Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sièges de Rhodes

 | 
Nicolas Faucherre
, 
Isabelle Pimouguet-Pédarros

Le siège de Rhodes par C. Cassius Longinus en 42 av. J.-C., de la bataille de Myndos à la prise de la ville

Fabrice Delrieux et Marie-Claire Ferriès

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jusqu’en 42 av. J.-C.1, Rhodes demeure une cité inexpugnable. Bien à l’abri au large de la Carie et derrière ses hautes murailles, protégée par une flotte redoutée, elle a été victorieuse de tous ceux qui l’ont assiégée, Démétrios Poliorcète en 305, Mithridate VI Eupator en 88. Pourtant, durant les guerres civiles suivant l’assassinat de Jules César, C. Cassius Longinus, un des chefs de la conspiration contre le dictateur, battit les Rhodiens sur mer puis investit leur île et leur ville. Fait étrange, cet exploit n’est presque pas célébré dans la littérature antique. En effet, ce fait d’armes n’est que brièvement mentionné par Velleius Paterculus, qui reconnaît la difficulté de l’entreprise, Valère Maxime, Plutarque et Orose, qui s’attachent surtout à la dureté des conditions faites aux Rhodiens2. Seuls Dion Cassius et surtout Appien montrent quelque intérêt pour cet épisode, mais ils sont loin d’éclairer toutes les obscurités du dossier3.

La discrétion des sources invite donc à s’in...

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540