Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les saints bretons entre légendes et histoire

 | 
Bernard Merdrignac

Chapitre VIII. Horizons insulaires et transactions foncières dans les Miracles de saint Magloire1

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 B. Merdrignac, « L’insularité des miracles de saint Magloire », dans Ph. Racinet (coord.), Les rel (...)

1Comme les jeunes filles que mettent en scène les Vitae de saint Samson et de saint Lunaire, les femmes qui figurent dans la Vita de saint Magloire demeurent anonymes alors même que l’hagiographe estime judicieux de noter les noms de leurs époux, le comte Loiescon, sur l’île de Sercq et le noble Nivo, possessionné sans doute sur celle de Brecquou ( ?). Toutefois, dans les transactions foncières que l’ancien « archevêque » de Dol est amené à conclure avec l’aristocratie insulaire, ces épouses ne restent pas inopérantes et leurs avis sont sinon sollicités, du moins suivis par leurs maris. C’est l’une des raisons pour lesquelles il vaut sans doute la peine de relire quelques miracles de saint Magloire. Ceux qui vont nous retenir présentent de surcroît l’intérêt exceptionnel d’intervenir pendant la retraite du saint dans l’actuel archipel anglo-normand, occupé par les Bretons durant le haut Moyen Âge. En effet, saint Magloire est donné (à tort ou à raison) comme le cousin de saint Samson à qui il aurait succédé sur le siège archiépiscopal de Dol. Sur l’injonction d’un ange, il abdique en faveur de Budoc et se retire sur une terre concédée par le roi Judual. Sa réputation lui attire les foules. Elle parvient jusqu’à un comte, vivant dans une île, qui était affligé de la lèpre. Miraculeusement guéri par l’intervention du saint, celui-ci lui fait donation d’un de ses domaines sur lequel Magloire édifie une église où il mène la vie monastique avec soixante-deux disciples. Averti par un ange du moment de son décès, Magloire rend son âme à Dieu, sur l’île de Sercq (Sargia), un 2 octobre (nono kalendas novembri). Les miracles intervenus durant cette phase insulaire de la carrière de saint Magloire ont en commun de se dérouler en mer ou au bord du rivage, ce qui est suffisamment exceptionnel dans l’hagiographie bretonne pour mériter l’attention. Cela permettrait de cerner la perception de l’insularité que pouvait avoir le moine de Léhon auteur de ces récits au tournant des ixe-xe siècles ( ?) et l’impact exercé sur son public par les horizons insulaires qu’il évoque.

  • 2 J. Le Goff, « Le désert-forêt dans l’Occident médiéval », dans id., L’Imaginaire médiéval, Paris, (...)
  • 3 J.-C. Cassard, Les Bretons et la mer au Moyen Âge. Des origines au milieu du xive siècle, PUR, Ren (...)
  • 4 J.-C. Cassard, Les Bretons et la mer, ibid., p. 111.

2Le monachisme celtique a écrit un « grand chapitre de l’anthropologie historique du désert maritime » : la mer fait en quelque sorte fonction pour ces moines de substitut du désert d’Égypte. Pourtant, nuançait voici déjà une quinzaine d’années Jacques Le Goff, « ces ermites insulaires et maritimes ne seront que la marge extrême et éphémère des marginaux du désert en Occident2 ». Récemment, Jean-Christophe Cassard, en rouvrant le dossier hagiographique des déserts insulaires en Bretagne continentale, renchérissait sur cette remarque en constatant que, dès l’époque carolingienne, les moines avaient déserté les îles du rivage. Ainsi, poursuivait-il, « l’une des grandes originalités du monachisme celtique s’étiole avec leur retrait puis disparaît sans gloire, ne survivant plus que dans les écrits qui en gardent le souvenir, nostalgique peut-être pour certains, mitigé sûrement quant au temps présent pour la plupart, dès le ixe siècle ». Pourtant ce chercheur remarquait par la même occasion que les principaux centres monastiques de Bretagne dans la seconde moitié du ixe siècle formaient un « liseré fossile d’abbayes littorales, ayant la mer pour horizon proche » ou se trouvant « au bord d’une rivière navigable en communication avec elle ». Les fondations récentes qui ont bénéficié du soutien de Nominoé (comme Redon, sur la Vilaine, ou Léhon, sur la Rance) n’échappent pas à cette règle générale. C’est pourquoi, autant par le cadre géographique dans lequel s’inscrivent leurs scriptoria que par le thème de leur production consacrée aux saints venus de Grande Bretagne, les hagiographes bretons armoricains se « démarquent nécessairement de leurs confrères continentaux (lesquels ignorent cette composante nautique), mais ils n’en subissent plus guère l’attraction, sinon comme un exercice obligé, quelque peu artificiel3 ». Cette « fossilisation du souvenir des origines maritimes » qui, en dépit des apparences, serait à l’œuvre dès le ixe siècle, constituerait, selon Jean-Christophe Cassard, le prélude à « une véritable déprise de la mer »consécutive aux incursions vikings et qui, durant le Moyen Âge central, concerne la société bretonne dans son ensemble4. Il n’est pas dans mes intentions de contester la pertinence de cette analyse globale qui présente l’insigne mérite de battre en brèche le cliché du Breton voué à la mer par atavisme ou par déterminisme.

  • 5 F. Duine, Mémento des sources hagiographiques de l’histoire de Bretagne, Rennes, 1918, p. 49 (§ 10 (...)
  • 6 Voir A. de La Borderie, « Miracles de saint Magloire et fondation du monastère de Léhon »,Mémoires (...)

3Le dossier hagiographique de saint Magloire, que l’abbé François Duine qualifiait de « chef-d’œuvre de l’ancienne littérature bretonne5 », n’est malheureusement toujours pas disponible dans une édition satisfaisante selon les critères scientifiques actuels (certains passages sont même encore inédits), si bien que les circonstances de sa rédaction ne sont pas encore définitivement éclaircies et que la fourchette de datation s’inscrit dans un bon siècle, entre un terminus ante quem que Joseph-Claude Poulin place peu après 850 et un terminus a quo situé par Hubert Guillotel vers le milieu du xe siècle6. Dans l’état actuel des recherches on doit se contenter de soupçonner tout un processus de réécritures et interpolations qui ne pourra être analysé finement que lorsque cette documentation aura été convenablement rééditée. En attendant, pour le présent propos, deux faits établis par Joseph-Claude Poulin sont à retenir. D’une part, c’est probablement un même auteur qui a composé les trois premières parties (Vita ; Miracula in Sargia insula ; Translatio de Sargia insula ad Britanniam) de cet ensemble afin de promouvoir le culte de saint Magloire après la translation de ses reliques de Sercq à Léhon (vers 850). D’autre part, les coupures effectuées par les éditeurs modernes (à l’instar des copistes médiévaux) ne doivent pas faire perdre de vue la véritable nature de ce document. Celui-ci était explicitement destiné à fournir la matière de la prédication pour le jour de l’anniversaire du saint. Ces remarques préalables sous-tendront l’analyse de quelques-uns des miracles insulaires de saint Magloire qui viennent illustrer trois aspects de ce très riche dossier. Tout d’abord, l’archipel anglo-normand actuel qui sert de cadre à ces récits sera situé par rapport aux routes maritimes trans-Manche. Puis, on pourra préciser les modalités de l’implantation monastique de saint Magloire sur l’île de Sercq. Enfin, on s’attachera plus particulièrement à un épisode qui paraît attester la familiarité de l’hagiographe et de son public avec le milieu maritime.

  • 7 Soc. Bollandii, Acta Sanctorum, Nov. X (abrégé ici en AASS), c. 6 : sublimem archiepiscopi […] arc (...)
  • 8 F. Dolbeau, M. Heinzelmann, J.-C. Poulin, « Les sources hagiographiques narratives composées en Ga (...)
  • 9 Var. : Raddualus, Nidivolus ; cf. J.-C. Poulin, « Les dossiers de S. Magloire de Dol… », art. cit. (...)
  • 10 B. Plaine (éd.), La très ancienne vie inédite de saint Samson, Paris, 1887, II, 14, p. 59. Cf. P. (...)
  • 11 M. Finlaisson et Ph. Holdsworth, « Excavations on the Ile Agois, Jersey », BSJ, 22/3 (1979), p. 34 (...)

4Selon sa Vita, Magloire est originaire de Grande-Bretagne, comme son cousin Samson. Il franchit la Manche à la suite de ce dernier pour aborder en pays de Dol « afin de prêcher à la population de même langue installée en Occident » (ad praedicandum populo ejusdem linguae in Occidente consistenti mare tranfretavit – AASS, c. 3). La mention de l’archiépiscopat7 auquel renonce Magloire dans le but de mener une vie contemplative atteste que l’hagiographe disposait de la seconde Vita de saint Samson composée à Dol au milieu du ixe siècle, pour servir de support à la revendication du statut métropolitain8. C’est donc probablement à ces Gesta (mentionnés explicitement par l’auteur) qu’il faut se référer pour localiser le territoire non identifié que le saint choisit pour lieu de retraite, une fois résignée sa charge, après s’être souvenu que « le roi Judual l’avait autrefois donné pour agrandir le domaine de son évêché » (in quadam terra quam aliquando rex Iuddualus9 in augmentum episcopatus sui dederat – AASS, c. 7). En effet, selon la Vita de saint Samson, après l’intervention de celui-ci à la cour de Childebert (Hildebertus rex atque imperator) pour permettre à Judual de récupérer son pouvoir usurpé par Conomor, le mérovingien aurait concédé au saint évêque « quatre îles situées en mer : Lesia (Guernersey), Angia (Jersey), Sargia (Sercq), Bisargia (Brecqhou, à l’ouest de Sercq)10 ». C’est donc bien sur les actuelles îles anglo-normandes que Magloire est censé d’emblée s’être retiré aussitôt après avoir démissionné. Or, pour l’hagiographe, cet archipel n’a rien d’un désert maritime. La réputation de sainteté rapidement acquise par Magloire fait que des foules d’infirmes viennent « de diverses régions » (ex diversis regionibus) solliciter son intercession et que celui-ci est bientôt « cerné par un énorme concours de population » (immensus circumvalaret concursus populorumAASS, c. 8) qui le comble de riches présents. Cette affluence et l’enrichissement qu’elle lui apporte désespèrent le saint qui convoque son successeur à l’épiscopat pour se plaindre, en pleurs, de devoir supporter « une foule de gens » (multitudine vulgi) et s’ouvrir à lui de son intention de « partir dans un lieu où il n’y aurait aucune trace de présence humaine » (et ad locum ubi nulla existunt hominis indicia profecturus – AASS, c. 9). Les sites susceptibles d’accueillir un tel locus érémitique ne font effectivement pas défaut dans l’archipel. Au Nord de Jersey, un établissement du hautMoyen Âge situé sur l’île Agois a été interprété, voici vingt-cinq ans, par les archéologues comme un ermitage insulaire comparable à ceux des Shetlandsau large de l’Écosse ou des Skelligs au large de l’Irlande. De même, à proximité du monastère qui aurait été fondé ultérieurement par saint Magloire sur l’île de Sercq, plusieurs îlots auraient été appropriés à une implantation du même genre11. Mais le fait que Budoc dissuade son prédécesseur de réaliser son projet au nom de la priorité des impératifs pastoraux implique que ce n’est pas dans un tel endroit que celui-ci s’est installé.

  • 12 C. Cuissard, « Vie de saint Paul de Léon, en Bretagne », RC, 5 (1881-1883), II, 22, p. 456-457. Cf (...)
  • 13 Cf. P. Quentel, « Le nom ancien des îles anglo-normandes », art. cit.
  • 14 L. Langouet, « Les îles anglo-normandes… », art. cit., p. 125.

5Derrière le cliché hagiographique de l’attraction exercée par le saint ermite sur les foules, il faut surtout retenir ici que l’insularité de son établissement ne présente rien de répulsif pour les fidèles qui se pressent pour lui rendre visite. Le fait est d’autant plus remarquable qu’une autre Vita carolingienne, celle de saint Paul Aurélien composée à Landévennec par Wrmonoc en 884, atteste, au contraire, comme l’a souligné Jean-Christophe Cassard, la réticence des fidèles du ixe siècle à affronter l’étroit bras de mer qui sépare du continent l’île de Batz où l’évêque de Léon s’était retiré pour finir ses jours. Selon cet hagiographe, en effet, sur son lit de mort, le saint aurait demandé à être inhumé dans son castel [Kastel-Paol : Saint-Pol-de-Léon] « afin de ne pas causer de difficultés à ceux qui viendraient visiter ses restes et qui en seraient empêchés par le bras de mer, au cas où on le laisserait dans l’île12 ». Rien de comparable à cette aversion de la mer, dans le golfe normanno-breton, alors que pourtant l’échelle des distances n’est pas du même ordre de grandeur. Tout se passe comme si la mer n’impliquait ici aucune solution de continuité dans le trajet des visiteurs pour atteindre Magloire dans sa retraite et, le cas échéant, l’y importuner. Or, c’est exactement la même situation qui ressort de la Table de Peutinger. Sur cet itinéraire routier (et éventuellement maritime, comme pour la Bretagne insulaire) de l’Antiquité tardive, les îles Lenur (qui doivent probablement être identifiées à l’archipel de Jersey13) se situent dans le prolongement de la voie routière Condate-Reginca (Rennes-Alet/Saint-Servan). Il s’agissait donc d’une escale régulièrement fréquentée sur la route maritime trans-Manche dans l’Antiquité, comme d’ailleurs encore aujourd’hui14.

  • 15 Ce titre de « roi » conféré par l’hagiographe à Nominoé (qui ne l’a jamais été historiquement) est (...)
  • 16 Cf. B. Merdrignac, « Léhon sur la Rance. Naissance d’une grande abbaye », Ar Men, 23, oct. 1989, p (...)
  • 17 B. Merdrignac, « Léhon sur la Rance… », art. cit., p. 39. Voir H. Guillotel, « Saint-Suliac… », ar (...)

6Il devait en être de même du temps de l’hagiographe carolingien, comme le confirme par ailleurs son récit de la translation de saint Magloire de Sercq à Léhon au milieu du ixe siècle. Nominoé ne consent à envisager d’accorder une donation foncière à six pauvres moines rencontrés sur les bords de la Rance au cours d’une chasse que si ceux-ci se procurent des reliques susceptibles de « l’aider personnellement en cas de difficultés » (in rebus arduis adjuvari). Sans hésitation, après toutefois un jeûne de trois jours, ils décident donc de dépêcher en éclaireur à Sercq l’« un des leurs qui connaissait la route » (unum ex illis peritum vie, plenum scientie ad Sargiam direxerunt) sous prétexte de dévotion. Celui-ci n’a aucun mal à corrompre les gardiens du corps-saint en faisant miroiter les vagues promesses du « roi » breton15. Lorsque, plus tard, à date convenue, les Léhoniens reviennent en force, sous la direction d’un moine nommé Condan, « passablement imbu des études littéraires » (literalibus studiis satis imbutus), pour dérober les reliques, il leur faut d’abord endormir la méfiance de leurs confrères du monastère de Sercq. Ils prétendent donc « avoir voulu se rendre outre-Manche et avoir été poussés malgré eux vers cette île par la force violente des vents » (transmarinas regiones dixerunt se adire voluisse et protervo impetu ventorum nolentes fuisse jactatos ad illam insulam – LB, VII, 18-19). Un tel itinéraire devait être courant pour ne pas susciter de plus amples questions16. Le récit de leur retour à Léhon en possession des reliques de saint Magloire suggère d’ailleurs que la Rance maritime constituait un axe économique où existait un point de rupture de charge (LB, VII, 21 : le hameau de Saint-Magloire, sur l’anse de la Tourniole, en Pleudihen) dont l’hagiographe revendique la possession pour son établissement (LB, I, 4), ce qui suppose qu’il avait toujours un intérêt économique à son époque17.

7Après avoir rappelé la place de l’actuel archipel anglo-normand sur les routes maritimes du haut Moyen Âge, venons-en aux circonstances de l’installation de saint Magloire à Sercq, dans lesquelles les interventions (malveillantes ou bien intentionnées) des épouses de ses interlocuteurs laissent entendre que celles-ci avaient leur mot à dire dans les transactions foncières impliquées par ces transferts de propriétés.

  • 18 « Window in the Rock », sur la carte AA MacMillan, Channel Islands Traveller’s Map. À moins qu’il (...)

8Saint Budoc, avant de retourner aux affaires de son évêché, a rappelé énergiquement à son prédécesseur qu’il valait mieux « rassembler les brebis du Seigneur que les disperser » (Melius enim est oves Domini colligere quam dispergereAASS, c. 10). Sur l’île de Sercq, le toponyme de La Moinerie (à proximité de La Seigneurie), garde le souvenir du monastère : un mur qui paraît ancien et quelques pierres interprétées comme les restes d’une cellule pourraient porter témoignage de ce site. Mais, à ma connaissance, aucune fouille archéologique n’a été pratiquée sur place. Selon l’hagiographe, le saint y aurait édifié une église (ecclesiam) desservie par un collège (collegium) de soixante-deux moines. La Vita qui donne quelques détails édifiants sur leur mode de vie, indique, par exemple, que durant le sommeil des frères, le saint récitait seul les « vigiles » (excubias) sur un « rocher dominant la mer » (super crepidinem alvei maris) « jusqu’à la célébration des matines » (AASS, c. 13-14). Il pourrait s’agir ici de l’amorce d’une légende topographique : une anfractuosité dans la roche aurait pu fournir à l’auteur un cadre approprié pour localiser ce rappel discret de la vocation érémitique avortée de son héros18.

  • 19 J. Durliat, Les finances publiques de Dioclétien aux Carolingiens (284-889), Sigmaringen, Thorbeck (...)
  • 20 J. Durliat, Les finances publiques…, op. cit., p. 147 et n. 188, a calculé que le profit par hecta (...)
  • 21 J. Durliat, Les finances publiques…, op. cit., p. 52-63. Cf. E. Magnou-Nortier dans H. Atsma, La N (...)
  • 22 J. Durliat, Les finances publiques…, op. cit., p. 86-89 et p. 277 (commentaire éclairant du c. 30 (...)

9Pour notre propos, il est intéressant d’analyser le récit de la fondation de cet établissement à la suite de l’intervention épiscopale de Budoc qui contrarie ces velléités érémitiques de Magloire. En effet, le comte Loiescon « qui vivait sur une île située dans un golfe maritime » (qui etiam in quadam insulam sinum maris sitam degens – AASS, c. 11) était lépreux depuis sept ans. Il s’adresse donc au saint qui le guérit miraculeusement. Entre autres richesses, Loiescon « possédait des terres et des vignobles dispersés en plusieurs endroits et regroupés en trois lots22 » (Erat autem idem comes […] copiosarum rerum […] vinearumque insuper et optimarum terrarum possessionibus locupletatus. Cujus vero terrarum magnitudo in quibusdam locis sparsim sita, triplici continebatur divisione). En gage de reconnaissance, il fait donation au saint de la moitié d’une de ces trois portions (quarum utique unam scilicet divisionem non integram sed dimidiam idem comes Beato Maglorio in munere contulit AASS, c. 12). À première lecture, ces répartitions (par tiers et par moitié) que l’on est tenté de qualifier de calculs d’apothicaire ont de quoi surprendre de la part du comte qui avait pourtant auparavant gaspillé « des fortunes » avec les « médecins » incapables de le guérir ([…] multam in medicos erogaverit subsantiam sed a nullo potuit curari AASS, c. 11). Ce point s’éclaircit toutefois si l’on s’attache à la précision du vocabulaire fiscal auquel l’auteur a recours dans ce passage. Il s’agit de possessiones terrarum, c’est-à-dire de revenus publics assis sur des biens fonciers dont le comte, représentant du pouvoir royal, dispose de la propriété éminente. En fait, Loiescon transfère au saint, en tant que bénéficiaire de l’impôt19, la « charge » (in munere contulit) de percevoir lui-même son dû20. Depuis l’Empire chrétien de l’Antiquité tardive, un tiers du budget était affecté au poste des dépenses ecclésiastiques21. Dès lors, le saint confesseur, sans faire montre des préventions qu’il manifestait auparavant à l’encontre des gratifications dont le comblaient les miraculés (AASS, c. 8-9), accepte volontiers d’exercer son dominium sur cette divisio ([…] quam beatus confessor excipere et suo dominio subdere non respuit – AASS, c. 12), c’est-à-dire la responsabilité d’y lever directement l’impôt, attribution normale du comte22.

  • 23 H. Guillotel, « Saint-Suliac… », art. cit., p. 17, souligne que ce terme juridique est spécifiquem (...)

10Il suffit à présent de se reporter à la configuration de l’île de Sercq pour comprendre pourquoi Magloire ne reçoit tout d’abord que la moitié de la part qui revient au culte. En effet, Little Sark, au Sud, la plus petite partie de l’île, n’est reliée que par une étroite bande de terre (La Coupée) à la partie Nord de Sercq, beaucoup plus vaste. Cette particularité topographique rend compte du fonctionnement de la suite du récit miraculeux. À partir du moment où le saint pénètre dans la moitié qui lui a été concédée (probablement Little Sark), les nombreux oiseaux et poissons qui fréquentaient auparavant aussi bien une partie de l’île que l’autre, « comme frappés d’épouvante », désertent « la moitié du comte » pour se rassembler dans celle de Magloire. Sur les « mauvais conseils » (nequam suggestionem) de son épouse, Loiescon procède donc à un échange (commutatio23) : sans doute faut-il comprendre qu’il récupère Little Sark et qu’il cède au saint la majeure partie de l’île qu’il s’était précédemment réservée et qui est désormais dévalorisée par l’absence de toute faune. Mais les oiseaux et les poissons affluent aussitôt vers Magloire si bien que le comte tire la leçon du miracle en remettant au saint l’ensemble de l’île pour subvenir aux besoins de la communauté monastique que celui-ci va y réunir par la suite (Qua de re idem comes apud se, eo quod taliter egisset poenitentiam ductus, utramque terram perpetim habendam, id est, medietatem quam tenebat et quam dederat, Sancto Maglorio concessitAASS, c. 12).

11Les récits de miracles qui s’enchaînent ensuite au bénéfice des marins-pêcheurs au service du monastère mériteraient un commentaire approfondi. C’est ainsi que le motif folklorique N 211.1. Lost objects found in fish (« L’anneau de Polycratès ») qui est mis en œuvre ici par l’hagiographe (AASS, c. 17) est associé de la même manière à l’île de Batz dans la Vita de saint Paul Aurélien qui a été évoquée plus haut. Le même motif, qui constitue un cliché de l’hagiographie celtique, est repris par ailleurs par l’auteur des Miracles de saint Magloire (LB, I, 1-3) lors du récit d’une intervention de ce saint au profit d’un serviteur du monastère de saint Suliaw, à l’embouchure de la Rance qui donne lieu, ici encore, à un échange de villae.

  • 24 A. Chédeville estime que deux charruées et demi équivalent à une soixantaine d’hectares (A Chédevi (...)
  • 25 Le terme carina désigne littéralement une « coque de noix ». J.-C. Cassard, Les Bretons et la mer… (...)

12Pour en « revenir à ma première pêche » (ad piscationem primam redeamus, comme l’écrit l’auteur de la Vita de saint Magloire qui se flatte de n’être pas dépourvu d’humour), il me semble préférable d’insister sur un autre miracle de guérison associé à une donation concernant l’île « voisine » de Bisargia. Plusieurs identifications ont été proposée (Jersey ? Guernesey ?), mais l’hypothèse de Paul Quentel qui suggérait d’y voir l’île de Brecqhou semble la plus plausible, ne serait-ce que d’un point de vue topographique et toponymique. D’autre part, l’hagiographe précise que le noble Nivo, qui n’exerce aucune fonction comtale, était propriétaire de cette île – à titre héréditaire, cette fois – et tirait sa richesse de la culture d’une « terre d’à peu près cent charruées24 » (centum aratris), mais aussi de la fréquentation des « voies maritimes » (aequoreos meatus) par de « nombreux navires » (innumeris […] carinisAASS, c. 25). Ces données recèlent, en outre, une précieuse information sur la vitalité des échanges dans le golfe normanno-breton. La même cheville (innumeris carinis) qui désigne ici les navires affrétés par Nivo s’applique plus loin aux barques rapides dans laquelle les solides marins de Sercq poursuivent les moines de Léhon qui s’enfuient avec les reliques de saint Magloire dans une tempête aussi miraculeuse que virgilienne25.

  • 26 J. Yver, « Les caractères originaux du groupe des coutumes de l’Ouest de la France », Revue histor (...)

13Cependant, Nivo se désespère de ne pas avoir de descendance masculine à qui transmettre son bien héréditaire. Il n’a qu’une fille unique (AASS, c. 25 : jam nubilis et nimia pulchritudine laudabilis) ; mais il ne parvient pas à la marier, puisqu’elle est muette. Ici encore, l’initiative de l’épouse de ce noble propriétaire paraît déterminante. C’est elle, en effet, qui suggère à son mari d’offrir à Dieu le tiers de leurs richesses pour obtenir la guérison miraculeuse de leur fille par l’intermédiaire de saint Magloire. Sous réserve d’une analyse plus approfondie, il ne doit pas s’agir ici, comme dans le cas du comte Loiescon, du transfert du profit de la gestion fiscale, mais de la donation des biens (« foncier et mobilier » : terra et pecunia ; AASS, c. 26) dont les parents de la jeune miraculée avaient la propriété directe. On pourrait déceler dans cet épisode un nouvel écho de la pratique de la « quotité du tiers » caractéristique de l’ensemble des pays de l’Ouest durant la période féodale et qui semble avoir eu des précédents en Bretagne durant le haut Moyen Âge, comme le laisse à penser le passage de la Vita de saint Lunaire dont on a fait état au chapitre précédent. Il s’agit de la partie du patrimoine qui reste disponible pour la constitution d’un douaire, un partage entre puînés ou une attribution aux filles26. Les divisions, notamment en matière successorale, se faisaient par trois, et la veuve se voyait reconnaître un tiers des acquêts des époux, la tertia. C’est donc ici, semble-t-il, cette portion, réservée à la « fille unique », que Magloire obtient à la suite de la guérison de celle-ci (AASS, c. 26). La décision de la mère est somme toute cohérente, puisque, sans l’intervention miraculeuse du saint, cette part aurait été de toute façon perdue, faute de trouver un mari à la belle muette.

  • 27 L. Langouet, « Les îles anglo-normandes à l’époque gallo-romaine », art. cit., p. 124. Stéphane Le (...)

14Bref, il ressort de l’analyse de ces miracles de saint Magloire que le récit de l’implantation de son monastère sur l’île de Sercq doit se lire – entre les lignes – moins comme la recherche d’un « désert maritime » que comme une opération programmée (par Budoc, selon l’hagiographe) d’encadrement ecclésiastique, organisée selon des normes juridiques et canoniques définies, de la colonisation bretonne dans l’actuel archipel anglo-normand. Lorsque, comme nous allons le voir, de jeunes moines formés à l’école monastique de Sercq se trouvent en présence du roi franc, ils ne peuvent se faire comprendre de lui que par le truchement d’un interprète (AASS, c. 22). Encore à la veille des invasions normandes, la Chronique de Fontenelle (787) confirme ce fait en décrivant Angia (Jersey) comme une île adjacente de Coutances et colonisée par les Bretons27. Les inscriptions lapidaires du haut Moyen Âge répertoriées dans l’archipel (Jersey, St-Lawrence ; Guernesey, St-Michel-en-Vale) portent peut-être aussi la marque de la présence d’un clergé breton. En particulier une inscription des viie-viiie siècles gravée sur une colonne romaine de réemploi pourrait (sous toutes réserves) commémorer un « saint homme » (un moine breton ?) originaire de Sercq, en supposant que Serrigond soit une forme ancienne de ce toponyme :

  • 28 W. Davies, J. Graham-Campbell, M. Handley, P. Kershaw, J. T. Koch, G. Le Duc, K. Lockyear,The Insc (...)

U S DI
LAU L. SER
RIGOND
[v(ir) s(anctissimus) Dilau L. Serrigond]
« Dilau, très saint homme, (âgé de) cinquante ans, (de) Serrigond [Sercq]28. »

  • 29 À la suite de l’abbé Tresvaux (I, 346), on a déduit la date du décès de Magloire en 585, sous prét (...)

15La Vita de saint Magloire invoque pour cause de cette migration une famine sévissant en Grande Bretagne29. Une notation très intéressante échappe ici à l’hagiographe. Comme ils « ne pouvaient trouver aucun moyen de commercer avec les peuples voisins » pour pallier cette situation catastrophique résultant de mauvaises récoltes, de nombreux nobles d’outre-Manche auraient afflué auprès du saint (AASS, c. 18). Est-ce forcer le texte que d’en déduire que si ceux-ci ont émigré à Sercq, c’est justement parce qu’ils pouvaient espérer y vivre des échanges ? Toujours est-il que loin d’apparaître comme un désert monastique, l’archipel doit faire face de ce fait à une surpopulation relative et que Magloire doit recourir à une aide alimentaire de la part du roi mérovingien pour gérer cette crise conjoncturelle. Même s’il faut, selon les lois du genre hagiographique, un miracle pour l’obtenir, cela confirme que des courants d’échanges maritimes subsistaient durant le haut Moyen Âge qui plaçaient l’archipel dans une situation favorable en cas de difficultés.

  • 30 J’emprunte l’expression à J.-C. Cassard, Les Bretons et la mer au Moyen Âge…, op. cit., p. 116. Ce (...)
  • 31 Cf. B. Merdrignac, « Travail, sanctification et production dans les Vitae médiévales des saints br (...)

16En effet, bien que l’économe et le doyen aient fait remarquer au saint abbé que les réserves du monastère en grains et en vin ont dangereusement fondu, celui-ci leur prescrit d’accorder l’hospitalité à tout le monde (advena et indigena ad nostram pauperem mensam – AASS, c. 20). Après le repas, au moment de la sieste, les élèves de l’école monastique obtiennent de Magloire l’autorisation d’aller jouer sur le rivage (ἀκτή, en grec dans le texte). Comme ceux-ci s’amusent ou révisent leurs leçons sur l’épave, échouée là depuis longtemps, d’un bateau « qu’on pourrait, à cause de sa taille, appeler trirème » (pro sui magnitudine triremis vocitari pote-rat), une « lame de fond » (malina incredibilis) les emporte vers le large. Miraculeusement, Magloire apparaît à la barre et dirige sans encombre ce « bateau fantôme30 » jusqu’à une côte étrangère. Des pilleurs d’épaves sont tentés de s’en prendre au navire, mais finissent par avertir le roi. Informé par les jeunes moines bretons, grâce à un interprète, de la renommée du saint, celui-ci « s’affligea beaucoup de ce qu’un homme doué d’une telle sainteté et de tant de vertus lui ait jusqu’alors été inconnu » (multum indoluit tantae sanctitatis virum et tantis virtutibus pollentem hactenus sibi latuisse). Décision est prise sur-le-champ « que l’opulence royale pourvoie au dénuement du saint » (ut sancti viri inopia regali abundantia suppleretur). Le navire est renvoyé à Sercq chargé à ras bord « de froment et de farine, de vêtements de laine et de tous les biens », ainsi que d’or et d’argent (eamdem navim frumento et farina, vestimentis et lana et bonis omnibus ab imo summotenus onerari praecepit). De plus, le roi prend l’engagement écrit (litteris sigillatis) que le fisc royal fournira chaque année tout le nécessaire aux moines afin qu’ils « aient soin de veiller perpétuellement pour le salut du roi, la stabilité du royaume et le pardon les péchés » ([…] ita tamen ut pro regis incolumitate et regni stabilitate et peccaminum absolutione illorum cura in perpetuum pervigil excubaret – AASS, c. 18-23)31.

  • 32 Cf. les remarques stylistiques de F. Duine, Mémento…, op. cit., p. 49-50, § 10. Voir aussi F. Kerl (...)
  • 33 G. Bernier, « Les navires celtiques du haut Moyen Âge », EC, vol. 16 (1989), p. 287.
  • 34 J.-C. Poulin, « Les dossiers de S. Magloire de Dol… », art. cit., p. 193. P. Grosjean, « Confusa c (...)
  • 35 Cf. AASS, p. 791, n. d.
  • 36 Les mots malina et ledo sont suffisamment rares pour que Josselin de Furness, au xiie siècle, dans (...)

17Ce récit enlevé avec un incontestable talent de narration32 est, bien entendu, susceptible de plusieurs niveaux de lecture (sens historique, spirituel, moral, anagogique). Pour notre présent propos, il vaut la peine de relever la « précision du vocabulaire de la navigation et de la construction navale33 ». L’épave à la poupe de laquelle apparaît saint Magloire pour la gouverner miraculeusement est dépourvue de voile, de gouvernail (aplustrale : « ornement de poupe d’un vaisseau34 ») et de mat d’artimon (in eodem navi, nulla carbassa, nullum aplustre, nulla etiam artemonis adminicula et, ut epilogum breviter concludam, nulla navalia apparebant instrumenta – AASS, c. 22). Si cela provoque tellement la surprise des « populations maritimes » (incolae maritimi) de la côte où il parvient, c’est donc que celle-ci est censée être fréquentée d’habitude par des navires convenablement gréés35. François Kerlouégan a, par ailleurs, attiré l’attention sur l’emploi du terme malina (AASS, c. 21) qui se rencontre dans les Hisperica Famina pour désigner la marée montante (courant de flot) par opposition à ledo qui s’applique à la marée descendante (courant de jusant). Le « flux » est toutefois ici qualifié d’« incroyable », ce qui autoriserait à comprendre, en première lecture, tout du moins, comme l’on fait les Bollandistes qu’il pourrait s’agir d’une « lame de fond36 ».

  • 37 D. O’ Cróinín, review de M. Herren (éd.), Insular Latin Studies : Papers on Latin Texts and Manusc (...)
  • 38 Témoignage recueilli à Bouin, sur la côte vendéenne, à l’occasion de la marée du siècle… dernier ((...)
  • 39 Livre de bord/Bloc marine. Mer du Nord-Manche-Atlantique (32e édition), Marseille, Interval éd., 1 (...)

18Mais il est sans doute possible d’affiner l’interprétation de ce passage. En effet, l’obscurité du terme malina37 tient à ce que celui-ci ressortit au vocabulaire technique. Dáibhi O’Cróinín fait incidemment remarquer que le mot n’est pas si rare que cela dans les traités de comput du haut Moyen Âge38. Mieux : le terme « maline » est toujours vivant dans certains parlers du grand Ouest pour désigner les marées de coefficient exceptionnel, les « grandes-grandes marées39 ». Or la baie du Mont-Saint-Michel est réputée pour la puissance de ses marées et Saint-Malo en fait même aujourd’hui un argument de promotion touristique ! D’autre part, on peut, sans forcer le texte outre mesure, essayer de situer l’incident sur l’Annuaire des marées. En effet, le fait que les moinillons aillent à la plage « pour ne pas déranger les frères pendant leur sommeil par leurs bavardages » ([…] ut garrulitas nostrae vocis monachis quiescentibus somnium non possit eripere – AASS, c. 20), fait (anachroniquement) référence à la Règle bénédictine (RB, c. 48) qui programme une sieste entre « sexte et none » (de midi à seize heures, environ) durant l’été (« de Pâques aux calendes d’octobre »). Ceci implique qu’il ne peut s’agir que de la marée d’équinoxe de septembre. La soudure étant intervenue, on concevrait que le roi n’ait pas fait de difficultés à ravitailler le monastère insulaire de Sercq, une fois les moissons effectuées.

  • 40 À titre indicatif, la vitesse atteinte par un navire à voile durant le haut Moyen Âge pouvait être (...)
  • 41 J.-C. Poulin, « Les dossiers de S. Magloire de Dol… », art. cit., p. 191.
  • 42 J.-C. Poulin, « Les dossiers de S. Magloire de Dol… », art. cit., p. 195.

19Par le fait même, le miracle s’explique. En effet, les cartes des courants de marée du Service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM40) permettent de constater qu’en vive-eau, un puissant courant de marée (plus de 4 nœuds à Sercq, à marée haute41) pourrait permettre (dans des circonstances particulièrement propices, sinon miraculeuses : coefficient de marée exceptionnel ; vent favorable) de franchir effectivement, sans voiles ni rames, les vingt-quatre mille qui séparent Sercq du Cap de la Hague, à la pointe du Cotentin. En revanche, dans la baie de Seine, la renverse des courants au rythme des marées aurait obligé le navire à faire quasiment du surplace et aurait nécessité la présence miraculeuse du saint à la poupe du navire. On ne doit donc pas s’étonner de ce que l’hagiographe n’ait pas pris la peine d’identifier le « roi anonyme, non bretonnant42 » qui recueille les moinillons imprudents. Pour lui, il ne pouvait s’agir que de Childebert, figure récurrente du bon roi franc dans les Vitae du haut Moyen Âge. Cela suppose aussi que le public à qui s’adressait la Vita de saint Magloire était à la fois familier de l’hagiographie bretonne et avait connaissance des conditions de navigation dans la Manche.

  • 43 A. Chédeville, « Dinan au temps des seigneurs : des origines à 1283 », dans X. Baral, I. Altet, L. (...)
  • 44 Mutatis mutandis, il y aurait peut-être une piste à explorer, en esquissant un parallèle entre la (...)

20Est-il besoin de rappeler en conclusion, que ce dossier hagiographique de saint Magloire n’avait pas pour objectif essentiel de rassembler des informations sur la personnalité historique du saint ? Il était d’abord, en effet, « destiné à fournir des matériaux à la prédication des jours de fête43 ». C’est pourquoi ce serait un contresens de prendre au premier degré les données biographiques qu’apporte l’auteur. Composée à l’usage du monastère de Léhon, dans le diocèse d’Alet, la Vita n’avait pas lieu de faire ressortir le caractère épiscopal de la sainteté du second pontife de Dol, au moment où ce siège prétendait au statut métropolitain. Pour promouvoir les reliques de saint Magloire qui viennent d’être transférées de l’île de Sercq dans son établissement « fluvio-maritime 43 », l’hagiographe s’efforce donc de plaquer tant bien que mal un modèle de sainteté érémitique et le modèle du désert insulaire sur des traditions qui évoquent davantage les activités pastorales du clergé semi-monastique venu d’outre-Manche encadrer les immigrants bretons44.

21D’autre part, la précision et la vivacité avec lesquelles sont mis en œuvre ces motifs hagiographiques n’infirment-elles pas (du moins dans ce cas précis) l’idée généralement reçue selon laquelle le souvenir des déserts insulaires aurait été en passe de s’estomper dès l’époque carolingienne ? Témoin la comparaison développée avec une pointe d’humour (AASS, c. 16 : sub ridiculo dicamus) entre « le serviteur fidèle du Seigneur » et le poisson pilote à qui Magloire, sur l’injonction d’un ange, coupe la queue avant de le remettre à la mer. Par la suite l’apparition de celui-ci dans un banc de poissons indique la fin de l’horaire de la pêche. Par miracle, les quotas déterminés de cette manière correspondent, en toutes circonstances, au nombre (variable) de convives accueillis par le saint abbé, quel qu’il soit. Un récit de pêche miraculeuse sur le modèle évangélique pourrait s’adresser à tout public. En revanche, un miracle aussi original, qui suppose des préoccupations écologiques avant la lettre, ne pouvait être parlant qu’à un auditoire sensible aux affaires maritimes.

Notes

1 B. Merdrignac, « L’insularité des miracles de saint Magloire », dans Ph. Racinet (coord.), Les religieux et la mer. Actes du colloque de Lille-Baie de Somme (21-23 sept. 2001), Histoire médiévale et archéologie, année 2004, vol. 16, p. 77-93.

2 J. Le Goff, « Le désert-forêt dans l’Occident médiéval », dans id., L’Imaginaire médiéval, Paris, 1985, p. 64.

3 J.-C. Cassard, Les Bretons et la mer au Moyen Âge. Des origines au milieu du xive siècle, PUR, Rennes, 1998, p. 103-107.

4 J.-C. Cassard, Les Bretons et la mer, ibid., p. 111.

5 F. Duine, Mémento des sources hagiographiques de l’histoire de Bretagne, Rennes, 1918, p. 49 (§ 10).

6 Voir A. de La Borderie, « Miracles de saint Magloire et fondation du monastère de Léhon »,Mémoires de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, t. IV (1891), p. 295-296 et 339-344 (abrégé ci-dessous en LB). F. Duine, Mémento…, op. cit., p. 49-51. M. Lapidge, R. Sharpe, A Bibliography of Celtic-Latin Litterature (400-1220), Dublin, Royal Irish Academy, 1985, p. 255-256 (§ 932-933). J.-C. Poulin, « Les dossiers de S. Magloire de Dol et de S. Malo d’Alet », SHG, 2, Francia, band 17/1 (1990), p. 185-207. H. Guillotel, « Saint-Suliac : rencontre de l’archéologie, de la diplomatique, du droit et de l’hagiographie », MSHAB, t. 6 (1998), p. 14-16.

7 Soc. Bollandii, Acta Sanctorum, Nov. X (abrégé ici en AASS), c. 6 : sublimem archiepiscopi […] arcem.

8 F. Dolbeau, M. Heinzelmann, J.-C. Poulin, « Les sources hagiographiques narratives composées en Gaule avant l’an Mil (SHG). Inventaire, examen critique, datation (Annexe : le dossier de saint Samson de Dol) », Francia, band 15 (1987), p. 728. P. Flobert, « Le remaniement carolingien (Vita IIa, BHL 7482, 7483) de la Vie ancienne de saint Samson », Britannia Monastica 9, 2005, p. 49-50.

9 Var. : Raddualus, Nidivolus ; cf. J.-C. Poulin, « Les dossiers de S. Magloire de Dol… », art. cit., p. 191.

10 B. Plaine (éd.), La très ancienne vie inédite de saint Samson, Paris, 1887, II, 14, p. 59. Cf. P. Quentel, « Les noms des îles dites anglo-normandes », Revue internationale d’onomastique, 21 (1969), p. 145 et 150. Id., « Le nom ancien des îles anglo-normandes », Dossiers du CeRAA, 4 (1976), p. 83-84. L. Langouet, « Les îles anglo-normandes à l’époque gallo-romaine », dans P. Johnston, The Archeology of the Channel Islands, Phillimore, Chichester, 1986, p. 124-125 (voir à présent, R. Coates, The Ancient and modern names of the Channel Islands, Stamford, Paul Watkins, 1991). Au demeurant, l’identification des noms anciens de ces îles reste hypothétique, comme le rappelle opportunément le début du roman à succès de G.-B. Edwards, The Book of Ebenezer. Le Page, Penguin Books, 1982 : « Guernsey, Guernesey, Garnsai, Sarnia : so they say. Well, I don’t know, I’m sure. »

11 M. Finlaisson et Ph. Holdsworth, « Excavations on the Ile Agois, Jersey », BSJ, 22/3 (1979), p. 343-344. Ph. Holdsworth, « An eremitic settlement on the Ile Agois », dans P. Johnston, The Archeology of the Channel Islands, op. cit., p. 166-167.

12 C. Cuissard, « Vie de saint Paul de Léon, en Bretagne », RC, 5 (1881-1883), II, 22, p. 456-457. Cf. J.-C. Cassard, Les Bretons et la mer…, op. cit., p. 103.

13 Cf. P. Quentel, « Le nom ancien des îles anglo-normandes », art. cit.

14 L. Langouet, « Les îles anglo-normandes… », art. cit., p. 125.

15 Ce titre de « roi » conféré par l’hagiographe à Nominoé (qui ne l’a jamais été historiquement) est un des arguments invoqués par H. Guillotel à l’appui d’une datation tardive de ce texte dans Chédeville, H. Guillotel, La Bretagne des saints et des rois, Rennes, Ouest-France Université, 1984, p. 290.

16 Cf. B. Merdrignac, « Léhon sur la Rance. Naissance d’une grande abbaye », Ar Men, 23, oct. 1989, p. 36-40.

17 B. Merdrignac, « Léhon sur la Rance… », art. cit., p. 39. Voir H. Guillotel, « Saint-Suliac… », art. cit., p. 16-18.

18 « Window in the Rock », sur la carte AA MacMillan, Channel Islands Traveller’s Map. À moins qu’il ne s’agisse d’une allusion aux îlots nommés les Autelets.

19 J. Durliat, Les finances publiques de Dioclétien aux Carolingiens (284-889), Sigmaringen, Thorbecke, 1990, p. 69-74.

20 J. Durliat, Les finances publiques…, op. cit., p. 147 et n. 188, a calculé que le profit par hectare de l’assiette fiscale dont bénéficiait le possessor pouvait être de 0, 25 % de la valeur du fond.

21 J. Durliat, Les finances publiques…, op. cit., p. 52-63. Cf. E. Magnou-Nortier dans H. Atsma, La Neustrie. Les pays au Nord de la Loire de 650 à 850, t. I, Sigmaringen, Thorbecke, 1989, p. 281.

22 J. Durliat, Les finances publiques…, op. cit., p. 86-89 et p. 277 (commentaire éclairant du c. 30 de l’édit de Pitres).

23 H. Guillotel, « Saint-Suliac… », art. cit., p. 17, souligne que ce terme juridique est spécifiquement mérovingien (Formulaires de Marculfe, de Tours et de Bourges).

24 A. Chédeville estime que deux charruées et demi équivalent à une soixantaine d’hectares (A Chédeville, N.-Y. Tonnerre, La Bretagne féodale – xie-xiie siècle, Ouest-France, Rennes, 1987, p. 399). Sur cette base, on pourrait avancer (à titre indicatif et en ne perdant pas de vue le caractère très relatif – et surtout symbolique – des nombres au Moyen Âge) une surface de l’ordre de 1 200 ha (soit, en fait, plus de vingt fois la superficie de l’île de Brecqhou).

25 Le terme carina désigne littéralement une « coque de noix ». J.-C. Cassard, Les Bretons et la mer…, op. cit., p. 41, comprend, d’après le contexte, qu’il s’agit de « véloces barques de pêche ». On retrouve ce même mot dans la Vita de saint Malo par Bili.

26 J. Yver, « Les caractères originaux du groupe des coutumes de l’Ouest de la France », Revue historique du droit français et étranger, 4e série, 1952, p. 39-40.

27 L. Langouet, « Les îles anglo-normandes à l’époque gallo-romaine », art. cit., p. 124. Stéphane Lebecq attire obligeamment mon attention sur divers témoignages (Mirac. S. Wandreg. : Géroald, préfet de Fontenelle ; Gest. abbat. Font., X, 2 : Port-Bail, emporium) confirmant ces relations entre l’archipel et la basse Seine. Cf. S. Lebecq, Marchands et navigateurs frisons du haut Moyen Âge, TR, Paris IV, dact., 1980, t. II, p. 163 et 183.

28 W. Davies, J. Graham-Campbell, M. Handley, P. Kershaw, J. T. Koch, G. Le Duc, K. Lockyear,The Inscriptions of Early Medieval Brittany – Les inscriptions de la Bretagne du haut Moyen Âge, Celtic Studies Publications, Oackville, Connecticut & Aberystwyth, 2000, p. 302-304.

29 À la suite de l’abbé Tresvaux (I, 346), on a déduit la date du décès de Magloire en 585, sous prétexte de la mention d’une famine dans « presque toute la Gaule », cette année-là, par Grégoire de Tours (cf. AASS, ibid., p. 791, n.b). Inutile d’ajouter que de telles supputations ne sont guère fondées.

30 J’emprunte l’expression à J.-C. Cassard, Les Bretons et la mer au Moyen Âge…, op. cit., p. 116. Ce chercheur laisse entendre (à tort, me semble-t-il) que la Vita rapporte ici deux miracles distincts, ce qui a l’inconvénient de fausser la logique interne du récit miraculeux. En fait, celui-ci s’articule sur les fonctions du conte merveilleux dégagées par V. Propp : « manque » (de vivres) en « situation initiale »/« réparation » du manque (par le « donateur » : ici, le roi). Le navire occupe le poste de l’« objet magique » qui permet le « déplacement » vers l’« objet de la quête ». Pour sommaire qu’elle soit, cette analyse morphologique me paraît avoir quelque intérêt. Elle suggère, en effet, que l’accent porte sur le ravitaillement miraculeux. Le mode de navigation merveilleux (grâce à la bilocation de Magloire : l’« auxiliaire ») ne fait que venir se greffer sur ce schéma principal. Cela qui s’ajoute à la précision du vocabulaire nautique vient étayer l’idée que le public visé par ce récit était averti des conditions réelles de navigation dans la Manche.

31 Cf. B. Merdrignac, « Travail, sanctification et production dans les Vitae médiévales des saints bretons », MSHAB, t. 65 (1988), p. 22.

32 Cf. les remarques stylistiques de F. Duine, Mémento…, op. cit., p. 49-50, § 10. Voir aussi F. Kerlouégan, « La littérature religieuse et profane », dans J. Balcou, Y. Le Gallo, Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, t. I, Héritage celtique et captation française, sous la dir. de L. Fleuriot et P.-Y. Segalen, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1987, p. 89-93.

33 G. Bernier, « Les navires celtiques du haut Moyen Âge », EC, vol. 16 (1989), p. 287.

34 J.-C. Poulin, « Les dossiers de S. Magloire de Dol… », art. cit., p. 193. P. Grosjean, « Confusa caligo. Remarques sur les Hisperica Famina », Celtica, vol. 3 (1956), p. 69 porte « une attention spéciale » au vocabulaire maritime dans les Vitae bretonnes dont précisément celle de saint Magloire. G. Bernier, « Les navires celtiques du haut Moyen Âge », EC, vol. 16 (1989), p. 287-291.

35 Cf. AASS, p. 791, n. d.

36 Les mots malina et ledo sont suffisamment rares pour que Josselin de Furness, au xiie siècle, dans sa réfection de la Vita de saint Kentigem (en relations avec saint Servan !) n’ait pas compris leur signification dans la source dont il s’inspirait et en ait fait deux noms de rivières. Cf. K. Jakson, « The sources for the life of St Kentigem », dans N. K. Chadwick (éd.), Studies in the Early British Church, Cambridge, reprint, 1973, p. 308.

37 D. O’ Cróinín, review de M. Herren (éd.), Insular Latin Studies : Papers on Latin Texts and Manuscripts of the British Isles. 550-1066, Toronto, Papers in Medieval Studies, 1981, dans Peritia, vol. 1 (1982), p. 405.

38 Témoignage recueilli à Bouin, sur la côte vendéenne, à l’occasion de la marée du siècle… dernier (Ouest-France, 7 février 1993, p. 6) : « Mon père qui pêchait des anguilles dans les fossés salés de Bouin me faisait lire l’almanach. Il cherchait la “maline” ; c’est comme cela que les vieux appelaient, en patois, la grande-grande marée [sic]. »

39 Livre de bord/Bloc marine. Mer du Nord-Manche-Atlantique (32e édition), Marseille, Interval éd., 1996, p. 302-307, reproduisant à échelle réduite les cartes des Atlas des courants et marées (n° 551-559) édités par le SHOM. Je remercie vivement Thomas Pichot qui m’a aimablement aidé à interpréter celle-ci.

40 À titre indicatif, la vitesse atteinte par un navire à voile durant le haut Moyen Âge pouvait être de 3 ou 4 noeuds. Cf. S. Mc Grail, « De la Grande à la Petite Bretagne au temps de saint Paul Aurélien », dans B. Tanguy et T. Daniel, Sur les pas de saint Paul Aurélien. Colloque international de Saint-Paul-de Léon – 7-8 juin 1991, Brest-Quimper, 1997, p. 30.

41 J.-C. Poulin, « Les dossiers de S. Magloire de Dol… », art. cit., p. 191.

42 J.-C. Poulin, « Les dossiers de S. Magloire de Dol… », art. cit., p. 195.

43 A. Chédeville, « Dinan au temps des seigneurs : des origines à 1283 », dans X. Baral, I. Altet, L.-R. Vilbert (dir.), Dinan au Moyen Âge, Dinan, 1986, p. 22, émet des réserves fondées sur la pertinence de ce qualificatif qui n’est retenu ici que par commodité.

44 Mutatis mutandis, il y aurait peut-être une piste à explorer, en esquissant un parallèle entre la retraite de Magloire dans l’actuel archipel anglo-normand et l’exil de Colum-Cille sur l’île Iona.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3630/img-1.png
Fichier image/, 168k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540