Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sièges de Rhodes

 | 
Nicolas Faucherre
, 
Isabelle Pimouguet-Pédarros

Par les mots et par l’image

Le triomphe des chevaliers de Rhodes en 1480

Laurent Vissière

Texte intégral

1Durant l’été 1480, les Ottomans déployèrent des forces considérables pour s’emparer de la cité de Rhodes, qui représentait un défi à leur puissance, mais pour la première fois depuis bien longtemps, ils subirent un échec retentissant. L’histoire de ce siège est célèbre : aux yeux des contemporains, la défaite ottomane pouvait représenter un tournant dans la longue histoire de l’invasion turque, marquée par une succession de fiascos horrifiques ; aux yeux des historiens modernes, le siège apparaît plutôt comme un beau morceau d’histoire bataille – genre qui ne déplaît guère aux Anglo-Saxons, mais a longtemps inspiré une réticence irrationnelle aux Français.

  • 1 Sur le personnage de Caoursin : Nicolas Vatin, Sultan Djem. Un prince ottoman dans l’Europe du xve(...)
  • 2 Gestorum Rhodie obsidionis Commentarii (Paris, BnF, ms. lat. 6067). Un très luxueux fac-similé du (...)

2Cela dit, l’affaire du siège semble bien documentée, dans la mesure où le vice-chancelier de l’ordre des Hospitaliers, Guillaume Caoursin, en a laissé une relation élégante, écrite en latin, mais aussitôt traduite dans les principales langues européennes et diffusée par un grand nombre d’éditions incunables1. Le plus beau manuscrit de son œuvre, décoré d’une série de miniatures exceptionnelles, donne une aura supplémentaire à son travail2. Bref, on dispose d’un récit de première main, enrichi d’une iconographie strictement contemporaine – l’équivalent d’un reportage.

3La beauté de cet objet a cependant induit quelques effets pervers qu’il convient de relever. En premier lieu, la Descriptio de Caoursin éclipse les autres récits du siège qui sont cités, au mieux, de manière anecdotique, et en général, complètement négligés. Or certains de ces textes, on le verra, projettent un éclairage bien différent sur les événements. De plus, la traduction de Caoursin, en français, italien, catalan, anglais, allemand et même danois, a favorisé dans chacune de ces aires linguistiques des études locales, qui peuvent se permettre d’ignorer l’original latin.

  • 3 Sur ce tableau, voir Étienne Hamon : « Un présent indésirable : l’ex-voto de la victoire de Rhodes (...)
  • 4 Jean-Bernard de Vaivre et moi-même préparons l’édition scientifique et comparée des différentes re (...)

4Quant à l’iconographie du ms. lat. 6 067, elle représente peut-être le plus beau des leurres : comme les miniatures semblent illustrer parfaitement le texte, elles ne sont jamais étudiées qu’en fonction de ce dernier – à tort, puisque certaines d’entre elles évoquent des faits absents du récit. L’œuvre de Caoursin se suffit à elle-même : elle offre tout ce qu’un historien pourrait désirer : un texte clair et de belles images… Mais de manière tout à fait illusoire : seule la comparaison de ce texte avec d’autres relations du siège, seule la comparaison de ces miniatures avec d’autres représentations du siège, notamment le tableau d’Épernay (ill. 1)3, permettent d’en découvrir et d’en mesurer les imprécisions et les lacunes4.

  • 5 Principaux récits en latin, outre la Descriptio : la lettre que Pierre D’Aubusson, grand-maître de (...)
  • 6 Principaux récits en français : une lettre anonyme datée du 13 septembre 1480 et connue par deux v (...)
  • 7 La Guerra del Turco contro a Rodi [Florence, v. 1495].
  • 8 Le texte n’est connu que par une copie lacunaire, datée du 13 septembre 1495, qui a reçu au XVIIe (...)
  • 9 Sur l’usage de l’imprimé : L. Vissière, « Le siège de Rhodes… », op. cit. ; sur l’iconographie rho (...)

5Ces récits ont été pour la plupart écrits en latin5 et en français6, mais aussi dans d’autres langues, comme l’italien7. L’un d’entre eux, connu des érudits, mais inexploité, nous retiendra particulièrement ici : il s’agit du journal tenu anonymement par l’un des défenseurs de la cité, qui note, durant trois mois, tout ce que les habitants ont vécu au jour le jour8. Cette source, presque unique en son genre, permet non seulement de revoir la trame événementielle du siège, mais d’étudier aussi – ce qui est impossible avec Caoursin – la vie quotidienne des assiégés et leur moral. Le siège de Rhodes revêt une grande modernité, autant par les techniques employées – l’artillerie et la mine – que par la propagande exceptionnelle qui a suivi sa levée. L’imprimerie et la diffusion d’images jouèrent dans la relation de l’événement un rôle inédit jusqu’alors9. Mais ce fut aussi un grand moment passionnel, dont l’auteur du Journal donne à voir les moments les plus flamboyants.

UN SIÈGE À FAIRE…

  • 10 Sur le siège, voir E. F. Mizzi, Le guerre di Rodi. Relazioni di diversi autori sui due grandi asse (...)

6La Descriptio de Caoursin impose son rythme à la relation du siège, elle n’en offre pourtant qu’une vision biaisée et lacunaire. Or c’est ce texte qui a servi de matériau à tous les travaux concernant le siège10.

Préparatifs et début du siège

  • 11 A défaut d’une véritable édition scientifique du texte de Caoursin, je prendrai comme référence l’ (...)

7Les Turcs avaient longuement médité l’action à entreprendre contre cette île qui, à quelques encablures à peine de l’Asie Mineure, continuait à leur faire obstacle. Vice-chancelier de l’ordre, Guillaume Caoursin commence son récit par un aperçu historique de la position de Rhodes face à l’Empire ottoman. Il mentionne d’ailleurs les signes avant-coureurs de l’invasion, comme ces émissaires turcs venus réclamer un tribut aux chevaliers et espionner leurs défenses, et décrit la manière dont ses conseillers réussirent à persuader un Mahomet II vieillissant de tenter l’aventure11.

  • 12 Dans les miniatures du ms. lat. 6067, les noms de « Bassa » et de « Bacha » apparaissent inscrits (...)
  • 13 BnF, ms. lat. 6067, f° 14 r°. La scène du conseil, imaginée par l’artiste, ne donne pas plus des p (...)

8Une miniature illustre le conseil de guerre tenu par ce dernier (ill. 2). On y voit le futur chef de l’expédition, le pacha Miseh Paléologue, un Grec renégat, membre de l’ancienne famille impériale, en général appelé « bassa » ou « bacha » dans les textes12, ainsi que quatre autres personnages vêtus de blanc. Le premier, qui compte sur les doigts de sa main, est sans doute un intendant, mais les autres sont identifiables. Il s’agit de trois renégats, deux Grecs et un Allemand : Antoine Meligalo, un Rhodien qui fournit un plan des fortifications de la cité ; Demetrios Sophiano, un Grec qui a conduit diverses ambassades à Rhodes, et tend ici une lettre ; et maître Georges, l’artilleur allemand, qui montre un modèle réduit de bombarde13.

  • 14 Descriptio, fos 2v°-3r°. Le grand-maître adressa une lettre circulaire à tous les frères de l’ordr (...)
  • 15 Descriptio, f° 4.
  • 16 Setton, The Papacy…, op. cit., t. II, p. 348-349.
  • 17 La date est explicitement donnée par Mary du Puis (Le Siege…, op. cit., f° 4 v°) et Jacopo de Curt (...)
  • 18 Lettre circulaire, op. cit. Dans la lettre que Louis XI envoya à la ville d’Angers pour célébrer l (...)

9De tout cela, le grand-maître se tenait informé par son propre réseau d’espions. Dès que la menace se précisa, il fit réparer en hâte les murailles (ill. 3), et envoya des appels au secours en Occident14. La population de l’île se tenait prête à se replier derrière les murailles des châteaux de l’ordre avec tous ses biens, ses troupeaux et son blé – moissonné encore vert15. Au cours des mois précédents, les Turcs avaient déjà menacé l’île et testé ses défenses16, mais ils ne débarquèrent réellement en force que le 23 mai17. Dans une première lettre qu’il adressa aux commanderies d’Europe, le 28 mai, Pierre d’Aubusson évoque, de manière plausible, une flotte de 109 voiles et 70 000 hommes18.

La tour Saint-Nicolas

  • 19 Descriptio, f° 4v°. L’Histoire journalière, qui ne commence vraiment qu’à la date du 26 mai, ne pa (...)
  • 20 Caoursin évoque le bombardement (Descriptio, fos 4v°-6r°) et une miniature montre l’effondrement p (...)
  • 21 Descriptio, fos 6v°-7r° ; HJ, fos 36-38 (9 juin).

10Le début des opérations s’avère assez confus : les Turcs firent une démonstration de force, espérant intimider les défenseurs, mais les escarmouches tournèrent en leur défaveur19. Le siège proprement dit ne se mit en place que le 26 mai, et les envahisseurs concentrèrent d’emblée leurs efforts sur la tour Saint-Nicolas, un fort isolé hors de la ville, qui défendait à la fois un petit port annexe – le Mandraki – et l’accès à la rade principale. Les Turcs, installés dans les jardins et le cimetière de la petite église Saint-Antoine hors les murs, mirent en batterie trois grosses bombardes (ill. 4, 5 et 11). Le bombardement de la tour commença le 29 mai et dura sans interruption jusqu’au 8 juin. Les 3 et 4 juin, le sommet du bâtiment s’écroula à la consternation des Rhodiens (ill. 4)20. Chaque jour, le grand-maître s’attendait à un assaut, et les défenseurs durent mettre en défense tout le périmètre. Un vent contraire gênait toutefois la flotte ennemie : elle ne put faire mouvement que dans la nuit du 8 au 9. Une trentaine de navires s’approchèrent aux alentours de minuit, mais ils furent accueillis par un déluge de feu. Dans l’assaut, les Turcs auraient laissé 700 morts, le double de blessés, et perdu quatre navires (ill. 5)21.

  • 22 Descriptio, fos 9-11 ; HJ, fos 41v°-42r° (12 juin : début de la construction du pont), 44v°-45r° ( (...)

11Refusant de rester sur un échec, ils préparèrent les jours suivants un pont flottant. L’engin original, assez large pour laisser passer sept à huit hommes de front, possédait un mantelet avec une bombarde à son extrémité. Durant la nuit du 16 juin, ils immergèrent une ancre devant la tour, qui devait permettre d’arrimer le pont lors de l’assaut, mais l’un des défenseurs entendit le « plouf » sonore de l’ancre. Il se mit à la mer et rapporta triomphalement l’ancre au grand-maître. Les Turcs, qui se préparaient à l’assaut, se virent contraints de le repousser de deux jours. À l’aube du 18 juin, le pont fut enfin remorqué par de petits navires jusqu’à la tour. Mais sans plus de succès : l’artillerie des chevaliers pulvérisa la bombarde turque et le pont lui-même ; quant aux assaillants, ils furent fauchés par le feu ou se noyèrent. Des brûlots achevèrent de disperser les navires ottomans, déjà mis à mal par l’artillerie chrétienne, et les chevaliers contre-attaquèrent sur des barques (ill. 6). Dans l’affaire, les Turcs auraient perdu 2 500 hommes et leurs principaux capitaines, dont un membre de la famille impériale22.

La muraille d’Italie

  • 23 HJ, fos 31v°-34v° (5-7 juin). Cf. aussi Descriptio, fos 11v° et 16r°.
  • 24 Descriptio, f° 7v° ; HJ, fos 40v°-41r° (11 juin). Voir aussi le récit d’Obadiah de Bertinoro, de p (...)
  • 25 HJ, fos 64v°-65r° (3 juillet).

12Après ce second échec, tous les efforts des assaillants se portèrent sur un autre point des fortifications, jugé plus faible : la muraille d’Italie contre laquelle s’appuie le quartier juif ou Judecque. En fait, les Turcs avaient installé des batteries de ce côté-là dès le début du siège. Le 5 juin, ils disposaient déjà de 7 grosses bombardes et de 2 moyennes. Leurs travaux d’approche parurent bientôt si menaçants que les assiégés effectuèrent plusieurs sorties contre les pionniers ennemis23. Le 11 juin, le grand-maître résolut d’abattre le quartier juif pour édifier une seconde muraille en retrait de la première. Dès lors, hommes, femmes et enfants travaillèrent jour et nuit à renforcer cette zone particulièrement menacée24. Alors que Caoursin résume les travaux d’approche turcs en quelques lignes, l’auteur de l’Histoire journalière fournit un luxe de détails. Constamment sous le feu de l’artillerie rhodienne, les Turcs eurent beaucoup de mal à placer leurs canons et à avancer. En creusant des tranchés, ils finirent par atteindre, au bout de quinze jours, les fossés de la ville. Début juillet, ils entreprirent de les combler avec du bois, des pierres et de la terre. Le 3 juillet, les chevaliers effectuèrent une sortie et enflammèrent les fascines entassées dans les fossés25.

  • 26 HJ, fos 58v°-59r° (24 juin), et 68r° (6 juillet).
  • 27 HJ, fos 63-72 (1er-8 juillet). Notations similaires presque chaque jour du mois de juillet avant l (...)
  • 28 Comme le rappelle l’auteur de l’Histoire journalière, le bacha avait déjà envoyé plusieurs lettres (...)

13Les sapeurs turcs n’eurent pas non plus beaucoup de chance, puisqu’ils rencontrèrent de la roche dure, des sablières ou la nappe phréatique, et le récit de leur échec, relaté par les transfuges qui arrivaient presque chaque jour dans la ville, rassura un peu les chevaliers26. Cela dit, durant presque tout le mois, huit grosses bombardes pilonnèrent la même section de la muraille27. Les miniatures de Caoursin montrent l’avancement des travaux (ill. 7). Selon la tradition musulmane, le bacha envoya un émissaire proposer aux Rhodiens une reddition honorable. En cas de refus, il promettait le massacre des hommes, le viol public des femmes et l’esclavage des enfants condamnés à renier leur foi (16 juillet). Les Turcs finirent par promettre le pal à tous les adultes capturés, hommes et femmes28. Peu sensible aux arguments de ses adversaires, le grandmaître avait à chaque fois coupé court à toute tractation – les Turcs, de toute façon, avaient la réputation de ne pas respecter leur parole. Mais l’assaut ne fut tenté que dix jours plus tard. Le bacha avait visiblement espéré s’emparer de la ville par la négociation ; surpris par une résistance si opiniâtre, il hésitait à lancer un nouvel assaut.

14Toute la nuit du 26 au 27 juillet, comme d’ailleurs la plupart des nuits précédentes, les défenseurs avaient veillé, mais à l’aube, comme rien ne s’était produit, la garde se relâcha. C’est alors que les Turcs s’élancèrent à l’assaut des murailles écroulées. Les textes parlent de milliers d’hommes montant en vagues successives et surprenant complètement les rares défenseurs : en quelques instants les bannières ottomanes flottèrent sur les remparts et la tour d’Italie, pendant que dans la ville sonnaient les cloches d’alarme. Les Turcs n’eurent aucune peine à escalader les murs éboulés dans les fossés, mais au sommet, les choses se compliquèrent : du côté de la ville, la muraille, presque intacte, faisait encore plus de vingt pieds de haut – environ sept mètres –, et les assaillants ne disposaient presque pas d’échelles pour descendre. En outre, la seconde muraille que les chevaliers avaient commencé à édifier en retrait constituait un nouvel obstacle inattendu. Les premiers soldats, bousculés par les suivants, tombaient entre les deux murailles, où ils périrent piétinés et étouffés. De chaque côté de la brèche, des artilleurs prirent sous leur feu croisé les assaillants qui continuaient à arriver en désordre.

  • 29 Le récit de la journée constitue le morceau de bravoure de l’Histoire journalière, dont l’auteur c (...)

15La confusion était donc à son comble quand Pierre d’Aubusson et ses hommes menèrent une contre-attaque. Comme tous les autres auteurs, Caoursin chante les exploits proprement chevaleresques du grand-maître qui, à la tête de ses hommes, parvint à repousser les Turcs et à reprendre pied sur la muraille, malgré de nombreuses blessures29. Il faut noter ici le caractère insolite de la situation : ce sont les défenseurs qui durent utiliser des échelles pour s’emparer de leurs propres murailles, et ce sont les assaillants, pourtant bien supérieurs en nombre, qui cédèrent à la panique (ill. 8 et 9).

  • 30 Descriptio, f° 17v°. L’auteur de l’Histoire journalière évoque environ 3 000 morts pour cet assaut (...)
  • 31 HJ, f° 105r°.
  • 32 HJ, fos 107-108 et 109v°-110v° (10-11 et 13-15 août) ; Descriptio, fos 18v°-19r°. Détail amusant : (...)
  • 33 HJ, f° 111.
  • 34 HJ, f° 112r° (pas de date précise).
  • 35 Édouard Baratier et Félix Reynaud (dir.), Histoire du commerce de Marseille, Paris, 1949, 8 vol., (...)

16Le quatrième assaut, que redoutaient les défenseurs, n’eut pas lieu. D’après Caoursin, le troisième venait de coûter 3 500 hommes aux Turcs, et depuis le début des opérations, ceux-ci auraient perdu 9000 morts et plus de 15000 blessés – des chiffres vraisemblables30. Un homme sur trois ou quatre aurait donc été mis hors de combat à cette date – si l’on estime que l’armée ottomane comptait 70 000 à 100 000 combattants. Numériquement, les Turcs gardaient l’avantage, mais leur moral devait se trouver au plus bas. Le bruit courait en outre de l’arrivée prochaine de nefs chrétiennes de secours31. De fait, le 10 août, alors que la retraite avait déjà commencé, deux nefs napolitaines firent leur apparition : l’une arriva à entrer aussitôt dans le port ; la seconde, gênée par un vent contraire et attaquée par les galères turques, n’y réussit que plusieurs jours après32 (ill. 10). Écœurés, les Turcs levèrent le camp de manière définitive le 18 août33. Arrivèrent peu après deux grosses nefs génoises, affrétées par le pape34, et sans doute aussi l’escadre de renfort armée à Marseille35.

TRIOMPHE DE LA TECHNIQUE/TRIOMPHE DU CIEL

17Le siège de 1480 marque sans nul doute un tournant dans la poliorcétique : pour la première fois une ville résistait au bombardement massif d’une artillerie performante. L’aspect technique doit être étudié de près, mais ce serait une erreur de se limiter au seul angle matériel, voire matérialiste, de la guerre, en laissant de côté l’aspect psychologique.

Un siège d’artillerie

18Les Turcs entendaient mener à leur manière une guerre moderne, ce qui supposait une armée nombreuse, des ingénieurs militaires et un équipement de première qualité. À propos de l’artillerie turque, un témoin du siège a pu écrire :

  • 36 Lettre anonyme du 13 septembre 1480, op. cit.

« De la fureur et violence de leurs bombardes ne s’en pouroit dire ce qui en est, car c’est la chose la plus merveilleuse que jamais fut, car ceulx qui ont veu tirer ceulx du roy et de Monsr de Bourgogne et aultres princes en [sont] tous espentiz et esbays, car y n’y a muraille au monde qui vaille36

  • 37 Pierre d’Aubusson s’était acquis les services du canonnier Johann Berger de Nordlingen (A. O. M., (...)
  • 38 Descriptio, fos 3 et 5 ; HJ, fos 17v°-19v° (28 mai) ; 27v° (2 juin), 35 (8 juin), 40v° (11 juin).
  • 39 HJ, fos 18v°-19r° (28 mai).

19Les Turcs avaient à leur service quatre maîtres artilleurs de renom, dont le fameux maître Georges, et Pierre d’Aubusson avait recruté de son côté des artilleurs allemands37. La figure de maître Georges domine cependant la plupart des récits : celui-ci se présenta comme transfuge au tout début du siège (28 mai), et le grand-maître, bien que méfiant, n’arrêta pas de solliciter son avis tout au long des opérations38. L’Allemand expliqua avoir fondu en personne la plupart des pièces turques, dont il vanta les mérites devant les chevaliers : une vingtaine de gros canons, dont 12 mesurant plus de 7 mètres de long (22 pieds), et 4 mortiers39 – c’était de toute évidence un spécialiste de l’artillerie géante, telle qu’on l’affectionnait encore à la fin du XVe siècle. Les miniatures et le tableau du siège donnent de nombreuses vues de ces canons énormes installés dans des structures de bois fixes (ill. 11a-b).

20Durant trois mois, assiégeants et assiégés se livrèrent un duel d’artillerie ininterrompu, que retrace avec précision l’Histoire journalière – l’auteur compte au sens propre le nombre de coups tirés et reçus. Quelques points cruciaux méritent d’être relevés. En premier lieu, il s’agissait d’une artillerie encore expérimentale, qui devait beaucoup au génie des maîtres artilleurs, et aucun camp n’avait de véritable supériorité sur l’autre. Les pièces turques ne disposaient pas d’une portée supplémentaire, en tout cas, puisque, durant tout le siège, elles furent malmenées par les tirs des canons rhodiens.

  • 40 L’auteur du journal relate à plusieurs reprises les exploits de la Katherine, la bombarde « la plu (...)
  • 41 L’Histoire journalière note par exemple chez les défenseurs des « plombees de fer et de plomb », à (...)

21Si les Turcs s’en remettaient aux canons géants qui avaient fait merveille à Constantinople, les chevaliers en possédaient aussi (ill. 12)40 ; certaines de leurs pièces sont aujourd’hui exposées au musée de l’Armée, à Paris. Les textes évoquent en outre, et surtout du côté des défenseurs, une très grande variété de petits et de moyens calibres : on distingue nettement, sur les miniatures et le tableau du siège, de petits canons sur affût mobile et des arquebuses (cf. ill. 13a-b). Les Ottomans ne semblent avoir connu que les boulets de pierre (de marbre en particulier), alors que les chevaliers utilisaient des projectiles de métal et la mitraille41.

  • 42 HJ, f° 77 (11 juillet).
  • 43 HJ, f° 64 (3 juillet).

22Les Turcs innovèrent dans le domaine des engins incendiaires. L’auteur du journal écrit, en date du 11 juillet : « Icelle nuyt, 3 ou 4 foiz, thirerent en hault en l’air sur la cité merveilleux feuz, lesquelx estoient beaux à regarder mais dangereux à sentir, car ilz estoient faiz de poezons42 »: un des projectiles tomba sur une maison où se trouvaient dix femmes qui manquèrent, en effet, de mourir suffoquées. S’agit-il d’une première utilisation des gaz de combat ou de projectiles incendiaires à base de soufre qui ont fait long feu ? Il est difficile d’y répondre, mais l’idée que l’on puisse empoisonner l’air, comme on le faisait avec l’eau, est en tout cas clairement énoncée. Les Turcs lancèrent aussi par la mer des machines infernales étanches, cousues dans des sacs en peau de chèvre, contre les navires du port, qui furent découvertes in extremis43.

  • 44 HJ, f° 71v° (8 juillet). L’utilisation de l’huile bouillante est d’ailleurs confirmée par le poème (...)

23Du côté des chevaliers, on faisait feu de tout bois. L’auteur du journal indique que sur la muraille de la Judecque, on préparait des fagots de bois saupoudrés de soufre et de poudre, des sacs de poudre à canon, mais aussi des barils remplis de graisse et de soufre qu’on attachait à des chaînes de fer pour les tenir à mi-hauteur des murailles. On installait des marmites remplies d’huile et de poix, et des « padelles longues pour gecter iceluy huille sur noz ennemys44 ». Une maison se retrouva transformée en arsenal de « migraines », autrement dit de grenades, et d’autres engins qu’on lançait à la main après y avoir mis le feu.

  • 45 Abattre quelque Turc devenait apparemment même sujet de jeu ou pari : « Plusieurs arballestriers e (...)
  • 46 Descriptio, f° 12v° ; HJ, fos 78v° et 88 (12 et 18-19 juillet). E. Brockman, The two sieges of Rho (...)
  • 47 Le catapultage de cadavres n’est mentionné que par La guerra del Turco, op. cit., f° 3r° col. 1.

24La technique de la poudre n’avait cependant pas totalement remplacé les armes de jet traditionnelles, comme les arcs et arbalètes : dans les deux camps, on voyait ainsi des tireurs d’élite, espingardiers ou arbalétriers, qui tiraient sur tout ennemi qui se montrait à découvert45. Les défenseurs construisirent même un trébuchet, que Caoursin décrit d’enthousiasme et qui a beaucoup intrigué Eric Brockman46. L’arme s’avère moins anachronique et démodée qu’il n’y paraît : les chevaliers s’en servirent comme d’un mortier pour bombarder les tranchées turques, de pierres, d’engins incendiaires, voire de cadavres47 ; il s’agissait d’ailleurs d’une arme économique, pouvant réutiliser les boulets turcs, sans consommer de poudre.

25Bref, si du point de vue des armées, les Turcs disposaient d’une supériorité numérique écrasante, il n’en allait pas de même du point de vue technique, car attaquants et défenseurs maniaient les mêmes armes et faisaient preuve de la même ingéniosité.

Grandes manœuvres

26Les moyens humains et techniques déterminent toujours la stratégie. Face à une ville assiégée, les Turcs avaient coutume de placer des canons tout autour des remparts, mais en concentrant le tir des grosses pièces sur des zones limitées, afin de faire brèche pour permettre ensuite l’assaut massif de leurs troupes. Les assiégés savaient donc précisément où allait se porter l’assaut, mais avaient-ils le temps de s’y préparer ?

  • 48 HJ, f° 20r° (29 mai).
  • 49 HJ, f° 17v° (27 mai).
  • 50 HJ, f° 20v° (29 mai).
  • 51 HJ, f° 27v° (2 juin).
  • 52 HJ, f° 29r° (3 juin).

27Le premier objectif que se fixèrent les Ottomans fut la tour Saint-Nicolas : le bombardement dura du 29 mai au 8 juin, soit douze jours. Dès le premier jour, 242 boulets auraient touché la tour48, détruisant son crénelage et ses étages supérieurs (ill. 4). Le pilonnage continua après l’échec du premier assaut, mais sans réellement changer la situation. L’exemple de cette position est intéressant : la hauteur était une faiblesse, mais la chute du faîtage n’avait rien d’irrémédiable. Dès le début du siège, le grand-maître « fist combler icelle tour jusques au myllieu49 », ce qui lui donna une indestructible assise que les étages supérieurs, en s’effondrant, ne firent que renforcer ; les défenseurs tentèrent aussi d’amortir les coups en disposant des balles de coton, mais en vain50, et ils édifièrent une sorte de glacis à la base par la construction de « bastilles de boys et de terre51 ». Peu avant l’assaut, on y ajouta encore « grant nombre de chausses trappez et grant quantité de tables plaines de cloux52 ». Les miniatures et le tableau donnent une excellente image de ces consolidations de fortunes – tonneaux remplis de terre et palissades (ill. 4, 5 et 6). La solution des tonneaux de terre fut d’ailleurs adoptée partout où s’ouvrait une brèche (ill. 7, 8, 9, 12 et 16).

  • 53 HJ, f° 40v° (11 juin).
  • 54 HJ, f° 70r° (7 juillet).

28La tour Saint-Nicolas restait bien protégée par sa position même. Il n’en allait pas de même pour la muraille d’Italie, point apparemment le plus faible de l’enceinte urbaine. Dès le 11 juin, Pierre d’Aubusson prit une décision drastique : il fit raser les maisons les plus proches de la muraille et édifier 20 pieds plus loin (environ 7 m) une seconde muraille, « et entre ces deux murailles mectre gros boys de bout et de travers et le remplir de terre et de branches d’arbres53 ». Les Turcs cherchèrent à s’approcher de la muraille à couvert, par des tranchées, mais aussi par des « baracques portatives », où ils plaçaient de l’artillerie. Le 7 juillet, pour détruire de tels engins, le grand-maître « fist percer la muraille par bas et fist meptre en barbacane trois bombardes grosses » pour leur tirer dessus ; et, de fait, elles les anéantirent54.

  • 55 HJ, fos 56v°-57v° (23 juin).
  • 56 HJ, fos 59v°-60r° (25 juin).
  • 57 HJ, f° 74v° (9 juillet).

29La question de la poudre et des munitions mérite d’être posée ici : les chevaliers, contrairement à ce qui se passera en 1522, n’en furent jamais à court. En revanche, les Turcs eurent des difficultés logistiques : à partir du 20 juin, soit un mois après leur arrivée, on note qu’ils tiraient moins sur la ville, comme s’ils n’avaient plus de munitions55 ; après le 25, les tirs de mortiers s’espacèrent à leur tour56. On apprit le 9 juillet que les Turcs manquaient de pierres ; le bacha dut en commander de nouvelles57. Les tirs reprirent ensuite avec vigueur. Ces chiffres sont toutefois révélateurs : les Turcs avaient espéré prendre la ville en un mois et, passé ce délai, leur logistique se révéla déficiente, de même que le moral des troupes. À titre de comparaison, la ville d’Otrante, attaquée au même moment, ne se défendit guère et la citadelle fut prise d’assaut après deux semaines de pilonnage.

Les forces irrationnelles

  • 58 Rien n’amusait tant les Turcs que d’empaler leurs prisonniers. L’Histoire journalière en donne de (...)

30La guerre n’a jamais reposé sur la seule force brute : les agresseurs utilisent toujours, selon des modes variés, l’intimidation et la terreur ; les Turcs, au XVe siècle, étaient passés maîtres dans cet art. Face aux Rhodiens, ils empalèrent quelques prisonniers et menacèrent du même sort tous ceux qui leur résiste- raient. À ce type d’intimidation, les chevaliers répondirent soit par le mépris, soit du tac au tac – quelques prisonniers turcs subirent à leur tour le pal58 (ill. 14).

  • 59 Descriptio, f° 16r°.
  • 60 Le 2 juin, un boulet écrasa ainsi une femme et trois petits enfants, dont les débris éclaboussèren (...)
  • 61 HJ, f° 23 (31 mai).
  • 62 HJ, f° 88 (18-19 juillet).

31L’artillerie pouvait également jouer un rôle psychologique. En bombardant la ville jour et nuit, les assiégeants ne cherchaient pas seulement à éventrer les murailles, mais aussi à saper le moral de la population civile. C’est particulièrement net dans l’utilisation de mortiers géants qui faisaient pleuvoir des pierres du ciel – des pierres si lourdes qu’en tombant, elles traversaient les maisons de part en part, du toit aux caves. Caoursin minimise les pertes humaines, mais il ne cache pas la terreur que suscite dans la population civile cette incessante pluie de pierres59. L’auteur du journal, moins avare de détails, relate pour sa part les chutes les plus spectaculaires60. On n’osait plus prier dans les églises, et les gens devaient se terrer dans des caves ou des tranchées, le long des remparts (zone paradoxalement moins exposée que le centre de la cité). Pour obvier au danger, on avait aussi placé des guetteurs sur les clochers : ils avaient apparemment le temps de suivre l’ellipse des boulets dans le ciel et de sonner les cloches pour indiquer la zone menacée61. Il faut noter que les chevaliers utilisaient aussi des mortiers et un trébuchet, et que les Turcs installèrent à leur tour dans les arbres des guetteurs munis de clochettes pour annoncer l’arrivée des pierres62.

32On mesure en général assez mal l’aspect sonore du siège. Lorsqu’on évoque le « paysage sonore » d’une ville – si difficile d’ailleurs à imaginer pour le Moyen Âge –, il n’est jamais question de ce moment particulier qu’est le siège, et l’exemple rhodien montre à merveille l’intérêt d’un tel sujet. Les textes de 1480 font en effet une large place à la question de la musique et du bruit. Les bombardes turques et rhodiennes tiraient jour et nuit, mais le duel était également « musical », comme l’indique l’un des passages les plus originaux de l’Histoire journalière :

  • 63 HJ, f° 26v° (1er juin). Notations similaires dans La Guerra del Turco, op. cit. (en particulier fo (...)

« Et aussi pour non oubliez toutes les nuytz et tous les matins, toute l’armee nous faisoit grans matinades de leurs gros tabours qui estoient gros comme tonneaulx de vin qu’il [z] faisoient si grant bruit qu’il sembloit estre tonnerre, et avecques ce avoient gros cornetz et menestriers, trompettez et clarons, et quant tout estoit ensemble avecques le grant cry qu’ilz faisoient, sembloit que tous les deables d’Enfer y fussent. […] Nous autres faisions aucunesfoiz noz matinades devant, aulcunesfoiz aprés de telz instrumens que Dieu nous avoit donnés, en les faisant tousjours sollempnellement de noz bombardes en telle maniere que furent contrains faire leur [s] matinades si loing que noz bombardes ne pouvoient thirer jusques à eulx. Et entre les autres choses, y avoit ung prebstre turcq qui toute la nuyt cryoit en turcq [que] chascun fist bonne garde et que chascun se fist bon homme pour faire guerre aulx chrestiens63

33Les appels incessants des muezzins, insupportables aux oreilles occidentales, devaient résonner bien lugubrement dans la nuit de Rhodes… où carillonnaient aussi les cloches des églises. Pour compléter le tableau sonore, il faut rappeler le son des cloches d’alarme ou le clairon des compagnies (ill. 15a-b). Enfin, avant chaque assaut, les Turcs avaient l’habitude de jouer de leurs instruments (ill. 15c) et de pousser d’épouvantables hurlements, auxquels répondaient les lamentations du pauvre peuple. Le 9 juin offre un exemple de ces concerts de hurlements :

  • 64 . HJ, f° 36 (9 juin).

Les Turcs « se escrierent si horriblement et si espuentablement en si grant bruit qu’il sembloit que la terre fondist et que le ciel tombast, tellement que sur la muraille de la cité l’on ne se pouvoit entendre l’ung l’autre […]. C’estoit chose piteable à ouyr les lamentacions et prieres qu’ilz [les habitants de Rhodes] faisoient à Dieu toute la nuit en allant par les eglises et sains lieux. […] Cestuy peuple cryoit à si haulte voix Misericorde à Dieu que sembloit que les ames qui sont en Purgatoire fussent toutes en celle cité »64.

  • 65 . Le janissaire, arrivé le 25 mai, avoua ses noirs desseins le 4 juin (HJ, fos 15v° et 31r°).
  • 66 . HJ, f° 54v° (21 juin).
  • 67 67. HJ, fos 31v°, 35v°, 73v° (5, 8 juin, 9 juillet). Cf. Descriptio, f° 5v°.
  • 68 . Descriptio, f° 10 ; HJ, f° 87v° (17 juillet).
  • 69 . HJ, fos 73v°-74v° (9 juillet). Le traître finit d’ailleurs empalé par les Turcs.

34Dernier élément de la psychose obsidionale : la trahison. Celle-ci pouvait venir des transfuges de l’armée turque qui frappaient presque chaque jour aux portes de la ville : ils se présentaient comme des chrétiens, notamment grecs, enrôlés de force, mais comment évaluer leur bonne foi ? On les soumettait à un interrogatoire, parfois musclé, qui donnait lieu à d’étranges révélations. Outre maître Georges, un janissaire avoua sous la torture avoir cherché à empoisonner les puits65 ; un autre, qui se faisait passer pour fou, « fut gehayné en telle maniere qu’il fut sage » et fut démasqué comme espion66. Mais la plupart, sans doute sincères, étaient simplement placés sous surveillance. C’est en fait le bacha qui fut le plus régulièrement trahi : sans compter les véritables transfuges qui racontaient tout ce qui se passait dans son camp, les Rhodiens recevaient tout le temps des flèches avec des messages, les uns pour les mettre en garde contre maître Georges, les autres pour leur révéler les plans d’attaque67 (ill. 16). Cela dit, la trahison pouvait aussi venir de l’intérieur, de soldats découragés ou de civils affolés, préférant la capitulation à la guerre à outrance. Globalement, les sources, et Caoursin le premier, affirment la belle unanimité des Grecs et des Latins, et même des Juifs, face à l’ennemi musulman68 ; mais on a quand même l’exemple de ce Grec qui se rendit chez les Turcs pour les informer de l’état des défenses69.

  • 70 . HJ, f° 70 (7 juillet).
  • 71 HJ, fos 56v°-57v° (23 juin).
  • 72 On exposa ainsi des têtes au soir des 7 et 18 juin; après l’échec de l’assaut final, 336 cadavres (...)

35Pour renforcer le moral de la cité, Pierre d’Aubusson l’avait placée sous la protection du Ciel. Il ne s’agit pas là d’un vain mot : les processions et les dévotions aux églises se succédèrent. On évoquait bien sûr la Vierge miraculeuse de Philerme, mais aussi le Christ, saint Jean-Baptiste, patron de l’ordre, voire saint Nicolas, patron de la tour menacée. Le 7 juillet, on fit un cri public dans la ville pour interdire le blasphème, et quelques jours plus tard, on n’hésita pas à pendre un jeune soldat qui, parce qu’il perdait au jeu, avait « renié » Dieu70. C’est un ordre moral rigoureux qui s’établit ainsi, et les chevaliers multiplièrent les gestes fédérateurs, comme les feux de la Saint-Jean allumés sur toutes les murailles à la stupéfaction des Turcs71, ou, de manière plus sinistre, les exécutions capitales : la pendaison de maître Georges, l’empalement des prisonniers, l’exposition des têtes de Turcs décapités sur les murailles72. Cruauté indispensable pour soutenir le moral d’une population terrifiée.

  • 73 HJ, fos 41v° et 51r° (12 et 18 juin).
  • 74 HJ, f° 51r° (18 juin).

36Dans une ambiance électrique, où chaque camp prétendait combattre pour Dieu, et où personne ne dormait vraiment, les miracles commencèrent à foisonner. À l’issue du deuxième assaut contre Saint-Nicolas, on mentionne déjà de nombreux miracles de combattants touchés par des boulets ou des flèches et se relevant indemnes73, et la foule en liesse dansa dans les rues en arborant les dépouilles des Turcs morts74.

  • 75 HJ, fos 92v°-98r° et 100v°-101r° (27 et 30 juillet).

37Mais c’est lors de l’assaut final, le 27 juillet, que le Ciel sembla vraiment se manifester. Toutes les sources ne parlent cependant pas de miracle : les premières lettres, y compris celle de Pierre d’Aubusson, ne le mentionnent pas. Mais la rumeur s’en empara très tôt. Lorsque le grand-maître partit à la reconquête des murailles et qu’il fit élever la bannière de l’ordre – le Christ entouré de la Vierge et de saint Jean-Baptiste –, les Turcs devinrent soudain aveugles ou fous et commencèrent à se battre entre eux avant de fuir en désordre. Que s’estil passé ? Les défenseurs n’ont rien compris, mais les transfuges racontèrent ensuite que les Turcs virent soudain une croix d’or dans le ciel, ainsi qu’une vierge en armes, un homme habillé pauvrement et, sur les courtines, deux chevaliers blancs taillant en pièces les assaillants ; autrement dit, les personnages de la bannière, accompagnés d’anges, ont pris part au combat75 (ill. 8 et 9).

  • 76 HJ, fos 101v°-102r° (30 juillet).
  • 77 Obadiah de Bertinoro, op. cit., p. 1362.
  • 78 Miracula obsidionis Rhodi (Londres, British Library, IA 10650). Le document a été traduit en angla (...)

38Le soir du 30 juillet, alors qu’on avait placé solennellement Notre-Dame de Philerme dans une église proche de la Judecque, les Turcs virent une croix d’or descendre du ciel sur l’église, l’illuminant comme en plein jour76. Ces miracles, tout le monde y a cru, y compris les Juifs, puisqu’on en lit une mention dans le voyage d’Obadiah de Bertinoro, effectué quelques années plus tard : les Turcs arrivant devant la synagogue auraient été frappés de « confusion » par Dieu77. Le dossier miraculeux fut par la suite repris et complété pour nourrir la propagande des Hospitaliers et faire vendre des indulgences en leur faveur, comme en témoigne une feuille rarissime, mais qui circula beaucoup (annexe)78. Pour les peuples d’Europe, l’intervention des milices célestes pesait bien sûr d’un poids plus important que les prouesses techniques des artilleurs rhodiens.

39Jusque dans son miracle final, le siège de Rhodes revêtit en fait une grande modernité. Les chevaliers de Rhodes se tenaient à la fin du siècle à la pointe de l’artillerie et de la poliorcétique. Seules des murailles et une artillerie performantes étaient en mesure de compenser l’effroyable infériorité numérique dont les Occidentaux souffraient face à la marée turque. Ils réussirent aussi à fédérer autour de leur bannière une population hétérogène qui, terrorisée par l’envahisseur, était prête à se rendre, et, de manière encore plus habile, à sensibiliser l’opinion européenne en faveur d’un combat que l’on pouvait alors croire perdu en Orient. Après le siège, Rhodes serait, plus qu’un symbole, un modèle.

Annexes

Annexe

Miracula obsidionis Rhodi [Reutlingen, Michael Greyff, v. 1480] (GW M2372210) ; fac-similé dans Michael Herzfeld, « New Light on the 1480 Siege of Rhodes », The British Museum

Quaterly, vol. 36, n° 3-4 (1972), p. 69-73. Édition d’après l’unique exemplaire original connu (Londres, British Library, IA 10650), et la version, sans doute amendée, de Konrad Stolle (« Memoriale » [thüringisch-erfurtische Chronik], Richard Thiele (éd.), Halle, 1900, p. 420-422, n° 33279).

Sequuntur miracula que tempore obsidionis et conflictuum civitatis Rhodi per misericordiam Dei contigerunt80.

Anno 148081.
Die nona82 mensis Junii horis duabus ante lucem accesserunt Thurci ad expugnand [a] m turrim Sancti Nicolai83. Prima vice, in ipsa expugnatione sexcenti Thurci occubuerunt ; mane vero sequenti ab84 hostium fugitivis qui in civitatem Rhodi admissi sunt85 publico preconio affirmatum est86 in castris visum fuisse in suprema parte turris debac [c] hasse duos viros equestres qui aciem hostium acerrime prosternebant. Aliqui etiam ex Thurcis retulerunt87 matronam88 quandam insignem gravitate89 in ambitu ipsius turris predicte conspexisse, que christianorum cohortem ad pugnam compellebat. Ex cujus rei novitate Thurci supra modum exterriti et admirati fuere, quoniam90 ipsi plane noverant nec homines equestres neque mulierem in turri insedisse.

Die decima octava ejusdem mensis [in]91 secunda expugnatione ipsius turris92 visum fuit a quamplurimis hostium in illius suprema parte maximam propugnatorum falangem < in >93 albis vestibus amictam divagari94, manus cum hostibus acerrime conserentem. Ac etiam visum est totum molum et ipsam turrim armatis militibus oppleri, quod fuit apud hostes insigne miraculum : nam pro defensione turris et moli exiguam militum quantitatem statutam comparuisse [t]95. In quo conflictu duo milia quingenti Thurci ce [t] dere96.

[Item,]97 die vicesima septima Julii eo die quo ipsa urbs fuit atrocissime expugnata fugitivi ex castris Thurcorum in civitatem excepti affirmarunt a pluribus hostibus visum extitisse ingentem armatorum catervam albis vestibus circumamictam per menia urbis divagasse qui hostes viritim a menibus arcebant. Aliqui etiam ex Thurcis asseverant conspexisse mulierem quandam que suas vestes dilata [ret]98 in hostium obtutum ne possent in christicolas manus inferre.

Item, < in >99 ab uno Hebreo relatum est se conspexisse in scala menium civitatis100 ex qua descenditur in vicum Judeorum crucem auream operose pulcritudinis : quamobrem illico christianus effectus est.

Item, in tribus conflictibus ut ex lit [t] eris reverendissimi domini magistri101 accepi, Thurcorum circiter novem milia occisi sunt, a [t] quamplurimis fide dignis refertur majorem numerum hostium cecidisse.

S’ensuivent les miracles qui sont arrivés par la miséricorde de Dieu au temps du siège et des guerres de la cité de Rhodes

En l’an 1480, le 9 juin, deux heures avant l’aube, les Turcs s’élancèrent à l’assaut de la tour Saint-Nicolas. D’emblée, au cours du combat, 600 Turcs tombèrent ; le matin suivant, le crieur public annonça dans la ville, d’après le récit des transfuges admis dans la cité de Rhodes, que l’armée turque avait vu deux hommes à cheval au sommet de la tour se démener avec fureur et violemment jeter à terre les premiers rangs de l’armée. Certains Turcs rapportèrent même avoir aperçu sur le pourtour de ladite tour une dame d’une noblesse insigne qui poussait au combat l’armée des chrétiens. Les Turcs furent terrifiés et émerveillés audelà de toute expression par l’aspect extraordinaire de cette apparition, puisqu’ils savaient pertinemment qu’il n’y avait ni cavaliers ni femme dans la tour.

Le 18 juin, lors du second assaut de la tour, des ennemis en foule virent au sommet de celle-ci une énorme phalange de combattants, vêtus d’habits blancs, se répandre et en venir violemment aux mains avec les ennemis. Et ils virent aussi tout le môle et la tour se remplir de soldats en armes, ce que les ennemis tinrent pour un miracle insigne : en effet, il avait semblé évident qu’on n’avait affecté à la défense de la tour et du môle qu’une quantité infime de soldats. Dans ce combat, 2 500 Turcs moururent.

Le 27 juillet, en ce jour où la ville fut horriblement assaillie, des transfuges du camp turc accueillis dans la cité affirmèrent que de nombreux ennemis avaient vu une immense troupe vêtue d’habits blancs circuler sur les remparts de la ville et s’avancer, écartant l’un après l’autre les ennemis des murailles. Certains Turcs assuraient même avoir vu une femme qui étendait ses vêtements devant la vue des ennemis de manière à ce qu’ils ne puissent porter la main sur les chrétiens.

Un Juif rapporta avoir vu sur l’escalier des murailles de la cité, par lequel on descend dans le quartier juif, une croix en or d’une beauté raffinée : c’est pourquoi il se convertit aussitôt.

Dans les trois assauts, ainsi que je l’ai appris par les lettres du révérendissime grand-maître, environ 9 000 Turcs furent occis, mais de très nombreuses personnes dignes de foi rapportent qu’un nombre plus grand d’ennemis est tombé.

1. Le tableau du siège de Rhodes, vue générale, Épernay, Hôtel de Ville, cl. J. -B. V.

2. Conseil de guerre au palais de Topkapi, BnF, ms. lat. 6067, f° 14r, cl. J. -B. V.

3. Réfection des murailles de Rhodes sur l’ordre de Pierre d’Aubusson, BnF, ms. lat. 6067, f° 9v, cl. J. -B. V.

4. Bombardement destructeur du fort Saint-Nicolas, BnF, ms. lat. 6067, f° 26r°, cl. J. -B. V.

5. Premier assaut du fort Saint-Nicolas, BnF, ms. lat. 6067, f° 30v°, cl. J. -B. V.

6. Deuxième assaut du fort Saint-Nicolas à l’aide d’un pont flottant, tableau d’Épernay, détail, cl. de l’auteur.

7. Travaux d’approche des sapeurs turcs, BnF, ms. lat. 6067, f° 50v, cl. J. -B. V.

8. Le dernier assaut sur la muraille d’Italie et le miracle, BnF, ms. lat. 6067, f° 77v°, cl. J. -B. V.

9. Le dernier assaut sur la muraille d’Italie et le miracle, tableau d’Épernay, détail, cl. de l’auteur.

10. Arrivée des deux nefs napolitaines, BnF, ms. lat. 6067, f° 80v, cl. J. -B. V.

11. L’artillerie turque. Les bombardes tirant contre le fort Saint-Nicolas : a. Tableau d’Épernay, détail, cl. J. -B. V. ;

b. Miniature, BnF, ms. lat. 6067, f° 19v , détail, cl. J. -B. V.

12. Les grosses pièces de l’artillerie rhodienne, BnF, ms. lat. 6067, f° 66v, cl. J. -B. V.

13a-b. Les armes des défenseurs – arcs, arbalètes, arquebuses et canons de petit calibre, tableau d’Épernay, détails, cl. J. -B. V.

14. Supplice de prisonniers turcs, BnF, ms. lat. 6067, f° 8r, détail, cl. J. -B. V.

15. Trompettes de guerre, tableau d’Épernay, détails, cl. J. -B. V. (de haut en bas et de gauche à droite) : a-b. Clairons des compagnies rhodiennes appelées en renfort ; c. Trompettes des assaillants turcs.

16. Messages envoyés par des archers turcs, BnF, ms. lat. 6067, f° 59v, cl. J. -B. V.

Notes

1 Sur le personnage de Caoursin : Nicolas Vatin, Sultan Djem. Un prince ottoman dans l’Europe du xve siècle d’après deux sources contemporaines : Vâki’ât-i Sultân Cem, Œuvres de Guillaume Caoursin, Ankara, Publications de la société turque d’histoire, 1997 ; Theresa M. Vann, « Guillaume Caoursin’s Descriptio obsidione [sic] Rhodiae and the archives of the Knights of Malta », dans The Crusades and the Military Orders. Expanding the Frontiers of Medieval Latin Christianity, dir. Zsolt Hunyadi et József Laszlovszky, Budapest, 2001, p. 108-120 ; et Jean-Bernard de Vaivre, « La maison de Guillaume Caoursin à Rhodes », Archives héraldiques suisses, 2008-II, p. 224-230 ; « Guillaume Caoursin, ses origines douaisiennes et son portrait », ibid., 2009-II, p. 193-201 ; « Le siège de 1480, les tremblements de terre de l’année suivante et le remodelage de la ville de Rhodes » (dans ce même volume).

2 Gestorum Rhodie obsidionis Commentarii (Paris, BnF, ms. lat. 6067). Un très luxueux fac-similé du manuscrit a été publié sous le titre El Sitio de Rodas, Madrid, 2006, 2 vol., avec des commentaires dus à Alfonso Garcia Leal, Juana Hidalgo Ogáyar, Hugo O’Donnel et Carlos Morenés y Mariátegui. Ce manuscrit Luxueux s’avère cependant postérieur aux premières éditions incunables parues sous le titre de Descriptio obsidionis Rhodie (cf. Laurent Vissière, « Guillaume Caoursin : une conscience européenne en Méditerranée », dans La noblesse et la croisade à la fin du Moyen Âge : piété, diplomatie, aventure, Actes du colloque de Prague (26-27 octobre 2007), dir. Martin Nejetlý et Jaroslav Svátek, Toulouse, 2009, p. 245-275). Éd. moderne, mais peu fiable, du texte : Marios Philippides, dans Mehmed II the Conqueror, and the Fall of the Franco-Byzantine Levant to the Ottoman Turks : Some Western Views and Testimonies, Tempe (Arizona), 2007, p. 262-313. Une nouvelle édition est annoncée par Donald J. Kagay et Theresa Vann, Crusader Piety and Hospitaller Propaganda : Caoursin and the Ottoman Siege of Rhodes in 1480.

3 Sur ce tableau, voir Étienne Hamon : « Un présent indésirable : l’ex-voto de la victoire de Rhodes en 1480 à Notre-Dame de Paris », Bulletin monumental, 167-IV (2009), p. 331-336 ; et Laurent Vissière, « Note sur l’inscription latine du tableau du Siège de Rhodes, conservé à Épernay », ibid., p. 337-338. Sur les représentations de Rhodes à la fin du Moyen Âge : Jean-Bernard de Vaivre : « Autour du grand siège de 1480. Descriptions de Rhodes à la fin du XVe siècle », Bulletin de la Société de l’histoire et du patrimoine de l’ordre de Malte, n° 22 (2009), p. 36-117.

4 Jean-Bernard de Vaivre et moi-même préparons l’édition scientifique et comparée des différentes relations du siège pour les Éditions Droz. Je remercie d’ailleurs vivement J. -B. de Vaivre de m’avoir fourni de nombreux clichés d’excellente facture pour illustrer cet article.

5 Principaux récits en latin, outre la Descriptio : la lettre que Pierre D’Aubusson, grand-maître de l’ordre, a adressée au pape et à l’empereur, et qui fut sans doute rédigée par Caoursin (éd. et trad. angl., Philippides, dans Mehmed II…, op. cit., p. 316-333) ; le De urbis Collosensis obsidione a Turcis tentata, anno 1480, 23 maii (Venise, v. 1480) de Jacopo de Curti (GW 7860) ; et les Miracula obsidionis Rhodi (Reutlingen, 1480, éd. en annexe du présent article).

6 Principaux récits en français : une lettre anonyme datée du 13 septembre 1480 et connue par deux versions (éd. L. Vissière, « Le siège de Rhodes par les Turcs et sa médiatisation européenne [1480-1481] », communication au colloque « Conflits et opinion (s), XIIIe-XIXe siècle » [université du Maine, 4-6 mai 2009], à paraître) ; Le Siege de Rodes de Mary du Puis, connu par deux éditions incunables, Lyon et Audenarde, v. 1480-1481 (GW 9097 et 9098) – la première est celle de référence ; l’Histoire journalière (BnF, Dupuy 255).

7 La Guerra del Turco contro a Rodi [Florence, v. 1495].

8 Le texte n’est connu que par une copie lacunaire, datée du 13 septembre 1495, qui a reçu au XVIIe siècle le titre d’Histoire journalière du siège de Rhodes [désormais HJ] (BnF, Dupuy 255). Malgré ses manques, il demeure la meilleure relation connue du siège.

9 Sur l’usage de l’imprimé : L. Vissière, « Le siège de Rhodes… », op. cit. ; sur l’iconographie rhodienne : J.-B. de Vaivre, « Autour du grand siège de 1480… », op. cit.

10 Sur le siège, voir E. F. Mizzi, Le guerre di Rodi. Relazioni di diversi autori sui due grandi assedi di Rodi (1480-1522), Turin, 1934 ; Eric Brockman, The two sieges of Rhodes, 1480-1522, Londres, 1969 ; Kenneth M. Setton, The Papacy and the Levant (1204-1571), t. II : The Fifteenth Century, Philadelphie, Memoirs of the American philosophical society (t. 127), 1978, p. 346-363.

11 A défaut d’une véritable édition scientifique du texte de Caoursin, je prendrai comme référence l’édition vénitienne : Obsidionis Rhodie urbis Descriptio ([Venise, Erhard Ratdolt, vers 1480]) [désormais Descriptio], fos 1-4.

12 Dans les miniatures du ms. lat. 6067, les noms de « Bassa » et de « Bacha » apparaissent inscrits sur ses vêtements et sa tente écarlate.

13 BnF, ms. lat. 6067, f° 14 r°. La scène du conseil, imaginée par l’artiste, ne donne pas plus des portraits authentiques des personnages (c’est particulièrement net pour Mahomet II) qu’une représentation fidèle des jardins de Topkapi.

14 Descriptio, fos 2v°-3r°. Le grand-maître adressa une lettre circulaire à tous les frères de l’ordre le 28 mai 1480 (éd. et trad. angl. Philippides, dans Mehmed II…, op. cit., p. 335-339). Le 4 juin, il envoya par un brigantin le frère sergent, Bernard Le Gasquet, chargé d’un autre message pour le roi de Naples et le pape (HJ, fos 29v°-30v°). Ce personnage revint d’ailleurs, début août, avec les deux nefs napolitaines (ibid., f° 107r°).

15 Descriptio, f° 4.

16 Setton, The Papacy…, op. cit., t. II, p. 348-349.

17 La date est explicitement donnée par Mary du Puis (Le Siege…, op. cit., f° 4 v°) et Jacopo de Curti (De urbis Collosensis…, op. cit., f° 2r°) ; Caoursin évoque le 10 des Calendes de juin, soit le 22 mai (Descriptio, f° 4v°), mais les rares dates qu’il donne sont toutes en décalage par rapport aux autres relations du siège ; la Lettre anonyme mentionne, pour sa part, le 24 mai.

18 Lettre circulaire, op. cit. Dans la lettre que Louis XI envoya à la ville d’Angers pour célébrer la victoire, il parle de « . LX. à. IIIIxx. mil des meilleurs combatans » du Turc (Lettres de Louis XI, roi de France, éd. J. Vaesen, E. Charavay et B. de Mandrot, Paris, 1883-1909, 11 vol., t. VIII, p. 318-319). La fourchette varie globalement entre 60 000 et 120 000 hommes – chiffres qui ne sont pas forcément incompatibles si l’on tient compte de la masse toujours énorme des non-combattants. À titre de comparaison, Philippe Contamine estime qu’à la fin du XVe siècle, l’armée française en campagne compte un combattant pour trois hommes (Histoire militaire de la France, t. I : Des origines à 1715, Paris, 1997, p. 232).

19 Descriptio, f° 4v°. L’Histoire journalière, qui ne commence vraiment qu’à la date du 26 mai, ne parle pas de ces escarmouches.

20 Caoursin évoque le bombardement (Descriptio, fos 4v°-6r°) et une miniature montre l’effondrement partiel de la tour (BnF, ms. lat. 6067, f° 26 r°). Pour le détail de ce pilonnage : HJ, fos 19v°-20v°, 28v°-29v°.

21 Descriptio, fos 6v°-7r° ; HJ, fos 36-38 (9 juin).

22 Descriptio, fos 9-11 ; HJ, fos 41v°-42r° (12 juin : début de la construction du pont), 44v°-45r° (15 juin : achèvement du pont), 45v°-46v° (16-17 juin), 47-51 (18 juin). Le 19 juin, un transfuge turc rapporta que, lors de l’assaut, les Ottomans avaient perdu les trois principaux officiers après le bacha, dont le prince (HJ, f° 52).

23 HJ, fos 31v°-34v° (5-7 juin). Cf. aussi Descriptio, fos 11v° et 16r°.

24 Descriptio, f° 7v° ; HJ, fos 40v°-41r° (11 juin). Voir aussi le récit d’Obadiah de Bertinoro, de passage à Rhodes en 1487 (trad. Joseph Shatzmiller, dans Croisades et pèlerinages. Récits, chroniques et voyages en Terre sainte [xiie - xvie siècle], p. 1358-1373, ici p. 1362).

25 HJ, fos 64v°-65r° (3 juillet).

26 HJ, fos 58v°-59r° (24 juin), et 68r° (6 juillet).

27 HJ, fos 63-72 (1er-8 juillet). Notations similaires presque chaque jour du mois de juillet avant l’assaut.

28 Comme le rappelle l’auteur de l’Histoire journalière, le bacha avait déjà envoyé plusieurs lettres en ce sens (HJ, fos 82-84 : 16 juillet). Caoursin note aussi ces tentatives d’accord à l’amiable : après l’échec du premier assaut, Mesîh Pacha chercha à signer un accord séparé avec la population civile, en lui promettant de l’épargner, puis à faire capituler le grand-maître, en le menaçant des pires maux (Descriptio, fos 13v°-14v°) ; peu avant l’assaut final, les Turcs vouèrent aux tourments tous ceux qui ne renieraient pas leur foi (ibid., fos 15v°-16r°). Ils auraient taillé ostensiblement 8 000 pals pour leurs futures victimes (HJ, f° 92v°).

29 Le récit de la journée constitue le morceau de bravoure de l’Histoire journalière, dont l’auteur compare les exploits du grand-maître à ceux de Josué, Samson, Judas Macchabée, Roland et Olivier, (HJ, fos 89r°-98r°, notamment 91v°) ; Descriptio, fos 16r°-18r°.

30 Descriptio, f° 17v°. L’auteur de l’Histoire journalière évoque environ 3 000 morts pour cet assaut ; il rapporte aussi le récit de transfuges, arrivés le 30 juillet, qui dirent que, d’après les dernières montres, l’armée ottomane comptait 12 000 hommes de moins ; au lendemain de leur retraite, le 18 août, elle en aurait pleuré 30 000 (HJ, fos 97r°, 101v° et 111v°).

31 HJ, f° 105r°.

32 HJ, fos 107-108 et 109v°-110v° (10-11 et 13-15 août) ; Descriptio, fos 18v°-19r°. Détail amusant : le manuscrit de Caoursin, réalisé à la cour de France, attribue à la nef italienne les armes du roi René, alors qu’à cette date, régnaient à Naples les Aragonais (ms. lat. 6067, f° 80v°).

33 HJ, f° 111.

34 HJ, f° 112r° (pas de date précise).

35 Édouard Baratier et Félix Reynaud (dir.), Histoire du commerce de Marseille, Paris, 1949, 8 vol., t. II, p. 370-371. Je tiens à remercier ici Jacques Paviot qui m’a fait découvrir cette source.

36 Lettre anonyme du 13 septembre 1480, op. cit.

37 Pierre d’Aubusson s’était acquis les services du canonnier Johann Berger de Nordlingen (A. O. M., Reg. 387, f° 163 r°, cité par K. Setton, The Papacy…, op. cit., t. II, p. 350).

38 Descriptio, fos 3 et 5 ; HJ, fos 17v°-19v° (28 mai) ; 27v° (2 juin), 35 (8 juin), 40v° (11 juin).

39 HJ, fos 18v°-19r° (28 mai).

40 L’auteur du journal relate à plusieurs reprises les exploits de la Katherine, la bombarde « la plus grosse de Rhodes » (HJ, fos 40v°, 99r° et 105v° : 11 juin, 28 juillet et 3 août).

41 L’Histoire journalière note par exemple chez les défenseurs des « plombees de fer et de plomb », à côté des boulets de marbre (HJ, f° 20v°), mais n’évoque jamais que des pierres du côté turc.

42 HJ, f° 77 (11 juillet).

43 HJ, f° 64 (3 juillet).

44 HJ, f° 71v° (8 juillet). L’utilisation de l’huile bouillante est d’ailleurs confirmée par le poème italien (Guerra del Turco, op. cit., f° 1v° col. 2).

45 Abattre quelque Turc devenait apparemment même sujet de jeu ou pari : « Plusieurs arballestriers et espingardiers […] ne voulloient boyre ne menger que premier ilz n’eussent despeché quelque ung, et tel en y avoit que premier qui beust ne mengeast en despeschoient. V. ou. VI. » (HJ, f° 78 : 12 juillet).

46 Descriptio, f° 12v° ; HJ, fos 78v° et 88 (12 et 18-19 juillet). E. Brockman, The two sieges of Rhodes, op. cit., p. 45 et 83-84. À la même époque, vers 1482, Léonard de Vinci proposait à Ludovic le More de lui construire aussi bien des canons que des catapultes (André Chastel, Léonard de Vinci par lui-même, Paris, 1952, p. 65-67).

47 Le catapultage de cadavres n’est mentionné que par La guerra del Turco, op. cit., f° 3r° col. 1.

48 HJ, f° 20r° (29 mai).

49 HJ, f° 17v° (27 mai).

50 HJ, f° 20v° (29 mai).

51 HJ, f° 27v° (2 juin).

52 HJ, f° 29r° (3 juin).

53 HJ, f° 40v° (11 juin).

54 HJ, f° 70r° (7 juillet).

55 HJ, fos 56v°-57v° (23 juin).

56 HJ, fos 59v°-60r° (25 juin).

57 HJ, f° 74v° (9 juillet).

58 Rien n’amusait tant les Turcs que d’empaler leurs prisonniers. L’Histoire journalière en donne de nombreux exemples : fos 61r°, 74v°, 85r°-88r° (27 juin, 9 et 17-18 juillet) ; le grand-maître faisait empaler des captifs en représailles : fos 73v°, 87v°-88r°, 99r° (9, 18 et 28 juillet).

59 Descriptio, f° 16r°.

60 Le 2 juin, un boulet écrasa ainsi une femme et trois petits enfants, dont les débris éclaboussèrent les murailles ; le 28 juin, un autre creva la voûte de la cathédrale pendant la messe, mais sans tuer personne ; le lendemain, une pierre tomba sur le palais du grand-maître et finit sa course en faisant exploser une barrique de vin ; le 30, une autre ruina l’église de Sainte-Marie de la Place, tuant et blessant plusieurs hommes, etc. (HJ, fos 27v°, 61v°-62v°).

61 HJ, f° 23 (31 mai).

62 HJ, f° 88 (18-19 juillet).

63 HJ, f° 26v° (1er juin). Notations similaires dans La Guerra del Turco, op. cit. (en particulier fos 1v° col. 1, 3r col. 2).

64 . HJ, f° 36 (9 juin).

65 . Le janissaire, arrivé le 25 mai, avoua ses noirs desseins le 4 juin (HJ, fos 15v° et 31r°).

66 . HJ, f° 54v° (21 juin).

67 67. HJ, fos 31v°, 35v°, 73v° (5, 8 juin, 9 juillet). Cf. Descriptio, f° 5v°.

68 . Descriptio, f° 10 ; HJ, f° 87v° (17 juillet).

69 . HJ, fos 73v°-74v° (9 juillet). Le traître finit d’ailleurs empalé par les Turcs.

70 . HJ, f° 70 (7 juillet).

71 HJ, fos 56v°-57v° (23 juin).

72 On exposa ainsi des têtes au soir des 7 et 18 juin; après l’échec de l’assaut final, 336 cadavres turcs furent décapités et les corps furent ensuite jetés à la mer, chargée de les ramener « en leur païs de Turquie » (HJ, fos 34v°, 51r° et 98r°).

73 HJ, fos 41v° et 51r° (12 et 18 juin).

74 HJ, f° 51r° (18 juin).

75 HJ, fos 92v°-98r° et 100v°-101r° (27 et 30 juillet).

76 HJ, fos 101v°-102r° (30 juillet).

77 Obadiah de Bertinoro, op. cit., p. 1362.

78 Miracula obsidionis Rhodi (Londres, British Library, IA 10650). Le document a été traduit en anglais et commenté par Michael Herzfeld, « New Light on the 1480 Siege of Rhodes », The British Museum Quaterly, vol. 36, n° 3-4 (1972), p. 69-73. L’auteur semble ignorer que la pièce avait été reproduite in extenso dans la chronique de Konrad Stolle, contemporaine des événements (Konrad Stolle, « Memoriale » (thüringisch-erfurtische Chronik), éd. Richard Thiele, Halle, 1900, p. 420-422, n° 332 : « Wie die Turcken die Insel unnd Stad Rodis gewynne wolden »). Cf. L. Vissière, « Le siège de Rhodes… », op. cit.

79 K. Stolle donne une version des Miracula nettement meilleure que celle de l’incunable, mais il est impossible de déterminer s’il en a reproduit une édition différente, qui serait aujourd’hui perdue, ou s’il s’est contenté d’amender et de préciser le texte – ce qui semble très probable. C’est donc le texte de l’incunable que l’on a choisi comme base ; de la version de Stolle, on a indiqué en note les variantes significatives (mais pas orthographiques). Quelques menues corrections ont été ajoutées.

80 Chez Stolle, le titre se trouve à la fin et commence par les mots : « Miracula predicta que tempore… ».

81 Mention manuscrite en marge ; « Anno Domini. M° CCCC° LXXX° » (Stolle).

82 La correction « nona decima » proposée par l’éditeur de Stolle n’a pas lieu d’être.

83 « ante civitatem Rodis sitam » (ajout de Stolle).

84 « ex » (Stolle).

85 « fuerunt » (Stolle).

86 « fuit » (Stolle).

87 « vidisse » (ajout de Stolle) : l’éditeur moderne du texte a cru bon de le corriger en ajoutant un « se » devant le verbe et en supprimant à la fin de la phrase le verbe conspexisse, qui fait doublon.

88 « scilicet beatam Mariam Virginem » (ajout de Stolle).

89 « grandidate » (Stolle).

90 « quum » (Stolle).

91 Correction d’après Stolle.

92 Correction d’après Stolle (texte : « ipsis Thurcis »).

93 Correction d’après Stolle.

94 « divagare » (Stolle).

95 L’éditeur de Stolle propose de rétablir « comperuerunt ».

96 Correction d’après Stolle.

97 Ajout d’après Stolle.

98 Texte : « dilatans » (correction de l’éditeur de Stolle).

99 Correction d’après Stolle.

100 Stolle ajoute « Rodis ».

101 Stolle ajoute « de Rodis ».

Table des illustrations

Légende 1. Le tableau du siège de Rhodes, vue générale, Épernay, Hôtel de Ville, cl. J. -B. V.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Légende 2. Conseil de guerre au palais de Topkapi, BnF, ms. lat. 6067, f° 14r, cl. J. -B. V.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende 3. Réfection des murailles de Rhodes sur l’ordre de Pierre d’Aubusson, BnF, ms. lat. 6067, f° 9v, cl. J. -B. V.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende 4. Bombardement destructeur du fort Saint-Nicolas, BnF, ms. lat. 6067, f° 26r°, cl. J. -B. V.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 841k
Légende 5. Premier assaut du fort Saint-Nicolas, BnF, ms. lat. 6067, f° 30v°, cl. J. -B. V.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende 6. Deuxième assaut du fort Saint-Nicolas à l’aide d’un pont flottant, tableau d’Épernay, détail, cl. de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Légende 7. Travaux d’approche des sapeurs turcs, BnF, ms. lat. 6067, f° 50v, cl. J. -B. V.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 8. Le dernier assaut sur la muraille d’Italie et le miracle, BnF, ms. lat. 6067, f° 77v°, cl. J. -B. V.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende 9. Le dernier assaut sur la muraille d’Italie et le miracle, tableau d’Épernay, détail, cl. de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende 10. Arrivée des deux nefs napolitaines, BnF, ms. lat. 6067, f° 80v, cl. J. -B. V.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende 11. L’artillerie turque. Les bombardes tirant contre le fort Saint-Nicolas : a. Tableau d’Épernay, détail, cl. J. -B. V. ;
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Légende b. Miniature, BnF, ms. lat. 6067, f° 19v , détail, cl. J. -B. V.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende 12. Les grosses pièces de l’artillerie rhodienne, BnF, ms. lat. 6067, f° 66v, cl. J. -B. V.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 13a-b. Les armes des défenseurs – arcs, arbalètes, arquebuses et canons de petit calibre, tableau d’Épernay, détails, cl. J. -B. V.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Légende 14. Supplice de prisonniers turcs, BnF, ms. lat. 6067, f° 8r, détail, cl. J. -B. V.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 657k
Légende 15. Trompettes de guerre, tableau d’Épernay, détails, cl. J. -B. V. (de haut en bas et de gauche à droite) : a-b. Clairons des compagnies rhodiennes appelées en renfort ; c. Trompettes des assaillants turcs.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Légende 16. Messages envoyés par des archers turcs, BnF, ms. lat. 6067, f° 59v, cl. J. -B. V.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36640/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site