Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et faire la géographie sociale

 | 
Raymonde Séchet
, 
Vincent Veschambre

Première partie. Les postures de la géographie sociale : vers une théorie critique et une épistémologie de l’implication

Pour une nouvelle géographie urbaine critique

Laurent Viala

Texte intégral

  • 1 [laurent.viala@univ-montp3.fr].

1Note portant sur l’auteur1

2La nouvelle géographie urbaine critique que nous appelons de nos vœux vient contredire la formule célèbre de R. Brunet sur le statut de la géographie sociale (Brunet, 1986 : 130) : nous refusons de renoncer à une géographie clairement qualifiée de sociale. Un regard quelque peu réflexif autorise la mise en question d’une géographie sociale toujours à la recherche du lieu de son plein épanouissement. Les recherches engagées rendent compte d’avancées théoriques et d’investigations thématiques et/ou problématiques nouvelles. Cependant la mise en perspective de ces résultats devient une nécessité car, désormais, doivent émerger les principes renouvelés d’une géographie sociale aspirant à abandonner son épithète pour cause de pléonasme. L’ancrage définitif de la géographie en sciences sociales, comme son rapprochement attendu des sciences de l’action, commande mais aussi anime cette réviviscence, condition d’une parole plus assurée et ouverte à la critique. Dans le même temps, le refus de l’illusion à laquelle conduit une certaine mise en mémoire (Abir-Am, 1998) de la discipline avertit du caractère toujours trop contraignant des cadres actuels de la légitimité disciplinaire. Encore à l’état de projet, la nouvelle géographie urbaine critique, entendue comme science de l’établissement humain, pense pouvoir contribuer à l’assise épistémologique et théorique de la géographie sociale. En livrer les grands principes structurants commande d’abord d’actualiser la relation entre espaces et sociétés afin d’éclairer la pratique du géographe, pour ensuite questionner le projet disciplinaire c’est-à-dire garantir aux ambitions passées, présentes et futures de la géographie sociale les conditions nécessaires à leur plein accomplissement et leur conformité scientifique. Ces deux préalables ne sont pas secondaires car ils fixent le cadre d’exposition du projet et les conditions de son accomplissement.

FAIRE LE CONSTAT D’UN MONDE RENOUVELÉ

3Le temps passe, l’évolution de nos sociétés est remarquable, la présence de l’homme dans les lieux répond à de nouveaux enjeux qui bouleversent les représentations guidant ses choix. Malgré la diversité des positions, une certaine littérature sociologique annonce ces changements (Maffesoli, 1979). À l’écoute de la production anglo-saxonne (Staszak, 2001), la géographie culturelle nouveau régime tente d’en intégrer certains aspects à son champ d’investigation selon une logique à l’évidence dénuée de véritables perspectives. Peut-être trop accaparée par le traitement des questions sociales, la géographie sociale française n’a pas encore pleinement adopté l’approche sociétale intégrant le réflexe indispensable à toute analyse des phénomènes sociaux et de leur inscription spatiale (Soja, 1989).

Des questions sociales à l’accroche sociétale

4La première des exigences est simple. Considérant la diversité des questions prises en charge par les géographes sous le couvert de la géographie sociale, la variété des objets construits à chacune de ces occasions, la multiplicité des terrains mobilisés et des moyens activés, considérant la richesse de cet ensemble à la cohérence épistémologique en voie de stabilisation, une véritable géographie des sociétés est requise. Condition sine qua non d’une géographie sociale affirmée, cette résolution donne accès à des enjeux premiers – des enjeux de société – conditionnant l’appréhension de toute question sociale. Dès lors, avec cette distinction clairement posée entre, d’une part, la mécanique d’ensemble de la société et sa coloration particulière à un moment donné et, d’autre part, les phénomènes sociaux pris dans cette complexité, désormais identifiée et prise en référence, l’examen de toute question sociale devrait bénéficier d’une cohérence immédiate. Ne pouvant résumer plus longtemps la géographie sociale à une juxtaposition d’objets à caractère social, l’acte de recherche retrouve ainsi une partie de sa force épistémologique. Bien entendu, la construction de ces objets, se référant à des thématiques sociales, n’est pas écartée, mais lui donner une priorité dans la perspective disciplinaire reste un vain espoir dans la mesure où l’effort épistémologique à fournir est une exigence de premier ordre sans laquelle rien n’est vraiment envisageable. Les passerelles avec la géographie culturelle, revue et corrigée, semblent possibles et peut-être même indispensables : car comment les questions sociales peuvent-elles être abordées si la caractérisation d’ensemble de la société ne tient pas compte de dimensions culturelles qui, par ailleurs, en procèdent ?

Investir le registre de la métropolisation : du dogme au paradigme

5Cette autre nécessité, directement liée à la précédente, engage sur la voie d’une affirmation paradigmatique. Après maintes explorations, elle se réalise avec le thème de la métropolisation (Bassand, 1997) orientant de manière quelque peu dogmatique la réflexion sur la ville depuis le milieu des années quatre-vingt-dix. La construction métropolitaine de la réalité urbaine devient le cadre dominant d’appréhension des faits sociaux. Il est donc demandé à ce phénomène ordonnateur de spécifier les nouveaux enjeux de la production de l’espace. Dans les faits, la métropolisation ne peut être réduite à sa seule traduction spatiale ; son expression trouve de nombreux échos dans tous les secteurs de la société y compris du point de vue politique (Oblet, 2005). Concrètement, le paradigme de la logique métropolitaine évoque le mouvement d’autonomisation des villes. Elles deviennent autant de réalités au service d’elles-mêmes et seule la constitution d’une image idéalisée – fruit d’une représentation conforme à l’ordre métropolitain dispensateur d’une norme intransigeante, dogmatique – semble leur permettre de subvenir à leurs besoins. Cette lecture privilégie l’expression du pouvoir ou de pouvoirs adhérant massivement à cette solution métropolitaine devenue panacée. Mais ce paradigme emprunte aussi à une approche opposée participant pourtant de la même logique. Elle oublie l’expression de ce(s) pouvoir(s) et y préfère celle de la puissance des habitants. Parce que la ville – métropolisée (Ion, Micoud, 1990) – évolue dans un monde (celui de l’action notamment) feignant d’être pleinement attentif aux pratiques sociales, celles-ci entreprennent d’œuvrer à leur niveau, à leur rythme et avec leurs moyens. Face à la logique du projet de ville (Charrié, 1996) empruntant au symbolique, à ce qui n’a pas de valeur en soi mais qui exprime une intention politique forte affirmant ce que doit être la ville, la discrète logique du quotidien sait alors refuser parfois l’imposition en offrant aux habitants des stratégies parallèles leur permettant de dire ce qui, en réalité, est. Dans ce vaste chantier de redéfinition des rapports entre espace et société, ce paradigme veut signifier le passage d’une forme de la ville produite, entendue comme totalité (Viala, 2005), à une forme de la ville de plus en plus fabriquée. Son être doit d’ailleurs se conformer à des exigences extérieures, parfois étrangères à ce que le local peut en dire.

Prendre la mesure d’une localité globalisée

6Traduction directe de cette situation, la référence au local (Bourdin, 2000) est brouillée. Désormais, les modalités d’expression de la société en un lieu sont invitées à la table de la mondialisation. Tiraillé entre la volonté de reconduire un potentiel historique, né d’un ancrage spécifique, et la nécessité de prendre en compte cette nouvelle appartenance, dispensant un vent d’universalité, le local remanie les fondements lui permettant de prendre concrètement corps dans l’espace : comprendre les enjeux liés au nouvel ordonnancement du monde revient à laisser la référence à la globalité « raisonner » la localité. Dorénavant, la convocation du local est indissociable de l’éclairage du global. La compréhension de l’un dépend de l’autre. Avec l’affirmation des métropoles, au détriment peut-être des États-nations, l’appréciation de la nouvelle localité se fait en ces termes. La mise en œuvre d’une géographie sociale attentive au contexte sociétal ne peut méconnaître les raisons de cette recomposition et doit en saisir les manifestations et les conséquences en lien avec les questions sociales. Jusqu’ici l’exploration effective du monde et de nos sociétés n’était pas clairement orientée : le sens et la motivation des recherches engagées répondaient certes aux objectifs premiers de la géographie sociale mais ne prenaient pas véritablement en charge une interprétation sociale d’ensemble aboutissant à une caractérisation du monde. Or, aujourd’hui, compte tenu du changement social et de l’incapacité de la géographie sociale à en rendre pleinement compte dans l’instant, la bonne place de la discipline en sciences sociales commande une réaction à la hauteur de la déception ressentie. Absente du débat sur la modernité et son dépassement malgré quelques discussions tardives, elle doit le faire sien, prendre position et en tirer les conséquences notamment en termes de pratique disciplinaire afin de la mettre en conformité avec la réalité du moment.

Explorer le monde postmoderne : de l’évolution sociale aux cadres de la recherche scientifique

7Le dépassement de la modernité aboutit parfois à la reconnaissance d’une société postmoderne (Ruby, 1990). Très critiqué, le vocable paraît pourtant plus expressif que les formules officiellement élaborées pour qualifier autrement le changement en cours ainsi que le nouvel état atteint. Ces libellés – deuxième ou troisième modernité (J.-P. Ferrier) pour les versions minimalistes ou « outre-mode » (A. Berque) par exemple pour des approches plus consistantes – paraissent avoir été imaginés pour ne pas faire explicitement référence au terme post-modernité. Les raisons de ce refus ne sont pas clairement ni sérieusement explicitées, mais il faut vraisemblablement renvoyer à quelques rigidités disciplinaires, sans doute parmi les plus anciennes. Dépassant ce blocage, cette crainte, la géographie sociale doit actualiser son regard en embrassant un tel engagement, ne serait-ce que pour éviter l’enlisement. La post-modernité ne désigne pas maladroitement le moment qui viendrait après la modernité en prenant soin de ne pas le nommer ; au contraire, elle évoque toujours la modernité, mais une modernité questionnée, bousculée dans ses habitudes et ses principes, dépassée dans ses objectifs, ses moyens et ses considérations sur l’homme, la société, l’espace, le temps. Au final, la post-modernité vient dire l’importance du changement à l’œuvre. Inévitablement, les objets changent, les questions se renouvellent et les hypothèses avancées empruntent à des registres jamais réellement sollicités. Face à ce bouleversement des références, une question de méthode intervient : comment accéder à la réalité actuelle sans revoir les grands principes d’intervention ainsi que les moyens concrets mobilisables ? Les réflexes ne peuvent plus être les mêmes sous peine d’erreur manifeste d’appréciation. Ainsi, pour peu que l’on fasse abstraction de l’attitude par endroit péremptoire de la revue L’Espace géographique (2004-1) relativement au bien fondé de l’approche postmoderne, une telle option peut être retenue et assumée. En 1986, la revue avait d’ailleurs déjà organisé la mise à l’épreuve de la géographie sociale (1986-2).

ADAPTER LA PRATIQUE GÉOGRAPHIQUE AU CONTEXTE SOCIAL ET SCIENTIFIQUE

8Prendre conscience de la mutation particulièrement marquante de la société, se manifestant au cours des années quatre-vingt et se poursuivant encore aujourd’hui sous des formes sans cesse renouvelées, devient donc essentiel pour donner un sens aux recherches engagées. Au-delà de cette révélation, l’adaptation de la pratique du géographe rencontre plus de difficultés. D’abord à cause du caractère instable du social, au-delà de quelques ancrages connus, ensuite et surtout par rapport aux automatismes entretenus par le géographe lui-même qui, à titre d’exemple, réduit bien souvent la réalité au réel avec pour conséquence le délaissement de l’imaginaire et du symbolique.

De la géographie sociale au projet disciplinaire

9La transformation de la géographie dépend donc de son inscription définitive dans les sciences sociales. Celle-ci n’adviendra qu’à compter du moment où elle adhèrera au projet porté par les sciences sociales (et humaines) qui dispose d’un volet implicitement conçu autour de la rencontre entre espaces et sociétés, et qui met au débat la vaste énigme du monde commun en partage (Staszak, 1997), de son organisation sociale et ses implications spatiales. Cette marche commune dispose d’une visibilité particulière lorsqu’elle cerne la question urbaine. La sociologie a longtemps occupé le devant de cette scène avec, à l’appui, la psychologie, la philosophie, l’anthropologie, et plus récemment la sémiotique et la linguistique. La géographie dispose d’une place en sciences sociales pour diffuser sa connaissance et valoriser son savoir-faire sans jouer les sciences de synthèse ou d’appoint. Au contact des autres disciplines, sa participation à une meilleure compréhension du monde est simplement conditionnée au respect et à l’intégration des apports connexes ainsi qu’à la maîtrise d’un corpus d’ensemble. Avant cela, la géographie sociale devra être placée au cœur d’un projet pour la discipline conforme aux grandes idées portées par les sciences sociales. Jamais jusqu’ici, il n’a été réellement énoncé. L’enjeu épistémologique est considérable puisqu’il pourrait s’agir de demander à la géographie sociale d’assumer, seule, le renouvellement disciplinaire, non en l’imposant dogmatiquement à l’ensemble des pratiques mais en faisant de son propre leitmotiv, et de l’intérêt social, politique voire idéologique qu’il porte, la raison d’être de la géographie. L’on comprend alors la nécessité pour le géographe d’ajuster sa pratique d’abord à la réalité qu’il entend investir et ensuite vis-à-vis du contexte scientifique d’accueil. La réalité de ce projet implique de faire des choix. En termes de méthode avant tout, puisqu’il serait bon d’en terminer avec l’omnipotence des moyens à disposition. Au-delà du réflexe dialectique, les grands principes régissant l’acte de recherche doivent rester extrêmement ouverts car ce qui paraît important tient dans l’idée d’une pleine adaptation de la pratique à l’objet et à la réalité. La nature du socle théorique reste aussi en suspend car en évitant l’enfermement théorique et une forme de conceptualisme, une place primordiale est accordée à la pratique et à l’expérience. Dès lors, l’utilité sociale de la géographie s’affirme avec son rapprochement des sciences de l’action. Savoir savant et savoir pratique s’auto-émulent alors que bien souvent l’un se met au service de l’autre au risque d’ailleurs d’une forme d’inféodation.

Se positionner par rapport aux grands principes épistémologiques

10L’adaptation de la pratique du géographe à la réalité sociale et scientifique du moment passe par l’affirmation de positions fondamentales sur quelques questions qui ne le sont pas moins. Il faut doter les acquis géographiques d’une intelligibilité propre aux sciences sociales. Ainsi, toujours à titre d’exemple, plusieurs questionnements devront être résolus. Premièrement, n’est-il pas préférable de privilégier l’expression de vérités comme but ultime de la science plutôt que la recherche de la vérité ? Autrement dit, n’est-il pas temps d’abandonner cette prétention intenable en se donnant la seule réalité comme fin ? Deuxièmement, n’est-il pas nécessaire de prendre la mesure de ce qu’implique l’adhésion à une approche totale de la réalité ? Troisièmement, du point de vue de la mise en action concrète de la géographie au sein des sciences sociales, n’est-il pas temps de renoncer à des collaborations qui n’en sont pas ? Peut-être faudrait-il accéder à la transdisciplinarité annoncée par F. Dosse qui dépasse l’interdisciplinarité c’est-à-dire l’appel ponctuel aux disciplines voisines afin de combler nos propres lacunes. Ici, le côté utilitariste disparaît au profit « […] d’un type d’alliance où l’on utilise l’autre pour en apprendre à son sujet, pour mieux comprendre le sens de ce que l’on fait en reconnaissant le choix dont on procède » (Dosse, 1995 : 387). Quatrièmement, le réflexe critique mérite lui aussi d’être mis à la question : la dimension critique est porteuse d’un véritable intérêt épistémologique et ne peut donc être légitimée par la seule influence d’un engagement politique et/ou idéologique voire d’une position sociale, sur les modalités de mise en œuvre de l’acte de recherche. Science et idéologie étant indéfectiblement liées, l’intérêt semble ailleurs. Il faut sans doute le chercher dans la capacité d’interprétation du chercheur. Car il a la possibilité de mettre en rapport et de questionner des faits, des intentions, des principes, des valeurs, des conceptions, des positions, des actions, des systèmes d’acteurs, des processus de décision, et cela sur fond de position éthique, morale ou de justice c’est-à-dire en invitant la réflexion philosophique à la table du géographe. En ce sens, le réflexe critique intervient comme véritable signe distinctif de la géographie sociale. Par ailleurs, deux réorientations ou affirmations demandent quelques précisions. La première est relative à la recherche du sens et l’adoption d’une démarche compréhensive, la seconde concerne le choix d’un langage d’exposition.

Œuvrer pour une approche compréhensive

11En sciences sociales, le chercheur peut croire en la vérité comme but de son activité c’est-à-dire assurer un gain de connaissance dans un domaine précis. Ainsi, il ne parvient au terme de sa recherche – débusquant ladite vérité (un de ses aspects) sur des questions déterminées – que s’il sollicite le processus explicatif. Selon les paramètres retenus, celui-ci emprunte à une des méthodes imaginées pour le servir. L’explication suppose l’expression d’une causalité : il s’agit de dire les causes du phénomène observé en développant une démarche déductive. Une autre procédure existe. Elle dispose de son autonomie, mais fonctionne sans grandes difficultés avec la première. Pour certains, la mise en œuvre de celle-ci n’intervient qu’après-coup, une fois le recours à la première mené à son terme, pour confirmation. La quête du vrai la concerne moins puisqu’elle en appelle davantage à l’interprétation de ce qui est : sa mission est la compréhension des phénomènes. L’action de comprendre convoque les raisons qui donnent du sens et renvoient à des motivations, à des intentions ou à d’autres éléments (symboliques, imaginaires, mythiques) à révéler. Comprendre c’est lancer une invitation à ce qui habituellement n’est pas retenu sans pour autant être absent. Non pris en compte parce que n’appartenant pas au champ de référence de la raison scientifique, ces situations, moments, relations, cet aspect de la réalité appartiennent au profane. Mais sont-ils pour autant dénués de tout intérêt susceptible de produire un apport de connaissance valant ceux que la scientificité valide habituellement ? Sont à nouveau sollicitées les questions de méthode fixant les grands principes de la démarche et à leur suite les outils mis à sa disposition, renvoyant à la méthodologie (Javeau, 1976). Ceci étant dit, et contrairement à ce que l’on observe souvent, les moyens d’investigation de la réalité sont au service du chercheur et n’occupent donc qu’une place secondaire : leur utilisation reste dépendante de la question qui pose problème (qui interroge), de l’objet construit, de sa mise en problématique et des recours méthodiques annoncés. Le choix d’un langage d’exposition relève de la même logique.

Choisir un langage d’exposition

12En matière d’épistémologie, ce choix est essentiel. Vincent Berdoulay rappelle que la pensée, géographique en l’occurrence, ne vaut que par le discours qui l’exprime et note que « […] la méfiance des scientifiques à l’égard du langage naturel va les faire se tourner souvent vers l’utilisation des mathématiques, seul langage neutre à leurs yeux » (Berdoulay, 1988, 8). Son analyse montre la difficulté liée à cette élaboration : du « discours-prison « au « discours-création » en empruntant judicieusement, donc prudemment, à l’idéologie, à la rhétorique. Ailleurs, il pose la question du langage d’exposition (Falgon, 1995). Un premier constat rappelle que « l’essor de la modernité nous avait encouragé à cultiver la science indépendamment des jugements de valeur, de l’art, de la littérature et de tout ce qui se rapporte à la subjectivité ». Le second signale la crise de la modernité et « […] invite à nous interroger sur les changements qui ont affecté notre relation au monde c’est-à-dire notre façon de concevoir et de vivre notre rapport à ce qui nous environne ». Élisabeth Falgon explique que « le travail de la géographie, des sciences sociales plus généralement, est alors de percer les liens nouveaux entre les composantes éclatées de l’espace et des rapports des hommes à celui-ci » (Falgon, 1995 : 12). Le langage à mettre en œuvre pourrait donc être le langage du plaisir, peut-être prétentieux, de l’écriture (dire), celui du vain plaisir de toucher à ce qui est là sans y être et qui relève du symbolique, de l’imaginaire (interpréter), mais aussi celui du plaisir de prendre acte de la réalité telle qu’elle se donne à voir (témoigner en montrant), celui du plaisir de penser utilement en considérant que les règles de scientificité ne sont pas figées et qu’elles disposent d’une capacité d’ouverture, d’accueil, d’intégration bien plus importante qu’on ne le croit (comprendre). Un brin de proximité (sensible) inspirée (intuition) sur fond de distance (raison), en quelque sorte.

AFFIRMER LES GRANDS PRINCIPES A L’APPUI D’UNE NOUVELLE PENSEE CRITIQUE DE LA VILLE

13Les vingt années qui nous séparent de la publication de l’ouvrage « à quatre mains » (Frémont et al., 1984) témoignent donc d’un moment décisif de l’évolution sociale et scientifique. Ce laps de temps a vu le monde devenir espace. Exprimant ce phénomène, la mondialisation rejaillit sur les sociétés qui, en réponse, reconsidèrent nombre de leurs fondements : les modes et modalités de l’être et du vivre ensemble vivent une mutation. Au regard de ce qui vient d’être exposé, la géographie sociale prend progressivement la mesure de ce changement en en saisissant les manifestations essentielles. Considérant le caractère remarquable de ce bouleversement, la question urbaine intervient non pour ranimer la partition disciplinaire en spécialités, mais plutôt comme référentiel problématique facilitant la saisie de la nouvelle condition. Le projet d’élaboration d’une nouvelle géographie urbaine critique (Viala, 2003) s’inscrit donc dans le dessein d’une géographie sociale repensée dans ses fondements épistémologiques, théoriques et méthodiques avec pour ultime ambition une géographie plus assurée tant d’un point de vue interne, c’est-à-dire vis-à-vis d’elle-même et de ses animateurs, que par rapport à sa place en sciences sociales et au contact des sciences de l’action. Dans le même temps, cette nouvelle géographie urbaine critique se met au service du projet disciplinaire confié à la géographie sociale. Si la seule situation française, voire européenne, inspire cette réflexion, l’élargissement de son champ ne devrait pas poser de problème. La ville métropolisée devient aujourd’hui le nouveau territoire d’ancrage d’une autorité publique productrice du seul ordre légitime possible. La nouvelle géographie urbaine critique fait de cet énoncé son objet. Dans l’immédiat, quatre orientations rendent compte de ce projet. Prenant appui sur le concept de forme à repenser en géographie (Viala, 2004), la première signale qu’il est urgent de reconsidérer la totalité urbaine en renonçant au modèle de la ville historique encore souvent à l’œuvre dans les représentations de la ville : la motivation première de cette nouvelle géographie urbaine critique est donc de se donner les moyens de comprendre sa forme actuelle et future hors de tout présupposé, attachement ou commodité. La deuxième interroge la recomposition périodique des territoires et ses conséquences en termes identitaires, et prend soin de révéler le sens des intentions implicitement formulées dans l’espace à chaque occasion. Le passage de la forme de la ville au territoire métropolitain se réalise par l’intermédiaire du concept d’espace public urbain revisitant la trilogie espace/lieu/territoire. La troisième, favorisant la rencontre entre la géographie et les sciences de l’action, propose quelques figures prenant une part active dans la recomposition de ce territoire. Indépendamment de la manifestation de quelques singularités, elles aident à en comprendre le caractère systématique. La quatrième se focalise sur les pratiques et représentations susceptibles de venir contrarier la logique métropolitaine – entendue comme vérité indépassable et ne supportant pas la contradiction – et donc le territoire qu’elle promeut.

Comprendre la forme de la ville en renouant avec la totalité

14Parce qu’il s’agit de déchiffrer l’intimité des processus instituant la ville, une véritable micro-géographie est requise. Le passage du macro au micro favorise la compréhension de la forme de la ville, seule capable d’atteindre les expressions les plus enfouies de la réalité du moment. Parler de la forme de la ville revient à évoquer la ville. Toutefois, ce recours à la forme rend visible ce qui, dans le seul terme de ville, ne transparaît pas, c’est-à-dire le tout, expression totale de la réalité. La forme de la ville exprime la rencontre, en un même lieu (la ville), des formes sociales, architecturales, urbaines et politiques agissant comme autant d’ordres originels, fondateurs de l’établissement humain. Autant le changement social et les adaptations urbaines liées au phénomène métropolitain impliquent une actualisation des énoncés explicatifs à laquelle le géographe contribue, autant ces nouvelles manifestations pèsent sur l’être urbain et imposent une ré-interprétation du tout qui invite à une véritable quête de sens. L’appréciation de l’altération ou du maintien de ce qui fonde la ville – son être en quelque sorte – doit prévaloir sur la finalité de nombre de recherches actuelles se focalisant simplement sur l’identification et la caractérisation de formes inédites – urbaines, architecturales, sociales ou politiques – sans en livrer une approche globale c’est-à-dire sans chercher à comprendre le sens de la forme de la ville actuelle. La ville est une réalité complexe et ne supporte pas la réduction de son sens à l’une ou l’autre des « sous-réalités » lui donnant corps. Sa réalité architecturale ou urbaine ne suffit pas à en parler surtout si celle-ci est appréciée du seul point de vue technique ou esthétique. Une énergie sociale l’oriente de l’intérieur, lui demande de diffuser son témoignage et de l’inscrire durablement dans la matérialité de son existence. L’ordre du symbolique et l’imaginaire révèlent parfois toute cette vitalité dans le réel. Réalité politique, elle l’est tout autant, mais cet aspect doit être sans cesse réaffirmé. Les formes architecturales ou urbaines ne sont jamais réellement neutres. Elles constituent le substrat d’une élaboration plus fondamentale. Réalité totale, la ville demande à être entendue comme une manifestation tout à la fois physique, sociale et politique. Trop souvent, ces deux dernières dimensions sont considérées comme des attendus que les formes architecturales et urbaines devraient en toute logique engendrer. Comprendre la forme de la ville demande une intégration dialectique des formes sociales et politiques, ou autrement dit une mise en rapport du sens des formes. D’où l’idée de reconsidérer l’espace public urbain, lequel renverrait directement à la forme de la ville. Là où la forme de la ville clarifie le recours à la forme pour traiter la question urbaine, l’espace public urbain règle la question conceptuelle, c’est-à-dire la nécessité de disposer d’un outil théorique permettant de caractériser l’établissement humain ou du moins l’une de ses manifestations les plus actuelles. La forme de la ville n’exprime pas à proprement parler une réalité concrète directement observable. Elle n’advient que par l’interprétation. Elle est représentation incarnée, « abstraction concrète » disait H. Lefebvre (1970, 159), elle « se tient à mi-chemin entre l’abstrait et le concret » expliquera R. Ledrut (1984, 106). Avec lui la forme devient un principe explicite de connaissance.

De la forme au territoire via l’espace public urbain

15Ce travail théorique favorise une saisie de la réalité urbaine contemporaine qui ne choisit pas entre espace et société. Mais, afin de prendre la mesure de l’expression de l’existence sociale dans les espaces désignés, il convient de poursuivre la réflexion en termes de territoire (accéder au territoire par la mise en projet de la forme de la ville) et de ressource (ressource territoriale informant le territoire métropolitain).

16Désormais, que peut-on apprendre des liens que société et espace entretiennent au sein des métropoles ? En quoi permettent-ils de parler de recomposition des territoires et de re-formulation des identités correspondantes (Saez, 1995) ? La forme de la ville ne peut être qu’en projet dans la mesure où la société comme l’espace sont soumis à l’épreuve du temps qui rend caduques les représentations autour desquelles l’adhésion se fait, et moins opérantes les conditions d’une vie pensée en commun. La mutation des sociétés initie de nouveaux rapports à l’espace et suggère une adaptation à un contexte inédit. Ce travail en appelle au référentiel territorial pour signifier la singularité de la traduction en un espace des enjeux de société, et dire l’efficience d’une telle inscription. Dans le cadre de la recomposition des territoires directement concernés par la métropolisation, cette recherche de sens rejoint les préoccupations liées à la compréhension de la forme de la ville. L’espace public urbain autorise cette mise en relation puisqu’il peut finalement être défini comme une réalité d’ensemble prenant forme en divers lieux relais, lieux de la rhétorique territoriale (Debarbieux, 1995), dispensateurs de sens qui contribuent activement à la consubstantialité de l’information métropolitaine et de l’affirmation identitaire du territoire. Ces lieux sont une émanation de l’espace public urbain (Viala, 2001) ou encore une focalisation de la forme de la ville c’est-à-dire des formes en fusion en un point. En ces lieux, les objets interrogés sollicitent le rapport de la matérialité au social et au politique tout en questionnant la réalité dans ses trois dimensions (réel, imaginaire, symbolique) ainsi que la linéarité respectée ou brouillée du temps. Il s’agirait donc d’accéder au territoire par la mise en projet de la forme de la ville.

17Longtemps, le territoire a donné la mesure du rapport de l’homme habitant à un espace et en l’occurrence à celui de la ville : le territoire témoigne d’un attachement particulier. La métropolisation modifie ce schéma régissant la logique territoriale dispensatrice d’identité, de consensus, de stabilité et donc garante d’un être ensemble actif et souverain autorisant une vie en commun sereine. Cette préoccupation ne cesse pas, mais le territoire lui oppose depuis peu son incapacité à poursuivre sa mission. La détermination du territoire métropolitain découle de la stratégie identitaire activée. Elle se fait par le haut – il y a constitution artificielle d’un référentiel identitaire auquel il est demandé d’adhérer – alors que jusqu’ici le territoire faisait valoir une logique opposée privilégiant une information par le bas c’est-à-dire une impulsion née de la communauté des habitants, de leurs représentations, de leurs pratiques, de leurs rapports aux autres, à l’histoire, à l’imaginaire, à l’environnement immédiat ou plus lointain. Si, en théorie, le mouvement dialectique légitime toujours la dépendance fondatrice du couple territoire/identité, l’avantage consenti au premier membre – en tant que générateur d’identité – perdrait de son autorité au profit du second : l’identité serait le fruit d’une fabrication destinée à faire émerger le territoire métropolitain qui aurait à son tour pour mission de s’imposer aux habitants comme cadre (au moins spatial) d’une nouvelle réalité de vie commune à investir, d’inciter les citadins à adhérer à l’identité qu’il véhicule et qui, dans le même temps, le fonde. L’impératif de normalisation, de contrôle via le maintien d’une conscience du local, demande à être interrogé. Qu’en est-il du (territoire) local du point de vue des habitants ? Quelle ressource constitue-t-il pour le pouvoir politique ? Par quel procédé en arrive-t-on à désigner le territoire métropolitain comme résurgence du local ? Selon quels dispositifs les stratégies identitaires se réalisent-elles ? Enfin, comment les ressources finalement convoquées informent-t-elles le territoire en vue de sa recomposition ? Mais une question bien plus fondamentale se pose : la ressource territoriale n’encouragerait-elle pas plus la conformation universelle du développement métropolitain, c’est-à-dire une idéologie métropolitaine, qu’elle ne singulariserait une destinée métropolitaine conçue sur la spécificité du territoire ?

Des figures ordonnatrices « naturalisantes »

18La nouvelle géographie urbaine critique identifie des figures susceptibles de révéler cette idéologie métropolitaine. Pour chacune d’elles, il est possible de montrer leur capacité ordonnatrice, c’est-à-dire le rôle qu’elles tiennent, au contact de la ressource, dans la structuration spatiale et territoriale de la métropole, mais aussi toute la relativité de l’efficience de ce potentiel. À titre d’exemple, le rôle réservé au patrimoine dans les villes en quête de métropolité structure l’une de ces figures. La définition du patrimoine émerge de problématiques liées à la conscience de l’écoulement du temps, de la continuité de la présence humaine, du renouvellement des cadres sociaux. L’idée de transmission et de conservation d’un héritage domine. Le patrimoine ne correspond pas à une réalité concrète immédiate. Il appartient au domaine de la représentation, mais gagne toutefois sa visibilité au contact de divers objets matériels ou idéels. Chacun d’eux relève le défi de marquer l’expérience de la mémoire du passé. « Prendre le temps au moyen d’objets variés chargés de temps, et tenter de les investir dans une histoire, de les y intégrer quand l’histoire les a laissés au bord du chemin […] » (Sibony, 1998, 34). Dans l’espace de la ville, nombre de marqueurs témoignent de cette possession commune. Naturellement, l’espace public urbain accueille ce dispositif en exigeant des lieux relais à son service, de procéder à son activation. L’utilisation du référentiel patrimonial dans le projet de ville importe autant que son traitement dans le projet urbain. S’il demeure une construction sociale, sa destinée devient éminemment politique. L’invention du patrimoine se met au service du politique en l’assistant dans sa gestion des existences. Le recours stratégique au patrimoine devient ainsi une parade de choix. « Sans doute est-ce une façon de nous prémunir contre la perte de mémoire et la dilution de notre identité, de résister à l’uniformisation des comportements et à la mondialisation des échanges » (Béghain, 1998 : 9). N’est-il pas préférable de reconnaître que les appels patrimoniaux fonctionnent tels « des pièges à nos mémoires » (Cauquelin, 1990 : 234) et qu’ils servent au contraire une forme de naturalisation ? Le patrimoine devient projet au service de la construction métropolitaine. « Le patrimoine, dans sa double dimension de transmission et de projet, peut être un instrument fort de cette reconstruction d’une identité et d’un imaginaire communs » (Béghain, 1998 : 90). Il en va également ainsi pour le paysage, en particulier, ou la référence à la nature, de manière plus générale. Traiter du paysage n’est, en effet, pas une mince affaire tant il est facile de s’égarer dans la complexité définitionnelle involontairement entretenue par les sciences humaines et sociales souffrant d’une faible productivité théorique (Berque, 1994). Apprécier sa présence au cœur des politiques d’aménagement et d’urbanisme n’est pas plus aisé. Mais la connaissance pratique disponible, témoignant de la destination possible du paysage en milieu urbain, garantit un accès moins encombré à la réalité désignée. C’est en ce sens qu’un renouvellement de la pensée de la ville par le paysage est envisageable. Tester la mise en projet du paysage exige de questionner l’usage des représentations et d’adhérer à l’idée actuelle d’une mutation conséquente des référentiels et des enjeux de société. J.-M. Besse expose clairement les tenants et les aboutissants de ce changement (Robic [dir.], 1992 : 89-124). Selon M.-C. Robic, « […] l’analyse historique et critique de la représentation de l’environnement comme paysage restitue le conflit entre une représentation de la nature qui l’a constitué en scène, en cadre extérieur où l’histoire humaine se déploie, et des représentations concurrentes qui tentent de lui restituer un sens ontologique propre » (Robic [dir.], 1992 : 5). Les enseignements d’A. Berque sont, de ce point de vue, intégrés : « Ce qui est en cause, c’est bien le sens de la relation de nos sociétés à l’espace et à la nature » (Berque, 1990 : 8). Poursuivant, la proposition de J.-M. Besse « […] ouvre sur les rapports actuels des sociétés à l’environnement, en interrogeant la signification de ce que l’on interprète parfois, à travers l’aménagement paysager conscient, comme les indices d’une situation historique nouvelle, de la fin d’un processus de sécularisation du monde » (dans Robic [dir.], 1992 : 5). Se trame ainsi autour de la connaissance du paysage un enjeu majeur que l’auteur résume ainsi : « comment renouer les fils (mais peut-être faudra-t-il les nouer autrement) qui ont été rompus par la modernité ? » (Robic, 1992 : 115). La question du sens du paysage et de l’action paysagère est posée, et appelle celle de l’usage des représentations dans une société que l’on peut qualifier, avec P. Donadieu, de « paysagiste » (Donadieu, 2002), et qui soutient l’idée d’une invention sans cesse renouvelée du paysage (Cauquelin, 1989). Parler de l’usage des représentations suppose leur possible maniement à des fins précises, voire la manipulation de la réalité à partir de laquelle ces représentations s’élaborent. Proposée par A. Roger, la « double artialisation » (Roger, 1997) permet non seulement de comprendre les mécanismes de cette invention (du pays au paysage) en désignant les représentations produites au fil des siècles in situ (par le jardinier, le paysagiste) et in visu (par l’artiste, l’écrivain), mais aussi et surtout d’entrevoir les conditions d’invention du paysage urbain des grandes villes françaises devenant métropoles.

De l’imposition de la logique métropolitaine à sa contradiction

19La fin des grands récits, porteurs d’espoir et d’avenir, à longtemps – le temps de la mise en place de la géographie sociale – laissé place au silence. Depuis peu, de nouveaux (micro) récits ont progressivement pris le relais dans la vie quotidienne et pèsent désormais insensiblement sur les pratiques et les territorialités en dessinant de nouveaux horizons. Ces petites histoires sont le fait des villes souhaitant rejoindre l’espace des métropoles et entrer dans leur jeu. Elles nourrissent la philosophie qui sous-tend leur action et introduit l’idée d’une idéologie métropolitaine active en apparence peu encline à la contradiction. Parce qu’elle est motivée par l’identification de cette position dogmatique prenant corps dans l’espace de la ville comme dans les manifestations sociales de la réalité, la géographie urbaine ou plus précisément son nouveau visage passe aussi par la recherche de manifestations susceptibles de contrarier cette logique et l’étude du sens qu’elles prennent. Dès lors, trois pistes peuvent être envisagées. La première s’attache à révéler les pratiques intentionnelles de ceux qui entendent continuer à habiter la ville, au sens fort du terme, comme bon leur semble, contre les prescriptions, c’est-à-dire hors du diktat métropolitain. Les situations les plus quotidiennes comme celles qui émergent d’un conflit, né de la contestation d’un choix, d’une décision, d’une réalisation, peuvent se révéler particulièrement enrichissantes dès lors que les modalités de mise en œuvre de la réaction ainsi que le sens des argumentaires mobilisés sont décryptés. La deuxième se saisit des modalités d’adaptation ou de résistance des territoires qui, du fait de leur proximité géographique et de leur dépendance économique, sont sommés d’embrasser les logiques métropolitaines. La troisième s’abstrait de la scène de référence pour pénétrer les espaces urbains non métropolitains et questionner les ressorts de la production de l’espace et des élaborations territoriales.

EN GUISE DE CONCLUSION : GÉOGRAPHIE SOCIALE ET IDÉOLOGIE MÉTROPOLITAINE

20Les principes animateurs de cette géographie urbaine revisitée sont régis par une géographie politique de la forme de la ville, c’est-à-dire une pratique géographique disposée à interroger la dimension politique de la réalité métropolitaine afin de comprendre ce qui, fondamentalement, édifie et caractérise l’établissement humain. L’ordonnancement métropolitain relevant d’une logique avant tout politique, il s’agit d’interroger l’autorité métropolitaine en formation, les modalités de sa constitution, de sa visibilité, ainsi que les voies de sa légitimation notamment en évaluant le pouvoir déterminant du savoir savant devenant savoir expert quelque peu tyrannique donnant corps à notre monde (Jeudy, 1997) : qu’en est-il des rapports entre normativité scientifique et objectivation politique ? La géographie politique de la forme de la ville répond à ce souci puisqu’elle saisit la présence et l’expression du politique dans l’espace métropolitain afin de juger de l’organisation de l’établissement humain, de son renouvellement ou de sa permanence, et donc de la possibilité pour chacun de dire librement son être et son existence dans la ville. La nouvelle géographie urbaine critique restant à construire s’appuie sur cette géographie politique attentive aux enjeux qui se nouent autour des représentations possibles de la ville actuelle. Elle livre une interprétation du sens guidant sa destinée. Sans méconnaître les trajectoires historiques des villes qui façonnent et singularisent les réponses que chacune d’elles apporte aux nouveaux enjeux urbains et de sociétés, la pratique géographique projetée s’attache à lire et à comprendre les régularités qui, malgré tout, guident la production politique de l’espace de la ville et que la référence à une idéologie métropolitaine tente de résumer. Cinq arguments soutiennent cette interprétation. Le premier observe et rappelle le décalage volontairement entretenu entre les pratiques des habitants et le modèle imposé ou, autrement dit, entre la réalité sociale de l’établissement humain sans cesse en mouvement et l’aspect figé de l’expression spatiale de l’existence humaine en un point. La forme de la ville proposée n’est pas conçue pour recevoir une société aux formes jamais abouties. Elle impose un schéma auquel les pratiques, dans leur grande majorité, se plient alors qu’elles étaient, il y a encore peu de temps, les grandes ordonnatrices de la forme de la ville. La contradiction s’insinue entre une sorte de positionnement théorique universel (la métropole) et la réalité concrète de la vie urbaine. L’affirmation métropolitaine de la ville est dogmatique. Le deuxième signale l’impossibilité pour les habitants de remettre en cause une telle orientation. L’exigence des personnes ou groupes ne pèse guère face à la volonté du pouvoir politique arguant de la légitimité de son action en faveur du bien commun. L’exhaussement patrimonial supposé assurer la continuité de ce qui fait lien ne trompe pas : le mariage du local et du global se fait au profit du second. Les pratiques urbaines sont invitées à rejoindre les lieux spécialement élaborés pour elles et à vivre une histoire déjà écrite. L’affirmation métropolitaine de la ville est autoritaire. Le troisième insiste sur le réflexe qui consiste à convaincre de l’idéalité d’un tel choix.

21Face à la multitude des petits récits du quotidien, il s’agit de formuler une nouvelle histoire dont le territoire métropolitain serait le théâtre. L’opportunité du projet urbain a moins à voir avec l’utilité sociale revendiquée qu’avec la satisfaction de l’ambition métropolitaine. L’adhésion doit être passionnelle, aveugle. Elle entre en contradiction avec la rationalité supposée soutenir l’entreprise. L’affirmation métropolitaine de la ville requiert une forme d’idolâtrie. Le quatrième témoigne du retour de la dimension ternaire du temps : passé, présent, avenir. Le sacrifice du présent se fait au profit d’une croyance en un avenir meilleur. Alors que la société actuelle se réalise plus que jamais dans l’instant, la formation métropolitaine évacue cette réalité trop difficile à gérer pour revenir à ce qui a caractérisé la modernité à savoir le référentiel eschatologique. Il est question de maîtriser les existences en rassemblant autour d’un projet dont on détermine les tenants et les aboutissants. L’affirmation métropolitaine de la ville renoue avec l’utopie alors que la tendance est à l’hétérotopie c’est-à-dire à la réalisation multiforme et instantanée de l’existence. Le cinquième et dernier argument met en exergue le caractère incontournable de l’adhésion métropolitaine. Aucune alternative ne paraît envisageable. La métropole énonce une forme de vérité ultime, indépassable. L’affirmation métropolitaine de la ville est normative. Ainsi, la confrontation des enjeux actuels de la géographie sociale aux grandes manifestations de cette idéologie métropolitaine se traduit par la nécessaire mise en œuvre d’une approche critique qui inévitablement transforme la géographie urbaine et sa pratique.

Notes

1 [laurent.viala@univ-montp3.fr].

Auteur

ATER, Docteur en Géographie,
UMR 5045 CNRS
Université Montpellier III

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540