Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et faire la géographie sociale

 | 
Raymonde Séchet
, 
Vincent Veschambre

Première partie. Les postures de la géographie sociale : vers une théorie critique et une épistémologie de l’implication

Introduction

Vincent Veschambre

Texte intégral

1Selon G. Baudelle, la géographie sociale est engagée par « définition ». Sont ici rassemblés les textes qui reviennent sur cette définition, en terme d’engagement et de responsabilité des chercheurs et qui, par là même, interrogent les postures adoptées, par rapport aux choix de terrains, de concepts, de méthodes, dans une démarche réflexive.

2J. Aldhuy considère que la géographie sociale s’est longtemps contentée d’afficher une sensibilité aux questions sociales, sans pour autant s’engager dans l’élaboration d’une épistémologie de la production de connaissances critiques, c’est-à-dire émancipatrices. Il nous propose quelques pistes pour construire cette théorie critique, notamment celle qui consiste à analyser la société en fonction de valeurs explicitées, telles que l’égalité, la justice, la liberté ou la démocratie.

3L. Viala souscrit à cette idée que la dimension critique est porteuse d’un véritable intérêt épistémologique. Il oriente notamment son regard critique vers la déconstruction des représentations de la ville actuelle, vers l’identification d’une véritable « idéologie métropolitaine ». Cette entreprise de dévoilement des discours idéologiques est présente dans la plupart des textes, que ce soit sur ce même sujet de la « polarisation métropolitaine » (Baudelle), ou sur l’omniprésence du « risque » (Martinais, Morel et Duchêne, Séchet), de la « proximité » (Vieillard-Baron, Séchet) ou de « l’urgence » (Séchet), dans une logique d’euphémisation des inégalités sociales. Cette démarche traduit une prise de conscience des effets performatifs des discours d’autorité et prouve que la géographie sociale est à même l’aborder ce registre discursif, auquel elle est aujourd’hui beaucoup plus sensible.

4C’est cette même vigilance, que l’on pourrait rapprocher de la posture constructiviste, qui évite d’essentialiser les catégories sociales, les questions sociales et qui permet de construire/déconstruire l’objet de recherche (Raoulx). C’est ce que nous propose H. Vieillard-Baron, à propos du « terrain », dont il remet en cause la légitimité a priori en nous montrant combien la conception en est façonnée par le point de vue du chercheur : « Le terrain n’existe pas sans l’individu qui l’observe. » E. Bonerandi et M. Houssay-Holzschuch proposent la même démarche à propos des catégories sociales (« les pauvres », « les communautés ») construites par les discours politiques. Poussée à son terme, la perspective constructiviste peut déboucher sur un relativisme absolu. Mais

5R. Séchet nous montre que l’on peut très bien concilier la prise en compte des déterminants sociaux en matière d’inégalités et l’appréhension de la manière dont sont vécues ces inégalités : si la vulnérabilité dépend des déterminants sociaux, il n’y a pas de vulnérabilité dans l’absolu.

6La construction de l’objet de recherche s’avère intimement liée à celle des méthodes mises en œuvre. Empruntées à la sociologie, à l’anthropologie, elles permettent de travailler au plus près des acteurs (Raoulx), dans une approche compréhensive :

« Nous privilégions une géographie du proche, qui repose sur la conviction que l’on ne peut saisir la logique du monde social qu’à la condition de s’immerger dans une réalité empirique, localisée et historiquement datée » (Martinais, Morel et Duchêne).

7H. Vieillard-Baron parle quant à lui « d’engagement physique, quasiment corporel, du chercheur à son objet ». Peut-être négligée dans les colloques de géographie sociale précédents (Martinais, Morel et Duchêne), cette question des méthodes est ici bien présente.

8L’engagement pose également la question du rapport au politique, qui est centrale dans bon nombre de ces textes, notamment ceux qui reviennent sur la « prégnance du territoire » (Bonerandi et Houssay) dans les politiques sociales actuelles, à différentes échelles. Même si les auteurs se retrouvent dans l’idée d’une nécessaire implication des géographes, toute une gradation de rapports au politique apparaît. Selon G. Baudelle qui parle « d’éclairer les politiques » à l’échelle de l’Union européenne ou F. Chignier-Riboulon, qui aspire à un « rôle pédagogique du géographe » auprès des élus et des techniciens dans le contexte de la politique de la ville, le chercheur est là pour soutenir les institutions dans leur recherche d’équité territoriale.

9Du point de vue de M. Bussi, il s’agit plutôt de s’adresser aux citoyens et de leur donner les moyens de s’engager dans une logique participative. C’est la même ambition émancipatrice qui est mise en avant par E. Bonerandi et M. Houssay-Holzschuch, qui nous invitent à « repenser les dimensions politiques des rapports espace/société » autour de la notion d’espace public, d’opinion publique et à affirmer « le droit de contester l’instance politique, sans passer par la délégation ou la représentation ».

10Dans son analyse des politiques du risque et de l’urgence (ce qu’elle appelle la « sanitarisation du social »), R. Séchet adopte un regard distancié vis-à-vis des dispositifs territorialisés mis en œuvre, qui masquent les inégalités sociales et cherchent à contrôler les pauvres : elle se situe quant à elle dans un « devoir critique face aux politiques publiques ».

11Dans le même esprit, H. Vieillard-Baron nous rappelle les liens étroits qu’entretient le pouvoir avec le « terrain », qui est fréquemment instrumentalisé pour légitimer des décisions d’autorité. Selon lui, l’objet de la géographie consiste au bout du compte à analyser les modes de gouvernance et les conflits de pouvoir.

12Derrière le même principe d’implication du chercheur, nous pouvons donc constater des différences d’appréciation en matière de rapport au(x) politique(s). En tout état de cause, la clarification du point de vue des chercheurs, dans leur rapport au politique notamment (Bussi), apparaît essentielle pour qu’ils puissent trouver la bonne distance « au terrain » et tenir un discours critique et responsable.

13Les deux textes placés en exergue (Aldhuy, Viala) sont ceux qui affichent le plus fortement l’exigence théorique d’un questionnement des postures de la géographie sociale et d’un approfondissement de son ambition critique. Viennent ensuite cinq textes (Bussi, Bonerandi et Houssay, Baudelle, Chignier-Riboulon, Séchet) qui sont apparentés dans la manière de questionner les politiques territorialisées (la politique de la ville notamment) et de situer la place du chercheur par rapport à ces politiques. Les trois derniers textes (Vieillard-Baron, Raoulx, Martinais, Morel et Duchêne) privilégient la réflexion sur les concepts, les méthodes, et plus largement sur les rapports du chercheur à son objet, dans une approche à la fois constructiviste, compréhensive et critique.

Auteur

Maître de conférences de géographie
CARTA, UMR 6590 ESO CNRS
Université d’Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540