Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ginguené (1748-1816)

 | 
Édouard Guitton

Annexes

Chronologie de Ginguené

Florence Fanouillère

Texte intégral

Sources consultées :

1A. M. Archives municipales de Rennes.

2B. G. N. Bibliographies générales nationales, par J.-M. Quérard.

3B. U. Biographie universelle, ancienne et moderne, supplément, tome 65, GA-GOZ, page 340. A Paris, chez Michaud, 1848.

4D. J. Dictionnaire des Journalistes (1600-1789), sous la direction de Jean Sgard, P.U.G., 1976 – Notice « Ginguené » par J. Roussel.

5K. Répertoire général de Bio-bibliographie bretonne par René Kerviler, tome 8, page 121, Joseph Floch, Imprimeur, Editeur à Mayenne (1978).

6B. B. Biographie Bretonne de P. Levot (Tome 1).

7Z. PL. Ginguené. journaliste et critique littéraire. Textes choisis avec une introduction et des notes par Serggio ZOPPI (Università di Torino). G. Giappichelli, Editore, Torino, 1963.

81748 (25 avril)

9Naissance à Rennes de Pierre-Louis GINGUENE, en la paroisse de Saint-Sauveur (A. M.). Il est issu d’une famille d’origine noble mais sans fortune ; fils de Pierre-François Ginguené, procureur à la Cour de Rennes, et d’Anne-Marie Gagon. Il eut un frère, Gaspard-François, né en 1749, qui devint inspecteur des Domaines. (K.)

101762

11Il administré par les prêtres séculiers. Il y est le condisciple de Pamy et étudie le grec, le latin, la littérature française. Son père lui enseigne personnellement les littératures anglaise et italienne, de même qu’il développe son goût pour les Beaux-Arts. La musique devient pour lui une vraie passion. (B. B.-Z.)

121768

13Il compose, à Rennes, sa meilleure pièce de vers : La Confession de Zulmé. A vingt ans, il a déjà une renommée de poète et de littérateur (Z.)

141770

15Il rédige une Ode sur le retour du parlement à Rennes. Un extrait en a été donné par B. Pocquet dans son ouvrage sur le Duc d’Aiguillon et La Chalotais. (K.)

161772

17Arrivée à Paris, où il devient précepteur. Il lit sa Confession de Zulmé à un académicien M. Rochefort, qui lui en réclame plusieurs exemplaires. Ginguené voit de nombreux plagiaires s’attribuer son oeuvre. (D. J.)

181775

19Date à laquelle débute sa collaboration à de nombreux journaux avec des articles de littérature. Cependant, il est difficile de suivre son activité de journaliste avant la Révolution car les articles n’étaient alors généralement pas signés. (Z.)

201777

21Il travaille à un Opéra-Bouffon en deux actes, tirés de l’Intermède italien « Lo Sposo Burlato » : Pomponin ou le Tuteur mystifié. Il est l’auteur du « libretto » et Nicolas Piccinni compose la musique. Cet opéra fut représenté à la Cour de Fontainebleau dans le courant de 1777. (B. B.)

221778

23Ginguené entre comme commis au Contrôle Général des Finances. Il écrit la Lettre à mon ami, lors de mon entrée au Contrôle-Général. De cette même année, date la Satire des satires en vers, in-8°, qui lui est attribuée. (B. G. N.)

241779

25Un opuscule anonyme Entretiens sur l’état actuel de l’opéra est attribué à Ginguené par un bon nombre de personnes, même si Beuchot prétend qu’il est l’ouvrage d’un certain Coiqueau, architecte dijonnais. (B. G. N.) C’est également en 1779 que paraît La Confession de Zulmé dans l’Almanach des Muses : Ginguené se fait traiter d’imposteur, lui le véritable auteur. (D. J.)

261780-1783

27Il écrit des articles de critique musicale sous le nom de Mélophile, dans le Journal de Paris et dans le Mercure ; articles qui sont toujours en faveur de Nicolas Piccinni. (D. J.)

281783

29Il est l’auteur de « Mélophile à l’homme de lettres chargé de la rédaction des articles de l’opéra dans le Mercure de France », qui paraît à Paris in-8° et qui compte 27 pages (B. B.)

30 1782-1784

31Il appartient à la Loge maçonnique des Neufs-Soeurs (voir Le Bihan dans Les Francs-Maçons parisiens). (D. J.)

321784

33Il semble qu’il soit l’auteur des Caprices Poétiques. Néanmoins, on hésite entre lui et Daillant de la Touche, également Rennais, venu à Paris en 1768. (Z.)

341786 (21 novembre)

35Ginguené épouse Marie-Anne Poulet. (A. M.) Daunou dit que Ginguené l’a choisie dans sa propre famille. Selon Guillois, dans La Marquise de Condorcet, c’était une amie de Sophie de Grouchy, marquise de Condorcet. (D.J.)

361787

37Il participe sans succès au concours de poésie de l’Académie française, avec son poème Léopold, tandis que le prix est décerné à M. Terrasse de Mareilles, fils d’une des femmes de chambre de la Reine. (B.B.) Selon Quérard, cet ouvrage estimé est le « plus beau fleuron de la couronne littéraire de Ginguené » et les Italiens lui ont accordé l’honneur d’une traduction.

381788

39Eloge de Louis XII, qui a concouru pour le prix de l’Académie française. A Paris, chez Debray in-8°. C’est un certain Noël, qui a remporté le prix (B. B.)

401789

41Il publie une Ode sur les Etats-Généraux, à Paris in-8°. (K.)

421790

43Assidu du salon de Mme Condorcet et de la villa de Mme Helvétius à Auteuil. Il y rencontre les hommes de la Révolution : Mirabeau, Talleyrand, La Fayette. Il est lié d’amitié avec Volney, Garat, Destutt de Tracy, Sieyès, Andrieux et les frères Chénier. (Z.)

44Début de la collaboration de Ginguené à la Gazette nationale ou le Moniteur Universel. (D. J.)

451790-1795

46Il travaille à la Feuille villageoise, où sa polémique contre la religion sera de plus en plus violente avec les années. Chez Desenne, puis imprimerie du Cercle Social, Paris, 10 volumes. (Z.)

471790-1791

48Avec Chamfort et Fauchet, il travaille aux « Tableaux de la Révolution Française, ou collection de gravures représentant les principaux événements, qui ont eu lieu en France, avec des discours », Paris-Didot, 25 livraison in folio. Ginguené rédige pour sa part les douze derniers discours. (K.)

491791

50A un moment où les révolutionnaires ont un culte pour Rousseau, il rédige les Lettres sur les Confessions de J.-J. Rousseau, à Paris, chez Barrois l’aîné, in-8°. (D. J.)

51Il est, par ailleurs, rédacteur officiel de la page littéraire du Mercure pendant quelques mois avec Chamfort, La Harpe et Marmontel. Cependant, il le quitte quand ce journal, sous la poussée de La Harpe et Marmontel, prend parti en faveur de la faction monarchique. (Z.)

52Il rédige alors : De I Autorité de Rabelais dans la Révolution présente et dans la constitution civile du clergé, ou Institutions royales, politiques et ecclésiastiques tirées de Gargantua et de Pantagruel, Paris, Gattey, in-8°. (K.)

53Le 27 août, Pétition à l’Assemblée nationale, concernant une demande de translation des cendres de J.-J. Rousseau au Panthéon français (avec la réponse de M. Broglie, président), 2° séance, Paris, Imprimerie nationale, in-8°, 15 pages. (K.)

541791-1818

55Il donne des articles concernant la musique à « l’Encyclopédie méthodique, dans la partie musicale intitulée : Dictionnaire de musique », Paris, Panckoucke, 2 volumes, in-4°.

561792 (février)

57Il prend la direction de la Feuille villageoise (K.)

581793 (octobre)

59Ginguené est devenu le principal rédacteur de La Feuille Villageoise. (D. J.)

601793-1794

61Ginguené est avec Garat rédacteur de la page politique du Moniteur. (Z.)

621794 (29 avril)

63Dans une atmosphère de violence et de soupçons, où il était dangereux d’exprimer ses idées, Ginguené décide de fonder avec cinq associés (Andrieux, Say, Duval, Le Breton, Toscan) La Décade philosophique, littéraire et politique. Imprimerie des Sciences et des Arts, puis du Propagateur, Paris, 42 volumes. (Z.)

64(3 mai) Sous la Terreur, il est arrêté à Noisy-le-Sec (14 floréal an 2). Incarcéré à Saint-Lazare le 19 floréal (8 mai) avant d’être libéré le 23 thermidor (10 août). Il semble que Robespierre n’appréciait pas son horreur de la violence et ses idées modérées. (D. J.)

65(12 septembre) La Réaction thermidorienne eut pour effet de faire nommer aux emplois publics ceux qui avaient combattu Robespierre et ses affidés. La Convention nationale nomme, le 26 fructidor an 2, le citoyen Garat à la commission de l’Instruction publique et les citoyens Ginguené et Clément adjoints de ladite commission. (Z.)

661795 (janvier)

67Ginguené est adjoint de Garat, commissaire de l’Instruction publique au ministère de l’Intérieur. Il devient commissaire lui-même (le 19 août) puis directeur général. En octobre, lors de l’organisation de l’Institut, il en fait partie dans la classe des Sciences morales et politiques. (D. J.) C’est également en l’an III que Ginguené publie comme éditeur les Œuvres de Chamfort, 4 volumes in-8°, précédées d’une Notice sur l’auteur. (B. G. N.)

681797

69Ginguené s’affirme comme républicain sous le Directoire et s’oppose à Necker, trop indulgent pour Louis XVI : De M. Necker et de son livre intitulé : De la Révolution Française. Tiré de la Décade philosophique in-8°. 94 pages. (B. G. N.)

70(18 décembre) Il est nommé ministre plénipotentiaire « près des villes hanséatiques » mais rebuté par le dur climat du Nord, il préfère l’ambassade de Turin. Il y arrive le 27 mars après avoir séjourné, au cours de son voyage, à Lyon et à Genève. (Z.) Le but plus ou moins caché était la spoliation du Roi de Sardaigne et la fomentation des troubles qui devaient amener sa chute. (B. B.)

711798 (24 septembre)

72Pendant un séjour à Turin, il décide de faire son testament et l’envoie avec des manuscrits à Garat, le priant de les faire publier après sa mort. De quoi avait-il peur ? (Z.)

73(12 novembre) François de Neufchâteau l’invite à faire partie d’un conseil de l’Instruction publique, qu’il voulait établir pour s’occuper de la partie des sciences idéologiques, politiques et morales. On retrouve avec lui Palissot, Domergue, Le Breton et Lagrange. (Z.)

741799 (1er juin)

75Il achète une maison de campagne à Saint-Prix, près de Montmorency, où il aime à se retirer. (Z.)

76(Août ou thermidor an 7). Il est de retour à Paris.

77(9 novembre ou 18 brumaire an 8). Après cette date, Ginguené devient membre du Tribunat, seul pouvoir législatif où l’élément populaire eût un semblant de représentation libre. (B. B.) Il montre alors son opposition à plusieurs des projets de Bonaparte, qui affectait de l’appeler Guinguené et le rangeait parmi les idéologues. (K.)

781800

79Mort du musicien Nicolas Piccinni avec qui Ginguené était très lié. Il écrit une Notice sur la vie et les ouvrages de Nicolas Piccinni, Paris, Panckoucke, in-8°, 1 fr. 80, 144 pages. (Z.)

801802 (17 janvier)

81Il est renvoyé du Tribunat avec d’autres opposants tels que Benjamin Constant, Daunou, Chénier, J.-B. Say. (D. J.)

82Extrait de La Décade philosophique, il publie son Coup d’oeil rapide sur le Génie du Christianisme ou quelques pages sur les 5 volumes in-8°, publiés sous ce titre par F.-A. Chateaubriand, Paris, Gérard, an X, in-8°, 92 pages ; 1 fr. 25. (B. G. N.)

831803

84Il entre comme professeur de littérature italienne à l’Athénée et il occupera ce poste jusqu’à sa mort. (D.J.)

851804 (octobre)

86La Décade prend le nom de Revue philosophique, littéraire et politique ; revue qui subsiste jusqu’en 1807. Paris, 11 volumes, où l’on trouve des articles signés Ginguené. (D. J.)

871804-1814

88Sous l’Empire, il vit de son traitement de membre de l’Institut et de ses travaux littéraires. (D. J.)

891805

90Ginguené et sa femme adoptent un jeune orphelin anglais : James Parry. (D. J.)

911807 (août)

92Arrêté du 27 Nivôse an 8 contre la liberté de la presse (21 septembre). Ce même arrêté donne l’ordre de la fusion de la Revue philosophique avec le Mercure, son concurrent le plus acharné. (Z.)

931807-1813

94Rapports sur les travaux de la classe d’Histoire et de Littérature ancienne, 7 cahiers in-4°.

951809 (7 juillet)

96Ginguené publie son premier Rapport sur les travaux de la classe d’Histoire et de Littérature, ancienne. Paris-imprimerie de Baudoin et de F. Didot, 7 cahiers in-4°, publiés jusqu’en 1814. Publication également de Deux Lettres de P.-L. Ginguené, membre de l’Institut de France à un académicien de l’académie de Turin (M. l’abbé Valperga de Caluso) sur un passage de la vie de Victor Alfieri. Paris, brochure in-8°. Ces deux lettres sont une réponse aux injures dont Alfïeri avait payé un service qu’il avait reçu de Ginguené. (B. G. N.)

97C’est également en 1809 qu’il est nommé membre de la commission chargée de continuer l’Histoire littéraire de la France commencée par des religieux de la Congrégation de Saint-Maur. Il collabore avec Brial, Daunou, Amaury Duval et Pastoret. (K.)

981810

99Il publie les Fables nouvelles, Paris-Michaud, in-18°, 2 fr. 50. La plupart de ces 50 fables sont des traductions de fabulistes italiens. (K.)

100« Notice sur l’authenticité des poèmes d’Ossian » en tête de l’édition d’Ossian traduit par Ix Tourneur, Paris, Dentu, 2 volumes in-8°. (K.)

1011811

102Il publie avec grand soin les œuvres de Lebrun (4 volumes in-8°), édition précédée d’une notice sur l’auteur et non remplacée à ce jour.

1031811-1824

104Ginguené publie l’Histoire littéraire d’Italie, Paris ; Michaud Frères, 9 volumes in-8° avec portrait (63 francs). Seuls les six premiers volumes ont été publiés du vivant de l’auteur ; les volumes 7 et 8 qui avaient été disposés par lui pour l’impression, ont été publiés par M. Boissonade. Le 9ème volume est de M. Salfi.

1051812

106Ginguené offre au public les Noces de Thétis et de Pélée, poème de Catulle traduit du latin en vers français, avec le texte à côté, in-18°. (K.)

107Il rédige une préface française en tête des Nouvelles-Fables de Phèdre, traduction en vers italiens par Pettoni et en prose française par M. Biagioli, Paris, Didot, in-8°. (K.)

108Cette année-là il essuie un échec lors de sa candidature à l’Académie française. (K.)

1091814

110Ginguené publie les Fables Inédiles et Poésies diverses avec des fables censurées lors de l’édition de 1810. Paris. Michaud, in-18°. (Z.)

1111815

112Ginguené cherche à obtenir du gouvernement des Cent-Jours un emploi dans l’Université, sans succès malgré l’appui de Carnot et de Fouché. Il est alors envoyé en mission, en Suisse, pour y rencontrer le colonel La Harpe et négocier un rapprochement entre Napoléon et le Tsar Alexandre. Le voyage de Ginguené n’eut aucun résultat. (D. J.)

1131816 (16 novembre)

114Mort de Ginguené à Paris.

115(18 novembre) Il est enseveli au Père-Lachaise. Sa tombe se trouve près de celle de Parny et de celle de Delille. On peut lire, sur sa pierre tombale, l’épitaphe qu’il avait lui-même composée :

Celui dont la cendre est ici.
Ne sut, dans le cours de sa vie.
Qu’aimer ses amis, sa patrie. Les arts, l’étude et sa Nancy.

1161817

117Le Catalogue des livres de la bibliothèque de feu P.-L. Ginguené (rédigé en grande partie par lui-même et précédé d’une notice sur sa personne et ses écrits par M. Garat) paraît à Paris, Merlin, in-8, sous la direction de sa veuve et de Daunou. (B. G. N.)

1181818

119En tête d’une édition de la Correspondance de l’abbé Galiani paraît une notice sur la vie et les ouvrages de l’abbé Galiani par Ginguené. (B. G. N.)

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540