Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les sièges de Rhodes

 | 
Nicolas Faucherre
, 
Isabelle Pimouguet-Pédarros

Le siège de Rhodes par C. Cassius Longinus en 42 av. J.-C., de la bataille de Myndos à la prise de la ville

Fabrice Delrieux and Marie-Claire Ferriès

Full text

  • 1 Sauf indication contraire, toutes les dates proposées dans cette étude s’entendent, comme ici, av. (...)
  • 2 Vell., II, 69, 6 ; V. Max., I, 5, 8 ; Plut., Brut., 30, 3, et 32, 4 ; Oros., VI, 18, 13.
  • 3 DC, XLVII, 33 ; App., BC, IV, 65-74.

1Jusqu’en 42 av. J.-C.1, Rhodes demeure une cité inexpugnable. Bien à l’abri au large de la Carie et derrière ses hautes murailles, protégée par une flotte redoutée, elle a été victorieuse de tous ceux qui l’ont assiégée, Démétrios Poliorcète en 305, Mithridate VI Eupator en 88. Pourtant, durant les guerres civiles suivant l’assassinat de Jules César, C. Cassius Longinus, un des chefs de la conspiration contre le dictateur, battit les Rhodiens sur mer puis investit leur île et leur ville. Fait étrange, cet exploit n’est presque pas célébré dans la littérature antique. En effet, ce fait d’armes n’est que brièvement mentionné par Velleius Paterculus, qui reconnaît la difficulté de l’entreprise, Valère Maxime, Plutarque et Orose, qui s’attachent surtout à la dureté des conditions faites aux Rhodiens2. Seuls Dion Cassius et surtout Appien montrent quelque intérêt pour cet épisode, mais ils sont loin d’éclairer toutes les obscurités du dossier3.

2La discrétion des sources invite donc à s’interroger sur le caractère exact des circonstances de ce siège : la capitulation rhodienne était-elle une véritable victoire ou bien la personnalité du héros, hostile aux héritiers de César, gênaitelle l’historiographie impériale ? Afin de répondre à cette double question, il conviendra d’abord de reprendre les relations houleuses entretenues par les Rhodiens avec les Libérateurs, puis de mettre en lumière les stratégies successives adoptées par les premiers pour éviter le siège, enfin de comprendre comment cet événement a été en quelque sorte escamoté et pourtant célébré.

RHODES À LA VEILLE DU SIÈGE

  • 4 Sur les détails de cette affaire et ses conséquences, cf. notamment Schmitt H. H., Rom und Rhodos. (...)
  • 5 App., BC, IV, 66 (280 ; « les traités conclus entre Romains et Rhodiens leur interdis [aient] de p (...)
  • 6 Sén., Ben., V, 16, 6. Sur la promotion et le statut de Rhodes à cette époque, cf. également App., (...)
  • 7 Cic., Fam., XII, 15 (lettre 902), 2.
  • 8 App., BC, IV, 68 (289) et 70 (296).

3Depuis 164, en raison de sa désastreuse tentative de médiation entre Rome et le roi Persée durant la troisième guerre de Macédoine4, Rhodes ne détenait plus la moindre marge de manœuvre diplomatique : elle avait les mêmes ennemis que les Romains, devait répondre à toutes leurs réquisitions et la plus petite faiblesse compterait comme trahison5. Ce statut fut quelque peu assoupli par Sylla qui donna aux Rhodiens le rang de cité libre et immune, pour récompenser leur remarquable loyauté durant la guerre de Mithridate6. Par la suite, l’alliance fut renouvelée, d’abord par les Pompéiens en 517, puis par César en 478.

  • 9 . Cf. in Reddé M., Mare nostrum. Les infrastructures, le dispositif et l’histoire de la marine mili (...)
  • 10 Dans la lex de prouinciis praetoriis, datée de l’extrême fin du IIe siècle pour les uns, des toute (...)
  • 11 Sur le siège infructueux de Rhodes par Mithridate, cf. App., Mithr., 24-27 (94-106), V. Max., V, 2 (...)
  • 12 Caes., Civ., III, 26-. 27
  • 13 Caes., Civ., III, 27, 2. Sur l’attachement de nombreuses cités grecques d’Asie Mineure à Jules Cés (...)
  • 14 Caes., Civ., III, 102, 7-8.
  • 15 Euphranor, « par sa grandeur d’âme et son courage, était plus comparable aux hommes de chez nous [ (...)
  • 16 Ps.-Caes., Bel. Alex., 14, 5.
  • 17 Ps.-Caes., Bel. Alex., 15, 3-6. La rédaction de ce récit date de l’époque des guerres civiles et t (...)

4En vertu du traité et à cause de l’exceptionnelle qualité de sa marine, Rhodes s’était affirmée comme la plus importante alliée maritime des Romains malgré l’amoindrissement progressif de ses forces. Elle était pour eux une pièce maîtresse incontournable dans la mesure où ils n’entretenaient aucune flotte permanente en Méditerranée orientale et faisaient appel aux cités portuaires pour fournir les bâtiments et les équipages dont ils avaient besoin9. Ainsi, entre la fin du IIe et le début du Ier siècle, les bateaux rhodiens avaient été le fer de lance des guerres contre les pirates10 et contre Mithridate11. En 48, l’île obéit au Sénat en envoyant contre les Césariens une escadre commandée par le Pompéien C. Coponius, mais celle-ci fut balayée par une tempête au large des côtes illyriennes12. La clémence de César à l’égard des naufragés retourna l’opinion rhodienne en sa faveur13. Après Pharsale, la cité ferma son port aux Pompéiens qui cherchaient de l’aide14. Elle s’engagea davantage durant la guerre d’Alexandrie où elle dépêcha des navires qui soutinrent brillamment César. L’auteur du Bellum Alexandrinum ne tarit pas ici d’éloges sur l’héroïsme de son amiral Euphranor qui joua un rôle décisif dans la bataille au large de Pharos15. Romains et Alexandrins étaient alors séparés par des hauts-fonds que seule une passe étroite permettait de franchir. De fait, la flotte qui prenait l’initiative de l’attaque risquait d’être en difficulté le temps de rassembler ses forces16. Les Rhodiens se dévouèrent et, avec seulement quatre navires, tinrent en respect la flotte ennemie le temps que manœuvrât avec succès le reste des forces romaines et alliées17. En 43, dans la suite logique de cet attachement, Rhodes choisit le camp des Césariens.

  • 18 App., BC, III, 2 (4).
  • 19 Plut., Brut., 19, 1, 4-5.
  • 20 Cic., Fam., XII, 13 (lettre 919), 3 ; App., BC, III, 6 (19) ; DC, XLVII, 21, 3 et 26, 1 ; Zonaras, (...)
  • 21 Sur la répartition des provinces de l’empire à ce moment et l’attribution de la Syrie à Dolabella, (...)
  • 22 La capture et la mise à mort de C. Trebonius ont été souvent rapportées par les auteurs anciens. N (...)
  • 23 App., BC, IV, 58 (249).
  • 24 App., BC, IV, 60 (258) et 61 (262-263). Dans le même esprit, alors que Dolabella était enfermé dan (...)
  • 25 Cic., Fam., XII, 15 (lettre 902), 2-3. Sur ce personnage, cf. infra.
  • 26 Liv., Per., 121, 1 ; Str., XVI, 2, 9, App., BC, IV, 62 (265-267) ; DC, XLVII, 30, 3-5.
  • 27 Cic., Phil., X, 13 (25-26) ; Cic., Phil., XIII, 9 (20) ; Cic., Ad Brut., II, 4 (lettre 862), 4 ; C (...)
  • 28 Cic., Ad Brut., I, 15 (lettre 933), 2 et 18 ; Plut., Brut., 28, 3, à 29, 11 ; App., BC, IV, 63-64 (...)
  • 29 Aug., Anc, 2 ; Liv., Per., 120, 1 ; Vell., II, 69, 5 ; App., BC, III, 94 (388) et 95 (392) ; DC, X (...)

5En effet, dès le printemps 44, les provinces orientales devinrent l’enjeu de la compétition encore pacifique entre les partisans des tyrannicides et ceux de César. Le 17 mars, le Sénat décida d’entériner les attributions de provinces prévues sous la dictature18. Ainsi, deux membres de la conjuration, C. Trebonius et L. Tillius Cimber, obtinrent respectivement les gouvernements de Bithynie et d’Asie19. Dès leur arrivée sur place en avril, ils s’employèrent, à la demande de Brutus et Cassius, à lever des troupes, des fonds et à obtenir des navires des cités de la région20. Aucune évaluation de ces réquisitions ne subsiste mais on sait que Rhodes ne leur a rien fourni à ce moment. En juin, une loi fut votée à Rome ; elle confiait la province de Syrie au consul césarien P. Cornelius Dolabella21. En route pour revêtir sa charge, ce dernier se heurta en janvier 43 à C. Trebonius, dont il devait traverser la province, le saisit et le fit exécuter22. Rassemblant ensuite des troupes et de l’argent pour conquérir la Syrie qu’occupait déjà Cassius23, il reçut l’aide des Rhodiens, des Lyciens, des Pamphyliens, des Ciliciens et de la reine Cléopâtre VII d’Égypte qui, non seulement lui fournirent des navires pour le combat et le transport des troupes24, mais refusèrent le mouillage et l’avitaillement à P. Cornelius Lentulus Spinther, questeur du conjuré C. Trebonius25. L’affrontement décisif eut lieu en Syrie, à Laodicée-sur-Mer : la flotte de Dolabella y fut défaite, la ville, dans laquelle celui-ci s’était réfugié, tomba entre les mains de Cassius, le vaincu dut se résoudre au suicide26. Entre-temps, la situation politique à Rome s’était retournée en faveur des Libérateurs. Les Philippiques de Cicéron avaient fait évoluer l’opinion sénatoriale qui avait condamné Dolabella et ses hommes comme ennemis publics et qui avait conféré à Cassius et à Brutus l’imperium sur les deux principales provinces de l’Orient romain27. Forts désormais de leur bon droit, ces derniers poursuivirent leur mainmise sur la région28. Mais, à Rome, le rapport de force s’est à nouveau inversé : en août 43, Octavien fut élu au consulat et l’une de ses premières décisions fut de faire condamner les conjurés en vertu de la lex Pedia29. De plus, en novembre 43, le triumvirat se constitua, proscrivit tous ses adversaires politiques et se prépara à faire la guerre à l’armée des Libérateurs.

  • 30 App., BC, IV, 65 (277) ; DC, XLVII, 33, 2.
  • 31 App., BC, IV, 63 (272) ; DC, XLVII, 33, 4.
  • 32 Pour Laodicée-sur-Mer, cf. App., BC, IV, 62 (268). Pour Tarse, cf. App., BC, IV, 64 (273). Dans ce (...)
  • 33 Aux dires d’Appien, ces derniers pouvaient compter sur une force « d’environ quarante légions dont (...)

6C’est dans ce contexte que se place la conférence de Smyrne réunissant Cassius et Brutus. Ces derniers décidèrent alors de se retourner contre Rhodes et la Lycie afin d’éliminer toute contestation dans les territoires orientaux avant le déclenchement de la campagne décisive contre les Césariens30. Appien et Dion Cassius ne mentionnent que des considérations stratégiques pour expliquer l’attaque de Rhodes. Cependant, il paraît tout aussi vraisemblable que des raisons financières aient poussé en ce sens. En effet, le nerf de la guerre apparaît comme une préoccupation constante de Brutus et de Cassius. Le second a ainsi confisqué la fortune d’Ariobarzane III, roi de Cappadoce, qu’il avait fait exécuter l’été précédent en l’accusant d’avoir comploté contre sa personne31. De même, il a pillé Laodicée-sur-Mer et ses sanctuaires, levé de très lourdes contributions sur la population ainsi que sur les Tarsiens jugés, non sans motifs, par trop versatiles32. Malgré toutes ces rentrées d’argent, ce trésor de guerre n’était pas suffisant pour assurer le recrutement, l’équipement et le paiement d’une puissante armée capable de se mesurer à celle des Césariens33. Cassius se tourna alors vers Rhodes qu’il connaissait bien.

  • 34 App., BC, IV, 65 (278), et IV, 69 (292).
  • 35 Cf. Plut., Caes., 3, 1, et Suet., Iul., 4 (pour C. Iulius Caesar), Plut., Brut., 3, 3, et Aur. Vic (...)
  • 36 S’il a pu suivre tout ou partie de ces cours, Cassius a sûrement pris aussi des leçons d’histoire (...)
  • 37 Sur le rayonnement intellectuel de Rhodes à la fin de l’époque hellénistique, cf. notamment Della (...)
  • 38 Comme le souligne A. Boulanger, celui-ci représentait « un art intermédiaire entre l’emphase des a (...)
  • 39 Cf. Reinhardt K., RE, XXII/1, 1953, s. v. Poseidonios, n° 3, col. 558-826, Mygind B., loc. cit. (s (...)

7En effet, le Libérateur conservait des relations privilégiées avec l’île où, dans sa jeunesse, il avait acquis une grande partie de sa culture hellénique34, suivant en cela l’exemple de nombreux Romains de bonne famille de la fin de la République, C. Iulius Caesar, M. Iunius Brutus, T. Manlius Torquatus, Cn. Pompeius Magnus, Ser. Sulpicius Rufus, M. Tullius Cicero père, M. Tullius Cicero fils, Q. Tullius Cicero35. Depuis au moins la fin du iie siècle, Rhodes était renommée pour ses professeurs de philosophie et de rhétorique, de philologie et de linguistique, de poésie et de musique, ou bien encore de géographie et d’astronomie36. Elle était devenue un centre essentiel de la vie intellectuelle grecque grâce à la générosité de fondations royales éclairées et en raison de l’effacement culturel d’Athènes après la dévastation de la ville par Sylla37. Rhodes se distingua en particulier dans le domaine de la rhétorique et de la philosophie où brillèrent le fameux Apollônios Molôn d’Alabanda38 et Poseidônios d’Apamée de Syrie39.

  • 40 Sur ce personnage, figure emblématique du médio-stoïcisme, et son influence à Rome au temps de Sci (...)
  • 41 Sur le stoïcisme et ses relations avec le monde romain, cf. notamment Brunschwig J., « Les Stoïcie (...)

8Ce dernier, à la suite de son maître Panaitios de Rhodes40, porta haut les valeurs de la philosophie stoïcienne, contribuant un peu plus à son rayonnement dans les élites romaines41.

  • 42 App., BC, IV, 65 (278).
  • 43 XLVII, 33, 3.
  • 44 App., BC, IV, 66 (280).
  • 45 L’assemblée avait été purgée de tous les éléments hostiles aux Césariens lors de la proscription d (...)
  • 46 App., BC, IV, 66 (281).
  • 47 App., BC, IV, 66 (282). Tous deux sont présentés comme des démagogues.

9Comptant peut-être sur ces bonnes relations, les Rhodiens envoyèrent une première ambassade à Cassius qui rassemblait et entraînait ses troupes dans le port carien de Myndos42. Dion Cassius et Appien présentent des versions de la rencontre légèrement différentes mais concordantes. Le premier indique que les ambassadeurs narguèrent les Romains en leur présentant les entraves avec lesquelles ils comptaient les retenir prisonniers une fois leur défaite consommée43. Pour Appien, les délégués cherchèrent plutôt à éviter l’affrontement en faisant appel à l’autorité des traités antérieurs et du Sénat de Rome44. Mais ce dernier argument était spécieux, voire provocateur, dans la mesure où le Sénat, au début de 42, était hostile aux Libérateurs désormais condamnés et proscrits45. En retour, Cassius opposa à ses interlocuteurs une logique de parti : en apportant de l’aide à Dolabella et en fermant son port aux Républicains, l’île avait commis un acte hostile entraînant une réponse militaire46. Cette inflexibilité produisit un durcissement de l’opinion rhodienne qui porta au pouvoir deux partisans de la guerre, Alexandros et Mnaséas47, et de fait réduisit au silence, du moins provisoirement, les partisans d’une paix négociée.

  • 48 Sur les prytanes rhodiens à l’époque hellénistique, cf. par exemple, Walbank F. W., A Historical C (...)
  • 49 Cette possibilité leur permettait, non seulement de contrôler l’impact diplomatique des décisions (...)
  • 50 Rép., III, 35, 48.

10Nouvel homme fort de sa cité, Alexandros devint prytane, magistrature très importante chez les Rhodiens comme le souligne Appien. En effet, son élection à ce poste le faisait entrer dans un collège d’au moins cinq membres choisis parmi l’ensemble citoyens et désignés pour une durée de six mois. Siégeant au prytanée, où les archives de la cité étaient déposées, ces derniers exerçaient la magistrature rhodienne la plus élevée, concentrant des pouvoirs de différentes natures : ils présidaient la boulè et sans doute aussi l’ecclésia où ils présentaient les ordres du jour48. Comme les prytanes étaient aussi chargés de désigner les ambassadeurs49, la promotion d’Alexandros achevait de durcir la ligne diplomatique rhodienne à l’égard de Cassius. Les prytanes jouissaient donc d’une autorité décisive en dépit de la souveraineté théorique de l’ecclésia et du poids considérable de la boulè évoqué par Cicéron50.

  • 51 Sur les navarques rhodiens, cf. par exemple O’Neil J. L., loc. cit. (supra n. 48), p. 469-472, et (...)

11Mnaséas obtint pour sa part la charge de navarque qui n’était pas moins importante que celle d’Alexandros. En effet, en temps de guerre, le navarque de Rhodes commandait comme amiral de la flotte et avait le droit de conclure des traités internationaux sans l’accord préalable de l’ecclésia. Ces prérogatives étaient bien sûr dictées par la nécessité de traiter rapidement en fonction de la situation militaire. C’est pourquoi le peuple lui déléguait pour un temps une partie de son pouvoir souverain51. Cependant, cette charge n’était pas régulière ; il s’agissait d’une magistrature extraordinaire qui n’avait de justification et de durée que dans l’état de guerre. Le simple fait que les Rhodiens en aient élu un à l’issue de la première ambassade signifie qu’ils étaient déjà résolus à la guerre.

  • 52 BC, IV, 71 (300 ; oἱ Poδίωv ᾑγoύμεvoι).
  • 53 App., BC, IV, 71 (300).

12De par leurs fonctions, Alexandros et Mnaséas étaient bien « les chefs des Rhodiens  », pour reprendre une remarque d’Appien à leur sujet52. Mais, des décisions qu’ils prirent comme tels, nous ne leur en connaissons explicitement qu’une, celle de s’embarquer avec la flotte rhodienne pour attaquer Cassius53. Toutefois, peut-être sont-ils aussi à l’origine d’une seconde et curieuse ambassade auprès de ce dernier.

  • 54 BC, IV, 67, 283. Notre méconnaissance d’Archélaos, inconnu par ailleurs, est telle que B. Mygind, (...)
  • 55 App., BC, IV, 67 (285-286).
  • 56 App., BC, IV, 67 (284 et 285).
  • 57 Sur l’âge d’Archélaos au moment des faits, cf. App., BC, IV, 69 (291).
  • 58 App., BC, IV, 69 (291) - 70 (299).
  • 59 Il est en effet curieux que seul Appien y fasse allusion. Pourtant, la présence d’Archélaos dans l (...)

13Selon le seul témoignage d’Appien, alors que les deux camps fourbissaient leurs armes, Rhodes envoya une nouvelle délégation au sein de laquelle figurait Archélaos, ancien professeur de grec de Cassius54. Grâce à lui, elle espérait sans doute jouer sur la corde sensible de la familiarité pour fléchir l’adversaire et le dissuader de mettre son projet à exécution. Avec force larmes et émotion, Archéalos rappela habilement à Cassius les titres de Rhodes à sa reconnaissance et à celle de Rome, tout en le menaçant presque sans voile d’un revers dans la lignée des succès rhodiens face à des ennemis aussi prestigieux que Démétrios Poliorcète, Antiochos III et Mithridate VI55. De même, il argua que les tyrannicides, en s’attaquant à une puissance restée libre, étaient en contradiction avec leurs principes56. Le discours du vieillard achevé57, la réponse de Cassius, reposant sur le paradoxe droit/équité et réfutant toute légitimité au traité de César et au Sénat de 42, se révéla un autre morceau de bravoure58. Chaque partie campait donc sur ses positions et ce qui aurait pu passer pour une négociation de la dernière chance était voué, dès le départ, à l’échec. Comme le montre l’absence de tout nouvel élément dans les argumentations, les adversaires étaient déjà prêts à en découdre, ce qui nous amène à nous interroger sur les véritables raisons de ces nouveaux pourparlers. Si ces derniers ont vraiment eu lieu59, ils ne pouvaient être pour les Rhodiens qu’un moyen de faire perdre son temps à Cassius pour mieux le surprendre par une attaque éclair.

LES MÉCOMPTES MARITIMES RHODIENS

14Rien dans les récits que Dion Cassius et Appien nous rapportent de ces négociations n’était susceptible d’apaiser la colère de Cassius. Pire encore, les propos des Rhodiens frisaient l’insolence. Leur but n’était pas de trouver un terrain d’entente mais de dissuader leur interlocuteur de courir le risque d’attaquer une puissance aussi redoutable que celle de Rhodes. Bien évidemment, malgré la confiance en leur supériorité navale, les Rhodiens ne pouvaient s’illusionner sur l’issue d’un conflit avec une armée romaine. Toutefois, ils étaient capables de décourager leur adversaire en lui infligeant des pertes disproportionnées par rapport aux enjeux. Il ne faut pas oublier que, en même temps, les Césariens se préparaient à une vaste contre-offensive contre les Libérateurs. Or, ni Cassius, ni Brutus n’avaient le loisir de s’attarder à réduire une vive résistance sur leurs arrières. En outre, les Rhodiens faisaient certainement le pari de la victoire finale des Césariens. C’est, à notre avis, dans cet esprit qu’il faut comprendre la stratégie déployée par les insulaires au large de Myndos et durant le siège qui suivit.

15La première opération militaire se déroula près de la côte carienne, là où Cassius avait réuni sa flotte en prévision de l’investissement de Rhodes. Dion Cassius en fait le premier des trois actes conduisant à la prise de la ville, alors qu’Appien, dont le récit est plus détaillé, semble considérer l’affaire de Myndos comme le tournant décisif de la guerre.

  • 60 Appien mentionne ce nombre plus tard (BC, IV, 72 [306]), quand Cassius assiège Rhodes. Cela étant, (...)
  • 61 XLVII, 33, 3. Sur la bataille de Laodicée-sur-Mer, cf. notamment Cic., Fam., XII, 12 (lettre 878), (...)
  • 62 BC, IV, 72 (305 et 308).
  • 63 . Cic., Fam., XII, 14 (lettre 901), et XII, 15 (lettre 902).
  • 64 Reddé M., op. cit. (supra n. 9), p. 114. Appien ne détaille pas la composition de la flotte mais, (...)
  • 65 Soit le double des effectifs montés sur des trières, 200 à 250 hommes environ (Reddé M., op. cit. (...)
  • 66 Reddé M., op. cit. (supra n. 9), p. 92-102.
  • 67 Cf., dans le même sens, DC, XLVII, 33, 3.
  • 68 App., BC, IV, 65 (278).

16Les Rhodiens prirent l’initiative d’attaquer Cassius avant même qu’il ne quittât sa base navale pour investir leur île. Cette tactique tenait compte du rapport de force entre les deux armées. Les Romains avaient une flotte nombreuse, constituée d’au moins quatre-vingts navires de guerre60. Cette armada était issue de forces disparates réunies à la suite des rançons et des batailles. En effet, Dion Cassius cite parmi les chefs du siège de Rhodes Statius, qui avait commandé les navires républicains à Laodicée-sur-Mer et vaincu Dolabella ainsi que ses alliés rhodiens61. Appien mentionne également L. Cornelius Lentulus Spinther parmi les officiers de Cassius62. Or, celui-ci dirigeait une des deux escadres rassemblées par C. Trebonius et qui échappèrent à Dolabella lors de son passage dans la province d’Asie63. Les bâtiments la composant étaient majoritairement des polyrèmes, unités de plus de trois rangs de rames, héritiers de la tradition hellénistique des géants des mers : les quadrirèmes-quadrières et les quinquérèmes-pentères. Les plus grosses unités ou hexerei, à six rangs de rames, étaient utilisées en général comme vaisseaux amiraux64. Servies par des équipages pouvant aller jusqu’à 420 hommes65, puissamment armées, hérissées de tours et de propugnacula, plus hautes sur l’eau que les trières, ces véritables « forteresses flottantes » atteignaient les équipages adverses sans difficulté et envoyaient des boulets, des traits et divers combustibles sur les autres bâtiments ou sur les infrastructures portuaires lors des sièges66. Conçues aussi pour affronter la haute mer, où elles résistaient mieux à la houle que les navires légers, elles étaient enfin bien adaptées aux opérations alliant combat terrestre et maîtrise de la mer, atout essentiel pour mener à bien une guerre de siège. Dans la perspective des combats terrestres et navals à venir, la flotte de Cassius présentait donc deux avantages : le nombre et la taille de ses navires67. Mais elle souffrait en même temps d’un grave handicap : les équipages la composant n’avaient pas l’habitude de manœuvrer ensemble. C’est pourquoi le Libérateur entreprit de les entraîner longuement avant d’envisager toute action combinée contre la ville de Rhodes68.

  • 69 App., BC, IV, 66 (279).
  • 70 App., Mithr., 25 (100).
  • 71 Ps.-Caes., Bel. Alex., 15, 5-6.
  • 72 App., BC, IV, 71 (302) ; DC, XLVII, 33, 3.
  • 73 Apparu au IVe siècle, probablement en Carie, ce vaisseau rapide et manœuvrant, fort utilisé par le (...)
  • 74 Chr. Blinkenberg part d’une liste de marins composant l’équipage d’une triemiolia (op. cit. [supra(...)
  • 75 Durant les opérations militaires menées par les Rhodiens précédemment, se trouvaient des polyrèmes (...)

17De leur côté, les Rhodiens n’alignaient que trente-trois navires de guerre69, ce qui représentait un rapport de force d’environ 1 pour 2,5 en faveur de la flotte de Cassius. Toutefois, une semblable disproportion était souvent source de profit pour les Rhodiens. Ainsi, durant la première guerre mithridatique, une escadre de six navires tint tête avec succès à vingt-cinq bâtiments de la flotte pontique70. De même, lors de la guerre d’Alexandrie, quatre navires rhodiens suffirent à bloquer la flotte alexandrine à l’entrée du Grand-Port71. De tels succès tenaient à la rapidité des embarcations ainsi qu’à l’art et à l’adresse de leurs équipages. Or, en 42, les Rhodiens disposaient de bâtiments plus légers et plus petits que ceux des Romains72. Cette mention fait penser à un bateau emblématique de la flotte rhodienne, la triemiolia. Ce navire long à trois rangs de rames, apparenté à la fameuse hemiolia, dont il reprenait semble-t-il les atouts de manœuvrabilité et de rapidité73, embarquait un équipage de 48 hommes d’après Chr. Blinkenberg, peut-être davantage selon V. Gabrielsen74, en tous les cas bien en deçà des capacités des polyrèmes romaines. Sans doute, les Rhodiens disposaient-ils en 42 de bâtiments plus imposants, aucune flotte n’étant composée, à quelque époque que ce soit, d’un seul type de bateau75. Toutefois, on peut supposer que l’escadre envoyée contre Myndos ne représentait pas la totalité des forces navales rhodiennes disponibles car seuls les vaisseaux les plus rapides avaient été sélectionnés pour l’attaque. Il faut dire que, compte tenu de la disproportion des flottes en présence, les Rhodiens devaient prendre de court les Romains pour les empêcher de déployer leur tactique et les enfermer dans un espace restreint où l’avantage de la taille se muerait en handicap. L’extrême rapidité de leurs bateaux et la qualité de leurs équipages devaient leur permettre cette tactique audacieuse.

  • 76 App., BC, IV, 71 (300).
  • 77 BC, IV, 71 (301).
  • 78 Une véritable prouesse car la vitesse moyenne de l’escadre rhodienne peut être estimée à environ 6 (...)
  • 79 App., BC, IV, 71 (301).
  • 80 Sur les routes maritimes utilisées d’habitude dans la région de Rhodes, cf. Arnaud P., Les routes (...)
  • 81 C’est-à-dire opter pour un trajet hauturier à la place du cabotage.

18Optant donc pour la surprise et le mouvement, Alexandros et Mnaséas firent route rapidement vers Myndos pour frapper les navires de Cassius encore à l’a ncre, comme cela avait été déjà fait au même endroit aux dépens de Mithridate VI quelques décennies plus tôt76. À cette fin, ils mirent l’escadre rhodienne à la rame dès le premier jour de l’opération, « pour étaler leur force » nous dit Appien77. De prime abord, cette manœuvre peut paraître inconséquente dans la mesure où elle a certainement fatigué une chiourme dont le rôle allait être pourtant essentiel dans la bataille à venir. En fait, les vents n’étaient sans doute pas assez favorables pour marcher seulement à la voile. L’appoint des rameurs ne pouvait qu’accroître la vitesse de la flotte, ce qui lui permit de mouiller en vue de Cnide le soir venu78. Le lendemain, les navires rhodiens allèrent directement de ce port à Myndos qu’ils atteignirent par la haute mer dans le courant de la journée79. Ce mouvement suggère qu’ils contournèrent Cos par l’ouest pour éviter d’être repérés par les avant-postes de Cassius, qui dut installer un dispositif de surveillance côtière pour prévenir les attaques par les routes maritimes ordinaires80. Dans l’application d’un tel plan, aller le plus vite possible en toute discrétion, les Rhodiens avaient pris à l’évidence de gros risques : d’une part soumettre les équipages à des cadences élevées, et donc les éreinter, d’autre part faire canal81, et donc allonger la durée de l’effort. Le choix de cette tactique, hypothéquant les chances de succès au moment de la confrontation, se comprend néanmoins si l’on admet que les Rhodiens avaient l’intention, non de se mesurer aux Romains dans une classique bataille rangée, dont ils n’avaient d’ailleurs aucune chance de sortir vainqueurs, mais de faire, tel un commando, le plus de dégâts possibles pour ruiner la confiance de l’adversaire et le dissuader d’aller plus avant dans ses intentions de conquête. La disposition des bâtiments de Cassius à Myndos, soit en rade, donc immobilisés, soit en désordre, donc privés de l’essentiel de leurs atouts, ne pouvait que servir pareil dessein.

  • 82 Les détails de l’engagement ne nous sont connus que par le témoignage d’Appien (BC, IV, 71 [301-30 (...)
  • 83 App., BC, IV, 71 (302). Il est vrai que leurs équipages avaient manœuvré en prévision d’un affront (...)
  • 84 App., BC, IV, 71 (302-303).
  • 85 App., BC, IV, 71 (304). Les dégâts ne devaient pas être très importants car les unités endommagées (...)

19De fait, le début de la bataille fut favorable aux attaquants, les Romains ayant été pris de court par la soudaineté de l’attaque82. Mais, passé le moment de surprise, ces derniers réagirent plus vite que ne l’espéraient les Rhodiens dans la mesure où ils parvinrent à appareiller83. Malgré ce premier accroc dans le plan, les navires de Rhodes réussirent à exécuter la manœuvre connue sous le nom de dievkplou " (enfoncement au centre). D’après Appien84, ils se faufilèrent sans difficulté entre les rangs ennemis pour les éperonner à revers. Mais, une fois de plus, leur tactique fut déjouée par les Romains. En effet, les polyrèmes de Cassius avaient profité, semble-t-il, de l’élan que leur conférait leur masse pour peser sur l’adversaire comme dans un combat d’infanterie. Puis, utilisant le rapport de force qui leur était favorable, elles encerclèrent les Rhodiens et les contraignirent à une attaque frontale. Le résultat de cette manœuvre ne fut pas moins étonnant : pas un navire romain ne fut coulé même si beaucoup furent endommagés85. Il faut penser que ces derniers, juste après avoir levé l’ancre, n’offraient pas une ligne de bataille solide. Mais il est probable que cela dissimulait un piège car ils présentaient une formation, certes discontinue, mais en profondeur, incitant les Rhodiens à se faufiler entre eux. Alors, très vite, déployant leurs forces, les navires de Cassius réduisirent les distances qui les séparaient les uns des autres et repoussèrent l’ennemi vers l’avant. Ils réussirent ainsi à passer d’un dispositif en profondeur à un dispositif linéaire, à former une vaste ligne serrée, peut-être en croissant. Leur nombre supérieur empêcha les Rhodiens de les contourner par les ailes où ils avaient probablement installé les unités les plus puissantes et qui se refermèrent en tenailles sur les navires qui n’avaient pas été assez rapides pour prendre le large. La tactique du dievkplou " fut alors transformée en perivplou " (encerclement).

  • 86 App., BC, IV, 71 (304).

20C’est ce qui explique pourquoi, selon Appien, les Romains, soit brisèrent des bâtiments, soit capturèrent des navires avec leur équipage sans avoir eu besoin de pratiquer l’abordage86.

  • 87 Thc., II, 88-92. Sur l’évolution de la guerre d’escadre, cf. Reddé M., op. cit. (supra n. 9), p. 3 (...)

21Déclenchée au départ pour empêcher un siège à l’issue incertaine, la mêlée de Myndos fut une bataille de mouvement où prévalut l’utilisation de l’espace selon les règles de l’art déjà fixées au temps de Thucydide87. Elle supposait de la part des deux camps une excellente connaissance du combat naval. La supériorité tactique de la marine rhodienne ne suffit pas à renverser le rapport de force en sa faveur, peut-être pour deux raisons. La première résidait dans la préparation des Romains et les qualités de leur chef ; la seconde, esquissée par Appien, est à porter au compte du navarque qui surmena la chiourme en voulant prendre l’ennemi de vitesse. La fatigue des rameurs diminua peut-être la capacité de manœuvre de l’escadre, laissant l’initiative aux Romains.

22Le résultat de la bataille, tout en ouvrant à ces derniers la route de Rhodes, justifiait également la prédilection des flottes tardo-hellénistiques pour les polyrèmes, à condition d’avoir des équipages suffisants et entraînés.

LA CHUTE DE RHODES

  • 88 App., BC, IV, 71 (304) : des trente-trois bâtiments engagés dans la bataille, « trois navires rhod (...)
  • 89 App., BC, IV, 72 (305).

23L’échec d’Alexandros et de Mnaséas à Myndos rendait le siège de Rhodes désormais inévitable et celui-ci se fit à de moins bonnes conditions que prévues. En effet, les Rhodiens n’avaient plus un dispositif maritime suffisant pour éviter le blocus car ils n’avaient récupéré que vingt-huit navires, et encore endommagés, de l’escadre partie au combat88. La bataille de Myndos les avait donc affaiblis au lieu de dissuader Cassius d’aller plus loin dans son entreprise. Ce dernier, une fois ses navires réparés et équipés de tours escamotables en prévision de l’attaque des défenses portuaires ennemies, fit voile vers Lôryma, port situé à l’extrémité méridionale de la Pérée rhodienne, au point le plus proche de l’île89.

  • 90 Cf. Thc., VIII, 43, 1, dans le premier cas. Dans le second, cf. DS, XIV, 83, 4 (l’auteur mentionne (...)
  • 91 Cf. Mcnicoll A. W., Hellenistic Fortifications from the Aegean to the Euphrates, with revisions an (...)
  • 92 Sur Loryma III, cf. Pimouguet-Pédarros I., « Les fortifications de la pérée rhodienne  », Fortific (...)

24Le site était une des principales bases navales de Rhodes sur le continent. Point de passage obligé entre la mer Égée et la Méditerranée orientale, contrôlant, avec la ville de Rhodes, le détroit séparant la mer de Lycie et la mer de Carpathos, l’endroit servit à plusieurs reprises de point de ralliement à de grandes flottes de combat. Tel fut le cas des Athéniens lors de leur campagne carienne de 412-411 contre les Péloponnésiens et leurs alliés, des Perses après la bataille de Cnide en 394, ou bien encore de Démétrios Poliorcète qui, en 305, y rassembla toutes ses troupes et son imposante flotte avant de prendre la mer en direction de Rhodes90. D’une importance stratégique capitale, Lôryma était défendue par trois forteresses construites à des époques différentes et dont la plus récente (appelée Lôryma III par les spécialistes) pourrait avoir été celle contre laquelle Cassius se dirigea91. Parvenue jusqu’à nous dans un excellent état de conservation, cette dernière, située sur un promontoire rocheux de quarante mètres de haut, à l’ouest du port, couvre encore aujourd’hui une surface de presque 0,9 hectare, est dotée de poternes et est flanquée de onze puissantes tours percées de meurtrières et près desquelles ont été creusées des citernes, manifestement pour pouvoir soutenir un long siège92. Ce formidable édifice représentait donc un point de défense digne de la valeur du lieu qu’il était censé protéger. Comme Démétrios Poliorcète avant lui, Cassius se devait de prendre cet endroit avant de se lancer à l’assaut de Rhodes.

  • 93 Nous ignorons de quelle manière la place est tombée entre les mains de Cassius. Tout juste saiton (...)
  • 94 . Sur Fannius, cf. RE, VI/2 (1909), s. v. Fannius, n° 1, col. 1886-1987, et Broughton T. R. S., The (...)
  • 95 App., BC, IV, 72 (306).
  • 96 App., BC, IV, 72 (307).
  • 97 App., BC, IV, 72 (308). Pour comparaison, en 88, peu avant le siège imposé par Mithridate VI (cf. (...)
  • 98 App. IV, 72 (307) ; Oros., VI, 18, 13.
  • 99 App. IV, 72 (307).
  • 100 Reddé M., op. cit. (supra n. 9), p. 95-100.
  • 101 . Le Libérateur se mettait à l’école de Jules César qui bombarda dans les mêmes conditions le rivag (...)
  • 102 Les soldats partant à l’assaut des remparts rhodiens depuis la terre ne disposaient que d’échelles (...)
  • 103 App., Mithr., 26 (103) et 27 (105). Sur ce matériel de guerre, cf. Marsden E. W., Greek and Roman (...)

25Une fois maître de ce point fortifié et de sa garnison93, le Libérateur put entreprendre, sans risque désormais pour ses arrières, l’investissement de l’île par son infanterie. Envoyée sur place au moyen de bateaux de transport, celleci avait été placée sous le commandement des légats Fannius et P. Cornelius Lentulus Spinther94. Contrairement à ce qui s’était passé durant la première guerre mithridatique, les Rhodiens ne semblent pas avoir été en mesure de gêner cette manœuvre car Cassius utilisa ses quatre-vingts navires de guerre pour bloquer la flotte rhodienne dans son port95. Bien entendu, les Rhodiens tentèrent de forcer le blocus avant qu’il ne fût achevé. Nous ignorons tout des circonstances exactes de cet engagement si ce n’est que Rhodes y perdit encore deux navires96. À partir de là, les assiégés n’eurent plus la capacité de se libérer de l’étreinte. La situation devint très vite critique car aucune provision n’avait été faite, aucune mesure n’avait été prise en prévision d’un siège97. Cela prouve que les insulaires avaient tout misé sur la capacité de leur flotte, sinon à défaire les Romains, du moins à leur épargner les rigueurs d’un blocus. Désormais, le temps jouait en faveur de Cassius mais celui-ci, plutôt que d’attendre une reddition inévitable, lança son infanterie et sa flotte à l’assaut des puissantes murailles98. À la tête de la marine préparée à cet effet, il attaqua les défenses navales de la ville grâce à des tours dépliables dressées sur ses grands navires99. Celles-ci constituaient l’équivalent des tours mobiles utilisées dans les sièges terrestres. Sur mer, les marines de guerre antiques, en particulier les flottes romaines des guerres civiles, utilisaient ces superstructures en les plaçant, tantôt à la proue, tantôt au milieu, tantôt à la poupe des navires pour surélever les pièces d’artillerie et amplifier ainsi leur champ balistique100. Grâce à de telles installations, Cassius était dans une situation plus favorable que ne l’avait été Mithridate VI en 88101. En effet, dépourvu d’artillerie sur terre102, ce dernier n’avait pu compter sur mer que sur une sorte de sambuque montée sur deux navires et d’où l’armée pontique lançait des projectiles sur les défenses adversaires. D’une efficacité en revanche limitée quant à sa capacité à déposer suffisamment de soldats au sommet d’un rempart, elle devait finir par s’écrouler sous l’effet de son propre poids103. Les choses allant tout autrement en 42, les dissensions internes, que l’arrivée au pouvoir d’Alexandros et Mnaséas avait un temps fait taire, ne tardèrent pas à resurgir chez les Rhodiens.

  • 104 Le schéma quadrangulaire rigoureux d’un tel plan ne permettait pas de créer des obstacles capables (...)
  • 105 BC, IV, 72 (308 ; trad. Ph. Torrens, coll. La Roue à Livres, Paris, Les Belles Lettres, 2008).
  • 106 Tout juste sait-on que, d’un côté, se tenaient « les plus intelligents des Rhodiens  », conscients (...)
  • 107 BC, IV, 73 (309).
  • 108 BC, IV, 73 (310).

26Il est vrai que la situation des assiégés était alors désespérée car la pression exercée par les troupes de Cassius sur leurs remparts était aux limites de ce qu’ils pouvaient soutenir. Par ailleurs, comme la ville avait été édifiée selon un plan hippodamien, la chute de ses murs impliquait celle, inévitable, de tous ses quartiers104. C’est pourquoi, à la suite d’Appien, « il était évident que (Rhodes) serait prise très rapidement par la force ou par la faim »105. Devant l’imminence de la défaite, des pourparlers furent engagés avec les assaillants. Si nous ignorons tout de leur contenu106, c’est par la trahison, non par la reddition, que la ville fut finalement investie. En effet, alors que les discussions étaient en cours, Cassius, à la tête d’une troupe d’élite, fit brutalement irruption au cœur de la cité sans qu’il eût besoin de passer par-dessus les remparts ou d’enfoncer un point des défenses adverses107. Il n’y eut pas de résistance. De l’avis général, des Rhodiens gagnés à sa cause lui avaient facilité un accès en ouvrant plusieurs poternes. Fort de ce soutien, le Libérateur s’installa ensuite sur une tribune et planta une lance comme si la ville avait été prise après un dernier combat108. Par ce geste, l’endroit et ceux qui l’habitaient étaient désormais à son entière discrétion.

  • 109 . « Le sort des villes ennemies dans l’œuvre de Tite-Live : aspects historiographiques  », RPh., 81 (...)
  • 110 Cf. la mise à sac de Phocée par les hommes d’Aemilius en 190 après que ce dernier leur a pourtant (...)
  • 111 Selon Appien (BC, IV, 73 [310]), Cassius fit exécuter une cinquantaine de Rhodiens et condamna à l (...)
  • 112 App., BC, IV, 73 (310-312) ; DC, XLVII, 33, 4 ; V. Max., I, 5, 8 ; Plut., Brut., 32, 4 ; Oros., VI (...)
  • 113 App., BC, V, 7 (29).

27Comme le rappelle G. Flamerie de Lachapelle109, le droit de la lance permettait au vainqueur d’appliquer à une ville prise d’assaut, quelles que fussent les circonstances de sa soumission (reddition ou capture) et d’un point de vue strictement juridique, le traitement de son choix : démantèlement des défenses, destruction de tout ou partie des bâtiments, mise à sac des lieux, exécution des notables et des combattants, réduction en esclavage du reste de la population. Cela étant, dans la pratique, si une ville prise de vive force était effectivement pillée, une ville qui déposait les armes était traitée avec plus de mansuétude110. Dans le cas de Rhodes, en simulant un assaut et en revendiquant le droit de la lance, Cassius faisait craindre aux Rhodiens, qui s’étaient pourtant rendus, le déchaînement de la violence. Or, le traitement, certes très dur, que Cassius leur imposa s’apparenta plutôt aux mesures réservées aux villes qui se rendaient : exécutions des notables compromis111, perception d’un lourd tribut sur lequel nous reviendrons plus loin. De plus, le Libérateur interdit rigoureusement tout pillage à ses soldats112. À l’évidence, il y avait une forte contradiction entre les apparences et la réalité car Rhodes avait été tout à la fois prise et donnée. Cela résultait, sans nul doute, de négociations serrées où les deux parties trouvèrent plus ou moins leur compte. Cassius était certes assuré de prendre tôt ou tard la ville, mais l’incertitude demeurait sur le coût de l’opération et le délai de son exécution. Or ses partisans lui offrirent une victoire rapide et sans risque alors qu’une grande offensive se profilait à l’ouest. Les assiégés, quant à eux, furent sauvés d’une famine et de destructions certaines au prix d’un nombre restreint d’exécutions et de lourdes contributions. Enfin, ils n’avaient pas démérité aux yeux des Césariens dans la mesure ils avaient été réduits par la force. Cela explique pourquoi ils ne manquèrent pas de se présenter en victimes quand, l’année suivante, Marc Antoine, vainqueur des Libérateurs et nouveau maître des îles et de l’Asie, leur rendit visite113.

  • 114 Babelon E., Description historique et chronologique des monnaies de la république romaine, vulgair (...)
  • 115 Babelon E., op. cit. (supra n. 114), I, p. 336, n° 19 ; Grueber H. A., op. cit. (supra n. 114), Co (...)

28Les circonstances troubles de la prise de Rhodes expliquent que l’on n’ait pas considéré dès l’Antiquité la conquête de la ville comme une franche victoire. Il manquait une épreuve de force décisive et une action d’éclat. La seconde raison de ce silence relatif des sources réside dans le fait que le siège n’était qu’un épisode de la grande campagne opposant les Libérateurs aux Césariens. La déroute finale des premiers effaça dans les faits comme dans les mémoires le bénéfice des succès précédents. Toutefois, sur le moment, Cassius célébra une victoire qui mettait fin à la réputation d’invincibilité maritime des Rhodiens et d’inviolabilité de leurs murailles. En outre, d’un point de vue stratégique, il y gagnait la maîtrise totale de la Méditerranée orientale, et d’un point de vue tactique il décourageait toute nouvelle velléité de révolte. Pour galvaniser ses troupes, il diffusa des aurei et des deniers répartis entre trois émissions, une d’or et deux d’argent, exaltant ses succès répétés en Orient. Deux de ces frappes, dont celle en or, montraient au droit une tête laurée de la Libertas à droite, avec la légende C (aius) CASSI (us) IMP (erator), et au revers un aplustre aux branches couvertes de fleurs, des roses selon toute apparence, avec la légende M (arcus) SERVILIVS LEG (atus)114. Sur la troisième, si le type de droit et la légende de revers restaient les mêmes, la légende de droit était cette fois écrite C (aius) CASSEI (us) IMP (erator) et le type de revers montrait un crabe tenant un aplustre dans ses pinces, un diadème dénoué et une rose sous le crustacé115.

  • 116 L’aplustre est reconnu pour être un symbole de la domination sur les mers (Edm. Saglio souligne qu (...)
  • 117 Sur le crabe, symbole monétaire de Cos à la fin de l’époque hellénistique, cf. par exemple Sylloge (...)
  • 118 Les témoignages plus ou moins directs ne manquent pas. Ainsi, après la divinisation de César, « le (...)
  • 119 Babelon E., op. cit. (supra n. 114) I, p. 334 ; Sydenham E. A., op. cit. (supra n. 114), p. 205, n (...)
  • 120 Plut., Brut., 30, 3 (trad. R. Flacelière et É. Chambry, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1978).
  • 121 Crawford M. H., op. cit. (supra n. 114), p. 741. Cf. ici p. 198, n° 3 (= Stack’s, Saint Ludovico a (...)
  • 122 App., BC, IV, 63 (272) ; DC, XLVII, 33, 1 et 4.

29Sur deux des émissions, les victoires de Cassius sont d’abord rappelées au droit par le mot IMP (erator) et précisées au revers par l’aplustre orné de roses, type parlant des monnaies rhodiennes116. Le succès de Cassius est ici à porter au compte de la cause qu’il défend, la Libertas montrée au droit. Cependant, la troisième émission offre une association plus complexe des symboles : à l’aplustre et aux roses (représentées ici par une corolle unique) s’ajoutent un crabe et un diadème dénoué. Le crustacé est le symbole bien connu de la cité de Cos117 et sa présence s’explique par l’emplacement de la principale victoire navale de Cassius, justement près de Cos, en face de Myndos, mais aussi par le fait que les Coiens, partisans de César118, ont certainement été soumis à l’autorité de Cassius lors de son passage dans la région. Le troisième symbole a davantage suscité l’attention des spécialistes. E. Babelon, E. A. Sydenham et H. A. Grueber y ont vu une allusion à une anecdote rapportée par Plutarque à propos de la chute de Rhodes119. Les Rhodiens avaient salué Cassius des noms de roi (basileuv ") et seigneur (kuvrio "), mais celui-ci déclina ces titres en rappelant qu’il était « le meurtrier du seigneur et roi »120. Pour sa part, M. H. Crawford préfère rapprocher ce symbole du revers d’une émission de Brutus représentant une Victoire, une palme sur l’épaule, foulant au pied un sceptre brisé et tenant à deux mains un diadème noué mais rompu121. Il est certain que les deux revers renvoient à l’idée d’une abolition de la royauté. Mais s’agit-il ici uniquement de celle de César ? La monnaie de Brutus commémore clairement les Ides de Mars : le sceptre foulé et le diadème rompu rappellent le couronnement des Lupercales et les soi-disant prétentions monarchiques du dictateur, mais la Victoire et la palme ne sont rattachées à aucune bataille précise. En revanche, sur les exemplaires de Cassius, le diadème, cette fois dénoué, appartient à une composition serrée liant trois symboles différents. Comme les deux premiers, le crabe et la rose, font allusion aux succès de Cassius contre des alliés de César en Asie Mineure, il est vraisemblable que le troisième doive trouver aussi une interprétation locale. Ce symbole, le diadème, pourrait se référer au roi de Cappadoce Ariobarzane III, ennemi déclaré des Libérateurs au même titre que les Rhodiens et les Lyciens, et éliminé par Cassius122.

  • 123 App., BC, IV, 73 (312) ; Plut., Brut., 32, 4.
  • 124 V. Max., I, 5, 8. Sur le char du Soleil, cf. D. Chr., XXXI, 86, et Plin., Nat., XXXIV, 63. Plus gé (...)
  • 125 XLVII, 33, 4.
  • 126 VI, 18, 13.
  • 127 BC, V, 2 (5-6).
  • 128 App., BC, V, 2 (5-6). Sur ce personnage, cf. en dernier lieu Hinard Fr., op. cit. (supra n. 94), p (...)
  • 129 App., BC, IV, 74 (313). L. (Quinctilius  ?) Varus (RE, 11) est identifié par T. R. S. Broughton, a (...)
  • 130 On sera donc tenté de nuancer l’empressement des Rhodiens fortunés à livrer leurs biens à Cassius (...)
  • 131 App., BC, V, 2 (5-6).

30Pour en revenir à Rhodes, quel fut l’impact de la victoire de Cassius sur le destin immédiat de la cité ? Celle-ci a perdu sa réputation d’invincibilité, mais en partie seulement car le succès final du Libérateur a résulté d’une trahison. Par ailleurs, si le tribut imposé aux vaincus fut très lourd, il ne semble pas avoir été aussi dévastateur que certains auteurs l’ont laissé entendre. Les sources sont d’ailleurs à ce sujet quelque peu contradictoires. Selon Appien, Cassius préleva tout l’or et l’argent détenus par le trésor public et par les particuliers fortunés, ce qui, d’après Plutarque, lui rapporta cinq cents talents dans le premier cas et huit mille talents environ dans le second123. Les sanctuaires ne furent pas davantage épargnés dans la mesure où toutes les statues et les offrandes précieuses qu’ils abritaient furent saisies, à l’exception toutefois du char du Soleil, œuvre prestigieuse du sculpteur Lysippe à laquelle les Rhodiens étaient attachés124. Enfin, Dion Cassius affirme que la flotte rhodienne fut confisquée en totalité par le vainqueur125. À la lecture de ces témoignages, tout porterait à croire, à la suite d’Orose126, que Cassius jeta les insulaires dans le plus grand dénuement et qu’il ne leur laissa que la vie. Pourtant, selon d’autres sources, les prélèvements ne paraissent pas avoir été aussi radicaux. Ainsi, un autre passage du texte d’Appien mentionne la réquisition, en octobre 42, de trente navires rhodiens par Cassius Parmensis, légat des Libérateurs envoyé en Asie pour y collecter des fonds, et la destruction par celui-ci du reste de la flotte pour éviter toute révolte au lendemain du premier désastre de Philippes127. Rhodes n’avait donc pas livré tous ses vaisseaux à ce dernier au lendemain du siège. De même, toujours à l’automne 42, Decimus Turullius extorqua aux Rhodiens une forte somme d’argent128. Enfin, avant de quitter l’île, Cassius laissa sur place, certainement à la charge de la cité, une garnison de trois mille hommes commandée par L. Varus129. À l’évidence, les Rhodiens n’avaient pas été saignés à blanc par leur vainqueur. La ponction, certes considérable, que celui-ci avait opérée à leurs dépens restait à la mesure de ce que l’île pouvait fournir et en dit long sur sa richesse économique et ses capacités de résistance130. En effet, lorsque Clodius, légat de Brutus, se rendit à Rhodes après la seconde bataille de Philippes, il trouva une cité révoltée contre les Libérateurs, au point que la garnison laissée là par Cassius dut être évacuée131.

  • 132 Cf. Gabrielsen V., op. cit. (supra n. 73), p. 93.
  • 133 Les bienfaits, certes provisoires, de Marc Antoine à l’égard des Rhodiens lors de son passage dans (...)
  • 134 V. Gabrielsen souligne que les conclusions de Chr. Blinkenberg (op. cit. [supra n. 73], p. 47-50), (...)

31Le succès de Cassius apparaît donc bien paradoxal. Il s’inscrit dans la série des sièges de Rhodes par des ennemis prestigieux, Démétrios Poliorcète et Mithridate VI Eupator. Autant que des sources, bien peu bavardes, nous permettent de le constater, les opérations militaires ont suivi dans les trois cas le même scénario d’ensemble : affrontements navals dans la zone de Cnide, installation de l’assaillant dans la Pérée rhodienne, début de l’investissement de l’île, attaques contre les défenses portuaires, siège terrestre. Mais, sans que l’on sache vraiment par quels procédés, Cassius réussit à déjouer les obstacles comme s’il avait bien appris les leçons de ses prédécesseurs et comme si les Rhodiens avaient oublié les leurs. Les trois différences majeures que l’on peut relever entre la réussite et les deux échecs consistent d’abord dans la supériorité navale de Cassius qui s’affirma tout au long de cette opération, ensuite dans le manque de ressources des Rhodiens une fois assiégés, enfin dans l’impossibilité de recevoir une aide de leurs alliés égyptiens ou romains. Appien condamna l’impréparation des va-t-en-guerre insulaires mais, à leur décharge, le manque de bateaux et de défenseurs pouvait s’expliquer en partie par l’échec de Dolabella qui avait privé les Rhodiens des bâtiments et des équipages prêtés pour ses opérations. En prenant les sources au pied de la lettre, la flotte rhodienne ne comptait pas plus de quelques dizaines de navires en 42. Mais ce chiffre correspondait pratiquement aux effectifs de périodes plus fastes qui ne dépassèrent jamais une quarantaine de vaisseaux132. L’issue du siège ne résulte donc pas d’un problème numérique. La confiscation des uns et la destruction des autres par Cassius Parmensis portèrent certainement un coup très rude à la dernière thalassocratie du monde grec antique133. Cependant, que ce coup fût décisif reste à prouver134. Pour finir, la reddition assez rapide de la cité résulta vraisemblablement d’un constat : avec Cassius, l’affaire était mal engagée et il ne servait à rien de soutenir un siège qu’aucun allié n’était en mesure de faire lever. La vanité du combat fit plus que la valeur du vainqueur, et la reddition semblait être le seul moyen de ne pas hypothéquer l’avenir.

1. Numismatic Ars Classica, 15 [5 mars 2009], n° 110.

2. INumis, 8 [20 mars 2009], n° 158.

3. Stack’s, Saint Ludovico and Firth of Clyde Collections [22 avril 2009], n° 1340.

Bibliography

BIBLIOGRAPHIE

Arnaud, P., Les routes de la navigation antique. Itinéraires en Méditerranée, Paris, 2005.

Ashton, R. H. J., « Rhodian Bronze Coinage and the Siege of Mithradates VI  », NC, 161, 2001, p. 53-66.

Babelon, E., Description historique et chronologique des monnaies de la république romaine, vulgairement appelées monnaies consulaires, Paris, 1885 (rééd., Bologne, 1964).

Berthold, R. M., Rhodes in the Hellenistic Age, Ithaque et Londres, 1984.

Blinkenberg, Chr., Triemiolia, Copenhague, 1938.

Blümel W., Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien, Band 41, Die Inschriften von Knidos, I, Bonn, 1992.

Börker Ch. & Merkelbach R., Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien, Band 12, Die Inschriften von Ephesos, II, Bonn, 1979.

Boulanger, A., Aelius Aristide et la sophistique dans la province d’Asie au IIe siècle de notre ère, BEFAR, 126, Paris, 1923 (rééd., 1968).

Broughton, T. R. S., The Magistrates of the Roman Republic, Philological Monographs published by the American Philological Association, XV, Cleveland, 1968.

Brunschwig, J., « Les Stoïciens  », in Philosophie grecque, M. Canto-Sperber (dir.), Paris, 1997.

Canali de Rossi, F., Le ambascerie dal mondo greco a Roma in età repubblicana, Studi pubblicati dall’istituto italiano per la storia antica, 63, Rome, 1997.

Casson, L., Ships and Seamanships in the Ancient World, Princeton, 1971.

Colin G., Fouilles de Delphes, III. Épigraphie, 4.1, La terrasse du temple et la zone nord du sanctuaire (n° 1-86), Paris, 1930.

Corpus Inscriptionum Graecarum, A. Boeckh éd., Berlin, 1828-1877.

Crawford M. H., Roman Republican Coinage, Cambridge, 1974.

Crawford M. H., Roman Statutes, I, BICS, Suppl. 64, Londres, 1996.

Dahlmann, H., «Clementia Caesaris  », NJW, 10, 1934, p. 17-26.

Degrassi, A., « Iscrizioni latine inedite di Coo  », Clara Rhodos, 10, 1941, p. 203-213.

Della corte, F., « Rodi e l’istituzione dei pubblici studi  », AAT, 74, 1939, p. 3-20 (= Opuscula, I, Gênes, 1971, p. 255-272).

Ducos, M., « César et la clémence  », ACD, 40-41, 2004-2005, p. 117-127.

Dürrbach, F., Choix d’Inscriptions de Délos. Avec traduction et commentaire, Paris, 1921-1922 (rééd., Chicago, 1977).

Eilers, C. F., Roman Patrons of Greek Cities, Oxford, 2002.

Ferrary, J.-L., Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, de la seconde guerre de Macédoine à la guerre contre Mithridate, Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome, 271, Rome, École française de Rome, Paris, 1988.

Ferrary, J.-L., « Le statut des cités libres dans l’Empire romain à la lumière des inscriptions de Claros  », CRAI, 1991, p. 557-577.

Ferriès, M.-Cl., Les partisans d’Antoine (des orphelins de César aux complices de Cléopâtre), collection « Scripta Antiqua  », 20, Bordeaux, 2007.

Flamerie de Lachapelle, G., « Le sort des villes ennemies dans l’œuvre de Tite-Live : aspects historiographiques  », RPh., 81, 2007, p. 79-110.

Gabrielsen, V., The Naval Aristocracy of Hellenistic Rhodes, Aarhus, 1997.

Grueber H. A., Coins of the Roman Republic in te British Museum, II : Coinages of Rome (continued), Roman Campania, Italy, The Social War, and the Provinces, Londres, 1970.

Habicht, Chr., Athènes hellénistique. Histoire de la cité d’Alexandre le Grand à Marc Antoine, Paris, 2000.

Hinard, Fr., Les proscriptions de la République romaine, EFR, 83, Paris et Rome, 1985.

Hirschfeld, G., « C. Julius Theupompus of Cnidus  », JHS, 7, 1886, p. 286-290.

Jacquemin, A. et Laroche D., « Le char d’or consacré par le peuple rhodien  », BCH, 110, 1986, p. 285-307.

Kappelmacher, A., RE, VI/2, s. v. Fannius, n° 16, 1909, col. 1993-1994. Lacroix, L., « Réflexions sur les “types parlants” dans la numismatique grecque  », RBN, 96, 1950, p. 5-11.

Lacroix, L., « Les types des monnaies grecques  », Numismatique antique. Problèmes et méthodes, Actes du colloque organisé à Nancy du 27 septembre au 2 octobre 1971, Annales de l’Est, Mémoire n° 44, Études d’archéologie classique IV, J.-M. Dentzer, Ph. Gauthier et T. Hackens (éd.), Nancy et Louvain, Éditions Peeters, 1975, p. 153-163.

Laffranque, M., Poseidonios d’Apamée : essai de mise au point, Paris, 1964.

Leggewie, O., «Clementia Caesaris als Beispiel einer exemplarischen Unterrichtsreihe  », Gymnasium, 65, 1958, p. 19-36.

Magie, D., Roman Rule in Asia Minor to the End of the Third Century after Christ, Princeton, 1950.

Marsden, E. W., Greek and Roman Artillery. Historical Development, Oxford, 1969.

Marsden, E. W., Greek and Roman Artillery. Technical Treaties, Oxford, 1971.

Martin, R., L’urbanisme dans la Grèce antique, 2e éd. augmentée, Paris, 1983.

Mcnicoll, A. W., Hellenistic Fortifications from the Aegean to the Euphrates, with revisions and an additional chapter by N. P. Milner, Oxford, 1997.

Merkelbach, R., « Der neue Euphranor in Bargylia und Euphranor, der Admiral von Caesars rhodischem Geschwader  », EA, 1, 1983, p. 29-32.

Merola, G., « Il sistema tributario asiano tra Repubblica e Principato  », MedAnt, 4, 2001a, p. 459-472.

Merola, G., Autonomia locale. Governo imperiale. Fiscalità e amministratzione nelle province asiane, Bari, 2001b.

Münzer, F., RE, VI/2, s. v. Fannius, n° 9, 1909, col. 1991-1992.

Mygind, B., « Intellectuals in Rhodes  », Hellenistic Rhodes : Politics, Culture, and Society, in V. Gabrielsen, Tr. Engberg-Pedersen, L. Hannestad et J. Zahle (éd.), Studies in Hellenistic Civilization, IX, Aarhus et Oxford, 1999, p. 247-293.

O’Neil, J. L., « How Democratic was Hellenistic Rhodes ?  », Athenaeum, 59, 1981, p. 468-473.

Patriarca, G., « Iscrizioni dell’Asclepieo di Coo  », BMIR, 3, 1932, p. 3-34.

Pimouguet-Pédarros, I., « Les fortifications de la pérée rhodienne  », in Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale, P. Debord et R. Descat (dir.), Table ronde CNRS, Istanbul, 20-27 mai 1993, REA, 96, n° 1-2, 1994, p. 243-271.

Pimouguet-Pédarros, I., Archéologie de la défense. Histoire des fortifications antiques de Carie (époques classique et hellénistique), Besançon, 2000.

Pohlenz, M., RE, XVIII/3, s. v. Panaitios, n° 5, col. 418-440, 1949.

Raaflaub, K., Dignitatis contentio. Studien zur Motivation und politischen Taktik in Bürgerkrieg zwsischen Caesar und Pompeius, Vestigia, 20, Munich, 1974.

Raubitschek, A. E., « Epigraphical Notes on Julius Caesar  », JRS, 44, 1954, p. 65-75.
RE, II/1, s. v. Apollonios, n° 85, col. 141-144, 1895.
RE, IV/1, s. v. Cornelius, n° 238, col. 1392-1398, 1900.
RE, VI/2, s. v. Fannius, n° 1, col. 1886-1987, 1909.

Reddé, M., Mare nostrum. Les infrastructures, le dispositif et l’histoire de la marine militaire sous l’Empire romain, Befar, 260, Rome et Paris, 1986.

Reinhardt, K., RE, XXII/1, s. v. Poseidonios, n° 4, col. 558-826, 1953.

Robert, L., « Inscriptions de Phocée. 1. Inscription en l’honneur de César  », Hellenica, X, Paris, 1955, p. 257-265.

Roman, D. et Y., Rome et l’hellénisme. IIIe-Ier siècle av. J.-C., 2e éd. mise à jour avec collaboration de F. Delrieux, Paris, 2005.

Roussel P. et Launey M., Inscriptions de Délos. Décrets postérieurs à 166 av. J.-C. (n° 1497-1524). Dédicaces postérieures à 166 av. J.-C. (n° 1525-2219), Paris, 1937.

Saglio, Edm., Dictionnaire des antiquités grecques et romaines d’après les textes et les monuments, Ch. Daremberg et Edm. Saglio (éd.), t. I, Paris, 1877, p. 308-309, s. v. aplustre.

Sartre, M., L’Anatolie hellénistique de l’Égée au Caucase, Paris, 2003.

Schmitt, H. H., Rom und Rhodos. Geschichte ihrer pilitischen Bezeihungen siet der ersten Berührung bis zum Aufgehen des Inselstaates im römischen Weltreich, Münchener Beiträge zur Papyrusforschung und antiken Rechtsgeschichte, 40, Munich, 1957.

Segre, M., Iscrizioni di Cos, 1 : testo, Monografie della scuola archeologica di Atene e delle missioni italiane in Oriente, 6, Rome, 1993.

Sylloge Nummorum Graecorum - Deutschland : Staatliche Münzsammlung München, Munich, 1968-…

Sydenham, E. A., The Coinage of the Roman Republic, révisé par G. C. Haines, Londres, 1952.

Thériault, G., « Évergétisme grec et administration romaine la famille cnidienne de Gaios Ioulios Théopompos  », Phoenix, 57, 2003, p. 232-256.

Treu, M., « Zur Clementia Caesaris  », MH, 5, 1948, p. 197-217.

Van Straaten, M., Panetius : sa vie, ses écrits et sa doctrine, avec une édition des fragments, Leyde, 1946.

Walbank, F. W., A Historical Commentary on Polybius, II : Commentary on Books VII-XVIII, Oxford, 1967.

Will, É., Histoire politique du monde hellénistique (323-30 av. J.-C.), II : des avènements d’Antiochos III et de Philippe V à la fin des Lagides, annales de l’Est, 32, Nancy, 1982 (rééd., Paris, 2003).

Wooten, C., « Le développement du style asiatique pendant l’époque hellénistique  », REG, 88, 1975, p. 94-104.

Notes

1 Sauf indication contraire, toutes les dates proposées dans cette étude s’entendent, comme ici, av. J.-C.

2 Vell., II, 69, 6 ; V. Max., I, 5, 8 ; Plut., Brut., 30, 3, et 32, 4 ; Oros., VI, 18, 13.

3 DC, XLVII, 33 ; App., BC, IV, 65-74.

4 Sur les détails de cette affaire et ses conséquences, cf. notamment Schmitt H. H., Rom und Rhodos. Geschichte ihrer pilitischen Bezeihungen siet der ersten Berührung bis zum Aufgehen des Inselstaates im römischen Weltreich, Münchener Beiträge zur Papyrusforschung und antiken Rechtsgeschichte, 40, Munich, 1957, p. 139 sq., Berthold R. M., Rhodes in the Hellenistic Age, Ithaque et Londres, 1984, p. 179 sq., et Will É., Histoire politique du monde hellénistique (323-30 av. J.-C.), II : des avènements d’Antiochos III et de Philippe V à la fin des Lagides, annales de l’Est, 32, Nancy, 1982 (rééd., Paris, 2003), p. 275-276.

5 App., BC, IV, 66 (280 ; « les traités conclus entre Romains et Rhodiens leur interdis [aient] de prendre les armes les uns contre les autres  ») ; 66 (281 ; « le traité ordonnait de se comporter en alliés  ») ; 70 (296 ; « ces traités disent que les Romains et les Rhodiens doivent se prêter assistance en cas de besoin  ») ; 70 (299 ; « le traité prévoyant que les Rhodiens aident les Romains vaut aussi pour chaque homme individuellement, s’il en a besoin de son côté  »). Toutes les traductions données entre parenthèses sont de Ph. Torrens (La roue à livres, Paris, Les Belles Lettres, 2008).

6 Sén., Ben., V, 16, 6. Sur la promotion et le statut de Rhodes à cette époque, cf. également App., BC, IV, 67 (286), et App., Mithr., 61 (250). Sur la liberté accordée par Rome aux cités grecques à la fin de l’époque hellénistique, cf. Ferrary J.-L., « Le statut des cités libres dans l’Empire romain à la lumière des inscriptions de Claros  », CRAI, 1991, p. 573-577.

7 Cic., Fam., XII, 15 (lettre 902), 2.

8 App., BC, IV, 68 (289) et 70 (296).

9 . Cf. in Reddé M., Mare nostrum. Les infrastructures, le dispositif et l’histoire de la marine militaire sous l’Empire romain, BEFAR, 260, Rome et Paris 1986, p. 463-470.

10 Dans la lex de prouinciis praetoriis, datée de l’extrême fin du IIe siècle pour les uns, des toutes premières années du Ier siècle pour les autres (cf. Sartre M., L’Anatolie hellénistique de l’Égée au Caucase, Paris, 2003, p. 219, n°s 77 et 78, pour les dates proposées et la bibliographie afférente), le Sénat fait jouer un rôle important à des ambassadeurs rhodiens dans la coordination des efforts romains et alliés à faire contre les pirates (Crawfordm. H., Roman Statutes, I, BICS, Suppl. 64, Londres, 1996, p. 240, no 12, «Delphi Copy, Block B», l. 12-13 et 16-20). D’après les restitutions proposées dans Colin G., Fouilles de Delphes, III. Épigraphie, 4.1. La terrasse du temple et la zone nord du sanctuaire (no 1-86), Paris, 1930, no 37 (reprises dans Supplementum Epigraphicum Graecum, III [1927], no 378), F. Canali de Rossi se demande si les Rhodiens ne pourraient pas avoir été chargés d’un « speciale compito di controllo del Mediterraneo orientale, in considerazione del fatto che i loro commerci soffrivano gravemente per l’anarchia regnante in quei mari » (Le ambascerie dal mondo greco a Roma in età repubblicana, Studi pubblicati dall’istituto italiano per la storia antica, 63, Rome, 1997, p. 283). Sur la participation des Rhodiens à la guerre de Pompée contre les pirates en 67, cf. Florus, I, 41, 8 (III, 6, 8), et Str., XI, 1, 6 (C492).

11 Sur le siège infructueux de Rhodes par Mithridate, cf. App., Mithr., 24-27 (94-106), V. Max., V, 2, ext. 2, Cic., Verr. Acc. II, 65, 159, DS, frg, 37, 28. Sur le siège d’Héraclée du Pont en 72 par la flotte romaine, essentiellement composée de navires rhodiens, cf. Memnon, FrGrHist, 434 F, 34.6-7.

12 Caes., Civ., III, 26-. 27

13 Caes., Civ., III, 27, 2. Sur l’attachement de nombreuses cités grecques d’Asie Mineure à Jules César, leur bienfaiteur (cf. Merola G., « Il sistema tributario asiano tra Repubblica e Principato  », MedAnt, 4, 2001, p. 459-472, et Merola G., Autonomia locale. Governo imperiale. Fiscalità e amministratzione nelle province asiane, Bari, 2001, p. 72-84, d’après Cic., Fam., XV, 15 [lettre 468], 2, Plut., Caes., 48, 1, App., BC, II, 13 (92), et DC, XLII, 6, 3, et XLVII, 33, 2), cf. des témoignages à Alabanda (Robert L., « Inscriptions de Phocée. 1. Inscription en l’honneur de César  », Hellenica, X, Paris, 1955, p. 259), Chios (Corpus Inscriptionum Graecarum, A. Boeckh éd., Berlin, 1828-1877, II, n° 2215), Cnide (Blümel W., Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien, Band 41, Die Inschriften von Knidos, I, Bonn, 1992, n° 41), Éphèse (Börker Ch. & Merkelbach R., Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien, Band 12, Die Inschriften von Ephesos, II, Bonn, 1979, n° 251), Pergame (Eilers C. F., Roman Patrons of Greek Cities, Oxford, 2002, C74), Phocée (Robert L., ibid., p. 257), Samos (Eilers C. F., ibid., C53) et Tralles (Caes., Civ., III, 105, 6). Sur les inscriptions en l’honneur de Jules César en Orient, cf. Raubitschek A. E., « Epigraphical Notes on Julius Caesar  », JRS, 44, 1954, p. 65-75. Les ralliements étaient d’autant plus nombreux quand la clémence de César s’opposait à la cruauté de ses adversaires pompéiens (cf. par exemple Caes., Civ., III, 8, 3, III, 28, 4, III, 71, 4, et plus généralement Raaflaub K., Dignitatis contentio. Studien zur Motivation und politischen Taktik in Bürgerkrieg zwsischen Caesar und Pompeius, Vestigia, 20, Munich, 1974, p. 293-307). Sur la clementia Caesaris, cf. notamment Dahlmann H., «Clementia Caesaris  », NJW, 10, 1934, p. 17-26, Treu M., « Zur Clementia Caesaris  », MH, 5, 1948, p. 197-217, Leggewie O., «Clementia Caesaris als Beispiel einer exemplarischen Unterrichtsreihe  », Gymnasium, 65, 1958, p. 19-36, et Ducos M., « César et la clémence  », ACD, 40-41, 2004-2005, p. 117-127.

14 Caes., Civ., III, 102, 7-8.

15 Euphranor, « par sa grandeur d’âme et son courage, était plus comparable aux hommes de chez nous [Romains] qu’aux Grecs » (Ps.-Caes., Bel. Alex., 15, 1). De même, il était un homme, « sans qui n’avait jamais été livré aucun combat naval, bien plus, aucun qui n’eût bien tourné » (Ps. - Caes., Bel. Alex., 25, 3). Sur ce brillant soldat, cf. Merkelbach R., « Der neue Euphranor in Bargylia und Euphranor, der Admiral von Caesars rhodischem Geschwader  », EA, 1, 1983, p. 29-32.

16 Ps.-Caes., Bel. Alex., 14, 5.

17 Ps.-Caes., Bel. Alex., 15, 3-6. La rédaction de ce récit date de l’époque des guerres civiles et traduit l’admiration des contemporains pour la supériorité navale des Rhodiens, leur courage, leur grandeur d’âme et leur loyauté dans les moments difficiles.

18 App., BC, III, 2 (4).

19 Plut., Brut., 19, 1, 4-5.

20 Cic., Fam., XII, 13 (lettre 919), 3 ; App., BC, III, 6 (19) ; DC, XLVII, 21, 3 et 26, 1 ; Zonaras, X, 18. De même, C. Trebonius fortifia les cités de sa province pour le compte des tyrannicides (App., BC, III, 26 [97]) et confisqua les biens de Theopompos de Cnide, un ami de César (Cic., Phil., XIII, 16 [33] ; sur ce personnage, cf. infra). Selon D. Magie (Roman Rule in Asia Minor to the End of the Third Century after Christ, Princeton, 1950, p. 419), il aurait également, comme L. Tillius Timber, forcé les Grecs d’Asie à lui fournir des bateaux pour former une flotte.

21 Sur la répartition des provinces de l’empire à ce moment et l’attribution de la Syrie à Dolabella, les témoignages ne manquent pas dans la littérature antique : Cic., Att., XIV, 9 (lettre 728), 3 ; efforts romains et alliés à faire contre les pirates (Crawford M. H., Roman Statutes, I, BICS, Suppl. 64, Londres, 1996, p. 240, n° 12, « Delphi Copy, Block B  », l. 12-13 et 16-20). D’après les restitutions proposées dans Colin G., Fouilles de Delphes, III. Épigraphie, 4.1. La terrasse du temple et la zone nord du sanctuaire (n° 1-86), Paris, 1930, n° 37 (reprises dans Supplementum Epigraphicum Graecum, III [1927], n° 378), F. Canali de Rossi se demande si les Rhodiens ne pourraient pas avoir été chargés d’un « speciale compito di controllo del Mediterraneo orientale, in considerazione del fatto che i loro commerci soffrivano gravemente per l’anarchia regnante in quei mari » (Le ambascerie dal mondo greco a Roma in età repubblicana, Studi pubblicati dall’istituto italiano per la storia antica, 63, Rome, 1997, p. 283). Sur la participation des Rhodiens à la guerre de Pompée contre les pirates en 67, cf. Florus, I, 41, 8 (III, 6, 8), et Str., XI, 1, 6 (C492).

Cic., Att., XIV, 14 (lettre 735), 4 ; Cic., Phil., XI, 2 (4) ; Cic., Phil., XI, 12 (28) ; App., BC, III, 7 (23-26) ; App., BC, III, 12 (42) ; App., BC, III, 24 (91-92) ; App., BC, III, 27 (104) ; App., BC, IV, 57 (247) ; DC, XLV, 15, 2 ; DC, XLVII, 29, 1.

22 La capture et la mise à mort de C. Trebonius ont été souvent rapportées par les auteurs anciens. Nous citerons, au gré de nos lectures, Cic., Phil., XI, 2 (5) et 3-4 (7-9), Cic. Phil., XII, 8 (21) et 10 (25), Cic. Phil., XIII, 10 (22), Cic., Phil., XIV, 3 (6), Cic., Fam., XII, 12 (lettre 878), 1, Cic., Fam., XII, 14 (lettre 901), 5, Cic., Fam., XII, 15 (lettre 902), 4, Liv., Per., 119, 1, Str., XIV, 37, DC, XLVII, 29, 2-3 et 30, 6, App., BC, III, 26 (100-101), Vell., II, 69, 1, ou bien encore Oros., VI, 18, 6.

23 App., BC, IV, 58 (249).

24 App., BC, IV, 60 (258) et 61 (262-263). Dans le même esprit, alors que Dolabella était enfermé dans Laodicée-sur-Mer, Cassius « envoya demander des navires en Phénicie, en Lycie et à Rhodes. On fit la sourde oreille, sauf à Sidon » (App., BC, IV, 60 [260], et 61 [261]). Un peu plus tard, « Cassius envoya de nouvelles demandes aux cités qui avaient fait la sourde oreille, ainsi qu’à Cléopâtre, la reine d’Égypte, et à Sérapion, gouverneur de Chypre pour le compte de Cléopâtre. Les cités de Tyr et d’Arados ainsi que Sérapion, qui ne consulta pas préalablement Cléopâtre, lui envoyèrent tous les navires en leur possession » (App., BC, IV, 61 [262]). Les traductions sont de Ph. Torrens (coll. La Roue à Livres, Les Belles Lettres, 2008).

25 Cic., Fam., XII, 15 (lettre 902), 2-3. Sur ce personnage, cf. infra.

26 Liv., Per., 121, 1 ; Str., XVI, 2, 9, App., BC, IV, 62 (265-267) ; DC, XLVII, 30, 3-5.

27 Cic., Phil., X, 13 (25-26) ; Cic., Phil., XIII, 9 (20) ; Cic., Ad Brut., II, 4 (lettre 862), 4 ; Cic., Ad Brut., II, 5 (lettre 863), 2. Le basculement en faveur de Cassius aurait eu lieu à la fin du mois d’avril si l’on suit Cic., Phil., XI, 12 (30-31), Cic., Phil., XIII, 9 (20), et Cic., Fam., XII, 7 (lettre 847), 1.

28 Cic., Ad Brut., I, 15 (lettre 933), 2 et 18 ; Plut., Brut., 28, 3, à 29, 11 ; App., BC, IV, 63-64 (269-275) ; DC, XLVII, 22-25 et 32 ; Liv., Per., 121-122 ; Jos., AJ, XIV, 271-276 ; Jos., BJ, I, 11 (219-235).

29 Aug., Anc, 2 ; Liv., Per., 120, 1 ; Vell., II, 69, 5 ; App., BC, III, 94 (388) et 95 (392) ; DC, XLVI, 48-49 ; DC, XLVII, 22, 4.

30 App., BC, IV, 65 (277) ; DC, XLVII, 33, 2.

31 App., BC, IV, 63 (272) ; DC, XLVII, 33, 4.

32 Pour Laodicée-sur-Mer, cf. App., BC, IV, 62 (268). Pour Tarse, cf. App., BC, IV, 64 (273). Dans ce dernier cas, le versement de la somme demandée, 1500 talents, se fit dans les pires conditions. En effet, aux dires d’Appien, comme les Tarsiens ne disposaient pas de cette somme, ces derniers « remirent le trésor public en totalité et, en plus du trésor public, débitèrent en pièces de monnaies tous les objets sacrés qui servaient aux processions et aux offrandes. Comme, même ainsi, ils n’arrivaient à rien, les autorités s’efforcèrent de vendre la population libre : ce furent d’abord les jeunes filles et les enfants, puis les femmes et de pitoyables vieillards dont la valeur marchande était très faible, et enfin les jeunes gens. La plupart se suicidèrent. Ils en étaient arrivés là quand Cassius, revenant de Syrie, les prit en pitié et les dispensa des contributions qui restaient à payer » (BC, IV, 64 [274-275]).

33 Aux dires d’Appien, ces derniers pouvaient compter sur une force « d’environ quarante légions dont huit avaient déjà franchi l’Adriatique » (BC, IV, 65 [276] ; trad. Ph. Torrens, coll. La Roue à Livres, Paris, Les Belles Lettres, 2008).

34 App., BC, IV, 65 (278), et IV, 69 (292).

35 Cf. Plut., Caes., 3, 1, et Suet., Iul., 4 (pour C. Iulius Caesar), Plut., Brut., 3, 3, et Aur. Vict., Vir. ill., 3, 82 (pour M. Iunius Brutus), Cic., Brut., 245 (pour T. Manlius Torquatus), Cic., Tusc., II, 25, 61, et Plut., Pomp., 42, 10 (Cn. Pompeius Magnus), Cic., Brut., 151 (pour Ser. Sulpicius Rufus), Cic., Brut., 151 et 316, Cic., Tusc., II, 25, 61, Plut., Caes., 3, 1, et Plut., Cic., 4, 5 (pour M. Tullius Cicero père), Cic., Fam., II, 17 (lettre 269), 1 (pour M. Tullius Cicero fils et Q. Tullius Cicero).

36 S’il a pu suivre tout ou partie de ces cours, Cassius a sûrement pris aussi des leçons d’histoire relatant les hauts faits des Rhodiens depuis au moins la fin de l’époque classique (App., BC, IV, 67 [284-285])

37 Sur le rayonnement intellectuel de Rhodes à la fin de l’époque hellénistique, cf. notamment Della Corte F., « Rodi e l’istituzione dei pubblici studi  », AAT, 74, 1939, p. 3-20 (= Opuscula, I, Gênes, 1971, p. 255-272). Sur la prise d’Athènes par Sylla et ses conséquences douloureuses, notamment pour les arts, cf. Habicht Chr., Athènes hellénistique. Histoire de la cité d’Alexandre le Grand à Marc Antoine, Paris, 2000, p. 336-345.

38 Comme le souligne A. Boulanger, celui-ci représentait « un art intermédiaire entre l’emphase des asiatiques et la simplicité un peu sèche des atticistes de Rome » (Aelius Aristide et la sophistique dans la province d’Asie au IIe siècle de notre ère, Befar, 126, Paris, 1923 [rééd., 1968], p. 78). Son école d’art oratoire joua un rôle essentiel dans le développement de l’éloquence romaine (Wooten C., « Le développement du style asiatique pendant l’époque hellénistique  », REG, 88, 1975, p. 99). Sur ce personnage, cf. notamment RE, II/1 (1895), s. v. Apollonios, n° 85, col. 141-144, et Mygind B., « Intellectuals in Rhodes  », Hellenistic Rhodes : Politics, Culture, and Society, in V. Gabrielsen, Tr. Engberg-Pedersen, L. Hannestad et J. Zahle (éd.), Studies in Hellenistic Civilization, IX, Aarhus et Oxford, 1999, p. 260, n° 24.

39 Cf. Reinhardt K., RE, XXII/1, 1953, s. v. Poseidonios, n° 3, col. 558-826, Mygind B., loc. cit. (supra n. 38), p. 257, n° 12, et surtout Laffranque M., Poseidonios d’Apamée : essai de mise au point, Paris, 1964.

40 Sur ce personnage, figure emblématique du médio-stoïcisme, et son influence à Rome au temps de Scipion Émilien, cf. pour commencer Van Straaten M., Panetius : sa vie, ses écrits et sa doctrine, avec une édition des fragments, Leyde, 1946, et Ferrary J.-L., Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, de la seconde guerre de Macédoine à la guerre contre Mithridate, Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome, 271, Rome, École française de Rome, Paris, 1988, p. 395-424. Cf. également, en beaucoup plus synthétique, Pohlenz M., RE, XVIII/3, 1949, s. v. Panaitios, n° 5, col. 418-440, et Mygind B., loc. cit. (supra n. 38), p. 256-257, n° 10.

41 Sur le stoïcisme et ses relations avec le monde romain, cf. notamment Brunschwig J., « Les Stoïciens  », in Philosophie grecque, M. Canto-Sperber (dir.), Paris, 1997, p. 511-562, et Roman D. & Roman Y., Rome et l’hellénisme. IIIe - Ier siècle av. J.-C., 2e éd. mise à jour avec collaboration de F. Delrieux, Paris, 2005, p. 70-76.

42 App., BC, IV, 65 (278).

43 XLVII, 33, 3.

44 App., BC, IV, 66 (280).

45 L’assemblée avait été purgée de tous les éléments hostiles aux Césariens lors de la proscription de la fin 43 (App., BC, IV, 66 [281], et 69 [294]).

46 App., BC, IV, 66 (281).

47 App., BC, IV, 66 (282). Tous deux sont présentés comme des démagogues.

48 Sur les prytanes rhodiens à l’époque hellénistique, cf. par exemple, Walbank F. W., A Historical Commentary on Polybius, II : Commentary on Books VII-XVIII, Oxford, 1967, p. 418, O’Neil J. L., « How Democratic was Hellenistic Rhodes  ? », Athenaeum, 59, 1981, p. 471-472, et Berthold R. M., op. cit. (supra n. 4), p. 39.

49 Cette possibilité leur permettait, non seulement de contrôler l’impact diplomatique des décisions de l’ecclésia, mais de se désigner eux-mêmes comme ambassadeurs.

50 Rép., III, 35, 48.

51 Sur les navarques rhodiens, cf. par exemple O’Neil J. L., loc. cit. (supra n. 48), p. 469-472, et Berthold R. M., op. cit. (supra n. 4), p. 44.

52 BC, IV, 71 (300 ; oἱ Poδίωv ᾑγoύμεvoι).

53 App., BC, IV, 71 (300).

54 BC, IV, 67, 283. Notre méconnaissance d’Archélaos, inconnu par ailleurs, est telle que B. Mygind, qui range le personnage parmi les rhéteurs de l’île, se demande s’il était rhodien (loc. cit. [supra n. 38], p. 261, n° 28). Cette question ne semble pas devoir se poser dans la mesure où, selon App., BC, IV, 68 (287), Archélaos a agi auprès de Cassius « en faveur de (s) a patrie » (ὑπὲp τἠϛ πατpίδoϛ).

55 App., BC, IV, 67 (285-286).

56 App., BC, IV, 67 (284 et 285).

57 Sur l’âge d’Archélaos au moment des faits, cf. App., BC, IV, 69 (291).

58 App., BC, IV, 69 (291) - 70 (299).

59 Il est en effet curieux que seul Appien y fasse allusion. Pourtant, la présence d’Archélaos dans l’affaire et ses liens privilégiés avec Cassius auraient dû susciter davantage l’attention.

60 Appien mentionne ce nombre plus tard (BC, IV, 72 [306]), quand Cassius assiège Rhodes. Cela étant, comme il n’a perdu aucun bâtiment à Myndos et qu’il a fait réparer ceux qui étaient endommagés avant, cela doit correspondre aux forces de départ. Cf. la prudence de R. M. Berthold à ce sujet (op. cit. [supra n. 4], p. 226, n. 36).

61 XLVII, 33, 3. Sur la bataille de Laodicée-sur-Mer, cf. notamment Cic., Fam., XII, 12 (lettre 878), 5, Cic., Fam., XII, 13 (lettre 919), 4, Cic., Fam., XII, 14 (lettre 901), 4, Cic., Fam., XII, 15 (lettre 902), 7, Vell., II, 69, 2, App., BC, IV, 60 (258) à 62 (268).

62 BC, IV, 72 (305 et 308).

63 . Cic., Fam., XII, 14 (lettre 901), et XII, 15 (lettre 902).

64 Reddé M., op. cit. (supra n. 9), p. 114. Appien ne détaille pas la composition de la flotte mais, dans le récit de la bataille, il insiste sur le très gros tonnage des vaisseaux romains engagés (cf. infra).

65 Soit le double des effectifs montés sur des trières, 200 à 250 hommes environ (Reddé M., op. cit. [supra n. 9], p. 112-117). Le chiffre, impressionnant pour l’époque, est donné dans Pol., I, 26, 7 (300 rameurs et 120 épibates) et est confirmé dans Plin., Nat., XXXII, 1, 4 (400 hommes).

66 Reddé M., op. cit. (supra n. 9), p. 92-102.

67 Cf., dans le même sens, DC, XLVII, 33, 3.

68 App., BC, IV, 65 (278).

69 App., BC, IV, 66 (279).

70 App., Mithr., 25 (100).

71 Ps.-Caes., Bel. Alex., 15, 5-6.

72 App., BC, IV, 71 (302) ; DC, XLVII, 33, 3.

73 Apparu au IVe siècle, probablement en Carie, ce vaisseau rapide et manœuvrant, fort utilisé par les pirates, disposait de deux rangs de rames mais conservait semble-t-il toute sa vitesse et sa maniabilité avec un rang et demi. Cela permettait, en cas d’attaque, de libérer de l’espace et de la chiourme pour le combat. L’hemiolia était donc recommandée pour les raids foudroyantes, dangereux pour les flottes traditionnelles car fondant sur l’objectif en se faufilant entre les grosses unités. Cf. Blinkenberg Chr., Triemiolia, Copenhague, 1938, à nuancer avec Gabrielsen V., The Naval Aristocracy of Hellenistic Rhodes, Aarhus, 1997, p. 86-94, qui remet en cause de nombreux acquis sur ce type de navire.

74 Chr. Blinkenberg part d’une liste de marins composant l’équipage d’une triemiolia (op. cit. [supra n. 73], p. 44), mais V. Gabrielsen soutient que le nombre exact des membres des équipages ne peut être déduit simplement (op. cit. [supra n. 73], p. 95).

75 Durant les opérations militaires menées par les Rhodiens précédemment, se trouvaient des polyrèmes : des quadrirèmes étaient commandées par l’amiral Euphranor durant la guerre d’Alexandrie (Ps.-Caes., Bel. Alex., 25, 6) et des quinquérèmes participèrent au siège de Rhodes durant la première guerre mithridatique (App., Mithr., 25 [100]). De même, la flotte de Cassius comptait vraisemblablement des trières à côté des polyrèmes évoquées plus haut.

76 App., BC, IV, 71 (300).

77 BC, IV, 71 (301).

78 Une véritable prouesse car la vitesse moyenne de l’escadre rhodienne peut être estimée à environ 6,5 nœuds. Or, les escadres antiques avaient une vitesse moyenne bien inférieure, entre 0,9 et 4,5 nœuds. Seuls les navires isolés, tel celui de Paul-Émile entre Brindes et Corcyre en (Liv., XLV, 41, 3), atteignaient parfois les 8 nœuds (Reddé M., op. cit. [supra n. 9], p. 140-141). Il ressort du récit d’Appien que bateaux, itinéraire et mode de navigation ont été choisis pour frapper vite.

79 App., BC, IV, 71 (301).

80 Sur les routes maritimes utilisées d’habitude dans la région de Rhodes, cf. Arnaud P., Les routes de la navigation antique. Itinéraires en Méditerranée, Paris 2005, p. 223-228.

81 C’est-à-dire opter pour un trajet hauturier à la place du cabotage.

82 Les détails de l’engagement ne nous sont connus que par le témoignage d’Appien (BC, IV, 71 [301-304]).

83 App., BC, IV, 71 (302). Il est vrai que leurs équipages avaient manœuvré en prévision d’un affrontement avec des marins expérimentés. Alexandros et Mnaséas, trop confiant dans la valeur de leur flotte, n’avaient manifestement pas prévu cela (App., BC, IV, 71 [300]).

84 App., BC, IV, 71 (302-303).

85 App., BC, IV, 71 (304). Les dégâts ne devaient pas être très importants car les unités endommagées furent très vite réparées et participèrent à la suite de la campagne contre Rhodes (App., BC, IV, 72 [305]).

86 App., BC, IV, 71 (304).

87 Thc., II, 88-92. Sur l’évolution de la guerre d’escadre, cf. Reddé M., op. cit. (supra n. 9), p. 331-340.

88 App., BC, IV, 71 (304) : des trente-trois bâtiments engagés dans la bataille, « trois navires rhodiens furent capturés avec leur équipage, deux furent brisés et les autres, endommagés, s’enfuirent à Rhodes » (trad. Ph. Torrens, coll. La Roue à Livres, Paris, Les Belles Lettres, 2008).

89 App., BC, IV, 72 (305).

90 Cf. Thc., VIII, 43, 1, dans le premier cas. Dans le second, cf. DS, XIV, 83, 4 (l’auteur mentionne plus quatre-vingt-dix trirèmes au mouillage). Dans le troisième cas, cf. DS, XX, 82, 4 (l’armée du Poliorcète comptait alors quarante mille hommes environ, et sa flotte deux cents vaisseaux longs et plus de cent soixante-dix bâtiments de transport).

91 Cf. Mcnicoll A. W., Hellenistic Fortifications from the Aegean to the Euphrates, with revisions and an additional chapter by N. P. Milner, Oxford, 1997, p. 176, et Pimouguet-Pédarros I., Archéologie de la défense. Histoire des fortifications antiques de Carie (époques classique et hellénistique), Besançon, 2000, p. 382.

92 Sur Loryma III, cf. Pimouguet-Pédarros I., « Les fortifications de la pérée rhodienne  », Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale, P. Debord et R. Descat (dir.), Table ronde CNRS, Istanbul, 20-27 mai 1993, REA, 96, n° 1-2, 1994, p. 244-245, Mcnicoll A. W., op. cit. (supra n. 91), p. 175-178, et Pimouguet-Pédarros I., op. cit. (supra n. 91), p. 380-383.

93 Nous ignorons de quelle manière la place est tombée entre les mains de Cassius. Tout juste saiton qu’une garnison rhodienne tenait l’endroit lors de son arrivée sur place (App., BC, IV, 72 [305]).

94 . Sur Fannius, cf. RE, VI/2 (1909), s. v. Fannius, n° 1, col. 1886-1987, et Broughton T. R. S., The Magistrates of the Roman Republic, Philological Monographs published by the American Philological Association, XV, Cleveland, 1968, II, p. 365. Celui-ci a été assimilé parfois à C. Fannius Caepio, qui conspira contre Auguste (Kappelmacher A., RE, VI/2, 1909, s. v. Fannius, n° 16, col. 1993-1994 ; Dürrbach F., Choix d’Inscriptions de Délos. Avec traduction et commentaire, Paris, 1921-1922 [rééd., Chicago, 1977], p. 260 ; Roussel P. & Launey M., Inscriptions de Délos. Décrets postérieurs à 166 av. J.-C. (n° 1497-1524). Dédicaces postérieures à 166 av. J.-C. (n° 1525-2219), Paris, 1937, n° 1623). Un autre C. Fannius était du côté pompéien à la même époque, mais il n’est apparemment pas identifié avec notre personnage (Münzer F., RE, VI/2, 1909, s. v. Fannius, n° 9, col. 1991-1992, n° 9). Pour sa part, P. Cornelius Lentulus Spinther, mieux connu que le précédent, a servi non seulement Cassius à Rhodes, mais Brutus en Lycie (App., BC, IV, 82 [344]). Il est le fils de du consul de 57, artisan du rappel de Cicéron, mais fut adopté par Manlius Torquatus pour être éligible dans le collège des augures (DC, XXXIX, 17, 2). Durant les guerres civiles, il a vraisemblablement suivi son père jusqu’au décès de ce dernier en Afrique (Cic., Att., XI, 13 [lettre 444], 1). Revenu à Rome où il divorça de sa femme Metella (Cic., Att., XII, 52 [lettre 808]), tout juste questeur en 43, il se rallia aux conjurés (Plut., Caesar, 67, 4-5) et partagea leur sort. Il ne semble pas avoir survécu à la bataille de Philippes. Sur l’ensemble de sa carrière, cf. RE, IV/1 (1900), s. v. Cornelius, n° 238, col. 1392-1398, Broughton T. R. S., op. cit. (supra n. 94), II, p. 364, et Hinard Fr., Les proscriptions de la République romaine, EFR, 83, Paris et Rome, 1985, p. 460-461, n° 48.

95 App., BC, IV, 72 (306).

96 App., BC, IV, 72 (307).

97 App., BC, IV, 72 (308). Pour comparaison, en 88, peu avant le siège imposé par Mithridate VI (cf. App., Mithr., XXIV, 94-96), les Rhodiens avaient eu le temps de fortifier leurs remparts et leurs ports, de mettre partout des machines de guerre en batterie, et de détruire « les faubourgs de la ville afin que l’ennemi n’y trouvât rien d’utile » (trad. P. Goukowsky, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 2001). De même, leur flotte de guerre avait évité toute confrontation directe avec le gros de la flotte adverse avant le début du siège et les assiégés pouvaient compter sur le soutien d’alliés précieux (Telmessiens, Lyciens et Romains fuyant les massacres ensanglantant alors le continent).

98 App. IV, 72 (307) ; Oros., VI, 18, 13.

99 App. IV, 72 (307).

100 Reddé M., op. cit. (supra n. 9), p. 95-100.

101 . Le Libérateur se mettait à l’école de Jules César qui bombarda dans les mêmes conditions le rivage de Bretagne en 54 (Caes., Gal., IV, 25) et celui d’Alexandrie en 48 (Ps.-Caes., Bel. Alex., 19, 3) en vue de débarquements. Sur le sujet, cf. Reddé M., op. cit. (supra n. 9), p. 99. Cassius réussit où Démétrios Poliorcète échoua sans que les sources nous renseignent précisément sur ce qui faisait la différence entre les deux tactiques. Démétrios utilisait également des tours embarquées, à l’image des Rhodiens (DS, XX, 85).

102 Les soldats partant à l’assaut des remparts rhodiens depuis la terre ne disposaient que d’échelles (App., Mithr., 26, [103]).

103 App., Mithr., 26 (103) et 27 (105). Sur ce matériel de guerre, cf. Marsden E. W., Greek and Roman Artillery. Historical Development, Oxford, 1969, p. 108-109, et Marsden E. W., Greek and Roman Artillery. Technical Treaties, Oxford, 1971, p. 90-94.

104 Le schéma quadrangulaire rigoureux d’un tel plan ne permettait pas de créer des obstacles capables de retenir une armée. Cependant, lors du siège conduit par Démétrios Poliorcète, les Rhodiens avaient trouvé le moyen de contrebalancer cet inconvénient en aménageant un mur de défense parallèle à la muraille sur le point de tomber (DS, XX, 93, 1). Sur le plan hippodamien appliqué aux villes grecques antiques, cf. Martin R., L’urbanisme dans la Grèce antique, 2e éd. augmentée, Paris, 1983, p. 97-126.

105 BC, IV, 72 (308 ; trad. Ph. Torrens, coll. La Roue à Livres, Paris, Les Belles Lettres, 2008).

106 Tout juste sait-on que, d’un côté, se tenaient « les plus intelligents des Rhodiens  », conscients de la gravité de la situation, et que, de l’autre, Cassius était représenté par Fannius et P. Cornelius Lentulus Spinther (App., BC, IV, 72 [308]).

107 BC, IV, 73 (309).

108 BC, IV, 73 (310).

109 . « Le sort des villes ennemies dans l’œuvre de Tite-Live : aspects historiographiques  », RPh., 81, 2007, p. 81.

110 Cf. la mise à sac de Phocée par les hommes d’Aemilius en 190 après que ce dernier leur a pourtant dit que « l’on pillait les villes après l’assaut, non après une reddition » (Liv., XXXVII, 32, 12 ; trad. J.-M. Engel, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1983). Cf. également les villes des Latins se rendant à Tarquin l’Ancien après que ces derniers eurent remarqué que « pour les villes prises par la force il s’ensuivait des asservissements et des destructions tandis que pour celles qui entraient dans des accords par capitulation, il y avait seulement à obéir aux vainqueurs, et rien d’autre n’était à supporter d’irrémédiable » (DH, III, 51, 1 ; trad. J.-H. Sautel, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1999).

111 Selon Appien (BC, IV, 73 [310]), Cassius fit exécuter une cinquantaine de Rhodiens et condamna à l’exil environ vingt-cinq autres personnes qui avaient eu le temps de fuir ou de se cacher.

112 App., BC, IV, 73 (310-312) ; DC, XLVII, 33, 4 ; V. Max., I, 5, 8 ; Plut., Brut., 32, 4 ; Oros., VI, 18, 13. Brutus n’agit pas autrement à Patara en Lycie (App., BC, IV, 81 [341]). Peut-être cette attitude à l’égard de Rhodes explique-t-elle, du moins en partie, la clémence de Cassius à laquelle Velleius Paterculus et Dion Cassius font allusion (Vell., II, 69, 6 ; DC, XLVII, 33, 4).

113 App., BC, V, 7 (29).

114 Babelon E., Description historique et chronologique des monnaies de la république romaine, vulgairement appelées monnaies consulaires, Paris, 1885 (rééd., Bologne, 1964), I, p. 337, n° 20-21 ; Grueber H. A., Coins of the Roman Republic in te British Museum, II : Coinages of Rome (continued), Roman Campania, Italy, The Social War, and the Provinces, Londres, 1970, Coinage of the East, n° 82-83 ; Sydenham E. A., The Coinage of the Roman Republic, révisé par G. C. Haines, Londres, 1952, n° 1311-1312 ; Crawford M. H., Roman Republican Coinage, Cambridge, 1974, n° 505/1 et 505/2. Cf. ici p. 198, n° 1 (= Numismatic Ars Classica, 51 [5 mars 2009], n° 110 ; 8,28 g).

115 Babelon E., op. cit. (supra n. 114), I, p. 336, n° 19 ; Grueber H. A., op. cit. (supra n. 114), Coinage of the East, n° 84 ; Sydenham E. A., op. cit. (supra n. 114), n° 1313 ; Crawford M. H., op. cit. (supra n. 114), n° 505/3. Cf. ici p. 198, n° 2 (= INumis, 8 [20 mars 2009], n° 158 ; 3,44 g).

116 L’aplustre est reconnu pour être un symbole de la domination sur les mers (Edm. Saglio souligne que l’aplustre figure comme un motif isolé dans les représentations de trophées maritimes et se retrouve sur les monnaies de familles romaines de la République qui s’enorgueillissaient de victoires navales ; Dictionnaire des antiquités grecques et romaines d’après les textes et les monuments, Ch. Daremberg et Edm. Saglio [éd.], t. I, Paris, 1877, p. 308-309, s. v. aplustre). À ce titre, cf. les deniers de Faustus Cornelius Sylla (Crawford M. H., op. cit. [supra n. 114], n° 426/4a) et ceux de Sextus Pompée (Crawford M. H., op. cit. [supra n. 114], n° 511/2a). Sur le monnayage rhodien à la fin de l’époque hellénistique et la rose comme type parlant (rJovdon [rose] – ʽΡόδος [Rhodes]), cf. par exemple Ashton R., « Bronze Coinage and the Siege of sur ce qui faisait la différence entre les deux tactiques. Démétrios utilisait également des tours embarquées, à l’image des Rhodiens (DS, XX, 85).

Mithradates VI  », NC, 161, 2001, p. 53-66. Plus généralement, sur les types monétaires parlants, dont celui de Rhodes, cf. Lacroix L., « Réflexions sur les “types parlants” dans la numismatique grecque  », RBN, 96, 1950, p. 5-11, p. 5-11, et Lacroix L., « Les types des monnaies grecques  », Numismatique antique. Problèmes et méthodes, Actes du colloque organisé à Nancy du 27 septembre au 2 octobre 1971, Annales de l’Est, Mémoire n° 44, Études d’archéologie classique IV, J.-M. Dentzer, Ph. Gauthier et T. Hackens (éd.), Nancy et Louvain, Éditions Peeters, 1975, p. 155.

117 Sur le crabe, symbole monétaire de Cos à la fin de l’époque hellénistique, cf. par exemple Sylloge Nummorum Graecorum - Deutschland : Staatliche Münzsammlung München, Munich, 2006, Karien, n° 512.

118 Les témoignages plus ou moins directs ne manquent pas. Ainsi, après la divinisation de César, « les citoyens romains faisant des affaires à Cos (ont honoré) la cité coienne en raison de sa piété à l’égard de C. Iulius César, grand pontife, père de la patrie et dieu, et en raison de sa bienveillance envers eux » (Degrassi A., « Iscrizioni latine inedite di Coo  », Clara Rhodos, 10, 1941, p. 201, n° 1 ; Segre M., Iscrizioni di Cos, 1 : testo, Monografie della scuola archeologica di Atene e delle missioni italiane in Oriente, 6, Rome, 1993, EV 23). De même, à une date non précisée, « le peuple (des Coiens) a honoré (dans l’Asclépieion de Cos, où l’inscription, gravée sur une base, a été trouvée) Gaios Ioulios Theupompos fils d’Artémidôros (Cnidien que l’on sait avoir été un proche de Jules César, cf. n. 20) en raison de son mérite et de son dévouement envers lui » (Patriarca G., « Iscrizioni dell’Asclepieo di Coo  », BMIR, 3, 1932, p. 17, n° 13 ; AE 1934, n° 91 ; sur ce personnage, bien connu par ailleurs, cf. notamment Hirschfeld G., « C. Julius Theupompus of Cnidus  », JHS, 7, 1886, p. 286-290, et Thériault G., « Évergétisme grec et administration romaine : la famille cnidienne de Gaios Ioulios Théopompos  », Phoenix, 57, p. 232-256). Sur l’octroi de privilèges, proposés par Marc Antoine et son consilium, à des habitants de Cos en juin 39, et que S. M. Sherwin-White rapproche des témoignages précédents, cf. Crawford M. H., op. cit. (supra n. 10), p. 497-506, n° 36. Malheureusement, les parties conservées du texte correspondant, très mutilé, ne donnent pas les raisons de ces bienfaits. Au moins le document témoigne-t-il des bonnes relations existant alors entre tout ou partie des Coiens et le parti césarien.

119 Babelon E., op. cit. (supra n. 114) I, p. 334 ; Sydenham E. A., op. cit. (supra n. 114), p. 205, n. 1313 ; Grueber H. A., op. cit. (supra n. 114), p. 484, n. 2.

120 Plut., Brut., 30, 3 (trad. R. Flacelière et É. Chambry, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1978).

121 Crawford M. H., op. cit. (supra n. 114), p. 741. Cf. ici p. 198, n° 3 (= Stack’s, Saint Ludovico and Firth of Clyde Collections [22 avril 2009], n° 1340).

122 App., BC, IV, 63 (272) ; DC, XLVII, 33, 1 et 4.

123 App., BC, IV, 73 (312) ; Plut., Brut., 32, 4.

124 V. Max., I, 5, 8. Sur le char du Soleil, cf. D. Chr., XXXI, 86, et Plin., Nat., XXXIV, 63. Plus généralement, cf. Jacquemin A. & Laroche D., « Le char d’or consacré par le peuple rhodien  », BCH, 110, 1986, p. 285-307, et trad. de Plin., Nat., XXXIV, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 2003, p. 231-232, § 63.3.

125 XLVII, 33, 4.

126 VI, 18, 13.

127 BC, V, 2 (5-6).

128 App., BC, V, 2 (5-6). Sur ce personnage, cf. en dernier lieu Hinard Fr., op. cit. (supra n. 94), p. 539, n° 144, et Ferriès M.-Cl., Les partisans d’Antoine (des orphelins de César aux complices de Cléopâtre), collection « Scripta Antiqua  », 20, Bordeaux, 2007, p. 480, n° 137.

129 App., BC, IV, 74 (313). L. (Quinctilius  ?) Varus (RE, 11) est identifié par T. R. S. Broughton, avec un Quinctilius Varus qui se suicida après Philippes (op. cit. [supra n. 94], II, p. 368). Mais F. Hinard pense que le Varus de Philippes est Sex. Varus, le père du consul de 13 et qu’il serait de rang questorien (op. cit. [supra n. 94], p. 510-511, n° 111). Il existe un troisième Varus qui fut proscrit et exécuté à Minturnes, qui était de rang prétorien (Hinard Fr., op. cit. [supra n. 94], p. 509, n° 110). Il est impossible d’identifier Varus de Minturnes avec le légat de Cassius, qui, en revanche, pourrait être celui qui meurt à Philippes, car la garnison semble n’avoir plus de chef au moment où Clodius passe à Rhodes.

130 On sera donc tenté de nuancer l’empressement des Rhodiens fortunés à livrer leurs biens à Cassius qui, leur ville prise, les menaça de mort s’ils ne le faisaient pas (App., BC, IV, 73 [311-312]). Beaucoup avaient caché leurs richesses dans un premier temps. Sans doute certains d’entre eux persistèrent-ils dans cette attitude malgré les risques.

131 App., BC, V, 2 (5-6).

132 Cf. Gabrielsen V., op. cit. (supra n. 73), p. 93.

133 Les bienfaits, certes provisoires, de Marc Antoine à l’égard des Rhodiens lors de son passage dans l’île ont eu pour but de réparer ce dommage (App., BC, V, 7 [29]).

134 V. Gabrielsen souligne que les conclusions de Chr. Blinkenberg (op. cit. [supra n. 73], p. 47-50), et L. Casson (Ships and Seamanships in the Ancient World, Princeton, 1971, p. 131), sur l’affaiblissement de la flotte qui se cantonnerait à quelques triemioliai, sont contredites par le témoignage de Dion Chrysostome, XXI, 102-104 (op. cit. [supra n. 73], p. 194, n. 92).

List of illustrations

Caption 1. Numismatic Ars Classica, 15 [5 mars 2009], n° 110.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36635/img-1.jpg
File image/jpeg, 94k
Caption 2. INumis, 8 [20 mars 2009], n° 158.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36635/img-2.jpg
File image/jpeg, 77k
Caption 3. Stack’s, Saint Ludovico and Firth of Clyde Collections [22 avril 2009], n° 1340.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36635/img-3.jpg
File image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/36635/img-4.jpg
File image/jpeg, 1,6M

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Exclusive access

open access

Provided by L’éditeur de ce site