Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ginguené (1748-1816)

 | 
Édouard Guitton

Annexes

Lady Morgan chez les Ginguené1

Texte intégral

  • 1 C’est un fils du jadis célèbre P***, ci-devant éditeur à Londres d’un journal du soir, qui n’est p (...)

Extrait de La France, Paris, Londres, Treullet et Wurtz, 1837, 2 vol. in-8°.
Ce texte nous a été communiqué par M. Pierre Ginguené, que nous remercions.

1Dans la courte histoire de la république françoise, le nom de Ginguené tient sa place parmi ceux dont les intentions pures et les vues patriotiques forment un noble contraste avec cette démocratie égoïste et sanguinaire qui leur succéda en les écrasant. – On a dit que son caractère a été fondu dans ce véritable moule antique que présentent les plus belles pages de l’histoire de la Grèce et de Rome, pour l’exemple et l’admiration du genre humain. Ses ouvrages lui ont assuré depuis longtemps un rang distingué dans la littérature classique de son pays. Ses droits à une réputation poétique sont reconnus sur le continent ; mais il est plus connu en Angleterre par son ouvrage savant et élégant sur la littérature italienne. – Il fit son début à Paris en 1772, ayant à peine vingt ans, et nouvellement arrivé de sa province. Son petit poème de la Confession de Zulmé obtint le suffrage universel des cercles les plus élevés, et celui qui devoit être un jour un républicain sévère, n’étoit alors connu que comme un poète charmant, « un homme de bonne compagnie ».

2Ami du célèbre et malheureux Champfort, Ginguené partagea ses principes politiques, et se distingua parmi ceux qui écrivoient pour la Feuille villageoise. – Au commencement de la révolution, il dirigeoit seul le comité d’Instruction publique, et fut bientôt nommé membre de l’Institut. Ayant refusé une place de ministre près des villes anséatiques, il fut envoyé en ambassade en Sardaigne, et conclut en 1798, avec le souverain qui y régnoit alors, un traité qui donna la citadelle de Turin à la France. Après la révolution du 18 brumaire, il fut nommé tribun ; mais en 1802, renonçant aux affaires publiques, il consacra exclusivement à la littérature son temps et ses talens, et produisit des ouvrages qui font autant d’honneur à son cœur qu’à son génie.

3L’esprit républicain de Ginguené ne lui permit pas de fléchir le genou devant le pouvoir impérial ; il resta membre de l’Institut, professeur de littérature italienne au Lycée ; mais il ne chercha pas à obtenir de place du gouvernement, et on ne lui en offrit aucune. Son horreur bien connue pour le despotisme le priva des faveurs du souverain ; mais n’attira sur lui aucune persécution. On ne le distingua qu’en le négligeant, en l’oubliant. – Dans la suite il rejeta des offres, et se refusa à des sollicitations qui auroient pu attirer sur lui une punition plus sévère de la part de l’autorité mortifiée.

4Lors de la dernière chute de Bonaparte, on proposa à Ginguené de célébrer en vers cet événement, et d’y dérouler la liste des crimes de l’usurpateur. « Moi ! répondit Ginguené, je laisse ce soin à ceux qui l’ont loué ». C’est ce qui ne manqua pas d’arriver ; et presque tous ceux qui avoient vécu des basses flatteries qu’ils prodiguoient à Bonaparte, furent les plus ardens à insulter l’idole renversée.

5Bien des gens ne peuvent pardonner à Ginguené une lettre qu’il écrivit à un de ses amis en France, pendant qu’il étoit ambassadeur en Sardaigne, et qui a reçu depuis peu de la publicité. Il y disoit que madame Ginguené, dans le vrai costume d’une ambassadrice républicaine, avoit paru à la cour de Turin en bas de coton. « Quel triomphe pour le républicanisme ! » s’écrioit M. Ginguené, avec plus de gaîté de cœur que ne devoit en montrer un ministre. Ce fut en vain qu’on fit valoir que les bas de coton étoient maintenant admis dans la toilette la plus royaliste ; que les plus jolies jambes de France les chaussoient de préférence au bas de soie de l’ancien régime, et que la femme la moins politique de Paris pouvoit paroître un jour en bas de soie, et le lendemain en bas de coton, sans courir le risque de voir inscrire son nom sur le dictionnaire des girouettes ; les bas de coton étoient des preuves d’un républicanisme invétéré, et M. Ginguené consulta sa tranquillité autant que sa santé, en quittant pour la solitude de la campagne, ces cercles de gens éclairés où son nom n’est jamais prononcé qu’en y joignant une charmante épithète : Le bon Ginguené.

6Ce fut au commencement de l’année 1816, que M. Ginguené chercha une retraite paisible et permanente dans sa maison de campagne, à Eaubonne, où il fut accompagné par sa digne épouse, qu’on ne peut assez estimer, et par un fils adoptif, jeune Anglais, objet de tous leurs soins et de leurs instructions Monsieur et madame Ginguené nous adressèrent une invitation d’aller les y voir, et pendant notre séjour en France, il en est peu que nous reçûmes avec plus de plaisir, et que nous acceptâmes avec plus d’empressement. Eaubonne a bien des droits à la célébrité. C’est là qu’ont demeuré Saint-Lambert et madame d’Houdetot ; c’est un lieu consacré par tant de pélerinages amoureux de Jean-Jacques Rousseau. Ce petit village, écarté et romantique domine sur la vallée de Montmorency, et ajoute beaucoup à la beauté pittoresque de ce canton enchanteur. Nous y arrivâmes à travers des bois de cerisiers et de vignes, les uns chargés de fruits, les autres en pleines fleurs, et par un sentier si escarpé, si tournant, si difficile, que nous fûmes obligés de faire à pied plus d’un demi-mille, tandis que notre voiture pouvoit à peine nous suivre dans cette montée rapide.

7L’agréable demeure de M. Ginguené est située sous les hauteurs de Montmorency, au haut d’une éminence escarpée et au milieu d’un beau jardin, qui étoit en ce moment enrichi de tous les trésors et de tous les parfums de la saison, que faisoient éclore les rayons d’un soleil superbe, mais presque insupportable. Nous trouvâmes le maître aimable et distingué de cette charmante habitation, fané, flétri, au milieu de la plus brillante végétation. Il nous parut dès lors marcher rapidement vers le dernier période de la consomption ; mais après le premier choc que la visite d’un étranger cause toujours à l’homme dont la santé est décidément dérangée, toute infirmité corporelle disparut devant la vigueur inépuisable d’un esprit d’où découloient sans cesse les plus aimables plaisanteries, et qui, par ses tournures piquantes et ses allusions heureuses, donnoit à la conversation d’un philosophe cette tournure épigrammatique qui procure la réputation d’homme d’esprit, même à celui qui n’est qu’homme du monde. M. Ginguené étoit descendu de son cabinet pour nous recevoir. Malgré toutes nos remontrances, il voulut nous accompagner dans son jardin ; il vouloit même nous suivre jusque sur les hauteurs de Montmorency pour nous montrer quelques-uns des plus beaux points de vue de la vallée qu’elles dominent, et nous fûmes obligés de le forcer, en quelque sorte, à renoncer à un projet pour lequel ses forces paroissoient insuffisantes.

8M. Ginguené est un amant passionné de la vie champêtre. Quand il me vantoit la paix et le bonheur dont il jouissoit dans sa retraite, qu’il me montroit la collection de ses roses, qu’il me parloit des greffes qu’il avoit dessein de faire la saison suivante, j’éprouvois, en l’écoutant, un plaisir mêlé de mélancolie. La mort étoit empreinte sur son front, et il parloit d’un renouvellement de la vie, d’un printemps à venir. Comme je l’aidois à cueillir quelques fleurs, le jardinier, gros paysan d’un air de bonne humeur, rouloit sa brouette près de nous. M. Ginguené lui demanda un lien pour attacher nos bouquets, et s’adressa à lui en le nommant mon bon Charles ; je répétai, d’après sa charmante fable du Pêcher :

…Mon bon Charle,
Qui plus et mieux qu’un oiseau parle.

9« Oui, me dit M. Ginguené, vous avez raison ; c’est mon bon Charles, le héros du vieux pêcher, dont vous avez la bonté de vous souvenir ».

10Cette jolie fable indique si bien les goûts et le caractère de son aimable auteur ; elle démontre tellement la simplicité de ses mœurs et la gaîté habituelle de sa conversation, qu’on me pardonnera, j’espère, de tirer d’un petit ouvrage délicieux que je crois presque encore inconnu en Angleterre, la fable à laquelle je viens de faire allusion, et de la citer comme le meilleur commentaire qu’on puisse faire sur un texte dont la dignité est supérieure à tout ce qu’on pourroit en dire.

LE VIEUX PÊCHER
Depuis que la muse naïve
Qui remit sous mes doigts ma plume fugitive,
De moi, tant bien que mal a fait un fablier,
Je suis plus que jamais, en ma saison tardive.
Amateur des jardins, si ce n’est jardinier.
Souvent j’y passe un jour entier : A quoi ?
Je ne sais trop, mais heureux de n’entendre
Des bruits ni vrais ni faux ; point de devoirs à rendre,
Point de bavards pour m’ennuyer,
Point d’oeil malin pour m’épier.
Et toujours des leçons à prendre ;
Leçons de langue des oiseaux,
Et des fleurs, et même des arbres ;
Je les entends : j’entends les moindres arbrisseaux ;
J’entendrois, je crois, jusqu’aux marbres,
Si marbres habitoient sous mes humbles berceaux.
Dans ce jardin chéri de Palès et de Flore
Est un antique et beau pêcher,
Dont les fruits qu’en naissant le dieu du jour colore
Flattent l’oeil, l’odorat, le goût et le toucher.
Mais ce favori de Pomone
Vieillit : déjà sont front porte cette couronne
Qui marque à ses pareils l’instant du noir nocher.
Sa feuille tombe avant l’automne ;
On voit son tronc se dessécher ;
Et bientôt la Nature, et si dure et si bonne.
Qui des arbres, de nous, également ordonne.
Lui trace le chemin du jardin au bûcher.

Près de lui, d’une main prudente,
Charles, mon jardinier, mit par précaution
Un pêcher, jeune encor, mais d’une belle attente,
Et dont une greffe savante
A fini l’éducation.
De ce nouveau venu le vieux pêcher se fâche :
« Pourquoi, dit-il, m’associer
 » Un blanc-bec, un mince écolier ?
« Je ne le puis souffrir : je prétends qu’on l’arrache,
 » Ou je fais, l’an prochain, banqueroute au fruitier ».
A ce dur propos, mon bon Charle,
Qui plus et mieux qu’un oiseau parle.
Et souvent adoucit l’ennui de travailler,
Par le plaisir de babiller,
Concis pour cette fois autant qu’un Spartiate,
Répond : « S’il faut choisir, crains que je ne t’abatte ;
 » J’aurai de lui des biens qu’avec toi j’ai perdus :
 » Il plaira par ses fruits, quand tu n’en auras plus ».

Mes chers amis, moi qui vous fais ce conte,
Je prétends, pour mon propre compte.
En profiter : toujours j’aimai les jeunes gens ;
Je veux de plus en plus, en faveur de leur âge.
Excuser leurs défauts, accueillir leurs talens ;
Et brisé des écueils, mais bientôt au rivage
De l’orageux Neptune où je les vois flottans,
Des mains et de la voix animer leur courage.
Aidons nos successeurs, c’est le conseil du sage.
Ainsi de mon pêcher quinteux
Je sais mettre à profit la leçon pour moi-même.
Tel vieillard savant et hargneux,
Qui me traite en jeune homme et fait le dédaigneux.
En profitera-t-il de même ?

  • 2 Depuis que j’ai commencé cet ouvrage, j’ai reçu de France des lettres qui m’annoncent la mort de c (...)

11Cette journée, la seule où j’eus le plaisir de voir M. Ginguené, ne se passa que trop rapidement : on eut la bonté de nous presser de réitérer notre visite, de la réitérer souvent ; nous le promîmes avec le désir et l’intention de tenir notre parole ; mais des circonstances impérieuses s’y opposèrent, et nous ne vîmes plus l’excellent, le philosophe Ginguené ; mais nous emportâmes de sa retraite des impressions de la sagesse et de la dignité humaine, qui nous firent concevoir plus d’estime pour l’espèce à laquelle il appartient, et nous quittâmes ce sage aimable avec des sentiments d’admiration et de regret qui auraient été encore plus profonds, si nous avions su que nous prenions congé de lui pour toujours2.

12Madame Ginguené, le modèle des femmes dévouées à leurs maris, est pleine de talens et de connoissances. Quoique simple dans sa personne et dans sa parure, et sans prétentions dans ses manières, du moment qu’elle entre en conversation, elle fait sur l’esprit une impression à laquelle on ne peut se méprendre. Une phrase, un mot quelquefois suffit pour la faire apprécier. Il étoit pourtant impossible de reconnoître l’ambassadrice de France en Sardaigne, dans la garde attentive et fatiguée d’un mari valétudinaire.

Notes

1 C’est un fils du jadis célèbre P***, ci-devant éditeur à Londres d’un journal du soir, qui n’est plus remarquable par son amour pour la liberté.

2 Depuis que j’ai commencé cet ouvrage, j’ai reçu de France des lettres qui m’annoncent la mort de cet homme instruit et respectable.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540