Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Ginguené (1748-1816)

 | 
Édouard Guitton

III. L’écrivain engagé

Ginguené fabuliste

Jean-Noël Pascal

Full text

  • 1 Augustin Goswin de Stassart (1780-1854), homme politique et fabuliste belge.
  • 2 Il mourut le 17 novembre 1816.
  • 3 Les Fables de Stassart connurent de nombreuses rééditions augmentées de 1818 à 1854. Nous citons d (...)
  • 4 Aucune mention, par exemple, dans Le Panthéon de la fable (1878), d’Abrant ; une seule dans Les Fa (...)

1Lorsque le plus érudit, assurément, et sans doute le meilleur des fabulistes de la Restauration, le baron Goswin de Stassart1, donne en 1818 son premier recueil, il jette en arrière un coup d’œil exhaustif sur ses prédécesseurs et ses rivaux. En un temps où, selon lui, « jamais peut-être un plus grand nombre d’écrivains ne se sont distingués dans l’apologue », Ginguené, récemment décédé2, lui apparaît comme le plus digne d’être cité à la suite de La Fontaine, « au-dessus de La Motte, de Richer, de Le Monnier, de Nivernais, et même d’Aubert, mais au-dessous de Florian3 ». Ce jugement, en somme, fait du poète breton le troisième des fabulistes français, position qui peut paraître bien paradoxale si l’on considère la rapidité de l’oubli qui a enveloppé, à peine publiés, les apologues de Ginguené, jamais réimprimés et cités avec parcimonie dans les anthologies du XIXe siècle4 qui continuèrent à faire la part belle aux textes des autres écrivains nommés par Stassart, à Florian surtout, mais aussi à La Motte et à Aubert. Mais l’on peut déjà dire pourquoi : c’est qu’ils étaient récupérables par les pédagogues bien intentionnés, alors que Ginguené ne l’était guère ; et visiblement Stassart n’avait pas songé à ce critère de l’usage didactique…

  • 5 Antoine-Vincent Arnault (1766-1834), dignitaire de l’Empire, auteur dramatique et fabuliste épigra (...)
  • 6 Le recueil parut en 1812 et connut diverses rééditions augmentées. Nous citons d’après un tirage d (...)
  • 7 Sur Aubert et Le Bailly, voir La Fable au siècle des Lumières, ouvrage cité note 3. Grenus (175018 (...)
  • 8 Les lettres sont datées de 1815, avec une parfaite précision.
  • 9 Le recueil de Jauffret (1770-1840) est d’intention plutôt pédagogique et de versification un peu r (...)
  • 10 Trois volumes : l’ensemble remonte à l’Antiquité et va jusqu’à 1815. C’est une somme essentielle à (...)
  • 11 Lettres sur les fabulistes, t. 111, p. 261.
  • 12 C’est la fable « Le Corbeau et le Sansonnet » (recueil de 1814, X), parue d’abord dans le Mercure (...)
  • 13 Dans un article du Journal de Paris, du 20 février 1810.

2Plus proche que le fabuliste belge de la publication des Fables de Ginguené par la date de son propre premier recueil, Antoine-Vincent Arnault5, comme Stassart politiquement fort compromis avec l’Empire et donc potentiellement assez éloigné des positions de son rival breton, consacre lui aussi une note à ses « rivaux dans l’art de la fable6 » : Ginguené y figure, premier nommé, devant Le Bailly et Aubert, Grenus et Dutremblay7. Entre Arnault et Stassart par la date de sa critique8, prend place un troisième fabuliste de conséquence, Louis-François Jauffret9, leur rival par l’érudition sinon par le talent poétique, auteur en 1827 de très exhaustives Lettres sur les fabulistes anciens et modernes10. Ginguené est le sujet de l’une d’entre elles : considérant le legs de son rival, Jauffret s’attache surtout à en montrer le caractère politique, suivant en cela le poète breton qui s’était empressé d’indiquer les clefs par lui masquées dans son recueil de 1810 dans la préface de son appendice publié en 1814 après le premier retour des Bourbons. Si Ginguené, note Jauffret, s’est employé très ouvertement à prouver que toutes ses fables sont empruntées à des auteurs étrangers, c’est pour que « le gouvernement ombrageux » (de Napoléon) ne s’aperçoive pas qu’elles étaient « pour la plupart dirigées contre lui11 ». Mais déjà cela n’avait pas échappé à quelques critiques zélés chargés de rendre compte de la publication de 1810. Villeterque, qui d’ailleurs s’attira une réplique cinglante de la part de Ginguené, qui le traita de « corbeau12 », avait trouvé le recueil « très satirique et parfois exagéré, injuste et mordant13 » et avait désigné quelques titres de fables particulièrement « rudes », entendons contre Napoléon et le personnel de l’Empire.

3Dans l’impossibilité où nous sommes aujourd’hui d’examiner de façon un peu exhaustive l’œuvre du fabuliste Ginguené, comme un titre trop commode nous l’a fait imprudemment annoncer, nous nous contenterons, pour n’en pas donner une vision trop déformante, après une rapide présentation d’ensemble, d’insister sur la thématique politique, avant de dégager les aspects qui, selon nous, pourraient faire la spécificité du poète breton dans le domaine de la fable, particulièrement sa présence constante dans la narration, son ironie cinglante à la fois et sa sensibilité tendre, le soin apporté à la réalisation poétique. Car, au vrai, Ginguené n’a rien fait comme les autres…

  • 14 Voir sur ce point notre recueil La Fable au siècle des Lumières (présentation) et notre contributi (...)
  • 15 Le nom, cependant, revient trois ou quatre fois sous la plume de Ginguené dans cette préface, et f (...)
  • 16 Esprit-Jean de Rome d’Ardène (1684-1748) : son Recueil de fables nouvelles contient une cinquantai (...)

4C’est donc en 1810, chez Michaud, que paraissent les Fables nouvelles de Ginguené : très précisément cinquante pièces, alternativement très longues et très brèves. Le titre, au moins depuis La Motte (1719), est de règle : il signifie, au minimum, qu’on ne va pas refaire les fables de La Fontaine, envers lequel tous ses émules font preuve de la plus grande révérence14. Sur ce point, Ginguené, dans sa brève préface, ne fait pas exception à la règle : très prudemment, lorsqu’il retrace, comme tant d’autres, l’histoire de l’apologue jusqu’à la date de son recueil, il laisse le Bonhomme de côté15, et choisit d’insister plutôt sur le demi-échec (ou la demi- réussite) de ses successeurs. Peu désireux de s’engager à son tour dans une poétique de la fable et estimant qu’« un nouveau discours serait inutile » (p. 11), il souligne combien La Motte et d’Ardène16 ont réfléchi avec justesse sur ce genre d’écrire et décerne, de façon attendue, parmi ses prédécesseurs, la palme à Florian, non pas tant apparemment pour la qualité de ses pièces que pour l’intérêt de son discours préliminaire, où le poète languedocien prouve, « d’un côté, qu’il n’y a point de véritables règles pour la composition des fables, et de l’autre fait très bien sentir quelles sont les qualités nécessaires pour en faire de bonnes » (p. 12). Quant à son propre recueil, après quelques allusions assez vagues aux circonstances de sa composition, sur le ton général d’une autodérision de bonne compagnie probablement moins modeste qu’elle n’en a l’air, il insiste plus spécialement sur la nouveauté de son inspiration, empruntée aux Italiens, et sur le soin apporté à la réalisation poétique. Il n’est qu’un seul point à propos duquel il se montre tant soit peu audacieux : celui de la longueur ; annonçant que plusieurs de ses pièces « ont plus d’étendue qu’on ne leur en donne d’ordinaire » (p. 15), il revendique avec crânerie son droit à malmener la règle de la brièveté pourvu que les sujets soient « bien choisis et bien traités » (p. 16).

  • 17 Nous utilisons ici la thèse de Paul Hazard, Journal de Ginguené, 1807-1808 (Lyon, 1910).
  • 18 Andrieux, poète et auteur dramatique (1759-1833), n’a fait que quelques fables… et une brillante c (...)
  • 19 Hazard, ouv. cité, p. 39, note 1.
  • 20 Almanach des Muses, 1779, p. 109-110. Pour l’édition de 1810, la moralité a été recomposée, (...)
  • 21 Le pédagogue jésuite Desbillons (1711-1789) a écrit, entre 1754 et 1778, quinze livres de fables l (...)

5La composition des Fables, dit la préface, est « le fruit de quelques mois de loisirs passés à la campagne (…) dans une situation d’esprit qui faisait besoin (à Ginguené) de cette diversion » (p. 7). Elle semble, d’après le Journal17, remonter à 1807-1808 : l’auteur, dont on connaît l’importante activité administrative et politique sous le Directoire, s’est éloigné des affaires après l’instauration de l’Empire. C’est après avoir tenté par jeu de rivaliser avec La Fontaine, Andrieux et Collin d’Harleville18 dans l’imitation du « Rat de ville » d’Horace (p. 26) qu’il se met à composer des fables, « sans dessein comme sans peine ». En réalité, cette « cause occasionnelle » (p. 26) avait été précédée, aux dires de Ginguené lui-même qui a rédigé une Table de ses Fables19, de quatre essais sans suite dans le genre, notamment de l’apologue du « Loup converti », rédigé d’après le poète autour de 1770 et publié dans l’Almanach des Muses en 177920. Cette pièce adaptée du latin du père Desbillons21 était un fort talentueux exercice d’école, d’ailleurs repris avec quelques minimes corrections dans le recueil de 1810, où il porte le numéro XXXV. L’avertissement des Fables inédites de 1814 corrigera tant soit peu la prétendue gratuité de cette fringale spontanée de faire des fables : le poète avouera que « le temps venait souvent se placer, comme malgré (lui), dans ces tableaux de tous les temps » (p. 9). Ouvrage de plaisir et de délassement, le livre se dévoilera aussi alors travail de circonstances : satire politique, nous allons y revenir.

  • 22 Voir dans le colloque Fables et fabulistes, cité note 14, notre contribution « La Belle et la Guêp (...)
  • 23 Florian met à contribution Yriarte, dont le recueil de Fables littéraires date de 1783.
  • 24 Le recueil de Capaccio date de 1602 ; ceux de Pignotti (1739-1812), Bertola (1753-1798), De Rossi (...)
  • 25 Seul Pignotti a été traduit intégralement, en 1816, par Lepan, mais l’on rencontre un certain nomb (...)
  • 26 Nous avons sous les yeux une édition de Casti, qui vécut d’ailleurs en France, publiée à Paris en (...)
  • 27 Hazard (ouv. cité, p. 80-83) permet la comparaison sur une fable de Bertola que Ginguené n’a final (...)
  • 28 Casti (1724-1803) a publié en 1802 son poème héroï-comique des Animaux parlants, sorte de suite au (...)
  • 29 Voir dans le colloque cité note 14, la contribution de Jean Lacroix (« Renardisation du discours p (...)

6L’inspiration est majoritairement italienne, et c’est une nouveauté incontestable dans le monde de l’apologue. Depuis 1760, les fabulistes ont découvert successivement les Anglais et les Allemands22, pillés sans vergogne par tous les auteurs connus ou oubliés, et les Espagnols, naturalisés par Florian23 et par Le Bailly. Avec Ginguené, la source italienne révèle sa fécondité : outre les déclarations de la préface de 1810 (p. 10-11), une table précise combien de pièces du premier recueil sont empruntées aux auteurs transalpins, deux à Capaccio, quatre à Pignotti, quinze à Bertola, dix-sept à De Rossi et cinq à Roberti24, soit quarante- trois fables sur les cinquante que compte l’ouvrage. A l’exception de Capaccio, tous les poètes italiens mis à contribution sont des contemporains de Ginguené, qui les a découverts pendant ses séjours en Italie. Assez curieusement, malgré des tentatives de traductions25 et malgré des éditions parisiennes de leurs ouvrages26, les fabulistes transalpins ne rencontreront pas en France un grand succès : cela aussi peut expliquer l’oubli assez rapide des apologues du poète breton, que nous évoquions plus haut. Comment Ginguené imite-t-il ? Selon la nature des sujets et la prolixité plus ou moins grande de ses modèles, il en est alternativement proche ou éloigné : il s’écarte moins, par exemple, de Bertola qui est assez concis27, que de Pignotti qui est plutôt bavard. Ainsi, dans la pièce XLIV du recueil de 1810, « La Santé et la Médecine », il signale en note (p. 208) qu’il a résumé en quatre vers une tirade qui en comptait plus d’une trentaine chez son modèle… Mais l’avertissement de 1814 indique que tous les apologues sont « des imitations fort libres » (p. 9), même si la portée des fables inédites désormais rajoutées aux cinquante premières est encore plus évidemment satirique et politique, puisque dans deux cas elles peuvent être rapprochées du « poème des Animaux parlants de Casti28 », texte dont les intentions politiques sont incontestables29. Nouvelles, donc, comme l’indique leur titre, les Fables de Ginguené ne le sont pas par l’invention, mais par le caractère libre de leur imitation et par le choix de modèles jusqu’alors inconnus, qu’il appartenait à l’auteur de la monumentale Histoire littéraire de l’Italie, dont la parution commence justement en 1811, l’année qui suit la publication des premiers apologues, de tenter d’inclure dans le fonds offert à la curiosité des fabulistes français.

7La réalisation poétique fait l’objet, dans la préface, d’un commentaire largement développé : quoiqu’il prenne la précaution de se présenter comme un versificateur amateur (p. 17), le poète breton met en exergue ses recherches techniques, notamment son travail sur la variété métrique, dont on sait qu’elle est une des règles admises à l’époque. Ginguené annonce avoir voulu adapter les mètres aux sujets, aussi bien dans les quelques fables « en vers égaux » (p. 18) que contient son recueil, que dans ses pièces en vers « inégaux ou irréguliers » :

Il y a aussi, déclare-t-il, dans nos vers inégaux ou irréguliers une harmonie qui leur est propre, une manière de les entrelacer, d’en briser et d’en faire tomber les périodes, que La Fontaine possédait au plus haut degré, et dont Quinault et Chaulieu, dans d’autres genres, offrent aussi de bons modèles. Ce sont autant de moyens de variété, d’imitation et d’harmonie ; mais lorsqu’on en veut faire cet usage, les vers irréguliers deviennent plus difficiles à manier que les autres. J’ai cherché à vaincre cette difficulté, sans me flatter d’y avoir réussi au gré des oreilles délicates (p. 18-19).

  • 30 Paru dès 1756 à la suite des Fables nouvelles.

8On pourrait sans doute extrapoler d’une telle déclaration des commentaires sur la place historique de l’écrivain à un moment de transition où différents poètes se préoccupent de faire évoluer le vers classique : contentons-nous pour notre part de remarquer combien importante est l’évolution depuis le Discours sur la manière de lire les fables de l’abbé Aubert30, qui ne retenait guère de la liberté rythmique d’un La Fontaine qu’une plus grande parenté avec la prose que dans le vers traditionnel lourdement cadencé.

9Telles sont, indiquées en faisant crédit aux propres déclarations de Ginguené, les caractéristiques extérieures de son recueil. Nous allons maintenant revenir à ce qui nous paraît être le point crucial : la dominante politique et satirique, relevée par Jauffret, nous l’avons dit en commençant, d’après les propos mêmes du fabuliste dans l’avertissement des Fables inédites de 1814.

  • 31 On y retrouve par exemple La Confession de Zulmé, qui marqua les débuts poétiques de Ginguené (voi (...)

10Ce morceau, qui paraît pendant la Première Restauration, à la tête d’un volume en majorité consacré à d’anciennes pièces poétiques rédigées avant la Révolution, et dont le titre pourtant ne met véritablement en exergue que les dix fables qu’il contient et qui sont moins du quart de l’ouvrage31, ne parle en effet que de la signification politique des apologues de Ginguené. Celle, d’abord, des pièces inédites qui suivent : six d’entre elles avaient été refusées par la censure impériale ou prudemment gardées en réserve par le poète lui-même (p. 6). Celle, surtout, des pièces du premier recueil : l’écrivain se félicite du silence à peu près général de la critique sur cette signification transparente… A peu près général, disons-nous, puisque Villeterque, dans le Journal de Paris, avait « dénoncé » (voir p. 8) Ginguené et signalé les titres des fables les plus compromettantes. Dans l’impossibilité où nous sommes de donner une analyse suivie, examinons particulièrement les pièces relevées par Villeterque, ainsi que celles auxquelles la censure avait, assure Ginguené, fait subir quelques suppressions, dûment réparées pages 11 et 12 du recueil de 1814.

  • 32 Procédé habituel dans le recueil : nous y reviendrons. La fable commentée est le n° XIV.

11A cette seconde catégorie appartient « Le tigre et le Lion devenus vieux », sujet emprunté à Aurelio Bertola. La narration met en présence deux « majestés faibles et surannées » (p. 84) qui, fatiguées de guerroyer, se décident à faire la paix. Le lion, en une strophe hétérométrique marquée par des blancs sur la page32, en fait la proposition à son vieil ennemi ; le texte de 1810 est édulcoré par rapport à celui que restitue le recueil de 1814 :

Plus de querelle entre nous
Plus de sang, plus de courroux,
Dit le Lion ; avec l’âge
On devient humain et sage :
Guerroyer, c’est être fou.
Nous en avons tout le soû
Passé notre fantaisie :
Faisons enfin la paix ; et pour que l’amitié
Règne entre vous et moi, pure de jalousie.
Partageons, voisin, par moitié
Les déserts d’Afrique et d’Asie.

12Voici maintenant la rédaction véritable, aux dires de Ginguené, de cette tirade ; les quatre premiers vers ne changent pas :

Guerroyer, c’est être fou ;
Nous avons tout notre soû
Depuis dix ans fait la guerre ;
Faisons enfin la paix ; et pour que l’amitié
D’une et d’autre part soit sincère,
Entre vous et moi, par moitié.
Mon voisin, partageons la Terre.

13L’allusion est en effet assez claire à l’entrevue de Tilsitt entre Napoléon-Lion et Alexandre-Tigre, en juin 1807. Le récit de la fable fait ensuite s’endormir les deux fauves, bientôt réveillés par une bataille entre de jeunes lions et des tigres vigoureux (p. 86). A son interlocuteur qui lui demande pourquoi ces combats déraisonnables, le lion répond que leur sagesse à eux n’est le fruit que de leur épuisement et de leur sénilité. Le plus intéressant de l’apologue, transparent ou seulement translucide, c’est sa moralité. Le fabuliste y évoque la possibilité d’un sens politique à la satire en faisant mine de la repousser :

Est-ce aux rois, est-ce aux chefs de la chose publique.
Aux conquérants enfin que ce conte s’applique ?
C’est à tous les humains (…).

14Inutile d’insister : le procédé antiphrastique n’a évidemment pas d’autre but que d’affirmer ce qu’il nie. Dans une autre fable de cette seconde catégorie, « Le Lion, le petit Chien et le Tigre » (on remarquera la constance de Ginguené dans le choix de ses personnages), la cible de la satire est l’entourage de l’Empereur, qui se signale « par des adulations poétiques qui étaient alors d’étiquette, et presque de devoir » (1814, p. 5). La narration, entièrement en octosyllabes, met en scène un « chien-gredin », dont le poète avec insistance assure selon une technique habituelle aux fabulistes (par une note) qu’il l’a trouvé dans Buffon (p. 178), sorte de bouffon de cour qui se montre insolent avec les « grands seigneurs / Et les graves ambassadeurs » (p. 179), à la grande joie du lion et des courtisans. Le texte de 1810 imprime à ce propos :

Lion riait ; ses courtisans
Riaient aussi par complaisance,
Mais en grognant d’impatience.
Et, comme on dit, du bout des dents.

15En 1814, Ginguené restitue, nous dit-il, l’original censuré :

Lion riait ; ses courtisans
Riaient aussi pour lui complaire,
Traitaient le Gredin en confrère,
Et trouvaient tous ses tours plaisants.

  • 33 Cette fable, n°XXXVII, est empruntée à De Rossi.

16Le texte corrigé est, évidemment, d’une portée satirique plus limitée que la version primitive : les courtisans y apparaissent capables de pratiquer la restriction mentale et pour ainsi dire contraints d’en agir comme ils le font avec bassesse ; au contraire, en 1814, la charge est d’une violence que rien ne vient édulcorer : les courtisans sont tous bâtis sur le modèle du chien-gredin. La fable se termine par la mort du lion : le chien veut singer le tigre en prière devant le royal catafalque et finit « éventré » par ce fauve ombrageux « sur le tombeau du roi son maître » (p. 181). Le fabuliste, brièvement, en conclut que ce sort menace les « gredins ou bouffons de cour ». Si la satire politique ne vise ici personne en particulier, il est clair cependant qu’elle doit avoir pour cible tous ceux qui, dans l’entourage de Napoléon, se prêtent aux fantaisies d’un pouvoir qui, on le sait, subit en 1807 une dérive monarchique de plus en plus sensible33.

17A la catégorie des pièces dénoncées par Villeterque appartient « L’Ours et les quatre Animaux retirés du monde », fable empruntée à De Rossi. Quoique fort long (près de cent vers), l’apologue est particulièrement réussi : quatre animaux très pacifiques, le lapin, le lièvre, le cerf et le daim, vivent en paix dans une retraite frugale, quand un ours descend « des Alpes » (p. 143) :

Nul des quatre amis n’avait vu
De ses jours un monstre semblable.
Cet épais manteau noir, cette face effroyable ;
Ce féroce regard, et ces ongles crochus,
Souples, énormes et pointus !…
Non jamais hideuse figure
Ne leur avait paru d’un si funeste augure.

18Vu, disons, du côté de la plaine du Pô, bien connue de Ginguené, cette intrusion n’a pas besoin d’être explicitée pour qu’on identifie le héros. Quel accueil faire au nouvel arrivant, se demandent les bêtes pacifiques (p. 144). L’on choisit de juger l’ours « par ceux qu’il hante »… Le cerf, délégué comme espion, aperçoit l’ours entre deux loups qui lui servent avec déférence « la chair toute sanglante / D’une brebis encor sous ses dents palpitante ». De retour auprès de ses amis, il les exhorte à fuir au plus vite cette « bête cruelle » (p. 146), et laisse la fable ouverte, dépourvue de moralité :

Fuyons ; je ne saurais m’expliquer davantage :
Fuyons ; en lieu plus sûr je vous dirai pourquoi.

  • 34 La fable citée est le n° XXVIII. Le procédé est habituel chez La Fontaine, et surtout chez Boisard (...)
  • 35 Cette fable (n°XXXIX) est empruntée encore à De Rossi. Une note (p. 188) la rapproche de la fable (...)

19Si l’on a reconnu l’impérial conquérant français, on peut assez bien mesurer la prudente audace du fabuliste, peu désireux de prendre le risque de donner la clef de l’allégorie (car le lieu n’est pas sûr) mais pas frileux au point de se refuser une diatribe très violente contre un conquérant capable de s’allier avec d’autres cruels prédateurs pour dépecer les animaux pacifiques. La satire politique est aussi évidente que réussie, et prend son sens, semble-t-il, dans l’omission de la moralité explicite34. Ginguené, toujours à la suite de son modèle italien, racontera, dans « l’Amitié de l’Ours et des Loups », la suite de l’aventure : le monstre de la première fable finira sous la dent de ses alliés devenus ses rivaux35 : « Les dieux mènent souvent à de semblables fêtes / Les scélérats qu’ils ont unis » (p. 195), déclare la moralité.

  • 36 Voir dans les Fables inédites de 1814, les numéros III et IX. La bibliothèque de Ginguené, dont le (...)

20Dans le recueil de 1814, les allusions à Napoléon ne sont plus du tout voilées. Dès la fable première, le lion apparaît dégouttant de sang, suivi de sa garde… La satire du pouvoir personnel et de l’attitude des courtisans est présente partout, et principalement dans « L’Incognito du roi Lion », imitée de Casti, et dans la version orientale des « Animaux malades de la peste » empruntée à Pilpaï via Galland et Cardonne sous le titre « Le Corbeau, le Renard, le Loup et le Chameau à la cour du Lion », où le rôle de l’âne fontainien est tenu par le chameau36. Le fil thématique politique est donc, sans aucun doute, d’une évidente continuité dans les deux recueils des Fables de Ginguené.

  • 37 Voir à ce sujet la contribution de B. Bray au colloque « La Fontaine et la tradition » de Château- (...)

21Mais leur intérêt ne se limite pas à cet aspect audacieux, qui n’est qu’un élément de leur spécificité. Tout aussi essentielle nous apparaît la manière très personnelle que le fabuliste a de raconter l’apologue. Alors qu’il est généralement vrai que la fable, après La Fontaine, souffre d’une asséchante absence de fabuliste37, les pièces du poète breton sont un éclatant exemple du contraire. Celui que l’on vient de montrer satirique impitoyable d’un régime qu’il juge et fustige utilise d’abord l’apologue pour y parler de lui-même, et l’allégorie souvent se fait confidence. Qu’on reprenne seulement la pièce liminaire de 1810, « Le Rat de ville et le Rat des champs » : ce n’est pas qu’une nouvelle imitation d’Horace, c’est d’abord un conte allégorique sur l’écrivain lui-même, qui préfère sa retraite, même forcée, aux lambris des palais officiels. Semblablement, dans tout le recueil, on a l’impression que Ginguené raconte toujours, avec discrétion mais nettement, sa vie : c’est lui, le Zéphyre de la fable V, en butte aux lazzis des autres vents, qui représentent sans doute les courtisans de l’Empereur (« le roi leur père », p. 52) et finissent par le chasser « comme un faux frère »… La moralité, aussi bien, transporte l’anecdote « ailleurs que chez les vents ». C’est de lui encore qu’il se raille avec humour dans « La Conversation des oiseaux » (fable X) : une alouette intarissable raconte ses « voyages au long cours » (p. 68) et endort son auditoire. Les « moineaux pétulants » en prennent de l’humeur et s’écrient :

Oh ! la sotte ! Oh ! la radoteuse !
Entendrons-nous cette conteuse
Tout le reste de la saison ?

22C’est de lui, toujours, que la fable XXVI, « La Cigale et les autres Insectes », nous parle entre les lignes : la cigale, allégorie du poète, est prise à partie par les insectes qui l’accusent d’inutilité. Le narrateur n’en disconvient pas, mais sa cigale n’a rien d’une oisive et elle risque bien d’être fondée à « censurer » (p. 140) ses interlocuteurs paresseux :

Poètes, mes amis, de nos rimes futiles
Tirons un peu moins vanité.
Pour quelques légers riens sommes-nous des Virgiles ?
De quel fruit sont nos chants à la société ?
Pour censurer l’oisiveté,
Il faut, par des travaux plus grands et plus utiles,
Avoir instruit, charmé, servi l’Humanité.

  • 38 Figure, appelée aussi prolepse, qui consiste à se faire à soi-même des objections pour mieux les r (...)

23Qui ne reconnaîtrait derrière ces vers un peu ronflants l’écrivain qui a déjà fait une belle carrière administrative et diplomatique et l’intellectuel qui se consacre au journalisme et à l’histoire littéraire ? Nous pourrions multiplier les exemples analogues. Contentons-nous de remarquer que ces confidences sur soi s’accompagnent, sur le plan de la technique narrative, d’une implication du narrateur telle que nous ne croyons pas en avoir rencontré depuis La Fontaine. Témoin la fable XVI, « Les Raisins de Zeuxis, les Oiseaux et les Spectateurs », empruntée à De Rossi. Ginguené, à la première personne, y rappelle une anecdote bien connue, celle des oiseaux qui se laissent prendre à la ressemblance parfaite des grappes peintes par Zeuxis. Puis il se met à dialoguer avec son lecteur, selon la rhétorique, recommandée par les théoriciens de l’apologue, de l’anté-occupation38 : dix-sept vers selon ce procédé, puis :

Mais me voilà bien loin du peintre et de ses fruits :
Revenons, et contons à la fin, si je puis.

24S’engage alors la narration qui présente trois spectateurs qui se moquent de l’erreur des oiseaux abusés, et un philosophe qui les observe à l’écart… Mais ce sage d’abord muet, c’est Ginguené :

Un Philosophe alors ne blessait point la vue.
Les Artistes et les Marchands,
Les Généraux et les Amants,
Au Lycée, au Portique, ou même dans la rue.
Recevaient ses leçons et revenaient contents.
Quelquefois, il est vrai, d’envieux charlatans
Au sage procuraient l’honneur de la cigüe :
Mais sa mort, de l’Envie apaisait les serpents ;
Sa mémoire obtenait des regrets éclatants :
Le repentir public érigeait sa statue :
Son nom restait sacré : c’était là le bon temps !

25Et quand enfin il prend la parole pour remettre les rieurs à leur place, la satire vient égratigner, à travers les trois spectateurs, trois types sociaux dont assurément le poète breton prend à son compte la caricature : le marchand, le voluptueux (ce n’est pas prendre un gros risque) et le général… Et là, Ginguené le sage se dresse face à Napoléon le conquérant et l’invective avec l’éloquence sévère d’un juge :

Toi, Général, il te faut de la gloire :
L’insatiable ambition,
A travers le camage et la destruction,
Te fait chercher la mort, pour vivre dans l’histoire.

26Dans un texte où pullule la majuscule, cette H minuscule éclate avec une dérision vengeresse (p. 98). Vous me direz si je me trompe, mais Hugo cinglant l’autre Napoléon ne me semble pas bien loin de Ginguené dressé face à l’Empereur.

27En vérité, l’ironie est l’une des forces du fabuliste breton. D’autres traits en fleurissent partout sous sa plume. La fable XXXIII, « Le Navigateur et le Dauphin », empruntée encore à De Rossi, en met en œuvre deux sortes : celle du dauphin raillant, à la fin, le conquérant des mers trop confiant et trop crédule, qui croyait l’aventure d’Arion indéfiniment renouvelable, et celle du narrateur lui-même, au sein du récit, qui se gausse des vers grandiloquents qu’il vient de mettre dans la bouche du naufragé :

Ces vers-là ne sont pas sublimes :
Ils ont trop de pathos et d’exclamations ;
Mais mettez-y du chant, des modulations.
Vous en verrez l’effet : sur d’aussi pauvres rimes
Combien de fois brilla l’art de nos Amphions !

  • 39 Il faut signaler qu’à travers Bertola, qui les introduisit en Italie, Ginguené doit beaucoup aux A (...)

28L’exemple, au moins, prouve qu’on peut être ironique avec humour. Ailleurs, c’est avec sarcasme, comme dans la fable IV, « Les Anes en ambassade devant Jupiter », empruntée à l’Allemand Lessing39 : les malheureux baudets sont venus se plaindre au père des dieux d’être perpétuellement battus par les hommes, et Jupiter leur accorde de devenir insensibles aux coups, tandis que l’homme, lui, n’aura pas « l’avantage d’être battu sans le sentir » (p. 45).

  • 40 Hazard, ouv. cité, p. 40.

29Le recueil de Ginguené est composé avec le plus grand soin : son Journal nous apprend40 que l’ordre retenu pour l’impression n’est pas celui de la rédaction. Le poète, en effet, s’est employé à faire alterner les fables longues et les pièces brèves, les apologues satiriques et les textes sensibles ou sentimentaux. Cette dernière veine apparaît comme l’une des dominantes des Fables nouvelles. Une pièce assez souvent citée par les anthologistes, « Le vieux Rossignol » (fable IX), l’illustre assez bien : elle est empruntée à Aurelio Bertola. L’oiseau, qui a passé l’âge des amours, ne renonce cependant pas à sa « chanson d’amour » (p. 65). A un jeune congénère qui l’en raille, le vieux chantre répond sur le ton de l’élégie émue :

On rira si l’on veut, dit le vieux Solitaire :
Moi, je chante et je pleure ; et je veux ou me taire
Ou par ces tendres chants soulager ma douleur.
Ici tout m’entretient dans ma douce tristesse :
Dans ce bois, ma première, et ma seule maîtresse
Répondit au vœu de mon cœur.
Sans doute, d’autres soins ont occupé ma vie ;
Mais au printemps, je viens toujours
Offrir ce chant plaintif à mon unique amie.
Tout change, tout vieillit, tout périt, tout s’oublie ;
Mais qui peut oublier les premières amours ?

30Cette tonalité, dans la fable, proche par exemple de celle des poèmes de Millevoye, pour n’être pas absolument nouvelle (on la rencontre déjà chez Dorat, et probablement chez La Fontaine lui-même), résonne avec sincérité, on la retrouve en de nombreux endroits, et singulièrement dans « Le vieux Pêcher » (fable XXI), emprunté à De Rossi : le fabuliste, à la première personne, se dépeint dans son jardin, occupé à prendre des « leçons » (p. 118) des oiseaux, des fleurs et des arbres. Dans l’enclos se trouve un vieux pêcher, qui se plaint du voisinage d’un arbre plus jeune, destiné à le remplacer. Le jardinier, pour couper court à la jérémiade, menace de couper le vieil arbre. Le narrateur, avec une bonhomie touchante, en tire qu’il ne faut pas envier la jeunesse, mais la former et la diriger, sous peine d’être chassé brutalement de la scène. La fable est réellement touchante, jusqu’au moment où la verve satirique vient raviver un texte qui s’assoupissait dans le sentimentalisme, et rappeler qu’on est toujours le jeune de quelqu’un, dans une moralité épigrammatique :

Ainsi de mon pêcher quinteux
Je sais mettre à profit la leçon pour moi-même.
Tel vieillard savant et hargneux.
Qui me traite en jeune homme et fait le dédaigneux,
En profitera-t-il de même ?

  • 41 Florian est un versificateur assez maladroit, en général prosaïque.

31Nous avons déjà dit plus haut quelle place importante Ginguené accordait à la réalisation poétique de la fable dans la préface du recueil de 1810. La lecture de l’ouvrage ne vient pas démentir les ambitions affichées : le poète breton a visiblement cherché à prendre le tour fontainien autant qu’il lui a été possible, usant avec virtuosité des différents mètres. Il nous paraît superflu de relever des exemples de l’utilisation des rythmes et des effets obtenus par l’emploi de la versification libérée à la manière de La Fontaine : disons seulement que Ginguené nous semble plus à l’aise que la plupart de ses prédécesseurs du Siècle des Lumières. Chez lui, la variété métrique ne se limite pas à l’alternance entre l’octosyllabe et l’alexandrin, comme chez Florian, et la rythmique au rejet du verbe introducteur d’un discours direct41. Deux traits formels marquants méritent qu’on s’y arrête. Tout d’abord, la disposition spatiale de la fable. Toutes les pièces des recueils utilisent l’espacement typographique, pour délimiter des sortes de strophes : il y a bien entendu correspondance entre ces groupements de vers et les différentes subdivisions de l’apologue, et toujours organisation rigoureuse des rimes. Voici, à titre d’exemple très simple, la moralité de la fable XXXI, « Le bon Serpent », empruntée à Bertola :

Pour mendier un généreux secours
Dans le malheur le Méchant peut tout feindre :
Il sait vous prendre au miel de ses discours.
Fuyez, fuyez : car s’il peut vous atteindre.
Il reviendra plus fort et plus à craindre.
Ingrat surtout : le Méchant l’est toujours.

  • 42 Les fabulistes, à l’exemple de La Fontaine, évitent en général les pièces homométriques, qui manqu (...)

32C’est un sizain homométrique en décasyllabes. Mais même les « strophes », si l’on veut bien accepter cette nomination, plus longues, reposent en général sur des schémas soignés et complexes, et l’on remarquera que Ginguené évite autant qu’il peut les successions faciles de rimes plates. Le second trait est plus paradoxal, s’il n’est pas moins rare42. Le poète breton multiplie les pièces d’un seul mètre, ce qui est peu courant chez La Fontaine comme chez ses successeurs. La préface de 1810 s’en justifie par la recherche d’une « analogie » (p. 18) entre la mesure et « le sujet traité ». On pourrait craindre que ce ne soit une facilité, mais en réalité il n’en est rien : l’adéquation est excellente, en général, entre le mètre et le sujet ou la tonalité des dix-huit fables homométriques (sur cinquante) du recueil de 1810. Il n’est que d’examiner la virtuosité des stances qui constituent le Prologue, avec le retour régulier du mot fable à la rime du quatrième vers de chaque quatrain, et l’effet de jeu distancié ainsi obtenu, ou la parfaite maîtrise dans la conduite d’une fable en heptasyllabes (comme « La Cigale et la Fourmi » !) où le mètre impair et bref est aussi analogue que possible à la futilité du « Poisson du lac » et à la chute qui conclut son aventure (fable VII), pour se convaincre du tour de force poétique réalisé, souvent, par Ginguené. Non pas, évidemment, qu’il échappe toujours au prosaïsme qui guette les fabulistes : il a, comme d’autres, ses faiblesses et ses maladresses, mais probablement un peu plus que du talent. Même son alexandrin sait jouer sur les rythmes pour porter et renforcer un ton et un message. Un seul exemple, à la fin des « Abeilles et le Villageois » (fable XL). Le poète fustige les faux bienfaiteurs, et la pièce se termine sur un très bel effet rythmique au sein du dernier vers :

Contre eux, je le sens bien, c’est trop peu qu’une fable ;
Et je ne sais pourquoi, dans ses décrets vengeurs,
La Loi ne les a pas traités en malfaiteurs.

33Une césure qui s’estompe, une diction qui s’enfle : la condamnation méprisante tombe, et tout est dit.

34Avons-nous, dans ces quelques remarques, réussi à présenter Ginguené comme ce qu’il est à nos yeux, un véritable fabuliste ? Bien d’autres analyses eussent été nécessaires. Plutôt que de reprendre en conclusion ce qui a pu être dit, nous voudrions conclure sur l’étrange destinée de cette partie de l’œuvre du poète breton, saluée avec éloge par des contemporains qui étaient aussi des rivaux, puis rapidement oubliée. Faut-il croire que la satire politique, trop datée et trop cryptée, créait barrage aux lecteurs à venir ? L’écrivain, pourtant, avait pris soin de généraliser autant que possible ses leçons, sans les restreindre à l’anecdote contemporaine. Faut-il estimer que la sensibilité sincère et la bonhomie d’un poète qui se racontait à travers une œuvre réalisée avec un soin affectueux et un talent réel devaient inévitablement perdre leur public à l’éclosion trop proche de la nouvelle poésie romantique, qui fait paraître la pudeur de Ginguené bien timide ? Non pas. C’est la qualité même de son œuvre de fabuliste qui a condamné Ginguené à un oubli rapide : il n’était d’aucun usage pour les pédagogues. Or il est venu, justement, au moment où la fable ne se survivait à elle-même qu’à travers la pédagogie… La même mésaventure est arrivée à Stassart, l’autre grand fabuliste de la période, lui aussi essentiellement politique. D’Aubert, de La Motte, de Florian surtout, quelques pièces sur la désobéissance ou l’inexpérience, sur l’entraide ou la modestie, ont assuré la survie dans les anthologies. Ginguené, du Purgatoire des fabulistes, doit en rire avec philosophie, lui qui déclarait à la fin de sa fable « Les jeunes Rats et le Chat » (XXIV) :

Souvent nos malheurs et nos torts
Sont la faute de nos Mentors.

Notes

1 Augustin Goswin de Stassart (1780-1854), homme politique et fabuliste belge.

2 Il mourut le 17 novembre 1816.

3 Les Fables de Stassart connurent de nombreuses rééditions augmentées de 1818 à 1854. Nous citons d’après l’édition de 1847 : le passage se trouve à la note 11, p. 298. Sur la liste des noms de fabulistes, nous renverrons à notre recueil La Fable au siècle des Lumières (St-Etienne, 1991), où chacun fait l’objet d’une notice et d’un choix de textes.

4 Aucune mention, par exemple, dans Le Panthéon de la fable (1878), d’Abrant ; une seule dans Les Fabulistes français (1885) ; trois, tout de même, dans l’anthologie qui complète les Fables de Florian éditées par Mme Amable Tastu (1846).

5 Antoine-Vincent Arnault (1766-1834), dignitaire de l’Empire, auteur dramatique et fabuliste épigrammatique.

6 Le recueil parut en 1812 et connut diverses rééditions augmentées. Nous citons d’après un tirage de 1813 : le passage est note 60, p. 150.

7 Sur Aubert et Le Bailly, voir La Fable au siècle des Lumières, ouvrage cité note 3. Grenus (17501828) et Dutremblay ( 1745-1817) ont publié des fables, le premier en 1806-1807, le second en 1806.

8 Les lettres sont datées de 1815, avec une parfaite précision.

9 Le recueil de Jauffret (1770-1840) est d’intention plutôt pédagogique et de versification un peu rude ; il a paru en 1815.

10 Trois volumes : l’ensemble remonte à l’Antiquité et va jusqu’à 1815. C’est une somme essentielle à l’étude de la fable, surtout entre La Fontaine et Florian.

11 Lettres sur les fabulistes, t. 111, p. 261.

12 C’est la fable « Le Corbeau et le Sansonnet » (recueil de 1814, X), parue d’abord dans le Mercure en 1810, peu après la critique à laquelle elle répond.

13 Dans un article du Journal de Paris, du 20 février 1810.

14 Voir sur ce point notre recueil La Fable au siècle des Lumières (présentation) et notre contribution au colloque Fables et fabulistes de Montpellier (février 1992), « Les successeurs de La Fontaine et la poétique de la fable » (p. 171-201 du recueil paru conjointement au colloque, Mont-de-Marsan, 1992).

15 Le nom, cependant, revient trois ou quatre fois sous la plume de Ginguené dans cette préface, et figure dans la première strophe du Prologue au recueil (p. 23).

16 Esprit-Jean de Rome d’Ardène (1684-1748) : son Recueil de fables nouvelles contient une cinquantaine de pièces brèves et un discours plus long qu’elles toutes rassemblées.

17 Nous utilisons ici la thèse de Paul Hazard, Journal de Ginguené, 1807-1808 (Lyon, 1910).

18 Andrieux, poète et auteur dramatique (1759-1833), n’a fait que quelques fables… et une brillante carrière administrative sous l’Empire. Collin d’Harleville (1757-1806) est surtout connu pour ses comédies. Ginguené ne pouvait pas savoir que Chénier avait, lui aussi, imité la pièce d’Horace.

19 Hazard, ouv. cité, p. 39, note 1.

20 Almanach des Muses, 1779, p. 109-110. Pour l’édition de 1810, la moralité a été recomposée, et une disposition en strophes a été substituée à la présentation continue.

21 Le pédagogue jésuite Desbillons (1711-1789) a écrit, entre 1754 et 1778, quinze livres de fables latines. « Le Loup converti » (Lupus poenitens) est la fable 15 de son premier livre, et le poète latin estime être l’inventeur du sujet.

22 Voir dans le colloque Fables et fabulistes, cité note 14, notre contribution « La Belle et la Guêpe ou le destin d’une fable anglaise » (p. 297-322).

23 Florian met à contribution Yriarte, dont le recueil de Fables littéraires date de 1783.

24 Le recueil de Capaccio date de 1602 ; ceux de Pignotti (1739-1812), Bertola (1753-1798), De Rossi (1754-1827) et Roberti (1719-1786) sont tous postérieurs à 1770.

25 Seul Pignotti a été traduit intégralement, en 1816, par Lepan, mais l’on rencontre un certain nombre d’imitations de Bertola, lui-même d’ailleurs largement tributaire des Allemands (surtout Gellert) qu’il connaissait parfaitement. Et comme Gellert, très francophile, s’inspire souvent de La Fontaine, la boucle est bouclée !

26 Nous avons sous les yeux une édition de Casti, qui vécut d’ailleurs en France, publiée à Paris en 1829. Il est étonnant que Ginguené, si bon connaisseur de l’Italie, n’ait imité aucune des fables de Grillo, dont le recueil en italien avait paru à Paris en 1789…

27 Hazard (ouv. cité, p. 80-83) permet la comparaison sur une fable de Bertola que Ginguené n’a finalement pas incluse dans son recueil (« La Toilette et le Livre »).

28 Casti (1724-1803) a publié en 1802 son poème héroï-comique des Animaux parlants, sorte de suite au Roman de Renart en vingt-six chants.

29 Voir dans le colloque cité note 14, la contribution de Jean Lacroix (« Renardisation du discours politique dans la fable animale : Gli Animali parlanti de Casti », p. 203-226).

30 Paru dès 1756 à la suite des Fables nouvelles.

31 On y retrouve par exemple La Confession de Zulmé, qui marqua les débuts poétiques de Ginguené (voir Almanach des Muses, 1779, p. 129-132).

32 Procédé habituel dans le recueil : nous y reviendrons. La fable commentée est le n° XIV.

33 Cette fable, n°XXXVII, est empruntée à De Rossi.

34 La fable citée est le n° XXVIII. Le procédé est habituel chez La Fontaine, et surtout chez Boisard (1743-1831), l’auteur normand des Mille-et-une fables.

35 Cette fable (n°XXXIX) est empruntée encore à De Rossi. Une note (p. 188) la rapproche de la fable n’XXVIII.

36 Voir dans les Fables inédites de 1814, les numéros III et IX. La bibliothèque de Ginguené, dont le catalogue fut publié en 1817, contenait une section réservée aux fabulistes.

37 Voir à ce sujet la contribution de B. Bray au colloque « La Fontaine et la tradition » de Château- Thierry (1989), parue dans Le Fablier en 1990 (« La fable sans le fabuliste : la succession La Fontaine », p. 13-18).

38 Figure, appelée aussi prolepse, qui consiste à se faire à soi-même des objections pour mieux les réfuter. L’abbé Aubert en recommande l’usage dans son Discours de 1756 (voir note 30).

39 Il faut signaler qu’à travers Bertola, qui les introduisit en Italie, Ginguené doit beaucoup aux Allemands. Les Fables de Lessing, en prose, sont de 1759, et ont été traduites en français dès 1764.

40 Hazard, ouv. cité, p. 40.

41 Florian est un versificateur assez maladroit, en général prosaïque.

42 Les fabulistes, à l’exemple de La Fontaine, évitent en général les pièces homométriques, qui manquent de variété. Voir à ce sujet le Discours de d’Ardène (1747), indiqué note 16.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Terms of use: http://www.openedition.org/6540