Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les miroirs du silence

 | 
Patrick Bourgalais

Troisième partie. La logique assistancielle (1878-1934)

Chapitre IX. De la différence à la déficience

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le rapprochement médico-éducatif identifié, à la veille de la Première Guerre mondiale, dans les établissements d’éducation de sourds-muets de l’Ouest, révèle les mutations en cours de la société. La logique économique croissante, en terme d’assurances et de garantie du corps social qui s’inscrit dans la politique d’assistance de la République, est alors prête à détrôner l’impératif de bienfaisance dans l’entre-deux-guerres. Toutefois, l’ajustement ne se traduit pas par un monopole de l’État.

La Grande Guerre

2La mobilisation d’une partie du personnel enseignant ainsi que la conversion des locaux en hôpitaux militaires obligent les établissements d’éducation à réduire les activités des institutions d’éducation de sourds-muets pendant la Grande Guerre. Lors des vacances d’août 1914, toutes les institutions d’éducation de l’Ouest sont transformées en hôpitaux militaires. De fait, les autorités militaires prennent la direction des établissements.

La réquisition des institutions d’éducation de sourds-muets

  • 1 A.D.L.A., 2 X 485 : Rapport du directeur de la Persagotière de Nantes adressé au préfet de la Loir (...)
  • 2 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, lettre de (...)

3Dès le 3 août, jour où l’Allemagne déclare la guerre à la France, l’établissement de la Persagotière de Nantes devient l’hôpital militaire complémentaire n° 6 à la suite d’un accord passé entre le médecin, inspecteur général, Fournier, directeur du service de santé de la XIe région militaire, et le préfet de la Loire-Inférieure Tallon, avec l’assentiment du président du conseil général Jamin1. Les élèves nantais étant en vacances au mois d’août, il suffit d’une dizaine de jours pour procéder aux différents travaux d’aménagements : adduction de l’eau de la ville, installation d’une salle de bain et de sanitaires, pose de becs et de fourneaux à gaz. Un premier contingent de 80 hommes y est admis dès le 25 août. Pendant 15 mois, l’institution de la Persagotière se transforme en un centre de grande chirurgie placé sous la direction du médecin-major, Alglave, chirurgien des hôpitaux de Paris et professeur agrégé de la faculté de médecine de Paris. Pendant ces 15 mois, 3 995 militaires font un séjour à la Persagotière ; 1 775 y sont opérés. Les bâtiments étant réquisitionnés pour les militaires blessés, les élèves sourds-muets ne peuvent plus, par conséquent, réintégrer les institutions à la rentrée d’octobre 1914 ; les cours sont également suspendus dans tous les établissements de l’Ouest. Les élèves sont donc contraints à rester dans leur famille ou à être placés chez des proches. Quant aux quelques élèves sans famille, ils sont autorisés à passer l’année 1915 dans les institutions comme en témoignent les deux élèves restés à Rillé-Fougères2.

4Mais au bout d’une année, la perspective d’un conflit de longue durée modifie l’organisation générale de l’hospitalisation des blessés de la guerre et entraîne une diminution sensible du nombre de soldats blessés dans les institutions d’éducation de sourds-muets. Par ailleurs, les familles de sourds-muets réclament la réouverture de centre d’accueil pour leurs enfants :

  • 3 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, lettre de (...)

« Les parents demandent instamment que nous reprenions leurs enfants dont les classes sont interrompues depuis de longs mois. Les élèves, eux aussi, ne pouvant entrer dans les écoles d’entendants, témoignent le plus vif désir de reprendre leur classe à la prochaine rentrée du mois de septembre3. »

5Par ailleurs, si la guerre est amenée à se prolonger, nombre de ces élèves seront privés de toute instruction, hypothéquant définitivement leur inscription dans la société :

  • 4 A.C.C.R. : Ibid., 18 juillet 1915.

« Nous avons fait connaître à M. le Major-chef des Hôpitaux Militaires de Fougères, la situation spéciale de cette classe d’enfants, qui, plus que d’autres, ont besoin d’instruction et, partant, d’un local suffisant pour les recevoir4. »

  • 5 A.D.C.A., 1 X 95 : Délibération du conseil général des Côtes-du-Nord, liste des sourds-muets placé (...)

6Enfin, la fermeture des institutions nationales, dont beaucoup de professeurs ont été mobilisés sur le front, a pour effet d’accroître les enfants sans instruction dans les départements de l’Ouest. C’est le cas des quatre élèves des Côtes-du-Nord5 placés à Paris et Bordeaux :

  • 6 A.D.C.A., 1 X 96 : Délibération du conseil général des Côtes-du-Nord, intervention du conseiller g (...)

« Il est vraiment incompréhensible que des institutions de première nécessité comme celles-là aient été fermées et que l’État prive ainsi tant d’enfants des bienfaits de l’instruction, bienfaits les plus précieux après la nourriture6. »

  • 7 A.D.L.A., 2 X 485 : Lettre du médecin inspecteur général Fournier, directeur du service de santé d (...)
  • 8 A.D.C.A., 1 X 96 : Lettre du sous-directeur de l’institution de Saint-Brieuc, François Bourdonnais (...)
  • 9 A.D.Ma., X 1793 : Lettre de la directrice de l’institution de Laval adressée au préfet de la Mayen (...)

7En conséquence, tous les établissements de l’Ouest réclament auprès du ministère de la Guerre une autorisation d’ouverture au cours de l’été 1915. C’est ainsi que le directeur de l’institution de Nantes demande que 25 des 210 lits alloués aux soins des militaires blessés soient attribués aux élèves sourds-muets7. Leur démarche reçoit le soutien des conseils généraux soucieux de l’avenir social des sourds-muets. Au mois d’août 1915, le ministère de la Guerre autorise l’accueil d’élèves dans les institutions qui le souhaitent. À Saint-Brieuc, les responsables de l’institution sollicitent le concours de la préfecture des Côtes-du-Nord pour avertir les communes du département de la reprise des cours8. Il faudra, toutefois, attendre le 2 octobre 1916 pour voir les classes ouvrir à nouveau à l’hôpital Saint-Louis de Laval9 :

  • 10 A.C.C.N.D. : Lettre de sœur Marie Masserot adressée à la mère supérieure de la communauté d’Évron, (...)

« Les parents nous écrivent, ils sont heureux de nous ramener les sourds-muets. Nos sœurs travaillent aux nettoyages et remettent tout à place, ce ne sera que juste fini pour la rentrée10. »

  • 11 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, notes adr (...)

8Mais l’accueil des élèves se réalise dans des conditions difficiles. En effet, la plupart du temps, ce sont des locaux inutilisés par le personnel hospitalier, inadaptés à l’enseignement, qui sont mis à la disposition des enseignants. À Rillé-Fougères, si le quartier des garçons n’a pas été réquisitionné, les jeunes filles sont contraintes de disposer de classes et de dortoirs dans un local étroit et peu propice à l’enseignement oral. Aussi, les conditions d’admission des élèves sont bouleversées. Malgré tout, les institutions d’éducation de l’Ouest retrouvent en grande partie leurs effectifs, dès 1916. Ainsi, l’institution fougeraise accueille-t-elle 66 élèves à cette date contre 71 en 191411.

La Persagotière : un centre de rééducation des mutilés de guerre

  • 12 A.D.L.A., 2 X 485 : Lettre du médecin inspecteur général Fournier, directeur du service de santé d (...)

9Toutefois, ce ne sont pas tant les perturbations induites par le conflit qui nous préoccupent que les conséquences de la cohabitation imposée entre le personnel médical et le personnel enseignant. L’institution nantaise de la Persagotière constitue l’exemple le plus symbolique de la rencontre entre deux logiques jusque-là éloignées : celle de l’inadapté scolaire et celle du malade. En effet, l’institution de la Persagotière n’a pas obtenu l’autorisation d’ouvrir des classes en octobre 191412. Le médecin-major Victor Texier, médecin chef de l’hôpital, mais également chef de service oto-rhino-laryngologie de l’Hôtel-Dieu de Nantes, propose alors au général Fournier, directeur du service de santé de la XIe région militaire, de créer à l’hôpital ambulant de la Persagotière, une annexe du service ORL, à partir d’octobre 1915. Il compte installer un centre de rééducation pour les sourds-muets, les aphones et les bègues de la guerre. Une circulaire du sous-secrétaire d’État du service de santé militaire de la guerre, Justin Godard, répond favorablement au projet nantais. Dès le 18 décembre 1915, l’institution de la Persagotière ouvre officiellement un centre de rééducation pour les mutilés de guerre. Pour assurer le fonctionnement du centre, le médecin-chef Texier fait appel aux professeurs de la Persagotière dont les compétences lui sont connues puisqu’il a été membre de la commission de surveillance de l’établissement pendant plusieurs années. Plusieurs professeurs de la Persagotière, non mobilisés à cause de leur âge, sont désignés pour mettre leur compétence au service du centre de rééducation. Trois autres professeurs – Étienne Coissard, Jean Bausson et Auguste Loiseau – mobilisés, sont rappelés pour compléter l’équipe pédagogique. Les cas traités étant nouveaux pour tous les membres du centre, les professeurs de sourds-muets comme les médecins sont dans l’obligation de mettre au point de nouvelles techniques de rééducation :

  • 13 A.C.S.G. : É. Coissard, « Histoire de l’Institution départementale des sourds-muets et aveugles de (...)

« Les conditions dans lesquelles se poursuit la guerre, et surtout à cause de la quantité d’énorme artillerie, occasionnent chez un certain nombre de soldats des surdités parfois totales, mais le plus souvent partielles. Les déchets du traitement médical et chirurgical à surdités rebelles totales ou partielles étaient réunis dans ces centres spéciaux et confiés aux professeurs de sourds-muets13. »

10Assez rapidement, ils parviennent à concilier le savoir-faire éducatif avec les techniques médicales. En juillet 1916, une conférence organisée à l’initiative du directeur du service de santé de la XIe région, Fournier, contribue à faire connaître les travaux des enseignants auprès du corps médical régional. L’objectif de la réunion est de présenter le fonctionnement des trois cours de rééducation placés sous la direction du docteur Liébault, nouveau médecin chef de l’hôpital, en remplacement du docteur Texier parti sur le front, en avril 1916. La lecture sur les lèvres a été confiée à Guillaume Plane, la rééducation auditive à Jean Bausson, et le cours d’orthophonie à Étienne Coissard et Auguste Loiseau. La conférence se déroule devant 40 médecins chefs des hôpitaux de la région. Elle donne l’occasion aux professeurs de la Persagotière de se distinguer devant un parterre de professionnels de la santé. Des démonstrations de rééducation sont à cette occasion réalisées.

11En 1917, les médecins tiennent un congrès national à l’exposition médicale du Petit Palais, à Paris. Étienne Coissard est spécialement invité à participer à l’événement. En effet, les instruments mis au point par le professeur de la Persagotière, soit pour la rééducation auditive, soit pour la phonation, soulèvent l’intérêt du corps médical. Il présente également des tableaux synoptiques destinés à faire connaître les résultats de ses cours d’orthophonie. Parmi les nombreux appareils présentés, le gouvernement s’intéresse de près au spiromètre, instrument enregistreur destiné à mesurer le volume d’air expiré des patients. Un exemplaire est même sollicité par les pouvoirs publics pour être exposé dans le musée de l’Armée. De nombreuses autres inventions du professeur nantais retiennent l’attention des médecins tels que le spiroscope, le thoracimètre à cadran, le ductophone, le labio et glasso dynamomètre ou le sphyggo-dynamomètre. Les travaux menés par les professeurs de la Persagotière sont dès lors reconnus et légitimés par le corps médical comme le souligne l’éloge adressé par le médecin inspecteur général, Fournier, de Bordeaux, à la fin de la guerre :

  • 14 A.C.S.G. : É. Coissard, « Histoire de l’Institution départementale des sourds-muets et aveugles de (...)

« La Persagotière a été pendant ces trois dernières années un foyer rayonnant de générosité et de dévouement. Les maîtres qui l’ont dirigé ont été si prodigues de leur enseignement et de leur bonté que les malheureux hospitalisés désemparés à leur entrée en sont venus à renaître systématiquement à l’espérance et à la joie de vivre. […] Il s’en faut que l’œuvre de la rééducation spéciale ait été poursuivie partout en France avec le même succès. On la gardera sans doute en fin de guerre dans le compte moral des entreprises du service de santé14. »

  • 15 E. Coissard et G. Plane, La lecture sur les lèvres et les sourds de guerre, cours de rééducation, (...)

12En collaboration avec l’équipe médicale, Étienne Coissard assure des cours de lecture labiale et d’orthophonie. C’est ainsi qu’il publie, en 1917, avec le docteur Liébault un ouvrage médical qui marque une étape importante dans le développement des connaissances sur la rééducation orthophonique : Les Aphones pendant la Guerre, notre traitement rééducateur. Par ailleurs, Étienne Coissard continue à inventer de nouveaux appareils de rééducation pour les aphones, bègues et sourds comme le chrono-pneumo-mètre qui donne la longueur de l’expiration et la puissance du souffle. Rapidement, des brochures sont publiées pour faire connaître les avancées réalisées dans la connaissance de ces disciplines15. Ces opuscules techniques témoignent de l’effort commun réalisé par les deux communautés pour soigner les mutilés de la guerre. Mais surtout, ces recherches ont des retombées directes pour l’éducation des sourds-muets. En effet, la technologie de phonétique expérimentale mise au point par Étienne Coissard est également applicable aux élèves sourds-muets. Et certaines inventions rencontreront même un vif succès auprès des enfants pendant plusieurs décennies au sein de l’établissement. C’est le cas de la règle creuse et mobile nécessitant l’usage d’une petite balle de celluloïd destinée à fortifier leur souffle tout en étant ludique. On peut également citer le graduateur mobile dont l’objectif est d’éteindre une bougie tout en stimulant l’expiration de l’élève.

Les cours de rééducation

  • 16 A.C.S.G. : É. Coissard, « Histoire de l’Institution départementale des sourds-muets et aveugles de (...)

13Pendant tout le conflit, l’efficacité des différents cours de rééducation développés au sein des établissements se mesure essentiellement à l’aune du nombre de soldats jugés aptes à retourner au front. À la Persagotière de Nantes, les taux de réussite sont de 82,8 % pour les aphones, 65,7 % pour les bègues, 64,5 % pour les muets, 35 % pour la rééducation auditive et 86,3 % pour la lecture sur les lèvres pour les sourds16.

14Mais au-delà de l’aspect quantitatif, c’est l’impact du développement des cours de rééducation sur l’éducation des sourds-muets qui focalise notre attention. En effet, ils introduisent une démarche scientifique qui s’inscrit peu à peu dans les écoles dans l’entre-deux-guerres. D’une part, la collaboration imposée par le contexte de guerre fait cohabiter et travailler ensemble pendant quatre années, deux mondes qui, dans l’Ouest, se sont longtemps ignorés. De nouvelles relations se nouent et deux champs distincts se dessinent au sein des établissements. Les médecins se chargent d’établir les diagnostics des sujets présentés et de définir le traitement approprié. Les professeurs se chargent de rééduquer, d’apporter une réponse aux sujets que les médecins leur confient. C’est le cas avec les muets. Ainsi, il existe trois catégories cliniques de muets : les amnésiques qui sont muets par trouble de la mémoire de la parole, les sensoriels qui ont eu des troubles du langage, de l’ouïe à un moment quelconque comme par exemple des soldats qui perdent connaissance suite à un éclatement d’obus et qui, réveillés, se rendent compte que l’ensemble de leurs appareils sensori-moteurs ont été atteints, et enfin, ceux dont on constate que les muscles qui concourent à la phonation ne fonctionnent pas, c’est-à-dire des troubles mécaniques. Si les deux premiers cas relèvent de la médecine, le troisième est du ressort du professeur d’orthophonie. Ce dernier s’appuie alors sur une éducation respiratoire (kinésithérapie du poumon, respiration abdominale et gymnastique des muscles respiratoires), un traitement des résonateurs (les lèvres, les muscles faciaux sont assouplis par des mouvements et des massages) et une éducation laryngée destinée à bien placer la voix, à obtenir une bonne émission de sons.

  • 17 J. Bausson, La Rééducation auditive à la Persagotière (pendant la guerre de 1914-1918), la Persago (...)

15D’autre part, les diagnostics des médecins permettent de proposer une réponse curative appropriée aux différents cas présentés. La réponse n’est plus collective mais individuelle. C’est le cas des sourds. Aux surdités partielles, on propose la rééducation auditive tandis qu’aux soldats totalement sourds, on leur apprend à lire sur les lèvres. La rééducation auditive cherche à étendre la distance à laquelle la perception auditive a lieu « en exerçant les malades à percevoir les sons, à les analyser, à les grouper ensuite pour arriver à reconnaître les éléments du langage17 ». Les restes d’audition sont donc développés en excitant la vitalité des centres auditifs par des massages sonores ou vibratoires, en fortifiant les muscles par des massages externes ainsi que la pratique d’une gymnastique auriculaire. Enfin des exercices vocaux sont proposés soit avec l’aide d’appareils, soit à la voix nue dosée, pour habituer le sourd à écouter, à entendre et à comprendre. Toutefois, on ne peut que très rarement faire recouvrir l’intégrité de l’audition d’où des résultats modestes en ce domaine. En outre, l’état des connaissances des phénomènes relatifs aux sons de la parole est encore loin d’être maîtrisé à la fin de la guerre comme le remarque Hector Marichelle, professeur à l’institution nationale de Paris, en décembre 1918 :

  • 18 H. Marichelle, « La rééducation auditive et les lacunes de son organisation », Revue de l’enseigne (...)

« Si l’on veut se faire une idée de l’état actuel de la question, relativement aux théories de la parole, on n’a qu’à parcourir la collection des articles consacrés depuis une quinzaine d’années aux précédents appareils et aux travaux dont ils dérivent, dans les revues scientifiques, y compris les journaux d’otologie. Personne ne cherche à vérifier les affirmations qui se croisent en tout sens ; on admet successivement les théories les plus diverses, les faits les plus hétéroclites, même lorsqu’ils sont exclusifs les uns des autres18. »

  • 19 G. Plane, La lecture sur les lèvres et les sourds de la guerre (cours de rééducation), Nantes, Mel (...)

16La rééducation labiale s’adresse aux sourds complets. On remplace l’ouïe par la vue, les ondes sonores par l’analyse des mouvements des organes producteurs du son. La méthode pour enseigner la lecture sur les lèvres aux sourds de la guerre est identique quant à ses principes à celle qu’on emploie dans les institutions d’éducation de sourds-muets. Mais elle se différencie quant à son application. En effet, l’élève sourd-muet s’initie à la lecture sur les lèvres au fur et à mesure qu’il apprend à parler. « Il ne prononce pas une lettre une syllabe, sans qu’aussitôt, on le lui en fasse observer les signes extérieurs, l’image buccale19. » Tel n’est pas le cas du sourd de guerre qui a conservé ou recouvré une parole normale. Il convient seulement de lui faire observer la seconde partie du programme d’où des résultats assez satisfaisants et rapides. La plupart du temps, un mois et demi suffit à la plupart des soldats pour maîtriser l’art de la lecture sur les lèvres.

17Finalement, la culture scientifique accompagne toutes les étapes de la rééducation. Le traitement des aphones de la guerre en est la parfaite illustration. Dans un premier temps, le médecin établit un bilan sur la lésion présentée. Les constatations sont notées sur une fiche individuelle. On y inscrit donc la nature de l’aphonie mais également les différents modes de respiration, l’émission du son et le fonctionnement des résonateurs (cavité buccale, pharynx et nez). La fiche servira de base et de comparaison pour le traitement ultérieur. On procède ensuite à de multiples mesures qui figureront sur la fiche d’observation : la capacité respiratoire au moyen de spiromètres ou la force du souffle et la longueur de l’expiration au moyen de chrono-pneumo-mètres. Enfin, la radioscopie permet d’avoir un tracé du fonctionnement du diaphragme pendant l’inspiration et l’expiration. Les institutions se dotent alors d’outils d’évaluation fiables pour établir le plus précisément possible les diagnostics. Ainsi, suite à l’étude et l’observation de plusieurs dizaines de bègues sur l’écran des rayons X, le médecin chef Liébault propose un traitement pour diparésier le diaphragme par la respiration abdominale ou diaphragmatique.

18Les répercussions de la Première Guerre mondiale sur l’éducation des sourds-muets ne sont donc pas seulement d’ordre conjoncturel. En transformant les institutions d’éducation de sourds-muets en hôpitaux militaires, les pouvoirs publics multiplient et développent le champ d’intervention des médecins au sein des écoles. En faisant largement appel à la lecture sur les lèvres ainsi qu’à la rééducation des troubles auditifs et de la parole des blessés militaires, la Grande Guerre marque la confluence de préoccupations médicales et d’intentions pédagogiques, ce qui contribue à renouveler les savoirs sur l’approche de l’éducation des élèves sourds-muets.

Une crise sociale et économique

19Toutefois, les avancées tardent à s’inscrire au lendemain de la Grande Guerre. En effet, d’autres priorités s’imposent aux responsables d’institutions d’éducation de sourds-muets. Le conflit ainsi que le contexte économique et social d’après-guerre ont, plongé de nombreuses familles de sourds-muets dans un profond désarroi tant matériel que moral.

Une misère sociale accrue

  • 20 A.D.I.V., X 298 : Demande de bourse adressée au conseil général d’Ille-et-Vilaine, lettre du maire (...)
  • 21 A.D.I.V., X 298 : Demande de bourse adressée au conseil général d’Ille-et-Vilaine, lettre du maire (...)
  • 22 A.D.I.V., X 298 : Demande de bourse adressée au conseil général d’Ille-et-Vilaine, lettre du maire (...)

20L’analyse statistique des différents groupes socioprofessionnels des familles de sourds-muets de Rillé-Fougères confirme la présence d’une population en grandes difficultés entre 1915 et 1924. C’est ainsi que les enfants d’exploitants agricoles représentent la moitié de l’effectif de l’institution fougeraise (53, 1 %). Mais les certificats de non-imposition et d’indigence qui accompagnent les demandes de bourses permettent d’affirmer que, pour une grande majorité d’entre eux, il s’agit de modestes paysans proches de la misère. C’est le cas de Constant G., cultivateur à Mézières-sur-Couësnon, qui, veuf, ne « possède que très peu de ressources et qu’il peut être considéré comme indigent, étant donné qu’il est père de 4 enfants en bas-âge20 ». Certains petits fermiers sont même dans une situation sociale proche des journaliers (10,1 %). À une époque où les revenus deviennent de plus en plus incertains pour les hommes payés à la journée, la survie économique d’une famille nombreuse à l’image de celle de Prosper G. de Billé et de ses 6 enfants âgés de 4 à 16 ans, constitue bien souvent un défi difficile à relever21. D’autre part, de nombreuses familles ont été contraintes de s’endetter pour pallier au départ des chefs de famille au front pour continuer à exploiter les fermes. L’emprunt dans le milieu rural est d’autant plus une source de gêne que bon nombre de ces petits agriculteurs louent l’exploitation familiale. Enfin, le séjour prolongé dans les tranchées continue à hypothéquer la destinée des exploitations après la fin de la guerre. Nombreux sont les chefs de famille à souffrir de séquelles physiques et psychiques qui les handicapent dans leur travail comme Henri M. de Villamée, qui, après huit années passées sous les drapeaux, est revenu perclus de rhumatismes. Il ne peut plus assurer l’exploitation de sa ferme22.

  • 23 A.M.R. : Demande de bourse adressée au conseil municipal de Rennes, 10 mars 1919.

21Le milieu urbain a également souffert de la Première Guerre mondiale. Or, la présence d’élèves originaires de la ville tend à s’accroître dans l’institution fougeraise. Ainsi, un quart de l’effectif total de l’école fougeraise est originaire des quartiers populaires de Saint-Malo, Saint-Servan, Fougères ou Vitré. Bien que Rennes ne soit pas une ville industrielle, la municipalité fournit le plus gros contingent de l’institution : 1 élève sur 8. Les familles ouvrières (15,2 %) proviennent en grande majorité du monde du chemin de fer (manœuvres, ajusteurs, lampistes), des petites industries modernes ainsi que de l’arsenal de Rennes. Les petits commerçants et les artisans (16,5 %) tiennent, pour la plupart, de modestes boutiques et ateliers qui s’adressent à la population des faubourgs ouvriers des villes. Ils sont cabaretiers, débitants de boissons, boulangers, coiffeurs ou bourreliers. Toute une famille élargie, parfois au-delà du couple conjugal, travaille autour de ce petit négoce. C’est le cas de Marie Rose L. qui exploite un petit commerce d’épicerie, rue Saint-Hélier, à Rennes. Elle en dégage un petit bénéfice de 100 francs par mois qui lui permet de vivre modestement et de venir en aide à ses parents âgés : 30 francs par mois23.

  • 24 A.M.R. : Demande de bourse adressée au conseil municipal de Rennes, 19 septembre 1919.

22La faiblesse des revenus interdit également tout accès à l’éducation comme pensionnaire libre. Ainsi, en 1919, un manœuvre de l’Arsenal de Rennes, Louis D., gagne 12 francs par jour pour 10 heures de présence, 6 jours par semaine24. Les gains de son épouse, qui travaille pour la confection militaire, s’élèvent à 2,50 francs à 3 francs par jour. Malgré ces rentrées d’argent régulières, sans autres ressources, ils sont dans l’incapacité de dégager chaque année, les 500 francs nécessaires pour payer les frais d’entretien annuels de leur garçon sourd-muet auquel il faut ajouter les frais de trousseau. Par ailleurs, l’inflation galopante d’après-guerre empêche toute épargne. Les familles restent donc sous l’emprise de la nécessité immédiate. Elles vivent, au jour le jour, menacées en permanence par la perspective du chômage. Enfin, les mobilisations des chefs de famille pendant le conflit, ont laissé bien souvent les familles dans le désarroi. La lettre d’une mère de famille de Bonnemain, dont le mari, ouvrier forgeron, est parti au front depuis le commencement de la guerre, souligne parfaitement les effets de ce départ sur la vie quotidienne du foyer :

  • 25 A.D.I.V., X 298 : Demande de bourse adressée au conseil général d’Ille-et-Vilaine, lettre de Victo (...)

« Nous n’avions pour vivre avant la guerre que le travail de mon mari et nous sommes quatre personnes à la maison. Aujourd’hui, nous vivons de l’allocation que nous fournit le gouvernement. C’est vous dire clairement, monsieur le préfet, qu’il nous est impossible de payer la pension de Maria à Rillé25. »

23Des secours sont bien proposés aux familles défavorisées : inscription des enfants sur les listes d’assistance médicale gratuite des communes, admission aux allocations des familles nombreuses. Toutefois, ces aides restent limitées. Si la plupart des foyers parviennent, en période normale, à équilibrer leurs budgets, les phases économiques dépressives comme celle de la guerre et de l’après-guerre les plongent directement dans la misère. C’est le cas notamment des hommes payés à la journée. Le travail devenant irrégulier, les rentrées d’argent se raréfient. Dès lors, l’accident, la longue maladie ou l’infirmité prennent des allures de catastrophe pour les familles et les font basculer dans l’indigence :

  • 26 A.M.R. : Demande de bourse adressée au conseil municipal de Rennes, lettre de Jean-Marie M., 26 oc (...)

« Employé à la gare de l’État quand mon état me permet de travailler, je ne puis être occupé qu’à des travaux légers, car ma santé, ruinée par la maladie, m’oblige à rester fréquemment à la maison. Ainsi depuis plus d’un mois je suis arrêté, alité pour ainsi dire et pendant ces chômages je ne reçois pas de salaire. La misère est donc bien grande dans mon ménage, car les quelques sous que peut gagner ma femme dans les courts instants dont elle peut difficilement disposer en dehors des soins de ses enfants et du logement ne suffisent même pas à payer notre pain26. »

24L’implantation des familles rennaises est d’ailleurs assez évocatrice de l’univers de ces enfants. Les rues de Saint-Malo, de Nantes, de Brest ou de Saint-Hélier présentent toutes le même spectacle de conditions de vie misérables, d’habitat anarchique, d’insalubrité quasi-générale, cadre idéal aux maladies. Ces quartiers sont surpeuplés d’ouvriers, de manœuvres et d’artisans. Dans les rues populaires du centre-ville et de la basse ville, la distinction sociale s’opère selon les étages comme dans la rue Saint-Georges, à Rennes, où les enfants sourds-muets sont élevés sous les toits ou au domicile du maître de leur mère quand celle-ci est cuisinière ou domestique (1,5 %). Il est à noter que la quasi-totalité de ces enfants vivent avec leur mère seule.

25En effet, le lourd tribut humain payé à la guerre accroît le nombre de familles monoparentales. Entre 1915 et 1924, un élève sur cinq de l’institution fougeraise se trouve dans cette situation. Souvent veuves, les mères de famille élèvent leurs enfants avec leurs seules ressources. C’est le cas de Clémentine J., débitante de boissons à Fougères, qui a la charge de 4 enfants en bas âge :

  • 27 A.D.I.V., X 298 : Demande de bourse adressée au conseil général d’Ille-et-Vilaine, lettre de la di (...)

« Bien que cet enfant soit au-dessous de l’âge réglementaire pour être admis boursier, nous consentirons à le recevoir à notre institution de Rillé, vu la situation exceptionnellement intéressante de la mère et de l’enfant. Cette femme, veuve, chargée de 4 enfants (le mari a été tué à la guerre) est continuellement dans les transes au sujet de son petit sourd-muet ; sa maison se trouve près d’une cour où des soldats s’occupent à soigner des mulets27. »

  • 28 A.M.R. : Enquête du commissariat central de Rennes, 10 avril 1918.
  • 29 A.D.I.V., X 298 : Demande de bourse adressée au conseil général d’Ille-et-Vilaine, lettre de la mè (...)

26Pour ces femmes, la situation est bien souvent désespérée. Ainsi, la mère de Germaine R., veuve, élève cinq enfants avec ses maigres revenus de femme de ménage. Elle travaille chaque jour 3 heures, à 0,40 francs l’heure. Une fois par semaine, elle est occupée une journée entière et elle gagne à peine 3 francs28. Son loyer s’élevant à 80 francs, elle peut difficilement envisager de payer la pension de 500 francs pour sa fille sans le secours du département : « Vous me rendrez grand service aussi pour le trousseau car elle n’a qu’une robe usagée29. » Pour ces femmes, l’exclusion n’est jamais bien loin :

  • 30 A.D.I.V., X 298 : Demande de bourse adressée au conseil général d’Ille-et-Vilaine, lettre du maire (...)

« Je vais être obligé de faire hospitaliser prochainement une pauvre femme, mère de 4 enfants et qui attend un cinquième dans deux ou trois semaines. Son mari est mort il y a trois mois : elle est dans la misère la plus profonde. J’ai pu placer, pour la durée de l’hospitalisation trois des enfants chez des personnes charitables qui ont bien voulu s’en charger, mais personne ne veut accepter la quatrième. Cette dernière est une petite fille sourde-muette âgée de 7 an30. »

  • 31 A.D.I.V., X 298 : Demande de bourse adressée au conseil général d’Ille-et-Vilaine, délibération du (...)
  • 32 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, lettre ad (...)

27Les orphelins frappent de plus en plus aux portes des institutions. C’est ainsi qu’en 1916, un cultivateur de Bazouges-la-Pérouse sollicite l’admission d’un de ses petits-fils sourd-muet, Louis M., à l’institution de Rillé. Il a en charge les trois enfants de son gendre, tué dans les premiers combats en novembre 1914, et de sa fille, décédée un an après31. À partir de 1917, l’admission de pupilles de l’Assistance publique devient régulière dans l’institution fougeraise32. Au lendemain de la guerre, hormis quelques élèves issus de familles de propriétaires – rentiers, de professions libérales ou de hauts-fonctionnaires (3,6 %), l’immense majorité des familles de sourds-muets se trouve dans l’incapacité totale de payer la moindre pension pour éduquer leurs enfants sourds-muets.

Un afflux d’élèves

28Si la population scolaire des établissements de l’Ouest est restée relativement stable dans la première décennie du xxe siècle, on assiste à une nette progression des effectifs au lendemain de la Grande Guerre : de 518 élèves en 1910 à 614 en 1920. Le phénomène devient alors perceptible dans les institutions d’éducation dès la fin de l’année 1917 :

  • 33 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, lettre ad (...)

« Nous avons aussi, depuis quelques années surtout, […] un bon nombre d’enfants devenus sourds-muets par maladies, et dont la santé est débile. Nous comptons actuellement plus d’un tiers de nos élèves qui ont perdu l’ouïe, et par suite la parole, par méningites, fièvres, convulsions nerveuses, etc. Et nous devons nous attendre à voir ce nombre augmenter encore, étant donné que beaucoup de pauvres familles ont souffert cruellement pendant la guerre33 ! »

  • 34 A.D.L.A., 2 X 485 : Lettre du directeur de l’institution de Nantes adressée au préfet de la Loire- (...)
  • 35 A.D.L.A., 2 X 485 : États récapitulatifs des élèves sourds-muets et aveugles, 23 juillet 1920 et 1 (...)

29Toutefois, au début des années 1920, le phénomène se stabilise comme le confirme l’exemple de l’institution de Rillé-Fougères : 63 élèves en 1917,75 en 1918, 82 en 1919, 88 en 1920 et 80 en 1922. À Nantes, l’arrivée de nouveaux élèves est d’autant plus significative que l’institution d’éducation des sourds-muets de la Persagotière est restée fermée pendant près de 5 années. Aussi, dès sa réouverture, en 1919, ils sont 76 élèves à fréquenter les bancs de la Persagotière34. Assez rapidement, les effectifs augmentent : 92 élèves en 1920 puis 111 en 192135.

La crise monétaire d’après-guerre

30Mais l’afflux de ces élèves pose de sérieux problèmes aux responsables d’établissements. Dès l’été 1918, les institutions d’éducation de sourds-muets de l’Ouest réclament les locaux réquisitionnés pour pouvoir répondre aux nombreuses demandes d’admission d’élèves :

  • 36 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, lettre ad (...)

« Nos enfants sourds-muets, tous internes, garçons et filles, 35 garçons d’un côté et 30 jeunes filles de l’autre. Ils viennent de rentrer de vacances et leurs parents, pauvres pour la plupart, ont déjà fait des dépenses de voyage coûteux pour leurs petites bourses. Ils ne sont pas en état de renouveler pareilles dépenses pour remmener leurs enfants dans leurs familles et les faire parvenir dans un mois. […] Plusieurs de nos enfants n’ont pas de famille chez qui les envoyer, nous les gardons, même pendant les vacances36. »

31Dans l’attente de l’évacuation des locaux par les militaires, l’accueil des élèves dans les institutions se réalise, au premier chef, dans des conditions précaires d’hébergement.

  • 37 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, courrier (...)

32C’est ainsi que l’avis officiel de l’évacuation de l’ambulance n° 29, installée dans l’institution de Rillé-Fougères, n’arrive qu’en février 191937. Par ailleurs, des réparations et des transformations sont nécessaires pour rendre les lieux à leur première destination : l’éducation spécialisée. Il faut donc attendre la rentrée scolaire 1919-1920 pour assister à un retour à la vie normale dans les institutions d’éducation de sourds-muets comme en témoigne la lettre de la directrice de l’institution de Rillé adressée au préfet d’Ille-et-Vilaine pendant l’été 1919 :

  • 38 A.D.I.V., X 298 : Lettre de la directrice de l’institution de Rillé-Fougères adressée au préfet d’ (...)

« Maintenant, nous pouvons recevoir tous les enfants qui nous sont présentés. Nos classes, nos dortoirs sont dans les meilleures conditions possibles. Il en est de même du réfectoire et des cours38. »

  • 39 A.D.L.A., 2 X 485 : Rapport du directeur de l’institution de la Persagotière de Nantes au préfet d (...)
  • 40 A. Sauvy, « Les variations des prix », Histoire économique de la France entre les deux guerres, de (...)

33Si le 11 février 1919, à Nantes, l’établissement a effectivement ouvert à nouveau ses portes aux élèves sourds-muets, il faut toutefois attendre le départ des derniers soldats du centre de rééducation, en avril, pour voir l’institution reprendre un fonctionnement normal. Mais la reprise s’annonce difficile tant pour les élèves que pour les enseignants. En effet, beaucoup d’adolescents reprennent le chemin de l’école après avoir fréquenté l’usine ou les ateliers pendant plusieurs années. Quant aux plus jeunes, les conditions difficiles d’éducation obligent le personnel à réduire le programme éducatif à « l’enseignement de la parole et des premiers éléments du langage39 ». Mais le problème majeur auquel sont confrontées toutes les institutions d’éducation, réside dans la situation de l’économie française soumise aux turbulences monétaires entre 1919 et 192440. L’inflation déstabilise à nouveau les fragiles équilibres budgétaires des institutions d’éducation de sourds-muets. Les prix sont multipliés par 5 entre 1913 et 1926.

  • 41 A.C.C.S.M., R SM 4 : Lettre de la directrice de l’institution d’Angers adressée au préfet du Maine (...)
  • 42 A.D.M.L., X 528 : Délibération du conseil général du Maine-et-Loire, séance du 17 août 1920.

34Le contexte inflationniste contraint ainsi les établissements à augmenter chaque année le montant de leurs pensions. Les institutions d’éducation de sourds-muets de l’Ouest sollicitent de plus en plus les assemblées départementales pour les aider à surmonter cette crise financière. Si pendant la guerre, le conseil général du Maine-et-Loire avait pris une mesure transitoire sous la forme d’une indemnité de vie chère « le temps que durera la crise économique41 » pour aider l’établissement d’Angers, celle-ci s’envole à partir de 1920, passant de 50 francs à 350 francs42. En moins de vingt ans, le montant des bourses et des pensions est multiplié par 3 dans tout l’Ouest. C’est ainsi que celui de l’établissement d’Angers passe que de 400 francs pour la période 1914-1918 à 700 francs en 1920-1921 puis à 1 200 francs entre 1926 et 1929.

35L’augmentation brutale des prix des aliments de première nécessité, en 1919 et en 1920, explique cette envolée du montant des bourses et des pensions :

  • 43 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, courrier (...)

« Nous avions espéré pouvoir attendre la fin de l’année scolaire, pour vous faire notre demande, mais nous nous voyons obligées de vous l’adresser dès maintenant, à l’occasion de la réunion prochaine du Conseil Général et de vous prier, Monsieur le Préfet et Messieurs, de bien vouloir porter à 700 francs, la pension annuelle de chaque boursier, ce qui revient à 2,12 francs par jour. Vous conviendrez facilement, Monsieur et Messieurs, que ce chiffre est à peine suffisant pour la nourriture quotidienne d’un enfant, surtout de nos jeunes gens de 13 à 15 ans, auxquels on ne peut refuser le pain ; beaucoup en consomment bien, un kilo par jour. Il leur faut aussi de la viande, des légumes, du beurre etc. Et vous savez, comme nous, combien tout cela est cher. […] Ces chers enfants [devenues sourds par maladies] ont nécessairement besoin de suralimentation, de différents fortifiants tels que sirops, huile de foie de morue, etc. qui sont toujours dispendieux43. »

  • 44 A.D.L.A, 4 X 485 : Lettre du directeur de l’institution de la Persagotière adressée au préfet de l (...)
  • 45 A.D.L.A, 4 X 485* bis : Rapport du directeur de l’institution de la Persagotière adressée au préfe (...)
  • 46 A.D.L.A, 4 X 485 : Lettre du directeur de l’institution de la Persagotière adressée au préfet de l (...)
  • 47 Ibid.

36Malgré les multiples augmentations du prix des pensions, les institutions départementales n’arrivent toujours pas à équilibrer leurs budgets. La combinaison de l’inflation et de l’augmentation des effectifs rend difficile la prévision et la maîtrise des dépenses. Des plans d’austérité sont alors mis sur pied dans tous les établissements de l’Ouest, dès les premières années de la décennie 1920. Ainsi apparaissent les mesures de restrictions à l’encontre des postes de dépenses les plus importants. C’est le cas de l’alimentation pour les internats. Toutes les opportunités pour alléger les factures sont saisies. C’est ainsi que l’institution de la Persagotière obtient du sous-secrétariat d’État aux finances, en 1920, l’autorisation de puiser à des prix modérés dans la liquidation des stocks américains de Montoir44. Mais la principale difficulté rencontrée par les responsables d’institution concerne la crise de recrutement du personnel d’encadrement. En 1920, le personnel de l’établissement départemental de la Persagotière dénombre 50 adultes pour 92 élèves : 15 professeurs et 14 employés auxquels il faut ajouter 8 professeurs et 13 employés externes. Les assemblées départementales proposent bien des indemnités de vie chère pour compenser l’inflation. Mais elles s’avèrent vite insuffisantes et les salaires prennent rapidement du retard sur les prix. Le directeur de l’institution de la Persagotière propose même « d’abandonner au personnel interne les produits de l’exploitation du jardin consommés dans l’établissement45 » pour garder ses employés. Malgré tous ces efforts, l’augmentation perpétuelle du coût de la vie mine l’équilibre financier des écoles. Pour les responsables d’établissement, il devient même « impossible désormais de lutter contre la force irrésistible du courant actuel46 ». Le directeur de la Persagotière cite l’exemple de la fourniture de viande pour illustrer ses propos. En un an, le prix unitaire passe de 5,75 francs à 7 francs le kilo ce qui occasionne pour ce seul poste alimentaire, une dépense supplémentaire de 30 000 francs soit 11 % du budget de l’institution. Or, l’école des sourds-muets et des aveugles ne dispose seulement que d’un budget de 3,20 francs par personne et par jour, frais de nourriture y compris, pour 245 personnes47.

  • 48 A.D.C.A., 1 X 96 : Lettre du directeur de l’institution de Saint-Brieuc adressée au préfet des Côt (...)
  • 49 A.D.C.A., 1 X 96 : Lettre du directeur de l’institution de Saint-Brieuc adressée au préfet des Côt (...)
  • 50 A.D.C.A., 1 X 96 : Délibération du conseil général de Loire-Inférieure, 1er octobre 1925.

37Dans certains cas, les chefs d’établissements sont contraints de se transformer en quêteur pour équilibrer les comptes. C’est le cas du directeur de l’institution de Saint-Brieuc, Jean-Marie Bidan, qui a emprunté la somme de 14 000 francs pour boucler l’année scolaire 1924-192548. Aussi, le conseil général vote-t-il une augmentation du montant des bourses départementales de 800 à 1 000 francs au cours de la session du conseil général d’avril 1925 avec effet rétrospectif à compter du 1er janvier 1925 : « Ce rappel me permettra d’acquitter une partie de la dette (7 000 francs) contractée chez mes parents et m’évitera l’ennui de la renouveler pour la troisième fois49. » Tous les établissements d’éducation de sourds-muets de l’Ouest affichent des budgets négatifs comme à Nantes, en 1925, où les recettes s’élèvent à 250 300 francs et les dépenses à 464 764 francs d’où un déficit de 214 464 francs. Ces déséquilibres financiers récurrents inquiètent de plus en plus les élus locaux. La session du conseil général de la Loire-Inférieure, en 1925, témoigne de la prise de conscience des autorités départementales des effets désastreux de la hausse constante des prix dans la gestion des institutions d’éducation : « Cette insuffisance de recettes ayant paru élevée, la commission a recherché les moyens de l’atténuer tout en sauvegardant le recrutement de l’école50. » Il faut dire que les budgets consacrés par les assemblées départementales aux institutions d’éducation de sourds-muets s’envolent. C’est le cas notamment en Ille-et-Vilaine où le budget alloué à l’établissement fougerais double en moins de 5 ans passant de 22 250 francs en 1919 à 39 500 francs en 1923 après avoir atteint 47 700 francs en 1921.

La bipolarisation de l’éducation des sourds-muets

  • 51 Tout chef de famille ayant à sa charge plus de trois enfants de moins de treize ans et disposant d (...)
  • 52 R. Talmy, Histoire du mouvement familial en France (1896-1939), Paris, Union nationale des caisses (...)

38Dès lors, les pouvoirs publics se doivent de réagir face à cette situation de crise sociale et économique qui secoue les institutions spécialisées. D’autre part, depuis la loi du 14 juillet 191351, la politique assistancielle de l’État a élargi son champ d’intervention à la famille et l’a même placée au cœur de son dispositif social et politique : « La famille nombreuse est un impératif du patriotisme ; tout citoyen doit à sa patrie au moins trois enfants52. » Aussi, la question du rattachement des établissements d’enseignement des sourds-muets au ministère de l’Instruction publique resurgit-elle dans les années 1920.

De nouveaux projets de réorganisation

  • 53 J.-F. Montès, « Des mutilés de guerre aux infirmes civils : les associations durant l’entre-deux-g (...)
  • 54 Devenu aveugle à 5 ans, Pierre Villey (1879-1933) a fait ses études au lycée Malherbe de Caen avan (...)

39Depuis les lois du 2 janvier 1918 et du 31 mars 1919, les « œuvres de guerre53 » se multiplient aux quatre coins de la France avec pour mission de réinsérer les blessés de guerre dans la société et assister les familles des soldats « morts pour la France ». Plusieurs projets de réforme de l’enseignement des aveugles voient ainsi le jour. Le 24 juillet 1919, le comité technique et parlementaire placé sous la présidence d’André Fribourg, adopte le projet présenté par le corps professoral de l’institution nationale des aveugles de Paris qui vise à instaurer la gratuité et la scolarité obligatoire dans l’instruction et à mettre en place un véritable réseau d’éducation nationale. Un article, paru le 1er décembre 1921, dans la Revue de Paris, par un professeur de l’université de Caen, Pierre Villey54, aveugle lui-même, conclut à la faillite de l’enseignement spécialisé en France et à la nécessité de réorganiser « rationnellement » ce dernier. Ces prises de position sont bientôt relayées par plusieurs rapports sollicités par le ministère de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance dont dépendent depuis 1920, les institutions d’éducation de déficients sensoriels. Après plusieurs enquêtes, diligentées par le même ministère auprès des établissements, une commission de réorganisation de l’enseignement des aveugles est créée.

  • 55 F. Buton, « Les raisons de la disproportion entre les deux espaces institutionnels », Les Corps sa (...)
  • 56 F. Buton, « Les sourds-muets et les aveugles : une catégorie de classement fondée sur d’éducabilit (...)
  • 57 L. Bauvineau et L. Favre, « Libérer » sourds et aveugles. Initiatives de congrégations montfortain (...)

40Ces multiples initiatives contribuent à jeter le trouble parmi les responsables d’établissements de sourds-muets. En effet, le faible nombre de jeunes aveugles en âge de scolarité – environ 1 500 – ne permet pas la création d’établissements autonomes hormis les institutions nationales55. D’autre part, le sort commun réservé par la loi de 1882 facilite leur regroupement au sein des institutions d’éducation de sourds-muets56. Les établissements montfortains ont été parmi les premiers à se destiner à l’éducation des aveugles au milieu du xixe siècle. Trois établissements des filles de la Sagesse accueillent les aveugles simultanément avec des sourds-muets : Lille, La Chartreuse-près-d’Auray et Poitiers-Larnay. La communauté des filles de la Sagesse est même la pionnière de l’éducation des sourdes-aveugles en France57. Les institutions tenues par les anciens frères sécularisés de Saint-Gabriel de Poitiers, Bordeaux, Nantes, Ronchin-Lille et Marseille prennent également en charge les aveugles. Aussi l’éducation des enfants aveugles est-elle intimement liée à celle des sourds-muets dans les établissements privés catholiques.

  • 58 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Rapport dactylographié d’Albert Mahaut, Des école (...)
  • 59 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Rapport d’Octave Berger, Projet d’organisation de (...)

41Le 11 janvier 1922, plusieurs rapports sont soumis à l’appréciation de la commission de réorganisation de l’enseignement des aveugles. Un professeur de l’institution nationale des jeunes aveugles de Paris, Albert Mahaut, préconise une harmonisation des écoles existantes en privilégiant une hiérarchisation de celles-ci58. Mais le rapport du président d’une jeune société d’aveugles, l’Amitié des Aveugles, Octave Berger, va beaucoup plus loin. Professeur dans l’institution nationale de Paris, il réclame la refonte totale du système éducatif des aveugles. Il propose ainsi une école supérieure à Paris, 10 à 12 établissements en province dont 7 à 9 écoles régionales et enfin un établissement d’arriérés dirigé par un médecin. L’instruction obligatoire et gratuite ainsi que le rattachement des écoles au ministère de l’Instruction publique président à la réalisation du projet59.

  • 60 Alexandre Lemesle (1856-1939) a pris la direction de l’institution de la Persagotière de Nantes en (...)

42Pour les établissements de bienfaisance, le rapport fait resurgir le spectre des laïcisations du début du xxe siècle. Pressentant la menace d’une généralisation des mesures à l’ensemble de l’éducation des déficients sensoriels, de nombreuses voix, dans les institutions catholiques de sourds-muets, s’élèvent pour adopter une ligne de conduite commune afin de contrer le projet de réforme envisagé. Mais l’atomisation, l’isolement et l’esprit d’indépendance des institutions catholiques sont autant d’obstacles à la constitution d’un front commun. Aussi, Alexandre Lemesle60, directeur de l’institution des sourds-muets et d’aveugles de Nantes, conçoit-il l’idée de réaliser une union officielle contre les projets qui se multiplient. Il s’impose rapidement comme le porte-parole du mouvement de défense des intérêts des établissements catholiques :

  • 61 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Lettre du frère Martial à Bruxelles adressé à Ale (...)

« Nul n’est mieux en situation que vous pour juger sainement des mesures et moyens à prendre pour sauvegarder l’avenir de nos maisons d’aveugles. Votre voyage à Paris et les personnalités que vous avez vues, vous auront éclairé sur les procédés les meilleurs pour arriver à un bon résultat. Il me semble qu’il ne faut négliger aucun des moyens de valeur qui peuvent contribuer au succès. Entendez-vous donc avec vos collègues pour agir de concert et ensemble pousser vos moyens de défense. Vous avez, je crois, bien des atouts dans votre jeu, bien des personnages au près et au loin peuvent vous prêter main forte61. »

  • 62 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Circulaire d’Alexandre Lemesle, 17 mai 1922.
  • 63 Congrès de Professeurs de Sourds-Muets et d’Aveugles tenu à Nantes du 4 au 8 janvier 1920, compte (...)

43Dès lors, il multiplie les contacts à Paris et en province62. Il mobilise dans un premier temps l’ensemble des établissements de l’ancien réseau montfortain qui avait envisagé l’esquisse d’une entente lors d’un congrès en 1920, à Nantes63.

  • 64 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Circulaire d’Alexandre Lemesle adressée aux respo (...)

44Au mois de mai 1922, un consensus se dégage entre les différents établissements catholiques64. Les 13 et 14 juin 1922, une trentaine de délégués d’institutions catholiques se rassemblent à Paris afin d’arrêter un axe de défense en vue du congrès national pour l’amélioration du sort des aveugles qui doit se dérouler du lundi 17 au samedi 22 juillet 1922, dans la salle des fêtes de l’Institution nationale des Jeunes Aveugles de Paris. L’idée d’un regroupement de défense des œuvres des institutions privées au sein d’une association est alors proposée par Alexandre Lemesle. À Bordeaux, le 7 juillet, les bases de la future structure sont jetées.

  • 65 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Circulaire d’Alexandre Lemesle, 21 septembre 1922

45Le congrès national pour l’amélioration du sort des aveugles de Paris est placé sous le haut patronage de Paul Strauss, ministre de l’Assistance, de l’Hygiène et de la Prévoyance sociale ainsi que de René Doumic de l’Académie française. La question de la réorganisation de l’enseignement des aveugles est au centre de la conférence. Composé en grande majorité d’aveugles civils et militaires, le congrès entérine les conclusions du rapporteur du comité d’organisation, Pierre Villey. Le transfert des institutions privées d’aveugles sous la tutelle de l’instruction publique ainsi que la création d’un comité de réalisation sont votés. La menace d’une laïcisation des écoles confessionnelles prend donc forme. En plein congrès, le 20 juillet, rue de Sèvres, les représentants des institutions catholiques se réunissent sous la présidence du vicaire général de Marseille, l’abbé Boret, afin de « jurer fidélité à l’union morale existante entre les écoles, rechercher les moyens les plus propres à la rendre sensiblement plus forte, moins imprécise pour ne pas être éphémère et rechercher quelques moyens de défense le cas échéant65 ». La constitution d’une association privée reconnue officiellement est prise à l’unanimité des participants. Alexandre Lemesle se voit alors confier la mission de coordonner l’ensemble du projet d’association :

  • 66 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Lettre de Sainte-Émilie de la Sagesse, supérieure (...)

« Vu votre compétence et votre inlassable dévouement, vous êtes choisi pour être notre trait d’union, mieux le chef de file de la milice du bien en faveur des sourds-muets et des aveugles66. »

46Dans un premier temps, le directeur de la Persagotière de Nantes doit rassembler plusieurs écoles pour constituer rapidement un réseau destiné à empêcher la réalisation des vœux du congrès et toute extension à l’éducation des sourds-muets. Il fait alors appel aux directeurs et aux directrices d’établissements de l’ancien réseau montfortain. Dès septembre 1922, un comité d’action voit le jour afin d’assurer la cohésion de la future association :

  • 67 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Circulaire d’Alexandre Lemesle, 21 septembre 1922

« Jusque là, chacune des écoles de Province (j’entends les écoles privées) fonctionnaient dans l’isolement, sans aucun rapport les unes avec les autres, ignorant ce qui se passait chez le voisin, quittant 2 ou 3 fois les murs de clôture de l’institution, c’était trop peu. Le Congrès et ses réunions préparatoires ont eu pour effet de briser les barrières, de créer entre ces écoles, un lien moral dont il faut attendre les meilleurs résultats. Nous connaissons mieux, nous comprenons mieux aussi cette nécessité de mettre en commun nos efforts, notre dévouement au profit de nos chers aveugles ou sourds-muets ou pour l’amélioration de leur sort. L’union fait la force67. »

La Fédération Nationale des Associations de Patronage des Institutions de Sourds-Muets et d’Aveugles de France

  • 68 Louis Linÿer (1878-1962) a pris la direction de l’association nantaise, suite au décès de son fond (...)
  • 69 Congrès de Nantes. Premier de la Fédération pour l’Amélioration du sort des Sourds-Muets et des Av (...)

47Le nouveau président de l’Association Pédagogique pour l’Instruction, l’Éducation et le Patronage des Sourds-Muets et des Jeunes Aveugles de l’Ouest de la France, Louis Linÿer68, conseiller général de la Loire-Inférieure, apporte son soutien au comité. Lors d’une réunion privée, l’éminent avocat du barreau de Nantes demande l’avis des membres du conseil d’administration, composé en grande majorité de juristes, d’hommes d’affaires ou d’industriels, sur les meilleures modalités à observer pour constituer une solide alliance. Une fédération réalisée entre des associations de patronage comme celle de Nantes est alors envisagée. En effet, composées de personnalités locales et politiques influentes, les associations de patronage procurent « une force morale et des garanties que ne présenterait pas au même titre l’alliance directe entre les Institutions69 ».

  • 70 Aujourd’hui la Fédération Nationale pour l’Insertion des Sourds et Aveugles en France (FISAF), a s (...)
  • 71 Journal officiel, les 7 et 8 décembre 1925.
  • 72 A.D.Mo., X 547 : Statuts de l’Association du Patronage de l’Institution de La Chartreuse-près- d’A (...)
  • 73 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Lettre de sœur Saint-Michel de Montfort adressée (...)
  • 74 A.C.C.R. : Statuts de l’Association de Patronage de l’Institution de Rillé-Fougères, 1926.
  • 75 A.D.Mo., X 547 : Statuts de l’Association du Patronage de l’Institution de La Chartreuse-près- d’A (...)

48Dès le 26 juin 1924, un conseil d’administration extraordinaire de l’association pédagogique nantaise entérine officiellement le projet de fédération ainsi que les statuts élaborés à cette occasion. Mais la reconnaissance officielle de la Fédération Nationale des Associations de Patronage des Institutions de Sourds-muets et d’Aveugles de France70 n’est finalement proclamée que sept mois plus tard, le 1er février 1925, jour du centième anniversaire de la fondation de l’école de Nantes. Reconnue officiellement le 20 novembre 192571, la jeune fédération s’installe, 20 rue du frère Louis, à la Persagotière, à Nantes. Dans un premier temps, trois institutions seulement sont en mesure de répondre aux formalités exigées par les statuts ; en effet, Nantes, Bordeaux et Marseille disposent d’une association ou d’un comité de patronage. Aussi, en 1925 et en 1926, assiste-t-on à l’émergence des associations aux quatre coins de la France. Dans l’Ouest, la première déclaration en préfecture émane de l’Association pour le Patronage de l’Institution de La Chartreuse-près-d’Auray, le 22 mai 192572. La crainte de voir disparaître son établissement conduit également la supérieure de Rillé à projeter rapidement la formation d’une telle structure à Fougères73. Elle prend forme le 21 janvier 1926. Reconnue d’utilité publique le 2 février suivant74, son président sollicite l’adhésion à la fédération, dès le 19 mars. Toutes ces associations de patronage se forment sur le modèle-type proposé par la fédération. Elles sont administrées par un conseil de six à neuf membres se renouvelant par tiers chaque année. Le directeur ou la directrice de l’institution, à laquelle l’association est rattachée, assiste aux réunions de conseil. Toutefois, ils n’ont qu’une voix consultative. Les membres bienfaiteurs donnent 300 francs à leur entrée puis versent une cotisation annuelle de 25 francs tandis que les membres actifs se contentent d’une contribution de 5 francs. Pour devenir sociétaire, il faut être agréé par le conseil d’administration de l’association, sur présentation de deux membres actifs. Si l’appel aux bonnes volontés se veut le plus large possible, le mode de cooptation garantit une majorité cohérente qui permette une orientation nettement catholique des associations. Leur composition est révélatrice de l’assise sociale de ses membres. Ce sont tous des notabilités locales comme l’illustre l’exemple du premier conseil d’administration de l’Association de Patronage de La Chartreuse-près-d’Auray75 :

  • 76 A.C.C.R. : Rapport de l’assemblée générale de l’Association du Patronage de l’Institution de Rillé (...)
  • 77 Il devient conseiller général du canton de Fougères Nord, le 7 octobre 1934.

49Certains sont dépositaires d’un mandat d’élu ce qui assure aux institutions le bénéfice de leur influence, de leur réseau d’informations et de relations dans tout le tissu sociopolitique local et national. Ainsi, le premier conseil d’administration de l’Association de Patronage de Rillé-Fougères76 a-t-il pour président le conseiller général Georges Le Pannetier de Roissay, maire de Landéan. Le secrétaire est un conseiller d’arrondissement, le vicomte Henri Le Bouteiller77, maire de Fleurigné, tandis que le trésorier est un autre conseiller d’arrondissement, Émile Pautrel.

  • 78 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Lettres échangées entre Alexandre Lemesle et Thol (...)
  • 79 Il faudra attendre le 28 octobre 1965 pour voir apparaître la première association nationale de pr (...)
  • 80 Congrès de Nantes. Premier Congrès de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets e (...)

50La jeune fédération ne tarde pas à démontrer son efficacité. À la suite du congrès international de Londres, du 20 au 24 août 1925, un comité international, chargé de favoriser l’étude des questions relatives à l’éducation des sourds-muets, est envisagé. La création de comités nationaux pour y participer est alors à l’ordre du jour. L’inspecteur des études de l’institution nationale des jeunes sourds de Paris, Thollon, directeur de la Revue Générale de l’Enseignement des Sourds-Muets, envisage donc la création d’une association nationale des sourds-muets en France. Mais lors de la réunion du 17 octobre 1925, la jeune fédération s’y oppose78 et parvient à ajourner le projet79. Et l’année suivante, le bureau fédéral prévoit l’organisation d’un congrès national afin d’affirmer publiquement l’existence de la Fédération : « Cette réunion solennelle sera comme une prise de possession officielle de la Fédération80. »

  • 81 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Réunion du comité de la Fédération, séance du 19 (...)

51Les 20, 21 et 22 juillet 1926, le congrès réunit tous les responsables des associations de patronages affiliées, mais également, les directeurs et les directrices ainsi que les membres du corps professoral des institutions d’éducation, à l’école de la Persagotière, à Nantes. Plus de 80 congressistes participent à cet événement. La fédération compte, alors, près d’une trentaine d’associations de patronage affiliées soit près de la moitié des établissements français81 : Orléans (établissement de garçons puis de filles), Nancy (école d’aveugles), Bordeaux (garçons), Marseille (établissement de garçons puis de filles), Saint-Étienne, Bourg-la-Reine, Laon, Larnay, Lille, Le Puy, Strasbourg, Poitiers, Pelousey, Lyon Croix-Rousse, Montpellier, Arras, Clermont-Ferrand, Nancy (garçons et filles), Saint-Brieuc, Rillé-Fougères, La Chartreuse-près-d’Auray, Caen, Laval et Nantes.

  • 82 Congrès de Nantes. Premier de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des Av (...)

52Dans un premier temps, l’assemblée générale procède à la nomination du bureau de la fédération. Symbole de la dynamique de la fédération, le bureau nantais s’ouvre à quelques personnalités extérieures à l’Ouest82 :

53Les questions soumises aux congressistes sont révélatrices des priorités des initiateurs de la fédération. Au cours de ces trois journées d’étude, les participants dressent le bilan de la situation des institutions libres de sourds-muets et d’aveugles, de l’application de la méthode orale au sein des institutions fédérées. Les problèmes liés à la fréquentation scolaire sont soulevés ainsi que l’orientation à donner à l’enseignement professionnel dans la fédération. Les ultimes débats sont consacrés aux associations de patronage ainsi qu’aux œuvres post-scolaires, notamment, les amicales d’anciens élèves et les sociétés de secours mutuels. Mais la composition du congrès et le peu de place occupé par la question des associations de patronage révèlent bien l’ambiguïté du statut de la fédération. L’ensemble des questions débattues intéresse avant tout les institutions d’éducation. La fédération est bien un artifice juridique destiné à masquer la véritable finalité de la fédération : empêcher le rattachement de l’éducation des sourds-muets et des aveugles au ministère de l’Instruction publique :

  • 83 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Lettre de la directrice de La Chartreuse-près-d’A (...)

« Nous avons le grand tort de rester isolés les uns les autres dans le temps. Mais actuellement, il se fait un véritable réveil. Quand l’organisation sera terminée, je crois que nous serons de force à lutter. Nous pouvons toujours conserver notre place parmi les professeurs de sourds-muets83. »

54La survie des institutions libres d’éducation de sourds-muets est, par conséquent, au cœur de la constitution de la fédération comme le note le directeur de la Persagotière :

  • 84 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Réunion du conseil d’administration du 1er décemb (...)

« Nous aurons du moins la satisfaction de tomber les armes à la main et d’avoir réalisé cette union admirable des institutions laquelle, si elle doit subir la loi du plus fort, malgré la force de résistance, n’en sera peut-être pas moins une cause de survie et qui sait… pour un avenir prochain une garantie de résurrection84. »

  • 85 A.C.C.R. : Rapport d’Alexandre Lemesle lors de l’assemblée générale de la fédération, 22 septembre (...)

55La mesure la plus symbolique prise lors de ce congrès concerne la nomination d’un inspecteur général des institutions fédérées. Le directeur de l’institution de Poitiers, Séraphin Vandenbussche, se voit ainsi confier la mission d’unifier les méthodes d’enseignement et de les perfectionner. Le congrès cherche avant tout à légitimer le mouvement, à offrir des gages de compétences, à substituer une image de professionnalisme à celle véhiculée d’assistants ou d’infirmiers par leurs détracteurs : « Tendre à nous montrer supérieurs moins par le cœur et le dévouement qui vous caractérisaient déjà que par la science de notre pédagogie85. » La présence des représentants des pouvoirs publics accrédite le bien-fondé du congrès. Le président du conseil général de la Loire-Inférieure, Jollan de Clerville, apporte le soutien de la haute assemblée départementale à la fédération tandis que le préfet du département, Paul Mathivet, préside en personne la séance de clôture. Ainsi, assiste-t-on, au milieu des années 1920, à une bipolarisation au sein de l’éducation des sourds-muets en France :

  • 86 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1926-1927 : Lettre du directeur de l’institut régional des so (...)

« Vous avez évidemment vu dans la Revue Générale de l’Enseignement des Sourds-Muets que l’école nationale des sourds-muets a organisé en association, les parents de ses élèves, en vue de revendiquer le passage des sourds-muets au ministère de l’Instruction publique. Donc cette fois la lutte est bien complètement et ouvertement engagée86. »

Une affirmation culturelle de l’Ouest

56Le premier souci du secrétaire général de la fédération, Alexandre Lemesle, est de devenir visible, c’est-à-dire d’obtenir la pleine reconnaissance de l’existence de la fédération des institutions libres aux yeux des pouvoirs publics mais également dans l’esprit de ceux qui la composent. Pour s’affirmer, la fédération est alors obligée de se différencier sous peine de se dissoudre dans un réseau éducatif plus vaste qui risque, tôt ou tard, de se placer sous la tutelle de l’État. Plusieurs éléments distinctifs donnent alors à la fédération une identité collective singulière.

  • 87 A.C.S.G. : Écho de famille, n° 1, janvier 1908.
  • 88 A.C.S.G. : Écho de famille, n° 70, février-mars 1915. En février 1915, le bulletin a fusionné avec (...)
  • 89 En septembre 1996, le siège social du bulletin est transféré au Mans. Il devient alors l’Écho Maga (...)

57D’une part, l’éloignement et le caractère hétérogène des institutions affiliées demeurent toujours de sérieux obstacles à l’essor de la fédération. Aussi, ses responsables cherchent-ils à développer un outil de liaison et d’information susceptible de cimenter rapidement l’union et de développer un réseau de solidarité entre ses membres. Pour y arriver, le secrétaire général de la fédération favorise le développement d’une publication jusque-là restreinte à un petit cercle d’établissements : l’Écho de famille. Créé en 1908, par Alexandre Lemesle, alors directeur de l’institution de Poitiers87, ce n’est au début qu’une simple revue scolaire avant de devenir un bulletin de liaison de l’amicale des anciens élèves de Poitiers. Mais ses colonnes s’ouvrent rapidement aux articles de plusieurs responsables d’écoles catholiques à la veille de la Grande Guerre88. En 1918, à la suite du transfert de son directeur-fondateur à la tête de la Persagotière, le siège de l’Écho de famille est transféré à Nantes. En 1925, l’Écho de famille prend une dimension nationale en devenant le porte-parole officiel ainsi que l’organe de presse de la fédération89. Il s’agit avant tout de former une grande famille ayant des intérêts communs, des aspirations et des convictions religieuses à travers sa lecture. Chaque cahier mensuel, d’une trentaine de pages, s’ouvre par la méditation en forme de prédication d’Alexandre Lemesle. Puis, des questions plus générales sont abordées dans des articles de fond. Enfin, on s’attarde sur la chronique des différentes institutions de France voire de l’étranger. Ainsi, les anciens élèves reçoivent des nouvelles de leur institution et de leurs anciens professeurs. Le bulletin met également à l’honneur les réussites de certains élèves tant sur le plan matériel que sur le plan religieux. Le bulletin de liaison devient rapidement le marqueur distinctif de la fédération et contribue à l’essor de la fédération.

58Mais c’est surtout la formation d’un corps d’enseignants concurrent de celui des établissements nationaux qui va contribuer le plus à l’identification de la jeune fédération dans le champ éducatif des sourds-muets et des aveugles. En effet, la préoccupation majeure des dirigeants de la fédération est, avant tout, de donner un véritable statut à son personnel enseignant :

  • 90 A.C.C.R. : Rapport d’Alexandre Lemesle lors de l’assemblée générale de la fédération, 22 septembre (...)

« J’insiste sur cette question de préparation des maîtres. De toutes les œuvres entreprises, en effet, elle était, j’ose le dire, la plus urgente, la plus indispensable… l’œuvre capitale appelée à rendre à nos institutions les plus signalés services90. »

59En effet, depuis 1906, année où la loi de Séparation est entrée en application, la commission d’examen des candidats et des classes instituée par l’arrêté Waldeck Rousseau de 1884, n’entretient plus de rapports officiels avec les écoles libres ; les visites sont supprimées. Les professeurs de ces établissements ne suivent donc plus aucuns cours spéciaux ce qui constitue un argument majeur pour les obliger à placer leurs écoles sous la tutelle de l’État. Aussi, les responsables de la fédération placent-ils la formation permanente des maîtres et des maîtresses de sourds-muets et d’aveugles au cœur de leur action. Des diplômes sont ainsi créés par la jeune fédération pour valider le savoir-faire professionnel des institutions libres. Ces diplômes officieux délivrés sont analogues à ceux en vigueur dans les institutions nationales. Un certificat du premier degré constate l’aptitude à exercer le professorat ; ils ne peuvent être délivrés qu’aux candidats, qui pendant deux années, sous forme de stage, ont pris part à l’enseignement dans les institutions. Le certificat du second degré confirme l’aptitude à former des aspirants professeurs ; ceux-ci doivent justifier de deux années de direction effective d’une classe. L’importante correspondance reçue à la fédération souligne l’intérêt des écoles pour cette mesure. Nombreux sont les établissements qui réclament le programme des matières pour passer les épreuves, les livres appropriés avec les adresses des librairies pour se les procurer.

  • 91 A.C.S.G. : Archives de la Fédération, 1925-1928 : Compte rendu de la réunion du conseil d’administ (...)
  • 92 A.C.C.R. : Rapport de l’assemblée générale de l’Association de Patronage de Rillé-Fougères, 19 jan (...)
  • 93 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Programmes des CAP.

60Un cours d’étude préparatoire au certificat d’aptitude professionnelle est alors organisé par la fédération. Des cours par correspondance assurent ainsi une formation pédagogique aux candidats durant toute l’année scolaire. Dès fin novembre 1924, une vingtaine de correspondants se sont inscrits aux cours élaborés à partir d’un programme arrêté lors d’une réunion préparatoire, le 30 septembre. Deux ans plus tard, ils seront plus de soixante inscrits. Des devoirs mensuels sont proposés aux aspirants pour évaluer leurs connaissances. Ces travaux réguliers « ont l’avantage de meubler l’esprit de connaissances générales lesquelles en dehors des éléments scientifiques forment une partie importante du programme du CAP91 ». Les copies sont centralisées à Nantes pour être corrigées par un bureau placé sous la direction d’Alexandre Lemesle. Les meilleurs devoirs écrits sont imprimés et envoyés sous forme de recueils de référence dans les institutions affiliées à la fédération. Les enseignants « peuvent y puiser à pleines mains la science technique nécessaire à notre enseignement spécialisé92 ». La première session d’examen officielle s’ouvre à la fin de l’année 1926 pour l’obtention du CAP élémentaire. 27 candidats sont inscrits. L’Ouest présente plus de la moitié des candidats : 7 pour La Chartreuse-près-d’Auray, 5 pour Nantes, 4 pour Rillé-Fougères, 6 pour Larnay, 3 pour Orléans et 2 pour Poitiers. Les épreuves sont à la fois théoriques et pratiques. Elles portent sur « les éléments d’anatomie et de physiologie des organes de l’audition et de la parole, sur la méthode à suivre pour enseigner sur les lèvres et l’articulation ». Les aspirants au CAP du degré supérieur doivent, outre une connaissance plus approfondie de ces matières, posséder une culture plus complète sur « l’histoire de l’enseignement des sourds-muets, sur la comparaison des méthodes, maîtriser les notions d’acoustique, de psychologie du langage et avoir une connaissance approfondie de l’enseignement de la langue française93 ». Il est tenu compte pour le résultat final des notes attribuées lors des devoirs mensuels. Un jury, présidé par un membre délégué de la fédération, assisté des supérieur(e)s d’institutions, de notables et de délégués des associations de patronage, apprécie les connaissances et le savoir-faire des candidats. Ainsi se met en place un dispositif d’enseignement parallèle.

  • 94 Congrès de Nantes. Premier de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des Av (...)
  • 95 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Courrier d’Alexandre Lemesle, 10 mars 1927.
  • 96 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Règlement provisoire, 6 juillet 1927.

61Dans son souci de justification identitaire, la jeune fédération propose également aux familles de sourds-muets un certificat de fin d’étude pour les élèves des institutions libres. Ce CAP est destiné à pallier les sorties prématurées d’élèves avant la fin de leur scolarité : « Et tous nos collègues, à une exception près, déplorent les défections se produisant de plus en plus, les parents retirant leurs enfants après la quatrième année d’études, rendant ainsi vains en grande partie les sacrifices pécuniaires des administrations et ceux que se sont imposés les maîtres94. » Déjà, plusieurs institutions affiliées présentent chaque année quelques-uns de leurs élèves au certificat d’étude primaire, au certificat complémentaire voire au brevet des écoles nationales. Les partisans du rattachement des écoles libres au ministère de l’Instruction publique soulignent cette situation ambiguë95. Aussi, les responsables de la fédération proposent deux certificats de fin d’étude (degré élémentaire et degré supérieur) dès 1927. Là encore, le programme de ces diplômes est proche du certificat d’étude primaire. Il est simplement complété par les matières d’instruction religieuse. L’épreuve écrite comprend une dictée suivie de questions, de compréhension et d’analyse grammaticale, une rédaction et la résolution de problèmes. L’examen oral porte sur toute une série de questions embrassant l’histoire de France, la géographie, les sciences naturelles (leçons de choses) à laquelle on ajoute des questions de catéchisme et d’histoire sainte. L’instruction religieuse compte pour moitié dans l’épreuve orale. Les jurys chargés d’apprécier les connaissances des enfants sont composés du directeur ou de la directrice de l’institution, accompagné(e) de deux maîtres ou maîtresses. Le jury est présidé par un délégué de l’association de patronage de l’établissement concerné. Les compositions, enregistrées et appréciées sur place, sont adressées au siège de la fédération. C’est le bureau fédéral qui, en dernier ressort, décide de la délivrance du diplôme96.

62Après des débuts timides – 5 institutions présentent 11 élèves à la session de 1927 – le nombre de candidats croît rapidement. C’est ainsi qu’en 1928, une trentaine de candidats participent aux épreuves du certificat d’études. En 1929, 40 candidats s’inscrivent, dont 2 pour le degré supérieur.

  • 97 Congrès de Nantes. Deuxième de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des A (...)

63Lors du deuxième congrès de la fédération, à Nantes, du 18 au 20 juillet 1929, un programme général d’études pour l’enseignement des sourds-muets est élaboré afin de faciliter la préparation des élèves aux diplômes. Une période minimum de huit années d’école est exigée pour donner aux élèves les connaissances indispensables tandis que le certificat du degré supérieur nécessite deux années supplémentaires. C’est à la direction de chaque maison qu’il appartient d’interpréter le programme, de l’appliquer et « de promouvoir parmi leurs élèves une grande émulation par la perspective d’un diplôme à conquérir97 ».

  • 98 A.C.C.R. : Rapport d’Alexandre Lemesle à l’assemblée générale de la fédération, 23 septembre 1930, (...)
  • 99 A. Lemesle, Enseignement logique de la langue française aux sourds-muets, 2e édition, 4 volumes, N (...)

64Le programme général d’études devient « le mentor obligé du maître, le fil conducteur destiné à mettre fin à des hésitations, à des lacunes inévitables sans un guide sûr, créant en même temps pour les écoles de la Fédération, cette unité de méthode et d’enseignement si ardemment souhaitée98 ». La fédération propose ses livres aux institutions fédérées. L’Enseignement logique de la langue française aux sourds-muets d’Alexandre Lemesle devient le grand classique des institutions affiliées à la fédération99.

De la différence à la déficience

65Depuis 40 ans, la question du rattachement des institutions privées sous la tutelle de l’État a resurgi régulièrement. Toutefois, l’émergence d’un groupe de pression, majoritaire au sein même du réseau éducatif spécialisé et opposé à toute réforme, contraint les acteurs favorables à la refonte totale de l’éducation spécialisée à multiplier les initiatives dans l’entre-deux-guerres.

Un bras de fer parlementaire

  • 100 A.C.C.N.D. : Notes de la Fédération, s. d.
  • 101 Charles Lambert (1883-1972), est député radical socialiste du Rhône.
  • 102 A.C.C.R. : Rapport de l’assemblée générale de l’Association du Patronage de Rillé-Fougères, 11 jan (...)
  • 103 Ernest Daraignez (1864-1940), député des Landes, est médecin. Maire de Mont-de-Marsan en mai 1912, (...)
  • 104 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Courrier d’Alexandre Lemesle adressé au député He (...)

66L’obstruction de la fédération au projet de réalisation d’une société nationale des maîtres de sourds-muets, le 25 février 1926, a fait prendre conscience à de nombreux observateurs laïcs de l’urgence de légiférer en la matière. Rassemblés autour du comité de réalisation pour l’amélioration du sort des aveugles, créé en 1922, les partisans de la réforme travaillent dès lors, sans relâche, auprès des ministères compétents pour obtenir le transfert des institutions libres. Ce groupe rassemble l’élite sociale républicaine et laïque des sourds-muets et des aveugles, les associations des mutilés de la guerre ainsi que les membres de l’Association des parents d’élèves des sourds-muets de Paris100. Les députés radicaux-socialistes apportent leur concours à leurs démarches. Ainsi, en 1926, le député du Rhône, Charles Lambert101, s’adresse au ministre radical socialiste de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Édouard Herriot. Ce dernier se montre favorable à la réalisation du projet de rattachement présenté par le député. Dès le 23 novembre 1926, lors de la discussion du budget de l’Instruction publique, « un assaut formidable fut livré à la Chambre des Députés, pour arracher un vote surprise et obtenir du Gouvernement un décret-loi102 » ordonnant le transfert des écoles de sourds-muets, du ministère de l’Assistance vers celui de l’Instruction publique. Le 30 juin 1926, le sénateur des Landes, Ernest Daraignez103, a soumis également un rapport sur la réorganisation de l’enseignement des aveugles et des sourds-muets à la commission de l’Hygiène et de l’Assistance de l’Assemblée nationale. La proposition Lambert n’ayant pas abouti, le député landais dépose alors un projet de loi inspiré de son rapport, le 8 juillet 1927. Les trois premiers articles du projet de loi engagent la responsabilité de l’État : abrogation de l’article 4 de la loi de 1882, obligation scolaire pour les élèves sourds-muets et les aveugles et rattachement de tous les établissements d’éducation au ministère de l’Instruction publique. Dès lors, les positions se radicalisent comme le note Alexandre Lemesle : « C’est la vieille lutte qui reprend104. »

  • 105 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Rapport de Louis Linÿer au conseil d’administrati (...)
  • 106 A.C.C.N.D. : lettres adressées par la supérieure de l’institution de Laval, 4 novembre 1927.
  • 107 Henri Groussau (1851-1936), député du Nord de 1902 à 1936, est avocat et professeur de droit admin (...)
  • 108 Louis Duval-Arnoult (1863-1942), député de Paris.

67Le problème se cristallisant sur la scène politique, la défense des intérêts de la fédération des associations de patronage est désormais assurée par son président, Louis Linÿer. Devenu sénateur de la Loire-Inférieure en 1927, il mobilise l’ensemble des partenaires des institutions catholiques pour contrer tous les projets déposés au Parlement : « Nous avons pensé que le meilleur moyen de faire échouer, le cas échant, ce projet dangereux, c’est d’éclairer la religion des sénateurs en leur fournissant un résumé de tous les arguments qui, jusqu’à ce jour, nous ont valu le maintien de nos œuvres à l’assistance105. » Sur le terrain, il est demandé à chaque association de patronage et aux institutions d’éducation de mobiliser ses membres les plus influents pour intercéder auprès des parlementaires de leur circonscription. C’est ainsi qu’en 1927, les sœurs d’Évron s’adressent aux sénateurs Henri de Monti de Reze, Eugène Jamin, Edmond Leblanc et aux députés de la Mayenne, Dutreuil, Dubois-Fresnay, Chabrun et de Montjou106. Au niveau national, Louis Linÿer sollicite le concours de deux parlementaires qui ont fait preuve d’une grande activité pour défendre la liberté de l’enseignement et les congrégations : Henri Groussau107 et Louis Duval-Arnould108. L’objectif est d’empêcher tout dépôt de projet à la Chambre ou d’en bloquer le processus et surtout le vote. Pour cela, ils peuvent s’appuyer sur les parlementaires des formations de droite et tout particulièrement l’union républicaine démocratique, forte de ses 180 membres. Enfin, toutes les institutions confessionnelles ainsi que la fédération des associations de patronage multiplient les correspondances et les rapports auprès du ministre de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociale.

68Mais cette mobilisation serait bien insuffisante si les pouvoirs publics avaient véritablement la volonté de légiférer. Or, l’éducation des sourds-muets et des aveugles ne constitue pas une des priorités du gouvernement d’union nationale dans les années 1926-1928. Et nous sommes au cœur de la spécificité de l’éducation des sourds-muets. Une fois de plus la question de rattachement ne doit pas être recouverte par l’opposition laïque/catholique apparente. Les ambiguïtés des arguments des ministres, la collusion avec certains fonctionnaires du ministère de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociale ainsi que la frilosité de certains acteurs politiques révèlent une ligne de partage plus profonde comme le suggère un des responsables de la fédération :

  • 109 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Réunion du conseil d’administration de la fédérat (...)

« La fin énergique de non-recevoir de monsieur le Président du Conseil [Raymond Poincaré] laisse entendre que d’autres influences ne sont pas étrangères au résultat que nous sommes heureux d’enregistrer aujourd’hui à l’actif de la fédération109. »

  • 110 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Réponse d’un député adressée à Alexandre Lemesle, (...)
  • 111 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1932-1934 : Lettre du président de l’Association des Parents (...)

69Ainsi, en 1926, le ministre de l’Instruction publique, Édouard Herriot, bien qu’ouvertement favorable au projet, n’utilise pas la voie du décret dont il dispose pour imposer rapidement la réforme. Au contraire, il nomme une commission composée de quatre hauts-fonctionnaires des ministères de l’Instruction publique et de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociale. Et bien que la commission se prononce favorablement à la proposition, Édouard Herriot repousse à nouveau la décision d’exécution à une date ultérieure comme le souligne avec ironie un député : « Ses idées étaient toujours les mêmes mais il se proposait d’étudier, avant de prendre une détermination, si le rattachement devait se faire à l’instruction publique ou à l’enseignement technique110. » Finalement, un simple amendement lors du vote du budget de la loi de finances de 1927 est déposé. Ce qui n’empêchera par Édouard Herriot de s’exclamer à la tribune de la Chambre, quelques années plus tard, le 4 février 1931 : « Il est inadmissible que dans une démocratie l’instruction des aveugles et des sourds-muets soit confiée à un service d’assistance111. » Par ailleurs, lorsque l’union nationale des aveugles civils, à l’occasion de son congrès, en décembre 1927, préconise le transfert à la direction de l’enseignement technique, c’est le président du Conseil, Raymond Poincaré, en personne, qui tranche en faveur du statu quo. Le consensus qui unit les institutions privées et l’État depuis le congrès de Milan est toujours présent comme le confirme la supérieure de l’institution de Rillé, sœur Laurentienne :

  • 112 A.C.C.R. : Rapport de l’assemblée générale de l’Association du Patronage de Rillé-Fougères, 11 jan (...)

« Chaque institution, celle de Rillé en particulier, multipliait ses démarches près des parlementaires : députés, sénateurs, voire même un ancien ministre, quoique adversaire politique, mais très influents, et gagnés à la cause des sourds-muets, par des âmes toutes dévouées à l’Institution, dont je tairai les noms par discrétion, se sont déclarés favorables à nos revendications et nous ont promis de défendre nos intérêts, afin d’empêcher la réalisation d’un projet qu’ils regardaient comme inutile et même nuisible au bien général de la France et des sourds-muets. […] Les deux partis opposés, d’un commun accord, se sont entendus, et en ajournant l’affaire en question, ils ont d’eux-mêmes écarté le péril112. »

70Cette situation de blocage et d’obstruction ne va pas cesser de se répéter jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Plusieurs projets sont ainsi présentés à la Chambre pour finalement être rejetés. Le transfert des institutions privées vers l’instruction publique est même tout prêt d’aboutir sous le Front populaire. Mais le projet présenté conjointement par Léon Blum et Jean Zay, le 27 avril 1937, ne voit pas le jour suite à la démission du gouvernement le 21 juin.

71Ce n’est donc pas tant le poids et l’action de la fédération qui empêche la réalisation du projet de réforme qu’une volonté de l’État de privilégier une autre approche de l’enseignement spécialisé des sourds-muets et des aveugles. En effet, beaucoup de ces jeunes restent tributaires une grande partie de leur vie de l’assistance. Aux yeux des hommes politiques au pouvoir, l’enseignement n’est qu’une forme de leur prise en charge sociale. Par ailleurs, le contexte économique, social et démographique d’après guerre ne plaide plus en faveur d’une dissociation entre l’enseignement et l’assistance. Aussi, les pouvoirs publics préfèrent maintenir un système qui laisse à l’initiative privée la prise en charge d’une grande partie du financement de l’assistance des sourds-muets et des aveugles. En contrepartie, les responsables de la fédération se chargent de mettre en œuvre la modernisation pédagogique et matérielle dans les institutions libres affiliées.

Un bailleur de fonds providentiel : l’association de patronage

  • 113 A.C.C.R. : Rapport de l’assemblée générale de l’Association du Patronage de Rillé-Fougères, 9 janv (...)

72Pour cela, ils vont pouvoir compter sur les associations de patronage. En effet, une de leurs préoccupations majeures consiste à procurer les fonds nécessaires à toutes les activités scolaires et périscolaires des écoles. Les associations de patronage connaissent un vif succès et prennent rapidement de l’ampleur. Le cas de l’Association de Patronage de Rillé-Fougères est exemplaire. Créée le 2 janvier 1926, avec neuf membres seulement, elle compte, trois années plus tard, 221 membres : 27 fondateurs, 75 bienfaiteurs et 119 adhérents actifs113. Dès 1928, l’Association de Patronage de Rillé-Fougères dispose d’un budget équivalent au cinquième des subventions allouées par le conseil général d’Ille-et-Vilaine pour les élèves boursiers du département admis dans l’institution fougeraise. Dans les premières années de fonctionnement, ce sont bien sûr les cotisations des membres qui constituent la principale source de financement.

73Mais dans les années 1930, de nombreux dons fournissent un apport financier non négligeable au patronage. Ces sommes sont placées dans différentes institutions bancaires de Fougères (Caisse d’épargne, Banque Heude et Vitu, Banque de France). En 1937, les dons procurent le quart des recettes du patronage. Il est à préciser que la composition sociale et politique des conseils d’administration représente une solide garantie pour toute démarche financière et administrative comme en témoigne le conseil d’administration de 1934 :

  • 114 A.C.C.R. : Rapport de l’assemblée générale de l’Association du Patronage de Rillé-Fougères, 12 jan (...)
  • 115 A.C.C.R. : Rapport de la directrice de l’établissement, 11 janvier 1928.
  • 116 A.C.S.G. : Écho de famille, n° 214, mars 1933 et n° 217, juin 1933.
  • 117 A.C.S.G. : Écho de famille, n° 219, octobre 1933.

74Cet apport financier privé constitue pour les responsables d’institutions catholiques un véritable ballon d’oxygène dans un contexte économique soumis aux turbulences monétaires et inflationnistes. Dans un premier temps, elle permet aux institutions catholiques de renouveler leur outil pédagogique. Dès avril 1926, les religieuses de Rillé-Fougères peuvent « meubler leurs classes de nouveaux matériels scolaires et renouveler presque tous leurs livres classiques, de sorte que leurs six classes sont actuellement, entièrement transformées, et cela, grâce à la générosité des membres de l’association qui ont bien voulu nous procurer le moyen de faire ces achats de livres, et de collections de tableaux de gravures illustrées, pourtant bien chers, mais si nécessaires à l’instruction du sourd-muet114 ». Les associations de patronage contribuent par conséquent à l’enrichissement des classes de l’Ouest : musée, bibliothèques scolaires, achat de livres de prix distribués publiquement aux élèves en récompense de leur travail personnel. Par ailleurs, elles couvrent les frais de déplacements des professeurs aux réunions ou aux congrès de la Fédération, à Nantes. Elles viennent en aide aux élèves les plus démunis en fournissant vêtements, chaussures et coiffures. Ainsi, en 1927, l’Association de Patronage de Rillé-Fougères « a procuré une grande satisfaction aux trois plus anciennes sourdes-muettes ouvrières de la maison, en leur payant le luxe d’un sommier, qui, depuis longtemps, faisait l’objet de leur désir. Elles ont affirmé beaucoup mieux se reposer sur cette couchette à ressorts que sur leur paillasse115 ». Par ailleurs, l’Association Pédagogique de Nantes remet aux jeunes gens qui quittent l’institution de la Persagotière des livrets de caisse d’épargne dont le montant varie de 10 à 250 francs. Les associations facilitent également le développement d’activités scolaires jusque-là exceptionnelles. Ainsi, grâce au concours de l’Association de Patronage d’Alençon, les élèves se rendent à l’exposition de la grande fête de la Chandeleur, en février 1933 tandis que le 11 mai, ils assistent à une séance du cirque Pinder pendant trois heures116. En juin 1933, les élèves de Laval écument les bords de mer à Saint-Malo tandis que 105 voyageurs quittent Rillé-Fougères dans deux « voitures-autocars » pour une promenade à Avranches117.

75Les fonds recueillis favorisent dans le même temps l’émergence de nouvelles activités culturelles et pédagogiques. Ainsi, la pratique sportive dans les établissements de sourds-muets doit beaucoup aux associations de patronage. Dans les années 1930, le basket-ball, et surtout le football, se développent rapidement. Des matchs amicaux sont ainsi organisés avec les équipes des patronages catholiques locaux. À l’institution de Saint-Brieuc où le sport est particulièrement mis en exergue, certains élèves se distinguent dans les sociétés de gymnastique.

  • 118 M. Lagrée, « Les patronages catholiques et le développement du cinéma », Sports, culture et religi (...)

76Si le théâtre a toujours occupé une place importante au sein des écoles de sourds-muets, celle du cinéma reste à découvrir118. Or, les images s’imposent comme un auxiliaire infiniment précieux pour les éducateurs :

  • 119 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport du directeur de l’institution de Saint-Brieuc, l’abbé Jamet, 1930.

« Il y a pour l’enfant l’intuition immédiate venant en aide pour la réflexion. L’idée prend un corps, le fait se réalise et l’enseignement poursuit ou acquiert plus de solidité, de clarté et de précision, car l’image donne à la pensée abstraite une forme concrète, c’est presque la vie. Parler au sens est toujours le meilleur moyen de parler à l’intelligence119. »

  • 120 Congrès de Strasbourg. Troisième de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et (...)

77Le congrès de la fédération des associations, à Strasbourg, en juillet 1932, fait des séances cinématographiques un de ses axes de réflexion et souhaite voir leur généralisation rapide dans les établissements affiliés120. La mise sur le marché de projecteurs légers et robustes Pathé rural, Pathé Baby ou Pathé Lux facilite l’équipement des institutions :

  • 121 A.C.C.R. : Lettre du président de l’Association de Patronage des Sourds-Muets de Rillé-Fougères, 2 (...)

« La petite Société a pu cette année, à force d’économies, faire l’acquisition d’un appareil de cinéma rural, appareil devenu nécessaire, à notre époque, pour l’instruction des sourds-muets, puisque ces derniers ne peuvent guère s’instruire que par les choses sensationnelles frappant surtout leur vue121. »

78Les séances cinématographiques deviennent régulières, dès 1932, dans toutes les institutions d’éducation de l’Ouest comme à Saint-Brieuc, où, tous les quinze jours, une projection est programmée :

  • 122 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport du directeur de l’établissement de Saint-Brieuc au préfet des Côtes-du- (...)

« Nous nous servons même du cinéma comme moyen d’instruction avec des films spéciaux suivant un plan déterminé et d’après une méthode didactique avec la parole constante et de la part de l’acteur et de la part du professeur. Une lampe rouge permet de lire sur les lèvres du professeur122. »

  • 123 Congrès de Strasbourg, op. cit., Rapport du directeur de l’institution de Saint-Brieuc, p. 94-104.

79Dans l’Ouest, le directeur de l’institution de Saint-Brieuc, l’abbé Jamet, se fait l’ardent défenseur du cinéma éducatif auprès de la fédération123 :

  • 124 A.D.C.A., C.P. 46 : Mon Institution, n° 26, mars 1931.

« Le cinéma présente toutes sortes de vues instructives : la fabrication des allumettes, l’élevage du mouton mérinos, le mécanisme des ruches à cadre et la fabrication du miel. Il présente des drames et des comédies. Les comédies surtout sont appréciées. Nous passons d’heureux moments de fou rire en assistant aux aventures de Charlot, de Noir de fumée et de ses compagnons124. »

  • 125 A.C.S.G. : Écho de famille, n° 213, février 1933.

80Les responsables d’institutions y voient un excellent outil d’encadrement de la jeunesse. C’est ainsi que le 18 décembre 1932, l’aumônier de l’hôpital Saint-Louis donne une séance cinématographique aux élèves de Laval. Avant de visionner le film burlesque Dudule, deux films destinés à véhiculer les valeurs morales et religieuses, Moïse sauvé des eaux et Le Sacrifice d’Abraham, assurent la première partie de la séance. Le 6 janvier suivant, les élèves ont droit à une séance consacrée au recrutement sacerdotal intitulée Pour la Mission125.

  • 126 A.D.C.A., C.P. 46 : Mon Institution, n° 1, 2, 3 et 4, 1929.

81En 1929, l’Association de Patronage de Saint-Brieuc contribue à la réalisation et à la diffusion d’un bulletin mensuel de l’école auprès des anciens élèves de l’école briochine : Mon Institution. Le directeur de l’institution de Saint-Brieuc, l’abbé Jamet, en est le gérant et le rédacteur. Le bulletin se présente sous la forme d’un feuillet grand format manuscrit. Chaque numéro commence par un sermon de l’abbé Jamet. Puis, il ouvre ses colonnes à la vie de l’institution, à l’annonce des fêtes et des cérémonies religieuses. La nécrologie et les nouvelles des anciens élèves sont particulièrement suivies par les lecteurs. Le bulletin s’adresse en priorité aux anciens élèves éloignés de l’institution126.

82Mais l’action qui importe le plus aux yeux des pouvoirs publics, est la contribution que les associations de patronage apportent dans l’essor de l’enseignement professionnel. Depuis la loi Astier, votée le 25 juillet 1919, l’organisation technique professionnelle se développe rapidement en France. La création d’un sous-secrétariat rattaché au ministère de l’Instruction publique, le 20 janvier, accélère le mouvement. Comme nous l’avons vu précédemment, les institutions d’éducation de sourds-muets sont confrontées à un départ prématuré de nombreux élèves avant la fin de leurs études. En effet, leurs parents préfèrent les placer soit dans des écoles d’apprentissage soit chez des artisans. Les institutions possèdent bien en général quelques ateliers encadrés par quelques ouvriers. Mais ils ne s’adressent qu’à quelques éléments ; la plupart des élèves sont dirigés très classiquement vers les travaux de la campagne :

  • 127 A.D.L.A., 2 X 485 : Lettre du directeur de la Persagotière adressée au préfet de la Loire-Inférieu (...)

« Sous ce rapport, notre organisation laisse trop à désirer, du moins en ce qui concerne les sourds-muets. À une cordonnerie et une menuiserie plutôt rudimentaires, ils nous plairait d’ajouter d’autres métiers accessibles à vos enfants et les plus en usage dans les institutions. En élargissant ainsi les cadres, nous aurions plus de chances de favoriser toutes les aptitudes127. »

  • 128 A.D.L.A., 2 X 485 : Ibid.

83Désormais, les institutions se doivent de proposer une véritable formation technique et de diversifier leur enseignement professionnel soit dans les institutions soit en ville. Dès 1928, l’institution de Nantes aménage un bâtiment uniquement destiné à accueillir 5 ateliers dont le nouvel atelier de fer128. Ainsi, aux côtés des traditionnels ateliers de menuiserie, de cordonnerie, de couture et de jardinage, apparaissent de nouvelles formations plus techniques : imprimerie, reliure ou mécanique. L’entre-deux-guerres officialise donc l’introduction du monde du travail dans les institutions catholiques de sourds-muets et d’aveugles :

  • 129 A.D.L.A., 2 X 485 : Lettre du directeur de la Persagotière adressée au préfet de la Loire-Inférieu (...)

« L’enseignement professionnel a une telle importance dans la pédagogie des sourds-muets que partout actuellement des efforts sont faits pour lui donner un nouvel essor ; on reconnaît de plus en plus l’urgence de procurer à nos enfants l’occasion de se préparer, dès le temps de leurs études des moyens d’existence dans l’avenir129. »

84Le traité passé entre le directeur de l’institution de Saint-Brieuc et les patrons artisans de la ville de Saint-Brieuc pour la création d’une école professionnelle, d’un véritable artisanat, en novembre 1925, symbolise cette ouverture au monde du travail :

  • 130 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport de l’abbé Jamet, directeur de l’institution de Saint-Brieuc, année scol (...)

« Les élèves désirant suivre ces cours sont conduits 3 fois par semaine dans les divers établissements qui veulent bien leur donner des leçons. À la fin de leurs études, ils seront à même de gagner leur vie. Un maître jardinier est attaché à la maison. […] Nous comptons orienter quelques-uns de nos élèves vers l’horlogerie130. »

  • 131 A.D.C.A., 1 X 96 : Lettre de l’abbé Jamet adressée au préfet des Côtes-du-Nord, 10 octobre 1930.

85C’est ainsi que les ateliers des Presses bretonnes, à Saint-Brieuc, accueillent régulièrement des élèves de l’institution briochine pour se former131. Une timide ouverture du monde de l’atelier se dessine également pour les jeunes filles ; quelques élèves sourdes-muettes apprennent l’imprimerie et la reliure. Quelques jeunes filles sourdes-muettes de l’institution d’Alençon suivent un apprentissage de typographie à l’imprimerie Firmin-Didot à Mesnil-sur-l’Estrée, dans l’Eure.

  • 132 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport de l’abbé Jamet, directeur de l’institution de Saint-Brieuc, année scol (...)

86En 1926, 12 élèves boursiers des Côtes-du-Nord suivent différents cours professionnels : 4 d’horticulture, 2 de typographie, 2 de cordonnerie, 2 de coupe, 1 de bourrellerie, 1 de menuiserie-ébénisterie132. À Rillé-Fougères, les cotisations recueillies, en 1932, procurent les ressources nécessaires à l’achat de machines et de divers accessoires pour la création d’un atelier de reliure. Le travail de vannerie est également envisagé. La section des filles s’enrichit d’un moteur électrique pour actionner les machines à coudre et à broder. On envisage de se doter d’une machine à tricoter. Ces mesures traduisent l’effort de modernisation des institutions d’éducation de sourds-muets ; elles soulignent la contribution active des associations de patronage jusqu’à la Seconde Guerre mondiale dans ce domaine.

De l’éducation à la rééducation

  • 133 J. Peneff, Écoles publiques, écoles privées dans l’Ouest, 1880-1950, L’Harmattan, 1987, p. 54-60.
  • 134 A.C.C.S.M., R SM 1 : Registre des états nominatifs (1844-1941).

87Finalement, la ligne de partage entre les institutions de la fédération et les établissements nationaux ne s’inscrit pas dans une concurrence catholique/laïque mais plutôt dans la recherche d’un équilibre socio-éducatif entre bienfaisance privée et assistance publique. En effet, si la fédération cherche à marquer son empreinte confessionnelle dans le champ éducatif, elle n’en adopte pas moins la logique imprimée par la société. C’est ainsi que le qualificatif « catholique », « privé » ou « libre » n’apparaît pas dans la dénomination de la fédération. Toute la scolarité des élèves sourds-muets des institutions de la fédération converge dorénavant vers un même objectif : le certificat d’étude. Les établissements de sourds-muets n’échappent pas à la relation très particulière qu’entretiennent les milieux populaires avec ce diplôme. Depuis la fin de la Grande Guerre, le diplôme s’inscrit dans les mœurs des familles de sourds-muets qui commencent à célébrer son utilité pratique. Le profil de la population scolaire des établissements de sourds-muets s’apparente à celle qui utilise intensément l’école de la Troisième République133. C’est ce que révèle la composition socioprofessionnelle des familles des élèves de l’institution d’Angers entre 1920 et 1939134 : 43 % d’exploitants agricoles, 23 % d’artisans et de petits commerçants, 21 % du monde ouvrier, 11 % de journaliers et 1,5 % de professions libérales, propriétaires et rentiers.

88La plupart des élèves, vers 13 ans ou 14 ans, se dirigent désormais vers une formation professionnelle de deux années. Débutant leur scolarité, en général, vers 8 ou 9 ans, c’est donc vers la 5e année, voire la 6e année, que l’apprentissage professionnel prend le pas sur l’enseignement général à raison de deux à trois heures par jour, la journée du jeudi comprise :

  • 135 A.C.C.S.M., R SM 4 : Lettres adressées à la préfecture ou reçues de monsieur le préfet (1914-1950)

« Encourageants ! Oui, certes, puisque, grâce à la perspective de ces diplômes, nos élèves intelligents, plus attachés à l’école, ne veulent plus la quitter sans être munis du précieux parchemin135. »

89Aussi, les conseils généraux des départements de l’Ouest accordent-ils dans un premier temps des prolongations d’étude aux élèves boursiers. Puis, dans les années 1930, l’âge d’admission des élèves est abaissé à 7 ans dans tous les établissements de l’Ouest. Et il n’est pas rare de voir des élèves entrer dès 6 ans. La scolarité des élèves s’étend désormais sur 9 années : 7 années d’enseignement général complétées par 2 années d’enseignement professionnel.

  • 136 « O. Decroly, la méthode Decroly, sa portée, sa pratique, la cordée, 1927 », Sciences humaines, n° (...)

90Si le consensus existe entre les institutions d’éducation libres de sourds-muets et les pouvoirs publics quant aux finalités de l’enseignement spécialisé, il en est de même quant aux moyens d’éducation déployés pour y parvenir. Dès 1927, plusieurs établissements d’éducation français expérimentent « la méthode belge » de démutisation. Celle-ci n’est autre que la méthode Decroly appliquée à l’enseignement des sourds-muets par l’inspecteur belge Alexandre Herlin et initiée à l’institut royal de Bruxelles. La méthode d’Ovide Decroly136 développe une démarche éducative adaptée aux besoins et aux intérêts de l’enfant. Pour cela, il s’est inspiré de ses expériences de neuropsychiatre pour mettre au point une méthode de lecture dite globale. Celle-ci repose sur le principe que l’enfant perçoit mieux des ensembles organisés et signifiants (mots ou phrases) que des éléments sans signification (lettres ou syllabes).

  • 137 Congrès de Nantes. Deuxième de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des A (...)
  • 138 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport du directeur de l’institution de Saint-Brieuc, année scolaire 1928-1929

91Dans l’Ouest, l’institution de La Chartreuse-près-d’Auray est l’une des premières écoles françaises à s’y intéresser. En octobre 1927, l’institution de la Persagotière lui emboîte le pas137. La méthode belge diffère de la méthode orale pure par l’application du principe de globalisation en lecture, écriture et parole. Mais l’ordre suivi diffère également : lecture idéo-visuelle, écriture, lecture synthétique sur les lèvres, parole. La lecture sur les lèvres devient centrale dans la nouvelle méthode. Les exercices de respiration, de phonation, d’articulation ne sont donc plus mis en premier plan ni pratiqués systématiquement dès le début. Mais le principal attrait pour les professeurs réside dans l’approche plus naturelle de la parole. En effet, après 50 ans de pratique, tous les éducateurs s’accordent pour constater que la méthode orale pure n’a pas répondu aux attentes espérées. Le plus souvent, les sons émis par les sourds-muets restent saccadés, rauques et désagréables : « Cette perfection relative vers laquelle nous tendons n’est, hélas, qu’une parole artificielle prononcée par un infirme qui ne s’entend même pas parler et dont les organes sont restés trop longtemps atrophiés ou inertes138. » La nouvelle méthode doit donc doter les enfants sourds-muets d’une parole beaucoup plus spontanée qu’avec la méthode orale pure, trop mécanique et artificielle :

  • 139 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport du directeur de l’institution de Saint-Brieuc, année scolaire 1930-1931

« Autrefois, les pauvres sourds-muets pouvaient, grâce au langage gesticulé, communiquer avec leurs camarades. Puis est venue la méthode orale. La bouche du maître devait être l’unique livre du sourd-parlant. Et c’est ainsi que les muets apprirent à lire sur les lèvres et à prononcer eux-mêmes des mots. Mais, hélas, on leur infligeait, pendant un an, deux ans et souvent plus, des exercices fatigants et inutiles tels que l’éducation maxillaire, de la glotte, des lèvres, de la langue ; émission des voyelles buccales, des voyelles sonores, des consonnes sifflantes et l’éducation de la voûte du palais139. »

92Les faits et les événements de la vie quotidienne ainsi que l’enseignement par l’image constituent l’essentiel des supports pédagogiques. Assez rapidement la nouvelle méthode emporte l’adhésion des enseignants :

  • 140 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport du directeur de l’institution de Saint-Brieuc, 1934.

« On démutise en employant des mots, des petites phrases simples, qui ayant un sens, intéresse le petit sourd, et non plus en faisant produire des éléments phonétiques isolés, travail fastidieux pour le maître et encore plus pour les élèves. Maintenant on instruit en amusant. Cette méthode nouvelle vivante, gaie, a une influence des plus heureuses sur le caractère des élèves ; ils se montrent plus ouverts, plus communicatifs, plus enjoués et plus désireux d’apprendre parce qu’ils sentent l’utilité de l’enseignement donné. Les parents sont enchantés et heureux de ce qu’ils peuvent communiquer si tôt avec leurs enfants. Le calcul si difficile pour le sourd, et en commençant dès le début, d’abord par la lecture idéo-visuelle des chiffres, l’enfant identifie et pose autant de jetons sur la table. Il écrit ces chiffres. La même expérience se répète en lecture sur les lèvres. La méthode belge semble nous procurer de grands avantages, puisque par la lecture idéo-visuelle, elle retire, plutôt, l’enfant sourd de son isolement, en ouvrant son intelligence d’expression familière à la vie courante : elle lui met entre les mains un moyen de communication pratique et lui permet de comprendre sa langue maternelle avant d’avoir terminé le long apprentissage de la parole140. »

  • 141 Congrès de Nantes. Deuxième de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des A (...)
  • 142 A.C.E. : Lettre de sœur Alice Buttier, 7 octobre 1929.

93Le congrès de la fédération de Nantes, en 1929, se prononce même en faveur des procédés belges141. Dès lors, la méthode se généralise dans tous les établissements d’éducation de sourds-muets. Ainsi, dans l’Ouest, les sœurs d’Évron se forment à l’institution Bon-Sauveur de Caen qui s’apprête à étendre à toutes les classes la nouvelle méthode en 1929142. Les séjours d’étude de professeurs d’institutions de l’Ouest, en Belgique, se multiplient :

  • 143 « Les merveilles de la Charité », article paru dans l’Orne, 15 septembre 1935.

« En 1930, la Directrice des études d’Alençon se rendit en Belgique pour étudier la méthode. À la suite de ce voyage d’étude, l’enseignement de la parole se modifia, alliant les méthodes globale et analytique. Dans les classes supérieures, les programmes d’études furent révisés et le matériel scolaire se modernisa143. »

  • 144 Revue générale de l’enseignement des sourds-muets, n° 7, avril 1929, p. 97-103.

94Le congrès de Strasbourg de 1932 adopte définitivement les procédés de globalisation au sein de la fédération. Elle suit en cela les établissements nationaux de sourds-muets qui, après plusieurs années d’hésitations et de réflexions, ont adopté les principes de la pédagogie belge dans leurs classes144.

  • 145 Congrès de Strasbourg. Troisième de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et (...)
  • 146 Congrès de Nantes. Deuxième de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des A (...)

95Mais si les établissements s’accordent sur les mérites de la méthode, assez rapidement les expériences menées dans les institutions, en soulignent les limites. Peu à peu, chaque enseignant, chaque institution adapte, corrige et apporte ses propres correctifs pour compenser les faiblesses de la méthode. Ainsi dans la plupart des établissements, les exercices analytiques réapparaissent. C’est le cas à la Persagotière de Nantes où une méthode mixte est mise en place : « L’analytique pour étayer notre enseignement et le synthétique pour imprimer au langage artificiel du sourd ce naturel et ce coulant que donnent plus facilement les procédés belges145. » Ils suivent en cela les recommandations du Congrès de 1929 qui considérait la lecture idéo-visuelle et la lecture sur les lèvres insuffisantes pour déclencher la parole naturelle et spontanée chez les élèves. Les congressistes avaient d’ailleurs émis le vœu que « soient maintenus les exercices d’articulation146 ». Mais surtout, les institutions font appel à la rééducation auditive :

  • 147 Congrès de Nantes. Deuxième de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des A (...)

« La rééducation auditive se rattache par ses origines à notre enseignement, c’est dans une de nos Institutions qu’elle a pris naissance, nos classes lui ont servi de berceau. […] Pourquoi les essais qui ont été fait depuis, à diverses époques, n’ont-ils pu déterminer les professeurs de sourds-muets à l’employer ? C’est peut-être parce qu’on lui a demandé plus qu’elle ne pouvait donner. Le découragement suit après la déception. On escomptait des guérisons, on n’a obtenu que de l’amélioration, comme si, en l’espèce, une amélioration plus ou moins sensible de l’acuité auditive, au pis aller d’utilisation maximum des restes d’audition, n’était pas déjà, j’ose dire, un équivalent de guérison147. »

  • 148 « L’Éducation et la Rééducation Auditives au Xe Congrès International d’Otologie », Revue générale (...)
  • 149 Congrès de Nantes. Deuxième de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des A (...)

96Dans les années 1920, la question de l’efficacité des exercices de rééducation auditive faits, avec ou sans appareils, avait divisé les spécialistes148. Toutefois, la nécessité de compenser les insuffisances de la méthode belge amène les enseignants à faire appel à des cours de rééducation auditive pour améliorer la parole des élèves149. Les traitements par l’électricité et au moyen de diapasons s’étant avérés inefficaces, les exercices oraux à la voix nue sont privilégiés ; ils exigent de la part du sourd-muet un effort constant et une attention soutenue pour écouter, localiser et interpréter les sons de la voix et de la parole. Dès lors, la rééducation auditive est appelée à devenir une branche effective de l’enseignement des sourds-muets dans l’ensemble des institutions françaises publiques et privées. Mais elle ne s’adresse pas à l’ensemble des élèves. Seuls les enfants en possession de quelques restes d’audition différentielle peuvent y être soumis. En 1929, un examen auditif réalisé à la Persagotière de Nantes sur 120 élèves signale la présence de 52 élèves en possession d’un reliquat d’audition. 24 sont classés demi-sourds c’est-à-dire qu’ils différencient des voyelles, des mots, des phrases et 18 trois-quarts sourds entendant le son de la voix sans pouvoir le différencier.

  • 150 G. de Parrel, Précis d’anacousie vocale et de labiologie. Méthode orale d’éducation auditive, d’in (...)

97Avec l’émergence de la rééducation auditive dans les établissements d’éducation de sourds-muets, c’est également l’introduction du discours médical qui se généralise. Toutefois, la démarche du médecin est de réparer l’organe défectueux, de le guérir. Se dessine alors, peu à peu, dans les institutions d’éducation de sourds-muets, un partage des missions entre les pédagogues, chargés de faire parler les élèves et les médecins appelés à faire entendre les sourds-muets. Assez rapidement, les ouvrages sur la rééducation auditive se multiplient et se diffusent dans toutes les écoles françaises. Les travaux du docteur de Parrel connaissent notamment un vif succès dans les institutions150. Dorénavant, la rééducation auditive s’intègre dans le dispositif pédagogique de toutes les institutions d’éducation de sourds-muets de l’Ouest :

  • 151 A.C.P. : Certificat du docteur Rousseau, 17 décembre 1936.

« L’orthophonie pour les enfants entendants normalement mais atteints de défaut de prononciation, permet à ces derniers de recouvrer une articulation vocale normale et de pouvoir aussi exercer des carrières qui leur seraient fermées151. »

  • 152 A.D.I.V., 1 N : Rapports du préfet d’Ille-et-Vilaine et procès-verbaux des séances du conseil géné (...)

98Les documents officiels y font de plus en plus référence suppléant désormais le terme d’éducation comme dans cette annonce du préfet d’Ille-et-Vilaine faite au conseil général : « 4 enfants non rééducables sont rendus à leur famille152. » Le terme de rééducabilité s’impose, relayé par le discours médical comme dans ce certificat du docteur Georges Idoux, médecin de l’institution d’Alençon, depuis 1929 :

  • 153 A.C.P. : Certificat du docteur Georges Idoux, 16 décembre 1936.

« Cette œuvre qui s’est donnée pour mission la rééducation des sourds-muets et des sourdes-muettes, ainsi que des aveugles, obtient dans de nombreux cas des résultats médicaux extraordinaires que j’ai pu constater153. »

  • 154 F. Legent, Les débuts de l’ORL dans les hôpitaux de Nantes, janvier 2003.
  • 155 A.D.L.A., 2 X 485 : Rapport du directeur de l’institution de la Persagotière adressé au conseil gé (...)
  • 156 A.D.L.A., 2 X 485 : Rapport du directeur de l’institution de la Persagotière adressé au conseil gé (...)

99Des services d’oto-rhino-laryngologie font leur apparition au sein même des institutions. Ainsi à Nantes, le docteur Maurice Sourdille, otologiste de réputation mondiale154, assure un service gratuit d’oto-rhino-laryngologie, à la Persagotière, tous les jeudis, en collaboration avec le docteur Loue155. Maurice Sourdille est notamment l’inventeur du premier véritable microscope opératoire. Il a également mis au point la fenestration, première intervention permettant d’améliorer l’audition dans l’otospongiose. En 1932, il est nommé professeur titulaire de pathologie externe et de médecine opératoire. À Nantes, il exerce l’ORL dans une clinique créée avec son frère, titulaire de la chaire d’ophtalmologie. Il est à noter que le cabinet annexé à la Persagotière ne s’arrête pas aux seuls soins auriculaires à donner aux élèves. Des fiches médicales mentionnant les caractères particuliers de la surdité ainsi que les lésions anatomiques d’oreille, du larynx et du pharynx, rencontrés lors de ces soins, contribuent à l’amélioration thérapeutique de la surdi-mutité. En 1934, l’équipement du service est pris en charge entièrement par le conseil général de la Loire-Inférieur156.

  • 157 Journal officiel du 15 janvier 1933 : Loi relative à la surveillance des établissements de bienfai (...)
  • 158 Le Mutualiste français. Revue pratique d’étude de société et d’organisation urbaine et rurale, n° (...)

100Dès lors, le basculement de l’éducation vers le médical se précise. Le premier pas est franchi avec le transfert des institutions d’éducation de sourds-muets et d’aveugles sous le tout nouveau ministère de la Santé publique en 1930. Toutefois, c’est avec la loi du 14 janvier 1933 sur la surveillance et le contrôle des établissements de bienfaisance (décret d’application du 16 mars 1934) que la transition s’opère157. En effet, « cette loi contient des dispositions qui dépassent le cadre que son titre semblerait indiquer158 ». D’une part, les établissements privés ayant pour but l’assistance et la bienfaisance acquièrent la capacité patrimoniale des associations reconnues d’utilité publique qui, jusqu’alors, leur était interdit. D’autre part, l’administration les place définitivement dans l’assistance en classant définitivement les sourds-muets dans les malades, empêchant ainsi tout transfert sous la tutelle de l’Instruction publique. Mais en contrepartie, l’État, garant de l’intérêt général, s’octroie un droit particulier de surveillance. Les établissements de bienfaisance privée sont désormais placés sous la tutelle des conseils départementaux de l’assistance publique ; la mission de contrôle sur le terrain revenant aux inspecteurs des services administratifs de l’assistance publique.

  • 159 P. Gourlay, Charles Daniélou (1878-1953). Itinéraire politique d’un Finistérien, Sodis/Breizh, col (...)
  • 160 Fernand Merlin (1868-1937), sénateur de la Loire, il est le président de la commission d’Hygiène e (...)
  • 161 Charles François-Saint-Maur (1869-1949), avocat, sénateur de Loire-Inférieure, membre de l’Union r (...)

101Lors de ses différentes interventions au Parlement, le ministre de la Santé publique, le finistérien Charles Daniélou159, insiste sur « la haute collaboration et la concorde entre les services de l’État et toutes les œuvres de bienfaisance privée » qui ont présidé à l’élaboration de la loi. Mais même si le rapporteur de la loi au Sénat, Fernand Merlin160, martèle que la loi ne doit pas être considérée « comme une pénétration hautaine et distante de l’État » mais plutôt « comme une collaboration fructueuse conservant aux œuvres leurs origines, leurs caractères sans chercher à les diminuer par une surveillance excessive », la mise sous tutelle des établissements privés de bienfaisance prend bel et bien la forme d’une intégration du secteur privé dans la politique d’intervention sociale de l’État républicain. L’avenir des institutions de sourds-muets prend ici un tournant décisif comme le souligne le sénateur Charles François-Saint-Maur : « Selon la façon dont elle sera appliquée, cette loi sera bonne ou mortelle161. »

  • 162 A.C.C.R. : Rapport de l’assemblée générale de l’Association de Patronage de Rillé-Fougères, 3 avri (...)
  • 163 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1932-1934 : Circulaire du préfet de Loire-Inférieure adressée (...)

102Les commissions départementales, organismes à la fois consultatifs et contentieux, se voient donc confier une mission déterminante. 15 membres la composent : le préfet, président de droit, le président de la cour d’appel ou du tribunal, 2 conseillers généraux, 2 membres désignés par le préfet, le maire du chef-lieu où siège l’établissement et enfin les membres élus par les commissions administratives des établissements publics, par les présidents des œuvres de bienfaisance reconnues d’utilité publique et des œuvres d’assistance déclarées. Il est à noter qu’aucun membre du corps enseignant n’est présent. Les seuls délégués des établissements privés au sein de ces organismes sont désormais les médecins. Ainsi, à Rillé-Fougères, c’est le docteur Grasset, membre du conseil d’administration de l’association de patronage de l’institution, qui est désigné comme membre de la commission départementale162. Si dans l’immédiat, les effets de la loi sont peu visibles, la dynamique d’insertion des établissements privés dans la politique sociale de l’État, par la substitution progressive de leur statut juridique, se met en place. Ainsi les élections des conseils départementaux de l’assistance publique se déroulent au cours de l’année 1934163. Il faudra toutefois attendre 1937 pour assister à la première visite de l’inspecteur de l’Assistance publique à Rillé-Fougères. Cette visite symbolise la mutation en cours dans la gestion de l’éducation des sourds-muets en France :

  • 164 A.C.C.R. : Rapport de l’assemblée générale de l’Association de Patronage de Rillé-Fougères, 23 mar (...)

« Au début de mars, nous avons eu la visite de M. l’Inspecteur Départemental de l’Assistance publique. Cette inspection est la seule que nous ayons eue à enregistrer depuis 40 ans. Correct, mais un peu froid, M. l’Inspecteur se dérida, lorsque spontanément, une toute petite que n’impressionnait aucunement le visiteur “officiel” fit tout haut la phrase : “monsieur a des moustaches”. […] En prévision de ces visites rendues obligatoires et pour tenir à jour le carnet médical de chaque enfant, nous songeons à l’acquisition d’une toise et d’une bascule médicale164. »

  • 165 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1932-1934 : Circulaire du préfet de Loire-Inférieure adressée (...)
  • 166 R. Lafore, Recherche sur les interventions publiques en matière sociale. Le secteur de l’enfance i (...)

103À la veille de la Seconde Guerre mondiale, le consensus établi entre l’État et la cinquantaine d’institutions d’éducation de sourds-muets et d’aveugles regroupée au sein de la fédération prend donc forme165. L’État républicain reconnaît la légitimité des institutions de la fédération à intervenir dans le champ de la surdi-mutité mais dans le cadre de sa propre politique d’assistance publique. Toutefois, le « marchandage régulateu166 » qui s’ébauche progressivement dans l’entre-deux-guerres ne s’inscrit pas dans une logique éducative mais dans un discours médico-pédagogique. En effet, l’accord se forme sur la déficience des sourds-muets et non plus sur leur différence. Il ne reste plus alors aux pouvoirs publics qu’à construire un ensemble institutionnel pluriel capable de structurer définitivement l’éducation spécialisée des sourds-muets sous une entité commune. Pour cela, il faudra attendre les ordonnances d’octobre 1945 instituant la généralisation des régimes de Sécurité sociale pour voir se réaliser officiellement la collaboration privée-publique dans l’éducation spécialisée.

Notes

1 A.D.L.A., 2 X 485 : Rapport du directeur de la Persagotière de Nantes adressé au préfet de la Loire-Inférieure, 14 août 1914.

2 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, lettre de la directrice de l’institution de Rillé adressée au préfet d’Ille-et-Vilaine, juin 1915.

3 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, lettre de la directrice de l’institution de Rillé adressée au préfet d’Ille-et-Vilaine, 18 juillet 1915.

4 A.C.C.R. : Ibid., 18 juillet 1915.

5 A.D.C.A., 1 X 95 : Délibération du conseil général des Côtes-du-Nord, liste des sourds-muets placés dans les institutions nationales, séance du 5 septembre 1916.

6 A.D.C.A., 1 X 96 : Délibération du conseil général des Côtes-du-Nord, intervention du conseiller général Turmel, séance du 5 septembre 1916.

7 A.D.L.A., 2 X 485 : Lettre du médecin inspecteur général Fournier, directeur du service de santé de la XIe région militaire au préfet de la Loire-Inférieure, 24 août 1915.

8 A.D.C.A., 1 X 96 : Lettre du sous-directeur de l’institution de Saint-Brieuc, François Bourdonnais, au préfet des Côtes-du-Nord, 7 août 1915.

9 A.D.Ma., X 1793 : Lettre de la directrice de l’institution de Laval adressée au préfet de la Mayenne, 5 août 1916.

10 A.C.C.N.D. : Lettre de sœur Marie Masserot adressée à la mère supérieure de la communauté d’Évron, 14 août 1916.

11 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, notes adressées à l’inspecteur primaire de Rennes, 18 mai 1914 et 9 juin 1916.

12 A.D.L.A., 2 X 485 : Lettre du médecin inspecteur général Fournier, directeur du service de santé de la XIe région militaire au préfet de la Loire-Inférieure, 24 août 1915.

13 A.C.S.G. : É. Coissard, « Histoire de l’Institution départementale des sourds-muets et aveugles depuis 1824 jusqu’en 1951 », lettre du médecin inspecteur général Fournier adressée à Plane, 22 décembre 1917.

14 A.C.S.G. : É. Coissard, « Histoire de l’Institution départementale des sourds-muets et aveugles depuis 1824 jusqu’en 1951 », lettre du médecin inspecteur général Fournier adressée à Bausson, 16 février 1918.

15 E. Coissard et G. Plane, La lecture sur les lèvres et les sourds de guerre, cours de rééducation, Nantes, 1917 ; G. Plane, La lecture sur les lèvres et les sourds de la guerre (cours de rééducation), Nantes, Mellinet et Biroché, 1917, 24 p. ; Bausson, La Rééducation auditive à la Persagotière (pendant la guerre de 1914-1918), la Persagotière, s. d.

16 A.C.S.G. : É. Coissard, « Histoire de l’Institution départementale des sourds-muets et aveugles depuis 1824 jusqu’en 1951 », état fourni au service de la santé par le médecin chef Le Stunf, le 7 octobre 1918.

17 J. Bausson, La Rééducation auditive à la Persagotière (pendant la guerre de 1914-1918), la Persagotière, s. d.

18 H. Marichelle, « La rééducation auditive et les lacunes de son organisation », Revue de l’enseignement des sourds-muets, n° 6, mars 1919, p. 81-89.

19 G. Plane, La lecture sur les lèvres et les sourds de la guerre (cours de rééducation), Nantes, Mellinet et Biroché, 1917, p. 6.

20 A.D.I.V., X 298 : Demande de bourse adressée au conseil général d’Ille-et-Vilaine, lettre du maire de Mézières-sur-Couësnon, 14 août 1920.

21 A.D.I.V., X 298 : Demande de bourse adressée au conseil général d’Ille-et-Vilaine, lettre du maire de Billé, 30 juin 1920.

22 A.D.I.V., X 298 : Demande de bourse adressée au conseil général d’Ille-et-Vilaine, lettre du maire de Villamée, 9 décembre 1919.

23 A.M.R. : Demande de bourse adressée au conseil municipal de Rennes, 10 mars 1919.

24 A.M.R. : Demande de bourse adressée au conseil municipal de Rennes, 19 septembre 1919.

25 A.D.I.V., X 298 : Demande de bourse adressée au conseil général d’Ille-et-Vilaine, lettre de Victorine L., 31 juillet 1917.

26 A.M.R. : Demande de bourse adressée au conseil municipal de Rennes, lettre de Jean-Marie M., 26 octobre 1915.

27 A.D.I.V., X 298 : Demande de bourse adressée au conseil général d’Ille-et-Vilaine, lettre de la directrice de l’institution de Rillé, 27 juillet 1918.

28 A.M.R. : Enquête du commissariat central de Rennes, 10 avril 1918.

29 A.D.I.V., X 298 : Demande de bourse adressée au conseil général d’Ille-et-Vilaine, lettre de la mère de Germaine R., 8 mai 1918.

30 A.D.I.V., X 298 : Demande de bourse adressée au conseil général d’Ille-et-Vilaine, lettre du maire du Grand-Fougeray, 17 mai 1920.

31 A.D.I.V., X 298 : Demande de bourse adressée au conseil général d’Ille-et-Vilaine, délibération du 4 septembre 1916.

32 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, lettre adressée à l’inspecteur, 29 septembre 1917.

33 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, lettre adressée au préfet et aux membres du conseil général d’Ille-et-Vilaine, 17 mars 1920.

34 A.D.L.A., 2 X 485 : Lettre du directeur de l’institution de Nantes adressée au préfet de la Loire-Inférieure, 8 juillet 1919.

35 A.D.L.A., 2 X 485 : États récapitulatifs des élèves sourds-muets et aveugles, 23 juillet 1920 et 18 juillet 1921.

36 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, lettre adressée à l’Inspecteur, octobre 1918.

37 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, courrier adressé au préfet d’Ille-et-Vilaine, février 1919.

38 A.D.I.V., X 298 : Lettre de la directrice de l’institution de Rillé-Fougères adressée au préfet d’Ille-et-Vilaine, 3 juillet 1919.

39 A.D.L.A., 2 X 485 : Rapport du directeur de l’institution de la Persagotière de Nantes au préfet de la Loire-Inférieure, 25 juin 1920.

40 A. Sauvy, « Les variations des prix », Histoire économique de la France entre les deux guerres, de l’Armistice à la dévaluation de la livre, Paris, Fayard, 1965, p. 331-343.

41 A.C.C.S.M., R SM 4 : Lettre de la directrice de l’institution d’Angers adressée au préfet du Maine-et-Loire, 28 novembre 1916.

42 A.D.M.L., X 528 : Délibération du conseil général du Maine-et-Loire, séance du 17 août 1920.

43 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, courrier adressé au préfet et au conseil général d’Ille-et-Vilaine, 17 mars 1920.

44 A.D.L.A, 4 X 485 : Lettre du directeur de l’institution de la Persagotière adressée au préfet de la Loire-Inférieure, 2 juillet 1920.

45 A.D.L.A, 4 X 485* bis : Rapport du directeur de l’institution de la Persagotière adressée au préfet de la Loire-Inférieure, 14 août 1918.

46 A.D.L.A, 4 X 485 : Lettre du directeur de l’institution de la Persagotière adressée au préfet de la Loire-Inférieure, 30 juin 1925.

47 Ibid.

48 A.D.C.A., 1 X 96 : Lettre du directeur de l’institution de Saint-Brieuc adressée au préfet des Côtes-du-Nord et aux membres du conseil général, année scolaire 1924-1925.

49 A.D.C.A., 1 X 96 : Lettre du directeur de l’institution de Saint-Brieuc adressée au préfet des Côtes-du-Nord, 20 mars 1925.

50 A.D.C.A., 1 X 96 : Délibération du conseil général de Loire-Inférieure, 1er octobre 1925.

51 Tout chef de famille ayant à sa charge plus de trois enfants de moins de treize ans et disposant de ressources insuffisantes pour les élever, peut bénéficier d’une allocation pour faire face à ces charges.

52 R. Talmy, Histoire du mouvement familial en France (1896-1939), Paris, Union nationale des caisses d’allocations familiales, 1962, p. 243-244.

53 J.-F. Montès, « Des mutilés de guerre aux infirmes civils : les associations durant l’entre-deux-guerres », H.-J. Stiker (dir.), L’Institution du handicap. Le rôle des associations, xixe-xxe siècles, Rennes, PUR, coll. « Des sociétés », 1999, p. 145-156.

54 Devenu aveugle à 5 ans, Pierre Villey (1879-1933) a fait ses études au lycée Malherbe de Caen avant de se rendre à l’Institution nationale des Jeunes Aveugles de Paris, puis a fréquenté les bancs de Louis-le-Grand et l’École normale supérieure. Agrégé de lettres, il a présenté une thèse sur Montaigne. Il écrit de nombreux ouvrages sur l’art de vivre en aveugle et devient secrétaire général de l’association Valentin Haüy. Les Célèbres de Caen, Éd. Maître Jacques, 2000.

55 F. Buton, « Les raisons de la disproportion entre les deux espaces institutionnels », Les Corps saisis par l’État. L’éducation des sourds-muets et des aveugles au xixe siècle. Contribution à la sociocritique de l’État (1789-1885), p. 107-125.

56 F. Buton, « Les sourds-muets et les aveugles : une catégorie de classement fondée sur d’éducabilité », op. cit., p. 104-136.

57 L. Bauvineau et L. Favre, « Libérer » sourds et aveugles. Initiatives de congrégations montfortaines, Paris, Don Bosco, 2000, p. 103-175.

58 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Rapport dactylographié d’Albert Mahaut, Des écoles d’aveugles, ce qu’elles font, ce qu’elles pourraient être, 15 juin 1921.

59 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Rapport d’Octave Berger, Projet d’organisation de l’enseignement des aveugles, 21 décembre 1921, 28 p.

60 Alexandre Lemesle (1856-1939) a pris la direction de l’institution de la Persagotière de Nantes en 1918 après avoir été directeur de l’institution de Poitiers de 1885 à 1918.

61 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Lettre du frère Martial à Bruxelles adressé à Alexandre Lemesle, 19 mai 1922.

62 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Circulaire d’Alexandre Lemesle, 17 mai 1922.

63 Congrès de Professeurs de Sourds-Muets et d’Aveugles tenu à Nantes du 4 au 8 janvier 1920, compte rendu, Nantes, Mellinet-Biroché, 1920, p. 5-12.

64 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Circulaire d’Alexandre Lemesle adressée aux responsables des institutions catholiques d’éducation de sourds-muets, accusant réception des adhésions au projet d’union morale, 30 mai 1922.

65 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Circulaire d’Alexandre Lemesle, 21 septembre 1922.

66 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Lettre de Sainte-Émilie de la Sagesse, supérieure de Larnay, adressée à Alexandre Lemesle, 28 septembre 1922.

67 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Circulaire d’Alexandre Lemesle, 21 septembre 1922.

68 Louis Linÿer (1878-1962) a pris la direction de l’association nantaise, suite au décès de son fondateur Jules Buffet, en 1921. L’avocat nantais devient sénateur de la Loire-Inférieure, le 18 décembre 1927 puis est réélu le 10 janvier 1933.

69 Congrès de Nantes. Premier de la Fédération pour l’Amélioration du sort des Sourds-Muets et des Aveugles tenu à l’institution départementale de la Persagotière, les 20, 21 et 22 juillet 1926. Compte-rendu : Rapport d’Alexandre Lemesle, p. 11.

70 Aujourd’hui la Fédération Nationale pour l’Insertion des Sourds et Aveugles en France (FISAF), a son siège social à Paris. 45 associations et 73 établissements y adhèrent et accueillent 7 000 enfants, adolescents et adultes handicapés sensoriels. Près de 4 000 salariés concourent au bon fonctionnement de la fédération.

71 Journal officiel, les 7 et 8 décembre 1925.

72 A.D.Mo., X 547 : Statuts de l’Association du Patronage de l’Institution de La Chartreuse-près- d’Auray, 1925.

73 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Lettre de sœur Saint-Michel de Montfort adressée à Alexandre Lemesle, 16 novembre 1925.

74 A.C.C.R. : Statuts de l’Association de Patronage de l’Institution de Rillé-Fougères, 1926.

75 A.D.Mo., X 547 : Statuts de l’Association du Patronage de l’Institution de La Chartreuse-près- d’Auray, 1925.

76 A.C.C.R. : Rapport de l’assemblée générale de l’Association du Patronage de l’Institution de Rillé-Fougères, 12 janvier 1927.

77 Il devient conseiller général du canton de Fougères Nord, le 7 octobre 1934.

78 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Lettres échangées entre Alexandre Lemesle et Thollon, les 25 et 29 septembre ainsi que le 19 octobre 1925.

79 Il faudra attendre le 28 octobre 1965 pour voir apparaître la première association nationale de professeurs sourds-muets en France, L. Bouvineau, op. cit., p. 99-100.

80 Congrès de Nantes. Premier Congrès de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des aveugles tenu à l’institution départementale de la Persagotière, les 20, 21 et 22 juillet 1926. Compte-rendu : Circulaire d’invitation adressée par le comité d’organisation aux membres de la Fédération, 15 avril 1926.

81 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Réunion du comité de la Fédération, séance du 19 mars 1926.

82 Congrès de Nantes. Premier de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des Aveugles tenu à l’institution départementale de la Persagotière, les 20, 21 et 22 juillet 1926. Compte rendu, Nantes, 1926, p. 18.

83 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1922-1926 : Lettre de la directrice de La Chartreuse-près-d’Auray adressée à Alexandre Lemesle, 8 janvier 1926.

84 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Réunion du conseil d’administration du 1er décembre 1926.

85 A.C.C.R. : Rapport d’Alexandre Lemesle lors de l’assemblée générale de la fédération, 22 septembre 1928.

86 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1926-1927 : Lettre du directeur de l’institut régional des sourds-muets d’Orléans à Saint-Jean-de-la Ruelle à Alexandre Lemesle, 22 février 1926.

87 A.C.S.G. : Écho de famille, n° 1, janvier 1908.

88 A.C.S.G. : Écho de famille, n° 70, février-mars 1915. En février 1915, le bulletin a fusionné avec un autre périodique, le Messager de l’Abbé de l’Épée, au décès de son fondateur. Créé 46 ans plus tôt par l’abbé Rieffel (1834-1914), le Messager de l’Abbé de l’Épée était alors l’unique journal ayant une note religieuse dans la presse silencieuse.

89 En septembre 1996, le siège social du bulletin est transféré au Mans. Il devient alors l’Écho Magazine (n° 634). L. Bouvineau, op. cit., p. 83-84.

90 A.C.C.R. : Rapport d’Alexandre Lemesle lors de l’assemblée générale de la fédération, 22 septembre 1928, p. 2.

91 A.C.S.G. : Archives de la Fédération, 1925-1928 : Compte rendu de la réunion du conseil d’administration, août 1925.

92 A.C.C.R. : Rapport de l’assemblée générale de l’Association de Patronage de Rillé-Fougères, 19 janvier 1932.

93 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Programmes des CAP.

94 Congrès de Nantes. Premier de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des Aveugles tenu à l’institution départementale de la Persagotière, les 20, 21 et 22 juillet 1926. Compte rendu des séances, p. 89.

95 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Courrier d’Alexandre Lemesle, 10 mars 1927.

96 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Règlement provisoire, 6 juillet 1927.

97 Congrès de Nantes. Deuxième de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des Aveugles tenu à l’institution départementale de la Persagotière, les 18, 19, 20 juillet 1929. Compte rendu des séances, p. 23.

98 A.C.C.R. : Rapport d’Alexandre Lemesle à l’assemblée générale de la fédération, 23 septembre 1930, p. 3.

99 A. Lemesle, Enseignement logique de la langue française aux sourds-muets, 2e édition, 4 volumes, Nantes, Dupas et Cie, 1925.

100 A.C.C.N.D. : Notes de la Fédération, s. d.

101 Charles Lambert (1883-1972), est député radical socialiste du Rhône.

102 A.C.C.R. : Rapport de l’assemblée générale de l’Association du Patronage de Rillé-Fougères, 11 janvier 1928.

103 Ernest Daraignez (1864-1940), député des Landes, est médecin. Maire de Mont-de-Marsan en mai 1912, conseiller général de 1898 à 1928, il est sénateur de 1920 à 1940. Il est membre du comité directeur de l’Alliance républicaine démocratique.

104 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Courrier d’Alexandre Lemesle adressé au député Henri Grousseau, 21 novembre 1926.

105 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Rapport de Louis Linÿer au conseil d’administration de la fédération, 19 mars 1926.

106 A.C.C.N.D. : lettres adressées par la supérieure de l’institution de Laval, 4 novembre 1927.

107 Henri Groussau (1851-1936), député du Nord de 1902 à 1936, est avocat et professeur de droit administratif. Élu sous l’étiquette de républicain libéral, en 1919, il s’inscrit au groupe des indépendants ; en 1924, il devient membre de l’entente républicaine avant de rejoindre, en 1928, le groupe de l’Union républicaine démocratique.

108 Louis Duval-Arnoult (1863-1942), député de Paris.

109 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Réunion du conseil d’administration de la fédération, 1er décembre 1926.

110 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1925-1928 : Réponse d’un député adressée à Alexandre Lemesle, 23 novembre 1926.

111 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1932-1934 : Lettre du président de l’Association des Parents d’Élèves de l’Institution Nationale des Jeunes Aveugles, René Dannely, adressée aux sénateurs, 1934. Les propos d’Édouard Herriot sont cités par René Dannely qui s’interroge sur « toutes ces belles paroles demeurées sans effets pratiques ».

112 A.C.C.R. : Rapport de l’assemblée générale de l’Association du Patronage de Rillé-Fougères, 11 janvier 1928.

113 A.C.C.R. : Rapport de l’assemblée générale de l’Association du Patronage de Rillé-Fougères, 9 janvier 1929.

114 A.C.C.R. : Rapport de l’assemblée générale de l’Association du Patronage de Rillé-Fougères, 12 janvier 1927.

115 A.C.C.R. : Rapport de la directrice de l’établissement, 11 janvier 1928.

116 A.C.S.G. : Écho de famille, n° 214, mars 1933 et n° 217, juin 1933.

117 A.C.S.G. : Écho de famille, n° 219, octobre 1933.

118 M. Lagrée, « Les patronages catholiques et le développement du cinéma », Sports, culture et religions. Les patronages catholiques (1898-1998), actes du colloque de Brest réunis par Gérard Cholvy et Yvon Tranvouez, UBO, Brest, 1999, p. 271-284.

119 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport du directeur de l’institution de Saint-Brieuc, l’abbé Jamet, 1930.

120 Congrès de Strasbourg. Troisième de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des Aveugles tenu à l’établissement des Sœurs de la Croix, les 21, 22 et 23 juillet 1932. Compte-rendu. Troisième Question : le cinéma et la projection dans l’instruction des sourds-muets, p. 89-117.

121 A.C.C.R. : Lettre du président de l’Association de Patronage des Sourds-Muets de Rillé-Fougères, 28 mai 1931.

122 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport du directeur de l’établissement de Saint-Brieuc au préfet des Côtes-du-Nord, 1934.

123 Congrès de Strasbourg, op. cit., Rapport du directeur de l’institution de Saint-Brieuc, p. 94-104.

124 A.D.C.A., C.P. 46 : Mon Institution, n° 26, mars 1931.

125 A.C.S.G. : Écho de famille, n° 213, février 1933.

126 A.D.C.A., C.P. 46 : Mon Institution, n° 1, 2, 3 et 4, 1929.

127 A.D.L.A., 2 X 485 : Lettre du directeur de la Persagotière adressée au préfet de la Loire-Inférieure, 25 juin 1928.

128 A.D.L.A., 2 X 485 : Ibid.

129 A.D.L.A., 2 X 485 : Lettre du directeur de la Persagotière adressée au préfet de la Loire-Inférieure, 26 juin 1927.

130 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport de l’abbé Jamet, directeur de l’institution de Saint-Brieuc, année scolaire 1925-1926.

131 A.D.C.A., 1 X 96 : Lettre de l’abbé Jamet adressée au préfet des Côtes-du-Nord, 10 octobre 1930.

132 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport de l’abbé Jamet, directeur de l’institution de Saint-Brieuc, année scolaire 1925-1926.

133 J. Peneff, Écoles publiques, écoles privées dans l’Ouest, 1880-1950, L’Harmattan, 1987, p. 54-60.

134 A.C.C.S.M., R SM 1 : Registre des états nominatifs (1844-1941).

135 A.C.C.S.M., R SM 4 : Lettres adressées à la préfecture ou reçues de monsieur le préfet (1914-1950).

136 « O. Decroly, la méthode Decroly, sa portée, sa pratique, la cordée, 1927 », Sciences humaines, n° 1133815, février 2001. Ovide Decroly (1871-1932) applique ses conceptions dès 1901 au sein d’un institut pour enfants handicapés avant de fonder en 1907 l’école de l’Ermitage près de Bruxelles ouverte aux enfants de l’école primaire. Transférée en 1927 à Uccle, elle est reconnue par l’État belge dès 1921.

137 Congrès de Nantes. Deuxième de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des Aveugles tenu à l’institution départementale de la Persagotière, les 18, 19, 20 juillet 1929. Compte-rendu : Rapport de Pierre Louche sur l’emploi de la « méthode belge de démutisation » à la Persagotière, p. 75-88.

138 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport du directeur de l’institution de Saint-Brieuc, année scolaire 1928-1929.

139 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport du directeur de l’institution de Saint-Brieuc, année scolaire 1930-1931.

140 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport du directeur de l’institution de Saint-Brieuc, 1934.

141 Congrès de Nantes. Deuxième de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des Aveugles tenu à l’institution départementale de la Persagotière, les 18, 19, 20 juillet 1929. Compte-rendu : p. 89.

142 A.C.E. : Lettre de sœur Alice Buttier, 7 octobre 1929.

143 « Les merveilles de la Charité », article paru dans l’Orne, 15 septembre 1935.

144 Revue générale de l’enseignement des sourds-muets, n° 7, avril 1929, p. 97-103.

145 Congrès de Strasbourg. Troisième de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des Aveugles tenu à l’établissement des Sœurs de la Croix, les 21, 22 et 23 juillet 1932. Compte-rendu : Intervention de Pierre Louche, professeur à la Persagotière, p. 44-48.

146 Congrès de Nantes. Deuxième de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des Aveugles tenu à l’institution départementale de la Persagotière, les 18, 19, 20 juillet 1929. Compte-rendu : p. 89.

147 Congrès de Nantes. Deuxième de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des Aveugles tenu à l’institution départementale de la Persagotière, les 18, 19, 20 juillet 1929. Rapport de É. Coissard : p. 127.

148 « L’Éducation et la Rééducation Auditives au Xe Congrès International d’Otologie », Revue générale de l’enseignement des sourds-muets, septembre 1922-janvier 1923.

149 Congrès de Nantes. Deuxième de la Fédération pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets et des Aveugles tenu à l’institution départementale de la Persagotière, les 18, 19, 20 juillet 1929. Compte-rendu : p. 138.

150 G. de Parrel, Précis d’anacousie vocale et de labiologie. Méthode orale d’éducation auditive, d’initiation phonétique et de lecture sur les lèvres, Paris, Maloine, 1917, 500 p. ; Précis de Thérapeutique médicale oto-rhino-laryngologique, Paris, Maloin, 1921, 671 p. ; La rééducation de l’ouïe chez les sourds, les sourds-muets et les durs d’oreille, Paris, Doin et Cie, 1932, 146 p.

151 A.C.P. : Certificat du docteur Rousseau, 17 décembre 1936.

152 A.D.I.V., 1 N : Rapports du préfet d’Ille-et-Vilaine et procès-verbaux des séances du conseil général, séance du 3 novembre 1931.

153 A.C.P. : Certificat du docteur Georges Idoux, 16 décembre 1936.

154 F. Legent, Les débuts de l’ORL dans les hôpitaux de Nantes, janvier 2003.

155 A.D.L.A., 2 X 485 : Rapport du directeur de l’institution de la Persagotière adressé au conseil général de la Loire-Inférieure, 16 octobre 1934.

156 A.D.L.A., 2 X 485 : Rapport du directeur de l’institution de la Persagotière adressé au conseil général de la Loire-Inférieure, 19 octobre 1934.

157 Journal officiel du 15 janvier 1933 : Loi relative à la surveillance des établissements de bienfaisance privée.

158 Le Mutualiste français. Revue pratique d’étude de société et d’organisation urbaine et rurale, n° 2, février 1933, p. 39.

159 P. Gourlay, Charles Daniélou (1878-1953). Itinéraire politique d’un Finistérien, Sodis/Breizh, coll. « Histoire », 1996, 216 p. Maire de Locronan pendant 32 ans, député conservateur en 1910 puis rallié au radicalisme après la Grande Guerre, il est ministre de la Santé publique du 18 décembre 1932 au 26 octobre 1933.

160 Fernand Merlin (1868-1937), sénateur de la Loire, il est le président de la commission d’Hygiène en 1932.

161 Charles François-Saint-Maur (1869-1949), avocat, sénateur de Loire-Inférieure, membre de l’Union républicaine, il siège au sein de la commission d’Hygiène. C’est le spécialiste des assurances sociales aux côtés des catholiques sociaux.

162 A.C.C.R. : Rapport de l’assemblée générale de l’Association de Patronage de Rillé-Fougères, 3 avril 1935.

163 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1932-1934 : Circulaire du préfet de Loire-Inférieure adressée aux électeurs des membres du conseil départemental de l’Assistance public et privé, 6 juin 1934. Les élections en Loire-Inférieure ont lieu le 16 juin.

164 A.C.C.R. : Rapport de l’assemblée générale de l’Association de Patronage de Rillé-Fougères, 23 mars 1937.

165 A.C.S.G., Archives de la Fédération, 1932-1934 : Circulaire du préfet de Loire-Inférieure adressée aux électeurs des membres du conseil départemental de l’Assistance public et privé, 6 juin 1934. Les élections en Loire-Inférieure ont lieu le 16 juin.

166 R. Lafore, Recherche sur les interventions publiques en matière sociale. Le secteur de l’enfance inadaptée-handicapée, thèse pour le doctorat en droit public, université de Limoges, 1986.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540