Version classiqueVersion mobile

Le récit de la mort

 | 
Gérard Jacquin

La personne, le corps, la mort

Françoise Daviet-Taylor

Texte intégral

1La mort n’est pas un événement comme un autre. Toutes les civilisations ont eu à se déterminer face à cet événement qui « rompt l’échine » du temps et qui ne connaît aucune réparation :

  • 2 Cette image de la cassure, nous l’empruntons au poème « Le siècle » de Mandelstam : « Hélas ! on t (...)

Siècle mien, brute mienne, qui saura
Plonger les yeux dans tes prunelles
Et ressouder avec son sang
Les vertèbres des deux siècles2 ?

  • 3 L’être et l’avoir-été, « grandeurs d’ordre différent » – W. F. Otto en rapporte la genèse conceptu (...)

2C’est cette cassure irrémédiable qui établit un « après ». Toutes les civilisations ont proposé des religions, des croyances, des philosophies, pour ressouder ces deux morceaux, de l’avant, la vie, et de l’après-la-mort, de l’être et de l’avoir-été3. Elles ont conçu des représentations de cette fracture, devenue seuil, que des rites de passage permettent de franchir afin que les morts séjournent au mieux dans l’au-delà. Le franchissement de cette frontière, tellement énigmatique, a engendré des mystères (ceux d’Eleusis ou d’Isis, par exemple). Si Eurydice est définitivement perdue, Coré-Perséphone, elle, obtiendra d’Hadès de revoir sa mère, Déméter, la moitié de l’année. Le perpétuel cycle de la vie et de la mort, outre sa prise en charge par les mythologies, l’a été également par les religions, que l’on pense aux réincarnations bouddhiques ou aux résurrections bibliques. Il est aussi des solutions, plus modestes, pour accepter l’inacceptable de la mort : celles qui s’appuient sur des possibilités réelles, celles du souvenir, de la mémoire – des parents, des proches, de l’étranger de passage (que l’on songe aux épitaphes : « Toi qui passes, souviens-toi de moi ! »), ou encore de toute une collectivité (lors de manifestations commémoratives, religieuses ou civiles).

3Les diverses façons de répondre au fatum de la disparition définitive – celle du corps en tout cas – ont été des réponses à l’énigme terrible que pose à ceux qui survivent un corps qui disparaît. Car c’est un autre visage de cette figure protéiforme de la mort, à savoir que la mort d’une seule personne n’est pas un seul événement. Elle forme autant d’événements différents que le défunt compte de relations : son conjoint, ses parents, chacun de ses enfants, chacun de ses amis, tous ces liens étant rompus.

  • 4 Strawson (P. F.), « Thus a death is necessarily the death of some creature », in Individuals : An (...)

4L’événement n’est ainsi pas perçu de la même façon d’une personne à l’autre, et cela vaut par extension, à savoir d’une culture à l’autre. Si les réponses sont infiniment diversifiées, il demeure cette constante qui leur est commune : la mort est nécessairement la mort d’une créature. C’est ce qu’écrit le philosophe anglais P. F. Strawson, signifiant par là que pour qu’il y ait mort, il faut qu’il y ait un corps qui meurt4.

5Cette spécificité propre à cet événement est en quelque sorte entérinée dans la langue elle-même, dans les outils linguistiques mobilisés par les paroles que l’événement suscite « autour de lui » : la mort ne peut en effet être dite que par quelqu’un d’autre que celui qui meurt, et plusieurs autres particularités de cette prise en charge par la langue, de la mise en mots, de la mort, renvoient elles aussi à l’unicité du phénomène considéré.

  • 5 Mallarmé, cité par B. Hesbois dans sa « Présentation » à Kojève (A.), Le Concept, le Temps et le D (...)
  • 6 Citations respectivement tirées du texte de Sarraute (Nathalie), « Ich sterbe », in L’Usage de la (...)
  • 7 Ainsi John Taylor décrit-il la sensation tactile ressentie au toucher du visage de sa mère, devenu (...)

6Le sujet ne peut ainsi jamais dire qu’il est affecté par l’événement de mourir comme il peut le dire d’autres événements. Mallarmé écrit : « Je peux dire : “je vais mourir”, mais non “je suis mort”5 ». Si Tchekov dit en allemand, dans la langue maternelle de sa femme, « ich sterbe »/« je meurs » (à Baden-Baden, où il pensait pouvoir se soigner), ou Kant, neuf jours avant sa mort, alors qu’il recevait au prix d’immenses efforts son médecin : « le sentiment d’humanité ne m’a pas encore abandonné6 », c’est qu’il reste au mourant assez de vie, de conscience pour vouloir signifier à quelqu’un d’autre dont il pressent qu’il va s’éloigner définitivement qu’il est encore une personne, qu’il a pour un peu de temps encore, si infime soit-il, une identité, un corps, qu’il partage encore la même dignité que la personne à laquelle il s’adresse : celle de faire encore partie de l’espèce humaine. L’impersonnel du mourir n’a pas encore agi, mais est en route, comme l’embaumement chimique appliqué au corps le rendra « dur comme la pierre7 ». Quand autrui peut dire ce qu’il est possible de dire, à savoir « il est mort », il rapporte quelque chose qui est devenu im-personnel, un fait « impersonnel ». Ce n’est plus « la mort de quelqu’un » qui est dite, « sa » mort, le sujet n’en étant plus un.

7Nous reviendrons sur ces traits que la mort ravit à la personne, au corps de celui qu’elle frappe, l’en privant à tout jamais (sauf dans des cas miraculeux comme ceux des résurrections bibliques) : celui du rang de personne, de l’intégrité du corps et de l’appartenance à l’humanité.

  • 8 Cette perte de la personnalité est en effet accomplie dès lors qu’il n’y a plus possibilité d’occu (...)

8Car c’est au terme de l’événement du mourir que le statut même de « sujet », de « personne » est remis en cause, la langue et ses catégories grammaticales marquant de leur côté cette dé-chéance par la restriction de la catégorie de la personne : la personne morte ne peut plus occuper toutes les « positions » prévues par les personnes grammaticales, pas plus la seconde, celle du « tu » que la première, celle du « je ». Pour dire l’accompli de la mort, la position du « tu » est en effet tout aussi intenable que celle du « je » : « tu es mort », le mort ne pouvant plus répondre, sauf si on lui prête une vie post mortem et un pouvoir de « repartie » dont il est physiquement privé8.

  • 9 Mallarmé, cité par B. Hesbois, loc. cit.

9Nous avons évoqué certaines limites que le dire de la mort rencontre, limites marquées par les restrictions « grammaticales » de la personne, par l’exclusion du mort de la sphère dialogique, de la communauté des vivants, de leur temporalité commune. La mort nie la personne, le temps partagé, engage dans l’inhumain : « La mort est impersonnelle et éternelle, c’est-à-dire inhumaine9 ».

10Comme nous venons de le voir, la mort entre dans l’im-personnel, dépouillé qu’est le mort de ses appartenances antérieures. Avançons dans la considération de ces limites en considérant justement de plus près l’espace de la troisième personne, et essayons de repérer quelles sont les limites que la langue y rencontre.

  • 10 Jusqu’à une époque récente, on ne considérait qu’il y avait mort de quelqu’un qu’une fois que cell (...)

11Nous avons vu que pour pouvoir dire « il est mort », il faut avoir pu en constater la réalité sur un corps. Y a-t-il des limites à ce dire-là ? L’absence de corps (dans les cas où les personnes décédées n’ont pas été retrouvées, sont portées absentes ou disparues) pourrait constituer l’une de ces limites. Elle a été levée par le législateur, contraint (suite à des guerres ou des catastrophes, minières par exemple), d’adapter la législation : il est possible d’établir en cas d’absence de corps, au lieu d’un acte de décès, un jugement déclaratif de décès10.

  • 11 Mandelstam, op. cit., p.25.

12Nous allons considérer à présent une conjonction d’impossibilités qui, aussi bien chacune d’elles en soi que, a fortiori, la conjonction des deux, conduit à suspendre cette seule possibilité de dire la mort que nous avons vue, c’est-à-dire de la dire à la troisième personne. Il s’agit pour l’une, de l’impossibilité de constater la mort sur le corps en dépit de sa présence, due à l’impossibilité de distinguer s’il est vivant ou s’il est mort – l’état de dégradation du corps présentant tous les signes propres à l’état d’un corps mort, sans qu’il le soit vraiment. Et pour l’autre, de l’impossibilité de délimiter ce qui serait encore « un » corps, qui serait « seul », qui ne serait que celui de quelqu’un – le « sien » (ce corps « qui est un seul, ce corps tellement mien11 », dont parle Mandelstam) – c’est-à-dire l’impossibilité de pouvoir (encore) trouver à offrir à la mort un corps sur lequel elle pourrait exercer ses droits.

  • 12 Antelme (Robert), Textes inédits sur L’Espèce humaine. Essais et témoignages, Paris, Gallimard, 19 (...)

13Ce paroxysme d’impossibilités couplées qui invalide définitivement le dire de la mort – faute d’une franche ligne frontière entre le blanc de la vie et le noir de la mort, et d’un corps particulier auquel on pourrait attribuer (si les conditions de possibilité étaient remplies, et elles peuvent ne pas l’être) l’accompli de la mort (« il est mort »)–, ce paroxysme nous est donné à voir, à lire dans deux livres de Robert Antelme, L’Espèce humaine et Textes inédits sur l’Espèce humaine, qui rapportent l’enfer dantesque quotidien des prisonniers dans les camps de travail pénitentiaires nazis. R. Antelme en a réchappé par miracle, et il offre des visions inoubliables de cet abîme de la fausse mort, de la « mort violée12 ».

14Résumons avant d’entrer dans la matière de ces deux impossibilités évoquées (pas de « mort », pas de « corps »). Pour pouvoir dire « il est mort » (ou « il meurt »), il faut qu’il y ait un « il » déterminé, distinct, à qui on puisse attribuer le prédicat « est mort » (ou « meurt »). L’impossibilité de délimiter, de proposer le premier comme support sur lequel attribuer l’événement de mourir – en train d’avoir lieu (« meurt ») ou accompli (« est mort ») – conduit la langue à utiliser l’impersonnel :

  • 13 Daviet-Taylor (F.), « À propos de la construction impersonnelle en allemand et de son parfait », i (...)

Il meurt chaque jour tant d’enfants dans le monde.
Il en mourait encore plus avant les vaccinations.
es starb uberai umb Nurenberg in allen dorfen, litt. « *il/ça mourut partout, dans tous les villages, autour de Nuremberg13 ».

  • 14 Antelme, Textes inédits…, op. cit., p. 130.

15Qu’en est-il quand les deux impossibilités se rencontrent, quand il n’y a plus de « personne » qui meurt, et qu’il n’y a plus de « vraie » mort, de distinction possible entre un corps vivant et un corps mort ? Il n’est plus possible de voir, et de dire, la mort. Antelme répond : « Ici, rien que la poussière des sans-noms et des corps-cadavres où le cadavre même s’abolit14 ».

  • 15 Ibid., p. 130. Italiques dans l’original.

16Cette phrase reprend d’un trait l’extraordinaire condensé des deux impossibilités dégagées, dans l’ordre inverse : il n’y a plus de « sujet », il n’y a plus de « mort ». Il est devenu impossible de pouvoir encore délimiter un sujet, une personne – la « personne » n’existe plus dans le camp, où la survie n’existe plus que sous la forme collective de l’« être » neutre formé de cette « poussière des sans-noms ». Le fusionnement dans cet « être anonyme, collectif » de la masse de ces corps indistincts, interchangeables des prisonniers expulsés de la communauté des vivants, dé-gradés du rang de sujet, de personne, dépossédés d’un visage propre, d’une singularité, ce fusionnement trouve à se dire ainsi : « Voilà l’être que, maintenant, nous sommes. Nous sommes le nombre15 ».

17Devenus collectivement le nombre (il n’y a plus ce corps « mien », ni « seul »), ils ne sont plus que « ça ». Ils ne sont plus rien à part le nombre. C’est qu’il n’y a plus à voir de corps non plus, qu’il n’y a plus de corps. Il y a simplement « quelque chose » :

  • 16 Ibid., p. 130.

Quelque chose est apparu sur la couverture étalée. Une peau gris noir collée sur des os : la figure. Deux bâtons violets… : les jambes16.

  • 17 Ibid., p. 131.

18Et ce « quelque chose » – cette seule possibilité, neutre, d’exister encore pour un « corps » dans cette néantisation de tout exister propre – va montrer, grâce au dernier possible qui lui reste, « autre chose » au collectif dont il fait partie : « Mille hommes ensemble n’avaient jamais vu ça17 ». Qu’avaient-ils vu ? Un corps-cadavre, leur tournant le dos, s’était baissé

  • 18 Ibid., p. 130.

et on a vu une large fente noire entre deux os. Un jet de merde liquide est parti vers nous. Les mille types qui étaient là avaient vu la fente noire et la courbe du jet… C’était par la merde qu’on avait su qu’il était vivant18 (c’est nous qui soulignons).

19L’enfer du camp, où la distinction claire entre la vie et la mort n’est plus possible, pas plus que la distinction claire de l’individu, est le champ de l’impossible mort :

  • 19 Ibid., p. 131.

La mort non seulement ne peut se dire, mais devient indiscernable, n’a plus d’instant propre, de scansion, ne se scinde plus du dernier instant, ni de l’instant précédent, colle à la vue comme cette peau de visage gris sur les os… Ici, pas de dernier souffle. Pas de respiration de la mort. Pas de vie expirant19.

20Les conditions de possibilité d’une « vraie » mort ont été détruites dans le camp (la destruction en ayant été programmée). Revenons au traitement linguistique que la langue réserve à la narration de cette destruction de la mort (et à son « narrateur »).

  • 20 Ibid., p. 131.
  • 21 Ibid., p. 131.

21L’effacement de la personne, du singulier, gomme la possibilité d’entrer dans la mort. Ces phrases terrifiantes nous disent les limites que le dire de la mort rencontre, quand la personne, le singulier particulier, sont effacés, quand le nombre ne permet plus l’offrande d’un singulier « au ravage collectif20 ». Quand l’ensemble in-nombrable balaie le pluriel encore nombrable, la phrase impersonnelle est convoquée pour « penser [et dire] la mort au-delà du cadavre21 » :

  • 22 Daviet-Taylor (F.), loc. cit., p. 50. Il s’agit d’une chronique d’Augsbourg. Cf. Paul (H.), « Die (...)

il y a eu 20 000 morts…
nach sant Ulrichs hat der sterbent angefangen… und um sant Michels tag hat es am aller festosten gestorben/« après la saint Ulrich l’épidémie de peste a commencé. et vers la saint Michel, [litt.] *il/ça a mouru de la façon la plus impitoyable22 ».

22Si le singulier n’existe plus, il n’est plus de mort individuelle non plus : les êtres humains sont devenus un nombre.

  • 23 Ortigues (E.), art. cité, p. 220 : « “Nous”et “vous” ne sont pas de véritables pluriels, mais des (...)
  • 24 Daviet-Taylor (F.), loc. cit., p. 50.

23Pour E. Ortigues, la troisième personne est la seule qui soit véritablement susceptible de pluriel, les autres (nous, vous) n’étant que des singuliers cumulés23. Il semblerait alors que la troisième personne du pluriel ouvre déjà par elle-même l’effacement de la différence particulière, préparant l’indistinction caractérisant la tournure impersonnelle proprement dite. Reste que dans l’énoncé « ils sont morts » ou « 20 000 soldats sont morts », ou dans cet autre, tiré de la même chronique médiévale – « und sind überall in summa gestorben 2327 personen »/« et sont mortes en tout 2327 personnes24 » – une visée personnelle, malgré la pluralité, parvient à se maintenir face au nombre, lui résiste, du moins aussi longtemps que la troisième personne du pluriel assemble des singuliers ajoutés. Et cette résistance du pluriel face au nombre est aussi soutenue dans la langue par le choix de l’auxiliaire, à savoir être/sein. Si le nombre l’emporte, le recours à la tournure impersonnelle s’impose, ainsi que le changement de verbe : être cède la place à avoir, ce que le parfait allemand illustre magistralement :

und sind überall in summa gestorben 2327personen
und um sant Michels tag hat es am aller festosten gestorben.

24C’est que, quand bien même le dire de la mort est « impersonnel », la langue, comme nous l’avons vu dans le cas du glissement du pluriel dans le nombre, établit cependant une distinction dans le degré auquel la mort affecte le sujet. Tant qu’il y a des corps particuliers qui peuvent être « affectés » dans leur « entier », « entièrement affectés », être est possible. S’il n’y a plus que le nombre, nul support déterminé ne pouvant plus recevoir quelque résultat que ce soit, la langue se borne à dire l’événement seul. Ne pouvant plus dire « ils sont morts », la langue dit : « il y a eu mort ».

  • 25 Pour la méthodologie et la reconsidération des formes périphrastiques en être/avoir + P2 comme éta (...)

25Ainsi, l’éviction du verbe être comme verbe attributif25 de ces formes périphrastiques de parfait, au profit de avoir (« 2327 personnes sont mortes »/« *il/ça a mouru ») marque que, dès lors qu’il n’y a plus de « support » déterminé, la forme du parfait ne peut plus servir une visée « résultative » qui attribuerait sur le « support-sujet » un résultat dont il serait pleinement affecté (une mort, la mort). La forme du parfait en avoir/haben dans la tournure impersonnelle ne peut plus servir qu’à énoncer ceci : un phénomène a eu lieu, l’événement de mourir a eu lieu, sans qu’aucun résultat n’en soit rapporté à aucun « sujet ». Une seule et même structure prédicative (impersonelle) sert à l’expression d’un phénomène collectif, que ce soit celui de « pleuvoir » (« il a beaucoup plu ») ou celui de mourir :

es hat viel geregnet
es hat gestorben.

  • 26 Pour la saisie unifiante du « neutre » (dans les composés nominaux et verbaux en ge- de l’allemand (...)

26L’impersonnalité n’est pas celle du verbe, mais de la structure, et c’est la visée énonciative, narrative qui en est le maître : que la « nature plurielle » du phénomène soit d’ordre « météorologique » ou relève de l’« humain », c’est invariablement la même qualité « ramassante26 » qu’atteste la tournure impersonnelle : le pronom impersonnel survient aussi bien pour nommer « l’apparition collective des gouttes de pluie » que la mort du grand nombre, celle de la mort impersonnelle qui fauche le champ de blé.

Bibliographie

Antelme (R.), L’Espèce humaine, Paris, Gallimard, 1957.

—, Textes inédits sur L’Espèce humaine. Essais et témoignages, Paris, Gallimard, 1996.

Daviet-Taylor (F.), « À propos de la construction impersonnelle en allemand et de son parfait », in Faucher (Eugène), Hartweg (Frédéric), Janitza (Jean) (éds), Sens et Être, Mélanges en l’honneur de Jean-Marie Zemb, Nancy, Presses de l’université de Nancy, 1989, p. 49-59.

—, « La question de Sein et de Haben dans le parfait actif allemand : esquisse d’une méthodologie », Verbum, tome IX, fascicule III, 1986, p. 341-350.

—, « Sein et Haben dans le groupe verbal allemand : le cas du parfait actif », Travaux linguistiques du CERLICO, n° 2, La Question de l’auxiliaire, l’auxiliaire en question, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1990, p. 39-55.

—, « Ge- en moyen haut allemand ou l’évitement du particulier et du temps incarné », Proceedings of the 16th International Congress of Linguistics, 20-25 juillet 1997, Pergamon, Oxford, Paper n° 0453. (Elsevier Science Ltd, Cederom, 1998).

—, « La particule ge- : un marqueur de pluralité transcendée », La Pluralité dans les langues, Louvain, Peeters, 2003, p. 45-53.

Frei (H.), La Grammaire des fautes, Hommage à Charles Bally, (1929), Slatkine reprints, Genève, 1971.

Mandelstam O., Tristia et autres poèmes, Paris, Gallimard, 1975, p. 159.

Ortigues (E.), « Subjectivité et modalité », in Funke (G.) (éd.), Akten des 4. internationalen Kant-Kongresses, Mayence, 6-10 avril 1974, Walter de Gruyter, « Kant Studien », 65, 1974, p. 209-228. OTTO (W. F)., Les Dieux de la Grèce, Paris, Payot, 1981.

Strawson (P. F.), Individuals : An Essay in Descriptive Metaphysics, Londres, Methuen, 1974.

Sarraute (Nathalie), « Ich sterbe », in L’Usage de la parole (1980), Paris, Gallimard, 1996, p. 923-927.

Taylor (J.), Tower Park, trad. par F. Daviet, Éditions de l’Aube, 1988.

Ziegler (J.), Les Vivants et la mort, Paris, Le Seuil, 1975.

Notes

2 Cette image de la cassure, nous l’empruntons au poème « Le siècle » de Mandelstam : « Hélas ! on t’a rompu l’échine,/Mon beau, mon pitoyable siècle », in Tristia et autres poèmes, op. cit., p. 159.

3 L’être et l’avoir-été, « grandeurs d’ordre différent » – W. F. Otto en rapporte la genèse conceptuelle au monde homérique : « Mais dans l’image homérique du monde, être et avoir-été s’opposent pour la première fois comme des grandeurs d’ordre différent. L’ombre du mort ne peut plus rien œuvrer. Elle est la figure de ce qui appartient à l’ayant-été. Elle n’est pas un rien. Elle a une consistance en rapport à l’être. Chez elle, tout est passé, tout est arrêté, tout est tourné vers l’arrière : sans présent ni avenir. Ainsi est apparu ici, pour la première fois au monde, l’avoir-été, l’idée du passé. Si les morts perdurent, ce n’est plus comme une imitation de la vie. Ils ont perdu pour toujours le rapport à l’être qui est celui de la vie. Et cependant, ils sont toujours là, majestueux et tournés vers eux-mêmes : une figure de l’éternité » (Otto [W F.], Les Dieux de la Grèce, Paris, Payot, 1981, p. 167-168).

4 Strawson (P. F.), « Thus a death is necessarily the death of some creature », in Individuals : An Essay in Descriptive Metaphysics, Londres, Methuen, 1974, p. 46.

5 Mallarmé, cité par B. Hesbois dans sa « Présentation » à Kojève (A.), Le Concept, le Temps et le Discours, Paris, Gallimard, 1990, p. 12.

6 Citations respectivement tirées du texte de Sarraute (Nathalie), « Ich sterbe », in L’Usage de la parole (1980), Paris, Gallimard, 1996, p. 923-927, et de Ziegler (J.), Les Vivants et la mort, Paris, Le Seuil, 1975, p. 30 (« Das Gefuhlfur Humanitat hat mich noch nicht verlassen »).

7 Ainsi John Taylor décrit-il la sensation tactile ressentie au toucher du visage de sa mère, devenu brutalement « autre » : « La peau n’avait aucune élasticité. La chimie de l’embaumement avait agi : son visage était aussi dur que la pierre » (Tower Park, trad. par F. Daviet, Éditions de l’Aube, 1988, p. 12).

8 Cette perte de la personnalité est en effet accomplie dès lors qu’il n’y a plus possibilité d’occuper chacune des trois personnes, puisque « la personnalité est le système des positions qu’un individu peut occuper à l’égard de l’acte de parole, comme auteur [je], destinataire [tu] ou objet du message [il] », Ortigues (E.), « Subjectivité et modalité », in Funke (G.) (éd.), Akten des 4. internationalen Kant-Kongresses, Mayence, 6-10 avril 1974, Walter de Gruyter, « Kant Studien », 65, 1974, p. 222. Ainsi l’être déchu de la personne rejoint-il le rang d’animal : « Nous disons “tu” à un chien ; il ne répond pas “je” ; il n’est donc pas une personne, il se montre incapable d’occuper toutes les positions requises » (ibid., p 218).

9 Mallarmé, cité par B. Hesbois, loc. cit.

10 Jusqu’à une époque récente, on ne considérait qu’il y avait mort de quelqu’un qu’une fois que celle-ci avait été constatée sur un corps, après identification de celui-ci. En l’absence de corps, on parlait de « disparu », voire d’« absent » quand on ignorait si la personne était vivante ou morte, voire même quand on était sûr du décès mais qu’il était impossible de retrouver le corps. Pour qu’il y ait décès, la mention de la date est indispensable.

11 Mandelstam, op. cit., p.25.

12 Antelme (Robert), Textes inédits sur L’Espèce humaine. Essais et témoignages, Paris, Gallimard, 1996, p. 130.

13 Daviet-Taylor (F.), « À propos de la construction impersonnelle en allemand et de son parfait », in Faucher (Eugène), Hartweg (Frédéric), Janitza (Jean) (éds), Sens et Être, Mélanges en l’honneur de Jean-Marie Zemb, Nancy, Presses de l’Université de Nancy, 1989, p. 50. Cf. Behaghel (O.), Deutsche Syntax : Eine geschichtliche Darstellung t. 2, Die Wortklassen und Wortformen, Heidelberg, Carl Winter’s Universitätsbuchhandlung, 1924, p. 124.

14 Antelme, Textes inédits…, op. cit., p. 130.

15 Ibid., p. 130. Italiques dans l’original.

16 Ibid., p. 130.

17 Ibid., p. 131.

18 Ibid., p. 130.

19 Ibid., p. 131.

20 Ibid., p. 131.

21 Ibid., p. 131.

22 Daviet-Taylor (F.), loc. cit., p. 50. Il s’agit d’une chronique d’Augsbourg. Cf. Paul (H.), « Die Umschreibung des Perfektums im Deutschen mit haben und sein », Abhandlung der bayerischen Akademie der Wissenschaften, 22 (1), 1902, p. 169. La forme agrammaticale « mouru » - répertoriée dans Frei (H.), La Grammaire des fautes (« il a mouru le 31 de décembre », p. 86) – permet de souligner le parallélisme des formes périphrastiques « a plu »/« a mouru » assertées dans la même structure, la structure impersonnelle.

23 Ortigues (E.), art. cité, p. 220 : « “Nous”et “vous” ne sont pas de véritables pluriels, mais des personnes complexes qui associent plusieurs individus à une même fonction, et cela par degrés décroissants (“nous”, c’est moi, toi, lui ; “vous”, toi et lui) ».

24 Daviet-Taylor (F.), loc. cit., p. 50.

25 Pour la méthodologie et la reconsidération des formes périphrastiques en être/avoir + P2 comme étant des structures attributives, cf. Daviet-Taylor (F.), « La question de Sein et de Haben dans le parfait actif allemand : esquisse d’une méthodologie », Verbum, tome IX, fascicule III, 1986, p.341-350 ainsi que « Sein et Haben dans le groupe verbal allemand : le cas du parfait actif », Travaux linguistiques du CERLICO, n° 2, La Question de l’auxiliaire, l’auxiliaire en question, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1990, p.39-55.

26 Pour la saisie unifiante du « neutre » (dans les composés nominaux et verbaux en ge- de l’allemand) qui permet de transcender l’opposition singulier-particulier vs. pluralité, le pluriel étant saisi sous un « entier singulier », cf. Daviet-Taylor (F.), « Ge- en moyen haut allemand ou l’évitement du particulier et du temps incarné », Proceedings of the 16th International Congress of Linguistics, 20-25 juillet 1997, Pergamon, Oxford, Paper n° 0453. (Elsevier Science Ltd., Cederom, 1998), ainsi que « La particule ge-, un marqueur de pluralité transcendée », in La Pluralité dans les langues, Louvain, Peeters, 2003, p. 45-53.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search