Version classiqueVersion mobile

Les miroirs du silence

 | 
Patrick Bourgalais

Première partie. L’isolement des jeunes sourds-muets (1800-1828)

Chapitre III. L’éducation des jeunes sourds-muets : entre insuffisances et ambiguïtés

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 L’otologie est une branche de la médecine qui étudie l’oreille et ses maladies.

1Dans les principes énoncés par la puissance publique, le bienfait de l’éducation est destiné à l’ensemble des enfants sourds-muets de naissance et indigents. Mais la réalité recouverte par cette formulation reste complexe au début du xixe siècle. Tandis que la surdi-mutité de « naissance » des élèves paraît une notion bien étrange, alors même que l’otologie1 n’en est qu’à ses balbutiements, qui fréquentent réellement les écoles ? La nature des effectifs des établissements à la veille de la monarchie de Juillet révèle l’existence d’un écart important entre les ambitions affichées et leurs mises en œuvre.

Les élèves

2Les quelques documents mis à notre disposition sur les limites d’âge des élèves laissent apparaître une certaine unité entre les établissements français. Ce qui laisse à penser qu’un consensus existe sur un âge idéal pour acquérir les connaissances souhaitées en l’absence de cadre juridique clairement défini. 10 ans se présente comme le moment souhaitable pour entrer dans les maisons d’éducation. En dessous de ce seuil, tous les acteurs sont unanimes pour estimer que les élèves sont incapables de se concentrer pour apprendre.

Un effectif hétérogène

  • 2 D. Dessertine, « L’émergence de la politique sociale de l’enfance : des enfants trouvés à l’enfanc (...)

3L’état des savoirs sur le développement mental et social ainsi que la construction morale et physique des enfants restent peu développés en ce début de xixe siècle2. Il s’agit avant tout de combler leur déficit par rapport au monde des adultes plutôt que de répondre aux besoins propres de l’enfance. Les établissements de province adoptent, plus ou moins, les modalités d’entrée de l’institution royale de Paris : 9-15 ans :

Tableau 1. Seuils d’admission des élèves dans les maisons d’éducation de l’Ouest sous la Restauration

Tableau 1. Seuils d’admission des élèves dans les maisons d’éducation de l’Ouest sous la Restauration
  • 3 A.D.Mo., X 1817 : Prospectus manuscrit adressé au préfet du Morbihan sous la Restauration, s. d.
  • 4 A.D.L.A., 2 X 284 : Extrait du règlement rédigé en exécution de l’article 5 de l’arrêté du ministr (...)

4Le temps de la scolarité – six années – forme également un autre point d’accord entre les établissements. Cette durée d’étude proposée dans les écoles devient même la norme pour l’obtention des bourses nationales et départementales. Toutefois, les élèves pensionnaires libres peuvent bénéficier d’années supplémentaires pour parfaire leur éducation. Par ailleurs, certaines familles n’hésitent pas à abréger la scolarité des élèves. Aussi, la durée des études n’est-elle pas la même pour tous les élèves. En outre, la capacité des élèves est un élément à prendre en compte dans la durée de leur scolarité. Il n’est pas rare de voir des élèves arriver à plus de 15 ans. Ils doivent seulement justifier de connaissances suffisantes pour suivre les cours correspondant à leur âge. À La Chartreuse-près-d’Auray, la période de l’instruction varie donc « de 6 à 8 ans ou plus selon le degré d’intelligence de l’élève3 ». À Angers, le cours d’instruction est fixé à 6 ans, « cependant, si avant l’expiration du temps, un élève avait acquis l’instruction suffisante, il pourrait être remplacé4 ». Ainsi, dans l’établissement angevin, entre 1814 et 1834, sur 41 élèves répertoriés, ils ne sont que 22 élèves à avoir effectué les 6 années de scolarité préconisées. 11 élèves ont effectué une scolarité plus courte, de 2 à 5 ans, tandis que 8 élèves, au contraire, sont restés 7 ou 8 ans dans l’institution.

  • 5 A.D.M.L., X 527 : État des élèves de l’institution d’Angers adressé au préfet du Maine-et-Loire, l (...)

5Parmi les pensionnaires libres, il existe également un grand nombre d’adultes sourds-muets5. Ainsi, en 1822, sur les 11 pensionnaires libres de l’institution angevine, plus de la moitié sont des adultes de 25 à 54 ans. Quant aux adolescents, ils ont entre 12 et 16 ans. Incapables de gagner leur vie dans la société, certains anciens élèves travaillent pour les communautés qui les hébergent. C’est le cas également des orphelins qui sont accueillis dans les institutions religieuses. D’autres, n’ayant pas de familles qui puissent les recevoir, paient une pension dans les maisons d’éducation tout en travaillant à l’extérieur. Ces deux constantes – âge d’admission et durée d’étude – sont suffisantes pour apporter un premier élément d’analyse. Les effectifs des maisons d’éducation sont avant tout composés d’élèves sortis de l’enfance : essentiellement des adolescents voire de jeunes adultes. Sous la Restauration, si la demande d’admission des élèves dans les maisons d’éducation auprès du département du Maine-et-Loire se situe essentiellement entre 7 et 11 ans (70 % des postulants), la préférence est donnée aux enfants plus âgés lors du choix entre plusieurs postulants. Là encore, la préoccupation sociale constitue la variable déterminante dans le choix d’admission des élèves.

6Si on ajoute les six années d’étude, nous avons donc une population qui sort de l’école entre 16 ans et 21 ans en moyenne. En règle générale, la population scolaire des élèves des maisons d’éducation de l’Ouest oscille donc entre 10 et 21 ans. Ce constat soulève de nombreuses interrogations. La gestion d’une telle hétérogénéité des effectifs dans les classes nécessite un personnel enseignant nombreux et le relais de multiples répétiteurs sourds-muets. Bien souvent, les établissements ne disposent que d’une salle. On peut facilement imaginer les problèmes matériels et pédagogiques rencontrés pour assurer la bonne tenue des leçons. Le problème de la proximité entre des enfants, des adolescents et des jeunes adultes dans une même pièce n’est pas non plus chose facile. Le regroupement des élèves en sections distinctes dépend donc, avant tout, des moyens des établissements. Le terme de jeune sourd-muet est donc préférable à celui d’enfant sourd-muet sous la Restauration.

Des élèves indigents ?

  • 6 A.D.L.A., 2 X 483 : État numérique des sourds-muets en âge d’être instruits en Loire-Inférieure, e (...)

7En 1826, un état des jeunes sourds-muets en âge d’être instruits est dressé par le préfet de la Loire-Inférieure, en prévision de la prise en charge de la petite école de René Dunan, par la municipalité, avec le soutien du conseil général. Outre les informations courantes pour ce type de relevé, des observations sont apportées sur la situation financière des familles. Le résultat de ce recensement est sans ambiguïté quant à la condition économique des familles de jeunes sourds-muets6. Mais surtout, elle souligne le paradoxe de la prise en charge des élèves par les maisons d’éducation en France, sous la Restauration. En effet, 79 sourds-muets de 3 à 25 ans sont susceptibles de bénéficier d’une instruction dans une maison d’éducation, dans la Loire-Inférieure. Si nous retenons la limite supérieure d’admission fixée à 14 ans par l’école de Nantes, 53 élèves peuvent être scolarisés dans l’école de René Dunan. Seulement 15 % des familles concernées sont en mesure de payer une scolarité à leur progéniture. Tout au plus, on peut adjoindre une autre fraction identique susceptible de fournir une faible participation aux frais d’étude. Par conséquent, l’immense majorité des familles de jeunes sourds-muets – les deux tiers – sont dans la totale impossibilité de payer la moindre pension. Or, ces écoles ont été fondées pour soulager les familles incapables de payer une éducation à leurs enfants.

  • 7 A.D.C.A., 1 X 92 : État nominatif des sourds-muets du département des Côtes-du-Nord, 1828.

8Par ailleurs, le dénombrement national de 1828 confirme l’incapacité des familles de jeunes sourds-muets à subvenir aux frais de scolarité de leurs enfants. Ainsi, les données relevées dans les Côtes-du-Nord nous donnent la position socio-professionnelle des parents des sourds-muets du département7. Si on retient uniquement les familles de jeunes sourds-muets âgés de 14 ans et moins, nous retrouvons des proportions proches des données relevées dans l’enquête préliminaire du département de Loire-Inférieure, réalisée deux ans plus tôt. La terminologie utilisée par le recensement pour définir la situation des deux tiers des jeunes sourds-muets révèle clairement leur état social : « dans la misère », « pauvre », « indigent », « mendiant ».

9Dans ce département rural, les familles aisées sont toutes issues de familles de cultivateurs ou de propriétaires terriens. À l’inverse, les familles peu aisées ou indigentes proviennent du monde des ouvriers agricoles, des journaliers et du monde rural du textile (filandiers, cordiers, tisserands, couturières).

Tableau 2. Origine socio-professionnelle des familles de sourds-muets des Côtes-du-Nord en 1828

Tableau 2. Origine socio-professionnelle des familles de sourds-muets des Côtes-du-Nord en 1828

10À la fin de la Restauration, il devient de plus en plus évident que l’exclusion constituée par la surdi-mutité se cumule avec la marginalisation sociale des familles. Mais cette dernière pose avec acuité le problème des conditions d’admission des élèves dans les maisons d’éducation. En principe, ces dernières sont créées pour recevoir les élèves les plus démunis socialement. En effet, l’absence d’une véritable politique publique a laissé la maîtrise des écoles à l’initiative privée. Or, celle-ci ne peut compter que sur ses propres ressources pour faire fonctionner les établissements. Aussi, les pensionnaires libres sont-ils admis en priorité, et tout particulièrement, dans les petites structures. Et, ce ne sont pas les quelques rares bourses municipales et départementales ainsi que les quelques élèves admis gratuitement par les institutions religieuses qui peuvent favoriser l’entrée massive des élèves indigents dans les écoles :

  • 8 Jamet (abbé), Premier mémoire sur l’instruction des sourds-muets, lu le 27 juillet 1820 devant l’A (...)

« Des recherches faites avec beaucoup de soin, me portent à croire qu’il existe en France plus de 12 000 sourds-muets ; et toutes les écoles réunies ne comptent pas 600 élèves. C’est que la classe indigente, étant la plus nombreuse, renferme un nombre considérable de sourds-muets, et nos établissements n’ayant que des ressources très bornées ne peuvent les admettre tous8. »

  • 9 A.D.Ma., X 1000 : État nominatif de tous les sourds-muets du département de la Mayenne, 1er août 1 (...)
  • 10 A.D.C.A., 1 X 95 : Demandes d’admission pour La Chartreuse-près-d’Auray, le 12 août 1827.

11Dans la Mayenne, 70 jeunes sourds-muets de moins de 16 ans sont recensés. Or, l’école municipale de l’instituteur laïc Sénégond en reçoit seulement 8 à Laval9. À Nantes, sur les 79 sourds-muets susceptibles d’être admis, moins d’une dizaine fréquentent les bancs de l’école de René Dunan. À Angers, en 1828, seule école départementale officielle, les deux tiers des élèves sont pensionnaires ou bénéficient d’une aide privée. L’institution de La Chartreuse-près-d’Auray bénéficie de 6 bourses du département du Morbihan et d’une des Côtes-du-Nord. Or, l’établissement morbihannais accueille une quarantaine d’élèves. À Caen, sur une soixantaine d’élèves présents dans les années 1820, seulement une vingtaine sont admis gratuitement. Il n’est pas rare de voir des élèves quitter les maisons d’éducation avant le terme de leur scolarité, fautes de finances suffisantes. C’est le cas d’un laboureur de Matignon, Joachim M., chargé d’une famille nombreuse dont plusieurs enfants atteints d’infirmités diverses. Il a placé sa fille à La Chartreuse-près-d’Auray, en octobre 1826. Malheureusement, de nouvelles difficultés l’obligent à interrompre l’instruction de sa fille au bout d’un an10. Aussi, les familles sont de plus en plus nombreuses à solliciter une bourse auprès des autorités départementales. Dans l’Ouest, les 7 maisons d’éducation totalisent 168 élèves, en 1828. Si on procède à une estimation des besoins à partir des relevés statistiques rencontrés, 900 élèves sont susceptibles d’être admis dans les écoles. Et encore, ces données sont largement sous-estimées. Les différents recensements de 1828 mis à notre disposition confirment la proportion d’élèves qui disposent des moyens de payer les pensions des maisons d’éducation : 1/6. Par conséquent, ce sont principalement les élèves disposant des ressources nécessaires qui sont admis dans les maisons d’éducation sous la Restauration. Les jeunes indigents, bien que majoritaires dans la population sourde-muette, sont largement sous-représentés dans les maisons d’éducation de l’Ouest. Ils sont tous tributaires des secours des administrations locales. Sans véritable secours public, l’immense majorité des jeunes sourds-muets ne peut franchir le seuil des écoles qui leur est pourtant destiné.

  • 11 F. Buton, op. cit., p. 458-467.

12En outre, comme le souligne François Buton pour l’établissement national de Paris11, la nomination des élèves relève plus d’une pratique de patronage que du respect des critères d’admission, entre les années 1810 et 1830. Maires, préfets, députés et ministres n’hésitent pas à intervenir pour faire avancer les dossiers de leurs protégés. Finalement, les établissements d’éducation d’enfants sourds-muets de naissance et indigents ouvrent leurs portes en grande partie à des adolescents voire de jeunes adultes, devenus sourds-muets pour la plupart et capables pour une majorité de payer une pension. Nous sommes donc bien loin de la mission initiale d’instruire tous les enfants sourds-muets indigents. À Caen, l’abbé Jamet assure qu’1/4 de l’effectif de son établissement provient de familles riches et aisées tandis qu’un 1/3 ne manque de rien. Si les maisons d’éducation restent donc encore peu accessibles à l’ensemble des élèves sourds-muets, au moins ceux qui en bénéficient, peuvent-ils espérer embrasser un état professionnel susceptible de leur ouvrir les portes d’une société qui, jusque-là, leur étaient impossibles à franchir.

Une ébauche d’initiation professionnelle

13La volonté de mettre les sourds-muets à l’abri de l’indigence et de les rendre utiles à la société et à eux-mêmes s’exprime à travers l’apprentissage d’un état dans les maisons d’éducation. Mais, derrière les discours de circonstance, nous sommes en droit de nous interroger sur la réalité de cette mesure. Certes, sous la Restauration, tous les imprimés des institutions soulignent l’existence d’une préparation à un métier afin de donner aux jeunes sourds-muets les moyens de pourvoir à leur existence matérielle. Certains établissements comme celui du Bon-Sauveur de Caen, en 1818, se veulent même ambitieux en la matière :

  • 12 A.C.B.S. : Prospectus de l’institution des sourds-muets, 1818.

« On leur apprend les Arts mécaniques capables de les rendre utiles à la société. On en fait des Serruriers, des Tailleurs, des Tisserands, des Menuisiers, des Jardiniers, des Brodeuses, des Couturières, des Blanchisseuses, des Raboutisseuses de dentelles, etc.12. »

14Pour d’autres maisons, les intentions restent plus mesurées, plus laconiques :

  • 13 A.D.Mo., X 1817 : Prospectus manuscrit adressé au préfet du Morbihan sous la Restauration, 1819.

« On enseigne aux sourds-muets indigents, un état convenable à chacun d’eux afin qu’il puisse fournir à sa subsistance, en sortant de l’institution13. »

15Mais qu’en est-il dans les faits ? Au cours des six années passées dans l’école, l’acquisition de la pratique des signes méthodiques et la maîtrise du français écrit accaparent les premières années d’éducation des jeunes sourds-muets. L’apprentissage d’un état intervient, par conséquent, après l’instruction générale, dans les dernières années d’éducation. Mais tous les élèves n’y accèdent pas. Seuls sont autorisés ceux qui sont parvenus à assimiler le cours général d’instruction primaire. En effet, il faut que les élèves soient en état de comprendre ou de se faire comprendre du maître qui leur enseigne un métier mécanique ou manuel.

16Par ailleurs, les quelques heures de travail proposées, même pendant une ou deux années, dans les institutions de sourds-muets paraissent bien insuffisantes pour former de véritables apprentis. La demande du maire de Rostrenen au sous-préfet de Guingamp, à propos d’un sourd-muet devenu orphelin depuis peu, suite au décès de son père, tailleur, le suggère :

  • 14 A.D.C.A., 1 X 95 : Lettre du maire de Rostrenen au sous-préfet de Guingamp, 24 juin 1823.

« Il a été pendant quelques années à La Chartreuse-près-d’Auray où il a passablement appris à lire et à écrire, mais il est sans état ou du moins très peu exercé sur celui de tailleur14. »

17Or, dans les ateliers d’artisans et les arrière-boutiques, plusieurs années de formation sont nécessaires à un apprenti pour devenir un ouvrier. Comment dès lors trouver ce temps dans les six années imparties à l’éducation des jeunes sourds-muets ?

  • 15 A.D.C.A., 1 X 96 : Mémoire adressé à monsieur le préfet et messieurs les membres du conseil généra (...)

« Pour apprendre un état, on passe chez un maître, sans s’occuper d’autre chose. Instruit par mes oncles dans l’état de serrurier, au bout de deux ans, je savais à peine assez pour gagner ma vie15. »

18Sous la Restauration, l’obstacle le plus important à la réalisation d’un véritable apprentissage professionnel réside dans la question matérielle et financière. Pour pouvoir dispenser un tel enseignement, il faut disposer de locaux capables de recevoir des machines ou posséder du terrain agricole, du personnel qualifié pour encadrer les élèves et avoir une assise financière suffisante pour assurer la bonne marche des ateliers. En fait, fort peu d’établissements disposent d’un tel capital humain et matériel. Les externats comme Laval, Nantes ou Condé-sur-Noireau ne peuvent y prétendre. Leur dimension, leur localisation – hôpital ou appartement – et le manque de financement constituent autant d’obstacles à la réalisation d’un quelconque apprentissage professionnel. Quant à l’institution des sœurs du Sacré-Cœur de Périers, l’effectif modeste de l’école ne lui permet pas de proposer une quelconque initiation à un métier. La maison d’éducation se consacre uniquement à la religion et à l’instruction générale. Seules les institutions d’Angers, du Bon-Sauveur de Caen et de La Chartreuse-près-d’Auray disposent des capacités pour réaliser cette mission. Or, plus on multiplie les orientations, plus on multiplie les locaux et le personnel d’encadrement. À chacun des états proposés, un local ou un atelier approprié leur est destiné sans compter les jardins destinés à la culture de la terre ou au jardinage. Le choix d’une propriété entourée de vastes jardins permet de répondre au souci d’offrir des activités liées à la terre comme la maison achetée par Charlotte Blouin à Mille-Pieds près d’Angers. Les anciens couvents comme celui de La Chartreuse-près-d’Auray s’y prêtent facilement. Les établissements qui ne disposent pas de ressources financières suffisantes, d’un effectif de plusieurs dizaines d’élèves et d’un personnel d’encadrement extensible, ne peuvent matériellement répondre à cette mission. Les frais qu’exigent l’achat d’outils, l’acquisition des matières premières et le paiement des maîtres obligent de nombreuses écoles à s’abstenir d’un véritable enseignement professionnel.

  • 16 A.D.M.L., X 523 : Courrier du préfet du Maine-et-Loire adressé au ministre de l’Intérieur, 9 août (...)

19Seule, l’école d’Angers, établissement reconnu comme départemental, bénéficie du concours financier du conseil général du Maine-et-Loire pour aider à financer l’achat de matériel et, surtout, à payer les ouvriers chargés d’apprendre les métiers aux élèves. Ainsi, en 1827, le conseil général accorde 1 200 francs pour subvenir aux principaux frais d’ateliers de l’école d’Angers dont 1 000 francs au titre de paiement des salaires et de la nourriture des deux maîtres ouvriers (500 francs par an)16. La subvention s’ajoute à l’allocation annuelle versée pour les élèves boursiers du département (1 800 francs).

20La qualité de l’encadrement des élèves pose également problème aux écoles. Il est nécessaire de faire appel à des ouvriers qualifiés pour transmettre le savoir-faire pour les ateliers de menuiserie ou de cordonnerie par exemple. Pour alléger les coûts d’une telle entreprise, les maisons d’éducation ont la possibilité d’envoyer leurs élèves chez des artisans en ville. Mais les élèves sont dispersés et échappent à la surveillance de l’école ce qui est contraire à la mission confiée aux maisons d’éducation. Aussi, est-ce à l’école que doit être donnée l’instruction professionnelle. Pour les activités agricoles ou de jardinage, les ecclésiastiques ou un ouvrier agricole peuvent facilement assurer la direction des activités. Pour les ateliers d’artisanat ou de mécanique se pose le problème de la communication des consignes entre le maître ouvrier et les élèves. La communication par écrit est trop lente et se prête mal aux travaux manuels. Aussi, lorsque c’est possible, les écoles cherchent à recruter des ouvriers sourds-muets. Les anciens élèves qui ont appris un métier chez un artisan après leur sortie de l’école sont souvent sollicités.

  • 17 A.I.N.J.S. : Lettre de la préfecture du Maine-et-Loire adressée au ministre de l’Intérieur, 9 août (...)

21Pour les filles, le problème est avant tout moral. Sous la Restauration, il est pratiquement impensable que du personnel laïc franchisse les murs des couvents pour donner des leçons aux jeunes filles. Or, tous les grands établissements, à l’image d’Angers, assurent des initiations au métier de couturières, de lingères, de ravaudeuses17. Les états proposés n’exigent pas un savoir-faire pointu, ni de locaux spécifiques. Dans une communauté religieuse comme le Bon-Sauveur de Caen, où l’effectif est important, il est facile de trouver le personnel compétent pour tenir ces ateliers sans faire appel à une aide extérieure. La volonté de mettre les sourds-muets à l’abri de l’indigence ainsi que de les rendre utiles à la société est louable. Reste que sans une véritable politique de soutien des pouvoirs publics, les maisons d’éducation se trouvent bien démunies pour mettre en œuvre cette mission. Elles ne disposent ni du temps, ni des moyens matériels et financiers, ni du personnel pour y arriver. Les établissements sous tutelle de l’État ou bénéficiant des secours des départements et les quelques maisons d’éducation dirigées par des congrégations religieuses féminines sont les seuls en mesure d’offrir une timide initiation professionnelle, sous la Restauration.

  • 18 A.D.M.L., X 525 : État des sourds-muets d’Angers de 1814 à 1834.

22Pour connaître le devenir des élèves admis dans les établissements de l’Ouest, nous disposons d’un état de l’institution d’Angers des jeunes sourds-muets sortis entre 1814 et 183418. 59 jeunes sourds-muets des deux sexes sont répertoriés. Nous ne connaissons le destin que de la moitié de ces élèves. Les trois quarts occupent l’emploi vers lequel ils se destinaient à la fin de leur parcours scolaire. Les jeunes filles deviennent couturières, dentellières, tricoteuses, ravaudeuses ou lingères. Les garçons se destinent à l’artisanat : tisserand, tailleur, cordonnier, boulanger, serrurier, imprimeur. D’autres sont cultivateurs ou employés dans les « ouvrages de force ». Mais leur origine sociale et familiale nous reste inconnue. Or, comme nous l’avons vu précédemment, la majorité des élèves des établissements est issue de familles aisées ou en mesure de financer l’éducation de leurs enfants. Tout laisse à penser que les jeunes sourds-muets d’origine modeste et pauvre sont peu nombreux à accéder à une situation à la sortie des maisons d’éducation sous la Restauration.

23L’émergence du réseau éducatif de l’Ouest s’est donc réalisée au prix d’un processus de développement singulier en vue de répondre aux impératifs sociaux posés par la société. Mais, paradoxalement, ce sont les fondements mêmes de son organisation qui constituent autant de limites à son ouverture à l’ensemble de la population sourde-muette.

Les cadres

24Sous l’Empire et la Restauration, il n’existe aucune forme de régulation de l’éducation des sourds-muets. Sa pratique n’est l’objet d’aucune définition légale. Aucune structure administrative n’a été créée pour encadrer l’activité et contribuer au développement uniforme de l’enseignement. Le ministère de l’Intérieur, chargé du contrôle de l’éducation des jeunes sourds-muets depuis la période révolutionnaire, laisse, en fait, une grande liberté d’actions aux projets individuels.

Des cadres compétents ?

25Il faut dire que le statut équivoque de l’éducation des sourds-muets favorise ce comportement. Bien qu’étant une activité éducative, l’accueil des jeunes sourds-muets reste considéré comme une activité de bienfaisance. À ce titre, la législation relative aux écoles primaires mise en place par l’administration de l’instruction publique ne s’exerce nullement à l’encontre de l’éducation des jeunes sourds-muets. Par ailleurs, seules les institutions nationales sont placées, juridiquement, sous la tutelle du ministère de l’Intérieur. De facto, aucune réglementation juridique ou administrative ne soumet les acteurs privés qui s’investissent dans l’éducation des jeunes sourds-muets. Par conséquent, aucune école de l’Ouest n’a été jusqu’alors soumise à une autorisation préalable. L’absence d’une quelconque régulation de l’éducation des sourds-muets, un contrôle inexistant du personnel et du contenu de l’enseignement donné dans les maisons d’éducation ainsi que le cloisonnement pédagogique existant entre celles-ci renforcent le caractère atomisé de l’espace des institutions de l’Ouest.

  • 19 A.B.S. : Article 1, ordonnance royale du 16 mars 1834.

26Pour les établissements confessionnels, il suffit tout simplement de modifier les statuts qui définissent les buts des communautés dont elles dépendent pour fonder une institution de sourds-muets19. Les maisons mères ou les succursales sont, alors, toutes désignées pour recevoir les élèves. C’est le cas de Caen, de La Chartreuse-près-d’Auray ou de Périers. Les particuliers peuvent, également, ouvrir une école dans un lieu de leur choix, du jour au lendemain. La plupart du temps, leur domicile est choisi comme lieu d’exercice. C’est le cas à Condé-sur-Noireau avec Paul Denis Dudésert, à Nantes avec René Dunan et à Angers avec Charlotte Blouin. Cette situation est, bien sûr, favorisée par l’insuffisance de l’offre d’éducation.

  • 20 R. Bernard, « Les cours normaux pour la formation des Maîtres de sourds-muets en France au dix-neu (...)

27Si aucune règle n’a présidé à la formation des écoles, on est en droit de penser que des garanties sur les aptitudes des fondateurs à enseigner une éducation si spécifique soient exigées. Or, aucun diplôme de capacité, aucune preuve de leur vocation, voire de leur pratique ne leur sont réclamés à l’ouverture de leur établissement. Si une circulaire du ministère de l’Instruction publique prescrit bien l’obligation de posséder le brevet d’instituteur primaire pour fonder une école, elle ne peut s’appliquer aux institutions de bienfaisance dépendant du ministère de l’Intérieur. Contrairement aux instituteurs primaires dont les conditions d’accès et d’exercices sont réglementées, paradoxalement, la fonction d’enseignants de jeunes sourds-muets, qui nécessite un savoir-faire spécifique, reste ouverte à tous. Et encore, le métier s’apprend-il, la plupart du temps, par la seule pratique. C’est le cas de la plupart des premiers fondateurs ecclésiastiques à l’image de l’abbé Jamet à Caen. En 1793, un projet de la commission des secours publics de la Convention nationale envisageait bien l’opportunité d’ouvrir une école normale où les futurs enseignants de sourds-muets auraient bénéficié de cours de formation. Mais aucune structure de formation n’a vu le jour. Seules, les grandes institutions peuvent mettre en place des procédures de formation des enseignements. Celles-ci s’effectuent, en général, sous la direction du directeur ou des professeurs les plus expérimentés. C’est le cas de Caen qui voit un nombre important d’enseignants de tout l’Ouest de la France se former auprès de l’abbé Jamet à l’image de Paul Denis Dudésert. Cette pratique est largement mise en œuvre dans les communautés religieuses féminines. Initiées par les sœurs les plus chevronnées dans les maisons d’éducation, certaines sœurs peuvent parachever leur formation, à Caen ou à Paris. Et encore, la formation reste un bien grand mot20. La plupart du temps, elle se résume à suivre les leçons données par les professeurs à leurs élèves. Parfois, les futurs enseignants sont autorisés à assister les professeurs pour certains cours. Leur séjour de formation reste souvent limité dans le temps à quelques semaines, voire quelques jours.

  • 21 A.D.C., X 252 : Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet du Calvados, 13 novembre 1822.
  • 22 A.D.M.L., X 525 : Lire ainsi la réponse de la directrice de l’établissement angevin aux attaques f (...)

28Quant au contenu de l’enseignement pratiqué, il n’existe aucune procédure définie de surveillance des acteurs par l’administration. Aucune inspection n’est organisée par les pouvoirs publics, ni sur la marche des études, ni sur la discipline ou le régime intérieur des établissements. Si l’État n’est pas habilité à contrôler les institutions privées de province, l’institution de Paris cherche à se substituer à son inaction. Dans les années 1820, elle n’hésite pas à envoyer des professeurs dans les établissements de province afin d’évaluer les méthodes qui y sont suivies. Ainsi, l’abbé Gondelin, membre de l’institution royale de Paris, visite l’établissement de Caen en vue de définir une méthode commune et générale21. Le président du conseil d’administration de l’institut royal de Paris peut ainsi adresser un rapport détaillé sur les écoles inspectées auprès des autorités préfectorales concernées. Mais la position de juge et parti de l’institution de Paris fausse quelque peu le jugement. Toutefois, cette mission reste purement consultative et ne concerne que les grands établissements22. Les toutes petites structures de quelques élèves échappent à cette surveillance comme le souligne leur absence des relevés statistiques de la Restauration. Les autorités administratives et les notables locaux pourraient imposer un encadrement en contrepartie de leur soutien lorsque les écoles sont considérées comme départementales et communales comme à Laval et à Nantes. Mais, sous la Restauration, la tutelle s’exerce rarement. Les structures d’accueil sont trop modestes – moins d’une dizaine d’élèves – pour préoccuper les élus locaux. L’existence de commissions de surveillance semble une meilleure garantie de contrôle comme à Angers. Mais, le caractère inadapté du recrutement de ces assemblées pose problème. Composé d’hommes éminents appartenant au clergé et à l’administration, ils n’en restent pas moins totalement étrangers à l’éducation des sourds-muets. Ils éprouvent les plus grandes difficultés à juger les résultats et le mérite des méthodes ce qui explique le peu de contrôle effectué, voire l’abandon de leurs fonctions.

29Sous la Restauration, le seul critère retenu pour fonder une école, se résume aux garanties morales fondées, en général, sur la réputation, la renommée des prétendants à cette éducation. Cette prime à la notoriété morale favorise largement les enseignants qui ont été formés à l’institution de Paris ou qui s’inspirent des méthodes pratiquées dans l’institution royale. Leur supposé savoir-faire légitime leur compétence et compense le défaut de brevet de capacité. Les certificats délivrés par l’abbé de l’Épée ou de l’abbé Sicard aux élèves qui ont suivi leurs cours font office de diplôme de capacité :

  • 23 A.D.M.L., X 527 : Certificat de l’abbé Sicard, 23 août 1820.

« Le Directeur de l’École Royale des sourds-muets, chanoine de l’église de Paris, l’un des quarante de l’Académie française, certifie que Mlle Victoire Blouin, âgée de 21 ans m’ayant été adressée par sa respectueuse tante, Mlle Charlotte Blouin, institutrice des sourds-muets à Angers, et la première élève du célèbre Abbé de l’Épée, a reçu mes soins en 1816, pendant l’espace de 5 à 6 mois pour se perfectionner dans l’art d’instruire les sourds-muets, dont elle avait reçu les premières leçons de sa tante, et que son instruction, sous ce rapport ne laisse rien à désirer ; sa conduite a été exemplaire et digne des plus grands éloges, et je pense qu’on peut en toute assurance lui confier la direction d’un établissement pareil à celui que sa tante gouverne avec la plus grande distinction et le plus noble désintérêt23. »

30La renommée grandissante du Bon-Sauveur de Caen devient bientôt, également, une garantie aux yeux des élus locaux. Sous la Restauration, les pouvoirs locaux ou nationaux n’exercent finalement aucune autorité, ni sur les créations, ni sur le fonctionnement interne des écoles. Les responsables d’établissement les dirigent selon leur propre conception de l’éducation. L’absence de statut bien défini de l’éducation des sourds-muets ainsi que la carence de tout contrôle amènent toutes ces structures à fonctionner en totale liberté. Or, si l’éducation des jeunes sourds-muets constitue le dénominateur commun à tous ces acteurs, leurs divers intérêts personnels les amènent à fonctionner en autarcie complète sans se préoccuper des travaux de leurs pairs. La diversification des acteurs encourage, par conséquent, le particularisme pédagogique et l’adoption de stratégies de singularisation ce qui ne favorise pas la constitution d’un modèle éducatif homogène. On assiste alors à une dissémination des méthodes d’enseignement préjudiciables aux jeunes sourds-muets. Il existe bientôt autant de programmes d’enseignement que d’écoles existantes. Chacun reste isolé dans ses certitudes comme l’attestent les propos sans concession de Bébian, ancien censeur des études de l’institution royale de Paris, et un des acteurs éducatifs majeurs de cette époque :

  • 24 R.-A.-A. Bébian, Éducation des sourds-muets mise à la portée des institutions primaires et de tous (...)

« Il faut adopter pour l’éducation du Sourd-Muet la marche que suit la mère qui apprend à parler à son enfant : tel est le précepte que proclament tous les instituteurs. Mais quand, des vagues généralités de la théorie, nous descendons dans la pratique, nous ne trouvons pas qu’on se soit sérieusement mis en peine des conséquences de cet axiome fondamental. Après ce vain hommage rendu à un principe dont on n’a, peut-être, mesuré ni la portée ni les restrictions, chacun rentre dans le système qu’il s’en fait ; ceux-ci suivant un plan méthodique, ceux-là marchant à l’aventure, au jour le jour, attendant leurs inspirations du hasard des circonstances ; la plupart, à l’exemple d’un célèbre instituteur [Sicard], déployant un fastueux appareil d’analyse, qui contraste, et avec la faiblesse intellectuelle du jeune Sourd-Muet, et avec l’éducation maternelle qu’on propose pour modèle24. »

31Les tentatives de faire connaître les méthodes pratiquées ou d’échanger les expériences à travers la publication de revues ou la participation à des conférences, restent sans écho tant l’indifférence règne entre les différents acteurs. La liberté accordée par les pouvoirs publics à l’égard des fondateurs d’écoles, le silence de la loi à l’égard de l’éducation des sourds-muets ainsi que l’absence de tout contrôle de l’enseignement dispensé engendrent un ensemble éducatif désordonné et cloisonné. Ce qui pose la question de l’efficacité réelle des méthodes d’enseignement pratiquées.

Les limites du modèle français

32Présentée comme le modèle, le gage de la réussite de l’éducation aux yeux de nombreux contemporains, la méthode mise au point par l’abbé de l’Épée pour éduquer les jeunes sourds-muets s’est généralisée en France à l’ensemble des établissements, sous l’Empire et la Restauration. Le « Père des sourds-muets » est vite devenu l’objet d’un véritable culte de la part de la population sourde-muette. Les sourds-muets vont ainsi prendre l’habitude de se réunir pour un banquet annuel, au mois de novembre, pour honorer la mémoire de l’abbé de l’Épée. Le premier banquet silencieux aura lieu à Paris à l’occasion du 122e anniversaire de la naissance de l’abbé de l’Épée, le 30 novembre 1834. Cette initiative de Ferdinand Berthier, professeur sourd de Paris, et d’Alfred Bocquin, sourd et aveugle, se répandra avec succès, dès 1850, dans presque tous les pays d’Europe et les États-Unis. Elle se perpétue encore de nos jours. L’enseignement est gratuit, collectif et utilise le langage mimique des sourds-muets comme point de départ. Surtout, la vie communautaire favorise la communication entre les sourds-muets d’une même institution. Elle leur donne l’occasion de créer une véritable communication gestuelle entre eux. L’autorité de la figure tutélaire et mythique de l’abbé de l’Épée légitime le bien-fondé de sa méthode. Or, cette notoriété et ce culte en masquent paradoxalement les limites.

  • 25 A.D.M.L., X 523 : Le préfet du Maine-et-Loire en dresse l’amer constat dans un rapport adressé au (...)
  • 26 A.D.C.A., 1 X 95 : Relevés de l’institution de La Chartreuse-près-d’Auray adressés au préfet des C (...)

33En effet, c’est la pratique pédagogique des signes méthodiques mise au point par l’abbé de l’Épée, complétée par quelques apports de la méthode de l’abbé Sicard, et non le langage naturel des sourds-muets, qui s’impose, dans l’immense majorité des écoles françaises. Cette conception de l’éducation n’est pas sans conséquence pour les jeunes sourds-muets. Elle sollicite énormément l’attention et la mémoire des élèves car chaque signe exprime l’idée de l’objet auquel on agrège des signes pour analyser le mot. Ainsi, pour le mot « passion », on fait le geste exprimant un désir violent, une inclination vive et forte pour une chose. Si on lui adjoint le signe du verbe ou de l’adjectif, on obtient « passionner » ou « passionnant ». Pour y arriver, seules l’étude et la réflexion personnelle vont pouvoir les aider à assimiler les règles de correspondance pour écrire en français lors d’une dictée faite en gestes par exemple. Seule une minorité d’élèves est en mesure de comprendre réellement la liaison entre leur langue, les signes de l’abbé de l’Épée et les mots écrits. En effet, peu d’élèves sont en mesure de faire ces efforts sans un immense travail de préparation à apprendre à travailler seul. La tâche de l’enseignant est, par conséquent, longue et laborieuse. L’instruction est lente, sans doute en raison des multiples obstacles que rencontrent des élèves qui « arrivent à l’institution de 9 à 12 ans sans aucune connaissance première et qui éprouvent beaucoup de difficultés à concevoir et à retenir ce qui leur est enseigné25 ». C’est pour cette raison que la majeure partie des années d’enseignement est consacrée à cette difficile gymnastique intellectuelle. Aussi n’y a-t-il rien d’étonnant à ce que la mémorisation figure dans les matières auxquelles on porte une attention toute particulière, entre la grammaire et l’arithmétique26.

  • 27 A.D.Ma. X 999 : Extrait du registre de délibérations de la commission d’administration des hospice (...)
  • 28 E. Becchi, « Le xixe siècle », E. Becchi et D. Julia (dir.), Histoire de l’enfance en occident : d (...)

34La barrière de l’âge constitue, inévitablement, une contrainte fondamentale. Toutes les écoles accueillent les jeunes sourds-muets à un âge avancé sous la Restauration. Le seuil de 9/10 ans constitue la norme des établissements de l’Ouest à l’image de l’ensemble des écoles françaises. Or, l’acquisition des connaissances est plus difficile à réaliser quand l’enfant est plus âgé. Les objectifs sociaux de remise en ordre se focalisent, évidemment, sur les adolescents. Mais les pesanteurs morales et religieuses sont également présentes, et tout particulièrement, dans les établissements tenus par les ecclésiastiques et les religieuses. La promiscuité entre les jeunes enfants et les adolescents est jugée néfaste voire dangereuse. Elle amène les responsables d’écoles à refuser l’entrée des jeunes enfants dans leurs murs. Seule, l’école de l’hospice Saint-Louis n’admet pas d’élèves après 12 ans « dans la crainte d’introduire dans la maison des vices trop souvent contagieux27 ». L’heure n’est pas encore venue de s’interroger sur la pertinence des pédagogies appliquées28. Si les enfants ont des difficultés à apprendre, c’est qu’ils ne sont pas en mesure de le faire :

  • 29 A.D.C.A., 1 X 95 : Lettre du préfet du Morbihan au préfet des Côtes-du-Nord, 5 juillet 1821.

« L’expérience montre que les sourds-muets jeunes ne s’appliquent pas avec constance et se dégoûtent souvent de l’instruction avant d’être capables d’en profiter ; trop âgés leurs facultés morales ont plus de peine à se développer et la mémoire qui joue le premier rôle dans l’étude des langues est pauvre et difficile29. »

  • 30 La situation est la même quand deux sourds de pays différents se rencontrent. Ils arrivent à commu (...)

35Par ailleurs, chaque école s’appuie sur le langage gestuel créé par les sourds-muets en son sein. Or, plus d’écoles se fondent, plus se développent des variantes de la méthode de l’abbé de l’Épée. Il y a bientôt, en France, autant de langages des signes méthodiques qu’il existe d’écoles. Les sourds-muets des différentes maisons ne peuvent se comprendre quand ils se rencontrent. Ils ont seulement en commun l’usage de la pantomime, moyen de communication descriptif et imitatif que tous utilisent depuis leur naissance30.

36Enfin, la finalité de l’éducation des jeunes sourds-muets consiste à les mettre en mesure de communiquer avec le monde extérieur et de les rendre à la vie active. Pour cela, la maîtrise du français écrit est censée leur donner les principes et l’habitude de la phraséologie de la langue française. Or, cet apprentissage est difficile pour les enfants privés d’audition comme le souligne l’abbé Jamet, lui-même :

  • 31 Z. Gruel, Notice biographique sur Monsieur l’abbé Jamet. Fondateur des écoles du Bon-Sauveur, 11 m (...)

« Si l’on veut, […], donner aux sourds-muets une connaissance exacte de la valeur relative des mots de la langue, il faut les exercer, pendant plusieurs années de suite, à rendre compte par écrit des actions que l’on fait devant eux… Sans cela, ils ne marchent que très lentement et d’une manière incertaine dans leur instruction31. »

37Dès lors, les six années passées généralement dans les écoles, sont-elles suffisantes pour dominer le langage écrit alors que la maîtrise des signes méthodiques puis du catéchisme, accaparent une bonne partie du cursus scolaire ? Si les élèves disposant d’un reste d’audition et les malentendants peuvent y parvenir, on peut en douter pour les sourds-muets de naissance.

  • 32 C. Charle, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 148-149 ; cet aute (...)
  • 33 F. Broudig, La Pratique du breton, de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, PUR, 1995, 490 p.

38En outre, l’écriture est un moyen de communication lent et peu pratique pour la conversation. Ceux qui lisent et maîtrisent plus ou moins bien la langue française se trouvent notamment confrontés à leur sortie d’école à la dure réalité du monde social. En effet, leur retour dans la famille ou la société, sous la Restauration, les plonge dans un univers peu propice à l’utilisation de l’écrit. Les élèves qui sont issus de milieux aisés, et qui n’ont pas besoin de travailler pour vivre ou qui ont bien souvent choisi un métier d’artiste ou d’employé de bureau, recueillent les bienfaits de l’éducation reçue dans les établissements. Mais, ils composent une minorité. Pour ceux qui ont choisi de travailler dans les ateliers, le désenchantement les attend. L’écrit est peu présent dans les sombres arrière-boutiques. Bien souvent, les gestes sont même interdits pour ne pas perturber le travail. Quant aux élèves de l’Ouest, ils viennent principalement des campagnes et sont destinés à y retourner vivre. Or, sous la Restauration, le bocage de l’Ouest laisse peu de place à l’écrit. Dans les contrées d’habitat dispersé, mal relié, l’utilisation de la langue nationale est peu ressentie. Pour la petite paysannerie, dans sa grande majorité analphabète, le français demeure une langue étrangère32. Quant à la Basse Bretagne, l’écrit reste l’apanage de la seule élite sociale : le notaire, le clergé local et les membres éminents de la bourgeoisie rurale33. La société rurale est avant tout celle de la culture orale. Aussi, dès que le sourd-muet revient dans sa famille, l’écrit et la maîtrise de la langue française sont peu utilisés :

  • 34 A.D.C.A., 1 X 95 : Lettre de Rosalie Chevallier, élève à La Chartreuse-près-d’Auray au préfet des (...)

« Je vous supplie, Monsieur, de me protéger toujours, et de me laisser encore trois ans à la communauté pour y apprendre bien la religion, et à causer avec les parlantes qui ne comprendront pas mes signes lorsque je serai retournée dans ma famille34. »

39Il reste bien l’utilisation du livre dans une démarche personnelle. Mais les écrits, hormis les livres de religion, sont peu présents dans les campagnes du bocage de l’Ouest sous la Restauration. Les quelques ouvrages disponibles leur sont pour la plupart inaccessibles :

  • 35 A.D.Mo., X 1817 : Courrier adressé aux préfets de toute la France annonçant la réalisation d’un li (...)

« Les immortels abbés de l’Épée et Sicard ayant à peine eu le temps de composer quelques ouvrages pour les instituteurs seulement, avaient laissé à faire tous les livres élémentaires. Aussi, la plupart des sourds-muets sont-ils depuis longtemps, au sortir même des écoles, incapables de lire un livre ordinaire quelconque. Il n’y en a que 2 ou 3 que l’on garde 12, 15 et 20 années dans chaque établissement (pour soutenir sa réputation) dont l’éducation soit réellement achevée35. »

  • 36 A.N., F15 1944 : Tableau des élèves sortis de l’institution des Sourds-Muets de Paris pendant les (...)
  • 37 Extrait de l’avant-propos de l’abbé Sicard, en tête de l’édition consacré au fascicule de l’abbé d (...)
  • 38 Ibid., p. 3.

40La situation est quelque peu différente pour l’institution royale de Paris. La capitale française est un espace où le français et l’écrit trouvent leur place dans la vie quotidienne. Il est à noter que la moitié des élèves envoyés par les départements de province dans l’institution royale ne retournent pas dans leur département d’origine36. Finalement, la pratique des signes méthodiques s’adresse à un public familier de l’écrit, c’est-à-dire aux jeunes sourds-muets issus des classes moyennes et aisées urbaines ou des gros bourgs ruraux. Ce que reconnaît fort bien le directeur de l’institution royale de Paris, l’abbé Sicard, pour qui l’écriture « ne peut guère être d’usage dans les classes inférieures de la société, où naissent le plus grand nombre de sourds-muets, et où souvent on ne sait pas lire et presque jamais écrire assez correctement pour se faire comprendre de ces malheureux, qui, ne lisant que des yeux sans pouvoir s’aider de la prononciation, ne comprennent les mots qu’autant qu’ils sont écrits conformément à l’orthographe37 ». L’abbé Sicard a conscience des limites de l’écriture. C’est pour cette raison qu’il estime que « le sourd-muet n’est donc totalement rendu à la société que lorsqu’on lui a appris à s’exprimer de vive voix et à lire la parole dans les mouvements des lèvres. Ce n’est qu’alors seulement qu’on peut dire que son éducation est entièrement achevée38 ».

Des résultats inégaux

41Pour mesurer la réalité du travail effectué au sein des maisons d’éducation, encore faut-il disposer d’outils de mesure suffisamment fiables pour établir un constat. Or, les observateurs et les contemporains des premières écoles disposent de peu d’éléments pour apprécier l’ampleur du travail accompli dans les écoles ce qui nous oblige à rester prudent dans notre approche de la nature de l’éducation dispensée dans les écoles sous l’Empire et la Restauration.

  • 39 A.C.B.S. : Annales du Bon-Sauveur, tome I, Caen, de Pagny, 1840, p. 163-164.

42L’outil le plus communément utilisé par les responsables des grands établissements pour convaincre du bien-fondé de leur travail, et ce, depuis l’abbé de l’Épée, consiste à proposer des séances publiques aux représentants civils et religieux de la société locale. Ces manifestations peuvent aller de l’examen public sous forme de questions/réponses entre le maître et quelques élèves, à la plus spectaculaire et la plus appréciée du public, la saynète de théâtre. Plusieurs fois dans l’année, des exercices publics sont ainsi réalisés à Caen. La première de ces manifestations, en 1818, permet à l’abbé Jamet de souligner les finalités du travail entrepris et d’exposer la démarche pédagogique de l’établissement normand. Puis les spectateurs assistent à une véritable démonstration des connaissances et des savoirs des élèves. Après avoir fait réciter la conjugaison de plusieurs verbes de la langue française par un élève, le public est invité à faire diverses actions que les quelques élèves présents sur scène, écrivent. Puis des cahiers ou des programmes imprimés, contenant plus d’une centaine de questions sur la religion, les choses usuelles de la vie quotidienne, l’arithmétique ou les « trois règnes de la nature39 », sont distribués aux notables de l’assistance afin qu’ils interrogent les élèves. Une sourde-muette, « passablement instruite », explique ainsi, par signes, les perfections de Dieu. Enfin, quelques sommités locales sont priées d’écrire sur une feuille une action que les élèves doivent lire et exécuter. Ces représentations publiques impressionnent fortement les observateurs.

43Mais ces démonstrations relèvent plus du spectacle que du contrôle effectif du travail produit dans les classes. Elles ne reflètent en rien la valeur réelle de l’éducation apportée dans les écoles :

  • 40 A. Bébian, Examen critique de la nouvelle organisation de l’enseignement de l’institution Royale d (...)

« Voir ces pauvres enfants […] exécuter, pour l’amusement des spectateurs, quelques petits exercices répétés plusieurs jours d’avance, et donner à des questions censées improvisées, des réponses préparées par leurs maîtres, et apprises avec soin par cœur40. »

  • 41 B.M.C., M. Lamouroux, Notice sur le Bon-Sauveur, Caen, Poisson, 1824, p. 15.
  • 42 H. de Vigan, « Notice biographique sur M. Paul de Vigan, sourd-muet, savant mathématicien et physi (...)

44En effet, le conditionnement des élèves pour les exercices publics et, surtout, la présentation des éléments les plus avancés de l’établissement, ne permettent, en aucun cas, de mesurer la qualité de l’enseignement prodigué à l’ensemble des élèves. Les quelques éléments qui assurent le spectacle – la plupart plutôt malentendants que sourds-muets de naissance – ne sont pas représentatifs de l’ensemble des élèves présents dans les écoles. Toutefois, la présentation d’élèves brillants lors de ces séances publiques participe à la renommée des enseignants. Ces élèves « par la rapidité, la précision de leurs réponses aux questions qu’on leur adresse, […] prouvent de la manière la plus évidente combien la méthode de leur professeur est supérieure à toutes les autres41 ». Ainsi, l’abbé Jamet est-il fier de montrer la vivacité d’esprit et l’étendue des connaissances de Paul de Vigan, petit-neveu du cardinal La Fare. Assez rapidement, cet élève sourd-muet exceptionnel maîtrise plusieurs langues vivantes, outre le latin et le grec. Il se montre tout particulièrement brillant pour les sciences exactes. L’abbé Jamet lui apprend également à lire à haute voix. Il présentera son élève à l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Caen, le 28 février 1834. Paul de Vigan deviendra, par la suite, un savant réputé42. Qu’en est-il ailleurs ?

45Pour les maisons d’éducation plus modestes, la taille et la composition de leur effectif les empêchent de réaliser de telles présentations publiques. Les discours ou les résultats qualitatifs présentés par les responsables de ces écoles suffisent alors aux autorités publiques locales pour justifier l’existence de ces écoles. C’est le cas du préfet de la Loire-Inférieure, en 1828 :

  • 43 A.D.L.A., 2 X 483 : État nominatif, 9 août 1828.

« Le département ne possède aucune institution de sourds-muets. Mais, dans la ville de Nantes, le sieur Dunan, élève distingué de l’Institution de Paris, sourd lui-même, tient une classe de quelques élèves […]. Ce jeune homme serait capable de diriger une institution plus importante et l’on est satisfait des succès qu’il a obtenus jusqu’à ce jour dans l’enseignement43. »

46Finalement, sous la Restauration, l’anarchie qui préside à l’implantation des écoles, l’isolement des démarches éducatives, où chacun expérimente dans son coin, et l’absence d’une quelconque évaluation des méthodes mises en œuvre, font de l’éducation des jeunes sourds-muets, un système éducatif disséminé sans aucune cohésion et laissé au libre arbitrage des fondateurs et des fondatrices d’écoles. Si le réseau éducatif qui se met en place ne répond que partiellement aux attentes de la société, on peut, toutefois, penser que la prise en compte de la spécificité de la surdi-mutité au sein des écoles compense, en partie, ses insuffisances et ses errements.

Le sourd et son médecin

47Sous la Restauration, la dénomination générale de sourd-muet reste encore une notion équivoque. Elle recouvre en fait, aussi bien les sourds-muets apparentés, les demi-sourds, les malentendants, les devenus sourds et sourds-muets de naissance. Or, l’éducation proposée est avant tout destinée aux jeunes sourds-muets de naissance. Dans quelle mesure ceux-ci ont-ils leur place dans les maisons d’éducation ?

Les connaissances médicales

48Les limites du terme de « sourd-muet « sont si imprécises et incertaines, au xixe siècle, que derrière une apparence d’unité, l’appellation « sourd-muet » se présente comme un terme générique flou, source de nombreuses confusions. Il ne rend pas compte des différents degrés de surdités. De nos jours, une échelle de gravité distingue la déficience auditive légère, moyenne, sévère et profonde. Elle est fondée sur l’audiométrie qui permet la mesure statistique de l’acuité auditive. Mais cette classification ne s’est imposée qu’à partir des dernières décennies du xxe siècle. Or, le problème de la réalité recouverte par le terme « sourd-muet » est central au xixe siècle. Ainsi, il y a les malentendants qui peuvent plus ou moins entendre et les personnes atteintes d’une surdité grave résultant d’une maladie ou d’une lésion auriculaire survenues dans les premières années de la vie. Dans leur cas, l’âge auquel la surdité s’est affirmée, est déterminant. Plus elle est tardive, plus les enfants possèdent les rudiments du langage et disposent ainsi d’une expérience auditive. La situation des sourds-muets dont l’audition est absente à la naissance ou perdue dans les premières heures de leur vie est tout autre. Ceux qu’on appelle les sourds prélinguaux – c’est-à-dire avant l’acquisition du langage – ne disposent d’aucune initiation auditive. Ils n’ont même aucune conception de ce qu’est un son. Ce qui ne veut pas dire qu’ils vivent dans le silence. Ils sont sensibles aux vibrations et bruits de toutes sortes.

49Cependant, l’incapacité de communiquer avec l’environnement proche, hormis quelques gestes rudimentaires, expose les sourds-muets congénitaux au risque d’être retardés en l’absence de toute démarche curative ou éducative. Ils ne lisent pas, n’écrivent pas et vivent dans l’isolement le plus complet. On les retrouve parfois cachés derrière le qualificatif d’idiot ou d’imbécile que la société leur affuble dans les statistiques. Ce qui laisse à penser que la plupart des élèves présents dans les maisons d’éducation du début du xixe siècle sont, contrairement aux discours avancés, plutôt des « devenus sourds-muets » ou des « malentendants » que des sourds-muets de naissance. Comme les premiers disposent d’un reliquat d’audition dans leur mémoire, ils ont beaucoup plus de facilité pour assimiler les mécanismes du langage et effectuer la gymnastique intellectuelle difficile posée par l’apprentissage des signes méthodiques. La principale conséquence de cette situation réside, alors, dans l’illusion des progrès rapides réalisés par ces élèves. Illusion qui conforte les enseignants dans le bien-fondé et la pertinence de leur procédé pédagogique et les légitime aux yeux des autorités locales sur leur savoir-faire. En outre, la perte d’audition de certains jeunes élèves relève probablement d’affections acquises de l’oreille moyenne. Le rétablissement d’une audition perturbée par des troubles passagers ou à la suite de soins met alors en valeur les prétendues vertus d’une conception pédagogique.

50Or, en ce début de xixe siècle, la distinction entre les deux catégories n’existant pas, la pédagogie s’applique aussi bien pour les uns que pour les autres. On s’appuie sur les réussites obtenues pour généraliser à tous les élèves l’enseignement magique sans se préoccuper de leur hétérogénéité. Ceux qui ne suivent pas sont irrémédiablement classés d’incapables, d’idiots ; au premier rang, on retrouve les sourds-muets de naissance qui ont besoin d’une temporalité et d’une modalité d’apprentissage spécifiques. Au contraire, ce sont les élèves qui ont été éduqués rapidement qui focalisent les courriers adressés aux autorités préfectorales. Ainsi, l’abbé Jamet, directeur de la maison d’éducation du Bon-Sauveur de Caen, en 1818, insiste sur la rapidité d’apprentissage de son prodige, Paul de Vigan, pour élargir son champ d’intervention aux élèves indigents du département comme le lui réclame le préfet du département :

  • 44 A.C.B.S. : Journal politique, affiches, annonces et avis divers du département du Calvados, 16 avr (...)

« On assure qu’il y a cinq mois, il était d’une ignorance profonde. Aujourd’hui, il explique quelques-uns des phénomènes de la physique, de l’histoire naturelle et de l’astronomie. Il possède parfaitement les éléments mathématiques44. »

51Certains de ces élèves accèdent même à la notoriété lors de la parution d’articles dans les gazettes et autres revues du monde des lettres, des sciences ou des arts. Ces rapides succès illusoires sont souvent à l’origine de bien des vocations de fondateurs de maisons d’éducation dans les années 1830.

  • 45 A.D.C.A., 1 X 96 : Prospectus manuscrit adressé par l’abbé Garnier au préfet des Côtes-du-Nord, 2 (...)

« À peine neuf mois sont écoulés, et déjà, par les signes, une petite sourde-muette qui nous a été confiée, peut suivre sur plusieurs matières une assez longue conversation, et, par l’écriture, sur la table noire, écrire en distinguant les trois temps principaux les petites actions que l’on fait devant elle45. »

  • 46 A.D.M.L., X 527 : État statistique adressé au préfet du Maine-et-Loire, le 3 avril 1822.

52Les maisons d’éducation accueillent tous ceux qui se présentent ou sont présentés comme sourds-muets de naissance. Pourtant, il est extrêmement difficile de savoir, en ce début de xixe siècle, si un enfant est réellement sourd de naissance ou s’il l’est devenu à la suite d’une maladie plus ou moins grave (convulsions, méningite, scarlatine, rougeole et autres fièvres). En fait, les seuls moyens dont disposent les témoins pour vérifier la surdimutité se résument dans l’attention ou l’inattention que l’enfant donne aux impressions auditives. Or, dans les premiers mois de la vie d’un enfant, ces sensations peuvent ne pas le frapper. La difficulté de reconnaître la surdité dans les premières heures après la naissance fait mettre au nombre des sourds-muets de naissance beaucoup d’enfants qui ne le sont devenus qu’ultérieurement. En outre, pour faire admettre un enfant dans un établissement, les familles et les élus locaux n’hésitent pas à le présenter comme un sourd-muet de naissance. Aussi, les effectifs des écoles doivent-ils accueillir toute une palette de situations de déficience auditive aussi diverse que variée où des sourds-muets de naissance côtoient des malentendants, des demi-sourds voire même des entendants. C’est le cas d’une jeune fille boursière du département du Maine-et-Loire, Marie Joséphine, entrée le 4 février 1820, à l’institution d’Angers qui a eu la langue coupée par des voleurs46.

  • 47 A.D.L.A., 2 X 484 : Article 13 du règlement de l’institution d’Angers, 4 janvier 1815.
  • 48 A.D.L.A., 2 X 484 : Article 11 du règlement de l’institution d’Angers, 4 janvier 1815.

53En fait, il n’est pas sûr, du tout, que les sourds-muets de naissance soient les plus nombreux dans les écoles. Le manque de relevés statistiques révélant l’état de surdi-mutité des élèves est significatif de l’absence de toute mesure de la surdité des élèves à leur admission dans les écoles. Tout au plus, un certificat médical attestant de la bonne santé est exigé dans certaines institutions comme à Angers où les élèves doivent simplement être de constitution saine, avoir eu la petite vérole et avoir été vaccinés47. D’ailleurs, les responsables des maisons d’éducation procèdent à une mise à l’essai d’un mois, voire plus, des élèves avant de les accepter définitivement. À Angers, l’admission des élèves admis gratuits est provisoire pendant 6 mois à dater du jour de leur entrée. C’est le terme reconnu nécessaire pour juger de leur capacité48.

  • 49 Quatrième Circulaire de l’Institut Royal des Sourds-Muets de Paris, 1836, p. 245.

54Cette situation qui privilégie les devenus sourds-muets au détriment des sourds-muets de naissance repose sur l’état des connaissances médicales sur les maladies des oreilles. En effet, l’otologie n’en est qu’à ses premiers pas au début du xixe siècle. Son étroite collaboration avec la laryngologie ne se réalisera qu’à la fin du xixe siècle. Jusqu’au Second Empire, les médecins de l’oreille se révèlent, en fait, être les précurseurs de l’otologie moderne. Il faut attendre, ainsi, la deuxième partie du xixe siècle pour que la pathologie de l’oreille bénéficie d’une véritable méthodologie d’examen. Jusqu’alors, l’oreille reste considérée comme un organe très complexe voire inaccessible. Les difficultés de son observation à cette époque expliquent grandement ce retard. L’otoscopie – examen du conduit auditif et du tympan – s’effectue de préférence à la lumière solaire directe ou réfléchie par un miroir plan. Parfois, elle se résume à la simple palpation avec une sonde. Les médecins connaissent peu de choses sur les origines de la surdimutité et s’en désintéressent quelque peu : « Les causes de cette infirmité sont encore entourées de ténèbres et d’incertitudes, et nous sommes réduits à n’émettre que des conjectures49. »

55Ils appellent bien souvent guérison de la surdi-mutité, le recouvrement d’une audition perturbée par des affections passagères voire une intervention sur l’oreille moyenne. Il n’est donc pas étonnant de voir les guérisseurs et les charlatans de tous horizons s’improviser spécialistes dans ce domaine médical. C’est le temps des tâtonnements, des essais thérapeutiques avec ses résultats aussi aléatoires que dramatiques pour les personnes soumises à ces traitements :

  • 50 J.-B. Berjaud, Dans l’état actuel des sciences médicales, peut-on rendre l’ouïe et la parole aux s (...)

« Le nombre infiniment petit de guérisons obtenues par le cautère et le moxa ; les accidens [sic] graves qui peuvent se développer par suite de ces applications incandescentes, et avec cela peu d’espérance de succès, ont fait renoncer depuis longtemps à des moyens que l’on pourrait, avec raison, appeler barbares… Quant aux vésicatoires, utilisés tout récemment contre la surdité de naissance, ils auraient quelques succès. Je n’hésiterais pas à donner la préférence à ce procédé car les accidens [sic] sont fort rares50. »

  • 51 C. Cuxac, L’Éducation des sourds depuis l’abbé de l’Épée, thèse de doctorat, université de Paris V (...)

56Ainsi, la trépanation, censée faire parvenir directement le son au cerveau, ou la pose de cautères sur la nuque illustrent bien l’état de méconnaissance des praticiens sur les maladies des oreilles et les conséquences humaines de telles pratiques. La mutité des sourds-muets est encore souvent traitée séparément de la surdité. Le praticien, Le Bouvyer Desmortiers, rapporte, en 1800, qu’un de ses confrères n’hésite pas à utiliser la moutarde dans l’arrière-gorge des enfants sourds-muets : « Il frottait ensuite avec du crin la partie lésée, occasionnant des écoulements abondants de sang51. »

57Pour la majorité des médecins qui officient dans les villes ou dans les campagnes, l’enseignement médical de l’Ancien Régime prévaut encore largement.

  • 52 B.M.R., M. Andrieu, Avis aux citoyens sur les causes, les divers caractères et les vrais remèdes d (...)

« Quelquefois la matière accumulée dans les conduits auditifs se durcit et se dessèche à tel point, qu’il n’est pas possible de l’extraire sans l’avoir préalablement ramollie par des injonctions avec l’huile de lin, ou mieux avec l’eau tiède animée de quelques gouttes d’eau-de-vie52. »

  • 53 U.R.T. Le Bouvyer Desmortiers, Mémoire sur les sourds-muets de naissance, et sur les moyens de don (...)
  • 54 F. Legent, op. cit., p. 18-29.
  • 55 Une école de savants favorable à la curabilité des sourds-muets par l’électricité, voit même le jo (...)

58Ainsi, le docteur Itard, médecin de l’institution de Paris au début du xixe siècle, se procure-t-il un traitement courant, composé d’asaret (raifort sauvage), de roses de Provins et de perce-pierre infusés dans du vin blanc et additionnés de sel marin, conçu en 1786 par un médecin naturaliste, pour ses propres recherches. Les ouvrages de personnages familiarisés à la médecine à la fin du xviiie siècle, comme Le Bouvyers Desmortiers, guérisseur « naturaliste », font autorité sous la Restauration53. L’opinion de chaque thérapeute guide donc ses interventions. L’éventail des médications et des substances utilisées varie selon l’état de leurs connaissances54. Les traitements des plus fantaisistes type saignées, purgatifs, sangsues sur les tempes, lotions spiritueuses, sulfureuses, purgatifs, bains chauds, diètes et autres ventouses côtoient les exécutoires, les dissolvants, le magnétisme minéral ou animal et les sternutatoires. Le galvanisme, c’est-à-dire l’utilisation de courants électriques dans l’appareil auditif, quelque soit l’origine des troubles, a de plus en plus d’adeptes55. La perforation de la membrane du tympan et des cellules mastoïdiennes est souvent pratiquée. On n’hésite pas à désobstruer l’orifice des trompes d’Eustache au moyen de sonde pour rétablir la pénétration de l’air dans la caisse du tympan. Les sondes peuvent servir également à introduire dans l’oreille moyenne des liquides. L’injection gazeuse est employée. Les vaporisations d’éther dans le conduit auditif externe sont réalisées. Les préparations, baumes, élixirs et autres mixtures aussi mystérieuses qu’inefficaces dans le conduit externe sont aussi courantes. L’insufflation d’alcalis végétaux tels que la strychnine souligne l’extrême ignorance des maladies de l’oreille dans la première partie du xixe siècle d’une grande partie du monde médical. On le voit, l’empirisme et la méconnaissance la plus totale rythment le traitement médical de la surdi-mutité sous la Restauration. Aussi n’y a-t-il rien d’étonnant à ce que les sourds-muets s’en remettent à la Providence et au miracle pour suppléer les défaillances et les errances d’une médecine des oreilles encore en gestation.

La puissance des croyances

  • 56 J. Léonard, La Médecine entre les pouvoirs et les savoirs, Paris, Aubier, 1981, p. 17 : « Le corps (...)
  • 57 A.C.B.S. : Propos rapporté de l’Abbé Jamet rapporté dans un Mémoire de l’Académie royale de Caen e (...)

59Le statut confessionnel ou la taille modeste des maisons d’éducation de l’Ouest excluent toute intervention des médecins dans l’espace scolaire. Certes, avec la loi du 19 ventôse an XI, la santé s’est émancipée de la tutelle de l’Église catholique56. Mais, en ce début de xixe siècle, la réalité de l’habitat de l’Ouest se moque des éléments juridiques établis sous la Révolution. Les barrières sociales, psychologiques, culturelles et naturelles empêchent toute application stricte de la loi. Le salut dans l’au-delà passe toujours avant la guérison et la maladie de l’âme avant la maladie du corps. Ce sont les membres du clergé qui prennent en charge l’éducation médicale des jeunes sourds-muets même si leur démarche paraît contradictoire. Ainsi, l’abbé Jamet, directeur de l’institution du Bon-Sauveur de Caen ne cesse de s’interroger sur les causes qui frappent la surdi-mutité. Il n’hésite pas à s’appuyer sur une démarche d’évaluation statistique pour étayer son analyse à l’approche des années 1830. Toutefois, l’aspect clinique de la surdi-mutité n’est pas de son ressort : « Sur toutes les questions liées à la surdité, il ne m’appartient pas d’approfondir ces questions. C’est à la médecine à en chercher la solution57. »

  • 58 J. Léonard, Les Médecins de l’Ouest au xixe siècle, thèse de doctorat d’état, Paris, IV, t. III, c (...)
  • 59 A.D.L.A., 2 X 284 : Article 6, règlement arrêté par les membres de la commission de surveillance d (...)

60Toutefois, dans les murs de sa maison d’éducation, l’abbé Jamet confie les questions médicales des enfants à sa charge aux membres de la communauté du Bon-Sauveur. En effet, dans les institutions de Caen, de La Chartreuse-près-d’Auray ou de Périers, le médecin ne pénètre que rarement dans l’enceinte des murs des congrégations. Ce sont les religieuses, issues en grande majorité du monde rural, qui assurent, elles-mêmes, le maintien sanitaire des internats de sourds-muets. Elles bénéficient d’ailleurs d’une certaine indulgence sur cet exercice illégal58. Ces femmes, pour la plupart issue des campagnes, pratiquent une médecine populaire, traditionnelle, bien souvent issue de pratiques très anciennes. La médecine des plantes y occupe une place importante. Elles obligent le praticien à rester un étranger au xixe siècle dans les maisons d’éducation de l’Ouest. Seul le règlement de l’établissement départemental des sourds-muets d’Angers prévoit la visite d’un médecin une fois par semaine. Appelé à recevoir les élèves boursiers départementaux, il doit assurer les services de santé courants : visites d’admission, soin des internes. Toutefois, en cas d’épidémie, il est autorisé exceptionnellement à élargir son champ d’intervention dans l’établissement59.

  • 60 A.E.S.B. : Cantiques en l’honneur de Notre-Dame de Toute-Aide de Querrien en La Prénessaye. Devenu (...)
  • 61 H. Gancel, Les Saints qui guérissent en Bretagne, tome 1, p. 46-53. Lire également G. Kervella, (...)

61Mais, dans l’Ouest, le traitement de la surdi-mutité reste l’apanage des fontaines et des sources miraculeuses, rattachées au culte des saints guérisseurs. Les guérisons rapportées dans les textes des missionnaires Michel Le Nobletz et Julien Maunoir, au xviie siècle, nous rappellent l’efficacité et l’ancrage de cette ferveur, notamment en Basse Bretagne. La cécité et la surdité sont d’ailleurs au premier rang des intercessions miraculeuses de ces hommes illustres. Par ailleurs, les seules apparitions mariales reconnues officiellement en Bretagne par l’Église rappellent-elles la guérison miraculeuse d’une jeune sourde-muette, à Querrien en la Prénessaye près de Loudéac, dans les Côtes-d’Armor60. Cette thérapeutique populaire, où christianisme et paganisme sont étroitement liés, recourt à de multiples techniques de guérison. Mais le mode opératoire reste identique : la magie du transfert. Il s’agit avant tout de se débarrasser du mal en le transmettant soit au saint, soit au lieu saint par l’attouchement réel ou symbolique. La liste des saints guérisseurs dans l’Ouest est longue61.

62La quasi-totalité des fontaines et des sources miraculeuses est rattachée au culte des saints guérisseurs. On leur attribue un pouvoir thérapeutique et préventif. Bien souvent, il suffit de verser quelques gouttes dans le conduit auditif pour obtenir satisfaction. C’est le cas de la fontaine de Sainte-Eugénie à Plouha ou celle plus imposante, dite « de Lorette », en Le Quilliodans les Côtes-d’Armor. À Plogonnec, dans le Finistère, au hameau de Kerustans, dans une chapelle dédiée à Saint-Thégonnec, une fontaine intérieure alimentée par une source propose une eau bénéfique pour les maux d’oreilles. À Meslan, dans le Morbihan, les pèlerins se rendent à la fontaine de Bonigeard où la statue de Saint-Diboan suggère la fonction thérapeutique du saint ; sa main gauche est posée contre l’oreille.

63La statue du saint, elle-même, fait l’objet de manipulations pour la guérison des divers problèmes d’audition. C’est le cas de la figure sculptée de Saint-Corentin à Quimper ou celle de Saint-Égarec, dans la chapelle de Lampaul-Plouarzel, dans le Finistère. Les pierres sacrées sont également sollicitées. Dans la chapelle de Saint-Cado, à Belz dans le Morbihan, il existe une statue ornée de rubans et une maçonnerie de pierres comportant une dalle dite « oreiller de Saint-Cado ». Les pèlerins collent leur oreille sur le sol de la pierre pour demander remède aux troubles de l’ouïe. À Melrand, dans le Morbihan, une pincée de sable prélevée dans la grotte de Saint-Rivalain, puis déposée dans l’oreille, suffit à assurer la guérison des maladies de l’oreille.

64Les objets cultuels des chapelles sont également réquisitionnés. C’est le cas de la cloche de cuivre de Saint-Mériadec à Stival, dans le Morbihan. Le jour du pardon, un homme de la paroisse agite, selon un rituel particulier, l’instrument sonore, dit « bonnet de Saint-Mériadec », au-dessus de la tête de chacun des demandeurs. Il s’ensuit une bénédiction salutaire. La cloche « Hir-Glaz » à Saint-Pol-de-Léon, dans le Finistère, est aussi invoquée pour améliorer l’audition et combattre la surdité. Il faut encore citer les pièces de monnaie trempées dans de l’huile sainte et posées sur l’oreille malade du patient tout le temps de la prière, au pied de la statue dédiée à Saint-Égarec, dans la chapelle de Kerlouan.

65Enfin, à Plougastel-Daoulas, dans le Finistère, une chapelle et une fontaine sont placées sous le vocable de Saint-Claude. On y prie en faveur des enfants ayant des difficultés d’élocution. Le jour du pardon, les mères d’enfants atteints de troubles de la parole font bénir des petits pains afin de les guérir. Il convient ensuite d’aller à la fontaine sacrée prélever quelques gouttes et d’en humecter les lèvres des enfants.

66Dans l’Ouest, les attaches entre croyance et éducation bannissent par conséquent tout recours à une pédagogie curative en privilégiant une pédagogie salvatrice. L’invocation du pouvoir thaumaturgique de Jésus-Christ et de ses saints ainsi que la concurrence des guérisseurs illégaux cantonnent les médecins dans les villes, à l’image de la Bretagne et de ses processions expiatoires, ses prières publiques et ses retraites. La concurrence entre Église et médecine laïque se perçoit donc fortement au travers de l’existence des écoles confessionnelles de sourds-muets. Il résulte de ce peu de place offert au monde médical dans les institutions de l’Ouest, une fracture fondamentale avec les établissements sous tutelle de l’État.

Sourds de Paris, sourds de l’Ouest

  • 62 F. Legent, « Les soins médicaux aux sourds-muets en France au xixe siècle. L’éclosion de l’otologi (...)
  • 63 Jean-Marie Gaspard Itard est né à Oraison, près de Digne, le 24 avril 1774. Il fait des études au (...)
  • 64 J.-M.-G. Itard, Traité des maladies de l’oreille et de l’audition, Paris, Méquignon-Marvis, 1821, (...)

67En effet, les institutions nationales disposent d’un service médical. Si jusqu’à la Révolution, les troubles de l’audition ont peu intéressé la médecine officielle, avec la création d’établissements rassemblant de nombreux sourds-muets, elle lui donne l’occasion de développer la recherche thérapeutique. Le point de départ des travaux de l’école médicale sur les sourds-muets est ouvert par Jean-Marc-Gaspard Itard. On le considère comme le fondateur de la première école française d’otologie62. Il n’a pas encore achevé ses études de médecin, en décembre 1800, qu’à la demande du directeur de l’institution des sourds-muets de la rue Saint-Jacques à Paris, l’abbé Sicard, il se voit confier la mission d’éduquer le jeune Victor, le « sauvage de l’Aveyron ». Ayant démissionné de l’armée en 1804, il se consacre jusqu’en 1811 à son protégé tout en se consacrant à l’étude et au traitement des maladies de l’oreille dans une annexe de l’établissement63. Ses premières publications sur les maladies d’oreille apparaissent dès 1808. Médecin de l’institution des sourds-muets, il édite, en 1821, ce qui est considéré comme le premier véritable traité concernant les maladies de l’oreille et de l’audition. Son Traité des maladies de l’oreille et de l’audition propose une description de l’appareil auditif et une typologie des pathologies qui s’y rencontrent64. Son arrivée à Paris coïncide avec l’avènement d’une nouvelle conception de la médecine sur l’observation anatomique et clinique des maladies. Il jette ainsi les bases de l’otologie moderne. Il est notamment le premier médecin français à recourir au terme d’otite même si sa classification de l’inflammation de l’oreille demeure encore bien sommaire. Dès lors, ses travaux de pionnier, et sa notoriété acquise avec Victor, lui ouvrent les portes de l’Académie de médecine et de nombreuses sociétés savantes. Sous la Restauration, le docteur Itard est un des tous premiers thérapeutes à procéder à des essais en tous genres sur les élèves de l’institution. Il symbolise parfaitement l’état d’esprit des praticiens de l’époque : celui des expérimentateurs.

  • 65 Docteur Itard, cité par le docteur Deleau jeune, Réfutations des assertions de M. Itard sur le tra (...)

« Quand la douleur durait plus d’une journée, et souvent même sans qu’elle se prolongeât aussi longtemps, elle s’accompagnait de quelques accidents ; il survenait des maux de tête, des étourdissements, une augmentation sensible de la surdité, de la fièvre qui durait quelquefois trente-six à quarante-huit heures, une inflammation de l’oreille, des tumeurs ganglionnaires, un écoulement des oreilles, etc. Mes tentatives sur cent vingt individus, admis à l’Institution, quoiqu’infructueuses pour leur guérison, n’ont pas été sans quelque profit pour la science65. »

68À la suite d’Itard, de nombreux médecins s’intéressent à ce nouveau champ médical. Plusieurs grands noms de médecins tels Prosper Menière ou Jules Ladreit de Lacharrière, qui vont donner ses lettres de noblesse à l’otologie française au xixe siècle, passeront par l’institution parisienne :

  • 66 F. Legent, « Les soins médicaux aux sourds-muets en France au xixe siècle. L’éclosion de l’otologi (...)

« Le poste de médecin de cet établissement était alors très envié par les auristes, leur procurant un revenu fixe et un logement de fonction. Il permettait d’avoir une consultation gratuite pour les maladies d’oreille au sein de l’institution, tout en conservant une clientèle personnelle à l’extérieur66. »

69Il faut souligner que les établissements nationaux de sourds-muets procurent aux praticiens un champ d’observations et d’études uniques pour procéder aux essais thérapeutiques. En effet, ces écoles se prêtent particulièrement bien à la recherche médicale car deux conditions sont remplies : un nombre important de sujets observables et la présence dans un même lieu des formes de surdité les plus diverses. Dans la majeure partie du xixe siècle, la médecine des oreilles va donc se développer essentiellement dans les établissements nationaux de sourds-muets.

70Mais cette intrusion du discours médical dans les institutions nationales n’est pas sans conséquence sur l’éducation des jeunes sourds-muets. En effet, les travaux d’Itard et ceux de ses successeurs influent sur les recherches pédagogiques de l’établissement. Des liens de plus en plus étroits entre médecine et éducation se tissent dans l’établissement parisien. Ainsi, en juillet 1825, dans un rapport adressé à l’administration de l’institution, le docteur Itard propose-t-il que « tous les sourds-muets admis à l’Institution passeront en entrant une semaine à l’infirmerie où sera constaté le degré et s’il est possible la nature de la surdité, laquelle sera de suite traitée s’il y a lieu par des moyens qui ne pourront être ni douloureux ni dangereux ». Or, l’action du praticien est fondamentalement différente du pédagogue. L’enseignant cherche à ramener le sourd-muet dans la société en établissant une communication sous quelque forme que ce soit, orale ou/et gestuelle. La question de savoir comment le sujet s’est structuré autour de cette incapacité à communiquer pour y apporter une réponse est au centre de sa mission. La démarche du médecin est tout autre. Il appréhende le sourd-muet sous un angle uniquement physiologique. La fonction du praticien est de réparer l’organe défectueux. Au fur et à mesure que l’otologie se développe au sein des établissements nationaux, le discours médical va chercher à s’imposer dans la question éducative.

  • 67 C. Cuxac, L’Éducation des sourds en France depuis l’abbé de l’Épée – Aperçu linguistique et histor (...)
  • 68 Troisième Circulaire de l’Institut Royal des Sourds-Muets de Paris, Paris, 1832, p. 260-261.
  • 69 Y. Bernard, Approche de la gestualité à l’Institution de sourds-muets de Paris, aux xviiie et xixe(...)

71Pour le thérapeute, il s’agit avant tout de rendre la parole, de faire entendre le sourd-muet. À partir de 1805, le docteur Itard pratique sur quelques élèves des exercices de démutisation, d’articulation ou d’entretien de la parole pour ceux qui possèdent quelques restes d’audition. Il faut attendre 1827 pour voir une classe d’articulation ouvrir à l’institution de Paris sous la tutelle du docteur Itard. Mais c’est le baron de Gérando, administrateur de l’institut national, qui est le principal artisan de son introduction dans l’établissement. Le conseil d’administration nomme Désiré Ordinaire, directeur de l’institut Saint-Jacques, en 1831. Débute alors une période de remise en cause des méthodes gestuelles avec la volonté d’imposer la parole à tous les élèves de l’établissement quelque soit le degré de surdi-mutité des élèves. Désiré Ordinaire met en place le programme mis au point par de Gérando67. En 1832, des mesures sont prises pour faire disparaître les gestes de l’institution68. Il impose notamment l’enseignement oral à tous les élèves, excluant de fait tous les enseignants sourds-muets de l’enseignement, ce qui a pour effet de provoquer une grave crise à l’intérieur de l’école. Mais, confronté à la résistance des élèves, « à l’hostilité du corps enseignant composé de sourds-muets et de maîtres dévoués à l’ancien système69 », le directeur démissionnera le 18 août 1838. Celle-ci mettra fin provisoirement à un débat qui ne va cesser de grandir tout au long du xixe siècle : celui de la primauté de la communication orale ou gestuelle dans l’éducation des jeunes sourds-muets. Toutefois, deux classes d’articulation seront maintenues dans l’institution parisienne.

72Mais avec le développement des recherches médicales sur la surdi-mutité, une meilleure appréhension de la nature des effectifs de l’école parisienne se dessine. C’est ainsi qu’on assiste à une ébauche de différenciation des parcours scolaires. Parallèlement aux classes d’articulation réservées aux élèves ayant conservé des restes d’audition, apparaissent des classes spéciales pour les élèves en difficulté incapables de suivre le cours d’étude des autres élèves et auxquelles on n’enseigne que les notions les plus usuelles. Elles sont confiées à des professeurs sourds-muets. Cette diversité d’accueil n’est pas encore possible dans les maisons d’éducation privées. Ainsi, dans l’Ouest, à la veille de la monarchie de Juillet, l’état des connaissances médicales, la puissance des croyances et l’absence de toute pédagogie curative au sein des maisons d’éducation empêchent toute approche qualitative des effectifs. L’hétérogénéité des classes se présente encore comme un frein à l’intégration de la majorité des jeunes sourds-muets de naissance.

73Sous la Restauration, la France a donc vu fleurir peu à peu une vingtaine de maisons d’éducation de sourds-muets, sous l’impulsion d’acteurs privés conviés à pallier l’absence d’une véritable politique publique. Mais le réseau éducatif qui se construit est loin de remplir les missions éducatives confiées par la société. Certains observateurs contemporains n’hésitent pas à dresser un tableau sans concession du passage des élèves dans les maisons d’éducation :

  • 70 A.D.Mo., X 1817 : Courrier d’un instituteur de sourds-muets parisien, Pissin, adressé à tous les p (...)

« Ces innocentes victimes de la plus cruelle infirmité qui ait jamais affligé les hommes, se trouvent donc au milieu d’une société effroyablement corrompue, abandonnées à elles-mêmes, réduites à quelques souvenirs qui sont nécessairement effacés, et dans l’impossibilité manifeste de communiquer réellement avec leurs semblables, avec leurs amis, avec leurs frères, et même avec leur père et leur mère, pour les affaires les plus importantes et les plus intéressantes de la vie70. »

74Une scolarisation des jeunes sourds-muets de naissance insuffisante, un encadrement pédagogique décousu et une faible prise en compte des spécificités de la surdi-mutité sont autant d’obstacles à l’éducation de masse des jeunes sourds-muets de naissance. Si l’isolement des jeunes sourds-muets mis en place en ce premier xixe siècle a pu paraître pour une solution aux yeux de la puissance publique pour faire face à ses propres maux, les pouvoirs publics prennent conscience peu à peu, à la fin de la Restauration, des limites du système mis en place.

Notes

1 L’otologie est une branche de la médecine qui étudie l’oreille et ses maladies.

2 D. Dessertine, « L’émergence de la politique sociale de l’enfance : des enfants trouvés à l’enfance assistée (1780-1940) », Cahiers de la recherche sur le travail social, 1990, n° 3-4, « Le social aux prises avec l’histoire », Enfances – xixe-xxe siècle, p. 41-51.

3 A.D.Mo., X 1817 : Prospectus manuscrit adressé au préfet du Morbihan sous la Restauration, s. d.

4 A.D.L.A., 2 X 284 : Extrait du règlement rédigé en exécution de l’article 5 de l’arrêté du ministre de l’Intérieur du 13 décembre 1814.

5 A.D.M.L., X 527 : État des élèves de l’institution d’Angers adressé au préfet du Maine-et-Loire, le baron de Wismes, le 3 avril 1822.

6 A.D.L.A., 2 X 483 : État numérique des sourds-muets en âge d’être instruits en Loire-Inférieure, en 1826.

7 A.D.C.A., 1 X 92 : État nominatif des sourds-muets du département des Côtes-du-Nord, 1828.

8 Jamet (abbé), Premier mémoire sur l’instruction des sourds-muets, lu le 27 juillet 1820 devant l’Académie des sciences, arts et belles lettres de Caen, 2e édition, 1824, p. 27.

9 A.D.Ma., X 1000 : État nominatif de tous les sourds-muets du département de la Mayenne, 1er août 1828.

10 A.D.C.A., 1 X 95 : Demandes d’admission pour La Chartreuse-près-d’Auray, le 12 août 1827.

11 F. Buton, op. cit., p. 458-467.

12 A.C.B.S. : Prospectus de l’institution des sourds-muets, 1818.

13 A.D.Mo., X 1817 : Prospectus manuscrit adressé au préfet du Morbihan sous la Restauration, 1819.

14 A.D.C.A., 1 X 95 : Lettre du maire de Rostrenen au sous-préfet de Guingamp, 24 juin 1823.

15 A.D.C.A., 1 X 96 : Mémoire adressé à monsieur le préfet et messieurs les membres du conseil général des Côtes-du-Nord par le directeur de l’institution des sourds-muets de Lamballe, septembre 1846.

16 A.D.M.L., X 523 : Courrier du préfet du Maine-et-Loire adressé au ministre de l’Intérieur, 9 août 1827.

17 A.I.N.J.S. : Lettre de la préfecture du Maine-et-Loire adressée au ministre de l’Intérieur, 9 août 1827.

18 A.D.M.L., X 525 : État des sourds-muets d’Angers de 1814 à 1834.

19 A.B.S. : Article 1, ordonnance royale du 16 mars 1834.

20 R. Bernard, « Les cours normaux pour la formation des Maîtres de sourds-muets en France au dix-neuvième siècle », Bulletin d’audiophonologie, vol. 11, n° 2, 1982, p. 63-110.

21 A.D.C., X 252 : Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet du Calvados, 13 novembre 1822.

22 A.D.M.L., X 525 : Lire ainsi la réponse de la directrice de l’établissement angevin aux attaques formulées et adressée au président et aux membres du conseil général, 12 juillet 1834.

23 A.D.M.L., X 527 : Certificat de l’abbé Sicard, 23 août 1820.

24 R.-A.-A. Bébian, Éducation des sourds-muets mise à la portée des institutions primaires et de tous les parents. Méthode naturelle pour apprendre les langues sans traduction, prospectus d’édition, Paris, de Béthune, 1826, 8 p.

25 A.D.M.L., X 523 : Le préfet du Maine-et-Loire en dresse l’amer constat dans un rapport adressé au ministre de l’Intérieur, adressé le 9 août 1827.

26 A.D.C.A., 1 X 95 : Relevés de l’institution de La Chartreuse-près-d’Auray adressés au préfet des Côtes-du-Nord, le 1er octobre 1823 et le 8 octobre 1824.

27 A.D.Ma. X 999 : Extrait du registre de délibérations de la commission d’administration des hospices civils de la ville de Laval, 18 mars 1825.

28 E. Becchi, « Le xixe siècle », E. Becchi et D. Julia (dir.), Histoire de l’enfance en occident : du xviiie siècle à nos jours, Paris, Seuil, 1998, p. 147- 223.

29 A.D.C.A., 1 X 95 : Lettre du préfet du Morbihan au préfet des Côtes-du-Nord, 5 juillet 1821.

30 La situation est la même quand deux sourds de pays différents se rencontrent. Ils arrivent à communiquer grâce au recours de la pantomime. Mais celle-ci est lente et surabondante ce qui oblige les sourds-muets à insérer des gestes de leur langue respective que l’interlocuteur comprend par le contexte.

31 Z. Gruel, Notice biographique sur Monsieur l’abbé Jamet. Fondateur des écoles du Bon-Sauveur, 11 mars 1847, p. 6.

32 C. Charle, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 148-149 ; cet auteur estime que dans les années 1860 plus de la moitié des Français étaient encore étrangers en leur pays.

33 F. Broudig, La Pratique du breton, de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, PUR, 1995, 490 p.

34 A.D.C.A., 1 X 95 : Lettre de Rosalie Chevallier, élève à La Chartreuse-près-d’Auray au préfet des Côtes-du-Nord, 6 avril 1826.

35 A.D.Mo., X 1817 : Courrier adressé aux préfets de toute la France annonçant la réalisation d’un livre de grammaire et de morale composé tout exprès pour les sourds-muets et devant être diffusé aux maires des 5 ou 6 principales villes des départements. Pissin-Sicard, instituteur sourd-muet, 12 janvier 1835.

36 A.N., F15 1944 : Tableau des élèves sortis de l’institution des Sourds-Muets de Paris pendant les années 1809, 1810, 1811 et 1812.

37 Extrait de l’avant-propos de l’abbé Sicard, en tête de l’édition consacré au fascicule de l’abbé de l’Épée, L’Art d’enseigner à parler aux sourds-muets de naissance, Paris, Dentu, 1820, p. 2-3.

38 Ibid., p. 3.

39 A.C.B.S. : Annales du Bon-Sauveur, tome I, Caen, de Pagny, 1840, p. 163-164.

40 A. Bébian, Examen critique de la nouvelle organisation de l’enseignement de l’institution Royale des Sourds-Muets de Paris, Paris, Trantel et Wurtz, 1834, p. 64-65.

41 B.M.C., M. Lamouroux, Notice sur le Bon-Sauveur, Caen, Poisson, 1824, p. 15.

42 H. de Vigan, « Notice biographique sur M. Paul de Vigan, sourd-muet, savant mathématicien et physicien », Annuaire de l’Association Normande, 1864, p. 644-650.

43 A.D.L.A., 2 X 483 : État nominatif, 9 août 1828.

44 A.C.B.S. : Journal politique, affiches, annonces et avis divers du département du Calvados, 16 avril 1818.

45 A.D.C.A., 1 X 96 : Prospectus manuscrit adressé par l’abbé Garnier au préfet des Côtes-du-Nord, 2 août 1838.

46 A.D.M.L., X 527 : État statistique adressé au préfet du Maine-et-Loire, le 3 avril 1822.

47 A.D.L.A., 2 X 484 : Article 13 du règlement de l’institution d’Angers, 4 janvier 1815.

48 A.D.L.A., 2 X 484 : Article 11 du règlement de l’institution d’Angers, 4 janvier 1815.

49 Quatrième Circulaire de l’Institut Royal des Sourds-Muets de Paris, 1836, p. 245.

50 J.-B. Berjaud, Dans l’état actuel des sciences médicales, peut-on rendre l’ouïe et la parole aux sourds-muets de naissance ?, 1827. Berjaud est assistant du docteur Itard depuis 1823. Cité par F. Legent, op. cit., p. 9. Le moxa est un procédé thérapeutique utilisant des bâtonnets, formés de matière en ignition, qui sont brûlés au contact de la peau dans des régions précises, pour obtenir une cautérisation.

51 C. Cuxac, L’Éducation des sourds depuis l’abbé de l’Épée, thèse de doctorat, université de Paris V, 1980, p. 198.

52 B.M.R., M. Andrieu, Avis aux citoyens sur les causes, les divers caractères et les vrais remèdes de l’aveuglement, de la surdité, et des principaux accidents vénériens ; maladies très fréquentes et rarement bien guéries, Paris, 1780, article II, « de la surdité et diminution de l’ouïe », p. 20-24.

53 U.R.T. Le Bouvyer Desmortiers, Mémoire sur les sourds-muets de naissance, et sur les moyens de donner l’ouïe et la parole à ceux qui en sont susceptibles, Paris, Buisson, 1800 ; Fabre d’Olivet, Notions sur le sens de l’ouïe en général, et en particulier sur le développement de ce sens, opéré chez Rodolphe Grivel et plusieurs autres enfants sourds-muets, 1811.

54 F. Legent, op. cit., p. 18-29.

55 Une école de savants favorable à la curabilité des sourds-muets par l’électricité, voit même le jour, à Paris, en 1845, fondée par Jobert de Lamballe.

56 J. Léonard, La Médecine entre les pouvoirs et les savoirs, Paris, Aubier, 1981, p. 17 : « Le corps médical, signe des temps, accapare les dépouilles du corps clérical. »

57 A.C.B.S. : Propos rapporté de l’Abbé Jamet rapporté dans un Mémoire de l’Académie royale de Caen en 1836, p. 537.

58 J. Léonard, Les Médecins de l’Ouest au xixe siècle, thèse de doctorat d’état, Paris, IV, t. III, chap. xviiii, « Les médecins de l’Ouest et la religion », p. 1283-1350. Pour cet auteur, il n’y a pas d’opposition de nature entre médecins et religieuses. Il parle plutôt de complémentarité entre le corps médical et les religieuses. Les sœurs sont des intermédiaires entre la modernité de la société englobante et le monde traditionnel des mentalités paysannes.

59 A.D.L.A., 2 X 284 : Article 6, règlement arrêté par les membres de la commission de surveillance de l’établissement d’Angers, 18 décembre 1822.

60 A.E.S.B. : Cantiques en l’honneur de Notre-Dame de Toute-Aide de Querrien en La Prénessaye. Devenu un centre de pèlerinage permanent, Notre-Dame de Toute-Aide, rappelle les apparitions à une bergère sourde-muette de 11 ans, Jeanne Courtel, de la Vierge, en août 1652. Plusieurs pardons dans l’année rassemblent des foules parfois importantes. Il est à noter que la chapelle de l’institut des sourds-muets Jacques Cartier de Saint-Brieuc est dédiée à Notre-Dame de Toute-Aide. Jeanne Courtel est inhumée à l’entrée du chœur de la chapelle.

61 H. Gancel, Les Saints qui guérissent en Bretagne, tome 1, p. 46-53. Lire également G. Kervella, Médecine et littérature en langue bretonne aux xixe siècle et xxe siècle, p. 68-79.

62 F. Legent, « Les soins médicaux aux sourds-muets en France au xixe siècle. L’éclosion de l’otologie moderne », Liaisons, bulletin du CNFEDS, n° 9, février 2004, p. 6-18.

63 Jean-Marie Gaspard Itard est né à Oraison, près de Digne, le 24 avril 1774. Il fait des études au collège de Riez puis chez les oratoriens à Marseille jusqu’en 1789. Pendant le siège de Toulon, en 1793, il devient assistant du directeur de l’hôpital militaire, Vincent Arnoux. En 1795, il suit des cours de chirurgie à Toulon, puis à Paris, à l’hôpital du Val-de-Grâce. En 1798, chirurgien de deuxième classe, il devient assistant. Il sera reçu docteur en médecine le 19 juin 1803. Il décédera le 5 juillet 1838.

64 J.-M.-G. Itard, Traité des maladies de l’oreille et de l’audition, Paris, Méquignon-Marvis, 1821, 2 vol.

65 Docteur Itard, cité par le docteur Deleau jeune, Réfutations des assertions de M. Itard sur le traitement des sourds-muets, sur le perfectionnement de l’ouïe et sur l’étude du langage parlé, Paris, H. Fournier, s. d., p. 5.

66 F. Legent, « Les soins médicaux aux sourds-muets en France au xixe siècle. L’éclosion de l’otologie moderne », Liaisons, n° 9/02, Bulletin du CNFEDS, Chambéry, 2004, p. 5.

67 C. Cuxac, L’Éducation des sourds en France depuis l’abbé de l’Épée – Aperçu linguistique et historique sur la langue des signes française, p. 156-170.

68 Troisième Circulaire de l’Institut Royal des Sourds-Muets de Paris, Paris, 1832, p. 260-261.

69 Y. Bernard, Approche de la gestualité à l’Institution de sourds-muets de Paris, aux xviiie et xixe siècle, thèse de linuguistique, université de Paris V, 1999, p. 632.

70 A.D.Mo., X 1817 : Courrier d’un instituteur de sourds-muets parisien, Pissin, adressé à tous les préfets, 12 janvier 1835.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Seuils d’admission des élèves dans les maisons d’éducation de l’Ouest sous la Restauration
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3648/img-1.png
Fichier image/png, 7,7k
Titre Tableau 2. Origine socio-professionnelle des familles de sourds-muets des Côtes-du-Nord en 1828
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3648/img-2.png
Fichier image/png, 8,8k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search