Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sièges de Rhodes

 | 
Nicolas Faucherre
, 
Isabelle Pimouguet-Pédarros

Conclusions

Jean-Pierre Bois

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Du siège de Rhodes conduit par Démétrios en 305-304, à celui de Soliman le Magnifique en 1522, presque deux millénaires d’histoire, dont nous avons saisi les deux extrémités. Une histoire qui désigne Rhodes comme l’un de ces lieux prédestinés à être un lieu de guerre, ce qui pour une petite ville gardant une petite île veut dire guerre de sièges venus de la mer. Trois d’entre eux sont restés fameux à l’époque antique. Le premier est celui de Démétrios, le poliorcète, c’est-à-dire le constructeur de machines de siège, suivi plus tard par les deux sièges conduits par Mithridate et par Cassius Longinus. Trois autres sièges marquent l’entrée de l’Asie Mineure dans l’histoire moderne de l’Occident. Celui qui se trouve conduit par le sultan d’Égypte en 1444, presque dix ans avant la chute de Constantinople, mais surtout celui de Mehmet II en 1480, puis celui de Soliman le Magnifique en 1522. Entre ces deux temps forts, Rhodes a une histoire plus politique, commerciale ou culturelle que mi...

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540