Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ginguené (1748-1816)

 | 
Édouard Guitton

Annexes

Extrait de l’Encyclopédie méthodique1

Texte intégral

  • 1 Ce très précieux document nous a été adressé par M. Daniel Teysseire, de l’université Paris XII, q (...)

1Encyclopédie méthodique, « Dictionnaire de Médecine », Tome 11, Paris, Veuve Agasse, 1824. Pp. 742 D. 1.4. – 763 D. 1. 60 : « Phtisie, s.f. (Pathol. génér. & spéciale) ». (Moreau de la Sarthe). Pp. 755 D. 1.34 – 761 D. 1.41 : « Phtisie tuberculeuse ». Pp. 759 D. 1.24 – 761 G. 1.12 :

2« […]

  • 2 Les mots ou expressions signalés par un astérisque sont définis dans l’index explicatif qui suit.

3Le troisième période est caractérisé par un progrès sensible, effrayant, dans des phénomènes particuliers de la maladie & dans les phénomènes généraux qui les accompagnent, telles que la fièvre dont nous venons de parler, l’insomnie, l’altération des fonctions nutritives. Quelquefois cependant, ces symptômes généraux ne sont pas dans un rapport exact avec la disposition tuberculeuse, & font périr les malades d’une manière prématurée, et même avant d’avoir rendu des crachats jaunes & opaques : ce qui suppose toujours un grand nombre de tubercules. Dans d’autres circonstances, les phénomènes du râle muqueux, de la pectoriloquie [*]2, & l’expectoration la plus défavorable, se montrent, bien que l’embonpoint et un état de santé supportable paroissent encore exister. Il n’est pas même sans exemple, que certains malades qui n’avoient qu’un petit nombre de tubercules, aient parcouru tous les périodes du développement, du ramollissement, d’évacuation de matière tuberculeuse, en paroissant tourmentés par une toux nerveuse ou par une affection catarrhale [*]. La phthisie ou consomption n’existe pas, il faut l’avouer, dans ces cas fort rares & très-heureux, puisqu’elle résulte d’un progrès simultané dans les symptômes particuliers de l’état tuberculeux du poumon, & dans l’influence désastreuse de cet état, sur l’ensemble de l’organisme, tels que l’amaigrissement, l’insomnie, &c.

4[p. 760 Col. G.] Les symptômes qui amènent cette désastreuse influence & tous les phénomènes qui se rapportent d’une manière directe à la disposition tuberculeuse, se prononcent de plus en plus dans le troisième période. L’embonpoint & une apparence de santé qui s’étoient conservés jusqu’à cette époque, diminuent sensiblement : les forces se perdent, le dépérissement augmente ; la fièvre est continue, & les redoublements sont annoncés de la manière la plus pénible, par une exacerbation dans tous les symptômes graves, telles que la toux, l’oppression, l’insomnie, &c.

5D’autres symptômes qui appartiennent plus particulièrement au troisième période, ne tardent pas à se montrer : telles sont l’œdématie [*] des extrémités inférieures, les sueurs colliquatives [*] & la diarrhée, que l’on attribue à une entérite consécutive & trop souvent dépendante d’une invasion de l’intestin, par la dégénérescence tuberculeuse. A cette époque de la maladie, les progrès du marasme sont effrayans & si les malades ne périssent pas d’une manière prématurée & en succombant à des symptômes nerveux qui se joignent si souvent à toutes les maladies organiques, ils périssent dans un état de consomption & de destruction progressive, dont nulle autre maladie peut-être, ne présente l’exemple. Ce dépérissement, lors même qu’il ne serait pas accompagné des autres symptômes généraux de la phthisie tuberculeuse, que l’on serait parvenu à suspendre, suffiroit pour dissiper tous les doutes ou toutes les espérances que l’on pourrait conserver dans cette circonstance, & avec apparence d’amélioration.

6Un des hommes de lettres les plus distingués des temps modernes, le savant auteur de l’Histoire littéraire de l’Italie, m’a offert, il y a environ seize ans, un exemple bien pénible de cette triste vérité. Je commençai à lui donner des soins à l’époque très-avancée d’une affection de poitrine, dont il faisoit remonter l’origine jusqu’aux premières années de sa jeunesse, & pour laquelle il fut soigné pendant longtemps par un médecin qui ne s’étoit jamais fait une idée exacte de sa maladie & qui l’avoit attribuée tantôt à la goutte, tantôt à un rhumatisme, tantôt à un embarras gastrique ou à une disposition érysipélateuse [*], à tout enfin, excepté à sa cause véritable & prochaine (l’état tuberculeux du poumon).

7Il me fut impossible, à la vérité, de reconnoître d’une manière positive cette cause prochaine & ce genre de lésion qui ne pouvoit laisser aucune espérance, n’ayant encore eu, à cette époque, aucune idée de l’auscultation médiate & de l’usage du stéthoscope. Je les soupçonnai en donnant toute l’attention que je devois à une suite d’observations sur la complexion du malade, la marche de sa maladie, l’enchaînement de ses symptômes, l’augmentation progressive & journalière du dépérissement, même à une époque où je parvins, par [col. D.] des médications convenables, à rétablir le sommeil & les fonctions digestives, tout en faisant cesser les sueurs nocturnes, la diarrhée, l’abondance de l’expectoration.

8M. G** passa une année à la campagne avec une apparence de convalescence, sur laquelle j’étois le seul de ses amis qui ne pût se faire illusion, averti de son danger, & par l’oppression qui devenoit chaque jour plus grande, & par la maigreur qui se montrait aux yeux les moins prévenus, avec tous les caractères du marasme. Tout à coup, & sans le retour des symptômes que j’avois combattus, les forces se perdirent entièrement chez M. G** : il lui sembla qu’un poids énorme l’accabloit & l’empêchoit de marcher ; jusqu’à ce moment, il ne s’étoit pas cru malade, & frappé de ce changement, il me fit appeler à sa campagne, où il venoit de passer dans un doux loisir, les momens les plus heureux de sa vie. Dès qu’il m’aperçut, il m’annonça que tout avoit bien changé depuis notre dernière entrevue, & qu’il avoit passé d’une situation de valétudinaire assez douce, dans un état bien déterminé de maladie. Nous le ramenâmes à Paris le lendemain, avec beaucoup de peine, & deux jours après il avoit cessé d’exister : toujours fatigué de plus en plus de cette sensation d’un poids qui l’accabloit même dans la position horizontale, & qui lui paroissoit être la seule cause de son oppression. Quelques jours avant de mourir, il y eut des crachats d’apparence purulente & mêlés à des matières noirâtres, & donnant à penser que la mélanose [*] s’étoit jointe sans doute à la dégénérescence tuberculeuse.

9M. G** vécut pendant plus de quarante ans sous l’influence de l’état morbide, dont il avoit ressenti les premiers symptômes dès l’âge de quinze à dix-huit ans, époque où il eut plusieurs hémoptysies [*] consécutives : des soins entendus, plus éclairés, un genre de vie moins orageux que le sien, dans la période de cinquante à soixante ans, auroient probablement contribué à le soulager, en s’opposant à de nouveaux ramollissements de tubercules & à la cicatrisation des cavernes tuberculeuses qui s’étoient formées probablement dans le poumon pendant longtemps, sans altérer sensiblement sa santé, qui ne fut complètement engagée, que lorsque le mal étant porté à son comble, il devint un obstacle insurmontable à toute nutrition. Il est important de dire, en terminant cette observation, que le fond de la complexion de M. G** étoit sensiblement remarquable par une dégénérescence rachitique qui ne s’étoit pas développée ; ce qui lui donnoit quelqu’analogie, sous ce rapport, avec l’un de ses plus illustres compatriotes, chez lequel cette disposition est annoncée évidemment & par la prédominance du cerveau sur les autres organes, & par le développement extraordinaire des facultés mentales, qui coincide avec cet excès de volume, dans les masses cérébrales.

10[p. 761 Col G.] Les archives de la médecine pratique présentent plusieurs exemples de ces développements prolongés, souvent consécutifs & comme interrompus, de la phthisie tuberculeuse. Dans ces circonstances, la maladie présente des alternatives de convalescence imparfaite & de rechute incomplète, que l’on attribue souvent, sans raison, à différentes causes occasionnelles. La marche de la phthisie peut en outre se trouver embarrassée & compliquée par plusieurs autres maladies qui la font perdre de vue, & qui jettent souvent dans des méprises graves sur son traitement.

11[…]. »

12D’après ces lignes de Moreau de la Sarthe, la chronologie de l’évolution de la tuberculose pulmonaire dont est mort Ginguené pourrait s’établir de la manière suivante :

  • une prédisposition native due à une constitution rachitique ;
  • une tendance aux affections pulmonaires dès la jeunesse, avec crachements de sang dès 15-18 ans, soit entre 1763 et 1766 ;
  • 40 ans d’affection pulmonaire mal soignée, s’aggravant entre 50 et 60 ans, soit entre 1798 et 1808, au moment de sa plus grande activité d’homme public, qui ne favorise pas une thérapie tranquille et continue ;
  • 1808 : prise en charge de la maladie de Ginguené par le médecin des Idéologues qu’est Moreau de la Sarthe qui lui permet quelques rémissions ;
  • 1815-1816 : phase finale de la tuberculose pulmonaire de l’auteur de l’Histoire littéraire de l’Italie ; il dépérit à vue d’œil ; ramené d’urgence de Saint-Prix à Paris, il y meurt en deux jours, les poumons complètement nécrosés par le mal tuberculeux.

13Le moins que l’on puisse dire de l’évolution de cette tuberculose pulmonaire, c’est qu’elle fut lente, puisqu’elle a laissé, au dire même de Moreau de la Sarthe, 40 années de rémission à Ginguené.

14Quant au rapprochement de celui-ci avec un compatriote qui semble bien être Laennec, il n’engage que Moreau de la Sarthe et sa conception – assez partagée à l’époque – d’une prédisposition des rachitiques à la tuberculose pulmonaire et à… l’intellectualité ! Par une sorte de compensation physiologique, le développement du cerveau se fait au détriment des autres organes ; d’où le rachitisme général et la constriction particulière des poumons génératrice de tuberculose.

Index explicatif de certains termes médicaux du texte, peu usuels aujourd’hui

15Affection catarrhale :
affection due à un écoulement inhabituel, et donc pathologique, d’une muqueuse quelconque ; ici, du poumon (catarrhe pulmonaire qui ne se réduit pas toujours, loin de là, au bon gros rhume).

16Disposition érysipélateuse :
inflammation superficielle de la peau avec rougeurs, généralement accompagnée de fièvre ; ce peut être le symptôme de beaucoup de choses.

17Hémoptysies :
crachements de sang, plus particulièrement produits par une hémorragie de la membrane du poumon ; c’est un symptôme très explicite de la « phthisie tuberculeuse », c’est-à-dire de la tuberculose pulmonaire

18Mélanose :
développement inhabituel, et donc pathologique (nécrose), de tissus noirs sur différents points du corps ; c’est le signe manifeste d’une altération du sang pouvant elle-même résulter d’une pathologie du poumon.

19Œdématie :
= œdème ; l’œdème des membres inférieurs est évidemment le signe d’une mauvaise circulation du sang liée à une déficience organique (du cœur et/ou des poumons) certaine.

20Pectoriloquie :
Phénomène de passage des sons de la voix directement du poumon au sthéthoscope ; c’est évidemment un signe d’existence de cavernes dans les poumons, et donc un symptôme de tuberculose pulmonaire.

21Sueurs colliquatives :
sueurs semblant résulter de la liquéfaction des parties solides du corps ; répétées et abondantes, elles constituent alors le signe d’une affection grave.

Notes

1 Ce très précieux document nous a été adressé par M. Daniel Teysseire, de l’université Paris XII, que nous remercions. M. Teysseire a rédigé le commentaire et l’index qui accompagnent le texte.

2 Les mots ou expressions signalés par un astérisque sont définis dans l’index explicatif qui suit.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540