Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires de l'étrange dans la littérature irlandaise au XXe siècle

 | 
Gaïd Girard

Première partie. Territoire et histoire : les pouvoirs subversifs du spectral

« That the science of cartography is limited » : Les fantomes d’Eavan Boland

Pascale Amiot-Jouenne

Texte intégral

  • 1 Boland E., « That the Science of Cartography is Limited », New Collected Poems, Manchester, Carcan (...)

1« THAT THE SCIENCE OF CARTOGRAPHY IS LIMITED/[…] is what I wish to prove1 » assène l’énonciatrice du poème qui ouvre le recueil intitulé In a Time of Violence, publié par Eavan Boland en 1994. Tout en rendant hommage à la science de la cartographie, « the masterful, the apt rendering of/the spherical as flat », la locutrice en relève le caractère manipulateur, « an ingenious design which persuades a curve/into a plane », et en dénonce les limites, liées à l’absence, ou à l’omission : « the line which says woodland and cries hunger/will not be there ». Comme beaucoup d’autres écrits d’Eavan Boland, ce poème a pour sujet la Grande Famine de 1845, pendant laquelle les Irlandais affamés se virent contraints par les autorités de construire des routes en échange de rations de vivres. Comme le rappelle brutalement le vers central du poème, « Where they died, there the road ended. »

  • 2 Boland E., Lannan Literary Videos, Lannan Foundation, New Mexico, 1994.

2« This is a poem about what is not on the map2 », affirme Eavan Boland, dénonçant un art de la représentation qui exclut non seulement la sensorialité du milieu naturel (« the fragrance of balsam,/the gloom of cypresses »), mais aussi les épreuves et les souffrances inhérentes à l’histoire irlandaise. Dans un entretien avec P. O’Connell, elle évoque ce qui constitue à ses yeux le paradoxe de la cartographie :

  • 3 O’Connell P., « An Interview with Eavan Boland », Poets and Writers Magazine, 22.6, nov./ déc. 199 (...)

« The idea of cartography is a very poignant one. First of all, the making of a map seems so competent and touching, so much domestication of the unknown […] ; at the same time it is a singularly dangerous relationship between the image and the reality because it suggests power3. »

3Cette citation jette un éclairage précieux sur la poésie d’Eavan Boland, poésie tout à la fois « compétente », car techniciste et maîtrisée, et émouvante, parce qu’empreinte d’humanité et de compassion. D’aucuns ont choisi de ne voir dans son œuvre que le tableau d’un univers familial et familier, celui de la banlieue dublinoise, ou encore l’esquisse d’une histoire nationale « domestiquée ». Or, au-delà de la stabilité et de la rationalité apparentes d’une poésie a priori repérable et sécurisante, se profilent d’inquiétantes zones de béance, d’absence et de silence, où l’inconnu et l’étrange s’insinuent pour bousculer les idées reçues et saper le confort et les certitudes d’une réalité partagée. Comme le précise Eavan Boland à propos du poème suscité, cette mise en question est on ne peut plus intentionnelle :

« This is a poem with a deliberate domestic world, just hinted at, just quickly sketched : […] It opens out into the considerations and darknesses which no domesticity, no household, no love and no security is safe from. The meeting of those worlds is entirely deliberate4. »

  • 5 Freud S., L’Inquiétante Étrangeté et autres essais, Paris, Gallimard, 1985, p. 221.

4Dans son essai consacré à l’inquiétante étrangeté, Freud définit Das Unheimliche comme « tout ce qui devrait rester dans l’ombre, dans le secret, et qui en est sorti5 ». Dans l’ouvrage intitulé The Uncanny, Nicholas Royle approfondit et prolonge la réflexion de Freud, insistant sur le fait que le sentiment d’étrangeté (plus ou moins inquiétante) associé à la notion d’uncanny jaillit de la rencontre entre deux univers, le monde du familier et celui de l’étrange, le monde naturel et le monde surnaturel.

  • 6 Royle N., The Uncanny, Manchester, Manchester University Press, 2003.
  • 7 Ibid., p. 246.

5« The uncanny is ghostly6 » affirme également le critique. Freud n’observait-il pas que « ce qui paraît au plus haut point étrangement inquiétant est ce qui se rattache […] au retour des morts, aux esprits et aux fantômes7 » ? En dépit de sa rationalité et de sa concrétude apparentes, la poésie d’Eavan Boland est une poésie hantée, peuplée de fantômes, de spectres, de visions, d’apparitions, de présences. De New Territory (1967) à Code (2001), en passant par The Journey (1987), Outside History (1990), In a Time of Violence (1994) et The Lost Land (1998), cette dimension constitue l’une des constantes d’une œuvre définie par sa créatrice comme une « poésie de la vision », et où les notions de possession, de dépossession et de repossession revêtent une importance cruciale.

6Dans les limites inhérentes à un tel exercice – si l’on adopte les réserves émises par le poète –, une tentative de cartographie de l’étrange dans la poésie d’Eavan Boland nous amènera dans un premier temps à recenser les phénomènes d’apparition et de possession qui la traversent, pour en mettre à jour les modalités, les agents et les ressorts. Nous verrons ensuite comment les poèmes, associant la Voix et la Vision, prêtent la parole aux spectres et aux ombres pour dénoncer les injustices, les silences et les souffrances du passé, dans une écriture du deuil et de la dépossession, mais aussi et surtout dans une écriture de la contestation. En ce sens, l’œuvre d’Eavan Boland apparaît comme une entreprise de repossession et de redéfinition des cartes de l’histoire et de la poésie irlandaises.

« Shadows, visitations, hints/and a half-sense of half-lives » : les ressorts de la possession

La frontière entre deux mondes

  • 8 Boland E., « Writing the Political Poem in Ireland », The Southern Review, 1995, p. 490.

7Comme l’observe N. Royle, le surgissement de l’inquiétante étrangeté est indissociable d’un phénomène de porosité des frontières. Dans ses essais, Eavan Boland commente le phénomène d’interpénétration de deux univers ; elle évoque son expérience de l’émergence progressive d’un monde de la vision au sein d’un univers quotidien, transformant une vie domestique en existence visionnaire : « My children were born. I entered a world of routine out of which, slowly and mysteriously, a world of vision manifested itself8. » Nombres de poèmes transcrivent de manière plus ou moins élaborée, plus ou moins explicite, des phénomènes de vision ou d’apparition se manifestant aux yeux d’un sujet qui est toujours l’énonciateur, ou plus exactement l’énonciatrice, du poème ; une énonciatrice dont la voix est extrêmement proche de celle du poète, comme Eavan Boland le revendique :

  • 9 Wilson R. E., « Eavan Boland », Sleeping with Monsters, Conversations with Scottish and Irish wome (...)

« Yes, the voice is me. It isn’t just the voice of an “I”. It’s me in the Yeatsian sense, in that it is the part of me that connects with something more durable and more permanent in my own experience9. »

8Sur un mode subjectif, tous les poèmes mettant en scène le surgissement de l’étrange rendent compte d’une expérience d’effacement et de redéfinition des contours du monde réel ainsi que de l’identité du sujet. Le poème intitulé « Suburban Woman : a Detail » est emblématique à cet égard ; sa troisième section s’ouvre au présent, dans un moment d’entre-deux qui s’accompagne pour l’énonciatrice d’une perte de repères et de certitudes, exprimée dans des vers très courts, presque monosyllabiques :

« I am definite
to start with
but the light is lessening,
the hedge losing its detail,
the path its edge. »

9C’est alors que s’opère la métamorphose et que surgit l’étrange, dans une manifestation à la fois auditive et visuelle :

« Look at me, says the tree.
I was a woman once like you,
full-skirted, human. »

10Dans une longue phrase de douze vers au rythme à la fois hésitant et bousculé, l’énonciatrice évoque alors l’incertitude, le trouble indéfinissable et l’empathie qui l’envahissent :

« Suddenly I am not certain
of the way I came
or the way I will return,
only that something
which may be nothing
more than darkness has begun
oftening the definitions
of my body, leaving

the fears and all the terrors of the
lesh shifting the airs and forms of
he autumn quiet

crying “remember us”. » (p. 138)

11Sur un rythme moins heurté, « The Women » exploite de même les thèmes de l’entre-deux « the in-between,/Neither here-nor-there hour of evening » et du dédoublement « going up the stairs in two minds,/in two worlds », propices au surgissement des apparitions :

« This is […]
The hour of change, of metamorphosis,
of shape-shifting instabilities.
My time of sixth sense and second sight
when in the words I choose, the lines I write,
they rise like visions and appear to me […] » (p. 141).

12Le poème se clôt sur un retour à la réalité, évoquée dans des termes qui ne sont pas sans rappeler ceux qu’Eavan Boland associe à la science de la cartographie dans le poème éponyme : « and going downstairs/into a landscape without emphasis,/light, linear, precisely planned […] neatened flat » (p. 141).

13Le poème « The Colonists » voit surgir dans une atmosphère automnale et crépusculaire, un groupe de spectres désolés et désorientés :

« Suddenly,
without any warning, I can see them.

They form slowly out of the twilight.
Their faces. Arms. Greatcoats. And tears.

They are holding maps.
But the pages are made of fading daylight.
Their tears, made of dusk, fall upon the names. […] »

14Mais cette fois l’énonciatrice introduit le doute quant à la réalité de l’expérience vécue :

« Then they faded.
And the truth is I never saw them.
If I had I would have driven home
through an ordinary evening […]

And have entered a house I might never
find again, and have written down –
as I do now –
their human pain. Their ghostly weeping. » (p. 253)

15Comme le souligne le dernier vers, le dénominateur commun à toutes ces apparitions semble être l’expression de la douleur, de la souffrance ou du désespoir. Le poème intitulé « The Journey » ne fait pas exception, mais les modalités de la rencontre avec les ombres empruntent cette fois à la tradition poétique et initiatique de la descente aux enfers. Il est inspiré par le livre VI de L’Éneide de Virgile, dans lequel Énée, guidé par la Sybille, rencontre les victimes de morts prématurées. Dans les premiers vers, Sappho apparaît silencieusement à l’énonciatrice pour guider son voyage. Au terme de la descente, celle-ci rencontre les ombres des femmes dont les enfants sont morts dans les épidémies. À son réveil l’énonciatrice pleure sur les souffrances et les silences passés, silences de femmes négligées par des siècles d’Histoire.

Fantômes de femmes

16Car, hormis les spectres des colonisateurs dans « The Colonists », les ombres sont féminines pour la plupart. Certaines sont des fantômes issus du passé familial, tel celui de la grand-mère maternelle évoqué dans « Fever ». D’autres sont des femmes anonymes, victimes des affres de l’histoire nationale. Dans un essai intitulé « Outside History », Eavan Boland évoque la filiation à la fois individuelle et communautaire qui unit les femmes du passé et celles du présent :

  • 10 Boland E., « The Woman Poet in a National Tradition », Studies 76, 1987, p. 155.

« The real women with their hungers, their angers, endured a long struggle and a terrible subsistence. These women are in all our pasts. […] They exist in history and in family archives as specters and victims, memories and ghosts. Their suffering is our common possession10. »

17D’autres types d’apparitions sont celles de femmes mythiques, femmes-icônes, créatures fantasmées ou issues de la tradition poétique :

« women of work, of leisure, of the night,
in stove-coloured silks, in lace, in nothing,
with crewel needles, with books, with wide open legs

who fled the hot breath of the god pursuing, who
an from the split hoof and the thick lips
and fell and grieved and healed into myth » (p. 141).

18Dans « Time and Violence », c’est une bergère, Cassiopée, et une sirène (« a mermaid with her invented tresses ») qui, captives, meurtries et affublées de leurs attributs conventionnels, apparaissent à l’énonciatrice au milieu d’une rue de la banlieue dublinoise.

Vision, rêve, mémoire imagination

19Comme le reconnaît Eavan Boland, il est difficile de faire la part entre les fantômes « extérieurs » et les fantômes intérieurs qui hantent la psyché du poète. Elle écrit ainsi : « I believe that if a woman poet survives, […] then she has an obligation to tell as much as she knows of the ghosts within her, for they make up, in essence, her story as well » (OL, 218). La question se pose néanmoins de savoir d’où surgissent les fantômes, et quelle en est l’essence. A cette interrogation, Eavan Boland apporte de multiples éléments de réponse, mêlant la vision, le rêve, la mémoire et l’imagination. Dans Object Lessons, elle évoque avec discrétion mais avec insistance la nature visionnaire de sa perception du monde, en s’efforçant de retracer ce qu’elle appelle « le diagramme d’une aventure de la perception » :

« A visionary landscape scrolled around me. […] It was made by my body. I saw [things] with my body. […]. And for some reason, although it was a radical difference in my life, I trusted this way of seeing. » (OL, p. 219.)

20Elle insiste sur la transformation initiée par ces moments insolites de perception : « I knew – like a traveler who returns from a land that is not yet on the map – that I had lived in a sensory world so intense that it had marked me. » (OL, 220) Elle suggère aussi que ces moments de vision, qu’elle situe à la frontière du mythe et de l’histoire, ne sont pas très éloignés du rêve. Elle reconnaît également, sans s’appesantir, le rôle joué par l’inconscient. Mais elle fait avant tout intervenir la puissance créatrice de l’imagination, à laquelle elle attribue, parfois explicitement, parfois de manière ambiguë, certains des phénomènes de vision évoqués dans les poèmes. Ainsi certaines des apparitions relèveraient de la seule imagination, d’autres seraient issues de la force conjuguée de l’imagination et de la mémoire, permettant une reconstruction, ou une réinvention du passé.

21Dans tous les cas de figure, l’écrivain insiste sur les phénomènes de projection et d’identification indissociables d’un tel surgissement ou d’une telle recréation du passé – à tel point que l’on serait presque tenté de parler d’un phénomène de possession inversée. « Suburban Woman » témoigne ainsi de la relation qui s’instaure entre le sujet et une femme du passé, survivante anonyme, fantôme silencieux : « defeated we survive, we two, housed/together in my compromise, my craft/who are of one another the first draft » (p. 65). Dans l’essai intitulé « Lava Cameo », Boland s’interroge à propos du fantôme de son aïeule :

« How do we create such figures ? […] She has been there all my life, a maquette of fables and possibilities. And yet at a certain point she ceased to be only a suggestion and became a presence. » (OL, p. 16.)

22Vision, ou création ? La question n’est pas tranchée, et les apparitions semblent participer des deux, alliées à la mémoire et à l’imagination. Mais quelles qu’en soient l’origine et la nature, les fantômes qui hantent la poésie d’Eavan Boland acquièrent une présence qui l’inspirent et la façonnent :

« The most awkward memory is known to be a figment, not a ghost. Yet even as a figment this woman was important. […] Familiar, compound ghosts such as she […] haunt the Irish present. She is part of all our histories. The cadences I learned to see in that suburb, those melodies of renewal, had their roots in her silence. » (OL, p. 171.)

23Cette relation entre le silence et la création poétique, qu’il génère et sous-tend, est capitale dans l’œuvre d’Eavan Boland, pour qui la mission essentielle du poète est d’associer la voix à la vision.

« Finding a voice where [one] found a vision » : dire la dépossession

Parole et silence

24Il s’agit en effet pour le poète de donner voix aux fantômes, « paragons of dispossession » (OL, p. 171). Dans certains des poèmes, les ombres et les spectres sont doués de parole ; d’autres en revanche sont silencieux, et le sujet prête alors sa voix à la parole absente ou censurée. Eavan Boland explique que pour des considérations d’acoustique, elle a résolument opté pour des strophes et des vers plus « fracturés » et plus ouverts. Trois griefs principaux, distincts mais interdépendants, sont soulevés, verbalement ou non, par les apparitions : les conventions poétiques, le mythe et l’histoire.

25Dans « Time and Violence », les trois personae stéréotypées que sont la bergère, Cassiopéee et la sirène dénoncent les conventions iconographiques et rhétoriques dans lesquelles elles sont enfermées :

« […] in the air –
did I imagine it ? – a voice was saying :

This is what language did to us. […]

we languish in the grammar of sighs,
in the high-minded search for euphony,
in the midnight rhetoric for poesie. » (p. 237)

26Dans Object Lessons, Boland dénonce de même le statut de la femme dans la poésie traditionnelle, et tout particulièrement dans la tradition irlandaise :

« The majority of Irish male poets depended on women as motifs in their poetry. […] The women in their poems were often passive, decorative, raised to emblematic status. » (OL, p. 134)

27Les apparitions s’en prennent également au mythe : dans « Time and Violence » la bergère, Cassiopée et la sirène implorent le poète :

« Write us out of the poem. Make us human
in cadences of change and mortal pain
and words we can grow old and die in. » (p. 237)

28Le parcours poétique d’Eavan Boland l’a conduite à un détachement vis-à-vis du mythe :

  • 11 Allen-Randolph J., « An Interview with Eavan Boland », Irish University Review, 23.1, 1993, p. 128

« The idea of myth […] was beginning to lose its force. I already had the sense of a poem I wanted to write, which would be darker and more human11. »

29Dans le poème intitulé « Outside History » elle annonce sa décision d’abandonner le mythe pour passer à l’histoire :

30« Out of myth into history I move to be

part of that ordeal
whose darkness is

only now reaching me from those fields,
those rivers, those roads clotted as
firmaments with the dead. » (p. 188)

  • 12 Haberer A., « Outside History : A Sequence, d’Eavan Boland : L’Écriture en marge », Études Irlanda (...)

31La troisième cible est précisément les zones d’ombre de l’histoire nationale. Le poète donne à entendre la voix des victimes de l’histoire, ou leur prête la sienne, pour clamer l’absence et l’oubli et dénoncer l’injustice et le silence. Comme l’observe Adolphe Haberer, il s’agit de « rappeler l’existence des oubliés de l’histoire officielle, publique et collective, de faire un geste de réhabilitation en direction de tous les condamnés à l’oubli, abandonnés dans le no man’s land de l’histoire12 ».

Le passé et l’histoire

  • 13 Boland E., « Interview », Caffeine Destiny.

32À travers le recours aux fantômes et aux spectres, l’œuvre poétique d’Eavan Boland semble en effet habitée par le désir de réhabiliter le passé au détriment de l’histoire. Le titre du recueil Outside History a une valeur polémique, presque pamphlétaire. Eavan Boland affirme qu’il est possible de faire la part en Irlande entre l’histoire et le passé – « to see […] – how one was official and articulate and the other silent and fugitive13 » –, et explique pourquoi elle se sent plus attirée par le second. Elle insiste sur les difficultés inhérentes à un tel positionnement : « The way to the past is never smooth. For a woman poet it can be especially tortuous. Every step towards an origin is also an advance towards a silence. » (OL, p. 23.)

33Poème emblématique à cet égard, « The Hanging Judge » évoque le non-dit, et laisse entendre que la mission du poète est de dévoiler le mystère, de révéler la vérité :

« In the stare
Which passed slowly between them, a history
Poises : repression and rebellion, the scaffold
And its songs, the principle unsung
Are clues in this judicial murder to a mystery
Unsolved still and only to be told
As a ghost story against a haunting. » (p. 67)

  • 14 Ibid., p. 89.

34Outre une écriture de la vérité et de la justice, la poésie d’Eavan Boland se veut écriture du deuil. Comme l’observe A. Haberer, « l’écriture historiographique […] retrouve ainsi sa fonction fondamentale qui est d’articuler la mort et la vie et de mettre l’une et l’autre à sa place14 ». Les derniers vers de « Outside History » rappellent de manière poignante les limites d’une telle entreprise, et l’incapacité des vivants à s’occuper des mourants et des morts :

« How slowly they die
as we kneel beside them, whisper in their ear.
And we are too late. We are always too late. » (p. 188)

35Le poème intitulé « Fever » rappelle pour sa part les conséquences d’une telle incapacité, et le prix à payer pour ce qui a été perdu :

« as if what we lost is a contagion
that breaks out in what cannot be
shaken out from words or beaten out
from meaning and survives to weaken

what is given, what is certain […] » (p. 134).

« Possessing the old things in a new way15 » : une poésie de la repossession

L’autorité

  • 16 Royle N., The Uncanny, p. 2.

36Saper les acquis et les certitudes semble être la tâche que s’assigne la poésie d’Eavan Boland, tâche à laquelle participe le recours au spectral. Comme le souligne N. Royle, l’inquiétante étrangeté a une valeur subversive : « The uncanny is destined to elude mastery. […] Its “un” unsettles time and space, order and sense16. » Il semble bien que ce soit là ce que se propose de faire l’écrivain, en déstabilisant les cadres, les conceptions et les lectures traditionnelles de l’histoire et de la poésie irlandaises. Commentant « That the Science of Cartography is Limited », Boland souligne le lien qui l’attache à ce poème emblématique :

  • 17 Boland E., « Interview », Caffeine Destiny.

« I remain connected to it because it remains for me a small diagram of an argument most poets enter at some stage or other : who makes the destination, who marks the way, where is authority, and who will contest it17 ? »

37Elle ajoute :

  • 18 Boland E., « A Question », « Essay from The Literary Review », p. 3.

« I was certainly aware that the act of mapmaking is an act of power and that I – as a poet, as a woman and as a witness to the strange Irish silences which met that mixture of identities – was more and more inclined to contest those acts of power18. »

38L’autorité contestée par Eavan Boland, dans une démarche qu’elle considère comme « féminine » et non « féministe » au sens séparatiste du terme, est la suprématie masculine en matière de tradition littéraire irlandaise. Elle initie un processus de repossession et de redéfinition de la poésie par des écrivains femmes. Le poème intitulé « How We Made a New Art on Old Ground » est explicite à cet égard : « The other history is silent. […]/Now the humid dusk, the old wounds/ wait for language, for a different truth. » (p. 296)

Langage et vérité

  • 19 Royle N., op. cit., p. 2.

39Dans les poèmes d’Eavan Boland, comme dans ses essais, la contestation s’accompagne d’une réflexion sur le langage, tout particulièrement prégnante lorsque l’inquiétante étrangeté entre en jeu. En effet, comme le souligne N. Royle, « above all the uncanny is intimately entwined with language, with how we conceive and represent what is going on within ourselves, to ourselves, to the world, when uncanny strangeness is at issue19 ». Dans son essai intitulé « In search of a Language », Boland retrace sa prise de conscience progressive du pouvoir du langage dans la relation à soi-même et au monde, pouvoir de révélation, de résolution, de guérison. Ainsi, dans « The Women » le poète peut-il, via la musicalité du langage, apporter réparation aux femmes qui lui apparaissent à l’heure de la métamorphose, « women […] who fled […] and fell and grieved and healed […]/ into me in the evening at my desk » (p. 141).

Poésie et éthique, le privé et le public

  • 20 Boland E., Lannan Literary Videos, Lannan Foundation, New Mexico, 1994.

40Dans « Eavan Boland’s Repossession of History », P. Hagen relève la manière dont l’œuvre de Boland conjugue conscience du langage et conscience éthique. La question de l’éthique est en effet une préoccupation constante dans sa poésie. Lors d’une lecture de « That the Science of Cartography is Limited », la conférencière s’interroge publiquement : « How much right do we have to go back to the past and reconstruct it20 ? » Dans « Outside History », elle souligne le caractère éthique des choix opérés : « all this implies an ethical choice. The more volatile the material – and a wounded history, public or private, is always volatile – the more intensely ethical the choice » (OL, p. 127).

41Dans « Subject Matters », elle opère une distinction entre le « poème politique », impliquant une conscience individuelle, un registre privé, et le « poème public » basé sur ce qu’elle appelle une « éloquence communautaire ». Elle déplore la confusion qui s’est opérée entre les deux dans la tradition littéraire irlandaise, la contamination du poème politique par le poème public, et la nécessité pour le premier d’être régénéré par une expérience privée susceptible de lui restituer sa vraie perspective et son autorité, expérience de poètes singuliers, « speaking in the half-light between event and perception without their voices becoming shadows » (OL, 178). Récapitulant son propre parcours, elle précise :

« I wanted to see the powerful public history of my own country joined by the private lives and solitary perspectives […] which the Irish poetic tradition had not yet admitted to authorship. » (OL, p. 187.)

42Au terme de cette étude, il apparaît que l’irruption de l’inquiétante étrangeté dans sa poésie constitue un des moyens privilégiés employés par l’écrivain pour restituer au poème sa dimension politique, en incluant les « existences privées » et les « perpectives solitaires » des oubliées de l’histoire et des victimes des conventions, et en fusionnant l’expérience et la vision du poète. Comme le rappelle Eavan Boland dans « The Woman Poet : Her Dilemma », à propos d’une femme-fantôme qu’elle baptise du prénom héroïque de Judith,

« Every poet carries within them a silent constituency, made of suffering and failed expression. Judith and the “compound ghost” that she is – for she is, of course, an amalgam of many women – is mine. It is difficult […] to explain to men who are poets – writing as they are with centuries of expression behind them – how emblematic are the unexpressed lives of other women to the woman poet, how intimately they are her own. » (OL, p. 246.)

Vision et révision

  • 21 Rich A., An Atlas of the Difficult World : Poems, 1988-1991, New York, Norton, 1991, p. 44.
  • 22 Bhabha H. K., The Location of Culture, Londres, Routledge Classics, 1994, p. xviii.
  • 23 Rich A., « When We Dead Awaken : Writing as Re-Vision », Arts of the Possible, Essays and Conversa (...)
  • 24 Boland E., « A question », p. 3.

43Les revenantes d’Eavan Boland ne sont pas sans rappeler la présence qui hante les vers d’Adrienne Rich, dans An Atlas of the Difficult World : « I am a woman standing./I am standing here in your poem. Unsatisfied21. » Comme l’écrit H. K. Bhabha, commentant ce poème, « There is no ventriloquism of victimage here, no consensual cartography22. » Le même compliment pourrait être adressé à Eavan Boland, qui reconnaît volontiers sa filiation avec la poétesse américaine. Tout comme celle de son aînée, sa poésie allie vision et révision. Dans le célèbre essai intitulé « When We Dead Awaken : Writing as Re-Vision », Adrienne Rich déclare : « Re-vision – the act of looking back, of seeing with fresh eyes, of entering an old text from a new critical direction – is for women more than a chapter in cultural history : it is an act of survival23. » Eavan Boland ne se contente par de revisiter les textes anciens, elle pénètre les zones d’ombres du passé national et poétique de l’Irlande à travers la conscience des fantômes qui hantent son œuvre, maniant l’inquiétante étrangeté à des fins de révélation et de redéfinition. Le recours à l’étrange lui permet de proposer une nouvelle cartographie de l’histoire et de la poésie irlandaises. « This poem begins […] where maps fail24 », affirme-t-elle à propos de son poème sur la science de la cartographie ; son œuvre tout entière tend à dénoncer et à combler ce manque, en proposant une nouvelle lecture et un nouveau partage de l’espace poétique :

  • 25 O’Connell P., « An Interview with Eavan Boland », p. 34.

« The map of Irish poetry, which for ages has been drawn by men, was one on which I did not find my name written […]. I know now that maps change all the time, that maps were made because of difficult and dangerous journeys – they do not preclude such explorations25. »

44Sur les traces d’Eavan Boland, d’autres femmes-poètes irlandaises, telles Eiléan Ní Chuilleanáin, Medbh McGuckian et Paula Meehan, se sont engagées dans semblables explorations, initiant une révision et une redéfinition non seulement du paysage poétique mais aussi du poème lui-même :

  • 26 Allen-randolph J., « An Interview with Eavan Boland », p. 130.

« When the history of poetry in our time is written […] women poets will be seen to have […] altered the cartography of the poem. The map will look different26. »

Bibliographie

Eavan Boland, œuvres

New Territory, Dublin, Figgis, 1967.

The War Horse, Londres, Gollancz, 1975.

In Her Own Image, Dublin, Arlen House, 1980.

Night Feed, Dublin, Arlen House, 1982.

The Journey and Other Poems, Manchester, Carcanet, 1987.

Outside History, Selected Poems 1980-1990, New York, Norton, 1990.

In a Time of Violence, New York, Norton, 1994.

The Lost Land, New York, Norton, 1998.

Against Love Poetry, New York, Norton, 2001.

New Collected Poems, Manchester, Carcanet, 2006.

Object Lessons, The Life of the Woman and the Poet in Our Time, New York, Norton, 1995.

« Writing the Political Poem in Ireland » The Southern Review, 1995, Louisiana State University State, p. 495-498.

« A Question », Essay from The Literary Review, http://www.theliteraryreview.org/poems/bolandessay.html.

« An Interview », Caffeine Destiny @ www.cafeinedestiny.com.

Eavan Boland, Lannan Literary Videos, Lannan Foundation, New Mexico, 1994.

Eavan Boland, critiques

Brown S., « A Victorian Sappho : Agency, Identity, and the Politics of Poetics », English Studies in Canada, 20-2, 1994, p. 205-225.

Clutterbuck C., « Eavan Boland : The Trustworthiness of Treachery », Irish University Review, 29-2, Automne-Hiver 1999, Université de Lille 3, p. 406-410.

O’Connell P., « An Interview with Eavan Boland », Poets and Writers Magazine, 22.6, nov.-déc. 1994, p. 32-45.

Fitzgerald-Holt M., « Eavan Boland’s Famine Poems : Voicing the Hungry Silences », Études Irlandaises, Printemps 2000, 25-1, Université de Lille 3, p. 81-88.

Haberer A., « Outside History : A Sequence, d’Eavan Boland : l’Écriture en marge », Études Irlandaises, juin 1992, 22-1, Sainghin-en-Mélantois, p. 77-96.

Haberstroh P. B., Women Creating Women : Contemporary Irish Women Poets, Syracuse, Syracuse University Press, 1996

Hagen P. L. et Zelman T. W, « “We Were Never on the Scene of the Crime” : Eavan Boland’s Repossession of History », Twentieth Century Literature, 37.4, 1991, p. 442-453.

Irish University Review, Eavan Boland Special Issue, Murray C., Roche A. (dir.), vol. 23. 1, printemps/été 1993.

Wilson R. E., « Eavan Boland », Sleeping with Monsters, Conversations with Scottish and Irish women poets, Dublin, Wolfhound, 1990.

Ouvrages théoriques

Bhabha H. K., The Location of Culture, Londres, Routledge Classics, 1994.

Freud S., L’inquiétante étrangeté et autres essais, Paris, Gallimard, 1985.

Royle N., The Uncanny, Manchester, Manchester University Press, 2003.

Rich A., Arts of the Possible, Essays and Conversations, New York, Norton, 2001.

Notes

1 Boland E., « That the Science of Cartography is Limited », New Collected Poems, Manchester, Carcanet, 2006, p. 204. (Toutes les références à ce recueil figureront désormais entre parenthèses dans le corps du texte.) A propos de cet incipit, Eavan Boland déclare : « The deliberate awkwardness of the proposition – that the science of cartography is limited – is built into the title and the title is the first line. Why do that ? Because I wanted to start this poem […] with a deliberate mouthful of reason and argument. » Cf. « A Question », « Essay from The Literary Review », http://www.theliteraryreview.org/poems/bolandessay.html, p. 2.

2 Boland E., Lannan Literary Videos, Lannan Foundation, New Mexico, 1994.

3 O’Connell P., « An Interview with Eavan Boland », Poets and Writers Magazine, 22.6, nov./ déc. 1994, p. 34.

4 Boland E., « Interview », Caffeine Destiny @ http://www.cafeinedestiny.com.

5 Freud S., L’Inquiétante Étrangeté et autres essais, Paris, Gallimard, 1985, p. 221.

6 Royle N., The Uncanny, Manchester, Manchester University Press, 2003.

7 Ibid., p. 246.

8 Boland E., « Writing the Political Poem in Ireland », The Southern Review, 1995, p. 490.

9 Wilson R. E., « Eavan Boland », Sleeping with Monsters, Conversations with Scottish and Irish women poets, Dublin, Wolfhound, 1990, p. 80.

10 Boland E., « The Woman Poet in a National Tradition », Studies 76, 1987, p. 155.

11 Allen-Randolph J., « An Interview with Eavan Boland », Irish University Review, 23.1, 1993, p. 128.

12 Haberer A., « Outside History : A Sequence, d’Eavan Boland : L’Écriture en marge », Études Irlandaises, 22-1, juin 1992, p. 81.

13 Boland E., « Interview », Caffeine Destiny.

14 Ibid., p. 89.

15 Object Lessons, p. 169.

16 Royle N., The Uncanny, p. 2.

17 Boland E., « Interview », Caffeine Destiny.

18 Boland E., « A Question », « Essay from The Literary Review », p. 3.

19 Royle N., op. cit., p. 2.

20 Boland E., Lannan Literary Videos, Lannan Foundation, New Mexico, 1994.

21 Rich A., An Atlas of the Difficult World : Poems, 1988-1991, New York, Norton, 1991, p. 44.

22 Bhabha H. K., The Location of Culture, Londres, Routledge Classics, 1994, p. xviii.

23 Rich A., « When We Dead Awaken : Writing as Re-Vision », Arts of the Possible, Essays and Conversations, New York, Norton, 2001, p. 11.

24 Boland E., « A question », p. 3.

25 O’Connell P., « An Interview with Eavan Boland », p. 34.

26 Allen-randolph J., « An Interview with Eavan Boland », p. 130.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540