Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ginguené (1748-1816)

 | 
Édouard Guitton

III. L’écrivain engagé

Ginguené : Rabelais à la lumière des événements révolutionnaires

Jean-Jacques Tatin-Gourier

Texte intégral

  • 1 Pierre-Louis Ginguené, De l’autorité de Rabelais dans la Révolution présente et dans la constituti (...)
  • 2 Cf. notamment : Jacques Boulenger, Rabelais à travers les âges, Paris, Le Divan, 1923. Lazare Sain (...)
  • 3 Essais, Livre II, chapitre X.
  • 4 « Marot et Rabelais sont inexcusables d’avoir semé l’ordure dans leurs écrits : tous deux avaient (...)
  • 5 « Rabelais dans son extravagant et inintelligible livre a répandu une extrême gaieté et une des pl (...)
  • 6 Voltaire, Le Temple du goût, Paris, Droz, 1938, p. 92.

1Situer l’œuvre de Ginguené, De l’autorité de Rabelais dans la Révolution présente et dans la constitution civile du clergé1, dans l’histoire des interprétations de l’œuvre de Rabelais pose de multiples et complexes problèmes qui ne peuvent qu’être abordés dans le cadre de cette communication. L’histoire des lectures et des réécritures de l’œuvre de Rabelais a été de longue date l’objet de nombreuses études.2 A la compréhension contemporaine aisée de la logique reliant les éléments constitutifs de l’œuvre, succède dès le XVIIe siècle la désintégration et l’interrogation. Déjà avec Montaigne, Rabelais est, comme Boccace et Jean Second, « digne qu’on s’y amuse », ses œuvres « livres simplement plaisans. »3 Et Rabelais tend à devenir pour ses lecteurs du XVIIe siècle – Les Caractères de La Bruyère l’attestent – un écrivain exceptionnel et ambigu qu’il faut commenter et interpréter.4 La lecture de l’œuvre de Rabelais est problématique : elle doit impliquer une sélection constante et le ferme rejet du grotesque et du grossier. Voltaire a plus abruptement encore appréhendé l’œuvre de Rabelais en ces termes de sélection rigoureuse. Dans les Lettres philosophiques, Voltaire accentue nettement les attendus négatifs de l’appréciation de La Bruyère : l’œuvre de Rabelais est monstrueuse et ne mérite, à l’exception de quelques pages, que mépris.5 Dans Le Temple du goût, Voltaire, évoquant « la Bibliothèque du Dieu » mentionne « les œuvres de Marot et de Rabelais réduites à cinq ou six feuilles ».6 Et dans L’Ingénu, le prieur de Kerkabon, s’il lit saint Augustin, « s’amuse » avec Rabelais.

  • 7 L’abbé de Marsy censure ainsi les obscénités dans son Rabelais moderne (1752, 8 volumes). Il en va (...)
  • 8 Cf. Jean-Jacques Tatin-Gourier, « La Dissémination du texte Rousseau », Littérature, février 1988, (...)

2Cette problématique de lecture n’est pas le fait du seul Voltaire. En effet l’œuvre de Rabelais, quand elle est prise en compte, est souvent objet de réécriture : qu’il s’agisse d’éditions édulcorées ou d’« extraits » impliquant censures et effacements.7 La pratique de l’édition abrégée et de l’extrait est certes fort courante au XVIIIe siècle qui ne connaît pas le respect contemporain pour l’intégralité des textes.8 Mais ce traitement du texte semble s’imposer tout particulièrement pour Rabelais.

  • 9 Cf. abbé de Marsy, Le Rabelais moderne, ou ses œuvres mises à la portée de la plupart des lecteurs(...)

3De plus, dès le XVIe siècle, les interprétateurs de l’œuvre de Rabelais ont joué de clés, ont tenté de substituer aux personnages et aux situations mis en scène des personnages et des événements historiques contemporains de Rabelais. Cette approche tout à la fois historique et allégorique tend à prévaloir dans les commentaires du XVIIe et du XVIIIe siècle.9

4L’ouvrage de Ginguené refuse avant tout et très explicitement ces occultations et ces appréciations réductrices du XVIIIe siècle :

  • 10 Op. cit., p. 4.

De nos jours, on a pris à tâche d’en dire du mal, de le peindre comme un déraisonneur ivre, qui avoit noyé quelques mots heureux, quelques étincelles d’esprit dans un fatras d’absurdités, de grossièretés et de plates folies. Un goût dédaigneux et timide, une fausse décence ont porté cet arrêt de proscription ; et ni parmi les gens du monde, ni même parmi les gens de lettres, on n’a plus daigné lire Maître François ; on aurait rougi d’avouer qu’on l’avoit lu.10

5L’éclipse de Rabelais « ennemi de la superstition » constitue pour Ginguené un paradoxe : elle contraste singulièrement avec la proximité féconde qu’entretinrent avec l’œuvre les plus grands écrivains du siècle de Louis XIV :

  • 11 Op. cit., p. 3.

C’est une chose bizarre que le succès de ce joyeux mais redoutable ennemi de la superstition dans un siècle dévot, et son décri dans un siècle de philosophie. Despréaux, Racine, Molière, La Fontaine admiraient Rabelais, le relisoient sans cesse, le citoient souvent, l’imitoient plus souvent encore.11

6Avant même que la Révolution n’éclaire le texte de Rabelais d’un jour nouveau, Ginguené affirme avoir été un fervent lecteur de Rabelais, avoir su dépasser ses réticences à l’égard des passages extravagants, des obscurités et des obscénités pour aller à l’essentiel et extraire la « substantifique moelle » :

  • 12 Op. cit., p. 5.

J’ai depuis long-temps le mauvais goût et la foiblesse d’être sur ce roman philosophique, de l’avis de La Fontaine, de Racine, de Despréaux et de Molière. Ils se gardoient bien sans doute, et je me suis gardé comme eux, d’y tout approuver et de tout relire : ce qui est extravagant, obscur à dessein, obscène sans gaieté, trivial, insignifiant et grossier, ne m’a jamais ennuyé qu’une fois. Mais les contes plaisans, les traits nombreux d’une satyre ingénieuse et délicate, les choses hardies pour le tems dont plusieurs l’étoient encore pour le nôtre il y a peu d’années, et celles où brillent un sens droit, une raison supérieure, une sagesse de tous les tems, tout cela me charmoit ; et chaque fois que je prenois mon Rabelais, ce n’étoit qu’après avoir relu tous ces endroits, marqués dans mon exemplaire.12

7Pourtant ce n’est nullement cette lecture et ses choix (dominée par une logique de partage de l’œuvre qui est moins qu’il ne semble éloignée des appréciations de La Bruyère et de Voltaire) que Ginguené propose aux lecteurs des années révolutionnaires : les bouleversements contemporains imposent la sélection d’extraits nouveaux sensiblement différents des précédents :

  • 13 Op. cit., p. 5-6.

En le reprenant cette année, j’ai sur-tout été frappé de l’à-propos, dont seraient en ce moment une foule de traits, de passages et même des chapitres entiers. J’ai cru que ce qu’ils contiennent de juste, de plaisant et de raisonnable, sur les rois, sur les grands, sur leurs fantaisies guerrières, sur les pilleries des parlements et des autres Cours abolies par notre Constitution ; sur les moines, les cafards, la cour de Rome, et voire même le Pape ; que tout cela, dis-je, aurait quelque chose de piquant, peut-être même d’utile, et pourrait faire autorité.
On ne trouvera point ici tout ce qu’il y a de bon et d’agréable dans Rabelais, mais seulement ce qui rentrait dans mon sujet, ce qui pouvoit avoir de l’intérêt dans la circonstance et dont l’application devoit frapper tous les yeux.13

8L’événement révolutionnaire suscite ainsi une nouvelle déstructuration du texte, impose à Ginguené, déjà lecteur de Rabelais, la sélection d’extraits nouveaux d’étendues diverses (du « trait » au « chapitre entier ») identifiés comme critiques prémonitoires des pouvoirs tant politiques que religieux de l’Ancien Régime.

9Il importe de cerner les modalités et la logique de cette sélection nouvelle d’extraits, d’en mesurer les implications quant à l’interprétation globale de l’œuvre et quant au statut de Rabelais promu d’entrée de jeu – dès le titre – annonciateur « de la Révolution présente. »

Un objectif : consacrer Rabelais philosophe annonciateur de la « Révolution présente ». Une méthodologie : l’extrait

10Ginguené s’affirme de prime abord soucieux de conférer à Rabelais le statut de philosophe :

  • 14 Op. cit.. Introduction. P.-L. Ginguené évoque de plus « le roman philosophique » de Rabelais. (Op. (...)

(…) je prouverai que, dès le seizième siècle, l’auteur de Pantagruel attaqua les préjugés en véritable philosophe.14

11Par son combat sans failles des « préjugés » tant politiques que religieux, et au- delà d’un « voile allégorique » que lui imposaient les contraintes de son siècle, Rabelais a prophétiquement annoncé l’aurore révolutionnaire :

  • 15 Op. cit.. p.2.

(…) il avoit bafoué le culte de certaines idoles que nous avons encore adorées et plus de deux siècles après lui, et (…) son autorité doit être comptée parmi celle des sages qui ont préparé la destruction de nos sottises politiques et religieuses. (…)
Il écrivoit dans un tems où il falloit bien qu’il se couvrit d’un voile allégorique, quelque transparent qu’il fût ; aujourd’hui la vérité marche le front découvert et levé.15

12Cette proclamation de l’autorité présente de Rabelais philosophe constitue en fait une réhabilitation paradoxale : elle s’oppose d’abord à l’occultation, à la relégation et au mépris dont Rabelais a été l’objet de la part des philosophes des Lumières eux- mêmes, pourtant anticipateurs et initiateurs de la Révolution.

13Le titre de l’ouvrage présente d’ailleurs cette réhabilitation comme logiquement inverse mais politiquement complémentaire de la dénégation de l’autorité de Montesquieu dans la Révolution. L’introduction explicite l’allusion à l’ouvrage de Grouvelle, L’Autorité de Montesquieu dans la Révolution présente :

  • 16 Op. cit.. Introduction, p. 1-2.

Il parut, en 1789, une excellente dissertation intitulée : De l’autorité de Montesquieu dans la révolution présente. J’ai l’air d’avoir parodié ce titre, et voulu faire seulement une plaisanterie ; car qui pouvoit parler sérieusement de Rabelais ? Qui ? moi, peut-être. Quant au titre, je le mets ainsi, non parce qu’un auteur que j’aime en a employé un semblable, mais parce qu’il convient mieux que tout autre au contenu de cet ouvrage. D’ailleurs nous différons absolument, cet auteur et moi, dans le but que nous nous sommes proposé. Il a combattu l’autorité de Montesquieu sur des points importants ; je veux, sur des points capitaux, montrer quelle doit être celle de Rabelais. Il a fait voir qu’au dix-huitième siècle l’auteur de l’Esprit des Loix n’avoit soumis que trop souvent la Philosophie aux préjugés ; je prouverai que dès le seizième siècle, l’auteur de Pantagruel attaqua les préjugés en véritable philosophe.16

14A l’exclusion de Montesquieu du Panthéon révolutionnaire répond ainsi l’intégration surprenante d’une figure ancienne et généralement occultée ou décriée. Mais si la critique de Montesquieu devait nécessairement être étayée de réfutations et de démonstrations, être justifiée et argumentée, la citation – l’extrait – doit suffire pour assurer la réhabilitation de Rabelais :

  • 17 Op. cit.. Introduction, p. 2.

Notre méthode diffère autant que notre but. II (l’auteur de De l’autorité de Montesquieu dans la révolution présente) avoit à combattre les principes d’un auteur très connu, très vanté dont on opposoit sans cesse l’autorité à la destruction nécessaire de l’échafaudage gothique, que nous appelions notre gouvernement. Il lui falloit donc établir les vrais principes, et démontrer en quoi et pourquoi Montesquieu s’en est tant écarté. Moi je ne veux que rendre à Rabelais ce qui lui est dû, le tirer de l’oubli où on le laisse, rappeler qu’il avoit bafoué le culte de certaines idoles que nous avons encore adorées plus de deux siècles après lui, et que son autorité doit être comptée parmi celle des sages qui ont préparé la destruction de nos sottises politiques et religieuses. Je dois donc m’appliquer principalement à le faire connoître, et pour cela, moins disserter que citer.17

15La promotion de Rabelais au rang de philosophe précurseur de la Révolution ne peut se fonder que sur la citation aussi dégagée que possible de commentaires :

  • 18 Op. cit.. Introduction, p. 2.

C’est même de citations que sera presqu’entièrement composé cet ouvrage. Elles seront seulement rangées en chapitres, et sous des titres différens de ceux qu’on lit dans Rabelais.18

16L’auteur du recueil d’extraits ne se présente dès lors que comme médiateur entre l’œuvre de Rabelais et le public. Dans le chapitre premier de la première partie du recueil (« Qu’il y a dans les ouvrages de Rabelais, sous l’extérieur de la folie, un sens profond, politique et philosophique, qu’on doit se donner la peine d’y chercher »), Ginguené autorise sa démarche, justifie la réduction de l’œuvre en extraits par la lecture que conseille Rabelais lui-même de ses ouvrages :

  • 19 Op. cit.. p. 13.

Or voilà précisément, lecteur, la peine que je veux vous épargner, en la prenant moi-même. J’ai rompu l’os et je vous offre la moelle.19

17Le regroupement des extraits et l’adjonction de titres ne constituent en rien une originalité : ce sont les pratiques traditionnelles de l’élaboration du recueil d’extraits au XVIIIe siècle. L’innovation tient plutôt à la politisation de ces rubriques qui invitent toutes à mettre en relation le texte de Rabelais et l’œuvre politique et religieuse de la Révolution.

L’actualisation de l’œuvre de Rabelais : une mise en relation constante avec les événements révolutionnaires contemporains

18Critique des institutions politiques d’Ancien Régime et condamnation du clergé constituent les deux thématiques essentielles qui président au choix et au regroupement des extraits de Rabelais : le titre et la division de l’ouvrage en deux parties répondent explicitement à ce double objectif de la critique. Ginguené prétend ainsi « prouver » que Rabelais a développé le procès prémonitoire de l’ensemble des institutions d’Ancien Régime et d’un clergé qui n’accepte pas de renoncer à ses biens et à ses richesses.

19Dans la première partie du recueil, la voix – voix réduite et remodelée – de Rabelais permet la critique des institutions et des mœurs de la monarchie. Elle vise successivement les dépenses des rois (ch. II, « De la Liste civile, ou de la dépense personnelle d’un Roi »), l’éducation corruptrice des princes (ch. III et IV, « De l’Education d’un Roi »), leur goût pour la guerre (ch. V. VI. VII. « De la guerre et de la paix »), les parlements et la justice d’Ancien Régime (ch. VIII. « De l’ancien ordre judiciaire du parlement et des juridictions inférieures », ch. IX et XIII « De la Grand Chambre » ; « Comment la Grand Chambre vivoit de corruption », ch. X. « Des bas officiers de justice, et de leur manière de vivre aux dépens des nobles. ») Enfin Ginguené revient sur la mise en cause initiale de la corruption des rois (ch. XII. « De la Chambre des Comptes », instance judiciaire destinée à « vérifier les comptes du trésor royal » mais que « l’imagination fertile de Rabelais changea facilement en pressoir. »)

20Ces titres de chapitre renvoyant aux principales institutions d’Ancien Régime et ne comportant aucune référence au XVIe siècle, visent à politiser et actualiser Rabelais. Les brefs commentaires introductifs et conclusifs des extraits relèvent plus nettement encore de cette stratégie :

Absolu ou non, un roi est toujours chose fort chère dans un état. (ch. II. p. 14.)
Il ne faut sans doute à nos fils de rois, ni tant de lait, ni tant d’étoffe ; mais ajoutez à leur dépense réelle les voleries et le gaspillage de ce qui les entoure, vous ne serez pas bien loin du compte, (ch. II. p. 16.)
Absurdités et niaiseries si vous voulez, mais qui ne ressemblent pas trop mal à la première éducation de nos princes, entre les mains des femmes, (ch. III, p. 18.)

21Les allusions à la situation politique de l’année 1791 sont parfois plus précises :

Aujourd’hui que quelques Picrocholes se mettent comme des enfants mutins, en colère contre une nation libre (…) je voudrais (…) leur faire lire le récit d’une guerre qui ne ressemble pas mal à celle qu’ils veulent entreprendre, et leur en présage le succès, (ch. V, p. 30.)

  • 20 Op. cit., p. 37.

22La mise en rapport avec d’autres pièces du procès du despotisme – postérieures au XVIe siècle – concourt à renforcer la proximité de l’œuvre de Rabelais. Ainsi Ginguené évoque-t-il Boileau critiquant « la fantaisie de guerroyer » de Louis XIV.20 Mais interviennent aussi les archives secrètes des despotes révélées par les journées révolutionnaires :

  • 21 Op. cit., p. 18.

Si je disois par exemple, « il avoit passé sa minorité à battre le tambour, à sonner du cor, à faire des petits jets d’eau avec des tuyaux de plume, à prendre des moineaux avec des pigrièches », j’aurois l’air de continuer à copier Rabelais parlant du petit Gargantua ; point du tout : c’est une note sur Louis XIII, datée de 1617, trouvée à la Bastille, le grand jour des révélations, c’est-à-dire le jour de sa prise.21

  • 22 Ch. I. « Des moines et ordres religieux. » Ch. II. « Des ordres mendians. » Ch. III. « Des prêtres (...)

23Le regroupement des extraits et les intitulés des chapitres de la seconde partie sont révélateurs du souci de mettre prioritairement en cause le clergé régulier et les plus hautes autorités de l’Eglise.22 Là encore l’actualisation de la satire des ordres religieux constitue une priorité :

  • 23 Op. cit., p. 79-80.

Ce sera maintenant une histoire piquante à faire que celle du monarchisme. Ni la satyre, ni la comédie ne font l’histoire ; mais elles peuvent y suppléer lorsqu’elles peignent fidellement les mœurs. Il seroit long de mettre ici tout ce que Rabelais dit des moines et de l’esprit monacal. Ce sera bien assez des principaux traits de caractère, pour nous élever plus promptement à de plus grands objets et prendre avec lui le clergé a capite ad calam.23

24La figure de frère Jean des Entommeures est dès lors ambiguë : le lecteur est invité à comparer la mâle vigueur que révèlent ses combats du personnage de Rabelais pour la défense de l’Eglise à la dégénérescence des ecclésiastiques contemporains au service de la contre-révolution :

  • 24 Op. cit., p. 80.

On ne peut mieux commencer que par le portrait qu’il trace de frère Jean des Entommeures, véritable archétype des moines de son tems, dont il faut avouer que la perfection s’étoit un peu altérée dans le nôtre. Il n’avoit point, dit-on, fait ce portrait de fantaisie, mais d’après un certain prieur alors vivant, et bon vivant.24

25Pour mieux mesurer l’écart entre les ecclésiastiques d’hier et ceux d’aujourd’hui, Ginguené imagine même frère Jean des Entommeures présent la nuit du 4 août (allusion probable au farouche combat de l’abbé Maury) :

  • 25 Op. cit., p. 83.

L’esprit de l’église est toujours le même, mais non pas son pouvoir. Nos prélats sont moins vigoureux que ceux du bon tems. Ils n’ont pu rien abîmer, et sont abîmés eux-mêmes.
Ce n’est pas là ce qu’espéroit le frère Jean des Entommeures de l’Assemblée nationale, lorqu’à Versailles, après la nuit du 4 août, il disoit si chrétiennement : avant qu’on en pût faire autant au clergé qu’on vient d’en faire à la noblesse, on verroit la banqueroute et la guerre civile. Ni guerre civile, ni banqueroute, mon cher abbé, quoiqu’on vous ait encore plus maltraités que les nobles. Les têtes de l’hydre, les griffes du tigre, les serres du vautour sont coupées, grâce au progrès des Lumières, grâce aussi peut-être à vos fureurs et à votre éloquence.25

Le procès des institutions politiques d’Ancien Régime et la déstructuration de l’œuvre de Rabelais

26Cette constante mise en rapport du texte de Rabelais avec l’actualité révolutionnaire préside aux sélections opérées dans l’œuvre. L’ensemble des ouvrages de Rabelais est en fait concerné par ces choix. Le chapitre 1er de la première partie consacrée à la critique des institutions, « Qu’il y a dans les ouvrages de Rabelais, sous l’extérieur de la folie, un sens profond, politique et philosophique, qu’on doit se donner la peine de chercher », est un large extrait du Prologue de Gargantua. Il faut toutefois noter que l’adresse initiale aux « Beuveurs très illustres, et vous, Vérolez très précieux » est évitée.

27Les cinq chapitres suivants sont également extraits de Gargantua.

28Ch. II « De la liste civile ou de la dépense personnelle d’un Roi. »

Gargantua, ch. VII

« Comment le nom fut imposé à Gargantua et comment il humoit le piot. »

Gargantua, ch.VIII

« Comment on vestit Gargantua. »

29Ch. III « De l’Education d’un Roi. »

  • 26 Op. cit., p. 19.

Gargantua, ch. XI

« De l’adolescence de Gargantua. »
L’évocation du « petit paillard (qui) toujours tastonnoit ses gouvernantes », des jeux sexuels et de la braguette de Gargantua ornée de « beaux bouquets » est évitée.

Gargantua, ch. XIII

« Comment Grandgousier cogneut l'esprit merveilleux de Gargantua à l'invention d'un torchecul. »
Ce chapitre est partiellement résumé en ces termes : « Le petit Gargantua prend la parole, et répond que dans tout le pays il n'y a garçon plus net que lui ; et la preuve qu'il en donne, c'est que par longue et curieuse expériei.ce il a inventé une manière de… mais ne dois-je pas craindre de choquer ici le goût trop délicat de mes lecteurs ? Non ; dans un livre philosophique on ne doit pas s'arrêter à ces minuties. Le désir d'être utile excuse tout. Il avoit donc inventé une manière de se torcher le cul ; c'étoit d'employer à cet usage un oison avec son duvet. »26

30Ch. IV « Continuation du même sujet. »

Gargantua, ch. XIV

« Comment Gargantua feut institué par un sophiste en lettres latines. »

Gargantua, ch. XXIII

« Comment Gargantua feut institué par Ponocrates en telle discipline qu'il ne perdoit heure du jour. » Le chapitre XXII « Les jeux de Gargantua » constitué essentiellement d'une longue liste sur deux colonnes est notamment évité.

31Ch. V « De la guerre et de la paix. »

Gargantua, ch. XXV

« Comment feut meu entre les fouaciers de Lerné et ceux du pays de Gargantua le grand débat dont furent faictes grosses guerres. »

Gargantua, ch. CCVI

« Comment les habitants de Lerné par le commandement de Picrochole, leur roi, assaillirent au dépourveu les bergiers de Gargantua. »

Gargantua, ch. XXVIII

« Comment un moine de Seuillé saulva le cloz de l'abbaye du sac des ennemys. »

Gargantua, ch. XXXIII

« Comment Picrochole print d assault La Roche Clermauld et le regret et la difficulté que feist Grandgousier de entreprendre guerre. »

Gargantua, ch. XXVIII

« Comment certains gouverneurs de Picrochole par conseil précipité, le mirent au dernier péril. »

32Ch. VI « Suite du orécédent. »

Gareantua. ch. XXXIV

« Comment Gargantua laissa la ville de Pans. »

Gareantua, ch. XLIX

« Comment Picrochole tuiant teut surpris de males fortunes et ce que fit Gargantua après la bataille. »

Gareantua. ch. L

« La concion que feist Gargantua es vaincus. »

Gargantua, ch. LI

« Comment les victeurs Gargantuistes feurent recompensés après la bataille. »

Gargantua, ch. LII

« Comment Gargantua feist bastir pour le moine l'abbaye de Thélème. »

Gargantua, ch. LIII

« Comment feust bastie et dotée 1 abbaye des Thélémites. »

Gargantua, ch. LIV

« Inscription mise sur la grande porte de Thélème. »

Gargantua, ch. LVII

« Comment estoient réglez les Thélémites à leur manière de vivre. »

33Les extraits de Gargantua concernent ainsi essentiellement l'éducation du prince (ch. II. III. IV.) et la guerre picrocholine (ch. V. VI.). Les chapitres VII et VIII du recueil de Ginguené (« Du sort des héros dans l'autre monde, et des métamorphoses politiques » et « De l'ancien ordre judiciaire, du parlement, et des juridictions
inférieures ») sont extraits du Tiers Livre. Les chapitres IX (« De la Grand Chambre »), X (« Comment la Grand Chambre vivoit de corruption »), et XII (« De la Chambre des Comptes ») sont extraits du Cinquième Livre ; le chapitre XI enfin (« Des bas-officiers de justice, et de leur manière de vivre aux dépens des nobles »), qui met en scène les « Chiquanous », est extrait du Quart Livre.

34Ces extraits du Tiers Livre, du Quart Livre et du Cinquième Livre permettent la satire des parlements et des instances judiciaires d’Ancien Régime. Si l’ordre des livres de Rabelais est globalement respecté, la juxtaposition des citations extraites des chapitres successifs manifeste une grande liberté à l’égard du texte de référence dont les éléments disséminés sont objet de recomposition. Texte mosaïque, le recueil de Ginguené participe ainsi pleinement de la problématique des recueils de pensées ou de maximes, regroupées souvent sous le titre d’« Esprit de…  », qui impliquent un bouleversement profond du texte de référence et visent une assimilation plus aisée de l’œuvre réduite.

35Le présupposé essentiel présidant au choix des extraits est ici explicite : l’« à- propos », la leçon présente de certaines pages dans le contexte politique de la Révolution.

36L’examen des contextes d’extraction des passages retenus fait essentiellement apparaître des évitements d’ordre éthique. Toutefois Ginguené, en mettant en scène tout à la fois ses craintes, ses réticences et leur dépassement, souligne le caractère archaïque d’une telle censure moralisatrice. L’obscénité serait ainsi, selon Ginguené, inessentielle et ne mériterait pas d’être censurée puisqu’elle demeure subordonnée à l’utilité publique et à la philosophie.

37Cette actualisation de l’œuvre de Rabelais à la lumière des événements révolutionnaires instaure une déstructuration du texte riche d’avenir, du moins pour Gargantua : les textes sur l’éducation et la satire du roi guerrier Picrochole seront largement retenus dans les divers recueils et manuels ultérieurs. Les réductions impliquées sont manifestes : les exagérations grotesques – en particulier dans les textes sur l’éducation de Gargantua – sont réinterprétées en termes de satire politique anti-absolutiste, et le génie de Rabelais n’apparaît plus que dans sa prétendue opposition prémonitoire au pouvoir royal.

38Ainsi étroitement limitée au plan de la critique politique, cette problématique de l’extrait a cependant sans doute concouru à instaurer une nouvelle approche de l’œuvre de Rabelais : œuvre ancienne mais émanant d’un écrivain-phare dont les surprenantes leçons présentes n’épuisent pas encore toutes les possibilités de développement à venir. Une approche qui sera celle des romantiques se tournant vers Shakespeare, Cervantès et Rabelais lui-même.

Notes

1 Pierre-Louis Ginguené, De l’autorité de Rabelais dans la Révolution présente et dans la constitution civile du clergé, ou Institutions royales, politiques et ecclésiastiques, tirées de Gargantua et de Pantagruel, Paris, Gottey, 1791, in-8°.

2 Cf. notamment : Jacques Boulenger, Rabelais à travers les âges, Paris, Le Divan, 1923. Lazare Sainéau, L’Influence et la réputation de Rabelais (interprètes, lecteurs et imitateurs), Paris, J. Gamber, 1930. Mikhaïl Bakhtine, L’Œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Age et sous la Renaissance, NRF, éditions Gallimard. 1970. (Cf. ch. Ier. Rabelais et l’histoire du rire.)

3 Essais, Livre II, chapitre X.

4 « Marot et Rabelais sont inexcusables d’avoir semé l’ordure dans leurs écrits : tous deux avaient assez de génie et de naturel pour pouvoir s’en passer, même à l’égard de ceux qui cherchent moins à admirer qu’à rire dans son auteur. Rabelais surtout est incompréhensible : son livre est une énigme, quoi qu’on veuille dire, inexplicable ; c’est une chimère, c’est le visage d’une belle femme avec les pieds et une queue de serpent ou de quelque autre bête plus difforme ; c’est un monstrueux assemblage d’une morale fine et ingénieuse et d’une sale corruption. Où il est mauvais, il passe bien loin au-delà du pire, c’est le charme de la canaille ; où il est bon, il va jusqu’à l’exquis et à l’excellent, il peut être le mets des plus délicats. » La Bruyère, Les Caractères ou les Mœurs de ce siècle, 1690. (Cinquième édition.)

5 « Rabelais dans son extravagant et inintelligible livre a répandu une extrême gaieté et une des plus grande impertinence ; il a prodigué l’érudition, les ordures et l’ennui ; un bon conte de deux pages est acheté par des volumes de sottise ; il n’y a que quelques personnages d’un goût bizarre qui se piquent d’entendre et d’estimer tout cet ouvrage, le reste de la nation rit des plaisanteries de Rabelais et méprise le livre. On le regarde comme le premier des bouffons, on est fâché qu’un homme qui avait tant d’esprit, en ait fait un si misérable usage ; c’est un Philosophe ivre qui n’a écrit que dans le sens de son ivresse. » Lettres philosophiques, 1734, Ed. Lanson, p. 135.

6 Voltaire, Le Temple du goût, Paris, Droz, 1938, p. 92.

7 L’abbé de Marsy censure ainsi les obscénités dans son Rabelais moderne (1752, 8 volumes). Il en va de même de l’abbé Pérau dans ses Œuvres choisies (Genève, 1752). Et en 1776, la Bibliothèque universelle des Romans (1775-1778) publie un texte édulcoré « à l’intention des dames. »

8 Cf. Jean-Jacques Tatin-Gourier, « La Dissémination du texte Rousseau », Littérature, février 1988, « Intertextualité et Révolution : éditions abrégées et extraits de Raynal : deux logiques de réduction de L’Histoire des Deux Indes », La Licorne, « Brièveté et écriture », 1991-21.

9 Cf. abbé de Marsy, Le Rabelais moderne, ou ses œuvres mises à la portée de la plupart des lecteurs (huit volumes), 1752.

10 Op. cit., p. 4.

11 Op. cit., p. 3.

12 Op. cit., p. 5.

13 Op. cit., p. 5-6.

14 Op. cit.. Introduction. P.-L. Ginguené évoque de plus « le roman philosophique » de Rabelais. (Op. cit., p. 5.)

15 Op. cit.. p.2.

16 Op. cit.. Introduction, p. 1-2.

17 Op. cit.. Introduction, p. 2.

18 Op. cit.. Introduction, p. 2.

19 Op. cit.. p. 13.

20 Op. cit., p. 37.

21 Op. cit., p. 18.

22 Ch. I. « Des moines et ordres religieux. » Ch. II. « Des ordres mendians. » Ch. III. « Des prêtres et moines, des cardinaux et du Pape. » Ch. IV. « Des ordres religieux et militaires, et du bon emploi des donations faites à l’Eglise. » Ch. V. « Du pape, des excommunications et de l’inviolabilité des évêques. » Ch. VI. « De l’autorité du pape, et de la puissance du diable. » Ch. VII. « Du Pape, des Papistes et des Décrétales. »

23 Op. cit., p. 79-80.

24 Op. cit., p. 80.

25 Op. cit., p. 83.

26 Op. cit., p. 19.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540