Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les miroirs du silence

 | 
Patrick Bourgalais

Troisième partie. La logique assistancielle (1878-1934)

Chapitre VII. L’éducation spécialisée

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Malgré les efforts engagés depuis la Révolution, l’efficacité de la prise en charge éducative des jeunes sourds-muets par la société demeure relative, incomplète. Seule une minorité de la population sourde parvient à s’inscrire pleinement dans la société. Aussi l’illusion et l’espoir placés dans l’éducation pour résoudre les maux de la société tendent-ils à s’estomper sous la Troisième République. Les problèmes de l’instruction des sourds-muets et de leur insertion sociale paraissent plus complexes que la croyance en l’éducation ne le laissait supposer. Aussi voit-on se mettre en place à la fin du xixe siècle, et surtout dans les premières décennies du xxe siècle, un nouveau mode de gestion de la surdité. Désormais, les préoccupations socio-économiques de la société l’emportent sur les vertus de l’éducabilité et de la bienfaisance.

L’institutionnalisation d’un modèle éducatif : l’oralisme

2Dans les années 1870, les méthodes mimiques, privilégiant l’utilisation du langage des signes ainsi que l’alphabet manuel, constituent toujours le principal moyen d’enseignement des sourds-muets dans les écoles françaises. Toutefois, dans les dernières années de la décennie, le débat sur les mérites de la pratique des méthodes d’enseignement par la parole resurgit. Elle devient même le principal enjeu du projet de réforme des pouvoirs publics visant à unifier un système éducatif jusque-là atomisé.

La remise en cause du modèle français

  • 1 Créée en 1856, l’institution de Saint-Hyppolite-du-Fort constitue la seule structure d’accueil pou (...)

3Jusqu’au milieu des années 1870, les méthodes orales, fondées sur le procédé de l’apprentissage de la parole par la démutisation et la lecture sur les lèvres, restent peu pratiquées dans le paysage éducatif des sourds-muets français. Seulement deux établissements sont strictement oralistes : l’institution de Saint-Hyppolite-du-Fort, dans le Gard, fondée par le pasteur protestant Killian1, adepte de la méthode allemande et une institution privée parisienne dirigée par Auguste Houdin. On peut y ajouter quelques écoles primaires qui accueillent des enfants sourds-muets au moyen des méthodes mises à leur disposition par le docteur Blanchet ou Auguste Grosselin.

  • 2 F. Buton, Les Corps saisis par l’État. L’éducation des sourds-muets et des aveugles au xixesiècle. (...)
  • 3 A.D.M.L., X 529 : Rapport de la commission de surveillance de l’établissement de Mille-Pieds d’Ang (...)
  • 4 A.D.M.L., X 529 : Rapport de la commission de surveillance de l’établissement de Mille-Pieds d’Ang (...)

4Ailleurs, les méthodes orales n’occupent qu’une place mineure. Dans l’institution nationale de Paris, « gardienne de la tradition2 », elles se résument à un enseignement complémentaire : une classe de perfectionnement de deux années pour les élèves les plus aptes ou un cours d’orthophonie dispensé par un médecin, Colombat, à partir de 1873. Comme nous l’avons vu précédemment, quelques approches de démutisation, de lecture labiale ou de prononciation existent également dans les institutions de l’Ouest, depuis le Second Empire. Elles restent, malgré tout, marginales comme l’illustre le rapport de la commission de surveillance de l’établissement d’Angers établi en 1875 : « La classe des sourds-muets renferme quelques enfants auxquels les sœurs, par le mouvement des lèvres, apprennent à prononcer quelques mots et même quelques phrases3. » Comme dans l’institut parisien, ce sont les éléments les plus brillants qui bénéficient de l’éducation orale : « Quelques élèves se font remarquer par leur intelligence et chez certains la parole, bien que l’articulation soit irrégulière, et le son saccadé, est assez distincte pour qu’il soit facile de les comprendre4. »

5Depuis le Congrès de Loudun, en 1854, seule, l’institution de la Persagotière, à Nantes, a introduit la parole dans la pratique pédagogique au moyen de la dactylologie. À partir des années 1870, l’institution nantaise adopte la méthode de M. Fourcade, professeur à Toulouse, comme tous les établissements tenus par les frères de Saint-Gabriel, en France. Les institutions des filles de la Sagesse, dont La Chartreuse-près-d’Auray, s’y intéressent également. Le procédé Fourcade mélange la parole et la dactylolalie (traduction du son par les positions des doigts) :

  • 5 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au p (...)

« Il est à remarquer que tous les enfants doués d’une bonne intelligence parviennent, à force de travail, à se démutiser. La chose, comme on le pense, n’est point facile. C’est le sens de l’ouïe qui règle et dirige l’organe de la voix. Le sourd-muet, lui, n’est guidé que par la vue et le sens du toucher ; la vue lui fait connaître les mouvements des lèvres et une partie de ceux de la langue, mais le jeu de l’appareil interne de la phonation lui reste inconnu ; sa main appliquée sur la gorge de celui qui parle pour l’instruire lui communique bien les vibrations que produisent les émissions de voix ; mais ne lui communique ni le son, ni les modulations du son. Ces choses, il doit sur les indications de son professeur les deviner et les produire comme par une sorte de hasard5. »

6Mais tous les élèves n’y accèdent pas :

  • 6 Ibid.

« Sur une dizaine d’enfants entrés à l’Institution aux vacances dernières, il en est cinq ou six qui annoncent de bonnes dispositions pour la parole. Ceux de l’année dernière, sous ce rapport, nous donnent moins de satisfaction, et cela tient, comme je l’ai dit plus haut, à ce qu’ils soient moins intelligents6. »

7En 1879, à la Persagotière, une heure par jour est consacrée à l’enseignement de la parole artificielle. Mais les frères de Saint-Gabriel restent toutefois attachés au langage des signes. C’est donc une méthode mixte (parole et geste) qui prévaut sur les bords de l’Erdre selon les capacités des élèves :

  • 7 L’Espérance du Peuple, 16 août 1878.

« À l’un de mes amis, étonné d’avoir entendu des sourds-muets parler lors de son voyage à Paris, j’ai répondu l’autre jour : “Point n’est besoin de quitter Nantes. Allez à la Persagotière, l’établissement dirigé par le vénéré frère Louis. Vous y verrez, entendrez ce que, à Paris, vous vous êtes tant ému en entendant des sourds-muets parler.” Lundi, en effet, plus d’un millier de personnes, attirés par la distribution exceptionnelle des prix à l’école des sourds-muets étaient les heureux témoins de ces spectacles7. »

8Aussi, certains conseillers généraux de l’Ouest font pression auprès des institutions départementales pour voir se développer la méthode orale dans leurs murs. L’éducabilité orale est alors présentée comme symbole de progrès comme le souligne, en 1874, l’intervention du conseiller général d’Argentré-du-Plessis, Sallier-Dupin, auprès du conseil général d’Ille-et-Vilaine :

  • 8 A.D.I.V., 1 N : Séance du conseil général d’Ille-et-Vilaine, 23 octobre 1874.

« À cette occasion, M. Sallier-Dupin attire l’attention du Conseil général sur l’opportunité qu’il y aurait à introduire, dans l’institution de Rillé, les nouvelles méthodes d’instruction, qui permettent aux sourds-muets de prononcer des sons et des paroles. L’honorable membre désirerait, également, que l’âge de réception dans l’établissement fût abaissé de 9 à 8 ans8. »

9C’est que les rares initiatives orales réalisées dans l’Ouest produisent une forte impression sur les autorités de tutelle. Elles suscitent même de vives émotions parmi les visiteurs officiels ainsi que sur les parents d’élèves :

  • 9 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, rapport a (...)

« Aux vacances prochaines que de larmes vont couler des yeux de leurs chers Parents quand ils vont recueillir des lèvres jusque-là muettes de leurs enfants, ces mots : Cher Papa, je vous aime beaucoup. Chère Maman, je vous aime de tout mon cœur. Elle se rappellera, la pauvre mère combien elle était péniblement affectée quand elle essayait en vain de faire prononcer à son enfant ce nom qui réjouit tant le cœur d’une mère : Papa, Maman9. »

  • 10 J. Autin, Les Frères Péreire. Le bonheur d’entreprendre, Paris, Perrin, 1983, 428 p. ; O. Heral (d (...)
  • 11 Jacob-Rodriguez Péreire (1715-1780), célèbre précepteur, instruisit une douzaine d’élèves dont les (...)
  • 12 C. Tilly, La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, coll. « L’espace du temps », 1986 (...)

10Bien que largement minoritaires en France, les partisans de l’oralisme parviennent, malgré tout, à briser le monopole de la méthode gestuelle à la fin des années 1870. On trouve à l’origine de cette révolution une association de circonstance, entre les frères Isaac et Émile Péreire10, financiers, industriels et hommes politiques influents français, et un instituteur français, Marius Magnat, directeur de l’école de Genève. En effet, ce dernier met en pratique dans son école la méthode orale inventée par Jacob-Rodriguez Péreire, rival malheureux de l’abbé de l’Épée, au xviiie siècle et aïeul de la famille Péreire11. Voulant réhabiliter sa mémoire et son œuvre, la Société Péreire n’hésite pas à mobiliser son influent réseau de sociabilité et à s’investir financièrement dans un projet de réforme de l’ensemble du système éducatif des sourds-muets français. Elle organise alors des conférences, ouvre une école à Paris, placée sous la direction de Magnat, n’hésite pas à délivrer des certificats d’aptitude et à réaliser des publications vantant les mérites de la méthode. Mais c’est l’organisation du premier congrès international des professeurs de sourds-muets, à Paris, du 23 au 30 septembre 1878, à l’occasion de l’exposition universelle, qui va permettre au réseau Péreire de bouleverser la pratique de l’éducation des sourds-muets en France. La position marginale des partisans oralistes explique le recours au congrès. Cette forme institutionnelle, devenue courante en France, dans la seconde moitié du xixe siècle12, présente l’immense avantage de formuler aux yeux de l’opinion publique des revendications jusque-là cantonnées dans un milieu fermé et, surtout, de légitimer les résolutions votées. Le congrès est placé sous la présidence de Léon Vaïsse, ancien directeur de l’institution impériale de Paris, adepte de la méthode orale.

  • 13 Compte-rendu du Congrès universel pour l’amélioration du sort des aveugles et des sourds-muets, Pa (...)

11Rassemblé autour de l’action menée par les frères Péreire, le réseau oraliste parvient à faire de la réforme des méthodes, l’enjeu officiel de tous les acteurs du champ éducatif de la surdi-mutité à la fi n du xixe siècle. Son projet vise, ni plus ni moins, à imposer la méthode orale dans tous les établissements français et à transférer l’organisation de l’éducation des sourds-muets sous la tutelle du ministère de l’Instruction publique. Lors du congrès de 1878, à Paris, la supériorité de la méthode orale est ouvertement affirmée : « La méthode d’articulation, comportant la lecture labiale qui a pour but de rendre plus complètement le sourd-muet à la société doit être résolument préférée à toutes les autres, préférence que justifie d’ailleurs l’usage de plus en plus général de cette méthode chez toutes les nations de l’Europe et même en Amérique. » Si le langage des signes doit permettre de commencer l’éducation, il doit donc être progressivement abandonné au profit des seuls procédés oraux, parole articulée et lecture sur les lèvres. En outre, le congrès « émet le vœu que le service public de l’éducation des sourds-muets soit transporté du ministère de l’Intérieur au ministère de l’Instruction publique13 ».

  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid., p. 438 et p. 456.

12L’examen de la composition du congrès de Paris souligne l’ambiguïté du consensus réalisé lors de ce congrès. Outre le faible nombre de participants inscrits, 54 tout au plus, le caractère international reste relatif avec 6 congressistes étrangers seulement. Les partisans du projet de la Société Péreire alignent 20 congressistes tandis que les représentants des institutions nationales et du ministère de l’Intérieur n’ont que 3 délégués14. Mais les oralistes sont obligés de composer avec les établissements catholiques, majoritaires dans le système éducatif français. Leur délégation est représentée par les frères de Saint-Gabriel. Ils sont inscrits au congrès dont les directeurs des institutions tenues par la congrégation et le frère inspecteur des écoles. Cette présence unique s’explique par le poids de plus en plus important de la communauté dans l’éducation des jeunes sourds-muets en France. Selon les sources mentionnées lors de ce congrès, 8 établissements sur 57 sont gabrielistes. Un cinquième du corps professoral (52 sur 250) y travaille et accueille un cinquième des élèves français (530 sur 2 500)15. Mais bien qu’ayant introduit dans leur pratique la méthode orale, les frères de Saint-Gabriel restent réticents à l’imposition de la méthode orale comme unique méthode d’enseignement. Lors de leur dernier rassemblement, à Poitiers, en 1875, les frères de la communauté montfortaine ont d’ailleurs manifesté des réserves à cet égard : l’articulation et la lecture sur les lèvres restent réservées à une minorité. Malgré ces réticences, le rapport de forces reste favorable aux oralistes.

13La critique à l’égard du modèle éducatif dominant est officiellement reconnue. Et même si le congrès national de Lyon de 1879 revient sur la résolution du congrès de Paris, en soulignant la large part à accorder à la mimique dans l’enseignement, il n’en écarte que le principe exclusif. Aussi, le congrès de Paris de 1878 marque-t-il un tournant dans l’éducation des sourds-muets en France. Cette prise symbolique du débat sur les méthodes par quelques personnalités extérieures à l’éducation des sourds-muets associées à quelques représentants d’institutions privées laïcs n’est pas sans conséquence pour les acteurs traditionnels du champ éducatif de la surdité que sont l’État et l’Église. Aussi, ceux-ci ne vont pas tarder à réagir face à la menace représentée par les résolutions prises par les congrès de Paris et de Lyon.

La constitution d’une alliance institutionnelle

14Un inspecteur général des établissements de bienfaisance, Oscar Claveau, est ainsi bientôt chargé d’étudier sur place en Allemagne, en Hollande, en Suisse et en Belgique, le rôle attribué à la langue parlée dans les écoles de sourds-muets. Cet éminent fonctionnaire va devenir l’acteur majeur de la politique réformatrice de l’éducation des sourds-muets en France. Dans son rapport remis au ministre Lepère en août 1879, le représentant du ministère conclut, en effet, en faveur de l’emploi de la parole dans les institutions françaises. Mais il va plus loin que les organisateurs des congrès de 1878 et de 1879. Il préconise l’expérimentation dans l’institution nationale de Bordeaux, au cours de l’année scolaire 1879-1880, de la méthode orale pure c’est-à-dire excluant tout recours au langage des signes. Dans le même temps, l’abbé Balestra, directeur de l’institution des sourdes-muettes de Côme vient à l’institut de Paris, pour convaincre l’équipe éducative jusque-là fort réticente à la méthode orale, à l’image de son directeur, Etcheverry.

  • 16 L. Bauvineau, op. cit., p. 57.

15Les frères de Saint-Gabriel adoptent la même démarche que l’administration centrale. Suite à son congrès d’instituteurs de sourds-muets, qui s’est tenu à Saint-Laurent-sur-Sèvre, en 1879, sous la présidence du frère Hubert (Joseph Robineau), visiteur des écoles de sourds-muets de la communauté, l’équipe éducative réitère son attachement à la méthode mixte (parole et geste). Mais, au mois de mai 1880, le frère Hubert entreprend un voyage de 12 jours en Italie où la pratique de la méthode orale est appliquée depuis plusieurs années. Après avoir comparé les résultats des écoles pratiquant une méthode mixte et ceux utilisant un procédé exclusivement oral, le frère Hubert constate la supériorité de ces dernières sur les premières : « Lorsque j’en suis sorti, mes idées étaient complètement changées. Devant l’évidence, il a fallu me rendre : les faits sont bien éloquents16. » Dès lors, les bastions des méthodes mimiques sont prêts à basculer dans le camp des oralistes.

16En juillet 1880, le frère Hubert, accompagné de trois membres de la communauté éducative gabrieliste, rencontre l’inspecteur général des établissements de bienfaisance Oscar Claveau, à Paris. Ce dernier vient lui-même d’achever sa tournée dans plusieurs pays adeptes de la méthode orale. La valorisation des expériences étrangères constitue le point d’ancrage de leur accord. Cette entrevue est décisive car elle scelle une conversion pour les méthodes orales pour le moins inattendue. Cette communion devient le point de départ d’un renversement radical des approches pédagogiques de l’éducation des sourds-muets français.

  • 17 F. Buton, « L’administration en action : les principes de la contribution des fonctionnaires à la (...)

17Pour les représentants catholiques, l’objectif est de conserver le monopole sur l’œuvre. Ils ne peuvent accepter le transfert des écoles de sourds-muets sous la tutelle du ministère de l’Instruction publique à l’heure même où la politique de sécularisation de celle-ci s’élabore. Ils sont rejoints dans ce refus par les fonctionnaires du ministère de l’Intérieur qui cherchent, eux, à légitimer leur action et leur compétence au sein de l’administration centrale17. Ces agents veulent affermir leur responsabilité dans la conduite de l’éducation des sourds-muets. Les instituteurs catholiques et les fonctionnaires ont donc tout intérêt à unir leurs efforts pour s’opposer au classement des sourds-muets dans les attributions du ministère de l’Instruction publique comme le réclame le congrès de Paris, en 1878. Quant au pouvoir politique en place, il ne peut qu’être favorable au maintien du système éducatif mis en place.

  • 18 Sur cet enjeu financier, J. Roca, De la ségrégation à l’intégration, l’éducation des enfants inada (...)

18En effet, le coût de construction d’une dizaine d’écoles, acquisitions de terrains comprises, conjugué à celui de la formation rapide d’un grand nombre de maîtres qualifiés rendent illusoire tout projet de laïcisation des établissements privés à court terme18. Les prévisions budgétaires paraissent même démesurées pour la faible population concernée aux yeux des hommes politiques. Que représentent, en effet, les 3 000 élèves sourds-muets et leur soixantaine d’institutions d’éducation face aux enjeux suscités par les 5 300 000 élèves et les 75 000 établissements de l’enseignement élémentaire. En outre, les coûts d’entretien et de fonctionnement particulièrement élevés, propres à cet enseignement, incitent les hommes politiques à surseoir au transfert des écoles de sourds-muets à une date ultérieure. Et ce, d’autant plus que, comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent, la situation financière des établissements d’éducation de sourds-muets est des plus délicates. Par ailleurs, en cas de transfert vers l’Instruction publique, les dépenses liées aux traitements du personnel, qui ne représente qu’une part réduite dans le budget des écoles confessionnelles, risquent d’accroître le déficit des écoles. À titre de comparaison, en 1880, le montant des pensions versées aux institutions privées de l’Ouest n’excède pas 450 francs (300 francs à Laval, 330 à Saint-Brieuc, 350 francs à Alençon, Fougères, 450 francs à Auray, Caen, Nantes) tandis que dans les institutions nationales, elles s’élèvent à 1 000 francs.

  • 19 C. Bec, C. Duprat, J.-N. Luc et J.-G. Petit (dir.), Philanthropies et politiques sociales en Europ (...)

19Aussi, les détenteurs du pouvoir politique vont-ils tout faire pour procéder à leur propre réforme et en contrôler son exécution par leur administration. C’est ainsi que se constitue une entente tacite basée sur une communauté d’intérêts apparemment divers voire contradictoires entre les acteurs traditionnels de l’éducation des sourds-muets19.

20Dès lors, on assiste à la conversion de toutes les institutions catholiques à la méthode orale. L’institution d’Angers est une des premières institutions à expérimenter l’oralisme comme méthode d’enseignement lors de l’année scolaire 1879-1880 :

  • 20 A.D.M.L., X 529 : Rapport de la commission de surveillance de l’établissement de Mille-Pieds d’Ang (...)

« Nous avons été surpris de voir quelques garçons et quelques filles, nouvellement instruits, lire à haute voix quelques phrases écrites au tableau et d’après une méthode qui a à peine une année d’expérimentation à l’Institution20. »

21En avril 1880, la méthode orale est également adoptée à Rillé-Fougères :

  • 21 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, Rapport a (...)

« Plusieurs fois, Messieurs, vous aviez émis le vœu de nous voir introduire cette méthode dans nos classes. Nous avons voulu vous suivre dans cette pensée si éminemment charitable à l’égard d’infortunés qui ne savaient jusqu’ici communiquer avec leurs semblables que par l’écriture sans pouvoir jamais prononcer ni leur nom, ni celui de leurs parents, de leur patrie, de leur village. Que par un déplorable accident ces pauvres déshérités viennent à perdre l’usage de leurs mains, comment alors se feront-ils comprendre de ceux qui les entourent ? Comment désigneront-ils le lieu de leur habitation, de leur père, de leur mère ? […] Tout en admettant l’articulation, nous n’avons pas négligé l’enseignement par signes qui restera toujours le principal et premier moyen de développer l’intelligence de l’enfant privé de l’ouïe et de la parole. À peu près les deux tiers des boursiers suivent le cours d’articulation, car tous ne sont pas susceptibles d’en profiter. Il y a trois mois à peine que nous donnons ces leçons et déjà plusieurs de nos élèves peuvent prononcer distinctement des mots et même des phrases assez longues : faire une demande, exprimer une pensée, un désir21. »

22Mais la marque la plus symbolique de la mutation en cours dans l’éducation des sourds-muets en France reste la mise à l’écart du directeur de l’institution de Paris, Etcheverry, partisan de la méthode gestuelle et son remplacement, le 6 août 1880, par Louis Peyron, médecin otologiste et homme politique républicain proche de Gambetta, partisan de l’éducabilité orale.

L’officialisation du compromis public/privé : le congrès de Milan

  • 22 Le caractère opaque et instrumentalisé de la préparation du congrès de Paris des différentes force (...)
  • 23 Chef du bureau des établissements généraux de bienfaisance, Théophile Denis (1829-1908), républica (...)

23L’entente tacite entre les institutions catholiques et les représentants du secteur public réalisée, il ne reste plus qu’à officialiser l’accord des partenaires et affirmer l’exercice de leur tutelle sur l’ensemble du champ éducatif des sourds-muets. Le Congrès International de Milan sur l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets, qui se tient du 6 au 11 septembre 1880, en Italie, leur en donne l’occasion. Plusieurs éléments soulignent la convergence de vue des partenaires institutionnels22. Ainsi, le profil des rapporteurs constitue un bon indicateur de la place occupée par les différents groupes dans le débat. Si les réformateurs du réseau Péreire sont majoritaires dans le comité d’organisation du congrès de Milan, leur contribution à l’orientation des débats est, au contraire, relativement faible. Ce sont essentiellement les porte-parole institutionnels de l’éducation des sourds-muets qui se relaient pour déterminer les grands axes. Toutes les questions relatives à la dimension institutionnelle de l’éducation des sourds-muets sont écartées, dans un même élan, par les représentants de l’Église et de l’État. Le temps de parole est monopolisé par les délégués du secteur public et des institutions catholiques. Pour les représentants officiels du gouvernement français, trois intervenants vont marquer de leur empreinte le débat : Oscar Claveau, inspecteur général des établissements de bienfaisance, Adolphe Franck, membre de l’Institut et professeur au Collège de France et Théophile Denis, chef de bureau au ministère de l’Intérieur23. Pour les institutions catholiques, le chanoine Bourse, directeur de l’institution de Soissons, l’abbé Guérin, directeur de l’institution de Marseille et le frère Hubert, visiteur des écoles des frères de Saint-Gabriel accaparent les interventions de leur groupe. Il est à noter que les trois hommes d’Église ont fait un voyage ensemble en Italie peu avant le congrès. L’idée de conversion maintes fois citée dans leurs discours traduit parfaitement le chemin parcouru par ces responsables d’établissement depuis le congrès de Lyon, en 1879 :

  • 24 Congrès International pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets tenu à Milan du 6 au 11 septemb (...)

« Vous reconnaîtrez, Messieurs, que ce n’est ni une contradiction ni une faiblesse, mais une loyale et pleine conversion dont je rends grâce à Dieu d’abord, et après Dieu, à vous tous, nos vénérés confrères d’Italie qui avez été dans cette œuvre les instruments de la Providence24. »

  • 25 Ibid., p. 156.
  • 26 E.-M. Gallaudet, « The Milan Convention », American Annals of the Deaf, 1881, n° 6, p. 8.

24Pour le chanoine Bourse, les instituteurs catholiques ont trouvé leur chemin de Damas25. Il traduit par cette tonalité religieuse, le basculement quasi miraculeux des institutions catholiques vers l’orthodoxie oraliste. La monopolisation de la parole par quelques éminentes personnalités souligne également les contours de leur représentation car au sein des établissements catholiques, l’imposition de la méthode orale comme unique vecteur d’éducation est loin de faire l’unanimité. C’est le cas parmi les frères de Saint-Gabriel. Sur les 18 participants de la communauté dont trois représentants de l’école de la Persagotière de Nantes (frère Mathias, frère Savinien, frère Valentin), plusieurs délégués souhaitent intervenir dans le débat pour exprimer leurs réserves quant à la méthode à adopter26. Mais c’est finalement le frère Hubert qui intervient au nom du groupe et développe son argumentation en faveur de la méthode orale.

  • 27 Congrès International pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets tenu à Milan du 6 au 11 septemb (...)

25En outre, le rapport des forces en présence au congrès de Milan révèle la mobilisation conjointe des acteurs institutionnels. Contrairement au premier congrès de Paris, en 1878, au cours duquel les membres du réseau Péreire étaient largement majoritaires, le congrès de Milan voit le rapport des forces s’inverser au profit de la coalition de circonstance formée par les institutions catholiques et les représentants du secteur public. 8 participants français sur 10 sont des représentants du ministère de l’Intérieur (inspecteurs, directeurs et chefs de bureaux), des délégués des institutions nationales (directeurs, professeurs, aumôniers et membres de commissions consultatives) et des établissements confessionnels (directeurs et professeurs)27.

26Les votes des résolutions sont sans ambiguïtés sur l’entente tacite des partenaires. La mobilisation des établissements catholiques s’avère décisive avec ses 38 membres. Par ailleurs, le caractère international du congrès conforte la coalition constituée. En effet, les congressistes français sont minoritaires : 56 sur les 164 membres votants. Et si plusieurs délégations étrangères sont présentes, ce sont essentiellement les représentants italiens qui sont les plus nombreux avec plus de la moitié des congressistes : 87. Or, la méthode orale est largement répandue dans leurs écoles. En outre, elles sont très majoritairement composées de représentants ecclésiastiques ; l’Église catholique y est le principal acteur de l’éducation des sourds-muets comme en France. Aussi, les résolutions sont-elles votées à une large majorité par un corps électoral essentiellement constitué par des Italiens et des Français (87 % des membres votants). Or, c’est cette assemblée franco-transalpine qui va conférer au congrès une légitimation internationale décisive.

  • 28 Congrès International pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets tenu à Milan du 6 au 11 septemb (...)

27Quant aux questions débattues en assemblée générale, elles dévoilent les préoccupations prioritaires des intervenants. À Paris, en 1878, les questions posées à l’examen du congrès tournent essentiellement autour de l’efficacité du système éducatif en place fondé sur la méthode gestuelle. L’enjeu de ce congrès vise clairement à opérer une restructuration institutionnelle complète de l’éducation des sourds-muets en France. À Milan, les questions portent plus particulièrement sur les avantages de la méthode d’articulation sur celles des signes et les modalités d’application de la méthode orale pure dans les institutions. Sept résolutions sur huit y sont consacrées. La finalité du congrès porte donc plus sur la consolidation du système existant en accordant une priorité aux questions relatives aux pratiques pédagogiques. Elle pose comme principe le maintien du système éducatif en l’état ce qui légitime la complémentarité d’actions entre les deux principaux partenaires institutionnels. C’est ainsi que l’obligation légale de l’instruction est refusée par les congressistes et tout particulièrement par les représentants du ministère de l’Intérieur à l’image d’Oscar Claveau : « Le gouvernement ne saurait obliger les communes, les départements ou les finances de l’État à créer des asiles : il ne peut que faciliter l’exercice de la charité28. »

  • 29 F. Buton, op. cit., p. 578.

28Enfin, les intitulés des rencontres internationales et nationales mettent en lumière le compromis réalisé entre les espaces publics et privés. En effet, l’unique qualification pour l’amélioration du sort des sourds-muets est significative d’une volonté publique de maintenir, et non d’exclure les acteurs privés dans une action commune : « Plutôt que l’“État républicain” lui-même, ce sont des constellations d’acteurs dépassant bien souvent les clivages politiques ou religieux classiques qui, agissant en son nom, le font agir29. »

Du sourd-muet au sourd-parlant

29Au congrès de Milan, seulement 16 délégués votent contre la motion finale. Deux recommandations consacrent définitivement la supériorité de la méthode orale sur la méthode mimique dans l’éducation des sourds-muets.

Première résolution :

« Le Congrès,
Considérant l’incontestable supériorité de la parole sur les signes pour rendre le sourd-muet à la société et lui donner une plus parfaite connaissance de la langue,
Déclare :
Que la méthode orale doit être préférée à celle de la mimique pour l’éducation et l’instruction des sourds-muets. »

Deuxième résolution :

« Le Congrès,
Considérant que l’usage simultané de la parole et des signes a l’inconvénient de nuire à la parole, à la lecture sur les lèvres et à la précision des idées,
Déclare :
Que la méthode orale pure doit être préférée. »

  • 30 W. C. Stokoe, « Signe Langage Structure : an Outline of the Visual Communication Systems of the Am (...)

30On assiste alors à une inversion totale de priorité des pratiques pédagogiques dans l’éducation des sourds-muets en France. C’est ainsi que les signes sont désormais exclus de l’enseignement. En effet, dans la méthode orale pure, professeurs et répétiteurs sont invités à n’user que de la parole pour communiquer avec leurs élèves et pour leur inculquer le contenu du programme. Pour les tenants de l’oralisme pur, l’infériorité présumée des signes sur les langues orales nécessite sa mise à l’écart. Ils estiment que le langage des signes ne permet pas aux sourds-muets d’atteindre le processus d’abstraction ou de généralisation. L’éveil de la pensée du sourd-muet passerait donc nécessairement par l’acquisition des mots qui seuls seraient en mesure de représenter les idées. Cette position semble de nos jours incongrue voire choquante aux vues de l’état des connaissances actuelles de la linguistique. Mais elle est largement partagée par l’ensemble de la communauté éducative chargée de l’instruction des sourds-muets tout au long du xixe siècle et une bonne partie du xxe siècle. Il faudra attendre 1960 pour voir le premier texte reconnaître un véritable statut de langage au langage des signes30 :

  • 31 Intervention de l’abbé Tarra, Congrès International pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets t (...)

« Qui oserait dire que ces signes sans liaison et grossiers qui reproduisent mécaniquement objets et actions sont les éléments d’une langue ? Je sais que mon élève ne dispose que de quelques signes imparfaits, des rudiments d’un édifice qui ne devrait pas exister, de quelques miettes d’un pain qui n’a pas de consistance et ne peut jamais suffire à nourrir son âme, une âme qui réclame à grands cris une existence morale et sociale31. »

  • 32 Ibid., p. 133.

31Cette incapacité supposée à faire accéder le sourd-muet à l’abstraction est notamment défendue par le personnel ecclésiastique qui y voit un obstacle majeur à l’accession à la pensée religieuse. C’est ainsi que le président du congrès de Milan, l’abbé Tarra, directeur de l’école de Milan, souligne qu’il est difficile par la mimique d’amener le sourd-muet à réfléchir et à penser à des objets qui n’ont pas de représentation concrète : « Je défi e, moi, de définir par des signes Dieu, les anges, l’âme, l’espérance, la charité, la justice, la vérité et tout ce qui dans la religion se rapporte à des êtres et à des idées de cette nature : n’ayant pas de figure, aucune image ni aucun dessin ne peuvent les reproduire32. » L’usage récurrent du registre rhétorique des orateurs catholiques sur le caractère divin de la parole renforce cette allégation :

  • 33 Ibid. p. 141.

« La parole est la seule force qui puisse rallumer la lumière que Dieu a donnée à l’homme quand, en le dotant d’une âme dans une enveloppe corporelle, il lui a aussi donné un moyen de comprendre, de concevoir et de s’exprimer […]. Alors que d’une part, les signes mimiques ne suffisent pas à exprimer la plénitude de la pensée, de l’autre, ils favorisent et glorifient l’imagination et toutes les facultés de ce sens […]. La fantastique langue des signes exalte les sens et engendre les passions, tandis que la parole élève l’esprit beaucoup plus naturellement, avec calme, prudence et vérité et évite le risque d’exagérer le sentiment exprimé et d’entraîner des impressions mentales préjudiciables33. »

  • 34 A. Franck, Rapport au Ministre de l’intérieur et des cultes sur le Congrès international de Milan, (...)

32Pour expliquer l’exclusion complète du langage gestuel de l’enseignement, les participants au congrès relèvent également son incompatibilité avec les langues orales et notamment la langue française « tant par la nature des signes dont il est formé que par les règles de sa syntaxe, il ne peut jamais atteindre, ni à la précision ni à l’ordre, ni à l’unité de l’enchaînement qui existent dans nos langues parlées34 ». En outre, dans la perspective d’une insertion sociale, la normalisation du corps ainsi que du comportement devient obligatoire :

  • 35 Intervention de A. Magnat, Congrès International pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets tenu (...)

« Le sourd-muet est en quelque sorte humanisé, qu’on nous permette cette expression, par la parole. En effet, on a remarqué qu’elle ennoblit tout son être en donnant à sa figure une expression plus calme, plus sereine, et en tempérant les mouvements désordonnés de ses bras et de ses mains, si disgracieux parfois et si peu faits pour lui attirer la sympathie même des personnes qui vivent avec lui35. »

  • 36 F. Fourgon, Historique de la pédagogie des sourds-muets, cours de préparation au professorat des i (...)
  • 37 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport de l’abbé Bertho adressé au préfet des Côtes-du-Nord, 26 juin 1883.
  • 38 O. Claveau, L’Enseignement de la parole dans les Institutions de sourds-muets. Rapport à M. le Min (...)

33La place réservée à l’écrit dans la nouvelle pédagogie est également révélatrice d’une rupture profonde des priorités éducatives. C’est ainsi que la maîtrise de l’écrit ne constitue plus l’objectif final de l’enseignement des sourds-muets. Il est même fortement déconseillé d’écrire au tableau les phrases prononcées : « Le seul livre de l’élève est la bouche du maître36. » Les élèves doivent désormais acquérir la voix afin de pouvoir s’exprimer, puis maîtriser la technique de la lecture labiale permettant de comprendre les autres. Ce n’est qu’après cet apprentissage qu’ils apprendront à écrire. La relation sociale prime sur l’épanouissement individuel. Le langage des signes apparaît alors aux yeux de nombreux observateurs politiques comme un luxe. Pour les pouvoirs publics, la supériorité de la parole comme moyen de communication réside justement dans son universalité. Ainsi, elle peut s’inscrire dans les valeurs de la République : « En effet, la parole n’est-elle pas le langage de tous, du savant comme de l’ignorant, du maître comme de l’ouvrier, du riche comme du pauvre37. » Il confère à la méthode orale une fonction de lien social en donnant la parole aux sourds-muets. Pour Oscar Claveau, « s’il n’y a aucun mal moral à faire des signes, la gesticulation place celui qui emploie ce moyen de communication dans une situation d’infériorité à l’égard du reste des hommes38 ».

  • 39 M. Poizat, La Voix sourde. La société face à la surdité, Paris, Métailié, 1996, p. 150.
  • 40 Article 33 de la loi n° 9173 la loi dite « Fabius » du 18 janvier 1991. Elle fait suite à une reco (...)

34Enfin, la définition d’un profil d’élèves pour être admis dans les écoles de sourds rompt avec la politique de charité et de bienfaisance qui prévalait jusqu’alors. Si le caractère de surdi-mutité des postulants constituait, dans la plupart des cas, le critère déterminant d’admission, le congrès de Milan instaure de nouvelles règles d’accueil beaucoup plus restrictives. Partant du principe que la majorité des déficients auditifs est capable d’acquérir la parole artificielle et d’apprendre à lire sur les lèvres, une sélection, non plus fondée sur le degré de surdité, mais sur les facultés intellectuelles et physiologiques des candidats est mise en place. Par conséquent, tous les élèves qui ne disposent pas des qualités requises pour acquérir la parole artificielle, ne peuvent plus prétendre au bienfait de l’éducation dans les institutions d’éducation de sourds. Le congrès de Milan « voit donc le triomphe d’une configuration totalement hétéroclite mais dont les éléments disparates convergent vers une commune recommandation d’exclusion des langues gestuelles et vers une glorification exaltée de la parole39 ». Rendre la parole aux sourds-muets, les transformer en sourds-parlants, apparaît donc aux yeux de nombreux participants de ce rendez-vous international comme une œuvre de progrès. Les résolutions votées lors du congrès de Milan marquent alors une étape décisive dans l’éducation des sourds-muets en France. La belle unanimité réalisée autour de la réforme des méthodes d’enseignement et l’exclusion du langage gestuel de l’enseignement français vont marquer profondément le paysage éducatif de la surdi-mutité pendant près d’un siècle. En effet, il faudra attendre la loi du 18 janvier 1991 pour voir à nouveau « la liberté de choix entre une communication bilingue – langue des signes et français – et une communication orale40 » dans l’éducation des jeunes sourds, en France.

La légitimation d’une éducation spécialisée

35La consécration de la méthode orale pure acquise, il reste à mettre en application les principes édictés lors du congrès sur le terrain et l’imposer à l’ensemble des établissements français publics et privés. C’est ainsi que le ministre de l’Intérieur officialise la méthode orale pure dans l’institution nationale de Paris dès septembre 1880.

La généralisation de la méthode orale pure dans l’Ouest

36Les institutions qui avaient déjà introduit des procédés d’articulation et de lecture sur les lèvres dans leurs murs sont les premières à mettre en œuvre les résolutions du congrès de Milan. À Nantes, mais aussi à Caen, Laval ou Rillé-Fougères, l’oralisation pure remplace les quelques cours d’articulation destinés aux élèves volontaires ou aux enfants les plus aptes disposant de restes d’audition. Dès le 7 novembre 1880, le frère Hubert, visiteur des écoles de sourds de la communauté de Saint-Gabriel, adresse aux directeurs une circulaire traçant les grandes lignes de la démarche pédagogique à suivre dans leurs établissements : « Ne pas faire de signes avec les divisions qui doivent être instruites par la méthode orale pure, s’en tenir rigoureusement à la lecture sur les lèvres. » Au cours de l’année scolaire 1880-1881, l’expérience de la méthode orale pure est mise en pratique dans l’école de Nantes. Son introduction est menée, dans un premier temps, avec les enfants entrés à l’institution au mois d’octobre 1880 et ceux reçus l’année précédente :

  • 41 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au p (...)

« Ils forment deux divisions formant chacune dix écoliers, et le rez-de-chaussée du pavillon sud a été affecté à la classe devant servir à expérimenter la méthode orale. Le début nous paraît satisfaisant, mais cet essai ne nous permet pas encore de nous prononcer sur la valeur de ce nouveau mode d’enseignement. L’École départementale de la Loire-Inférieure, ayant été en France, l’une des premières à enseigner la parole aux sourds-muets, nous avons à cœur de ne pas nous laisser surpasser par ceux qui viennent de se mettre résolument à l’œuvre41. »

  • 42 A.D.Mo., X 1819 : Procès-verbal de la délibération du conseil général du Morbihan, séance du 23 av (...)
  • 43 Congrès de Bordeaux tenu du 8 au 14 août 1881. Comptes-rendus analytiques publiés par les soins du (...)

37Les autres classes bénéficient toujours de leçons d’articulation, et l’usage des signes y est conservé « pour les élèves qui ont plus de deux ans de présence à l’école ». La dynamique instillée par le congrès de Milan gagne peu à peu le reste des écoles de l’Ouest à l’image du reste du pays. C’est ainsi qu’à l’initiative de l’abbé Bouchet, aumônier de l’institution de La Chartreuse-près-d’Auray, les sœurs de la Sagesse adoptent la méthode orale pure lors de l’année scolaire 1880-188142. La même année, l’établissement d’Alençon opte également pour l’application des directives du congrès de Milan. Au congrès de Bordeaux, moins d’un an après celui de Milan, l’introduction directe de la méthode orale pure est effective dans 27 écoles françaises et plus des deux tiers (45 à 50 institutions françaises) en adoptent les principes43.

38Mais certains directeurs d’établissements restent prudents. En effet, les enseignants ne sont ni formés ni expérimentés pour mettre en pratique la méthode orale pure dans leurs classes. Tout est à construire :

  • 44 A.C.S.G. : Circulaire du frère Hubert adressée aux directeurs d’institutions tenus par les frères (...)

« Il est à souhaiter que chaque maître se trace, pour sa propre division, une marche indiquant plus en détail le cours de ses leçons. Je suis désireux de prendre connaissance de cette marche. Je prie chaque professeur de rédiger quelque chose là-dessus et de m’en envoyer une copie pour la mi-décembre44. »

  • 45 Louis François René Noël Bertho (1839-1895) a pris la direction de l’institution de Saint-Brieuc à (...)

39C’est ainsi que l’abbé Bertho45, le directeur de l’institution des sourds-muets de Saint-Brieuc, émet des réserves quant à une application immédiate de la méthode orale pure dans son établissement :

  • 46 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport sur l’année scolaire 1880-1881 de l’abbé Bertho adressé au préfet des C (...)

« Nous n’avons pas cru devoir y apporter aucun changement ; nous attendons et nous attendons pendant quelque temps encore que l’expérience ait prouvé tous les avantages que la méthode orale pure fait ailleurs dans notre pays. La méthode des signes, dite française, développe en peu d’années et à peu de frais, l’intelligence des sourds-muets tandis que la méthode orale pure procède plus lentement et exige des dépenses pécuniaires beaucoup plus considérables. Nous avons l’œil ouvert sur le mouvement qui s’opère en France et nous suivons avec intérêt tous les essais qui sont pratiqués en plusieurs écoles de sourds-muets de notre Patrie. Il me semble donc important de ne pas nous précipiter, lorsqu’il s’agit d’opérer une révolution complète dans l’enseignement des sourds-muets46. »

  • 47 A.C.C.S.M. : Réponse de la directrice de l’institution d’Angers au préfet du Maine-et-Loire, 20 oc (...)

40Il faudra attendre l’année scolaire 1882-1883 pour voir l’institution briochine expérimenter la méthode orale pure auprès de six élèves. L’établissement l’adoptera définitivement l’année suivante : 16 élèves seront instruits par la nouvelle pédagogie orale. Malgré quelques résistances, il suffit de quatre années seulement pour voir l’ensemble des écoles de sourds de l’Ouest entériner les directives du congrès de Milan. En février 1884, l’établissement d’Angers clôt la liste des établissements de l’Ouest à se lancer dans l’aventure oraliste pure47.

La mise en œuvre d’une éducation spécifique (1881-1885)

41Si Milan a intronisé la méthode orale pure, les congrès nationaux et internationaux qui se succèdent, entre 1881 et 1885, vont déterminer le cadre et les modalités de son application. L’objectif est d’éviter tout transfert de l’éducation des sourds vers le ministère de l’Instruction publique. Dans un premier temps, une distinction entre assistance et instruction est établie par le législateur et les responsables politiques républicains. Et c’est au moment où les acteurs définissent les contours d’une identité éducative singulière que les lois fondamentales instaurant l’école primaire de la République voient le jour.

  • 48 J.-P. Machelon, La République contre les libertés, Paris, FNSP, 1976, 462 p.
  • 49 Conférence de M. Baguer, délégué au ministre de l’Instruction publique, Le Patriote de l’Ouest, An (...)

42Ces dernières visent à assurer l’instruction à l’ensemble des enfants en créant un enseignement primaire pour tous. Mais si la loi du 16 juin 1881 généralise la gratuité des études et celle du 28 mars 1882 instaure l’obligation pour tous les enfants des deux sexes âgés de six ans révolus, elles ne vont, en aucun cas, s’appliquer aux sourds-muets et aux aveugles. En effet, l’article 4 de la loi du 28 mars 1882 sur l’obligation scolaire renvoie à un règlement ultérieur la question de l’instruction des aveugles et des sourds-muets48. Selon le législateur, le programme et le règlement promulgué ne peuvent être assimilés par tous les enfants scolarisés : « Les uns trop sourds pour entendre la parole du maître, les autres dans l’impossibilité de distinguer les caractères blancs sur le tableau noir49. »

  • 50 O. Claveau, Rapport au Ministre de l’Intérieur sur le résultat des examens pour la délivrance des (...)
  • 51 T. Denis, L’enseignement de la parole aux sourds-muets. Notes sur la réforme introduite, depuis 18 (...)

43Mais le ministère de l’Intérieur ne prend aucune directive pour la mise en œuvre de l’alinéa consacré aux enfants sourds-muets et aveugles de la loi de 1882. Au contraire, les fonctionnaires du ministère de l’Intérieur font tout pour empêcher sa concrétisation. Ainsi, n’hésitent-ils pas à sous-évaluer le nombre de sourds-muets ne bénéficiant pas de l’instruction pour suggérer que l’obligation d’instruction est déjà quasiment atteinte dans ce champ éducatif. C’est ainsi qu’une commission extra-parlementaire, au vu de documents statistiques émanant du ministère de l’Intérieur, considère comme insignifiant le nombre d’enfants sourds privés de toute instruction. Les chiffres invraisemblables fournis par l’inspecteur général des établissements de bienfaisance en disent long sur les moyens utilisés pour maintenir les écoles de sourds-muets hors du champ de l’instruction publique. Oscar Claveau affirme ainsi que : « L’œuvre avancée ne tardera pas à recevoir son couronnement. Le nombre de jeunes sourds écartés des institutions est représenté tout au plus et pour l’ensemble de sept années pour 341 soit par an, 48 ou 49 maximum pour toute la France50. » Quant aux chiffres fournis pas les services du chef de bureau des établissements généraux de bienfaisance, Théophile Denis, ils sont tout aussi approximatifs que dérisoires : 200 enfants à scolariser51. Les pouvoirs publics estimant les prescriptions légales réalisées, jugent alors inutiles de préparer et de publier le règlement prévu par le dernier paragraphe de l’article 4 de la loi. Quant à la loi Goblet du 30 octobre 1886, elle sera sans conséquence pour les institutions privées et congréganistes puisqu’elles relèvent de l’assistance publique. Les sourds-muets au même titre que les aveugles sont donc de fait exclus du champ d’intervention de l’Instruction publique. Ils sont définitivement maintenus dans le giron de la bienfaisance et l’assistance. Aussi, les congrès peuvent-ils se dérouler dans une atmosphère d’entente cordiale bien éloignée du contexte tendu qui entoure l’application des lois Ferry.

  • 52 Journal officiel, 13 décembre 1882.

44Mais surtout, les résolutions prises lors de ces rassemblements inscrivent désormais la prise en charge des déficients auditifs dans une logique éducative originale bien distincte de l’instruction primaire. Pour les réformateurs oralistes privés laïcs, l’éducation des sourds-muets consiste à instruire et à faire parler les sourds-muets. Cette mission peut être menée à bien par les agents de l’Instruction publique. Mais pour les acteurs traditionnels de l’éducation des sourds-muets, la mission des écoles de sourds-muets ne s’arrête pas à ce programme intellectuel. Ils estiment nécessaire de le compléter par une formation professionnelle. Cette vision de l’éducation des sourds-muets est directement inspirée des valeurs républicaines défendues par les responsables politiques au pouvoir. C’est le fondement de l’accord passé entre ces derniers et les agents du ministère de l’Intérieur. Comme le souligne le ministre de l’Intérieur, Armand Fallières, il convient de faire des sourds-muets « non pas seulement des hommes instruits – on ne peut pas y arriver – mais des ouvriers capables52 ». Former des ouvriers qui parlent constitue bien l’objectif majeur des établissements de sourds aux yeux des pouvoirs publics :

  • 53 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport de l’abbé Bertho adressé au préfet des Côtes-du-Nord, 26 juin 1883.

« Comme dans une foule d’occasions, il devra s’entendre soit avec son patron soit ses compagnons d’ateliers soit avec les clients de la maison pour laquelle il travaille. Alors l’emploi de la langue écrite serait ou trop long ou trop difficile. Sans la parole, la plus grande habilité au travail aurait donc quelque chose de défectueux53. »

  • 54 Résolution XII adoptée par le congrès de Bordeaux, Congrès de Bordeaux tenu du 8 au 14 août 1881, (...)
  • 55 Troisième Congrès International pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets, tenu à Bruxelles du (...)
  • 56 T. Denis, L’enseignement de la parole aux sourds-muets. Notes sur la réforme introduite, depuis 18 (...)

45On assiste, là encore, à une rupture majeure avec ce qui se pratiquait jusqu’alors dans les institutions. L’initiation à un métier n’était, comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents, qu’une activité complémentaire voire annexe. Or maintenant, on inverse les priorités. Pour s’insérer dans la société, il ne suffit plus de savoir lire et écrire, il est nécessaire de travailler, de ne plus rester, si possible, à la charge de la famille, de l’environnement social. La notion d’utilité sociale détermine désormais la fonction des écoles de sourds-muets. Au congrès national de Bordeaux en 1881, le principe d’un véritable enseignement professionnel est voté. Des « ateliers-ouvroirs » en faveur des sourds-muets adultes et la création de patronage auprès de chaque école « avec lesquels ces adultes puissent rester en rapport après leur sortie de l’école54 » sont envisagés pour faciliter leur assimilation sociale. Mais c’est le congrès international de Bruxelles, en 1883, qui défi nit les modalités à mettre en œuvre au sein des institutions « peuplées d’enfants en majeure partie indigents, et pourvues de ressources suffisantes pour entretenir des ateliers parfaitement outillés55 ». La moitié des questions inscrites au programme du congrès y est consacrée. Enfin, le congrès national de Paris de 1885 offre encore l’occasion aux institutions catholiques et aux représentants du secteur public de se démarquer de l’enseignement dispensé dans le cadre de l’instruction publique en rappelant le caractère fondamental de la formation « industrielle » dans les institutions de sourds-muets, « leur clientèle de pauvres et d’infirmes56 » les destinant depuis toujours au secteur de l’« assistance publique ».

  • 57 Article 1 de l’arrêté, Bulletin Officiel du Ministère de l’Intérieur, 1884, p. 404-406.

46Mais il reste à reconnaître juridiquement la spécificité de l’éducation des sourds-muets pour légitimer les prérogatives du ministère de l’Intérieur sur ce champ éducatif. La création d’un certificat d’aptitude à l’enseignement des sourds-muets délivré par les services du ministère de l’Intérieur institutionnalise le caractère distinctif des instituteurs de sourds-muets. Le caractère officiel du diplôme justifie, de fait, l’action des enseignants sourds-muets catholiques. La reconnaissance mutuelle du champ d’intervention de chaque partenaire est clairement définie dans l’arrêté du 3 septembre 1884, rédigé par Oscar Claveau et pris par le ministre de l’Intérieur, Waldeck Rousseau. Celui-ci s’adresse uniquement aux « personnes qui se destinent ou sont employées à l’enseignement des sourds-muets élèves boursiers des départements et des communes57 ». Cet arrêté ne concerne donc ni les enseignants des institutions nationales qui conservent leurs propres conditions de recrutement ni les établissements qui accueillent uniquement des pensionnaires libres. Deux diplômes voient le jour.

  • 58 Ibid.
  • 59 O. Claveau, op. cit., p. 37.

47L’un dit du premier degré atteste des capacités des candidats à « exercer le professorat » dans les institutions. Les candidats doivent alors justifier, pour se présenter, d’une participation à l’enseignement et d’un suivi des cours normaux pendant deux années. Le second dit du degré supérieur permet à leur titulaire de « former des aspirants professeurs58 ». Pour obtenir le précieux sésame, l’enseignant doit posséder le premier degré et avoir dirigé une classe pendant deux années supplémentaires. Seuls les agents du ministère de l’Intérieur ont l’autorité pour délivrer le diplôme. Le jury doit se transporter dans les établissements où exercent les postulants, ce qui permet dans le même temps au ministère de l’Intérieur de réaliser une inspection des écoles. Le jury est « composé de deux membres choisis par le Ministre de l’Intérieur, et d’un membre du conseil général désigné par le préfet ». Ainsi les fonctionnaires du ministère de l’Intérieur acquièrent-ils par conséquent la légitimité d’évaluer la compétence des enseignants de sourds-muets. Ils consolident ainsi leur tutelle sur ce champ éducatif. Entre mai et juillet 1885, la première tournée d’examens en France atteste du succès de la mesure bien que l’examen ne soit pas obligatoire. Les deux membres désignés par le ministre de l’Intérieur pour cette inspection générale, Oscar Claveau et Théophile Denis, peuvent conclure que « sauf quelques rares exceptions qui s’expliquent par des situations individuelles, la parole vivante a prévalu partout59 ». Par leur présence, ils attestent de la capacité des établissements confessionnels à participer à l’éducation des sourds-muets au même titre que les institutions nationales.

48La visite des inspecteurs du ministère de l’Intérieur, dans l’Ouest, s’effectue au mois de mai et constitue le point d’orgue des relations entre les acteurs traditionnels. Le 17 mai 1885, les délégués du ministère de l’Intérieur accompagnés par le conseiller général de Fougères, Henri Bertin, procèdent à l’examen des élèves et des professeurs de l’institution de Rillé-Fougères. Deux brevets du premier degré et cinq du degré supérieur sont délivrés avec succès. Pour les établissements catholiques, les diplômes garantissent leur légitimité et procurent un véritable label de leur savoir-faire aux yeux de l’opinion publique. En retour, les institutions congréganistes reconnaissent les agents du ministère comme l’unique autorité de ce champ éducatif :

  • 60 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, rapport a (...)

« Jusqu’ici les visiteurs les plus haut placés nous avaient souvent donné des marques non équivoques de sympathie et d’encouragement. Cette fois, c’est le Pouvoir lui-même qui, par la voix de ses représentants officiels, par la voix des hommes les plus compétents dans la matière, veut bien nous dire que nous ne sommes pas au-dessous de notre tâche et que nous ne sommes pas indignes de la confiance dont vous nous honorez60. »

49Suite à leur visite, le 19 mai 1885, l’abbé Bertho, directeur de l’institution de Saint-Brieuc, tient à souligner l’unité et la solidarité ayant présidé à la réforme de l’éducation des sourds-muets dans un rapport adressé au conseil général des Côtes-du-Nord :

  • 61 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport de l’abbé Bertho adressé au conseil général des Côtes-du-Nord, 30 juin (...)

« Le mérite de ce premier triomphe ne nous appartient pas exclusivement, car, dans l’emploi de la nouvelle méthode, le personnel enseignant de notre maison s’est éclairé des lumières et de l’espérance des plus grandes écoles françaises et étrangères : l’Institution nationale des sourds-muets de Paris, celle des sourds-muets de Bordeaux, les instituts royaux de Bruxelles et de Milan nous ont servi de guides61. »

  • 62 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au p (...)
  • 63 E. La Rochelle, Congrès administratif français de 1885 dans l’intérêt des sourds-muets. Examen cri (...)

50Le 22 mai 1885, les délégués du ministère de l’Intérieur visitent l’école départementale de la Loire-Inférieure. Accompagnés d’un conseiller général de la Loire-Inférieure, Martin, ils passent près de sept heures à examiner des élèves et des professeurs. En cette circonstance, tout le personnel enseignant participe, avec succès, à l’examen prescrit pour l’obtention du certificat d’aptitude à l’enseignement des sourds-muets62. À la lecture des comptes rendus d’inspection, il est évident que l’objectif principal de ces diplômes et de ces visites est d’officialiser juridiquement la capacité des enseignants catholiques en exercice à enseigner. En contrepartie, Oscar Claveau s’assure du soutien des établissements catholiques dans sa politique de réforme. Pour certains de ses adversaires, cette tournée d’inspection ressemble à une « tournée électorale63 » destinée à entériner la collusion entre les partenaires institutionnels.

  • 64 Troisième Congrès National pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets. Congrès de Paris tenu du (...)

51Le congrès de Paris qui se tient du 4 au 6 août 1885, clôt définitivement les réformes entreprises en France aux yeux du ministère de l’Intérieur. La « limite désirable d’unité64 » atteinte, l’inspecteur général, Oscar Claveau peut, dès lors, proclamer que le problème de l’éducation des sourds-muets est « presque entièrement résolu ». Le processus réformateur entamé au congrès de Milan, par les agents du ministère de l’Intérieur avec l’appui des institutions catholiques, fondé sur une communauté d’intérêts, aboutit donc à la création d’une véritable éducation spécialisée distincte de l’instruction primaire. Elle s’enracine dans le champ de l’assistance placée sous la tutelle du ministère de l’Intérieur. Dès lors, les congrès vont s’espacer dans le temps et perdre de leur pouvoir institutionnel.

Les classes d’arriérés

  • 65 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, rapport a (...)
  • 66 Jousset (dir.), Méthode des exercices acoustiques, Lille, 1900.

52Mais assez rapidement, les institutions d’éducation se trouvent confrontées à de multiples difficultés d’application de la réforme dans les classes. Partant du principe que la méthode orale pure n’exige pas de dispositions intellectuelles spéciales, elle est imposée à tous. Tout enfant sourd-muet, pourvu qu’il soit de bonne constitution physique, peut donc parler. Mais si la méthode est relativement accessible aux enfants qui ont conservé quelques restes auditifs ainsi qu’à ceux qui ont acquis l’usage de la parole, de nombreux élèves, dont beaucoup de sourds-muets de naissance, s’avèrent totalement hermétiques à tout apprentissage par ce canal de communication : « Avec de tels sujets, malgré toute notre bonne volonté, il nous sera impossible d’arriver à des résultats satisfaisants65. » Mais pour les oralistes, ces échecs ne peuvent être attribués au type de surdité de l’enfant mais à une incapacité intellectuelle majeure rendant toute éducation par la parole difficile voire impossible. En effet, selon ces observateurs, la perception des images auditives ainsi que le rapprochement et la différenciation des images acoustiques ne peuvent être faits que par l’intelligence66. Toute forme d’influence de la surdité sur la mutité est, par conséquent, déniée et la distinction entre surdité partielle ou complète est jugée inopérante sur l’apprentissage des élèves. Les catégories d’enfants inaptes sont, dès lors, présentées soit comme des « idiots » soit comme des « arriérés ».

  • 67 Troisième Congrès National pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets. Congrès de Paris tenu du (...)

53La séparation entre les élèves capables de suivre la méthode orale et ceux auxquels elle n’est pas appliquée « pour défaut d’intelligence » devient inévitable. Mais si les enfants jugés « idiots » doivent obligatoirement être exclus des écoles de sourds-muets pour être accueillis dans des hospices ou dans des établissements spécialisés, les élèves dits « arriérés », s’ils ne peuvent être éduqués au moyen de la méthode orale pure, peuvent néanmoins être réunis dans des classes distinctes afin de ne pas perturber l’instruction des autres enfants. C’est ainsi qu’en 1885, le congrès de Paris préconise « la création, dans les écoles existantes, de classes spéciales pour les arriérés67 ». Toutes les institutions d’éducation de l’Ouest ouvrent rapidement de telles sections car elles permettent de répondre à un problème auquel les éducateurs sont tous confrontés comme en témoigne l’exemple de l’institution de sourds-muets de Saint-Brieuc, en 1886 :

  • 68 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport du directeur de l’institution de Saint-Brieuc adressé au préfet des Côt (...)

« À partir de la prochaine année scolaire, une classe spéciale sera instituée pour les sourds-muets peu intelligents et incapables de suivre la marche ordinaire des études. Afin de proportionner l’étendue des connaissances à la capacité intellectuelle de ces élèves dits arriérés, le programme des diverses matières faisant partie de l’enseignement primaire, sera très réduit et se bornera aux éléments les plus simples de l’instruction68. »

  • 69 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au p (...)
  • 70 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport du directeur de l’institution de Saint-Brieuc adressé au préfet des Côt (...)

54Le nombre de sourds-muets concernés par la mesure est loin d’être insignifiant. À Nantes, en 1886, sur les 39 élèves boursiers du département de la Loire-Inférieure, 4 sont jugés « insuffisamment pourvus d’aptitudes », « 10 ont des moyens ordinaires » et 25 « sont doués de toutes les facultés propres à les faire parvenir à une bonne instruction69 ». Au cours de l’année scolaire 1886-1887, l’institution de Saint-Brieuc ouvre une section composée de 7 garçons70.

  • 71 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au p (...)
  • 72 A.D.M.L., X 528 : Rapport de l’inspecteur général des écoles spéciales de sourds-muets, Dubransle, (...)

55Le directeur de l’institution départementale de la Persagotière estime quant à lui, après 5 ans de pratique, que la méthode orale est susceptible de réussir pour les 9/10 des enfants71. Lors du congrès de Paris, qui se tient en 1895, certains congressistes évaluent également à 10 % d’enfants à l’infirmité incurable, et 20 % d’enfants « ayant une intelligence peu développée ». Enfin, aucune méthode d’enseignement n’est imposée pour instruire ces élèves. Aussi, assiste-t-on à la survie du langage gestuel dans ces classes. Pendant l’année scolaire 1905-1906, l’institution des sourds d’Angers dispose d’un effectif de 33 élèves répartis dans 6 classes : 3 pour les garçons et 3 pour les filles. La classe qui reçoit les élèves la première année est également celle qui accueille les élèves dits arriérés. Dans la première classe des garçons, 4 des 6 élèves sont déclarés arriérés. Mais, il existe une « autre petite section de trois enfants peu instruits, idiots ou paralysés auquel une religieuse, qui est à la [l’institution de Sainte-Marie de la] Forêt depuis 40 ans, donne un enseignement au moyen de la langue des signes72 ».

  • 73 A. Carol, Histoire de l’eugénisme en France : les médecins et la procréation (xixe-xxe siècles), P (...)
  • 74 A.D.I.V., 3 X 1046 : Enfants arriérés ou anormaux ; rejets de demandes ou affaires sans suite.
  • 75 A.D.I.V., 3 X 374-379 : Placement d’office des aliénés, 1900-1916.

56La question de l’arriération dans les écoles de sourds-muets est donc uniquement liée à la capacité d’apprendre par la méthode orale pure. La constitution de classes séparées en faveur d’enfants en situation de retard scolaire n’est pas sans conséquence pour la représentation sociale de l’éducation des sourds-muets aux yeux du grand public. En effet, la présence au sein d’une même structure, d’enfants sourds-muets et d’enfants dits « arriérés » contribue à la confusion des termes. Et malgré sa proximité avec l’enseignement primaire quant aux matières enseignées, cette ambiguïté tend à singulariser encore plus l’éducation des sourds-muets du champ scolaire classique. C’est également l’amorce d’une ghettoïsation d’une fraction de la population sourde-muette73. Les jeunes sourds-muets qui ne peuvent être accueillis dans les institutions d’éducation sont alors confiés, au mieux chez un parent, voire dans une des rares écoles de rééducation pour enfants anormaux comme celle qui va voir le jour, en 1919, à Créhen74, dans les Côtes-du-Nord, au pire placés dans les asiles d’aliénés75.

Des conditions d’enseignement spécifiques

57Sur le plan matériel, la méthode orale pure nécessite une transformation complète du mobilier scolaire :

  • 76 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport de l’abbé Bertho adressé au préfet des Côtes-du-Nord, 26 juin 1883.

« Les tables et les bancs rectilignes seront réformés et remplacés par des tables et des bancs disposés en hémicycle. Les tableaux noirs prendront d’autres formes. Les musées scolaires devront être à la disposition des professeurs et des élèves et donneront à chaque classe une apparence de magasin de jouets de Nuremberg. Enfin, une collection de tableaux – images couvrira les murs des diverses parties de l’établissement pour faciliter l’instruction des écoliers76. »

  • 77 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au p (...)
  • 78 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au p (...)

58Mais la principale innovation à apporter réside surtout dans la multiplication des salles de classes. En effet, la nouvelle pratique éducative « exige que les élèves soient répartis en autant de salles closes qu’il y a de divisions, attendu que pour les leçons pratiques d’articulation, le bruit est un obstacle qui les rend impossibles77 ». C’est ainsi qu’à Nantes, « pour obvier à l’inconvénient du bruit, qu’aux vacances dernières, notre grande salle des exercices a été divisée en quatre classes par des cloisons vitrées à panneaux mobiles78 ».

  • 79 A.C.C.S.M., 6 M 3 – J : Institution des sourds-muets, documents divers non datés.
  • 80 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, rapport a (...)

59Par ailleurs, une période de transition est nécessaire pour généraliser la méthode orale pure à tous les élèves. Jusqu’au départ de tous les anciens élèves instruits par le langage gestuel, deux types d’élèves vont donc cohabiter dans toutes les institutions françaises : ceux qui pratiquent la langue des signes et ceux qui apprennent à communiquer par la parole. Les premiers sont alors strictement séparés de ceux éduqués par la nouvelle méthode « pour que le signe ne tue pas la parole79 ». À titre d’exemple, à Rillé-Fougères, le dernier élève éduqué par signe, le jeune Victor L. de Janzé, arrivé le 6 septembre 1878, boursier depuis août 1879, quittera l’établissement le 31 juillet 1884 : « Ses progrès désormais seraient d’autant plus lents qu’il serait privé du stimulant précieux que donne l’émulation. Il nous resterait, en effet, le seul élève instruit par signes80. »

  • 81 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au p (...)

60À Angers, où la méthode orale pure est mise en application plus tardivement, on compte encore, en 1891, 4 élèves qui pratiquent la langue des signes. Cette période de transition oblige les directeurs et les directrices d’institutions à revoir l’organisation générale des classes. C’est ainsi qu’au cours de l’année scolaire 1882-1883, les écoliers de l’institution de la Persagotière de Nantes se répartissent en 7 divisions : 4 pratiquent la méthode orale pure, 2 la méthode mixte (parole et signes) et 1 utilise les signes et l’écriture81.

61Les difficultés rencontrées sont également d’ordre pédagogique. En effet, l’apprentissage par la parole est particulièrement contraignant pour les enseignants :

  • 82 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au p (...)

« Les signes méthodiques sont exclus de cet enseignement, quelques gestes naturels y sont seuls tolérés la première année. Le début, il faut en convenir, est âpre et difficile aussi bien pour le maître que pour les élèves ; car ce n’est pas chose aisée que de faire proférer des sons naturels à des enfants qui n’entendent point et qui n’ont même pas l’idée des sons qu’ils expriment. La vue et le toucher doivent suppléer chez eux à l’oreille. On le fait parvenir à sentir les vibrations de l’appareil vocal au moment de l’émission des syllabes et à lire la parole sur les lèvres. Nous ne prétendons pas faire parler un sourd de naissance aussi correctement que l’entendant ; mais si nous arrivons à lui faire articuler les mots de manière à être bien compris de tout le monde, notre but sera atteint82. »

62Au début, la lecture sur les lèvres n’est qu’une manifestation de la concentration et un entraînement de l’acuité visuelle. C’est pour ces raisons que les enseignants cherchent à développer l’attention et la réflexion chez les élèves puisque c’est par l’inspection minutieuse des mouvements buccaux du professeur que l’élève chemine vers la parole. En démutisant, en lui faisant articuler devant la glace, en lui parlant comme s’il entendait, tout au long de sa scolarité, le sourd parvient donc peu à peu à déchiffrer les dessins labiofaciaux des syllabes, des mots et des phrases. La palpation des organes de la phonation complète cet apprentissage. Mais l’acquisition de ces fonctions est loin d’être réalisée quand les nouveaux venus arrivent dans les écoles :

  • 83 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, rapport a (...)

« Figurez-vous, Monsieur de Préfet, un enfant qu’on jette en 8e, au milieu d’une année, avec des condisciples qui ont déjà quelque idée de français et de latin, quand lui ne suit rien du tout. Le sourd-muet qui arrive est un sauvage qui trouble les autres, bat souvent et mord non seulement ses camarades, mais aussi celles qui l’aiment déjà comme de véritables mères83. »

63Toutefois, la question de la formation des enseignants dans des écoles normales, bien que soulevée maintes fois par les réformateurs oralistes laïcs lors des congrès, est en permanence ajournée. Le risque de voir ces centres de formation placés sous la tutelle de l’Instruction publique annihile toute initiative à cet égard. Aussi, le personnel enseignant des institutions se trouve-t-il démuni pour résoudre les difficultés auxquelles ils sont confrontés :

  • 84 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, rapport a (...)

« Déjà les institutrices ont obtenu des résultats vraiment satisfaisants ; cependant elles se trouvent bien novices dans l’enseignement de l’articulation pure et sentent un pressant besoin de voir à l’œuvre des professeurs plus expérimentés et de s’édifier de leurs lumières84. »

  • 85 Ibidem.

64Aussi, un rôle de formation est-il attribué aux congrès. C’est ainsi que l’établissement national de Bordeaux, un des premiers à avoir appliqué la méthode orale pure, accueille de nombreuses institutrices venues de toute la France lors du congrès de 1881 pour faire partager l’expérience acquise par les sœurs de la Charité de Nevers. C’est ainsi que les sœurs de l’établissement fougerais (sœur Marie-Angèle, directrice, sœur Alexandrine, sœur Augustin, sœur Onésime et sœur Paschasie) se proposent lors du congrès de Bordeaux « d’y rester non seulement le temps du Congrès, mais d’y arriver quelques jours à l’avance pour profiter des leçons données aux élèves85 ». Quand aux frères de Saint-Gabriel, dès 1884, ils peuvent s’appuyer sur l’expérience acquise par l’ensemble du personnel enseignant de ses écoles. L’ouvrage du directeur de Poitiers, le frère Médéric, Méthode d’articulation et de lecture sur les lèvres, devient rapidement un référent pour leur réseau d’écoles.

  • 86 Congrès International pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets tenu à Milan du 6 au 11 septemb (...)
  • 87 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport de l’abbé Bertho adressé au préfet des Côtes-du-Nord, 26 juin 1883.

65Sur le plan pratique, la nouvelle méthode d’éducation nécessite également un encadrement beaucoup plus important en personnel enseignant que pour la méthode gestuelle. En effet, le congrès de Milan a décrété qu’« un professeur ne peut enseigner plus de 10 élèves par la méthode orale86 ». Dans la pratique, les congressistes tombent d’accord pour estimer à 8 le nombre d’élèves idéal pour une classe de démutisation. En 1883, l’institution de Saint-Brieuc dispose de 9 professeurs (5 pour la section des garçons et 4 pour celle des filles) pour éduquer 94 élèves. La nouvelle méthode mise en pratique oblige donc l’institution à recruter 3 enseignants pour répondre au vœu émis lors du congrès de Milan87 :

  • 88 A.D.Mo., X 1819 : Rapport du directeur de Saint-Brieuc adressé au préfet du Morbihan, 24 juin 1884

« Les cours d’articulation sont restreints à un petit nombre d’élèves afin que cet enseignement minutieux dans ses procédés donne ses fruits à temps et à tous. Il a donc été indispensable d’établir 2 classes dans l’école des filles et 2 classes dans celle des garçons88. »

66Par ailleurs, l’accueil d’élèves en cours d’année scolaire devient désormais impossible :

  • 89 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, rapport a (...)

« Bien des fois, Messieurs, vous avez envoyé dans un quartier, 2 ou 3 petites filles, et dans l’autre, 5 à 6 garçons ou vice versa. Alors une des maîtresses se chargeait avec son ancienne division de cette nouvelle recrue. Elle pouvait partager son temps entre ses 2 cours. Aujourd’hui les nouveaux venus ont besoin d’être, toute l’année, collés, pour ainsi dire, aux lèvres du professeur qui aura la lourde tâche de leur apprendre les éléments de l’articulation89. »

  • 90 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au p (...)
  • 91 A.C.C.R. : Registre d’entrées des élèves entretenus au compte du département (1875-1942) ; registr (...)

67Comme nous l’avons vu précédemment, l’enseignement de la parole offre dans les premières années plus de difficultés que la méthode gestuelle. Faire parler les sourds-muets exige un apprentissage plus long et plus fastidieux que celui des signes. Aussi est-il nécessaire d’accueillir le plus tôt possible les élèves. Les congressistes réunis à Milan avaient d’ailleurs émis le vœu de voir le nombre d’années d’étude des élèves porté à « 7 ans au moins et mieux encore de 8 ans ». Les premières années de séjour sont essentiellement consacrées à l’apprentissage machinal de l’articulation et de la lecture sur les lèvres. La période de démutisation « est considérée comme perdue pour l’instruction. Mais c’est une préparation nécessaire à l’instruction proprement dite qui commence avec la seconde année90 ». Il est donc indispensable de prolonger la durée des études pour compenser cette perte de temps. En août 1881, le conseil général d’Ille-et-Vilaine est un des premiers départements à porter la durée d’étude de l’institution départementale à 7 ans. Durant les décennies 1880 et 1890, 70,7 % des élèves des deux sexes de l’institution fougeraise effectuent les 7 années du programme. Seulement, 17, 2 % des élèves ont une scolarité courte (moins de 5 ans)91.

  • 92 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, rapport a (...)
  • 93 A.D.Mo., X 1819 : Rapport de la directrice de La Chartreuse-près-d’Auray adressé au conseil généra (...)
  • 94 A.C.C.R. : Registre d’entrées des élèves entretenus au compte du département (1875-1942) ; registr (...)

68Lors du congrès de Milan, les congressistes ont reconnu également que l’âge le plus favorable pour être admis dans une école pratiquant la méthode orale pure se situe entre 8 et 10 ans : « Ils peuvent être admis jusqu’à l’âge de 12 ans, pas au-delà, à moins de cas exceptionnel92. » Cette rupture avec les pratiques passées qui favorisaient l’accueil d’élèves plus âgés s’explique par la spécificité technique de l’enseignement de la parole ; plus les sujets sont jeunes, plus ils ont d’aptitude à être formés à une bonne prononciation : « À cet âge, le jeu des organes vocaux qui sont plus souples et plus flexibles, se prêtent beaucoup plus facilement à l’émission des sons et à l’articulation93. » À Rillé-Fougères, comme dans les autres établissements français, l’âge moyen des élèves ne cesse de baisser. Il passe de 9,6 ans entre 1875 et 1884 à 8,1 ans entre 1895 et 1904. Les enfants se font de plus en plus présents au détriment des adolescents ce qui modifie profondément l’approche de l’éducation des sourds-muets94. Ainsi, dans l’établissement fougerais, si les enfants de moins de 10 ans ne composaient que 48,5 % de l’effectif entre 1875 et 1884, ils représentent désormais 88,2 % entre 1895 et 1904.

Un espace de gestion mixte

  • 95 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport de l’abbé Bertho adressé au préfet des Côtes-du-Nord, 26 juin 1883.

69Les années 1880 voient donc la mise en place d’une éducation spécialisée en France ; le terme d’institutions d’éducation s’estompe bientôt derrière celui d’établissements spécialisés dans les discours et les courriers officiels. La mutation sémantique symbolise la volonté politique d’inscrire l’éducation des sourds-muets dans une logique d’assistance originale. Et son accompagnement financier est au cœur de la réforme : « Si la lutte [pédagogique] nous est réservée, les sacrifices pécuniaires fourniront votre part. Qui veut la fi n, veut les moyens ! Le grand moyen d’assurer le succès de la méthode orale, c’est l’argent95. »

Un service départemental d’assistance

70En imposant la présence d’un membre du conseil général au sein du jury chargé de procéder à l’examen des professeurs, l’arrêté de 1884 a pour effet de consolider l’emprise des conseils généraux sur l’éducation des sourds-muets. Elle légitime notamment la compétence de l’assemblée départementale en matière pédagogique. Jusque-là, seules les institutions financées par les seuls fonds départementaux étaient soumises au contrôle d’une commission. Désormais, tous les établissements d’éducation de sourds-muets qui disposent d’élèves boursiers du département ou d’une commune sont placés sous la tutelle directe du préfet et des membres du conseil général. En contrepartie, les autorités départementales sont chargées de tout mettre en œuvre pour que les établissements appliquent la méthode orale pure dans de bonnes conditions :

  • 96 O. Claveau, De la parole comme objet et comme moyen d’enseignement dans les Institutions de sourds (...)

« Les conseils généraux, de leur côté, tiendront, je n’en doute pas, à honneur de seconder, par une augmentation nécessaire d’allocations, l’œuvre de transformation intelligente que des institutions privées réalisent déjà ou sont disposées à réaliser pour l’application de la méthode orale pure à leur enseignement96. »

71C’est le cas de l’Ille-et-Vilaine. Sous l’impulsion du conseiller général d’Argentré-du-Plessis, Henri de Sallier-Dupin, le conseil général augmente sensiblement, dans les années 1880, le montant des bourses octroyées aux élèves du département :

72L’augmentation du prix de la pension s’accompagne également de l’allongement du temps d’étude. Ces deux mesures permettent à l’établissement fougerais de faire face aux nouvelles charges occasionnées par la mise en application de la méthode orale pure. C’est le cas au cours de l’année scolaire 1882-1883 où l’institution de Rillé-Fougères aménage trois nouvelles classes et se procure les installations nécessaires à leur bon fonctionnement. Elles viennent s’ajouter aux deux salles d’étude existantes.

73La part du budget de l’assistance publique du conseil général d’Ille-et-Vilaine consacrée à l’entretien de l’institution fougeraise ne cesse également de croître dans le même temps. Si en 1867, le poste affecté à l’entretien de l’établissement de Rillé représentait 9, 8 % du budget départemental, elle s’élève à 12,6 % dès 1880. Elle atteint même 15 % en 1893. Entre 1885 et 1890, le conseil général d’Ille-et-Vilaine s’investit donc de plus en plus dans la prise en charge des élèves sourds de l’établissement fougerais. En 1893, dans le crédit départemental alloué à l’assistance publique, la ligne budgétaire de l’institution de Rillé devient même le deuxième poste après le service de la médecine gratuite destinée aux indigents malades dans les campagnes.

  • 97 A.D.I.V., 1 N : Procès-verbal de la séance du conseil général d’Ille-et-Vilaine, séance du 25 août (...)

74Malgré tous ces efforts, la demande d’éducation reste toujours aussi forte. En 1885, 10 demandes d’admission sont proposées au conseil général d’Ille-et-Vilaine « chiffre loin de représenter le nombre des malheureux dignes d’être secourus. On relève, en effet, dans ces dossiers des familles presque sans fortune qui comptent jusqu’à 2 et 3 de leurs membres affligés de cette malheureuse infirmité. Monsieur le préfet nous a fait connaître en outre qu’il avait un grand nombre de demandes qui lui paraissent intéressantes, mais non classées pour défaut de complément de dossier97 ». Face à l’urgence des besoins, des voix s’élèvent au sein même du conseil général pour voir l’obligation scolaire se généraliser aux enfants sourds. Aussi, le conseil général poursuit-il sa politique d’aide sociale en faveur des sourds du département dans les années 1890 en augmentant progressivement le nombre de bourses :

75L’assemblée départementale est bientôt rejointe dans sa politique d’assistance aux sourds-muets par quelques assemblées communales. C’est ainsi que la municipalité rennaise propose des bourses municipales aux enfants sourds déshérités de la ville. La création des quatre premières bourses municipales rennaises voit le jour en 1883. La politique sociale de la municipalité s’intensifie à partir de 1895 : 15 bourses attribuées entre 1895 et 1904, 16 entre 1905 et 1914.

76Dans le même temps, l’école de la Persagotière de Nantes voit la contribution du département de la Loire-Inférieure s’élever rapidement. Si de 1857 à 1879, l’institution nantaise a fonctionné avec une subvention départementale inchangée de 22 200 francs, à partir de 1880, l’allocation départementale ne cesse de croître chaque année pour pratiquement doubler en moins de 20 ans :

  • 98 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, lettre du directeur de la Persagotière adressé au pr (...)
  • 99 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au p (...)
  • 100 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, courrier du directeur de la Persagotière adressé au (...)

77D’autre part, en 1884, un rapport de la commission de surveillance de l’établissement établit avec précision l’état des lieux de l’école nantaise. Il signale une organisation spatiale peu compatible avec la pratique de la nouvelle méthode d’éducation. Il résulte donc de ce constat qu’une construction en rapport avec les exigences de l’enseignement oral est devenue indispensable. Dès août 1885, sur proposition du préfet, le conseil général de la Loire-Inférieure, envisage la construction d’une seconde aile à la maison principale afin de recevoir les classes et le dortoir nécessaires au bon fonctionnement de la méthode orale98. L’annexe réalisée en 1886 « comprend, dans le sous-sol, quatre grandes pièces propres à faire des ateliers ; huit classes au rez-de-chaussée ; et, au-dessus des classes, un vaste dortoir99 ». À la session d’août 1886, le conseil général vote une subvention extraordinaire de 2 000 francs pour l’ameublement des classes. L’année suivante, l’installation du gaz dans toute la construction neuve ainsi que l’établissement d’un petit service d’eau pour les appartements supérieurs parachèvent la construction100. Le conseil général de la Loire-Inférieure a donc investi près de 50 000 francs pour permettre à l’établissement tenu par les frères de Saint-Gabriel de réaliser dans de bonnes conditions la réforme entreprise lors du congrès de Milan.

78La volonté politique du gouvernement à l’égard de l’éducation des sourds-muets se traduit bien sur le terrain par une implication croissante des assemblées départementales sur les institutions spécialisées. Le rôle des préfets est ici déterminant. Et les départements de l’Ouest participent tout particulièrement à l’essor de la méthode orale en France. En effet, ces départements ont multiplié par 3 leur contribution à l’éducation des sourds depuis trente ans : 163 520 francs en 1886 contre 55 685 en 1855. En 1886, les conseils généraux de la Loire-Inférieure et des Côtes-du-Nord sont même les troisième et quatrième départements les plus impliqués dans la politique de prise en charge des enfants sourds-muets en France. Avec le Finistère, le Morbihan, l’Ille-et-Vilaine, le Maine-et-Loire, la Mayenne, la Sarthe et la Vendée, ils figurent parmi les 30 départements qui subventionnement le plus les institutions spécialisées de déficients auditifs. Un cinquième des crédits votés par les départements français est l’œuvre des conseils généraux de l’Ouest.

Un financement public

79Mais paradoxalement, l’effort financier déployé par les assemblées départementales ne s’accompagne pas d’une augmentation générale des effectifs dans l’Ouest. On assiste même à une stagnation voire un léger infléchissement dans l’accueil des élèves à la fin du xixe siècle :

80Ce sont essentiellement les institutions qui disposent d’une population scolaire composée d’élèves boursiers qui sont les plus touchées par le phénomène comme l’exemple nantais en témoigne. Au cours des décennies 1880-1890, l’institution de la Persagotière voit en effet le nombre de ses élèves sensiblement diminuer dans le sillage de l’introduction de la méthode orale pure dans ses murs :

81La période d’expérimentation ainsi que la modification des habitudes pédagogiques contribuent certainement à cette pause de l’accueil des élèves dans les institutions de l’Ouest. En effet, les conditions d’admission plus sélectives de la méthode orale pure excluent un certain nombre d’entrants potentiels. Ainsi, à Rillé-Fougères dans les décennies 1880-1890, près de 10 % des élèves sont déclarés incapables à suivre l’éducation par la méthode orale pure, la moitié lors du premier mois d’essai, les autres au cours de la première année. Il faut y ajouter le nombre de candidats encore plus nombreux qui sont déboutés de leur demande d’admission dans les bureaux des préfectures. Tous les élèves qui ne possèdent pas un certificat médical justifiant des capacités intellectuelles et physiologiques suffisantes pour être instruits par la méthode orale pure sont écartés.

  • 101 A.D.C., X 251 : Courrier de la congrégation adressé au préfet du Calvados, 12 septembre 1884.

82Mais les établissements qui possèdent un effectif composé d’élèves non boursiers sont moins perturbés par cette stagnation des effectifs. En effet, ils ouvrent plus largement leurs portes aux enfants bénéficiaires d’une aide départementale ou communale comme à Alençon ou Pont-l’Abbé-Picauville. À cet égard, l’évolution de la composition de l’effectif de l’institution du Bon-Sauveur de Caen est significative de la mutation en cours. En 1884, la circulaire du ministre de l’Intérieur ne peut être appliquée à l’institution de Caen : « Nous n’avons eu aucun sourd-muet boursier101. » Mais très vite, l’institution du Bon-Sauveur de Caen modifie sa politique d’accueil. Si jusqu’en 1884, l’établissement ne cessait de réduire le nombre d’élèves boursiers dans ses effectifs, la courbe s’inverse rapidement dans la seconde partie de la décennie 1880 comme nous l’indique l’origine du financement des pensions entre 1852 et 1901 :

83Mais l’infléchissement des effectifs constatés dans la plupart des écoles départementales, loin d’être perçu comme une catastrophe, procure aux établissements de l’Ouest l’occasion de se refaire une santé financière. En effet, combinée à l’accroissement des aides départementales, la baisse des effectifs permet aux institutions de sortir de l’impasse financière dans laquelle elles se trouvaient depuis la fin des années 1870 comme en témoigne l’exemple nantais. Si en 1880, les responsables de l’institution consacrent 322 francs pour l’éducation de chaque élève, assez rapidement le budget s’élève à 485 francs en 1885 puis 574 francs en 1890 avant d’atteindre 734 francs en 1895. Ainsi, en 15 ans, les responsables de l’institution de la Persagotière de Nantes, doublent leur budget pour l’éducation de chaque élève.

84Les années 1890-1895 s’avèrent, par conséquent, être une période particulièrement favorable pour la santé économique des institutions de l’Ouest comme en témoigne la somme annuelle consacrée à l’éducation d’un élève entre 1860 et 1895 par l’institution de Rillé-Fougères entre 1860 et 1895 :

85Aussi, les autorités publiques et administratives font-elles preuve de beaucoup de pragmatisme dans la conduite de la réforme des institutions spécialisées en favorisant la méthode orale pure et en maintenant le statu quo dans l’organisation du réseau d’établissements. Ce réalisme leur permet d’assainir le système éducatif des sourds-muets sans en supporter le coût. Il délègue même cette mission aux congrès :

  • 102 Troisième Congrès National pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets. Congrès de Paris tenu du (...)

« Considérant qu’il résulte des renseignements statistiques fournis au congrès que, dans un certain nombre d’institutions, le taux des bourses payées par les départements ou par les communes, est manifestement insuffisant, bourses qui, pour quelques-unes, ne s’élèvent pas au-dessus de 250 francs.
Charge son bureau de réclamer la bienveillante intervention de M. le Ministre de l’Intérieur auprès des Conseils généraux et municipaux, pour porter ces assemblées à fournir un chiffre plus en rapport avec les dépenses que nécessite l’éducation des sourds-muets102. »

86Au terme de la réforme, à la fin du xixe siècle, les élèves boursiers composent désormais l’essentiel de la population scolaire sourde dans les écoles de l’Ouest. Pour les établissements départementaux comme Nantes, Saint-Brieuc ou Angers, la quasi-totalité de l’effectif est boursier. À Nantes, ils représentent 96,7 % de l’effectif en 1898 contre 80 % vingt ans plus tôt. À Saint-Brieuc, en 1878, la population sourde de l’école se compose de 61 boursiers pour 16 pensionnaires. En 1892, ils ne restent que 8 pensionnaires et 1 élève externe pour 84 élèves boursiers. Le mouvement est tout aussi fort dans les établissements catholiques accueillant de nombreux pensionnaires libres ou à la charge des communautés religieuses. C’est ainsi que l’effectif des élèves boursiers de Rillé-Fougères passe de 62,5 % en 1875 à 80,6 % en 1899. On assiste donc à un véritable financement public des établissements spécialisés privés dans l’Ouest.

Une collaboration indéfectible

  • 103 A.N., F17 40 206 : Palmes académiques. Dossier de Mme Drouilleau (1827-1911), en religion sœur Mar (...)

87Le rapprochement entre les acteurs institutionnels est ouvertement officialisé par de multiples visites dans les établissements tenus par les religieux ainsi que par les prises de position publiques d’hommes politiques républicains à leur égard. Elles confirment l’approbation des plus hautes autorités politiques françaises pour l’entreprise réformatrice. Ainsi, la directrice de l’institution de Rillé-Fougères, sœur Marie Angèle, directrice de l’école depuis 1846, se voit-elle officiellement récompensée en 1890 par l’attribution des palmes académiques103. Mieux, en pleine crise de confiance entre les autorités gouvernementales et les congrégations enseignantes confessionnelles, le président de la République, Félix Faure, en personne, vient lui remettre la rosette d’officier de l’Instruction publique, en 1896, à Rillé. La cérémonie illustre bien le choix effectué par le gouvernement de séparer politiquement la question de l’éducation spécialisée de celle de l’instruction primaire.

  • 104 Congrès International pour l’Étude des Questions d’Assistance et d’Éducation des Sourds-Muets tenu (...)
  • 105 Ibidem, intervention du docteur Ladreit de la Charrière, Paris, 1900, p. 72.

88Les dernières années du xixe siècle constituent à nouveau l’occasion de montrer l’unité réalisée entre les partenaires institutionnels. Ainsi, après une vingtaine d’années d’existence, l’application de la méthode orale pure dans les établissements français est loin de faire l’unanimité entre les partenaires éducatifs et « beaucoup se demandent pourquoi elle n’a pas donné tout ce qu’on en pouvait attendre104 ». Articles dans la presse, discours officiels ou circulaires critiquent de plus en plus ouvertement la méthode orale pure. Dans ce contexte de contestation, un comité rassemblant les opposants à la méthode orale pure (partisans de la méthode orale de la première heure, médecins et représentants de la communauté sourde parisienne) parvient à organiser à nouveau un congrès international dans les locaux de l’Exposition universelle de Paris, les 6, 7 et 8 août 1900 afin de dresser un bilan de l’application de la méthode orale pure dans les établissements français. Le congrès est également destiné « à soustraire les sourds-muets à la bienfaisance pour leur donner les droits qu’ont les enfants de tous les citoyens français105 », en revendiquant l’instruction gratuite et obligatoire. Pour les acteurs institutionnels, la légitimité de leurs actions dans l’éducation des sourds-muets est donc à nouveau remise en cause :

  • 106 A.C.S.G. : « Exposition de 1900 », texte dactylographié, s. d.

« Voilà qu’aujourd’hui, après avoir constaté les résultats obtenus à Paris, M. Ladreit de la Charrière, ancien ministre de l’Instruction Nationale des Sourds-Muets et le Directeur municipal des Sourds-Muets de la ville de Paris, secondés par un certain nombre de docteurs médecins, voilà qu’aujourd’hui, dis-je, après tout à l’heure 20 ans de méthode orale, ces Messieurs viennent nous dire, d’une façon discrète, timide même, que la méthode orale ne vaut rien et qu’il est préférable de reprendre la méthode mimique. L’expression n’a pas été prononcée encore, la crainte de soulever un orage, mais il en a été dit assez pour qu’on sache à quoi s’en tenir106. »

  • 107 Congrès International pour l’Étude des Questions d’Assistance et d’Éducation des Sourds-Muets tenu (...)

89Mais malgré une coalition d’opposants beaucoup plus large que lors des congrès précédents, les membres du ministère de l’Intérieur et les représentants des congrégations religieuses parviennent une nouvelle fois à faire front commun et l’emporter lors des votes. Les conclusions du congrès de Milan sont ainsi maintenues à la quasi-unanimité moins 8 voix et à la contre épreuve par 2 voix sur 200 votants. La question préalable du transfert des établissements de sourds-muets vers l’Instruction publique est même retirée du programme dès la première séance. Dans un contexte tendu, Oscar Claveau, désigné comme le « porte-parole107 » des congrégations religieuses par le président du congrès, le docteur Ladreit de La Charrrière, réussit ainsi à faire imposer à la majorité des congressistes sa vision de l’éducation des sourds-muets.

90Pour y parvenir, les fonctionnaires du ministère de l’Intérieur ont su mobiliser, dans les mois précédant le congrès, l’ensemble des responsables religieux des établissements spécialisés. Un intense échange officieux de correspondances entre l’inspecteur général honoraire Oscar Claveau et les responsables des écoles tenues par les congrégations religieuses a lieu dès 1899. Ainsi, le 14 juin, l’institution de Rillé est alertée de l’imminence d’un congrès destiné à réintroduire les signes dans l’éducation des sourds-muets. La nécessité de s’unir contre le projet est ouvertement réclamée :

  • 108 A.C.C.R. : Correspondance de sœur Marie Angèle Drouillot (1892-1911). Lettre de la directrice de l (...)

« Si le congrès dont vous parlez se tient à Paris, comme vous le pensez et que nous soyons convoqués, je ferai tout mon possible pour obtenir à plusieurs d’entre nous la permission d’y prendre part ; dans ce cas, je vous prierais, monsieur l’Inspecteur, de nous ménager une entrevue, afin que nous puissions recevoir vos renseignements et n’agir que d’après vos conseils. Ce congrès sera sans doute bien orageux et si les partisans de la méthode orale pure ne sont pas en majorité, nos adversaires pourraient en profiter pour faire prévaloir leurs idées108. »

91Mais si les responsables d’institutions spécialisées suivent les membres du ministère de l’Intérieur dans leur désir de constituer un front commun, ce n’est pas sans émettre quelques réserves sur la pertinence de l’application de la méthode orale à tous les enfants. Toutefois, la menace de voir l’œuvre des sourds-muets se placer sous l’autorité du ministère de l’Instruction publique l’emporte ; ce qui nous éclaire à nouveau sur les contours du consensus établi entre les acteurs institutionnels :

  • 109 Ibid.

« Les progrès de nos élèves continuent d’être satisfaisants, du moins pour ceux qui sont intelligents et qui ont des aptitudes ; mais nous avons toujours un certain nombre d’enfants plus ou moins dénués d’intelligence et de mémoire ; pour ceux-ci, il va sans dire que les progrès sont bien lents et que les résultats obtenus laissent bien à désirer. Peut-être que pour ces pauvres enfants, le signe joint à la parole serait plus à la portée de leur faible intelligence que le mot articulé ; cependant, il nous semble que l’instruction qu’ils acquièrent par la méthode orale pure si incomplète qu’elle soit, leur permettra de communiquer avec les personnes avec lesquelles ils seront en rapport, après avoir quitté l’institution. Cette méthode a un autre avantage bien précieux que nous avons constaté bien des fois depuis que nous la pratiquons. Nous avons remarqué que la moralité des enfants est bien meilleure et que pour le plus grand nombre leur caractère est moins violent109. »

92En prévision du congrès international des sourds-muets, un modèle-type de déclaration est même adressé à chaque institution catholique. C’est un appel vibrant au maintien de la méthode orale dans les institutions spécialisées :

  • 110 A.C.C.R. : Correspondance de sœur Marie Angèle Drouillot (1892-1911). Lettre de la directrice de l (...)

« Vous pourrez remarquer, Monsieur l’Inspecteur, que dans la déclaration ci-jointe, nous avons changé quelques termes, sans toutefois en altérer le fonds, afin de ne pas paraître faire une copie, et nous pensons que les autres Institutions agiront de même110. »

93Il s’agit évidemment d’afficher l’unité des institutions catholiques, de former un bloc aux yeux des congressistes afin de peser sur les votes et les résolutions du congrès. Plusieurs rencontres décisives ont lieu, rue Bonaparte, à Paris, les jours précédant le congrès. Les responsables d’établissements catholiques viennent y prendre conseils auprès de l’inspecteur Claveau et se concerter sur la conduite à tenir pendant le congrès :

  • 111 Ibid., p. 76-77.

« Ce même jour, 5 août, il y aura aussi une réunion à 3 heures, chez Monsieur de La Charrière. Nous nous demandons, Monsieur l’Inspecteur, si nous devrons y assister et s’il vous serait possible de nous recevoir ensuite111. »

94La forte mobilisation des établissements catholiques s’avère déterminante. De fait, de nombreux représentants des institutions de l’Ouest participent au congrès : la directrice de l’institution fougeraise, sœur Marie Angèle accompagnée de trois sœurs enseignantes, la directrice de l’institution de La Chartreuse-près-d’Auray, sœur Anne-Marie du Sacré-Cœur, la directrice des sourdes-muettes de Laval, sœur Augustine-Louise, secondée par trois sœurs éducatrices, les frères Bonin et Privas, professeurs de Nantes ainsi que le directeur de l’institution d’Alençon, Bodin.

95En France, les premières décennies de la Troisième République marquent, par conséquent, une césure dans la pratique de l’éducation des sourds-muets. C’est ainsi qu’une véritable politique publique visant à réformer la prise en charge éducative et sociale des sourds-muets prend forme. Mais contrairement aux débats intenses sur l’école primaire, la volonté réformatrice des républicains ne débouche nullement sur la laïcisation du système éducatif de la surdi-mutité et sur l’exclusion des acteurs de la bienfaisance privée. Au contraire, le projet de réforme se construit sur la recherche d’une contribution des deux secteurs concurrents, d’une harmonisation des deux modes d’intervention, charité et assistance publique, sous une même entité : l’éducation spécialisée. Finalement, c’est au cours d’une période anticléricale et laïcisatrice que, progressivement, les fondements d’un lent processus d’inclusion de l’important réseau des œuvres privées dans une politique sociale publique se mettent en place. Sa réalisation est incontestablement l’œuvre des agents du ministre de l’Intérieur et des représentants des pouvoirs publics. Mais pour y arriver, un rapprochement entre l’action publique et l’initiative privée catholique, pour des raisons différentes voire contradictoires, a été nécessaire. Et si la menace de sécularisation de l’éducation des sourds-muets constitue le fondement du consensus réalisé entre les acteurs institutionnels autour de la méthode orale pure, paradoxalement, le secteur privé catholique sort renforcé de cette réforme inscrivant le paysage éducatif spécialisé des déficients auditifs dans une logique de collaboration publique/privée originale.

Notes

1 Créée en 1856, l’institution de Saint-Hyppolite-du-Fort constitue la seule structure d’accueil pour les sourds-muets protestants de France.

2 F. Buton, Les Corps saisis par l’État. L’éducation des sourds-muets et des aveugles au xixe siècle. Contribution à la sociocritique de l’État (1789-1885), École des hautes études en sciences sociales, Paris, 1999, p. 601-611.

3 A.D.M.L., X 529 : Rapport de la commission de surveillance de l’établissement de Mille-Pieds d’Angers, 15 juillet 1875.

4 A.D.M.L., X 529 : Rapport de la commission de surveillance de l’établissement de Mille-Pieds d’Angers, 3 juillet 1878.

5 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au préfet de Loire-Inférieure, 20 juin 1876.

6 Ibid.

7 L’Espérance du Peuple, 16 août 1878.

8 A.D.I.V., 1 N : Séance du conseil général d’Ille-et-Vilaine, 23 octobre 1874.

9 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, rapport adressé au préfet et aux membres du conseil général d’Ille-et-Vilaine, 17 juillet 1880.

10 J. Autin, Les Frères Péreire. Le bonheur d’entreprendre, Paris, Perrin, 1983, 428 p. ; O. Heral (dir.), « Histoire de l’orthophonie en France : Jacob Rodrigue Péreire (1715-1780) », Rééducation orthophonique, CTNERHI, n° hors série, 2002, 176 p.

11 Jacob-Rodriguez Péreire (1715-1780), célèbre précepteur, instruisit une douzaine d’élèves dont les plus connus sont Azy d’Étavigny fils du fermier général de La Rochelle, Saboureux de Fontenay, beau-fils du duc de Chaunes ou encore Mlle Lerat de Magnitot et Mlle Marois. Mais vers la fin de sa vie, la notoriété de l’abbé de l’Épée le contraint à redevenir commerçant et à abandonner ses cours particuliers. F. Fourgon, op. cit., p. 328-342.

12 C. Tilly, La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, coll. « L’espace du temps », 1986, 622 p.

13 Compte-rendu du Congrès universel pour l’amélioration du sort des aveugles et des sourds-muets, Paris, Imprimerie nationale, huitième résolution, 1878, p. 523.

14 Ibid.

15 Ibid., p. 438 et p. 456.

16 L. Bauvineau, op. cit., p. 57.

17 F. Buton, « L’administration en action : les principes de la contribution des fonctionnaires à la politique réformatrice », op. cit., p. 679-718.

18 Sur cet enjeu financier, J. Roca, De la ségrégation à l’intégration, l’éducation des enfants inadaptés de 1909 à 1975, Paris, CTNERHI, 1992, p. 44-45.

19 C. Bec, C. Duprat, J.-N. Luc et J.-G. Petit (dir.), Philanthropies et politiques sociales en Europe (18e-20e siècles), Anthropos/Economica, 1994, 233 p.

20 A.D.M.L., X 529 : Rapport de la commission de surveillance de l’établissement de Mille-Pieds d’Angers, 1880.

21 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, Rapport adressé au préfet et aux membres du conseil général d’Ille-et-Vilaine, 17 juillet 1880.

22 Le caractère opaque et instrumentalisé de la préparation du congrès de Paris des différentes forces en présence a donné lieu dans la production historiographique à toute une série d’interprétations aussi simplificatrices que peu pertinentes. La grille de lecture du congrès généralement retenue présente le congrès de Milan comme le résultat d’une conspiration, d’un complot des oralistes à l’égard de la communauté sourde sur fond de politique républicaine d’uniformisation linguistique. Lire à ce propos l’analyse éclairée de F. Buton, « Le congrès de Milan (1880) : mythes et réalités », op. cit., p. 612-646.

23 Chef du bureau des établissements généraux de bienfaisance, Théophile Denis (1829-1908), républicain, a été attaché au cabinet Gambetta en 1870 et 1871 avant d’intégrer le ministère en 1872, Revue générale de l’enseignement des sourds-muets, 11e année, n° 3, 1909, p. 49-57.

24 Congrès International pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets tenu à Milan du 6 au 11 septembre 1880. Compte-rendu, p. 135.

25 Ibid., p. 156.

26 E.-M. Gallaudet, « The Milan Convention », American Annals of the Deaf, 1881, n° 6, p. 8.

27 Congrès International pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets tenu à Milan du 6 au 11 septembre 1880. Compte-rendu, Rome, Imprimerie Botta, 1881.

28 Congrès International pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets tenu à Milan du 6 au 11 septembre 1880. Compte-rendu, p. 17.

29 F. Buton, op. cit., p. 578.

30 W. C. Stokoe, « Signe Langage Structure : an Outline of the Visual Communication Systems of the American Deaf », Studies in linguistics, Occasional papers n° 8, université de Buffalo, 1960.

31 Intervention de l’abbé Tarra, Congrès International pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets tenu à Milan du 6 au 11 septembre 1880. Compte-rendu, p. 122.

32 Ibid., p. 133.

33 Ibid. p. 141.

34 A. Franck, Rapport au Ministre de l’intérieur et des cultes sur le Congrès international de Milan, Journal Officiel du 18 décembre 1880, Librairie des publications législatives, 1880, p. 26.

35 Intervention de A. Magnat, Congrès International pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets tenu à Milan du 6 au 11 septembre 1880. Compte-rendu, p. 306.

36 F. Fourgon, Historique de la pédagogie des sourds-muets, cours de préparation au professorat des institutions nationales de sourds-muets, Paris, p. 613.

37 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport de l’abbé Bertho adressé au préfet des Côtes-du-Nord, 26 juin 1883.

38 O. Claveau, L’Enseignement de la parole dans les Institutions de sourds-muets. Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur, Paris, Imprimerie nationale, 1880, p. 21.

39 M. Poizat, La Voix sourde. La société face à la surdité, Paris, Métailié, 1996, p. 150.

40 Article 33 de la loi n° 9173 la loi dite « Fabius » du 18 janvier 1991. Elle fait suite à une recommandation du parlement européen qui oblige les États membres à placer les langages gestuels au centre de la vie sociale des sourds en Europe, « Résolution sur les langages gestuels à l’usage des sourds », Journal officiel des Communautés européennes, juin 1988.

41 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au préfet de Loire-Inférieure, année scolaire 1880-1881.

42 A.D.Mo., X 1819 : Procès-verbal de la délibération du conseil général du Morbihan, séance du 23 avril 1884.

43 Congrès de Bordeaux tenu du 8 au 14 août 1881. Comptes-rendus analytiques publiés par les soins du bureau, Bordeaux, J. Durand, 1882.

44 A.C.S.G. : Circulaire du frère Hubert adressée aux directeurs d’institutions tenus par les frères de Saint-Gabriel, 7 novembre 1880.

45 Louis François René Noël Bertho (1839-1895) a pris la direction de l’institution de Saint-Brieuc à la suite du décès de son fondateur, l’abbé Garnier en 1873. Ordonné prêtre, le 17 décembre 1864, il en est devenu le sous-directeur, le 10 janvier 1869.

46 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport sur l’année scolaire 1880-1881 de l’abbé Bertho adressé au préfet des Côtes-du-Nord, 1881.

47 A.C.C.S.M. : Réponse de la directrice de l’institution d’Angers au préfet du Maine-et-Loire, 20 octobre 1884.

48 J.-P. Machelon, La République contre les libertés, Paris, FNSP, 1976, 462 p.

49 Conférence de M. Baguer, délégué au ministre de l’Instruction publique, Le Patriote de l’Ouest, Angers, coll. « INRP », 10 avril 1908.

50 O. Claveau, Rapport au Ministre de l’Intérieur sur le résultat des examens pour la délivrance des certificats d’aptitude concernant l’enseignement des sourds-muets élèves boursiers des départements ou des communes et sur l’état de l’enseignement dans les Institutions de sourds-muets de France, Paris, Imprimerie des journaux officiels, 1886, p. 11.

51 T. Denis, L’enseignement de la parole aux sourds-muets. Notes sur la réforme introduite, depuis 1879, par le ministère de l’Intérieur, dans les établissements de bienfaisance consacrés à l’éducation et à l’instruction des sourds-muets, Paris, Berger-Levrault et Cie, 1886, p. 30.

52 Journal officiel, 13 décembre 1882.

53 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport de l’abbé Bertho adressé au préfet des Côtes-du-Nord, 26 juin 1883.

54 Résolution XII adoptée par le congrès de Bordeaux, Congrès de Bordeaux tenu du 8 au 14 août 1881, Comptes-rendus analytiques publiés par les soins du bureau, Bordeaux, p. 188.

55 Troisième Congrès International pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets, tenu à Bruxelles du 13 au 18 août 1883, Bruxelles, Hayez, 1883.

56 T. Denis, L’enseignement de la parole aux sourds-muets. Notes sur la réforme introduite, depuis 1879, par le ministère de l’Intérieur, dans les établissements de bienfaisance consacrés à l’éducation et à l’instruction des sourds-muets, Paris, Berger-Levrault et Cie, 1886, p. 18.

57 Article 1 de l’arrêté, Bulletin Officiel du Ministère de l’Intérieur, 1884, p. 404-406.

58 Ibid.

59 O. Claveau, op. cit., p. 37.

60 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, rapport adressé au préfet et aux membres du conseil général d’Ille-et-Vilaine, 23 juin 1885.

61 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport de l’abbé Bertho adressé au conseil général des Côtes-du-Nord, 30 juin 1885.

62 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au préfet de Loire-Inférieure, 26 juin 1885.

63 E. La Rochelle, Congrès administratif français de 1885 dans l’intérêt des sourds-muets. Examen critique, Paris, Saint-Jorre, 1886, p. 21.

64 Troisième Congrès National pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets. Congrès de Paris tenu du 4 au 6 août 1885. Comptes rendus analytiques des séances, Paris, Ritti, 1886, p. 26.

65 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, rapport adressé au sous-préfet de Fougères et aux membres du conseil d’arrondissement, 23 juillet 1893.

66 Jousset (dir.), Méthode des exercices acoustiques, Lille, 1900.

67 Troisième Congrès National pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets. Congrès de Paris tenu du 4 au 6 août 1885. Comptes rendus analytiques des séances, Paris, Ritti, 1886, p. 130.

68 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport du directeur de l’institution de Saint-Brieuc adressé au préfet des Côtes-du-Nord, 25 juin 1886.

69 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au préfet de Loire-Inférieure, année scolaire 1885-1886.

70 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport du directeur de l’institution de Saint-Brieuc adressé au préfet des Côtes-du-Nord, 2 juillet 1887.

71 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au préfet de Loire-Inférieure, année scolaire 1886-1887.

72 A.D.M.L., X 528 : Rapport de l’inspecteur général des écoles spéciales de sourds-muets, Dubransle, directeur de l’institution nationale de Chambéry, adressé à l’institution des sourds-muets d’Angers, 26 juillet 1906.

73 A. Carol, Histoire de l’eugénisme en France : les médecins et la procréation (xixe-xxe siècles), Paris, Seuil, 1995, 382 p.

74 A.D.I.V., 3 X 1046 : Enfants arriérés ou anormaux ; rejets de demandes ou affaires sans suite.

75 A.D.I.V., 3 X 374-379 : Placement d’office des aliénés, 1900-1916.

76 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport de l’abbé Bertho adressé au préfet des Côtes-du-Nord, 26 juin 1883.

77 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au préfet de Loire-Inférieure, 25 juin 1882.

78 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au préfet de Loire-Inférieure, 28 juin 1884.

79 A.C.C.S.M., 6 M 3 – J : Institution des sourds-muets, documents divers non datés.

80 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, rapport adressé au préfet et aux membres du conseil général d’Ille-et-Vilaine, 29 juin 1884.

81 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au préfet de Loire-Inférieure, année scolaire 1882-1883.

82 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au préfet de Loire-Inférieure, 26 juin 1885.

83 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, rapport adressé au préfet, 15 août 1880.

84 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, rapport adressé au préfet et aux membres du conseil général d’Ille-et-Vilaine, 1881.

85 Ibidem.

86 Congrès International pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets tenu à Milan du 6 au 11 septembre 1880. Compte-rendu, Rome, 1881, p. 191.

87 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport de l’abbé Bertho adressé au préfet des Côtes-du-Nord, 26 juin 1883.

88 A.D.Mo., X 1819 : Rapport du directeur de Saint-Brieuc adressé au préfet du Morbihan, 24 juin 1884.

89 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, rapport adressé au préfet et au conseil général d’Ille-et-Vilaine, 28 juillet 1881.

90 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au préfet de la Vendée, 25 juin 1886.

91 A.C.C.R. : Registre d’entrées des élèves entretenus au compte du département (1875-1942) ; registre d’entrée et de sorties des élèves de l’institution de Rillé (1865-1923) ; rapports trimestriels adressés par l’institution de Rillé au préfet d’Ille-et-Vilaine ; procès-verbaux des délibérations de la commission départementale du conseil général et du conseil d’arrondissement de Fougères.

92 A.C.C.R. : Rapports de l’institution des sourds-muets à la Préfecture d’Ille-et-Vilaine, rapport adressé au préfet, 15 mai 1882.

93 A.D.Mo., X 1819 : Rapport de la directrice de La Chartreuse-près-d’Auray adressé au conseil général du Morbihan, séance du conseil général du 23 avril 1884.

94 A.C.C.R. : Registre d’entrées des élèves entretenus au compte du département (1875-1942) ; registre d’entrée et de sorties des élèves de l’institution de Rillé (1865-1923) ; rapports trimestriels adressés par l’institution de Rillé au préfet d’Ille-et-Vilaine ; procès-verbaux des délibérations de la commission départementale du conseil général et du conseil d’arrondissement de Fougères.

95 A.D.C.A., 1 X 96 : Rapport de l’abbé Bertho adressé au préfet des Côtes-du-Nord, 26 juin 1883.

96 O. Claveau, De la parole comme objet et comme moyen d’enseignement dans les Institutions de sourds-muets. Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur, Paris, Imprimerie nationale, 1881, p. 131.

97 A.D.I.V., 1 N : Procès-verbal de la séance du conseil général d’Ille-et-Vilaine, séance du 25 août 1885.

98 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, lettre du directeur de la Persagotière adressé au préfet de la Loire-Inférieure, 26 octobre 1885.

99 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, rapport du directeur de la Persagotière adressé au préfet de la Loire-Inférieure, 29 mai 1886.

100 A.C.S.G. : Copies de lettres administratives, courrier du directeur de la Persagotière adressé au préfet de la Loire-Inférieure, 30 mars 1887.

101 A.D.C., X 251 : Courrier de la congrégation adressé au préfet du Calvados, 12 septembre 1884.

102 Troisième Congrès National pour l’Amélioration du Sort des Sourds-Muets. Congrès de Paris tenu du 4 au 6 août 1885. Comptes rendus analytiques des séances, Paris, Ritti, 1886, p. 130.

103 A.N., F17 40 206 : Palmes académiques. Dossier de Mme Drouilleau (1827-1911), en religion sœur Marie Angèle. Le père Le Taillandier, fondateur de l’institution de Rillé avait remarqué qu’une sourde-muette recueillie précédemment à l’hospice de Rillé, témoignait une spéciale prédilection pour une jeune fille qui semblait la comprendre mieux que personne. Entrée le 23 octobre 1844 dans la communauté, cette jeune fille, nièce d’une des religieuses, y demeurait, attendant l’âge d’entrer au postulat. Le père Le Taillandier conçut alors d’en faire une institutrice pour les sourds-muets.

104 Congrès International pour l’Étude des Questions d’Assistance et d’Éducation des Sourds-Muets tenu les 6, 7 et 8 août 1900 au Palais des congrès de l’exposition universelle de 1900 de Paris. Compte-rendu des travaux de la section des entendants. Discours d’ouverture du docteur Ladreit de la Charrière, Paris, 1900, p. 11.

105 Ibidem, intervention du docteur Ladreit de la Charrière, Paris, 1900, p. 72.

106 A.C.S.G. : « Exposition de 1900 », texte dactylographié, s. d.

107 Congrès International pour l’Étude des Questions d’Assistance et d’Éducation des Sourds-Muets tenu les 6, 7 et 8 août 1900 au Palais des congrès de l’exposition universelle de 1900 de Paris. Compte-rendu des travaux de la section des entendants. Intervention du docteur Ladreit de la Charrière, Paris, 1900, p. 72.

108 A.C.C.R. : Correspondance de sœur Marie Angèle Drouillot (1892-1911). Lettre de la directrice de l’institution de Rillé-Fougères adressée à l’inspecteur général honoraire Oscar Claveau, 19 juin 1899.

109 Ibid.

110 A.C.C.R. : Correspondance de sœur Marie Angèle Drouillot (1892-1911). Lettre de la directrice de l’institution de Rillé-Fougères adressée à l’inspecteur général honoraire Oscar Claveau, juillet 1900, p. 77.

111 Ibid., p. 76-77.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540