Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ginguené (1748-1816)

 | 
Édouard Guitton

III. L’écrivain engagé

Ginguené et le combat anti-esclavagiste dans la Décade philosophique

Yves Benot

Texte intégral

1Si les convictions anti-esclavagistes de Ginguené se sont formées bien avant l’époque de la Décade, elles ne l’ont pourtant pas incité à intervenir activement dans cette lutte au temps où il dirigeait la Feuille villageoise, pas même dans la période où la publication de ces deux revues coexiste entre août 1794 et l’été suivant. Au contraire, on note avec étonnement qu’en juin-juillet 1793, quand la Feuille villageoise donne le texte de la constitution de l’An I avec commentaires et explications de texte, elle ne parle de l’article 18 de la nouvelle Déclaration des droits – celui qui précise que personne ne peut se vendre ni être vendu – que du point de vue des rapports entre patrons et salariés : elle explique qu’ils n’en seront pas affectés…

2Bien entendu, le journal saluera comme il se doit le décret d’abolition une fois qu’il sera voté, mais entre cette date et l’arrestation de Ginguené, il ne revient pas sur cette question. Pas davantage après thermidor. Et même, on n’y lit rien sur le débat concernant la nouvelle organisation des colonies dans la constitution de l’an III, en août 1795, rien non plus pour le premier anniversaire du décret de pluviôse. Force est de constater que la nécessité d’intervenir dans ce domaine n’est pas apparue au directeur de la Feuille villageoise.

3C’est donc dans la Décade, née dans les semaines où Ginguené est emprisonné, qu’il va s’exprimer sur ces questions cruciales, avant et après le 18 brumaire. Cependant, dans le cadre de l’organisation collective qui est celle de la Décade, avec sa direction formée par le groupe des six fondateurs, ses collaborateurs soit réguliers, soit occasionnels, ce n’est pas à lui que ce domaine incombe principalement, mais à J. Le Breton parmi les six, et parmi les collaborateurs réguliers du début, à Grillet de La Baume et à Horace Say pour une part, jusqu’à son départ avec l’armée d’Egypte évidemment.

4Or, si tout le groupe des Six et la plupart des collaborateurs réguliers sont des anti-esclavagistes convaincus, il n’y en a pas moins de notables différences de préoccupations dès lors que la question de l’esclavage des noirs s’inscrit dans le contexte plus général de la question coloniale. Le Breton et, dans une certaine mesure, Horace Say, sont en effet partisans de chercher du côté de l’Afrique, une sorte de compensation à l’affaiblissement économique des colonies anciennes ; bien entendu, ces projets sont couverts par l’intention humaniste d’aller porter la « civilisation » à l’Afrique. Et notamment à l’Egypte, puisque la revue en mars-avril 1798, avant le départ de l’expédition de Bonaparte, la prépare en quelque sorte idéologiquement, avec des articles de Le Breton et de Jean-Baptiste Say en faveur donc de la « civilisation » (ou, dans ce cas, recivilisation) de l’Egypte et de la Syrie par la République… A cette date, Ginguené pour sa part est absent, étant alors ambassadeur auprès du roi du Piémont, mission qui lui vaudra d’être en mauvais termes avec Talleyrand. Or Le Breton souscrit pleinement aux objectifs coloniaux définis par le même Talleyrand devant l’Institut en juillet 1797, c’est-à-dire se tourner vers le Sénégal et l’Egypte. La brève existence de la seconde Société des Amis des Noirs (et des Colonies) avec laquelle le groupe de la Décade est très lié ne simplifie pas le problème, puisque sous l’impulsion du Suédois swendenborgiste Wadstrom, elle se prononce pour une « colonisation » non mercantile, mais civilisatrice de l’Afrique, à l’exemple de l’entreprise de l’établissement libre de Sierra-Léone. Ajoutons que tout naturellement Grégoire, s’il n’est pas un membre de l’équipe dont ses convictions et son activité religieuses le séparent, n’en est pas moins un ami ; ce que l’on sait des Mémoires qu’il a lus à l’Institut en 1798-1799 sur les noirs, c’est par les résumés de la Décade qu’on le sait. Plusieurs textes de Grégoire paraîtront dans la revue.

5Au surplus, le conventionnel a manifesté son intérêt pour le sort de Ginguené quand ce dernier était emprisonné, mais il n’a sans doute pris contact avec lui qu’après thermidor.

6Lui, en tout cas, ne se fait jamais le propagandiste de la « civilisation » de l’Afrique par les soins de la France, il s’intéresse à la variété des usages et mœurs des sociétés humaines, et l’on pourrait avoir l’impression que ses interventions sur la question de l’esclavage tendent à corriger des attitudes qui ont dû lui paraître un peu trop timides de la part d’autres membres du groupe. Car il faut aussi relever que parmi les collaborateurs occasionnels, on trouve, avec surprise, Moreau de Saint- Méry (une fois) et Palisot de Beauvois, raciste avéré ; il est vrai qu’ils évitent de se montrer tels dans la Décade. Moreau de la Sarthe, collaborateur régulier, paraît, lui aussi, assez favorable aux thèses raciales, en tout cas, est un adepte de la théorie de l’angle facial.

7En dehors de toute une série de remarques incidentes dans le cours d’articles ou comptes-rendus sur d’autres sujets, l’intervention anti-esclavagiste de Ginguené dans la Décade est essentiellement représentée par deux grands textes : avant brumaire, le compte-rendu du Voyage au Surinam de Stedman, après Brumaire, celui de l’Essai sur les isles fortunées de Bory de Saint-Vincent. Le premier a été publié dans les numéros du 30 nivose et du 10 pluviôse VII, donc à la fin de février 1799, et occupe près de 20 pages de la revue. Comme on sait, le capitaine Stedman, officier anglais au service de la Hollande, a été au Surinam en 1772 pour faire campagne contre l’insurrection des esclaves de cette colonie, qui était tout près d’être victorieuse à la veille de l’envoi de ce corps expéditionnaire. C’est cette campagne qu’il raconte dans ce livre publié seulement en 1796, donc après la naissance de la République batave et la rupture entre l’Angleterre et la Hollande. La traduction française a suivi. Ginguené commence par rappeler brièvement la colonisation du Surinam, l’extermination des Indiens, suivie du « régime barbare de l’esclavage des nègres », puis du marronage et des insurrections qui, par trois fois, ont obligé les autorités coloniales à signer avec les insurgés des accords dont elles n’ont pas respecté les clauses. On se rappelle que dans l’Histoire des Deux Indes, à la fin du ch. XXIV du livre XI, était allusivement évoqué cet accord à côté de celui des Anglais avec les marrons de la Jamaïque.

8Mais l’Histoire à cet endroit ignorait la répression ultérieure. C’est d’elle qu’il s’agit ici. Et voici ce qu’elle inspire comme commentaire à Ginguené qui retrouve ici le ton de l’Histoire des Deux Indes, ouvrage cependant fort peu mentionné par La Décade quand, après brumaire, elle aura à tâche de défendre la Philosophie des Lumières contre les attaques du Mercure de France. Donc :

Voici le premier résultat que présente cette série de faits. Parce que les habitants d’Europe se déclarèrent il y a près de trois siècles, maîtres de la Guyane au préjudice de ses possesseurs naturels, de malheureux Africains n’ont cessé depuis d’y être apportés par centaines pour la baigner de leurs sueurs et de leur sang ; et parce que, las des traitements que ces Européens barbares leur faisaient souffrir, ils se sont livrés à de justes vengeances, il a fallu que des légions hollandaises commandées par un Suisse, et sous lui, un Anglais, partissent pour aller égorger ces Africains en Amérique ; combinaison au reste qui n’est ni beaucoup plus atroce, ni beaucoup plus absurde que la plupart de celles qui font la base de ce qu’on nomme événements politiques et la matière de l’histoire

9Il va de soi pour Ginguené que la politique de la République devrait être autre que cette combinaison, puisque le 11 octobre 1797, au moment où allait être signée la paix Campo-Formio, il écrivait dans la Décade : « La France renonce à tout projet de conquête, elle n’a pas besoin de s’agrandir… », espoir que l’histoire et ses fâcheuses « combinaisons » devaient cruellement décevoir.

10Au demeurant, l’accent pessimiste de la conclusion, qui oppose implicitement l’action utile de la Philosophie aux horreurs accumulées par l’histoire politique réelle, fait écho à bien des passages amers de Raynal. Mais le plus important pour nous, c’est bien que soit affirmé clairement le droit à l’insurrection des esclaves noirs, que leurs « vengeances » soient déclarées « justes ». Non seulement par rapport à l’insurrection de Saint-Domingue qui a déjà eu lieu, mais aussi pour la suite, quand la guerre reprendra à Saint-Domingue sous le Consulat. Certes, Ginguené à ce moment-là, en 1802, ne prendra plus position directement, tandis que la rubrique « Politique » de sa revue dans ces mois-là, nous paraît singulièrement complaisante à l’égard du Pouvoir qui a ordonné l’expédition Leclerc. Mais le compte-rendu de Stedman, et quelques remarques jetées en passant nous assurent que Ginguené ne partage pas cette complaisance, peut-être imposée, mais pas nécessairement pour ce qui est de Le Breton.

11Revenons à l’article de 1799. Donc Stedman se distingue du reste de son corps expéditionnaire par « des sentiments d’humanité qui lui faisaient blâmer et combattre lorsqu’il en avait le pouvoir les cruautés qu’il vit trop souvent exercer par des colons féroces, et qui l’ont depuis engagé à dénoncer publiquement ces cruautés dans son ouvrage. Ceux à qui il manquerait encore des raisons d’abhorrer l’esclavage des nègres et les barbaries qu’exercent sur eux leurs coupables oppresseurs, en trouveront de toutes nouvelles dans son voyage. Citer quelques-uns des traits qu’il y rapporte, c’est nous imposer une tâche bien pénible ; mais réveiller et répandre l’indignation qu’on leur doit, c’est avancer la décision d’une cause encore honteusement débattue et servir l’humanité que cette indécision outrage ». Suivent ces exemples de barbaries qui remplissent près de huit pages. Mais de quels « honteux débats » est-il donc question ? Puisqu’il s’agit du colonialisme hollandais esclavagiste, la première référence qui vient à l’esprit est évidemment celle de la république batave pour laquelle la Décade par la voix de Le Breton a déjà fait savoir qu’elle éprouve peu de sympathie. En effet, après des discussions dont les papiers de Grégoire ont conservé des extraits et comptes-rendus, la république alliée a décidé de ne pas abolir l’esclavage dans ses colonies. Et, ce qui est plus grave, la République française qui ne se prive pas d’intervenir dans les affaires intérieures de son alliée, pour lui dicter sa constitution notamment, n’a pas jugé utile de faire jouer son influence en faveur de l’abolition. C’est donc qu’à Paris aussi, le parti des esclavagistes n’a pas réellement renoncé, n’a pas encore admis la liberté générale aux colonies comme un fait accompli.

12Certes, ils ne s’expriment pas encore sur la place publique comme ils le feront sous le Consulat, et surtout en 1802 ; mais enfin, au plus haut niveau, peut-on compter sur la fermeté de convictions d’un Barras ? La République s’est trouvée un autre allié dans l’Espagne, elle aussi esclavagiste ; il est vrai que comme elle est restée un Etat d’Ancien Régime, c’est moins surprenant. Mais surtout, et c’est le plus préoccupant, le combat anti-esclavagiste, et d’abord contre la traite, est depuis 1794 au point mort en Angleterre. Bref, Ginguené ne considère pas que le décret du 16 pluviôse ait tout réglé, alors que l’on pourrait en avoir l’impression dans nombre d’articles de Le Breton. En revanche, comme presque toute l’opinion française, il croit que l’esclavage des noirs « doit disparaître » aux Etats-Unis (numéro du 28 juillet 1796, p. 208).

13Dans ces conditions, la réaffirmation de la légitimité des insurrections des esclaves est loin d’être dépassée. Telle est la conclusion du premier article sur Stedman :

« Le Voyageur » (Stedman lui-même), après avoir décrit ce supplice dont tous les détails font frémir, s’écrie avec indignation : est-il étonnant que les esclaves se révoltent contre des maîtres qui les traitent avec tant de cruauté ?
Non, pourrait-on lui répondre ; mais ne l’est-il pas que vous, à qui cette réflexion échappe, vous soyez venu de si loin pour anéantir ces esclaves si justement révoltés (souligné par moi, Y. B.) et pour accomplir sur eux les vengeances de leurs maîtres barbares ?

14A l’avance, n’est-ce pas la condamnation de l’expédition Leclerc ou de celle de Richepanse à la Guadeloupe ?

15Le second article, après avoir rappelé les souffrances et le courage des membres du corps expéditionnaire, et déploré que ces qualités n’aient pas été au service d’« un but plus noble », va donner la parole aux insurgés. Et comme Grégoire dans ses lectures contemporaines à l’Institut, il va insister sur les qualités des noirs et montrer, par les faits et l’exemple, l’égalité des facultés intellectuelles dans toute l’espèce humaine.

En voyant ces tristes suites d’une expédition dont tout le résultat avait été de repousser quelques populations de révoltés loin du chef-lieu de la colonie, de dévaster, incendier, détruire leurs habitations et leurs plantations, et d’en tuer quelques centaines, ou peut-être quelques milliers, mais sans pouvoir guérir un mal dont la racine est dans l’essence même des choses, on est frappé du discours plein de sens tenu par l’un de ces nègres rebelles aux Européens qui leur faisaient la guerre. Dans une espèce d’entretien qu’eurent entre eux les avant-postes, le colonel Fourgeoud, qui finit lui-même par y prendre part, promit aux rebelles la vie, la liberté, des vivres et tout ce dont ils pourraient avoir besoin. Ils lui répondirent avec de grands éclats de rire, dit le capitaine Stedman, qu’ils n’attendaient rien de lui. Ils le traitèrent de Français à demi affamé qui s’était sauvé de son pays. Ils l’assurèrent que s’il avait le courage de leur faire visite, ils ne lui feraient aucun mal, et le régaleraient bien. Ils nous dirent à nous qu’ils « nous trouvaient plus à plaindre qu’eux ; que nous étions des esclaves blancs loués à quatre sous par jour pour nous faire tuer ou pour mourir de faim ; qu’ils nous méprisaient trop pour user leur poudre contre nous, mais que si les planteurs ou leurs commandants osaient entrer dans les bois, il n’en sortirait pas un seul…

16Après quoi, avançant sur les traces de Stedman, le journaliste en vient aux Indiens survivants de la Guyane, dont l’auteur du Voyage fait un grand éloge, soulignant que chez eux, on ne connaît « ni la distinction des rangs, ni la division des terres, sources de désordres et de troubles chez des nations bien plus éclairées ». Mais comme, craignant d’avoir été trop loin dans l’apologie du « bon sauvage », Stedman tient à s’excuser en marquant que ce genre de bonheur ne conviendrait pas aux Européens, Ginguené lui reproche cette « restriction postiche » et soutient que nombre de lecteurs européens savent au contraire apprécier ce bonheur des « sauvages » que Stedman a qualifié de « négatif ». Enfin, comme la traduction française a complété le récit de Stedman par une notice de Lescallier sur la Guyane française et les moyens de la développer, Ginguené conclut ce second et dernier volet de son compte-rendu par cette formule décisive à propos des réformes à faire à la Guyane :

L’intérêt de la République et celui de l’humanité qui ne doivent jamais faire qu’un, le réclament également.

17Il était temps de lancer cet avertissement. Neuf mois plus tard, un coup d’Etat, auquel malheureusement le groupe de la Décade et ses amis ont contribué, allait engager la politique française dans une voie où l’intérêt national – bien, mais plus souvent mal compris – et celui de l’humanité, allaient inexorablement diverger.

18Le second grand article de Ginguené paraît dans le numéro du 30 thermidor XI, donc en août 1803, quand « l’intérêt de l’humanité » a été sacrifié depuis 14 mois par la loi du 20 mai 1802 qui a rétabli l’esclavage des noirs là où elle l’annonçait (Martinique, Réunion et Ile de France), mais aussi là où elle ne l’annonçait pas (Guadeloupe, Guyane, et il l’aurait été à Saint-Domingue si l’invasion n’avait pas été mise en échec). Lui-même a dû perdre toutes ses illusions initiales sur le régime bonapartiste, lequel lui a fait l’honneur de l’exclure du Tribunat en mars 1802 avec d’autres opposants. Des opposants dont l’absence se fera sentir lors de la discussion de cette même loi du 20 mai. On remarquera qu’après avoir signalé en deux lignes dans sa rubrique « Politique » la loi qui rétablit la traite, la Décade n’en dira pratiquement plus un mot, (à une exception près, et tardive, toujours par la faute de Le Breton) et on continuera à y écrire comme si elle n’existait pas. Grégoire adoptera la même tactique.

19L’Essai sur les isles fortunées de Bory de Saint-Vincent est le livre qui fournit à Ginguené l’occasion de s’exprimer de nouveau sur la question de l’esclavage. L’auteur, au demeurant, n’y vient qu’occasionnellement, puisque le thème de cette étude sur les Canaries était la démonstration que les naturels du pays exterminés complètement par les conquérants espagnols du XVe; siècle étaient les derniers descendants, quelque peu ensauvagés il est vrai, des Atlantes qui à un moment de la haute Antiquité avaient, toujours selon l’auteur, été le groupe humain le plus éclairé et avancé de son temps. C’est seulement quand il est question des moyens de rendre aux Canaries leur antique prospérité que les noirs d’Afrique rentrent en scène. Il faudrait, selon Bory de Saint-Vincent, en transporter un certain nombre de la terre ferme aux Canaries pour les faire cultiver utilement. Pourtant, il semble d’abord écarter la solution de l’esclavage dont il déclare lui-même qu’elle est incompatible avec un système « fondé sur les principes invariables des droits de l’homme ». Pour parvenir à faire de cette transportation un devoir imposé par le Créateur (pas moins !) aux Africains, Bory de Saint-Vincent élabore une théorie selon laquelle tous les hommes de tous les climats doivent contribuer au bien commun de la terre, et donc à l’accroissement de ses productions. Mais comme en raison de la fertilité de leur sol, les Africains n’ont pas besoin de travailler autant que les Européens pour assurer leur subsistance et qu’ils ne font pas produire à leurs terres tout ce qu’elles pourraient produire, il s’ensuit qu’ils ont contracté une dette qu’ils devraient acquitter, notamment en allant travailler aux Canaries. Il se peut qu’ils ne le fassent pas d’eux- mêmes ; mais la théorie de la dette va résoudre cette difficulté. Car, écrit Bory,

si ces mêmes hommes que vous pouvez contraindre à s’acquitter de leur engagement envers l’humanité, ne peuvent le faire dans leur pays sans cesse livré à des guerres cruelles, dont le but est de faire des prisonniers qu’on mange et qu’on vend, s’ensuit-il qu’ils soient acquittés de leur dette ? Ne doivent-ils pas y satisfaire sur une terre semblable à la leur ? En les arrachant à la servitude, en leur procurant la facilité de remplir leurs obligations, n’a-t-on pas le droit d’exiger d’eux un salaire ? Ce salaire doit être naturellement le produit des travaux auxquels on les rend.

20Après avoir très soigneusement cité Bory de Saint-Vincent tout au long, Ginguené reprend la parole en son nom :

Il n’a peut-être jamais été fait de raisonnement plus extraordinaire. II est sans doute inutile de le réfuter, et M. de Saint-Vincent lui-même n’aura besoin pour sentir en même temps ce qu’il a de faible et d’étrange que de le voir transcrit littéralement ici. On pourrait s’amuser à en tirer les conséquences : il y en aurait d’assez singulières. Par exemple, si les pays les plus fertiles de l’Europe ont le droit de mettre ainsi l’Afrique en réquisition, quel droit n’auraient donc pas sur le globe entier les Lapons, les Esquimaux, les malheureux Kamtchadales (ce sont les trois peuples décrits dans le tome XIX de l’Histoire générale des voyages, tome rédigé par le futur conventionnel A. Deleyre, Y. B.), toutes ces tristes populations polaires, si jamais elles étaient assez éclairées pour sentir leurs privations, et assez fortes pour réclamer leur part du superflu de l’industrieuse Europe, de la fertile Afrique et de l’opulente Asie ?

21Cependant, M. de Saint-Vincent proteste encore qu’il n’entend pas instituer un système esclavagiste, et s’écrie :

Malheur à celui qui a pu penser que des hommes peuvent être réduits à la condition de bêtes de somme !

22A quoi Ginguené répond :

Maudissez tant qu’il vous plaira ceux qui pensent ainsi, pourrait-on lui répondre, mais ne cherchez donc pas à leur fournir de nouveaux arguments dont ils abuseraient sans se soucier de vos malédictions…

23Puis, comme Bory s’attache à expliquer que les Africains transplantés devront bénéficier de garanties légales pendant le temps de travail nécessaire pour rembourser ceux qui auront risqué leurs vies et leurs fortunes pour les aller prendre en Afrique, et acquitter leur fameuse dette, Ginguené riposte et conclut :

Laissant à part cette bizarre cotisation de l’espèce humaine, on peut lui demander s’il croit que l’exportation de ces malheureux nègres, et leur application forcée à des travaux dont ils ne doivent pas recueillir le fruit, sera jamais faite par une autre passion que la cupidité, si l’humanité dirigera réellement ceux qui exposeront leur fortune et leur vie pour les aller prendre en Afrique, si par conséquent il en résultera des achetés aux achetants des obligations équitables, et s’il se fera jamais entre eux un pacte de gré à gré, le seul juste, le seul admissible en saine raison, et l’on peut ajouter, en saine politique.

24C’est assez clairement énoncer que le rétablissement de l’esclavage par Bonaparte relève d’une politique malsaine, pour ne pas dire plus. D’autant plus que si Ginguené a fait de si longues citations textuelles du livre de Bory de Saint- Vincent – lequel a probablement été écrit avant que l’auteur ait connaissance du retour de l’esclavage –, c’est précisément parce qu’elles lui donnaient la faculté de condamner l’esclavage sans appel par la bouche de cet officier. Remarquons que le livre suivant du même auteur : Voyage dans les quatre principales îles de l’Afrique, qui rend compte de la partie du voyage du capitaine Baudin à laquelle il a participé, est franchement esclavagiste, et que Le Breton en rendra compte sans faire de critiques sur ce point. De même d’ailleurs que le compte-rendu du Traité d’Economie Politique de J.-B. Say, paru peu de temps après l’article de Ginguené, passe sous silence les passages anti-esclavagistes, et même anti-colonialistes de cet ouvrage d’un des fondateurs de la revue.

25Une autre intervention importante de Ginguené sur ce terrain, et elle aussi postérieure à la loi du 20 mai, est contenue dans son célèbre compte-rendu, et démolition, du Génie du Christianisme de Chateaubriand, dans le troisième article du 20 messidor X.

Avec de grands mots, dit-il. on a tout perdu : on a éteint jusqu’à la pitié ; car qui oserait encore plaider la cause des noirs après les crimes qu’ils ont commis ?

26A la suite de cette citation, Ginguené réplique : « Qui ? Tout homme raisonnable et sensible, tout ami de l’humanité. » Il s’arrête là, et déclare ne pas vouloir « entamer ici une discussion intempestive » – sans doute hors du temps en raison des décisions mêmes du Premier Consul. A cela, Chateaubriand s’est d’ailleurs bien gardé de répondre, alors même que la critique de Ginguené est sans doute celle à laquelle il a été le plus sensible. Implicitement, il en ressort en tout cas, qu’en 1802, Ginguené ne met pas au rang des crimes la résistance de Saint-Domingue à la recolonisation. En revanche, un peu plus tard, il considérera bien comme tels les exécutions des Français ordonnées par Dessalines en 1804, mais il trouvera l’occasion de les expliquer – de s’en expliquer – dans une circonstance inattendue pour traiter ce sujet, dans une leçon de clôture de son cours d’histoire de la littérature italienne à l’Athénée de Paris, en 1805. Cette leçon est publiée dans le numéro du 10 thermidor XIII. Comme il en est arrivé à la fin du Moyen Age dans son cours, il peut annoncer pour la suite la période de la Renaissance, et la découverte de ce Nouveau Monde qui va être

un nouveau théâtre où il (l’esprit humain) s’élance pour en rapporter des richesses nouvelles et dans l’espoir d’arracher à la nature ses derniers secrets. Heureux les hommes s’ils n’y étaient conduits que par ces nobles passions, si la vile soif de l’or ne les y guidait pas, si elle n’entraînait à sa suite la ruine, les dévastations, les infirmités nouvelles, les fléaux destructeurs, l’intarissable effusion de sang humain, l’extinction de races entières, l’esclavage d’autres races, accompagné des plus atroces barbaries, et, dans le lointain, la vengeance de ces excès par des atrocités non moins horribles ! Mais telle est la malheureuse condition de l’homme.

27Cette argumentation sera reprise avec beaucoup plus de force et de clarté par Grégoire qui marquera que s’il y a eu des atrocités des Noirs dans la guerre, la cause première n’en demeure pas moins le crime initial de l’Europe et de l’esclavagisme. D’ailleurs, Grégoire, dans la dernière période de la Décade, profitera de son hospitalité pour y publier ses Nouvelles observations sur les Juifs, où il intervient également en faveur des Noirs – et des Irlandais.

28Il faut pour bien juger de la portée des quelques textes de Ginguené que nous avons passé en revue les confronter avec les autres articles, beaucoup plus nombreux, que donne la revue sur les questions coloniales, et donc sur celles de l’esclavage et de la traite ; en règle générale, ses collaborateurs, tout en condamnant l’esclavage, hésitent à se prononcer nettement sur le droit à l’insurrection des noirs. Il est vrai, dira-t-on, qu’ils ne le revendiquent pas non plus pour les Français sous la dictature napoléonienne. Mais Ginguené, tout aussi légaliste quant à la résistance à Napoléon, du moins reconnaît, comme le Diderot de Raynal, le droit, pour ne pas dire le devoir, d’insurrection pour les esclaves. C’est d’autant plus notable que Ginguené, comme tous ses amis, ne compte que sur la force de la raison, et du sentiment de l’humanité pour faire triompher une Philosophie, pacifique par nature, et cela au cœur même d’années de guerres presque ininterrompues.

29Sans doute remarquera-t-on que pour importantes qu’elles soient, les interventions personnelles de Ginguené sur l’esclavage sont au total en petit nombre ; ce qui tient pour une part à la répartition du travail au sein de l’équipe, comme on l’a vu. Mais, comme Ginguené le rappellera en 1807, quand Le Breton placera ses associés devant le fait accompli de l’acceptation de l’oukase impérial qui fusionne la Décade – devenue la Revue philosophique… – avec son ennemi le Mercure de France, c’est en commun que le contenu de chaque numéro devait être arrêté, et que toutes les affaires de la revue devaient être discutées et réglées. Il apparaît donc que la part de Ginguené dans tout ce qui concerne les colonies et l’Afrique dans la Décade peut avoir été beaucoup plus importante que les seuls articles signés de lui le donneraient à penser. Et, comme les silences sont souvent tout aussi significatifs que les énoncés explicites, il est remarquable qu’il s’abstienne, en tout cas en son nom propre, d’évoquer le moins du monde les perspectives de « civilisation » de l’Afrique, dont son collègue Le Breton ne cache pas qu’elles auraient l’avantage de fournir à l’Europe les mêmes denrées que les colonies, mais sans avoir à se charger la conscience du crime de l’esclavage. Là- dessus, Ginguené, qui par ailleurs continue à s’intéresser aux mœurs et coutumes de ces peuples qu’on appelle « sauvages », alors que d’autres textes de la Décade manifestent un vif dégoût de toute l’idéologie du « bon sauvage », préfère se taire obstinément. Même la Sierra-Léone, au sujet de laquelle la Décade a publié en premier la Notice de Grégoire en 1796, ne paraît pas le concerner.

30Mais ce qu’il convient de souligner en guise de conclusion, c’est que Ginguené a réaffirmé ses positions en toute clarté après le 20 mai 1802, autrement dit contre le Pouvoir consulaire et impérial, contre le courant.

Annexe

31Lettre de J. Le Breton à Grégoire

3224 thermidor an II

33Je vous apprends, aimable et honnête Grégoire, que l’estimable Ginguené, auquel vous preniez intérêt, est libre. Il sait vos bonnes dispositions ; et quoique je n’aie pas voulu mettre votre bon cœur à une contribution dangereuse pour vous, avant le 9, je lui ai dit qu’il devait vous compter parmi ceux qui formaient des vœux pour lui. C’est une âme comme la vôtre. Salut et attachement sincère.

34J. Le Breton
chef de la division générale
dans la commission d’agriculture
et des arts.

35Source : Arsenal, Mss. 5290, verso du folio 101.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540