Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les saints bretons entre légendes et histoire

 | 
Bernard Merdrignac

Chapitre X. La procédure d’usucapion dans la Vita de saint Lunaire1

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 B. Merdrignac, « La procédure d’usucapion dans la Vita Leonorii (ixe siècle ?) », dans Études celt (...)
  • 2 N. K. Chadwick, Early Britanny, Cardiff, 1969, p. 210-212.
  • 3 L. Fleuriot, Les Origines de la Bretagne, Paris, 1980, p. 280-281.
  • 4 Cf. A. Carrée, B. Merdrignac, La Vie latine de saint Lunaire : Textes, traduction, commentaires, B (...)

1Les relations de saint Lunaire avec les populations locales sont beaucoup plus tendues, comme nous l’avons vu, que celles que saint Cunual est censé avoir entretenues avec ses ouailles. La Vita de saint Lunaire a généralement été dédaignée par les historiens qui l’ont considérée comme une légende folklorique tardive. Cependant, après Nora K. Chadwick2, Léon Fleuriot avait relevé l’intérêt de la description du travail de défrichement accompli par les moines3. Voici une quinzaine d’années, nous avons entrepris de rééditer ce document hagiographique4. L’étude approfondie de ce passage de la Vita que nous avions menée à cette occasion, m’autorise à en proposer une interprétation qui devrait amener à prendre en compte la portée historique de l’épisode concerné.

2Voici d’abord l’analyse des chapitres 8 à 12 de la Vita qui vont nous retenir. Avec 72 disciples, « sans compter leurs serviteurs », Lunaire débarque dans une « région inconnue », d’abord présentée comme déserte. Peu après, un moineau angélique indique au saint l’emplacement d’une meule de grains. Durant « quatre semaines », les moines défrichent les lieux en menant une vie régulière. Sentant le découragement gagner ses compagnons, le saint passe une nuit en prière. Au matin, la forêt a miraculeusement été jetée à la mer. Fatigués par « trois semaines » de labours, les disciples songent à fuir. Un ange réconforte Lunaire et lui ordonne de préparer des instruments aratoires. Le lendemain, des cerfs se mettent à la dispo sition des moines. Ces labours miraculeux durent « cinq semaines et trois jours ». Après les semailles, en surveillant son champ, le saint découvre la statue d’un bélier en or mise à jour par des taupes qu’il offrira par la suite au roi Gilbert (Childebert). Ce récit de l’installation de saint Lunaire et de ses disciples en Bretagne continentale occupe un bon tiers de la Vita. Pour présenter le volet central de cet épisode, je prends la liberté, à l’instar des rédacteurs de bréviaires médiévaux, de procéder à des coupures dans le discours des protagonistes.

  • 5 A. Carrée, B. Merdrignac, La Vie latine de saint Lunaire…, op. cit., p. 142-145.

C. 9. « Après cela, les frères se préparèrent ensemble à travailler : ils commencèrent à abattre la forêt et à brûler, tandis que quelques-uns d’entre eux traînaient le bois coupé et le jetaient dans la mer car ils trouvaient sur le rivage. Ils firent cela pendant quatre semaines complètes. Au chant du coq, ils célébraient les vigiles nocturnes et les laudes matutinales ; au matin ils se rendaient à l’obédience en travaillant et, durant leur travail, ils chantaient les heures fixées par la Règle, c’est-à-dire prime, seconde, tierce et sexte. À l’approche de none, ils abandonnaient le travail et se dirigeaient vers leur oratoire tout en, louant et bénissant ainsi le Père, le fils et le Saint-Esprit : “Ouvrages du Seigneur, bénissez tous le Seigneur ; louez-le et exaltez-le dans les siècles” [Ps. 127, 2], jusqu’à la fin. Ensuite, ils célébraient leurs messes ; après cela ils allaient se restaurer et, avant de s’approcher de table, ils prenaient la dîme de leur nourriture et la lançaient aux bêtes de la terre et aux oiseaux du ciel, car il n’y avait aucun pauvre parmi eux et ils avaient tout en commun, comme l’a prescrit le Seigneur. »
Post hoc vero preparaverunt se fratres unanimiter laborare, et ceperunt silvam abscidere et incendere et aliquanti ex eis trahebant ligna concisa, et jactabant ea in mare quia super ripam maris erant. Fecerunt autem hoc per IIIIor ebdomadas plenas. De galli cantu celebrabant nocturnas vigilias et matutinas laudes ; mane facto introibant in obedientiam laborando ; similiter et cum labore decantabant eorum horas canonice constitutas, hee sunt prima, secunda, tercia, sexta ; ad horam vero nonam appropinquantes recedebant ab opere et ad suum pergebant oratorium laudantes et benedicentes Patrem et Filium similiter et Spiritum Sanctum ita dicendo : « Benedicite omnia opera Domini Domino, laudate et superexaltate eum in secula » usque in finem. Deinde vero celebrabant eorum missas et postea exibant ad refectionem et antequam ad mensam accederent accipiebant decimam partem ciborum et jactabant eam bestiis terre et volucribus celi quia inter illos nullus habebatur pauper sed erant illis sicut Dominus precepit omnis communia.
C. 10. « Donc, comme ils faisaient cela chaque jour sauf le dimanche, ils commencèrent à se décourager et à se lasser à cause de l’ampleur de la tâche […]. Saint Lunaire, quant à lui, confiant dans le Seigneur appela auprès de lui deux de ses frères alors que tous les autres dormaient ; avec ces deux disciples, il se consacra aux veilles et aux prières toute cette nuit-là et, se tenant devant son autel, il supplia le Seigneur Jésus-Christ de leur procurer, à ses frères et à lui, de l’aide. Au matin, saint Lunaire emmena ses frères ; ils le suivirent jusqu’à la forêt où d’ordinaire ils travaillaient et, grâce à la grande miséricorde et à la puissance de notre Seigneur Jésus-Christ ainsi que grâce à l’oraison et à la prière de son serviteur saint Lunaire, ils découvrirent que la forêt tout entière avait été projetée au fond de la mer : sur tout ce champ, il ne resta ni épines, ni chardons, ni aucune plante, rien qui fit obstacle à la houe et à l’araire. Voyant ce grand miracle accompli pour eux par le Seigneur Jésus-Christ, saint Lunaire ainsi que ses frères mirent le genou à terre […]. La prière achevée, ils se relevèrent et virent flotter sur la mer la forêt rassemblée et ballottée comme des oies sur une rivière lorsque souffle le vent. Ils passèrent toute la journée ainsi, sans autre activité que de louer le Seigneur et d’admirer avec un grand ravissement, autant qu’ils le pouvaient, ses œuvres admirables. »
Igitur hoc cotidie excepto die dominico facientes ceperunt pro nimietate laboris deficere et lassi esse […]. Sanctus autem Leonorius in Domino confidens, omnibus fratribus dormientibus exceptis duobus quos ille secum vocauit, vigiliis et orationibus se cum illis duobus discipulis suis ea tota nocte tradidit et stans ante suum altare deprecatus est Dominum Ihesum Christum ut ei et fratribus suis suum prestaret auxilium. Mane autem jam facto sanctus Leonorius antecedit fratres suos et illi eum secuti sunt usque ad silvam in qua laborare consueverant et per magnam misericordiam et virtutem Domini nostri Jhesu Christi atque per orationem et deprecationem famuli sui sancti Leonorii reppererunt totam silvam illam in mare funditus jactatam et nichil in eodem campo toto remansit nec spinarum neque tribulorum et ne que ullorum holerum aliquid quod impedimentum fecisset sarculo nec aratro. Videns autem sanctus Leonorius una cum suis fratribus hoc grande miraculum a Domino Jhesu Christo pro eis factum prostratis in terram genibus […]. Facta autem oratione elevantes se a terra viderunt natantem silvam et coagitatam super mare sicut anseres flante vento in flumine et ita totam diem duxerunt nichil aliud facientes nisi Dominum laudantes et mirabilia opera ejus cum magno stupore in quantum poterant admirantes.
C. 11. « Le lendemain, après les laudes matutinales, de bon matin ils se rendirent au champ avec bêches et houes et, après avoir invoqué la Sainte Trinité et avec son aide, ils commencèrent à bêcher tous ensemble, à qui mieux mieux. Ils firent cela pendant trois semaines avec entrain et courage, sans relâche, sauf seulement lorsqu’ils confiaient leurs membres au repos de la nuit. Mais ensuite, quand ces trois semaines furent écoulées, ils commencèrent à ressentir découragement et accablement à cause de l’ampleur du travail et pensèrent à s’enfuir la nuit à l’insu du maître. Alors l’ange du Seigneur apparut à saint Lunaire et lui annonça que ses frères pensaient à l’abandonner vu la difficulté du travail qu’ils ne pouvaient supporter davantage […] : “Ton Seigneur Jésus-Christ, en effet, te prescrit de fabriquer six jougs et tous les instruments propres au labour de la terre ; place les dans le champ dont le bois a été projeté dans la mer et là tu verras un grand miracle accompli sur la terre grâce à toi par Dieu tout-puissant pour que son nom soit aussi loué et béni parmi les habitants de cette région.”
S’éveillant de ce songe, il narra dans l’ordre à ses frères ce qu’il avait vu, puis il agit comme le lui avait ordonné et prescrit l’ange et fit porter ces choses dans le champ, selon la prescription du Seigneur. Le matin, après les laudes matutinales, il sortit et vit douze très grands cerfs debout dans ce champ, entourant un autre cerf qui gisait mort et qu’ils avaient tué de leurs bois. Saint Lunaire, à ce spectacle, en rendant grâces au Père, au fils et au Saint-Esprit, alla dans le champ avec ses frères. Les cerfs, qui ne paraissaient pas sauvages mais qui semblaient apprivoisés, l’attendaient sans bouger. Saint Lunaire fit écorcher le cerf mort et découper dans sa peau des lanières avec lesquelles les autres cerfs furent ensuite attelés sous les jougs. Ce jour-là, ils ne firent rien d’autres que de louer Dieu et ses œuvres admirables.
Le lendemain, ils se rendirent à l’obédience et leurs regards découvrirent les cerfs, debout autour de l’araire, qui attendaient la venue de saint Lunaire. À son arrivée, il fit atteler les cerfs comme des bœufs domestiques et se mit à labourer son champ du matin jusqu’à none : ils tiraient ainsi, grâce à l’admirable dessein de Dieu tout-puissant, tous ensemble, d’un seul accord, sans qu’il y ait besoin de les aiguillonner, toute la journée, jusqu’à l’heure de les détacher. Cette heure passée, ils se plaçaient au bout du champ et personne ensuite ne pouvait les en faire bouger jusqu’à ce qu’ils fussent détachés et dételés des joug. Ils le firent chaque jour, ne partant que pour paître toute la nuit et revenant le matin, deux par deux, à leur joug. Ils firent cela jusqu’à ce que le champ d’où le bois avait été jeté dans la mer fût tout entier labouré. Ils firent cela ainsi, de la même manière, pendant cinq semaines et trois jours. Ensuite, tous les douze cerfs vinrent assemblés en troupeau et se placèrent devant saint Lunaire comme pour lui demander la permission de le quitter. Il leva la main, les bénit et dit “Allez en paix”. Vite, ils partirent et ne réapparurent ensuite nulle part dans la région. »
Die autem crastina post matutinas laudes primo mane ad campum cum fossoriis et sartulis perrexerunt et per invocationem et auxilium Sancte Trinitatis ceperunt certatim unanimiter fodere. Et hoc per tres septimanas fortiter et sine intermissione nisi tantum quando membra sua nocti tradebant requiescere sedule fecerunt. Postea vero his tribus ebdomadibus finitis ceperunt pre nimio labore jasescere [sic] atque contristari et cogitaverunt nocte fugere nesciente magistro. Angelus autem Domini venit ad sanctum Leonorium et indicavit illi quod fratres sui fugere de illo cogitabant pro duro labore quem amplius sustinere non poterant […] : « Precepit enim tibi Dominus et magister tuus Jhesus Christus juga sex agere atque omnia utensilia terram arare convenientia et pone ea in campum unde silva in mare fuit projecta et ibi videbis grande miraculum ab omnipotenti Deo propter te in terra factum ut et nomen ejus sit inter homines per istam regionem laudatum atque benedictum. »
Ille autem a sompno evigilans hoc quod vidisset fratribus per ordinem enarravit atque sicut illi jussum atque preceptum est ab angelo ita fecit et jussit illa portari in campum juxta preceptum Domini. Mane autem post matutinas laudes foras exiens vidit in illo campo duodecim cervos grandissimos stantes et unus cervus jacebat inter illos mortuus quem illi cornibus suis occiderant. Sanctus vero Leonorius hoc videns gratias agens Patri et Filio et Spiritui Sancto perrexit cum fratribus suis ad campum. Cervi autem expectabant eum sine ullo motu non quasi indomiti sed sicut domestici. Sanctus autem Leonorius jussit cervum excoriare mortuum et ex pelle ejus lora jussit agere ex quibus alii cervi sub jugis fuerunt postea ligati. ln illo die nichil aliud fecerunt nisi Deum laudare et sua mirabilia opera.
ln crastino autem die mane perrexerunt ad obedientiam et respicientes viderunt cervos in circuitu aratri stantes qui expectabant sancti Leonorii adventum. Ille autem veniens jussit cervos ligare quasi boves domesticos et cepit arare suum campum a mane usque ad horam nonam et ita admirabili dispensatione Dei omnipotentis concordatim unanimiter sine stimulatione tangentium trahebant tota die usque ad illam disligandi horam. Post illam vero horam in capite campi stantes nullus poterat postea illos movere de loco donec disligati et absoluti fuerunt a jugis. Et die cotidie fecerunt ; demum exibant tota nocte pascentes per desertum ; mane autem revertentes bini veniebant ad jugum suum et ita fecerunt donec totus integer fuit aratus campus ex quo silva in mare fuit ejecta ; et sic simili modo per V ebdomadas et dies tres ita fecerunt. Postea venerunt toti cervi illi XII congregati in unum et steterunt ante sanctum Leonorium quasi licentiam querentes eunti ab illo. Ille autem elevans manum suam benedixit eis et dixit : « Ite in pace ». Illi autem cito exierunt et nusquam in totam regionem illam postea comparuerunt5.

  • 6 F. Duine, Memento des sources hagiographiques de l’Histoire de Bretagne, Rennes, 1918, p. 96, n. 1

3La précision de l’emploi du temps des immigrants bretons ne manque pas d’intriguer dans un document qui relève d’un genre dont la loi est, au contraire, le symbolisme des nombres. Pour ne prendre qu’un exemple, les soixante-douze disciples (Z 71.16.16. *Formulistic number : seventy-two)sont issus de l’Évangile de saint Luc (10, 1), par l’intermédiaire des Vitae Tutguali dont l’hagiographe s’inspire ici6. Une saine méthode critique exige de vérifier d’abord que ces nombres de semaines et de jours sont bien ceux que l’auteur avait à l’esprit et qu’ils ne résultent pas de la fantaisie éventuelle de copistes successifs. Il convient donc de confronter les différentes versions aujourd’hui disponibles de la Vita.

  • 7 Socii Bollandiani (J. de Smedt), Catalogus Codicum hagiographicorum latinorum antiquiorum saeculo (...)

4Le texte qui paraît le plus complet est fourni par un Légendier de l’abbaye cistercienne de Notre-Dame de Bonport (Eure) copié probablement au xive siècle7. L’inclusion de la Vita dans ce recueil s’explique sans nul doute par la proximité du prieuré dédié à saint Lunaire (appelé ici Léonor ou Liénoire) qui se trouvait dans l’enceinte du château de Beaumont-sur-Oise ; Val-d’Oise). Récapitulons l’emploi du temps que donne cette version :

  • c. 9 : défrichements : « …per IIIIor ebdomadas plenas. »
  • c. 10 : action de grâces après la projection miraculeuse de la forêt à la mer : « …et ita totam diem duxerunt, nichil aliud facientes… »
  • c. 11 : Labours à la main (cum fossoriis et sartulis) :« …per tres septimanas… » ; « Postea vero his tribus ebdomadibus… »
  • Action de grâces après la découverte de l’attelage de cerfs miraculeusement domestiqués : « ln illo die nichil aliud fecerunt… » Labours à la charrue (aratri) : « …per V ebdomadas et diestres… »
  • 8 Ms. bibl. Ste-Geneviève 1289 ; cf. F. Duine, Memento…, p. 24. Id., Inventaire liturgique de l’Hagi (...)
  • 9 A. Oheix, Une Vie inédite de saint Cunual, publiée avec un commentaire, Paris, 1911, p. 2.
  • 10 F. Duine, Inventaire…, op. cit., p. 78.

5En deux occasions, on ne peut donc avoir l’assurance que les chiffres romains n’ont pas prêté à confusion de la part du scribe. Cependant, une autre copie de cette même rédaction de la Vita – qui présente de légères variantes – se retrouve dans un « légendaire-missel » du xiiie siècle fort probablement d’origine bretonne conservé à la bibliothèque Sainte-Geneviève8. Le texte a été adapté (comme le montre l’interpolation de répons) à l’usage liturgique d’une église particulière qui reste difficile à déterminer9. Seul indice : Duine remarquait que la préface de la messe de saint Lunaire que donne ce manuscrit est démarquée de celle de la messe de saint Malo10. Or, si le début de la Vita fait défaut, ce manuscrit comporte bien le passage qui retient notre attention. Curieusement, cependant, le texte opère une suture originale entre le récit de l’arrivée des immigrants en Armorique et l’épisode de la forêt miraculeusement abattue :

  • 11 Ms bibl. Ste-Geneviève 1289, f°14 v°-15. Cf. A. Carrée, B. Merdrignac, La Vie latine de saint Luna (...)

« En ce temps-là, le Seigneur Jésus dit à ses disciples : Tenez vos reins ceints et vos lampes allumées dans vos mains (Lc 12, 35), etc.
Après avoir fait une prière, ils virent la forêt enlevée et ballottée sur la mer comme des oies sur une rivière lorsque souffle le vent. Ils passèrent toute la journée ainsi, sans autre activité que de louer le Seigneur et d’admirer avec un grand ravissement, autant qu’ils le pouvaient, ses œuvres admirables. »
In illo tempore, dixit Dominus Jhesus discipulis suis : Sint lumbi vestri precincti et lucerne ardentes in manibus vestris et rel.
Facta autem oratione elevatam silvam et coagitatam super mare viderunt sicut anseres flante vento in flumine. Et ita totum diem duxerunt nichil aliud facientes nisi Deum laudare et mirabilia ejus opera cum magno stupore in quantum poterant admirari11.

6Selon cette version, l’emploi du temps de Lunaire et de ses disciples s’organise donc comme suit :

  • f° 14 v° : Action de grâces après la projection miraculeuse de la forêt à la mer : « …et ita totum diem duxerunt… »
  • f° 15 : Labours à la main : « …per tres septimanas […]. Postea vero hiis tribus ebdomadis. »
  • f° 18 v° : Succédant à l’intervention du moineau angélique (fii 16-18), les défrichements durent « …per quatuor ebdomadas plenas », avant que les moines ne se découragent (fii 19-19 v°).
  • f° 20 : Apparition des cerfs miraculeux suivie d’une action de grâces d’une journée : « ln illo die nichil aliud fecerunt… »
  • f° 20 v° : Labours à la charrue : « …per quinque ebdomadas et dies tres fecerunt plenas. »

7En dépit de ce chassé-croisé dans la succession des épisodes, la durée des travaux reste donc la même que dans le texte du manuscrit de Notre-Dame de Bonport. De plus, le document a l’intérêt de confirmer, en toutes lettres, le nombre de semaines et de jours passés aux défrichements et aux labours à la charrue.

  • 12 Ce point reste à approfondir : il est peu probable qu’il s’agisse d’un hasard de mise en page ; es (...)

8Il convient d’ajouter que, quelle que soit la raison de ces divergences12, la progression du texte du manuscrit de la bibliothèque Sainte-Geneviève n’est manifestement pas d’origine. En effet, d’une part, l’oraison qui poursuit ici la Vita rétablit l’ordre logique en résumant ainsi les passages concernés :

  • 13 Ms bibl. Ste-Geneviève 1289, fii 51-51 v°. Cf. A. Carrée, B. Merdrignac, La Vie latine de saint Lu (...)

« Content, il arriva joyeux outre-mer. Il y trouva aussitôt l’aide du Seigneur, par l’intermédiaire d’un oiseau. Celui-ci lui montra la nourriture dont il vécut ainsi que ses hommes. Dédions une hymne à saint Lunaire, le Seigneur lui procura une telle aide dans le désert qu’Il jeta dans l’océan la forêt qui lui nuisait ( ?) et que des cerfs indomptés traînèrent des jougs à leur cou, à sa prière, sur ordre du Seigneur… »
Gaudens trans mare letus advenit ille. Auxilium Domini cita illic invenit, per unum volucrum victum ei monstravit ex quo cum suis hominibus tunc vixit. Hymnum dicamus sancto Leonorio, Dominus tale auxilium prestitit in deserto ut silvam illi nocens iactavit in pelago et cervi indomiti traxerint juga colla eo deprecante, imperante Domino13.

  • 14 Ms B.M. Orléans 343. Cf. J. Van der Straeten, Les manuscrits hagiographiques d’Orléans, Tours et A (...)

9D’autre part, cette progression est confirmée par la plus ancienne recension de la Vita qui nous soit parvenue, dont des fragments ont été préservés sur les feuillets d’un manuscrit du ixe siècle provenant de la bibliothèque de l’abbaye de Fleury-sur-Loire14. Peut-être n’est-ce pas un hasard si seules les pages rapportant la mise en valeur de leur territoire par les moines bretons ont été incorporées à ce recueil ? Comme le texte s’interrompt avant la fin du récit des labours à la charrue par l’attelage de cerfs miraculeusement domestiqués, l’emploi du temps est incomplet ; il permet néanmoins des recoupements significatifs :

  • f° 101 : défrichements : « … per ebdomadas IIII plenas. »
  • f°106 : action de grâces après la projection miraculeuse de la forêt à la mer : « … totum diem illum. »
  • Labours à la main (« cum fossoriis […] et sarculis ») :« Per tres ebdomadas continuas […] his tribus septimanis finitis. »
  • f° 109 : action de grâces après l’apparition des cerfs : « Per totum diem illum… »
  • 15 A. Carrée, B. Merdrignac, La Vie latine de saint Lunaire…, op. cit., p. 24.

10La malencontreuse lacune qui nous prive de la suite du récit n’est, cependant, peut-être pas irrémédiable. En effet, André du Chesne (1584 -1640), géographe et historiographe du roi, avait communiqué aux Bollandistes la transcription d’une version abrégée contenue dans un manuscrit d’Arras (perdu ?). Or ce document qui apparaît comme la contraction d’un texte antérieur15, après avoir brièvement fait mention des défrichements, ne retient que le miracle de la domestication des cerfs en précisant la durée des labours :

  • 16 AA.SS., Jul., I, p. 121, c. 3.

« …quinque septimatibus ac diebus tribus16… »

  • 17 Il s’agit de la date d’impression donnée par les Bollandistes et qui correspond, à un an près, à l (...)
  • 18 AA.SS., Jul. I, p. 125, lect. 7.

11Quant aux leçons du Bréviaire malouin de 151717, elles reprennent l’enchaînement des interventions miraculeuses et des activités agricoles mais elles n’apportent qu’une seule indication de durée. Les louanges rendues à Dieu après la projection de la forêt à la mer prennent toute la journée « …in illa die18  »

Emploi du temps de Saint Lunaire selon les différentes versions

Emploi du temps de Saint Lunaire selon les différentes versions
  • 19 F. Duine, Memento…, op. cit., p. 24 et 96.
  • 20 L. Fleuriot, Les Origines… op. cit., p. 280-281.

12La concordance de toutes ces données chiffrées suggère que ce souci de la précision remonte à une version primitive qui, contrairement à ce que pensait l’abbé François Duine19, était sûrement très ancienne. À l’argument tiré par Léon Fleuriot de la forme des noms (Beteloc ; Moitruc)20, il faut en ajouter un autre que fournit la comparaison des fragments du manuscrit carolingien et de la version conservée par les deux manuscrits du xiiie (Ste-Geneviève 1289) et du xive (B.N., ms. lat. 5317) siècles.

  • 21 Ms B. M. Orléans, fo 102. Cf. A. Carrée, B. Merdrignac, La Vie latine de saint Lunaire…, op. cit.,(...)

13Pour illustrer l’âpreté du labeur des frères, depuis le chant du coq jusqu’à none, la Vita les montre chanter au travail « les heures fixées par la Règle » (c. 9 : horas canonice constitutas), c’est-à-dire, précise le texte de Fleury, « prime, tierce, sexte » (primam, tertiam, sextam) alors que l’autre version indique : « Ce sont prime, seconde, tierce et sexte » (Hee [var. : Hec] sunt prima, secunda, tercia, sexta)21.

  • 22 Cf. L. Bieler, The Irish Penitentials, Dublin, reprint. 1975, p. 62. Cette traduction ne suit pas (...)
  • 23 Vita Columbani, II, 23 (10) (éd. B. Krush, MGH, Script. Rer. Merov., t. IV, Berlin, 1902, p. 146)  (...)
  • 24 J.-P. Migne, PL., t. 72, col. 595. M. Curran, The Antiphonary, op. cit., p. 165 et 250. A. de Vogü (...)

14La mention additionnelle de la secunda hora parmi les petites heures monastiques exclut, du même coup, l’éventualité d’un rapport de filiation directe entre la version carolingienne et celle que représentent les deux manuscrits ultérieurs. En effet, sans doute afin de ménager un temps de sommeil après les matines, le monachisme celtique avait retardé la célébration de prime jusqu’à la « seconde heure ». Le Pénitentiel (vie siècle) attribué à saint Gildas prévoit : « Quiconque s’est levé après les matines reprendra dans l’ordre ce qu’ont chanté les frères ; mais s’il arrive à la secunda, il sera privé de repas… » (Si excitatus veniat post missam quicquid cantaverunt replicet ex ordine fratres. Si vero ad secundam venerit, caena careat22). La Vita Columbani écrite par Jonas de Bobbio (vers 640) atteste aussi l’existence de cet office de prime retardé en racontant un exorcisme accompli par Bertulfe, successeur de Colomban à Bobbio, « alors qu’un jour, après la psalmodie de l’office, il sortait avec les frères, à la deuxième heure, de l’église23 ». On retrouve aussi mention de la secunda dans l’Antipho naire de Bangor ainsi que dans des règles iro-franques comme celles de Donat et de Waldebert24.

  • 25 La plupart des spécialistes estiment que les dispositions de la charte octroyée à Priziac, en 818, (...)

15Dès lors que la version de Fleury se conforme à l’usage bénédictin, il est inconcevable que l’auteur de la version postérieure ait pris l’initiative d’interpoler cette mention de la secunda, totalement obsolète dès l’époque carolingienne, ce qu’il faudrait supposer en admettant qu’il ait directement eu accès à ce document. Il faut donc postuler l’existence d’une source commune – antérieure à 818, date à laquelle la Règle bénédictine s’impose en Bretagne25 – qui faisait référence à telle où telle règle ancienne mentionnant la secunda. L’un des hagiographes l’aurait corrigée sans vergogne, tandis que l’autre plus respectueux de son modèle, se serait contenté de concilier celui-ci et la Règle de saint Benoît en réintégrant prime dans l’énumération des petites heures.

16Cette laborieuse digression au fil des variations de l’horaire monastique dans la Bretagne du haut Moyen Âge vient garantir que les diverses versions de la Vita Leonorii qui viennent d’être mises en œuvre dérivent d’un original qui ne peut être plus récent que les interventions de Louis le Pieux dans la péninsule. Dans la mesure où la comparaison entre ces versions permet de penser que les données chiffrées qui ont piqué notre curiosité remontent à la Vita primitive (perdue), il est donc licite de rechercher du côté des traditions celtiques, une explication à la durée précise des travaux agricoles du saint et de ses compagnons.

17À ce stade de l’enquête, on doit faire crédit à l’auteur de la Vita de ce que les nombres n’ont pas été retenus au hasard. Sinon, pourquoi ne se serait-il pas contenté de chiffres ronds et aurait-il, par exemple, ajouté ces trois jours aux cinq semaines de labours ? De plus, à deux reprises (c. 10 et 11), les frères consacrent une journée entière à l’action de grâces. Au contraire, un simple total de douze semaines – outre la portée symbolique du chiffre 12 que l’hagiographe ne méconnaît pas puisque c’est le nombre de cerfs domestiqués par le saint – aurait suffià évoquer pour son public la saison des travaux des champs. C’est qu’il ne s’agit pas, pour lui, d’un trimestre quelconque. En effet, l’ensemble de ces activités s’étend sur 89 jours :

18(4 x 7) + 1 + (3 x 7) + 1 + (5 x 7) + 3 = 89.

19C’est-à-dire que leur durée correspond à celle du printemps du calendrier celtique qui s’étendait du 1er février (Imbolc) au 1er mai (Beltene), soit, en année non-bissextile :

2028 + 31 + 30 = 89 jours.

  • 26 Par ex., H.-D. Emanuel, The latin Text of the Welsh Laws, Cardiff, 1967, p. 157 : « De animalibus (...)
  • 27 H.-D. Emanuel, ibid., p. 2-12.
  • 28 Le nom de la procédure vient de anhuddaf, anhuddo, « couvrir (un feu) » (cf. Geiriadur Prifysgol C (...)

21Or cette saison revient à plusieurs reprises dans les textes législatifs en latin du Pays de Galles26. Ces lois ont été attribuées à Hywel Dda (xe siècle) ; en fait, la rédaction la plus ancienne (A), contenue dans un manuscrit de la fin du xiie siècle (NLW Peniarth MS 28), est une compilation de cette époque mais qui contient des matériaux bien antérieurs27. Ainsi, la procé dure intitulée De dadanut (dadanudd : « réclamation, confirmation de propriété héréditaire28 »), s’inscrit-elle entièrement dans le calendrier celtique :

  • 29 H. D. Emanuel, Th e Latin text…, op. cit., p. 130. Cf. Loth, « L’année celtique d’après les textes (...)

« …Lorsqu’on réclame une terre le neuvième jour de novembre, l’accusé doit disposer d’un délai jusqu’au neuvième jour de mai. Si avant ce délai, on n’avait pas eu de jugement, il faut qu’on la lui réclame à nouveau, le neuvième jour de mai, si on veut obtenir un jugement. Lorsqu’on réclame une terre le neuvième jour de novembre, l’accusé doit disposer d’un délai de quinze jours pour rechercher ses amis ; puis de quinze autres jours, le temps de prendre conseil, et, si quelqu’un se trouvait dans un pays étranger, il aura un délai pour l’attendre Jusqu’aux calendes de février. Ensuite, durant tout le printemps, c’est l’époque des cultures et il ne faut pas se pourvoir en plaids jusqu’aux calendes de mai. De même, si le neuvième jour des calendes de mai, on réclamait une terre et un jugement n’était pas intervenu jusqu’en août, il ne faut pas ensuite se pourvoir en plaids jusqu’au neuvième jour de novembre… »
Cum terram calumpnietur nono die Novembrium, reus debet habere spatium usque ad nonum diem Maii. Si autem infra hunc terminum non habeat judicium, oportet eum iterum eam calumpniari nono die Maii, si judicium habere velit. Cum terram calumpnietur nono die Novembrium, reus debet habere spatium quindecim dierum ut querat amicos suos ; postea aliorum XVcim dierum dum accipiat consilium ; et si aliquis ex cognatis suis sit in aliena patria, tempus expectandi eum habebit usque ad Kalendas Februarii. Postea per totum tempus veris arandum est, et non oportet placitis intendere usque ad Kalendas Maii. Eodem modo, si nono die kalendarum Maii terram calumpnietur et non sit judicium usque ad Augustum, postea non oportet placitis intendere ante nonum diem Novembrium29.

  • 30 F. Kelly, A Guide to Early Irish Law, Dublin, 1988, p. 186-187 et 241.
  • 31 L. Fleuriot, Dictionnaire des Gloses en vieux-Breton, Paris, 1964, p. 138-139 (rééd. Toronto, 1985 (...)

22Il n’est pas nécessaire d’insister ici sur l’analogie des systèmes législatifs de part et d’autre de la Manche durant le haut Moyen Âge. Indiquons simplement que l’Irlande connaissait une procédure similaire (v. irl. tellach : « foyer, âtre »)30et que le terme didanuud est aussi attesté en vieux-breton31. Ainsi, dans ce contexte juridique, tout se passe comme si la Vita primitive de saint Lunaire avait laissé entendre que si les terres mises en valeur par les nouveaux arrivants étaient vacantes, elles n’en avaient pas moins un statut déterminé. On conçoit du même coup l’intérêt de toutes ces précisions chronologiques : le saint et ses compagnons auraient pris possession du territoire qu’ils défrichent précisément pendant la période durant laquelle aucune poursuite ne pouvait intervenir, puisque « durant tout le printemps […] il ne faut pas se pourvoir en plaids ».

  • 32 Cf. H. P. Jolowicz, B. Nicholas, Historical Introduction to the Study of Roman Law, Cambridge, 197 (...)
  • 33 Cf. L. Fleuriot, Les Origines…, op. cit., p. 281.

23La procédure de dadanudd décrite par la loi galloise avait pour but d’enrayer l’acquisition d’une propriété foncière par usucapion (« prescription acquisitive »). L’occupation prolongée et de bonne foi d’un bien, sans qu’interviennent de contestations pendant une période déterminée, finit par en conférer la possession à son détenteur. Ce système n’est pas particulier aux législations celtiques et a, entre autres, son équivalent dans le droit romain32. Par contre, l’interruption des poursuites pendant « l’époque des cultures » (le printemps du calendrier celtique), paraît plus originale et apporte toute sa cohérence à cet épisode par rapport à la suite de la Vita. La convocation du héros à la cour de Childebert (c. 13) que l’auteur explique, conformément à un cliché hagiographique, parce que le roi aurait eu vent de « la renommée de saint Lunaire », prend place après le récit des moissons (c. 12), c’est-à-dire, précisément au moment où les procédures peuvent reprendre (à l’issue de l’interruption d’août à novembre, prévue par la loi, le 1er août – Lugnasad – marquant le début des récoltes). Dès lors, quelle aubaine que la découverte par le saint d’un trésor qui va lui permettre de se concilier les faveurs royales ! De même, les querelles de bornage qui opposent par la suite Lunaire aux « colons » du voisinage (c. 23-25) prennent, dans cette perspective, leur intérêt historique en montrant que l’installation des Bretons ne s’est pas toujours effectuée sans difficultés33.

  • 34 Communication de M. G. Doussinault que je remercie vivement. Cf. Musée national des A.T.P. (29 nov (...)
  • 35 A. Chédeville, N.-Y. Tonnerre, La Bretagne Féodale : vie-xiiie siècles, Rennes, 1987, p. 336.
  • 36 Information communiquée aimablement par Dominique Marguerie que je remercie vivement.

24On conçoit mieux aussi pourquoi la Vita, dont le calendrier est jusque-là si précis, reste dans le vague à propos du moment des semailles, en se contentant de mentionner la venue du « temps propice pour semer » (c. 12). Il aurait été pour le moins maladroit de la part de l’hagiographie de faire allusion à la possibilité d’une décision judiciaire du « neuvième jour des calendes de mai […] jusqu’en août ». La logique du récit implique donc une céréale à semi tardif. La terminologie de la Vita (c. 8 : frumentum ; annonis) n’est guère fiable. Seule la version de Fleury parle d’un « tas de froment qui s’appelle vulgairement javelle » (f° 98-99 : acervus tritici qui vulgo meta dicitur). Mais un auteur monastique pouvait-il présenter un saint semant autre chose que du blé, aux riches connotations religieuses ? Prudemment, et à titre d’hypothèse, il faut rappeler que le millet dont la culture est attestée à l’époque mérovingienne dans la région parisienne34 et peut être pratiquée en Bretagne, se sème au mois de mai. On peut aussi penser au blé noir qui se sème au même moment. Si cette dernière interprétation pouvait être confirmée, elle ne manquerait pas d’intérêt. En effet, le sarrasin n’est jamais mentionné dans les documents médiévaux35 ; il est pourtant attesté dans certaines analyses de pollen datant de cette période, voire même de l’époque gauloise36.

  • 37 L. Langouet, « L’occupation rurale à l’époque gallo-romaine dans le Nord de la Haute-Bretagne », L (...)
  • 38 L. Langouet, Les Coriosolites, un peuple armoricain de la période gauloise à l’époque gallo-romain (...)
  • 39 F. Lot, Mélanges d’histoire bretonne, Paris, 1907, p. 320, c. 21. Cf. A. Le Moyne de La Borderie, (...)
  • 40 BUR 17128, p. 226.

25Quoi qu’il en soit, il ne faudrait pas demander à ce document plus de renseignements que ceux que les hagiographes qui l’ont remanié successivement n’ont entendu apporter. Il est déjà réconfortant qu’une analyse aussi minutieuse que possible des variantes d’un texte considéré le plus souvent comme légendaire ait permis de montrer que l’implantation bretonne s’était déroulée dans un cadre juridique bien défini. Certes, le retour à la friche, à la fin du iiie siècle et au ive siècle, d’une bonne partie des terres au nord de la haute Bretagne qui confirme la prospection archéologique, constitue un facteur explicatif de l’immigration : il devait y avoir, au vie siècle, de la place disponible dans une zone rurale qui avait été riche sur le plan agricole37. Mais cette désertification n’a pas touché uniformément l’ensemble de la cité des Coriosolites où se situe l’établissement de saint Lunaire. Si les deux rives de la Rance ont été particulièrement abandonnées, on remarque le maintien d’une forte densité sur la frange côtière38. Il est significatif, alors que les problèmes fonciers sont rarement évoqués dans les quelques documents relatifs à cette période, que les Vitae anonymes de saint Malo, rédigées dans le même milieu que celle de saint Lunaire, insistent aussi sur les démêlés du saint évêque d’Alet avec ses ouailles pour des raisons du même ordre : l’homme de Dieu avait reçu beaucoup de terres ayant appartenu à leurs ancêtres (parentum) : « Bientôt, il ne leur resterait rien, ni a eux ni à leurs héritiers d’où ils puissent obtenir ou retirer ce qui leur était nécessaire pour vivre » (…Nihilque sibi aut suis heredibus filiis in futuro reliquum fore unde victum vel sua necessaria queant exigere vel conquirere)39. François Duine avait déjà soupçonné l’intérêt de ce passage en commentant finement en marge de son propre exemplaire de la Vita Machutis : « Les meilleures terres passent très nombreuses au profit du saint. La question des propriétés cause des vengeances40. »

Notes

1 B. Merdrignac, « La procédure d’usucapion dans la Vita Leonorii (ixe siècle ?) », dans Études celtiques, t. 29 (1992), p. 299-309.

2 N. K. Chadwick, Early Britanny, Cardiff, 1969, p. 210-212.

3 L. Fleuriot, Les Origines de la Bretagne, Paris, 1980, p. 280-281.

4 Cf. A. Carrée, B. Merdrignac, La Vie latine de saint Lunaire : Textes, traduction, commentaires, Britannia Monastica, CIRDoMoC, Landevennec, 1992.

5 A. Carrée, B. Merdrignac, La Vie latine de saint Lunaire…, op. cit., p. 142-145.

6 F. Duine, Memento des sources hagiographiques de l’Histoire de Bretagne, Rennes, 1918, p. 96, n. 1.

7 Socii Bollandiani (J. de Smedt), Catalogus Codicum hagiographicorum latinorum antiquiorum saeculo xvi qui asservantur in BN. Parisiensi, t. II, Bruxelles, 1890, p. 122. F. Duine, Memento…, op. cit., p. 96. Voir, cependant, L. Fleuriot, Les Origines…, op. cit., p. 280.

8 Ms. bibl. Ste-Geneviève 1289 ; cf. F. Duine, Memento…, p. 24. Id., Inventaire liturgique de l’Hagiographie Bretonne, Paris, 1922, p. 77-78. Voir supra ch. ix.

9 A. Oheix, Une Vie inédite de saint Cunual, publiée avec un commentaire, Paris, 1911, p. 2.

10 F. Duine, Inventaire…, op. cit., p. 78.

11 Ms bibl. Ste-Geneviève 1289, f°14 v°-15. Cf. A. Carrée, B. Merdrignac, La Vie latine de saint Lunaire…, op. cit., p. 172.

12 Ce point reste à approfondir : il est peu probable qu’il s’agisse d’un hasard de mise en page ; est-ce pour autant l’indice d’une volonté de rationalisation de la part du copiste ? Y a-t-il un rapport avec la destination évidemment liturgique du manuscrit ?

13 Ms bibl. Ste-Geneviève 1289, fii 51-51 v°. Cf. A. Carrée, B. Merdrignac, La Vie latine de saint Lunaire…, op. cit., p. 179.

14 Ms B.M. Orléans 343. Cf. J. Van der Straeten, Les manuscrits hagiographiques d’Orléans, Tours et Angers. Bruxelles, 1982, p. 342-343 ; J.-L. Deuffic, « La production manuscrite des scriptoria bretons (ve-xie siècles) », Landevennec et le monachisme breton dans le Haut Moyen ÂgeActes du colloque du xve centenaire de l’abbaye de Landévennec : 25-26-27 avril 1985, Landévennec, 1986, p. 308.

15 A. Carrée, B. Merdrignac, La Vie latine de saint Lunaire…, op. cit., p. 24.

16 AA.SS., Jul., I, p. 121, c. 3.

17 Il s’agit de la date d’impression donnée par les Bollandistes et qui correspond, à un an près, à la publication de L’Instruction des Curez, par Denis Briçonnet, alors évêque de Saint-Malo. Cependant, F. Duine, suivi depuis par la plupart des érudits, donne, dans Bréviaires et Missels des églises et abbayes bretonnes de France antérieurs au xviie s., Rennes, 1906, p. 72, la date de 1537. Le Bréviaire a été détruit en août 1944. On ne peut exclure, comme me l’a suggéré amicalement A.-Y. Bourgès, que deux Bréviaires malouins aient successivement été imprimés à vingt ans d’intervalle.

18 AA.SS., Jul. I, p. 125, lect. 7.

19 F. Duine, Memento…, op. cit., p. 24 et 96.

20 L. Fleuriot, Les Origines… op. cit., p. 280-281.

21 Ms B. M. Orléans, fo 102. Cf. A. Carrée, B. Merdrignac, La Vie latine de saint Lunaire…, op. cit., p. 189, c. 9.

22 Cf. L. Bieler, The Irish Penitentials, Dublin, reprint. 1975, p. 62. Cette traduction ne suit pas la version anglaise proposée par l’éditeur, mais l’interprétation de M. Curran, Th e Antiphonary of Bangor, Dublin, 1984, p. 250, n. 44.

23 Vita Columbani, II, 23 (10) (éd. B. Krush, MGH, Script. Rer. Merov., t. IV, Berlin, 1902, p. 146) ; trad. A. de Vogüé, Jonas de Bobbio : Vie de saint Colomban et de ses disciples, Bellefontaine, 1988, p. 233.

24 J.-P. Migne, PL., t. 72, col. 595. M. Curran, The Antiphonary, op. cit., p. 165 et 250. A. de Vogüé (éd.), La Règle de saint Benoît, t. 5, Paris, 1971, p. 603, n. 41.

25 La plupart des spécialistes estiment que les dispositions de la charte octroyée à Priziac, en 818, par Louis le Pieux à Matmonoc, abbé de Landévennec valent pour tous les établissements monastiques de Bretagne. Voir infra ch. xi.

26 Par ex., H.-D. Emanuel, The latin Text of the Welsh Laws, Cardiff, 1967, p. 157 : « De animalibus captis. »

27 H.-D. Emanuel, ibid., p. 2-12.

28 Le nom de la procédure vient de anhuddaf, anhuddo, « couvrir (un feu) » (cf. Geiriadur Prifysgol Cymru. A Dictionarv of the Welsh Language, Cardiff, 1950, p. 125). On note dans la Buhez Mabden l’expression cafuni an tan (« couvrir un feu », « l’étouffer ») avec le sens de « mourir, laisser les biens de ce monde ». Ces références m’ont été amicalement fournies par G. Le Duc.

29 H. D. Emanuel, Th e Latin text…, op. cit., p. 130. Cf. Loth, « L’année celtique d’après les textes irlandais, gallois, bretons et le calendrier de Coligny. Des nombres et du système de numération chez les Celtes », Revue Celtique, 25, 1904, p. 128.

30 F. Kelly, A Guide to Early Irish Law, Dublin, 1988, p. 186-187 et 241.

31 L. Fleuriot, Dictionnaire des Gloses en vieux-Breton, Paris, 1964, p. 138-139 (rééd. Toronto, 1985. 2 vol.).

32 Cf. H. P. Jolowicz, B. Nicholas, Historical Introduction to the Study of Roman Law, Cambridge, 1972, p. 151-153.

33 Cf. L. Fleuriot, Les Origines…, op. cit., p. 281.

34 Communication de M. G. Doussinault que je remercie vivement. Cf. Musée national des A.T.P. (29 nov. 1988-30 avril 1989), Un village au temps de Charlemagne – Moines et Paysans de l’abbaye de Saint-Denis du vie siècle à l’an Mil, Paris, 1988, p. 203-211.

35 A. Chédeville, N.-Y. Tonnerre, La Bretagne Féodale : vie-xiiie siècles, Rennes, 1987, p. 336.

36 Information communiquée aimablement par Dominique Marguerie que je remercie vivement.

37 L. Langouet, « L’occupation rurale à l’époque gallo-romaine dans le Nord de la Haute-Bretagne », La Prospection archéologique en Haute-Bretagne : ses apports à l’histoire du milieu rural dans l’Antiquité. Dossiers du Ce.R.A.A, G-1984, p. 63.

38 L. Langouet, Les Coriosolites, un peuple armoricain de la période gauloise à l’époque gallo-romaine, Saint-Malo, 1988, p. 245-246.

39 F. Lot, Mélanges d’histoire bretonne, Paris, 1907, p. 320, c. 21. Cf. A. Le Moyne de La Borderie, Vita sancti Machutis, qui etiam Machlovus et Maclovius dans Bulletins et Mémoires de la Société Archéo logique de Rennes, XVI, 1883/II, p. 226, c. 21. Voir B. Merdrignac, « Cheval de bois ou cheval d’orgueil ? Hagiographie et folklore dans les Vies de saint Malo », Dossiers de CeRAA, 1981-1989, p. 27-31.

40 BUR 17128, p. 226.

Table des illustrations

Titre Emploi du temps de Saint Lunaire selon les différentes versions
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3632/img-1.png
Fichier image/, 22k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540