Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sièges de Rhodes

 | 
Nicolas Faucherre
, 
Isabelle Pimouguet-Pédarros

Le siège de Rhodes (305-304) : l’organisation de la défense

Comparaison avec la Poliorcétique d’Énée le Tacticien

Jeannine Boëldieu-Trevet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« […] Tous les successeurs d’Alexandre se firent continuellement la guerre, et, pour quelques-uns, celle-ci fut rendue plus vive et plus ardente par la contiguïté des frontières et des intérêts », écrit Plutarque dans la Vie de Démétrios (5.1) en citant Antigone et Ptolémée. C’est dans ce contexte géopolitique et stratégique de luttes pour la suprématie qu’il convient de situer le siège de Rhodes par Démétrios, fils d’Antigone, en 305-304 (DS., 20.82.1 ; Paus., 1.6.6)1. Démétrios débuta le siège de la ville peu après la conquête de Chypre intervenue en 307 (Plut., Dém. 15.1-4, 16.1-3 ; DS., 20.47-53.1 ; Paus., 1.6.6 ; Polyen, 4.7.7), et juste après l’échec de l’offensive contre l’Égypte, en 306 (Plut., Dém. 19.1-3 ; DS., 20.74-76 ; Paus., 1.6.6).

Devenu un archétype de l’histoire militaire, le siège de la ville est longuement rapporté par Diodore de Sicile au livre 20 de la Bibliothèque Historique, en deux séquences (DS., 20.82-88 et 91-100), beaucoup plus brièvement par Plutarque (D...

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540