Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ginguené (1748-1816)

 | 
Édouard Guitton

II. Relations humaines et intellectuelles

Ginguené et la querelle de l’authenticité des poèmes d’Ossian

Jacques Gury

Texte intégral

  • 1 Poésies galliques, traduites sur l’anglois de Macpherson par Le Tourneur, Nouv. éd., augment (...)

1En 1810, le libraire J.-P. Dentu proposait aux lecteurs en deux beaux octavos les Poésies galliques d’« Ossian, fils de Fingal, barde du IIP siècle ».1 Une dizaine d’années auparavant, en l’an VII, Dentu avait déjà publié les œuvres d’Ossian, reprenant la traduction que Pierre Le Tourneur avait donnée en 1777 des Works of Ossian établis par Macpherson en 1773. Mais, en 1810, Dentu avait incorporé de nouveaux textes, car, en 1780, le corpus ossianique s’était enrichi de pièces recueillies et traduites par le Rev. John Smith, et dont la publication avait connu un grand succès parce qu’elle confortait la thèse de l’antiquité et de l’authenticité des œuvres ossianiques. Plusieurs Français, aussi bien Le Tourneur que Chateaubriand, traduisirent certaines de ces pièces, dont l’intégralité fut publiée en français en 1794.

  • 2 La monumentale et magistrale thèse de P. Van Tieghem, Ossian en France, (Paris, 1914, reprint chez (...)
  • 3 La bibliothèque de La Malmaison conserve l’exemplaire de Marie-Louise, superbement relié.

2L’édition de 1810 est assurément un témoignage de l’intérêt que suscitait Ossian une génération après Le Tourneur. Dentu, libraire avisé, ne se serait pas lancé dans une opération hasardeuse. Certes, depuis quelques années, les hommes de lettres français multipliaient les réserves et les critiques devant l’Ossian de Macpherson. Un courant hostile au Barde, ou du moins à son traducteur, se propageait. La Décade ou le Mercure dénonçaient un engouement dangereux et de surcroît suscité par une imposture. Presque tous ceux qui avaient ossianisé avant la Révolution, ou avant 1804, affirmaient être revenus de leurs illusions, même s’ils conservaient quelque nostalgie pour l’idole de naguère.2 Mais, pour un libraire habile, un climat de controverse est un élément favorable si l’on défend sa cause avec assez de véhémence et d’autorité. Par ailleurs, l’édition de 1810 se voulait exemplaire par la qualité de sa présentation, et ce devait être l’édition intégrale et définitive pour le cabinet de l’érudit, et aussi pour la Cour Impériale3 édition à laquelle une notice de M. Ginguené donnait en quelque sorte la caution de l’Institut de France.

  • 4 The Poems of Ossian in the original Cael’tc witth a literal translation in latin, London, 18 (...)

3A l’origine de cette édition française, on trouve une magnifique édition parue sous les auspices de la Highland Society of London en 18074 qui présentait les poèmes d’Ossian dans un texte « gallique », avec traduction latine littérale en regard, accompagnée de « dissertations » et de témoignages, de documents complémentaires prouvant l’authenticité des poèmes d’Ossian. Il s’agissait, en s’appuyant en particulier sur les résultats de divers collectages et enquêtes, dont celle de la Highland Society of Edinburgh de 1805, de réfuter définitivement toutes les objections et d’ériger un monument impérissable élevant les œuvres d’Ossian au-dessus de toute controverse.

  • 5 A propos de John Smith, Dentu affirme dans son Avertissement : « Il appuie leur authenticité sur d (...)

4Dans son Avertissement, Dentu souligne bien que, outre-Manche, la cause est entendue et qu’il n’y a plus lieu de douter5. D’ailleurs, il reprend l’intitulé de 1777 : Ossian, fils de Fingal, barde du IIIesiècle, affirmant l’historicité et l’antiquité d’Ossian, ce qui en 1810 est un défi aux incrédules. De surcroît, Dentu a confié à Ginguené, le soin de convaincre le lecteur encore hésitant. Toutefois, il faut remarquer que le titre retenu : Notice sur l’état actuel de la question relative à l’authenticité des poèmes d’Ossian, ne promet pas explicitement une mise au point irréfutable, n’annonce ni plaidoyer, ni manifeste.

  • 6 L’abbé Melchior Cesarotti (1730-1808) avait traduit Ossian en italien dès 1763, avec un Essai crit (...)

5Comme c’était l’usage au XVIIIe siècle, comme l’avaient fait Le Tourneur, Suard, et tant d’autres, Ginguené avait composé un texte cohérent à partir de divers extraits et emprunts. Il présentait, résumait, analysait, commentait les textes critiques de l’édition de Londres, n’employant guère que le dixième de la matière offerte, privilégiant surtout la dernière apologie que Cesarotti, chantre d’Ossian en Italie, avait composée en 1801, et que les Anglais avaient trouvé tellement convaincante qu’ils l’avaient incluse dans les textes de 18076.

  • 7 P. Van Tieghem souligne que « les admirateurs d’Ossian tel qu’il leur était donné, les champions d (...)

6La plupart des érudits ont affirmé, par la suite, que Ginguené adhérait totalement à la cause de l’authenticité, et Van Tieghem, soulignant que la Notice reprend l’essentiel des arguments de 1807, avance que Ginguené est donc un tenant convaincu sinon enthousiaste de la thèse ossianique. Toutefois, ce que nous savons de Ginguené et de ses amis nous amène à douter d’un tel ralliement que seule une lecture rapide peut accréditer7.

  • 8 « Un homme de lettres distingué, versé dans la littérature anglaise, M. Ginguené, membre de l’Inst (...)
  • 9 « Le principal ornement de la cour de ce prince fut le premier poète et musicien que M. Macpherson (...)
  • 10 La bibliothèque de l’Institut de France possède un exemplaire de l’édition de 1807, contenant une (...)

7Ginguené, que Dentu nous présente comme « versé dans la littérature anglaise »8 n’était pas vraiment un spécialiste des lettres anglaises (cf. Annexe B), cependant il possédait l’Ossian de Le Tourneur, 1777, l’édition anglaise de Paris, 1784, qui comportait de nombreux textes et pièces favorables à Macpherson, et deux éditions de la version italienne de Cesarotti, 1772 et 1780, ce qui prouve un intérêt certain pour l’affaire Ossian, sinon pour Ossian lui-même. En tous cas, Ginguené ne partageait pas l’enthousiasme de Cesarotti et, en 1791, dans l’article Barde de l’Encyclopédie méthodique, musique9 il accusait implicitement Macpherson d’imposture. L’édition de 1807 qu’il dut avoir très tôt entre les mains10 ne semble pas avoir suscité chez lui la volonté de réexaminer le dossier qui d’ailleurs ne comportait rien de bien nouveau.

  • 11 Au début de sa Notice, Ginguené rappelle : « Mais il est encore bon nombre d’esprits qui se sont f (...)

8Tout au long des 33 pages de la Notice, Ginguené s’affirme « fidèle au plan que nous nous sommes fait de ne point entrer ici dans la discussion ni même dans l’analyse des raisonnements ». Il n’avance donc jamais une opinion personnelle, il n’engage jamais son autorité, mais au contraire rappelle fréquemment « comme le dit Cesarotti », « comme l’écrit Smith », il renvoie toujours à cette édition apologétique de 1807. Ginguené se cantonne dans le rôle de magistrat impartial donnant la parole aux avocats de la défense, enregistrant sans commentaire les divers témoignages, laissant le jury, le lecteur, trancher. Ginguené conserve la réserve imposée par la nécessité de présenter les pièces du procès et de laisser la vérité s’imposer d’elle-même, alors que naguère l’enthousiasme et la passion avaient fini par susciter un scepticisme destructeur11.

  • 12 …« c’est environ deux ans après, que cette belle édition a paru. Sir John Sinclair, président de l (...)

9Mais, il se trouve que les pièces présentées par Ginguené ne sont pas toutes convaincantes, que l’esprit critique du lecteur français s’aperçoit vite que tel témoin de moralité, tel érudit ont des raisons inavouées de plaider en faveur des collecteurs des poèmes ossianiques. Souvent les preuves sont dérisoires, réduites à des affirmations gratuites, parce que amputées de leurs développements circonstanciés et attribuées à des personnalités totalement inconnues à Paris. Ginguené ne met-il pas ainsi sciemment tout l’échafaudage en péril ? Lorsqu’il détaille une preuve présentée comme irréfutable, appuyée sur des témoignages écrits et authentifiés d’honorables ecclésiastiques, on a le sentiment de se trouver face à un de ces petits chefs-d’œuvre d’ironie élaborés par Swift ou Voltaire pour discréditer leurs adversaires (cf. Annexe A). Par ailleurs, on perçoit quantité de précautions, de réticences, de formules où le négatif et le positif se mêlent si bien que le propos en devient incertain. Des affirmations sont atténuées par des expressions tièdes qui contredisent implicitement l’adhésion. Une ironie discrète mine tout l’édifice et, même dans la conclusion, le détachement impartial de Ginguené cache mal une volonté de dérision12.

  • 13 Dans le Moniteur universel du 9 avril 1810, J.-P. Amar, rendant compte de l’Ossian de Baour- Lormi (...)

10D’ailleurs cette notice ne convainquit pas les incrédules13. Mais beaucoup de lecteurs ne demandaient qu’à être confortés dans leur adhésion, et les ossianophiles et les bardolâtres citèrent les pages de Ginguené comme irréfutables, et le nom de Ginguené reviendra fréquemment parmi ceux des défenseurs d’Ossian. Comme quoi l’ironie n’est pas toujours une arme efficace…

  • 14 Bonaparte s’engoua très tôt d’Ossian, découvert probablement dans la version de Cesarotti, et son (...)

11Que faut-il penser de ce qui semble bien un double jeu de Ginguené ? Il est certes évident que Dentu n’aurait pas accepté une notice ouvertement sceptique, ne serait- ce que parce qu’il aurait été imprudent de contrarier l’Empereur14. Il faut, en fait, voir là un témoignage de la perplexité de gens de lettres français, jadis séduits par les poèmes d’Ossian, maintenant irrités par les excès d’une mode, surtout redoutant de se déconsidérer en étant complices de quelque imposture. Ils sont à la fois « âmes sensibles » et aussi « esprits des Lumières », exigeant des garanties et des certitudes. Un Français reste toujours plus ou moins disciple de Voltaire, même s’il est rousseauiste. Il y a conflit latent, plus ou moins conscient, chez Ginguené qui s’estime tenu de présenter tous les éléments considérés probants par les Ecossais, mais qui, au fond, ne peut pas être convaincu.

12En effet, pour les Ecossais, la tradition orale mérite autant de confiance et d’intérêt que le document écrit, le peuple peut transmettre une œuvre littéraire aussi bien que le livre, assurer la survie des monuments du passé aussi bien qu’une bibliothèque. Il suffisait que le collectage des documents oraux sur le terrain ait satisfait à une double rigueur tant pour l’établissement des textes dits « originaux » que pour l’établissement des preuves. Il fallait multiplier les témoignages, comparer les versions, composer des dossiers détaillés avec autant de scrupules et d’intégrité qu’un magistrat. L’erreur de Macpherson, pionnier en la matière il est vrai, avait été, entre autres, de ne pas établir de garanties, de ne pas répertorier ses sources, et d’utiliser les matériaux collectés sans assez de respect, d’avoir restitué un Ossian idéal plutôt qu’un Ossian authentique et de s’être en quelque sorte substitué au Barde. Les successeurs de Macpherson, en particulier le Rev. John Smith, avaient pris soin de recueillir les textes dans des conditions irréprochables et d’offrir des versions respectueuses de l’original. Leur prudence et leur modestie avaient conforté la cause ossianique.

  • 15 On conçoit très bien que Ginguené, nourri des lettres italiennes dont tous les textes anciens sont (...)
  • 16 La meilleure réfutation des arguments de l’édition de 1807 repris en 1810 n’apparaîtra qu’en 1828 (...)

13Mais tout dans la formation de Ginguené l’incite à refuser la démarche des érudits britanniques, à refuser de faire confiance à la tradition orale et populaire, d’admettre que le collectage puisse reconstituer les antiquités nationales15 D’où un texte ambigu, dont l’ironie dément l’impartialité et qui entretient le doute qu’il était supposé dissiper. Mais qu’importaient les réticences de Ginguené dont la Notice était sans doute parcourue trop rapidement pour ébranler les convictions16 ?

  • 17 Les Poésies galliques en vers français de Baour-Lormian parurent dès l’an IX, elles connurent de n (...)

14En 1810, le véritable public d’Ossian était celui qui découvrait Fingal, Oscar, Malvina dans les petits in-12° de Baour-Lormian17, et qui se souciait fort peu d’authenticité ou d’imposture. A partir des traductions de 1777 et 1794, Baour- Lormian avait créé une œuvre qui transportait les lecteurs dans les brumes de Calédonie, sur les landes de Morven, ou les bords de la Clyde, et, grâce à lui, l’Homère du Nord, l’Homère celte, le Barde aveugle avait une existence qu’aucune controverse ne pouvait mettre en péril.

Annexe A

15Ginguené et laDissertation de Sir John Sinclair

16…« nous extrairons de cette dissertation ceux qui nous paraissent apporter avec eux un dernier degré de persuasion et de certitude.

17Avant notre révolution, la ville de Douai, en Flandres, possédait un collège écossais ; et, dans ce collège, il existait un recueil manuscrit de poésies galloises, où se trouvaient presque toutes celles qui ont été depuis traduites par Macpherson. M. John Sinclair ayant appris que M. Cameron, évêque catholique, maintenant fixé à Edimbourg, avait eu connaissance de ce manuscrit, s’est adressé à lui-même pour en avoir des renseignements. M. Cameron, dont il imprime les lettres, lui a répondu qu’il avait en effet connu ce recueil ; que M. Farquharson, jésuite, ancien préfet ou directeur des études dans ce collège, l’avait écrit de sa main ; qu’il était mort en Ecosse depuis quelques années, mais que M. Macgillivray, alors professeur dans ce même collège, y avait souvent vu ce manuscrit entre les mains de M. Farquharson, lequel avait plus de cent fois comparé devant lui la traduction de Macpherson et le texte original ; se plaignant toujours de ce que cette traduction faisait perdre à l’original une partie de sa force et de sa beauté. M. Farquharson était revenu en Ecosse en 1773, et avait laissé au collège de Douai son manuscrit, formant un volume infolio, d’une écriture fine et serrée. M. Macgillivray l’y avait encore vu jusqu’en 1775 ; mais dès ce temps- là, ayant souvent passé entre les mains des écoliers, il était en fort mauvais état, et plusieurs feuilles s’étaient détachées et perdues. Le dernier principal du collège se rappelait en avoir vu souvent depuis arracher des feuilles entières pour allumer du feu. Il a fini par être entièrement détruit.

18M. Macgillivray demeurant aussi à Edinbourg, M. John Sinclair lui a adressé une série de questions claires, cathégoriques (sic) et précises sur ce fait. Il les a en même temps adressées à un autre évêque, nommé M. John Chisholm, que M. Cameron lui avait indiqué comme également instruit de ce qui regardait le manuscrit de Douai. Tous deux ont fait, par écrit, des réponses affirmatives dont le fond est tout à fait le même. Le premier, surtout, est entré dans les détails les plus circonstanciés sur le temps où ce manuscrit avait été rédigé en Ecosse ; sur l’époque où il l’avait vu pour la première fois à Douai ; sur la comparaison que faisait souvent son propriétaire, M. Farquharson, des poèmes qu’il contenait, avec la traduction de Macpherson, depuis le moment qu’elle eut parti, comparaison qui n’était presque jamais avantageuse pour le traducteur, et dont il résultait que tout ce que Macpherson avait publié était dans ce recueil, mais qu’il y avait de plus un assez grand nombre de poèmes qu’il avait eu tort de négliger ; enfin, sur les dégradations successives que ce recueil avait subies, et sur son entière destruction. Il n’y a donc point dans l’histoire, selon l’expression de Sir John Sinclair, de fait plus avéré que celui de l’existence de ce manuscrit écossais à Douai, antérieurement à la traduction de Macpherson, ni rien qui prouve mieux que les poèmes qu’il a donnés pour authentiques le sont en effet. »

19Ginguené résume ainsi en 2 pages (p. 32 à 34) ce que Sinclair présentait en près de 20 pages (vol. I p. XL à LVII), le résultat ne peut être que burlesque. L’ensemble de la Dissertation de Sir John Sinclair, couvrant 96 pages (vol. I p. IV à XCIX) sans compter les appendices, est évoqué de la p. 32 à la p. 37 !

Annexe B

20Ginguené et les lettres anglaises

21Un biographe de Ginguené assure que celui-ci tenait de son père sa connaissance de l’anglais et de la littérature anglaise. Ce que l’on sait du père n’incite pas à le croire angliciste et anglomane ; de surcroît, ce fut surtout la génération suivante, celle de Pierre-Louis Ginguené, qui manifesta de l’intérêt pour la langue et les lettres anglaises. Toutefois, on trouve dans la bibliothèque de Ginguené une Nouvelle méthode pour apprendre l’anglais, de 1745, un Spectator de 1744, les Characteristicks, de Shaftesbury, 1738, la Bibliothèque britannique, 1733-1747, qui indiqueraient peut-être un intérêt du père pour l’anglais et l’Angleterre. Une Prononciation de la langue anglaise, de Mather Flint, 1754, confirme peut- être la vocation pédagogique paternelle. Les Eléments de langue anglaise, de Peyton, 1779, le fameux dictionnaire du Dr Johnson, 1799, le Pocket Dictionary, de Nugent, 1781, montrent que Ginguené s’était entouré de bons instruments de travail. L’existence de certains ouvrages en anglais et en français suppose peut-être un travail d’acquisition de connaissances linguistiques, courant alors, par comparaison de l’original et de la traduction.

22Signalons que si le collège de Rennes n’enseignait point l’anglais, des exilés jacobites, assez nombreux à Rennes, donnaient des cours d’anglais, et les divers manuels d’anglais s’y trouvaient facilement.

23Par ailleurs, la bibliothèque de Ginguené comporte un fonds anglais d’une centaine de titres, assez disparate, où se mêlent grands classiques et auteurs mineurs, des poètes : Pope, Thomson, Gray, et même Chaucer, des romanciers : Goldsmith, Richardson, Sterne, de nombreux dramaturges contemporains, Shakespeare (édition Johnson, 23 vol., 1800-1802) acquis bien tardivement ! Le Paradis perdu de Milton se trouve dans trois éditions anglaises, cinq françaises et une italienne.

24Il est difficile d’en tirer des conclusions sur la culture anglaise de Ginguené. Tout au plus pourrait-on dire que Ginguené possède, et fréquente peut-être, des œuvres familières des Français cultivés de la fin du siècle. Son fonds anglais, éclectique ou hétéroclite, ne témoigne pas d’une volonté de maîtriser la littérature anglaise, au mieux de s’informer.

25Je remercie M. Daniel Candaux qui a mis à ma disposition le catalogue de la vente des livres de Ginguené à Paris en 1818.

Notes

1 Poésies galliques, traduites sur l’anglois de Macpherson par Le Tourneur, Nouv. éd., augmentée des Poèmes d’Ossian et de quelques autres Bardes, traduits sur l’anglais de J. Smith, pour servir de suite à l’Ossian de Le Tourneur, Paris, Dentu, 1810, 2 vol. in-8°, 38-XLVIII, 429 p. et 553 p., orné de 4 gravures et un frontispice (le portrait d’Ossian, repris de l’édition anglaise de 1807). La Notice de Ginguené, p. 5 à 38, était suivie du « Discours préliminaire » composé par Le Tourneur en 1777 à partir du texte de Macpherson et des tenants de l’authenticité.

2 La monumentale et magistrale thèse de P. Van Tieghem, Ossian en France, (Paris, 1914, reprint chez Slatkine, Genève, 1967) présente de manière exhaustive tous les éléments de l’incroyable fortune d’Ossian mais on ne négligera pas le petit ouvrage de A. Tedeschi : Ossian, « l’Homère du Nord » en France, Milan, 1911.

3 La bibliothèque de La Malmaison conserve l’exemplaire de Marie-Louise, superbement relié.

4 The Poems of Ossian in the original Cael’tc witth a literal translation in latin, London, 1807, 3 vol. grand in-8°, CCXXXVII, 278 p., 576 p., 576 p. Le premier et le dernier volume sont consacrés aux documents et études, on y trouve en particulier la fameuse Dissertation on the authenticity of the poems, de Sir John Sinclair. Un magnifique frontispice offrait un portrait « idéal » d’Ossian.

5 A propos de John Smith, Dentu affirme dans son Avertissement : « Il appuie leur authenticité sur des preuves irréfragables, et il nomme plusieurs particuliers recommandables par leur probité et leurs lumières, entre les mains desquels sont déposés les originaux. » Il conclut « Depuis plusieurs années le doute a beaucoup moins de partisans en Angleterre, où il a paru des ouvrages propres à le dissiper. »

6 L’abbé Melchior Cesarotti (1730-1808) avait traduit Ossian en italien dès 1763, avec un Essai critique dithyrambique, le succès fut grand et l’Ossian italien connut de nombreuses rééditions. Une partie de l’Europe connut et apprécia Ossian dans sa version italienne. Il n’est pas impossible que Ginguené ait découvert Ossian grâce à Cesarotti.

7 P. Van Tieghem souligne que « les admirateurs d’Ossian tel qu’il leur était donné, les champions de l’authenticité, ont trouvé dans la Notice de Ginguené le symbole de leur foi. » Ossian en France, p. 227. Un érudit aussi irréprochable que André Monglond dans La France révolutionnaire et impériale, vol. VIII, termine sa notice sur l’Ossian de 1810. « Ginguené conclut avec John Sinclair : les poèmes d’Ossian sont d’une authenticité et d’une antiquité démontrées. »

8 « Un homme de lettres distingué, versé dans la littérature anglaise, M. Ginguené, membre de l’Institut de France, ayant examiné dans les sources cette controverse, avait rédigé à ce sujet une notice qu’il destinait pour un autre ouvrage : je lui ai demandé la préférence pour l’édition que j’étais prêt à publier. »

9 « Le principal ornement de la cour de ce prince fut le premier poète et musicien que M. Macpherson nomme Fingal, et dont Fin était le véritable nom. Son fils Oisin que M. Macpherson appelle Ossian, fut comme lui l’un des plus grands héros, et l’un des premiers poètes de son siècle. Les poèmes qu’on lui attribue sont-ils ou ne sont-ils pas de lui ? Cette question qui n’est plus problématique en Angleterre, est étrangère à notre sujet ». – « Plusieurs poèmes attribués à Oisin ou Ossian furent l’ouvrage des bardes de ce temps » – « C’est sur ces faibles fondements que M. Macpherson a bâti le brillant édifice de ses poèmes de Fingal et de Temora. » Article Bardes, p. 116-118. Il est vrai qu’à l’article Musique écossaise, il dit : « On a douté pendant quelque temps de l’authenticité de ces poèmes ; mais on en doute moins aujourd’hui. On sait que plusieurs vieillards écossais du haut pays, encore vivants il y a dix ans, se rappelaient les avoir entendus dans leur jeunesse, et avoir ouï dire alors qu’ils étaient d’une haute antiquité. », p. 487. Ce qui d’ailleurs ne témoigne d’aucun engagement personnel.

10 La bibliothèque de l’Institut de France possède un exemplaire de l’édition de 1807, contenant une lettre en français de Sir John Sinclair datée du 25 juin 1823, rappelant que « il y a quelques années », il avait fait parvenir à l’Institut cet ouvrage. Les archives de l’Institut ne permettent pas de dater la réception des trois volumes. Peut-on supposer que ceux-ci parvinrent à Paris dès 1807 ? Ce n’est pas impossible ; la guerre n’avait pas complètement interrompu les relations intellectuelles, littéraires, scientifiques. On n’a pas de mention de communication de Ginguené à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres sur The Poems of Ossian, qui permettrait de soutenir qu’il s’était penché spontanément sur la controverse ossianique entre 1807 et 1810.

11 Au début de sa Notice, Ginguené rappelle : « Mais il est encore bon nombre d’esprits qui se sont faits en toute chose une habitude du doute, de l’examen, d’un scepticisme raisonnable. Ceux-là veulent revoir le procès avant de porter un jugement ; ils veulent connaître les dernières pièces qui y ont été fournies ; et s’ils sont alors forcés de renoncer à ce doute que Montaigne trouvait un oreiller si commcde si c’est pour pencher quoiqu’ils fassent, vers cette même opinion dont on avait pris soin de les détacher, il faudra bien qu’on le leur pardonne. »

12 …« c’est environ deux ans après, que cette belle édition a paru. Sir John Sinclair, président de la commission, et qui paraît s’être donné les principaux soins, y a encore ajouté la composition de cette Dissertation savante, qui porte avec elle l’évidence et la conviction. Il la termine en déclarant qu’il ne regrette point le temps ni la peine que cette publication lui a coûté, puisqu’il se flatte d’avoir solidement établi deux propositions qu’il espère ne voir plus mettre en doute, et qui, effectivement, n’y ont pas été mises depuis en Angleterre :
I. Que les poèmes d’Ossian sont d’une authenticité et d’une antiquité démontrées.
II.Qu’à une époque de l’histoire très éloignée, les montagnes d’Ecosse produisirent un barde dont les ouvrages doivent rendre son nom immortel, et dont le génie n’a été surpassé par les efforts d’aucun moderne, ni même d’aucun ancien rival.
En terminant à notre tour ici cette notice, nous nous garderons bien d’adopter, dans toute son étendue, cette seconde proposition de Sir John Sinclair, dictée par un enthousiasme, excusable sans doute, mais qu’il nous conviendrait peu de partager ; mais il nous est impossible de ne pas adhérer à la première, et nous serons fort trompés si, après avoir lu avec quelque attention ce simple exposé des faits, tout lecteur raisonnable n’y adhère pas comme nous. »

13 Dans le Moniteur universel du 9 avril 1810, J.-P. Amar, rendant compte de l’Ossian de Baour- Lormian et de l’édition de 1810, signale que « L’Ossian de Le Tourneur manquait depuis longtemps à notre littérature, et M. Dentu a très bien fait de nous en donner une nouvelle édition plus complète que la précédente, ornée de quelques gravures et enrichie d’une dissertation sage, lumineuse, bien écrite, en un mot de Ginguené. C’est un extrait analytique des discussions élevées en Angleterre et en Italie sur l’authenticité des poèmes d’Ossian, ce qui n’empêchera pas la question de rester pour la plupart des lecteurs dans l’état précisément où elle se trouve depuis cinquante ans. »

14 Bonaparte s’engoua très tôt d’Ossian, découvert probablement dans la version de Cesarotti, et son intérêt ne se démentit jamais, jusqu’à Sainte-Hélène. Les thuriféraires de l’Empereur comparaient l’intérêt de Napoléon pour Ossian à celui d’Alexandre pour Homère. La thématique ossianique est omniprésente dans les arts et les lettres sous l’Empire.

15 On conçoit très bien que Ginguené, nourri des lettres italiennes dont tous les textes anciens sont garantis par des incunables ou des manuscrits, et dont les origines sont parfaitement attestées, répugne à accepter des témoignages populaires. D’ailleurs les érudits écossais tinrent à retrouver des versions anciennes manuscrites des poèmes gaéliques, conscients que seul l’écrit était irréfutable.

16 La meilleure réfutation des arguments de l’édition de 1807 repris en 1810 n’apparaîtra qu’en 1828 avec le cours de Villemain à la Sorbonne, (6ème leçon, 20 mai 1828), où il fait explicitement référence à l’exemplaire de l’Institut et à la lettre de Sinclair, et où il conclura à une « fiction littéraire ». Tableaux du dix-huitième siècle. Vol. 11.

17 Les Poésies galliques en vers français de Baour-Lormian parurent dès l’an IX, elles connurent de nombreuses rééditions à partir de 1804 et jusqu’en 1827, et elles valurent à l’auteur la faveur de l’Empereur. Travaillant sur la traduction de Le Tourneur et celle de 1794, Baour-Lormian choisit, remania, restructura à sa guise et adapta le tout en vers élégants.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540