Version classiqueVersion mobile

Le récit de la mort

 | 
Gérard Jacquin

Trépas impériaux : une étude comparative de l’expression narrative chez Tacite et Suétone

Dominique Longrée

Texte intégral

  • 1 Ne pouvant fournir ici un état de la question développé, on renverra seulement à quelques ouvrages (...)

1Les œuvres de Tacite et de Suétone présentent de nombreux points communs : à seulement quelques années de distance, ces auteurs furent tous les deux fort proches des milieux de la cour impériale antonine, l’œuvre historique de Tacite datant de l’époque de Trajan, celle de Suétone du règne d’Hadrien ; leurs écrits, les Histoires et les Annales d’une part, les Vies des Douze Césars, d’autre part, portent, à peu de choses près, sur la même période, en l’occurrence le premier siècle de l’empire (si l’on fait abstraction des Vies de César et d’Auguste qui décrivent des faits remontant au siècle précédent). Comme l’ont souligné de nombreux philologues1, les conceptions historiographiques qui sous-tendent les deux œuvres n’en sont pas moins radicalement différentes : Tacite s’efforce de respecter, du moins en apparence, le cadre de l’histoire annalistique, s’inscrivant ainsi dans la lignée de Tite-Live, alors que Suétone opte résolument pour la forme biographique, devenant ainsi le successeur d’un auteur comme Cornelius Nepos. Les latinistes se plaisent dès lors à opposer les passages où les deux auteurs décrivent les mêmes événements et à montrer comment ces événements sont généralement abordés sous des angles très différents : on a ainsi fréquemment reproché à Suétone de mettre l’accent sur l’anecdotique, en reconnaissant en revanche à Tacite des capacités d’analyse politique ou sociale manquant au biographe. C’est sans doute oublier que l’objectif du biographe n’est pas nécessairement de démonter des mécanismes historiques, mais est avant tout d’esquisser des portraits des empereurs à travers le récit de leur vie et que, dans cette mesure, tous les éléments qui concourent à dévoiler des aspects de leur caractère, ne peuvent qu’intéresser Suétone.

2En matière de récits parallèles, les morts multiples et violentes qui émaillent les débuts de l’empire offrent un champ d’étude privilégié. Tacite et Suétone n’ont pas manqué de relater bon nombre de celles-ci, mais souvent en leur accordant une importance fort différente : ainsi, à propos du meurtre d’Agrippa Postumus, petit-fils d’Auguste, dans les premiers jours du règne de Tibère, Suétone se contente de s’interroger brièvement sur l’origine de la pièce officielle qui en aurait transmis l’ordre et de décrire les réactions de l’empereur à l’annonce de la mort du jeune homme (Tibère, 22) ; en revanche, Tacite évoque beaucoup plus largement le contexte du meurtre et le rôle des divers intervenants (Annales, I, 6). Certaines de ces morts ne sont signalées que par un seul des deux écrivains : la fin de Domitia Lepida n’est, par exemple, évoquée que par le seul Suétone (Néron, 34) ; le biographe se plaît en effet à détailler l’ironie et le cynisme avec lesquels Néron s’est empressé d’abréger les souffrances de sa tante, alors que Tacite ne souffle mot d’un événement dont les retombées historiques restent à l’évidence fort limitées ; à l’opposé, la mort de Julie fournit à Tacite le prétexte nécessaire à un retour en arrière et à l’évocation des relations de celle-ci avec Tibère (Annales, I, 53), alors que Suétone passe cette mort sous silence.

3Une comparaison des récits que Tacite et Suétone proposent des morts, meurtres et suicides de la Rome du premier siècle n’est pas seulement limitée par la sélection que, selon leurs centres d’intérêt respectifs, chacun des auteurs a pu opérer entre les divers décès. Les mutilations subies par les œuvres de Tacite sont une autre source de difficultés : la perte des livres VII à X des Annales nous prive du règne de Caligula et du début du règne de Claude ; l’interruption du récit au milieu du livre XVI nous frustre de la fin du règne de Néron et en particulier de sa fuite et de son suicide, qui font l’objet d’une longue narration chez Suétone (Néron, 47-49) ; la disparition du texte des Histoires au-delà du chapitre XXVI du livre V ne laisse quasiment rien subsister du règne des empereurs flaviens, alors que l’époque de Domitien fut particulièrement féconde en décès de tous genres.

4Les véritables récits parallèles conservés et présentant quelques développements portent essentiellement sur les morts naturelles, les assassinats ou les suicides d’empereurs ou de membres de la famille impériale. En voici, par ordre chronologique, les principaux : mort d’Auguste (Annales, I, 5 et Auguste, 98-99), meurtre d’Agrippa Postumus (Annales, I, 6 et Tibère, 22), morts de Germanicus (Annales, II, 69-72 et Tibère, 42), de Drusus, son fils, (Annales, VI, 23-24 et Tibère, 54) et d’Agrippine, son épouse (Annales, VI, 25 et Tibère, 53), mort de Tibère (Annales, VI, 50 et Tibère, 73), suicide de Messaline (Annales, XI, 37-38 et Claude, 26), empoisonnements de Claude (Annales, XII, 66-67 et Claude, 43-45) et de Britannicus (Annales, XIII, 15-17 et Néron, 33), assassinats d’Agrippine (Annales, XIV, 3-9 et Néron, 34) et d’Octavie (Annales, XIV, 64 et Néron, 35), assassinat de Galba (Histoires, I, 39-41 et Galba, 19-20), suicide d’Othon (Histoires, II, 46-49 et Othon, 10-11) et, finalement, meurtre de Vitellius (Histoires, III, 84-85 et Vitellius, 16-17).

5Bon nombre de ces récits parallèles ont fait l’objet de comparaison de la part des historiens et des philologues, comme, par exemple, les récits que chaque auteur consacre au meurtre d’Agrippine. Dans la présente étude, on se contentera donc de rappeler les principales divergences existant au niveau de la relation de l’événement pour chacun des décès signalés plus haut. On s’attachera en revanche avec plus d’attention à un aspect de la question qui a été beaucoup plus rarement évoqué : celui des différences existant au niveau même de l’expression narrative propre à chacun des deux auteurs.

  • 2 J.-P Chausserie-Laprée, L’Expression narrative chez les historiens latins, Histoire d’un style, Pa (...)
  • 3 Cf. D. Longrée, « Les études sur la langue et le style des historiens latins : du mot à la phrase  (...)
  • 4 Comme, par exemple, le chapitre consacré aux clausules par A. Macé dans son Essai sur Suétone (Par (...)
  • 5 On songe ici à l’étude de L. Dalmasso, La Grammatica di C. Suetonio Tranquillo, Turin, 1906 (pour (...)
  • 6 P. Sage : « L’expression narrative dans les Douze Césars de Suétone : analyse d’une structure de p (...)
  • 7 D. Longrée, « Tacite et Suétone : étude linguistique comparative et genres littéraires », dans Gre (...)
  • 8 Tels que définis par M. Lavency : cf., entre autres, M. Lavency, Vsus, Description du Latin classi (...)

6Sur les plans linguistique et stylistique, peu nombreux sont ceux qui ont tenté de déterminer en quoi l’expression narrative propre au genre biographique se distinguait de celle que l’on peut rencontrer dans le cadre de l’histoire annalistique ou du commentaire historique. Ainsi, dans son ouvrage L’Expression narrative chez les historiens latins, J.-P. Chausserie-Laprée inclut dans son corpus des œuvres à caractère biographique comme celles de Cornelius Nepos ou de Quinte-Curce sans leur attribuer de statut particulier par rapport aux ouvrages de César, Salluste, Tite-Live ou Tacite2. Par ailleurs, si les philologues ont travaillé en abondance sur la langue et le style de ces auteurs3, l’expression narrative dans les Vies des Douze Césars de Suétone n’a fait en revanche l’objet que de peu d’études systématiques. En outre, les quelques travaux consacrés au sujet relèvent généralement d’une stylistique « littéraire » ou « textuelle »4 et ne mettent que rarement l’accent sur la langue elle-même. Les études qui s’y intéressent plus directement – parfois anciennes5 – utilisent des concepts aux contours souvent imprécis. Même lorsqu’elles sont plus récentes, elles ne font que fort peu appel aux acquis de la linguistique contemporaine et ignorent souvent les méthodes de la statistique, même quand elles reposent largement sur des comptages. C’est notamment le cas de deux articles de P Sage, parus à la fin des années soixante-dix6 : un examen approfondi de ces deux articles a permis de mettre ailleurs7 en évidence –par des relevés systématiques et des classements syntaxiques de type fonctionnel8 – que les méthodes utilisées amenaient à des conclusions erronées : ainsi, si Tacite et Suétone utilisent différemment plusieurs procédés de style, ce n’est pas parce que le premier en ferait usage à « des fins véritablement artistiques », tandis que le second s’en servirait comme d’un « moyen commode d’exposé », mais bien parce que la structure narrative répond à des conditionnements différents, propres à chaque genre littéraire. Le présent article aura pour but d’illustrer ce phénomène à partir d’une étude linguistique et stylistique des récits dont il a été question plus haut. Une telle recherche suppose néanmoins de s’être penché au préalable sur la nature des points de vue différents adoptés par l’historien et le biographe. On passera donc tout d’abord en revue les récits parallèles conservés, tant pour déterminer les points de convergence que pour dégager les oppositions marquantes dans la présentation des faits historiques. On évaluera ainsi également dans un premier temps lesquels de ces récits présentent des parallèlismes suffisants au niveau de leur organisation pour permettre une réelle comparaison des structures linguistiques et des procédés stylistiques utilisés.

Récits parallèles et points de vue des narrateurs

7Par ordre chronologique, le premier récit parallèle conservé est celui de la mort d’Auguste : dans les Annales de Tacite, l’annonce de cette mort ouvre le récit du règne de Tibère (Annales, I, 5) ; celle-ci s’accompagne immédiatement de l’évocation des soupçons qui pesaient sur Livie et de la justification de ces soupçons, en l’occurrence l’éventualité d’une visite d’Auguste auprès de Postumus Agrippa relégué à Planasie et les risques qu’une réconciliation de l’empereur avec son petit-fils auraient pu faire porter sur la succession au trône. Tacite affirme ne pas vouloir se prononcer ni sur la réalité d’un empoisonnement, ni sur la probabilité d’une entrevue entre Auguste mourant et Tibère rappelé d’urgence, alors que ce dernier partait prendre le commandement de l’armée du Danube. Il évoque essentiellement les mesures prises pour garder le secret jusqu’au moment où furent divulgués simultanément le décès d’Auguste et la prise du pouvoir par Tibère. La mort d’Auguste est donc ici moins au centre des préoccupations de Tacite que le rôle joué par Livie ou Tibère, l’auteur des Annales paraissant vouloir garder une assez grande distance par rapport à des faits non avérés (… quidam … suspectabant. Quippe rumor incesserat… introduisant un style indirect ; neque satis compertum est…). Suétone, lui, est beaucoup plus catégorique : la cause de la mort est la maladie et il ne fait aucun doute pour lui que Tibère ait pu rejoindre l’empereur avant son décès (Auguste, 98). Si le personnage même d’Auguste est singulièrement absent chez Tacite, le biographe s’intéresse au contraire abondamment aux dernières actions de l’empereur sentant sa mort approcher (dernière toilette, citation des dernières paroles qu’il adressa à ses amis, puis à Livie) et indique ensuite combien cette mort paisible correspondait à celle à laquelle l’empereur lui-même aspirait (Auguste, 99). Contrairement à Tacite, Suétone présente donc les choses presque comme s’il en avait été le témoin direct et se préoccupe tout particulièrement des réactions et sentiments d’Auguste.

8Dans le cas de l’assassinat de Postumus Agrippa – on l’a dit plus haut – Tacite (Annales, I, 6) s’intéresse là aussi beaucoup plus aux circonstances du meurtre et notamment à son réel instigateur, Auguste, Tibère ou Livie, que ne le fait Suétone (Tibère, 22). Au contraire du récit précédent où les précisions données par Suétone étaient de loin plus nombreuses, c’est ici Tacite qui développe le plus largement les suites du meurtre, mais pour expliquer comment Tibère avait été dissuadé par une intervention de Sallustius Crispus de renvoyer devant le Sénat les acteurs du meurtre.

9Le récit de la mort de Germanicus, le héros positif du début des Annales, occupe plusieurs chapitres chez Tacite : attitude et rôle de Pison face à la maladie de Germanicus (Annales, II, 69) ; pensées et réactions de Germanicus (Annales, II, 70) ; discours de Germanicus à ses amis (Annales, II, 71) ; dernières paroles à son épouse et premières réactions à sa mort (Annales, II, 72). Suétone se contente de signaler le décès et envisage surtout les réactions de Tibère et la possibilité de son implication (Tibère, 52). Dans le cas de Drusus, Suétone (Tibère, 54) rappelle simplement comment celui-ci, emprisonné et privé de nourriture, essaya de survivre en mangeant la bourre de son matelas, alors que Tacite, s’il rapporte le même fait (Annales, VI, 23), s’étend surtout sur la manière dont Tibère fit rapporter ensuite au Sénat les derniers faits et gestes du fils de Germanicus. L’auteur des Annales met ainsi en évidence l’évolution du pouvoir d’un empereur qui, en fin de règne, ne craignait plus de dévoiler publiquement sa propre cruauté envers sa famille (Annales, VI, 24). C’est le même souci que l’on retrouve dans le récit de la mort d’Agrippine (Annales, VI, 25) que Tacite hésite à présenter comme un meurtre ou un suicide. Suétone ramasse, lui, en un seul chapitre, la description des relations entre Tibère et sa belle-fille (Tibère, 53) et se fait à nouveau affirmatif là où Tacite hésite : Agrippine aurait réussi à se laisser mourir de faim, malgré les ordres de Tibère exigeant qu’on la nourrisse de force. Suétone rejoint néanmoins Tacite dans la description des réactions de Tibère, les deux récits se faisant alors étonnamment proches. Ainsi Tacite écrit :

iactauit quod non laqueo strangulata neque in Gemoniasproiecta foret. Actae ob id grates decretumque ut […] per omnes annos donum Ioui sacreretur.

10Ce texte est à rapprocher de celui de Suétone :

[…] imputauit etiam quod non laqueo stangulatam in Gemonias abiecerit, […] interponi decretum passus est, quo sibi gratiae agerentur et Capitolino Ioui donum ex auro sacraretur.

11On ne peut s’empêcher d’avoir ici l’impression que Suétone a voulu reprendre les termes mêmes de Tacite pour les compléter (Capitolino, ex auro), voire les corriger (quod non laqueo stangulatam in Gemonias abiecerit).

12Si les récits parallèles qui précèdent étaient souvent de longueurs différentes d’un auteur à l’autre, le récit de la mort de Tibère présente une ampleur assez similaire dans les deux textes : Tacite nous apprend que Tibère, après avoir tenté de cacher sa faiblesse grandissante et après avoir changé plusieurs fois de résidence, finit par s’établir à Misène ; il nous rapporte ensuite comment le médecin Chariclès procéda pour se faire une opinion de l’état de santé réel de l’empereur, comment Tibère sembla mourir une première fois pour ensuite retrouver ses esprits et comment celui-ci fut achevé par Macron (Annales, VI, 50) ; Suétone, lui, rapporte quatre opinions différentes sur la cause de la mort : Tibère aurait pu être empoisonné par Caligula, affamé jusqu’à la mort, étouffé ou, selon Sénèque, serait tombé mort en tentant de quitter son lit (Tibère, 73). Cette fois, c’est Tacite qui semble affirmatif et Suétone qui semble hésiter. L’œuvre du biographe apparaît à nouveau comme une réponse à celle de l’historien.

13S’il fait l’objet d’une description relativement détaillée chez Tacite (Annales, XI, 37-38), le suicide « assisté » de Messaline ne fait l’objet que d’une brève mention chez Suétone qui affirme simplement que Claude fit mettre à mort son épouse en raison de son impudicité et de son mariage avec C. Silius (Claude, 26). L’empoisonnement de l’empereur fait en revanche l’objet de récits de longueurs relativement équivalentes : Tacite imagine tout d’abord les calculs d’Agrippine concernant la nature du poison à utiliser et les raisons du choix de Locuste pour la préparation de ce poison (Annales, XII, 66) ; il explique ensuite comment l’échec de ce premier poison injecté dans un cèpe obligea Agrippine à recourir au médecin Xénophon qui administra à Claude un poison rapide en lui enfonçant une plume dans la gorge sous prétexte de le faire vomir (Annales, XII, 67) ; Suétone est à nouveau plus dubitatif sur les circonstances du meurtre, tant en ce qui concerne le lieu ou la personne ayant administré le poison, que pour ce qui est des conséquences de ce premier empoisonnement, décisif selon certains, suivi d’un second empoisonnement sous forme d’aliments ou d’un lavement selon d’autres (Claude, 44).

14Sur l’empoisonnement de Britannicus, les témoignages de Tacite (Annales, XIII, 15-16) et de Suétone (Néron, 33) concordent : un premier poison, concocté par Locuste, n’aurait eu comme seul résultat qu’une simple diarrhée, ce qui mécontenta fortement Néron ; celui-ci fit préparer un nouveau poison foudroyant qui fut administré au cours d’un banquet ; l’empereur tenta de maquiller le crime en imputant à une crise d’épilepsie le malaise de Britannicus. Les deux récits diffèrent toutefois dans la précision des détails : Tacite indique comment les poisons ont été administrés, le premier par les précepteurs de Britannicus, le second dans de l’eau ayant servi à refroidir une boisson goûtée préalablement, et s’intéresse aux réactions des convives ; Suétone décrit de manière plus imagée – avec une citation– les manifestations de la colère de Néron et s’attarde à des détails sur la manière dont le second poison fut testé, détails révélateurs de la volonté de l’empereur de ne rien négliger pour assurer le succès de l’entreprise.

15Un des événements les plus célèbres du règne de Néron est sans conteste le meurtre de sa mère Agrippine. Celui-ci nous est rapporté dans plusieurs chapitres des Annales (XIV, 3-9) où le récit se décompose en plusieurs étapes : hésitation sur les moyens de l’assassinat, entre le poison et le fer, et machination d’Anicetus, commandant de la flotte de Misène, visant à préparer un vaisseau piégé (XIV, 3) ; invitation d’Agrippine à Baïes, arrivée d’Agrippine à Baule, festin et adieux destinés à endormir sa méfiance (XIV, 4) ; échec de l’effondrement du plafond de la cabine et du naufrage du bateau ; sauvetage d’Agrippine par des pêcheurs (XIV, 5) ; réflexions d’Agrippine sur l’attitude à adopter et envoi de l’affranchi Agermus chargé d’annoncer à Néron qu’elle est sauve (XIV, 6) ; panique de Néron et délibération en présence de Sénèque, de Burrus et d’Anicetus qui promet d’éliminer Agrippine ; arrivée d’Agermus que l’on accuse d’avoir voulu assassiner Néron sur l’ordre de la mère de l’empereur (XIV, 7) ; inquiétude de la foule ; arrivée des assassins à la villa ; fuite des serviteurs et assassinat (XIV, 8) ; conséquences immédiates de la mort d’Agrippine et doutes sur le fait que Néron soit effectivement venu voir le cadavre de sa mère (XIV, 9). Le récit de Suétone est beaucoup plus condensé (Néron, 34) : le texte signale très brièvement l’échec de trois empoisonnements, une tentative avortée d’attentat par un plafond truqué, l’invitation à Baïes, la mise hors service du bateau d’Agrippine par un abordage en apparence fortuit et le remplacement de ce bateau par un navire truqué. Le seul fait évoqué avec plus de détails est la machination dont Agermus fut l’objet. Pour Suétone, qui s’appuie sur plusieurs auteurs, Néron aurait été jusqu’à contempler le cadavre de sa mère. Tout se passe ici comme si Suétone considérait que les événements étaient bien connus de ses lecteurs et ne méritaient pas d’être racontés dans le détail. À cet égard, on peut noter qu’il écrit in locum corrupti nauigii machinosum illud optulit (à la place du navire mis hors d’usage, il lui offrit ce [fameux] navire truqué) où le démonstratif illud ne renvoie pas à une mention antérieure, mais simplement à une information que Suétone considère être une connaissance commune à l’ensemble de ses lecteurs. On a à nouveau l’impression que le biographe a en tête le texte de Tacite et tout se passe comme s’il se contentait de corriger les informations fournies par ce dernier. De même, en ce qui concerne l’accusation d’adultère contre Octavie, sa répudiation et son assasinat, pour lesquels Suétone (Néron, 35) semble résumer Tacite (Annales, XIV, 62-64).

16Une distance bien moins grande sépare le développement des récits que Tacite et Suétone font des morts de Galba, Othon et Vitellius. L’assassinat de Galba s’étale sur deux chapitres chez Suétone (Galba, 19-20) : incertitude des mesures prises par Galba à l’annonce de la proclamation d’Othon, fausses nouvelles de la fin de la sédition, assassinat de Galba par des cavaliers, traditions diverses concernant les dernières paroles de Galba, anecdote à propos d’une cohorte de Germains qui tenta de rallier Galba, sort réservé à la tête de Galba ; le récit parallèle des Histoires prend trois chapitres (I, 39-41) : réunion des proches de Galba sur le forum et indécision sur les mesures à prendre ; consternation des spectateurs et envoi de cavaliers par Othon ; retournement de l’escorte de Galba contre celui-ci ; incertitudes concernant ses dernières paroles et l’identité de son meurtrier. Tacite ajoute à ce récit celui des assassinats de Titus Vinius et de Pison (Histoires, I, 42 et 43), – assassinats qui n’ont pas retenu l’attention de Suétone–, avant de s’inquiéter du sort réservé aux têtes des trois personnages (Histoires, I, 44), sort auquel il ne s’intéresse que pour évoquer la réaction d’Othon.

17Pour ce qui est du suicide de ce dernier, les deux auteurs s’appuient sur des sources qui ne peuvent être que différentes : Suétone fait en effet appel au témoignage de son propre père, Suetonius Laetus, officier dans l’armée othonienne (Othon, 10-11) ; selon ce témoignage, Othon aurait pris la décision de mettre fin à ses jours après le suicide du messager qui, ayant annoncé la défaite de l’armée, fut accusé de mensonge et de trahison par les troupes accompagnant l’empereur ; après avoir écrit deux lettres et distribué l’argent qu’il avait avec lui, Othon aurait donné l’ordre à ses officiers de ne pas punir les soldats qui désertaient et se serait accordé une dernière nuit, avant de se poignarder au petit matin. Tacite affirme pour sa part que, malgré les mauvaises nouvelles arrivant de l’armée, les soldats et officiers entourant Othon l’auraient encouragé à poursuivre la guerre (Histoires, II, 46), mais celui-ci leur aurait adressé un discours leur faisant connaître sa volonté de renoncer à la lutte (Histoires, II, 47). Il aurait ensuite pris diverses dispositions pour assurer la sécurité de ceux qui l’accompagnaient et aurait consolé son neveu (Histoires, II, 48), consolation dont Tacite nous rapporte les idées principales. Le reste du récit (Histoires, II, 49) concorde dans les grandes lignes avec celui de Suétone, mais apporte plus de précisions sur les modalités du suicide.

18La mort de Vitellius est relatée dans des termes fort proches chez les deux auteurs : selon Tacite (Histoires, II, 84-85), Vitellius, au moment de la prise de Rome, se serait d’abord caché sur l’Aventin, espérant fuir à Terracine auprès de son frère, mais, par mobilité d’esprit, serait ensuite rentré au Palatium déserté ; s’étant caché dans un réduit, il y aurait été arrêté par Julius Placidus et aurait été, de là, traîné jusqu’aux Gémonies ; en cours de route, un soldat de l’armée de Germanie serait vainement intervenu, dans un but indéterminé ; en cours de route, on aurait forcé l’empereur déchu à relever la tête pour que son visage soit offert aux outrages ; après une dernière parole de reproche au tribun qui l’insultait, il serait enfin tombé sous les coups ; pour Suétone (Vitellius, 16-17), l’empereur se serait bien rendu sur l’Aventin, mais chez son père, et ce serait une rumeur de paix qui l’aurait ramené au Palatin ; le réduit aurait été la loge du concierge qu’il aurait barricadée ; découvert, il n’aurait pas été reconnu immédiatement et aurait été lui-même interrogé sur le lieu où se cachait l’empereur ; après avoir été identifié, il aurait supplié les soldats de le placer en détention pour lui permettre de faire des révélations concernant la sécurité de Vespasien ; ligoté, il aurait été offert aux outrages et insultes de la populace le long de la Voie sacrée, pour être finalement torturé, puis exécuté aux Gémonies, avant que son corps ne soit jeté dans le Tibre. Une fois de plus, le biographe semble répondre à l’historien, pour rectifier la relation qu’il donne des événements.

19Entre les récits de Tacite et Suétone, on constate qu’il existe souvent des différences importantes. En règle générale, le genre biographique semble imposer une narration plus condensée et il est rare que les récits parallèles s’étendent sur des passages de longueur équivalente. Le phénomène est particulièrement sensible dans le cas de l’assassinat d’Agrippine, si l’on prend en compte l’ensemble de l’affaire depuis les toutes premières prémices jusqu’aux réactions finales du peuple et du Sénat. Le récit prend seize chapitres chez Tacite, si l’on ajoute les deux chapitres du treizième livre des Annales, où sont relatées les premières vexations dont Agrippine fut victime. L’ensemble se résume en un seul chapitre chez Suétone :

Tacite, Annales

Suétone, Nero

Les origines du meurtre

XIII, 18 à 20 ; XIV, 1 et 2

34, 1

Les premières tentatives

XIV, 3 (§ 1-2)

34, 2

Les préparatifs

XIV, 3 (§ 3) et 4

34, 3

L’attentat manqué

XIV, 5 et 6

34, 4

L’affaire Agermus

XIV, 7 et 8

34, 5

Néron face à sa mère

XIV, 9 (§1)

34, 6

Les funérailles

XIV, 9 (§ 1-3)

Les craintes de Néron

XIV, 10 (§ 1)

34, 8

Les réactions du peuple et du Sénat

XIV, 10 (§ 2-3) à 13

34, 7

20Les différences ne portent toutefois pas uniquement sur la taille des récits. L’organisation de la narration peut également varier de manière très sensible : chez Tacite, on remarque un relatif respect de l’ordre chronologique, le décès apparaissant souvent comme la conclusion de la narration et n’étant généralement suivi que par quelques remarques sur les réactions des acteurs ou spectateurs ; chez Suétone, en revanche, lorsque le texte n’est pas réduit à deux ou trois lignes, l’annonce de la mort peut arriver assez tôt, comme dans le cas de la mort de Tibère, de l’empoisonement de Claude ou de l’assassinat de Vitellius, pour laisser ensuite la place à des hypothèses diverses sur les causes ou les circonstances exactes du décès. À cet égard, Suétone paraît en règle générale être moins affirmatif que ne l’est Tacite : là où l’historien ne propose qu’une version des faits, c’est paradoxalement le biographe qui propose un choix entre plusieurs hypothèses, en citant même parfois ses sources. Mais la règle est loin d’être absolue et, lorsque Tacite lui-même hésite sur la nature des faits, c’est Suétone qui se fait affirmatif, comme dans le cas de la mort d’Auguste. On ne peut s’empêcher d’avoir ici l’impression que Suétone se place toujours en contre-point par rapport à Tacite. Plus généralement, alors que Tacite garde souvent une relative distance par rapport aux faits, Suétone ne craint pas de s’impliquer, soit en se présentant comme le dépositaire d’un témoignage direct (pour le suicide d’Othon), soit en créant une connivence avec le lecteur (notamment en présentant une information comme une connaissance commune, par exemple, à propos du bateau truqué). Quant aux objectifs poursuivis, ils sont à l’évidence bien distincts : Tacite s’intéresse à ses personnages dans la mesure où leur caractère peut avoir influencé l’évolution de la politique romaine ou être représentatif de la dégradation morale de la Rome du premier siècle ; Suétone, en biographe, vise avant tout à dresser des portraits.

21Ces différences d’objectifs et de points de vue expliquent les choix opérés par les deux auteurs : là où Tacite s’intéresse aux causes, où il recrée parfois un discours assez long (comme celui d’Othon, en Histoires, II, 47) pour expliquer les motivations profondes de ses personnages, Suétone préfère le trait saillant, la citation brève qui pourra en une fois révéler le caractère et la personnalité de l’empereur. Ces choix marquent profondément les structures même de la narration et il n’est dès lors pas aisé de trouver des récits parallèles dont la longueur et l’organisation générale soient suffisamment proches pour autoriser une comparaison fructueuse des procédés linguistiques et stylistiques mis en œuvre. Parmi les récits de décès, seuls quelques passages, permettent, en la matière, des analyses comparées réellement significatives. On retiendra ici les morts d’Agrippine, l’épouse de Germanicus (Annales, VI, 25 et Tibère, 53), de Tibère (Annales, VI, 50 et Tibère, 73), de Claude (Annales, XII, 66-67 et Claude, 44), de Britannicus (Annales, XIII, 15-16 et Néron, 33) et de Vitellius (Histoires, II, 84-85 et Vitellius, 16-17). La suite de cette étude sera consacrée à une étude linguistique et stylistique comparée de ces cinq passages et tentera de dégager des constantes.

Récits parallèles et expression narrative

  • 9 Sur la distinction foreground/background, cf. A.-M. Bolkestein, « Discourse functions of predicati (...)

22Une analyse de l’expression narrative suppose de distinguer dans les textes d’une part, les éléments de la trame événementielle du récit (foreground), c’est-à-dire les faits présentés comme des étapes successives de l’action, et d’autre part, les éléments faisant partie de l’arrière-plan narratif (background)9, c’est-à-dire des faits présentés comme des circonstances de l’action principale. Il s’agira de s’interroger sur les moyens d’expression utilisés dans chacun des deux cas. Pour ce faire, il sera primordial d’accorder une attention toute particulière au jeu des temps verbaux : le présent et le parfait apparaissent en effet comme les temps par excellence de la trame événementielle, alors que l’imparfait et le plus-que-parfait sont réservés à l’expression des éléments de l’arrière-plan narratif. Il sera aussi indispensable de distinguer les éléments exprimés en principale de ceux rejetés dans les subordonnées. Pour visualiser simultanément les deux données, on transposera les textes sous forme de schémas en utilisant quelques codes : // = limite de phrase ; / = limite de syntagme ; [ ] = ellipse du prédicat ; () = deuxième niveau de subordination ou niveau de subordination supérieur. Les éléments de la trame événementielle apparaîtront en gras alors que ceux de l’arrière-plan narratif seront signalés en italiques. Les éléments liés à une intervention ou réflexion du narrateur, voire d’autres éléments qui ne peuvent être attribués clairement ni à la trame événementielle, ni à l’arrière-plan, seront indiqués en caractères romains. Voici ce que donne ce type de visualisation pour la mort de l’épouse de Germanicus (Annales, VI, 25 et Tibère, 53) :

Annales, VI, 25
Princ. P.q.Pft/cum + Ind. Parf./(Rel. Ind. Prés. (A.c.I. (nisi + Ind. Parf.)))//
Princ. Parf./Ép. Dét. (A.c.I.)//
Sed/Ép. Dét./Ép. Dét./Princ. P.q.Pft//
(A.c.I.) Princ. Parf./-que/Princ. Parf./quod + Subj. Imp.//
Princ. Parf./-que/Princ. Parf./ut + Subj. Imp.//

Tibère, 53
Ép. Dét./Princ. Parf./citation en Style direct/nec/Princ. Parf.//
Ép. Dét./Princ. Parf./Ép. Dét. (cum + Subj. Imp. (ut + Subj. Imp.))//
Ép. Dét. A.c.I.)/Princ. Parf./-que/Ép. Dét./Princ. Parf.//
(Ép. Dét.) (A.c.I.)/Princ. Parf.//
Ép. Dét./cum + Subj. Imp./Princ. Parf./quod + Subj. Parf./-que/Princ. Parf./A.c.I.
(Rel. + Subj. Imp.)//

  • 10 Cf. D. Longrée, « Entre “rallonge” et “rupture”, les constructions en cum postposées chez Tacite » (...)

23La comparaison de ces deux schémas met immédiatement en évidence quelques oppositions très nettes : chez Suétone, tous les éléments de l’arrière-plan narratif sont rejetés dans des subordonnées, alors que, chez Tacite, ceux-ci peuvent aussi apparaître dans des principales (au plus-que-parfait) et qu’un événement majeur (l’annonce de la mort d’Agrippine) est rejeté dans un cum + ind. postposé à la principale (cum dit « inversif » ou « de rupture »)10. Cette même tendance se retrouve dans la relation de la mort de Tibère (Annales, VI, 50 et Tibère, 73) :

Annales, VI, 50
Princ. Imp.// Princ. [Imp.]//Ép. Dét./Abl. Abs./Princ. Imp.Il
Abl. Abs. /Princ. Parf.// Princ. Parf.//
Princ. Imp./Ép. Dét./Ép. Dét.//
Ép. Dét./Ép. Dét./Princ. Parf./neque/Princ. Parf.//
Nam/Ép. Dét./Ép. Dét./Princ. Prés./-que/Princ. Prés./quasi + Subj. Imp.//
(A.c.I.) Princ. Parf.// Princ. Imp.//
Abl. Abs. /Princ. Parf.//
Princ. Imp./cum + Ind. Prés. (A.c.I. (Rel. Subj. Imp.))//
Princ. [ ] / et/Inf. Narr./Inf. Narr.//
Ép. Dét./Princ. Imp.//
Ép. Dét./Princ. Prés.//
Princ. Parf./Abl. Abs.//

24On retrouve, chez Tacite, une distribution de l’arrière-plan tant dans les subordonnées que dans les principales. À noter à nouveau une dramatisation du récit par l’emploi d’un cum de rupture, cette fois au présent, pour annoncer le retour à la vie de Tibère. On relève immédiatement ensuite la série de phrases courtes, l’une elliptique, les autres à l’infinitif de narration, pour décrire la panique qui s’en suivit. Les faits sont présentés d’une manière toute différente chez Suétone :

Tibère, 73
cum + Subj. Imp. (A.c.I. (Rel. Ind.P.q.Pft (A.c.I.)))/Ép. Dét./Princ. Parf./Ép. Dét.//
Sed/Ép. Dét./Princ. Parf./Abl. Abs.//
Sunt qui + Subj. Prés (A.c.I.)/alii [ ] / (Ép. Dét.) A.c.I./
nonnulli [ ] / A.c.I./(Ép. Dét.) cum + P.q.Pft//
Princ. Prés./ (Abl. Abs./Ép. Dét.) A.c.I./A.c.I./ (Abl. Abs.) A.c.I. /(Abl. Abs./Abl. Abs.)
A.c.I./necl(Abl. Abs.) A.c.I.//

25Les éléments de l’arrière-plan sont tous ici décrits dans les subordonnées. Les données de la trame événementielle sont essentiellement présentées dans des récits secondaires et rapportés, en style indirect, comme les diverses opinions circulant sur les derniers moments de Tibère. Dans le cas du récit de l’empoisonnement de Claude (Annales, XII, 66-67 et Claude, 44), d’autres procédés narratifs entrent en jeu :

Annales, XII, 66-67
Princ. Prés./-que/Princ. Prés.//
Tum/ Ép. Dét./Ép. Dét./Ép. Dét./Princ. Parf./ne + Subj. Imp./(si + subj.P.q.Pft – Ép. Dét. – A.A.) ne + subj.// Princ. Imp./Rel.//
Princ. Prés./Ép. Dét./Ép. Dét.//
Princ. Parf./Rel. (Ép. Dét.)//
Princ. Parf./ut + subj. (A.c.I.)// (A.c.I.) Princ. Imp.//
Ép. Dét./(quando + ind.) A.A./Ép. Dét./Princ. Prés.//
Tamquam + subj./N.c.I./Princ. Prés./Ép. Dét. (A.c.I./A.c.I.)//

  • 11 Sur la définition du procédé, cf. D. Longrée, « La phrase à rallonge chez Tacite », dans Aufstieg (...)
  • 12 Sur cette concurrence, cf. D. Longrée, « La concurrence entre “rallonge” et “parataxe” dans l’œuvr (...)

26Le schéma qui précède laisse entrevoir comment, chez Tacite, les « rallonges » participiales, qui viennent prolonger d’une manière inattendue une phrase apparemment complète et cohérente sans ce complément11, entrent en concurrence avec des propositions paratactiques : ainsi, aux lignes 4, 5 et 8 du schéma, des épithètes détachées apparaissent postposées aux propositions principales au présent ou au parfait et véhiculent des éléments de l’arrière-plan narratif, en précisant les circonstances des faits rapportés dans la principale ; les propositions juxtaposées à l’imparfait des lignes 3 et 6 ont exactement le même rôle narratif par rapport aux propositions principales au parfait qui précèdent. Comme on a pu le montrer ailleurs, la concurrence entre « rallonge » et « parataxe » participe ici à un souci de « variatio », un des traits les plus caractéristiques de l’écriture tacitéenne12. Une telle concurrence paraît exclue dans le cadre des structures narratives suétoniennes :

Diuus Claudius, 44
Princ. Parf./ac/Princ. Parf. //
Priusquam + subj./Princ. Parf./Rel.//
Et/A.c.I./Princ. Prés.//
[A.c.I.]/Princ. Prés.//
Princ. Prés./(Ép. Dét.) [A.c.I.]//
[Princ. Prés.]/[A.c.I.]/Re/.//
Etiam/Princ. Prés.//
(A.A.) A.c.I./Princ. Prés./-que (Ép. Dét.) A.c.I.//
[Princ. Prés.]/A.c.I./(A.A.) A.c.I./-que/A.c.I.//
[Princ. Prés.]/int ind. [ ] / Ép. Dét. (cum + Subj. Imp.)/an/Ép. Dét. (ut +Subj. Imp.)//

27Les données de la trame événementielle sont ici à nouveau rapportées, dans des propositions infinitives, comme les diverses traditions existant sur la manière dont s’est déroulé l’empoisonnement. On peut remarquer également que, sur neuf phrases, deux seulement se terminent directement par la principale chez Tacite, alors que chez Suétone, le rapport est de quatre sur dix, ce qui répond à un nombre moins important de « rallonges » chez Suétone que chez Tacite.

28En ce qui concerne l’empoisonnement de Britannicus, on peut comparer les récits à partir de l’échec de la première tentative d’empoisonnement, jusqu’à l’affirmation de Néron selon laquelle Britannicus était frappé d’une crise d’épilepsie :

Annales, XIII, 15, 4 - 16, 3
Princ. Parf./-que/Princ. Parf./Abl. Abs./[ ]+siue + Ind. Imp. (ne + Subj. Imp.)// Sed/Ép. Dét./Princ. Inf. Narr./Princ. Inf. Narr./(dum + Ind. Prés./dum + Ind. Prés.) quod + Subj. Imp.//
Abl. Abs. (A.c.I. (Rel. – si + Subj. Imp.)/Princ. Prés./Ép. Dét.//
Princ. Imp.//
Abl. Abs./quia + Ind. Imp./ne + Subj. Imp./Princ. Parf.//
Princ. Prés.// postquam + Ind. Imp./Princ. Prés./Rel. Ind. Parf. (ut + Subj. Imp.)//
Princ. Prés.// Princ. Prés.// Princ. Prés.//
ut + Ind. Imp./Princ. Prés./A.c.I. (Rel. Subj. Imp.)/A.c.I.//

29On note ici les parataxes à l’infinitif de narration (ligne 2), pour exprimer la vivacité des réactions de Néron après l’échec de la première tentative, et au présent historique (ligne 8), pour décrire la panique des spectateurs. Ce même présent historique est encore utilisé ailleurs dans ce passage pour mettre en évidence la rapidité et la détermination avec laquelle le poison a été préparé et administré. Cette même vivacité du récit ne se retrouve pas chez Suétone :

Néron, 33, 4-6
(Ép. Dét.) cum + Subj. Imp. (Abl. Abs.)/ Princ. Parf./Ép. Dét. (A.c.I.)//
Ép. Dét./Princ. Parf./-que/Princ. Parf. (A.c.I.)//
Ép. Dét./postquam + Ind. Parf/Princ. Parf.//
Abl. Abs./(A.c.I./A.c.I.) Princ. Parf.//
cum + Subj.Pq.Pft/(A.c.I.) Ép. Dét./Princ. Parf.//

30Le récit de Suétone est relativement monotone, une proposition principale au parfait clôturant presque chaque phrase. Dans d’autres cas, le récit du biographe peut néanmoins présenter une beaucoup plus grande complexité syntaxique, notamment quand il s’agit de décrire la fin pathétique de Vitellius :

Vitellius, 16-17
Princ. Parf./ut + Subj. Imp.//
Ép. Dét./Princ. Parf. (A.c.I.)//
Ép. Dét./Abl. Abs./Princ. Parf./ut + Subj. Imp.//
Tamquam + Subj.Pq.Pft / Princ. Parf.//
cum + Subj.Pq.Pft/Abl. Abs./Princ. Paf./-que/Princ. Parf./Abl. Abs./Abl. Abs.// Princ.P.q.Pft / ac/Abl. Abs./Princ. Imp.//
Ép. Dét./Ép. Dét. (Int. Ind./Intcise/Int. Ind.)/Princ. Parf.//
Ép. Dét./Princ. Parf./quasi + Ép. Dét./ut + Subj. Imp./(Abl. Abs./Abl. Abs./Abl. Abs./Ép. Dét.) donec + Ind. Parf. (Abl. Abs. (ceu + Ind. Prés.)/Abl. Abs. (ut + Subj. Imp.)/Abl. Abs./Abl. Abs./Abl. Abs.//
Princ. Imp./cum + Subj. Imp.//
Princ. Parf./atque/Princ. Parf./et/Princ. Parf.//

31Aux lignes 8 à 10 du schéma, la description des supplications de Vitellius, suivies de son exposition à travers le Forum, amène une longue phrase, construite par accumulations successives de subordonnées après la principale : donec de rupture et ablatifs absolus en « rallonge ». C’est pour une fois le texte de Tacite qui présente une beaucoup plus grande simplicité :

Histoires, 84, 4 – 85
Abl. Abs./Princ. Prés./(si + Subj.P.q.Pft) ut + Subj. Imp.//
Rel./cum + Subj. Imp./Princ. Prés./Abl. Abs./Abl. Abs.//
Princ. Prés.// Princ. Prés.// Princ. Prés.//
Ép. Dét./Ép. Dét./Princ. Prés.//Princ. Parf.//
Abl. Abs./Princ. Imp./Abl. Abs./Abl. Abs.//Princ. Imp.//
Int. ind./.Princ. Parf.// Princ. Parf.// Princ. Parf.//
Ép. Dét. (Inf./Inf./Inf.)/Princ. Parf.//
Princ. Parf./cum + Ind. Parf.// Princ. Parf.//
Princ. Imp./Ép. Dét.//

32Pour rendre le caractère poignant du sort de Vitellius, Tacite accumule les courtes principales paratactiques, de même que de brèves participiales ou des suites d’infinitifs. On ne peut s’empêcher une fois encore de constater que Suétone, qui utilise généralement des structures syntaxiques assez simples, semble avoir opté ici pour la complexité, comme pour écrire en contrepoint par rapport à la simplicité syntaxique du texte tacitéen.

  • 13 Cf. D. Longrée et X. Luong, « Spécificités stylistiques et distributions temporelles chez les hist (...)

33L’examen de ces quelques récits parallèles de décès permet de mieux comprendre ce qui oppose les formes de l’expression narrative chez Tacite et Suétone : chez Tacite, l’alternance entre trame événementielle et arrière-plan narratif correspond non seulement à l’opposition principales/subordonnées, mais se traduit aussi assez fréquemment par une succession de temps différents en principale ; par ailleurs, Tacite recourt à des procédés de dramatisation (structures de rupture, parataxes rapides) et favorise au maximum la « variatio », notamment en jouant sur la concurrence entre les procédés de « rallonge » et de « parataxe » ; chez Suétone, en revanche, qui ramasse et condense l’expression, les éléments de l’arrière-plan narratif sont généralement rejetés dans des subordonnées circonstancielles. Il en résulte une certaine monotonie de l’expression. Ce phénomène a pu être mis en évidence de manière plus objective en comparant tout d’abord la distribution des temps de l’indicatif entre principales et subordonnées dans l’ensemble des deux œuvres et en étudiant ensuite la répartition des temps dans les propositions principales : l’étude statistique13 a montré que Suétone utilise l’imparfait et le plus-que-parfait bien moins souvent en principale que ne le fait Tacite ; elle a également permis de vérifier que Suétone privilégiait en principale les séries de temps identiques, comme dans le récit de l’empoisonnement de Britannicus où toutes les propositions principales sont au parfait.

34L’opposition existant entre les deux auteurs ne se manifeste pas seulement dans leurs objectifs, leurs points de vue ou l’organisation des récits. Elle apparaît également dans les structures même de l’expression narrative. Plutôt que d’attribuer – à l’instar de P. Sage (cf. supra, p. 55) – au talent de Tacite et à la négligence de Suétone les éventuelles différences que l’on rencontre dans l’emploi des divers procédés narratifs par l’un et l’autre, il est de loin préférable de rechercher l’origine de ces différences dans la structure même de chaque type de récit et dans des organisations divergentes, soit per tempora, soit per species.

35L’étude des « trépas impériaux » illustre l’intérêt que peut présenter une comparaison linguistique des techniques d’écriture de Tacite et Suétone. Il y aurait lieu de poursuivre les recherches en tentant de préciser, d’une manière contrastive et statistique, les caractéristiques de la langue et du style de chacun des deux auteurs. Une telle recherche devrait contribuer non seulement à promouvoir une meilleure connaissance des techniques d’écriture de deux auteurs, mais aussi à préciser comment le genre biographique s’est formé à Rome et comment celui-ci s’est, sur le plan de la langue et du style, plus ou moins clairement distancié du genre historique.

Bibliographie

Chausserie-Laprée (J.-P.), L’Expression narrative chez les historiens latins, Histoire d’un style, Paris, DeBoccard, 1969.

Longrée (D.), « La phrase à rallonge chez Tacite », dans ANRW, II, 33, 4, éd. par W. Haase, Berlin-New York, 1990, p. 2539-2580.

–, « Les études sur la langue et le style des historiens latins : du mot à la phrase », dans Cesbron (G.) et Richer (L.) (éd.), La Réception du latin du xixe siècle à nos jours, Actes du Colloque d’Angers des 23et 24 septembre 1994, Université d’Angers, Centre de Recherches en littérature et linguistique de l’Anjou et des Bocages de l’Ouest, Angers, 1996, p. 175-183.

–, « La concurrence entre “rallonge” et “parataxe” dans l’œuvre de Tacite : conditionnements linguistiques, choix stylistiques », dans H. Rosén (éd.), Aspects of Latin, Papers from the Seventh International Colloquium on Latin Linguistics, Jerusalem, 19 au 19 avril 1993, Innsbruck, « Innsbrucker Beitrage zur Sprachwissenschaft », 1996, p. 483-496.

–, « Entre “rallonge” et “rupture”, les constructions en cum postposées chez Tacite », dans Ch.-M. Ternes et D. Longrée (éds), Oratio soluta - Oratio numerosa : les mécanismes linguistiques de cohésion et de rupture dans la prose latine, Actes des 8es Rencontres scientifiques de Luxembourg, 1995, Luxembourg, « Études luxembourgeoises d’histoire et de littérature romaines », 1, 1998, p. 101-115.

Longrée (D.) et Luong (X.), « Spécificités stylistiques et distributions temporelles chez les historiens latins : sur les méthodes d’analyse quantitative d’un corpus lemmatisé », dans G. Williams (éd.), Actes des 2es Journées de la Linguistique de Corpus, Lorient, 12 au 14 septembre 2002, Presses universitaires de Rennes, à paraître.

Sage (P.), « Quelques aspects de l’expression narrative dans les Douze Césars de Suétone », dans RBPh, LVII, 1, 1979, p. 18-50.

–, « L’expression narrative dans les Douze Césars de Suétone : analyse d’une structure de phrase », dans Latomus, XXXVIII, 2, avril-juin 1979, p. 499-524.

Notes

1 Ne pouvant fournir ici un état de la question développé, on renverra seulement à quelques ouvrages essentiels. C’est généralement Suétone que l’on compare à Tacite et non l’inverse : J.-M. Croisille, « L’art de la composition chez Suétone d’après les vies de Claude et de Néron », dans Annali dell’Instituto Italiano per gli Studi Storici, 2, 1970, p. 73-87 ; E. Cizek, Structures et idéologies dans les Vies des douze Césars de Suétone, Paris, 1977 et J. Gascou, Suétone historien, (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 255), Paris, 1984. Pour un aperçu bibliographique plus détaillé, cf. L. de Coninck, « Les sources documentaires de Suétone, Les Douze Césars, 1900-1990 », dans Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, II, 33, 5, p. 3675-3700 et P. Galand-Hallyn, « Bibliographie suétonienne (Les Vies des douze Césars), 1950-1987, Vers une réhabilitation », ibid., p. 3576-3622.

2 J.-P Chausserie-Laprée, L’Expression narrative chez les historiens latins, Histoire d’un style, Paris, De Boccard, 1969.

3 Cf. D. Longrée, « Les études sur la langue et le style des historiens latins : du mot à la phrase », dans Cesbron (G.) et Richer (L.) (éd.), La Réception du latin du xixe siècle à nos jours, Actes du Colloque d’Angers des 23 et 24 septembre 1994, Université d’Angers, Centre de Recherches en littérature et linguistique de l’Anjou et des Bocages de F Ouest, Angers, 1996, p. 175-183.

4 Comme, par exemple, le chapitre consacré aux clausules par A. Macé dans son Essai sur Suétone (Paris, 1900, p. 379-400) ou les observations de G. d’Anna, Le Idee letterarie di Suetonio, Florence, 1954, p. 179-204. C’est également dans cette perspective plus littéraire que s’inscrit l’étude récente et très documentée de P-A. Chiffre, Le Style historique dans les biographies de Suétone, thèse de doctorat soutenue en Sorbonne le 6 novembre 2000.

5 On songe ici à l’étude de L. Dalmasso, La Grammatica di C. Suetonio Tranquillo, Turin, 1906 (pour le style, cf. plus particulièrement p. 130-142).

6 P. Sage : « L’expression narrative dans les Douze Césars de Suétone : analyse d’une structure de phrase », dans Latomus, XXXVIII, 2, avril-juin 1979, p. 499-524 et « Quelques aspects de l’expression narrative dans les Douze Césars de Suétone », dans RBPh, LVII, 1, 1979, p. 18-50.

7 D. Longrée, « Tacite et Suétone : étude linguistique comparative et genres littéraires », dans Grecs et Romains aux prises avec l’histoire. Représentations, récits et idéologie, G. Lachenaud et D. Longrée (dir.), Presses universitaires de Rennes, 2003, vol. I, p. 315-326.

8 Tels que définis par M. Lavency : cf., entre autres, M. Lavency, Vsus, Description du Latin classique en vue de la lecture des auteurs, Grammaire latine, 2e éd., Louvain-la-Neuve, « Bibliothèque des Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain », 88, 1997 (1re éd., Paris-Gembloux, 1985).

9 Sur la distinction foreground/background, cf. A.-M. Bolkestein, « Discourse functions of predications : the background/foreground distinction and tense and voice in Latin main and subordinate clauses », dans J. Nuyts et G. de Schutters (éds.), Getting one’s words into line, On word order and Functional Grammar, Dordrecht ; Providence, 1987, p. 165-178 ; Ch. Touratier, « Récit et temps verbaux », dans IG, XLI, mars 1989, p. 3-5 ; H. Weinrich, Le Temps, le récit et le commentaire, trad. par M. Lacoste, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1973, p. 115.

10 Cf. D. Longrée, « Entre “rallonge” et “rupture”, les constructions en cum postposées chez Tacite », dans Ch.-M. Ternes et D. Longrée (éds), Oratio soluta - Oratio numerosa : les mécanismes linguistiques de cohésion et de rupture dans la prose latine, Actes des 8e Rencontres scientifiques de Luxembourg, 1995, Luxembourg, « Études luxembourgeoises d’histoire et de littérature romaines », 1, 1998, p. 101-115.

11 Sur la définition du procédé, cf. D. Longrée, « La phrase à rallonge chez Tacite », dans Aufstieg und Niedergang der Romischen Welt, II, 33, 4, p. 2539-2580.

12 Sur cette concurrence, cf. D. Longrée, « La concurrence entre “rallonge” et “parataxe” dans l’œuvre de Tacite : conditionnements linguistiques, choix stylistiques », dans H. Rosén (éd.), Aspects of Latin, Papers from the Seventh International Colloquium on Latin Linguistics, Jerusalem, 19 au 19 avril 1993, Innsbruck, « Innsbrucker Beitrage zur Sprachwissenschaft », 1996, p. 483-496.

13 Cf. D. Longrée et X. Luong, « Spécificités stylistiques et distributions temporelles chez les historiens latins : sur les méthodes d’analyse quantitative d’un corpus lemmatisé », dans G. Williams (éd.), Actes des 2es Journées de la Linguistique de Corpus, Lorient, 12 au 14 septembre 2002, Presses universitaires de Rennes, à paraître.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search