affiner, montre les corrections apportées par Champion à ces lettres. À part la suppression de la localisation spatio-temporelle de celles-ci et de menues corrections de style, la modification la plus importante va dans le sens d’un resserrement des liens amicaux entre les épistoliers et Champion lui-même. Ainsi dans la lettre de Barrès « votre dévoué » devient : « Poignée de main de votre dévoué61 » ; « Cher Monsieur » est ajouté dans la lettre de Lemaître62 ; « Notre ami M. Charles Maurras » devient « notre commun ami M. Charles Maurras63 » dans la lettre de Bourget. etc. ; la lettre de Mme Jean Bertheroy amplifie le procédé : « Croyez, cher Monsieur à mes meilleurs sentiments » devient : « J’applaudis des deux mains, cher Monsieur, à l’œuvre de justice – de piété aussi – que vous entreprenez si noblement, et je vous prie de croire à mes meilleurs sentiments64. » Comme dans la lettre préface, le sentiment d’appartenance domine ; ces différents états du texte le montrent assez.

S’inventer des ancêtres

  • 65 Zeev Sternhell, Maurice Barrès et le nationalisme français, Bruxelles, Complexe, 1985, p. 254.
  • 66 Jules Soury, Campagne nationaliste, Paris, L. Maretheux, 1902.
  • 67 Le livre est dédié à « M. le général Mercier qui a bien mérité de la patrie en contribuant plus qu (...)

14La lettre préface évoquait Jules Soury, auteur entre autres d’une étude intitulée Le Système nerveux central. Professeur à l’École pratique des hautes études où Barrès suivit ses cours de 1893 à 1897, il « enseigne à Barrès les lois du déterminisme, l’initie aux secrets de l’ethnologie, de la guerre des races et du relativisme historique. Les méditations de Barrès sur la mort doivent beaucoup à Soury [dont les livres] dans leur ensemble débouchent sur une vision du monde assez proche de celle du nazisme65 » précise Zeev Sternhell. Prudemment, Édouard Champion ne cite pas la référence du texte de Jules Soury : il s’agit d’un extrait de Campagne nationaliste66, ouvrage dans lequel Jules Soury « applique à la politique française et à l’histoire de France les conclusions de ses observations sur le système nerveux central. [...] tandis que Barrès réunit les matériaux de Scènes et doctrines du nationalisme, Jules Soury exalte dans Campagne nationaliste “la rédemption de la France par le général Mercier67” » et développe ses thèses sur le déterminisme physiologique…

  • 68 Ce texte est repris dans l’édition de 1890 des Rêveries. Voir Louis Ménard, Rêveries d’un païen my (...)
  • 69 Voir Henri Peyre, op. cit., p. 524.
  • 70 Rêveries d’un païen mystique, éd. cit., p. 161.
  • 71 Ibid., p. 162.

15On voit bien là l’amalgame que réalise Édouard Champion dans sa lettre : Louis Ménard avait écrit un article intitulé « Le Jour des Morts » dans la Critique philosophique en 1889, où il parlait du Culte des Morts68 ; ce texte sera reproduit d’ailleurs par Barrès dans son journal La Cocarde les 2 et 3 novembre 189469, journal auquel collabora Louis Ménard. Mais peut-on assimiler ce culte des morts de Ménard à celui de Barrès et de Soury ? Édouard Champion ne démontre rien, et se contente de sous-titrer son Tombeau « Monument du Souvenir », reprenant la formule que Louis Ménard employait dans son article de 1889 : même s’il paraît irréligieux « le peuple de Paris, écrivait Louis Ménard, est le plus religieux de tous les peuples. Sa religion c’est le culte des morts70 ». Au début de novembre, les tombeaux de famille sont fleuris par les proches et ceux dont les morts sont enterrés dans la fosse commune déposent leur offrande « au milieu du cimetière, [au pied d’] une stèle où l’on a écrit : Monument du Souvenir71 ».

  • 72 Le Tombeau, p. 37. Sur la position de Ménard pendant l’affaire Dreyfus, voir Henri Peyre, op. cit., (...)

16La manipulation de Champion apparaît aussi dans l’ordonnancement des lettres du Tombeau, qui ne suit pas l’ordre chronologique. C’est la lettre d’Henri Wallon, qui pourtant ne partage pas les thèses de Louis Ménard, en particulier sur l’esclavage antique, qui ouvre le recueil. Elle est suivie de surcroît par celle de Marcelin Berthelot. Le père fondateur de la Troisième République et l’un des dignitaires de ce régime se retrouvent ainsi en première ligne dans un ouvrage qui défend le culte des morts barrésien. Le recueil mêle aussi à leur insu, à une époque où l’affaire Dreyfus était loin d’être terminée, un dreyfusard engagé comme Pierre Quillard et des antidreyfusards notoires comme Barrès, Pierre Louys, François Coppée et Jules Soury. Louis Ménard avait certes été antidreyfusard, et Barrès n’avait pas manqué de le rappeler dans le post-scriptum de sa lettre à Édouard Champion (« J’oubliais de vous dire que Louis Ménard était antifreyfusard72 ») – encore aurait-il fallu examiner les raisons de ce choix.

17Henri Peyre rappelle que, dans sa vieillesse, Louis Ménard « qui avait rêvé de concilier tous les dieux » avait manifesté « une hostilité curieuse contre le judaïsme et contre les Israélites » :

  • 73 Ibid.

Lorsque l’affaire Dreyfus survint et déchira la France en deux camps, Ménard qui avait été, toute sa vie, l’adversaire de l’ordre établi, des conservateurs satisfaits et des doctrines officielles, se rangea aux côtés des antidreyfusards ; la passion fut portée à un tel degré de violence aveugle, en ces années de luttes politiques, que cet apôtre de la justice fut cette fois partisan d’une injustice73.

  • 74 Ibid.
  • 75 Barrès lui a dédié Du sang, de la Volupté et de la mort, Paris, Charpentier, 1894.
  • 76 Charles Maurras, Barbarie et Poésie, Paris, Nouvelle Librairie nationale et Librairie ancienne Hon (...)
  • 77 Voir Le Tombeau, p. XIII et XVII.

18Il rajoute cependant que « son antijudaïsme reste purement théorique et ne lui fit jamais prononcer la moindre parole sectaire ou malsonnante contre ses contemporains israélites » et que « son amitié pour Barrès et son groupe [La Cocarde] ne lui fit jamais accepter toutes leurs vues sur la décadence du parlementarisme ; il se prêta plutôt avec complaisance aux hommages de ces jeunes gens qui le citaient comme une autorité et lui demandaient avec déférence sa collaboration, d’ailleurs gratuite74 ». En tout cas Pierre Quillard, l’auteur du Monument Henry, lui conserva toujours son amitié. Le choix des oubliés n’est pas anodin non plus. Indépendamment de leur valeur littéraire, les différents épistoliers sont unis par des liens idéologiques visibles. Édouard Champion adresse sa lettre préface à Barrès, lequel avait dédié en 1894 Du sang, de la volupté et de la mort à Jules Tellier75, (ami aussi de Charles Maurras), et dont les Reliques avaient été préfacées par Paul Guigou en 1890. Le recueil de vers et de prose de Paul Guigou, Interrupta, où figurent entre autres une étude sur Jules Tellier et une autre sur Bouchor, est préfacé par François Coppée, et bénéficiera d’un article de Maurras dans L’Etang de Berre qui sera édité par Ernest et Édouard Champion en 1928. Maurras commémore en 1900 Joseph Capperon dans La Chronique des livres ; Emmanuel Signoret fera l’objet d’un article dans Barbarie et poésie, éditée en 1925 à la Nouvelle Librairie nationale et chez Édouard Champion ; Maurras rappellera dans ce livre que son « jeune ami Édouard Champion nourrit deux haines vigoureuses, l’auteur de Quo Vadis ? et l’auteur du Maître des Forges, le lugubre M. Ohnet, le morne M. Sinckiewicz76 », reprenant ainsi la lettre préface du Tombeau77. Louis Ménard devient ainsi le point de ralliement d’écrivains penseurs de la contre-révolution. À la parution du Tombeau, Barrès pourra écrire :

  • 78 Maurice Barrès, La Revue bleue, citée dans la revue de presse imprimée placée dans le manuscrit du (...)

Je ne saurais trop féliciter Édouard Champion de s’attacher à recueillir dans Ménard tout ce qui peut servir à la grande thèse du racinement. Il faut nous inventer des ancêtres à nos idées. Ils ajouteront leur autorité à ce grave enseignement par la terre et par les morts, auxquels nous sommes dévoués et qui, chaque jour, rallie de magnifiques appuis78.

  • 79 Maurras, La Gazette de France ; ibid. Édouard Champion avait en effet publié, en 1902 aussi, des E (...)
  • 80 Voir Henri Clouard, La « Cocarde » de Barrès, Paris, Librairie nationale, 1910. L’ouvrage porte la (...)

19Maurras à son tour, citant le Tombeau, évoquera dans La Gazette de France le « service considérable qu’[Édouard Champion] a rendu à notre principe et à notre œuvre au moment de l’Enquête sur la Monarchie79 ». Ajoutons enfin que René Ménard, qui signait le portrait de son frère en tête du Tombeau, était l’un des principaux rédacteurs de La Cocarde de Barrès, avec Paul Guigou80.

  • 81 Voir Heredia, Barrès, Quillard, Claretie, Jean-S Barès, Pilon, Dufour…
  • 82 On pourrait aussi rappeler la sympathie que lui manifesta Clémenceau.
  • 83 Henri Peyre, op. cit., p. 196.
  • 84 Poèmes et Rêveries d’un Paien mistiqe, éd. cit., « Évolution religieuse », p. 270.

20C’est bien à une instrumentalisation insidieuse de Louis Ménard que l’on assiste dans ce Tombeau, car on peut difficilement en faire le défenseur de la contre-révolution, nationaliste, monarchiste, antisémite. Sa participation à la révolution de 1848 du côté des Républicains, sa dénonciation des journées de Juin, son exil consécutif à la rédaction de son ouvrage Prologue d’une Révolution, sa sympathie pour les Communards plaident assez en sa faveur. Nombreux sont les contributeurs81 qui rappelleront ses engagements favorables à la République, ses amitiés pour Blanqui, Proudhon, ses relations, lors de son exil, avec Karl Marx82, et ses articles de foi : « Le polythéisme est la meilleure des religions, puisqu’il aboutit nécessairement à la république83 » ; et encore : « C’est bien assez peu d’être un homme, sans se condamner à n’être que de son pays et de son temps84... » En dépit de cela, Le Tombeau de Louis Ménard joue constamment sur deux registres, l’hommage à Ménard et la défense de la cause de la droite contre-révolutionnaire. La lettre s’y décline de multiples façons : lettre préface, hommage et défense d’une cause idéologique ; lettre ouverte, constituant une communauté d’appartenance ; lettres familières, parlant de la poésie sans la susciter ; lettre document, lettre preuve, où les épistoliers deviennent malgré eux les garants du propos réactionnaire de Champion, qui n’écrira plus jamais sur Ménard.

  • 85 Maurice Barrès, Le Voyage de Sparte, Paris, Émile-Paul Éditeurs, 1906, p. 10.
  • 86 Ibid.

21C’est ailleurs, et plus tard, que sa poésie retrouvera toute sa force, dans Le Voyage de Sparte, par exemple, où Barrès rappellera le « coup d’alcool85 » qu’il reçut à la lecture, par son professeur Burdeau, des Rêveries d’un païen mystique, « cette haute poésie essentielle86 ». Au-delà de « ces temps de tumulte » dont parlait Édouard Champion, la puissance de la poésie demeure…

Notes

1 La mode du tombeau fut en effet particulièrement vive entre 1560 et 1595. Les explications que propose Amaury Fleges font apparaître le renforcement de l’institution littéraire à l’intérieur du royaume, d’une part, et rappellent d’autre part que dans l’époque 1560-1595 la crise politique fut particulièrement aiguë, au point que l’État s’en trouva menacé. Voir Amaury Fleges, « “Je ravie le mort”, tombeaux littéraires en France à la Renaissance », Le Tombeau poétique en France, la Licorne, publication de l’UFR de Langues et Littératures de Poitiers, 1994, p. 14.

2 C’est du moins ce qu’affirmait Léopold Delisle à Honoré Champion dans une lettre du 23 janvier 1902. Voir Jacques Monerin, Honoré Champion et sa librairie, 1874-1978, Paris, Champion, 1978, p. 106.

3 Sur ces cinquante personnalités, dix-huit mourront avant la guerre de 1914.

4 Plusieurs Parnassiens collaborent à ce tombeau : « (Heredia, Coppée, Mérat, Plessis), ainsi que des proches du mouvement (Henry Houssaye, Jules Breton, André de Guerne, Eugène Melchior de Vogüé) et de jeunes poètes qui ne rejettent pas l’héritage parnassien (Henri de Régnier, Pierre Louÿs, Robert de Montesquiou) ». Yann Mortelette, Histoire du Parnasse, Paris, Fayard, 2005, p. 382.

5 Édouard Champion, Le Tombeau de Louis Ménard, Paris, Honoré Champion, 1902 [dorénavant cité Le Tombeau], p. 4.

6 Ibid.

7 Ibid., p. VII.

8 Ibid, p. XV.

9 Ce roman a été récemment réédité. Jean Lombard, L’Agonie, ill. d’Auguste Leroux, présentation Marie-France de Palacio, Anglet, Atlantica, Paris, Séguier, 2002. Byzance figure dans le fonds Barrès à la BnF.

10 Publié à Paris chez Colin en 1897. L’ouvrage se trouve dans le fonds Anatole France à la BnF.

11 Emmanuel Signoret (1872-1900), poète et critique d’art, a composé des Nouveaux documents pour une esthétique (s.l.n.d.), La Souffrance des eaux (1899), recueil couronné par l’Académie française, et Le Tombeau de Stéphane Mallarmé (1899). Ses Poésies complètes sont rééditées en 1908 avec une préface d’André Gide. Il avait fondé en 1890 la revue Le Saint-Graal. Paul Guigou (1865-1896), qui fut le précepteur des enfants de Mme de Martel (Gyp), est l’auteur d’Interrupta (frontispice et portrait de M. Puvis de Chavannes, préf. de M. François Coppée), Paris 1898 [fonds Barrès]. Il a écrit une préface aux Reliques de Jules Tellier en 1890 [fonds Barrès]. Saint-Cyr Marie Joseph de Rayssac (1837-1874) est l’auteur d’Alfred de Musset (1868) et de Poésies (1877) ; en 1876, cinq de ses poèmes sont publiés dans la troisième série du Parnasse contemporain. Jules Tellier (1863-1889), écrivain et journaliste, est l’auteur de Nos poètes (1888) et de Reliques, recueil posthume publié en 1890 ; ses Œuvres complètes sont éditées entre 1923 et 1925 par Raymond de la Tailhède. Albert Samain (1858-1900) enfin est l’auteur entre autres du recueil Au jardin de l’Infante (1893).

12 Le Tombeau, p. XIV.

13 Voir ibid., p. XXV.

14 Ibid, p. XIII.

15 Ibid., p. XXVI-XXVII.

16 Ibid., p. XXII.

17 Ibid, p. XIX-XX.

18 Ibid., p. XXXII.

19 Ibid., p. XXXVI.

20 Ibid, p. XXXVII.

21 Ibid., p. XLII-XLIII.

22 Ibid., p. 3.

23 Ibid., p. XIII. Barrès lui aussi évoquera dans sa lettre « la tradition du grand goût littéraire » à propos de Ménard (ibid., p. 37).

24 Ibid., p. XVII.

25 Ibid., p. 5.

26 Ibid, p. XV.

27 Ibid, p. XIV.

28 Ibid, p. XXXVII.

29 Ibid, p. 3-4.

30 Ibid., p. 95. Certains épistoliers s’excusent cependant de ne pouvoir écrire longuement pour cause de départ ou de manque de temps : Renouvier, Croisset, Paris, Vogûé, Sorel, Mme Jean Bertheroy. L’excuse est-elle fondée, ou faut-il y voir une réticence à parler, en des temps troublés, de Ménard ?

31 « Les yeux bleus semblent regarder très loin », souligne Heredia ; Barracand parle « des yeux bleus et ronds, d’une lumière et d’une fixité extraordinaires », et Régnier évoque des « yeux clairs qui voyaient loin dans le passé et dans l’avenir. » Ibid., p. 30 (Heredia), p. 117 (Barracand), p. 157 (Régnier).

32 Heredia, ibid., p. 31.

33 Dufour, ibid.., p. 190

34 Haraucourt, ibid., p. 121.

35 Anny Detalle, Mythes, merveilleux et légendes dans la poésie française de 1840 à 1860, Paris, Klincksieck, 1976, p. 329. On rapprochera ce Prométhée de celui de Quinet.

36 Voir Henri Peyre, Louis Ménard (1822-1901), New Haven, Yale University Press, 1932, p. 39.

37 Louis Ménard, Poèmes et Rèveries d’un Paien mistiqe [sic], Paris, Librairie de « L’art indépendant », 1895, p. 6.

38 Le Tombeau, p. 142.

39 Les Poëmes connaîtront une seconde édition en 1863.

40 Voir Marta Caraion, Les Philosophes de la vapeur et des allumettes chimiques, Genève, Droz, 2008.

41 Voir Henri Peyre, op. cit., p. 110.

42 Poêmes et Rêveries d’un Paien mistiqe, éd. cit., p. 6-7.

43 Le Tombeau, p. 34.

44 Ibid., p. 117.

45 Ibid., 36. Malgré ces critiques élogieuses, ces Poëmes furent peu appréciés des contemporains et l’apport de Louis Ménard dans le domaine de la versification est passé sous silence. (Voir Louis Ménard, op. cit., p. 7.)

46 Ce recueil se compose de poèmes déjà parus pour certains dans Poëmes et de morceaux en prose qui sont pour la plupart des dialogues. Ils « sont distribués selon un ordre caché, mais voulu ; toute la complexité d’une pensée parfois contradictoire y est préservée, les morceaux railleurs et sceptiques succédant aux professions de foi religieuse, les sonnets stoïciens aux fantaisies politiques ». Henri Peyre, op. cit., p. 405. Sa première édition paraît chez Lemerre en 1876.

47 Le Tombeau, p. 151-152.

48 Ibid.., p. 72.

49 « Car la gloire déjà te place au rang des Dieux »… écrit Depont. Ibid., p. 125.

50 Ibid., p. 14.

51 Ibid, p. 16.

52 Il se propose d’ailleurs de faire paraître ces informations dans son étude sur Ménard.

53 Le Tombeau, p. 122.

54 Voir à ce sujet dans Le Tombeau la lettre de Jean-S. Barès.

55 Ibid, p. 19.

56 Ibid, p. 73.

57 Ibid, p. 125.

58 Philippe Dufour, Poêmes légendaires, Paris, A. Lemerre, 1897. Ce recueil est dédié à la mémoire de Leconte de Lisle et comprend une lettre de José-Maria de Heredia.

59 Le Tombeau, p. 189.

60 BnF, Mss, Naf 26 259.

61 Le Tombeau, p. 37.

62 Ibid., p. 44.

63 Ibid., p. 47.

64 Ibid., p. 88.

65 Zeev Sternhell, Maurice Barrès et le nationalisme français, Bruxelles, Complexe, 1985, p. 254.

66 Jules Soury, Campagne nationaliste, Paris, L. Maretheux, 1902.

67 Le livre est dédié à « M. le général Mercier qui a bien mérité de la patrie en contribuant plus qu’aucun homme de France aux deux condamnations du traître juif Alfred Dreyfus ». Zeev Sternhell, op. cit., p. 255-256.

68 Ce texte est repris dans l’édition de 1890 des Rêveries. Voir Louis Ménard, Rêveries d’un païen mystique, étude introductive et bibliographie de Gilbert Romeyer Dherbey, éd. de la Maisnie, 1990.

69 Voir Henri Peyre, op. cit., p. 524.

70 Rêveries d’un païen mystique, éd. cit., p. 161.

71 Ibid., p. 162.

72 Le Tombeau, p. 37. Sur la position de Ménard pendant l’affaire Dreyfus, voir Henri Peyre, op. cit., p. 446.

73 Ibid.

74 Ibid.

75 Barrès lui a dédié Du sang, de la Volupté et de la mort, Paris, Charpentier, 1894.

76 Charles Maurras, Barbarie et Poésie, Paris, Nouvelle Librairie nationale et Librairie ancienne Honoré Champion Édouard Champion, 1925, p. 153.

77 Voir Le Tombeau, p. XIII et XVII.

78 Maurice Barrès, La Revue bleue, citée dans la revue de presse imprimée placée dans le manuscrit du Tombeau. C’est nous qui soulignons.

79 Maurras, La Gazette de France ; ibid. Édouard Champion avait en effet publié, en 1902 aussi, des Entretiens avec M. Sully Prudhomme dans lesquels il interrogeait ce poète sur l’idée de monarchie. Maurras rendra compte de cet opuscule dans un article réimprimé dans son Enquête sur la Monarchie : « Qu’un jeune bachelier, un des esprits les plus vifs et les plus précoces de sa génération, causant ainsi avec un maître de l’art poétique, ait songé à lui demander son avis sur la force de la théorie monarchiste, ce doit être pour nous un grand sujet de confiance. C’est tout au moins le clair indice de la prochaine orientation de l’esprit public. » (Charles Maurras, Enquête sur la Monarchie, Nouvelle librairie nationale, Paris, 1925, p. 284.)

80 Voir Henri Clouard, La « Cocarde » de Barrès, Paris, Librairie nationale, 1910. L’ouvrage porte la dédicace suivante : « À Léon Daudet / En témoignage de haines communes / Henri Normant. »

81 Voir Heredia, Barrès, Quillard, Claretie, Jean-S Barès, Pilon, Dufour…

82 On pourrait aussi rappeler la sympathie que lui manifesta Clémenceau.

83 Henri Peyre, op. cit., p. 196.

84 Poèmes et Rêveries d’un Paien mistiqe, éd. cit., « Évolution religieuse », p. 270.

85 Maurice Barrès, Le Voyage de Sparte, Paris, Émile-Paul Éditeurs, 1906, p. 10.

86 Ibid.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540