Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ginguené (1748-1816)

 | 
Édouard Guitton

II. Relations humaines et intellectuelles

Ginguené et Sophie de Condorcet

Jean-Paul de Lagrave

Texte intégral

  • 1 Théorie des sentimens (sic) moraux ou Essai analytique sur les Principes des Jugemens (sic) que po (...)

… si l’estime seule nous établit dans un sentiment de bienveillance et de liberté, qui est le premier des sentiments heureux, et qui nous dispose à les éprouver tous ; on voit combien une sympathie plus fondée et mieux sentie a de douceurs, et quel peut être le charme de l’amitié… 1.

1Ce charme de l’amitié, ainsi qu’elle le décrit dans la troisième de ses Lettres sur la sympathie, Sophie de Condorcet l’a connu avec Pierre-Louis Ginguené, son aîné d’une quinzaine d’années. Ce fut une amitié indéfectible qui, de 1786 à 1816, se manifesta dans une fidélité exemplaire envers les grands idéaux des Lumières. Ce qui fit de Sophie de Condorcet et de Pierre-Louis Ginguené les plus irréductibles des Idéologues. Les différentes phases de la vie de Ginguené sont ponctuées de rencontres et d’échanges avec Condorcet et son épouse, puis avec celle-ci, après la tragique disparition du dernier des Encyclopédistes.

2Voyons tout d’abord comment Ginguené fut présent dans l’entourage de Sophie. Nous traiterons ensuite de son rôle comme appui de la veuve du Philosophe, dans son travail d’auteur, puis d’éditrice des œuvres de Condorcet. Nous verrons aussi comment Ginguené défendit la mémoire du savant, de concert avec Sophie de Condorcet. Nous montrerons enfin qu’une solide amitié permit à l’un et à l’autre d’apprécier réciproquement leur action en faveur du rayonnement des Lumières.

  • 2 Ginguené épousa Nancy le 21 novembre 1786 et Condorcet, Sophie, le 28 décembre de la même année. S (...)
  • 3 Antoine Guillois, Le Salon de Madame Helvélius ; Cabanis el les Idéologues, New York, Burt Frankli (...)

3Ginguené avait 38 ans quand il rencontra pour la première fois Sophie de Condorcet, âgée alors de 22 ans. C’était en 1786, l’année de son propre mariage et de celui des Condorcet qui ouvraient peu après leur salon à l’Hôtel de la Monnaie2. Au cours des ans, Ginguené fera continuellement partie du cercle que présidera Sophie. Il parut ainsi dans le salon du quai de Conti et dans celui de la rue de Lille. Enfin, quand les Condorcet s’établirent à Auteuil, il fréquenta avec le couple le salon de Madame Helvétius3.

  • 4 Guillois, La Marquise de Condorcet, op. cit., p. 164.

4Au retour de son emprisonnement, pendant l’été de 1794, Ginguené s’installe à son tour à Auteuil, pour être plus près de ses amis4. Nous avons un écho de cette vie amicale dans une lettre que Nancy Ginguené adressait à la veuve du girondin Elie Guadet, le 20 thermidor de l’an III :

  • 5 Correspondance de Nancy Ginguené : ibid., p. 166.

Mon mari a eu l’occasion de voir Jean Debry. Ils ont parlé de vous, mon aimable amie, et vous pouvez penser de quelle manière. Il conserve bien chèrement le portrait de votre ami… Madame de Condorcet, que je vis hier et qui me trouva à vous écrire, me pria de la rappeler à votre souvenir. Elle est toujours belle malgré tous les chagrins qu’elle a éprouvés. La petite Elisa est aussi charmante5.

  • 6 « Lorsque le 15 août 1802, Bonaparte abattit le masque en se faisant décerner le titre de consul à (...)

5En 1802 encore, c’est le salon de Sophie de Condorcet qui reçoit à Paris, rue Verte (devenue rue de Penthièvres), les Idéologues traqués par la police de Bonaparte. Nous y retrouvons Ginguené6.

6Celui-ci sera également accueilli avec chaleur dans le milieu familial de Sophie, comme en fait foi cet extrait de son journal de 1807 :

  • 7 Journal de Ginguené de 1807-1808, 20, FF 109-111, Fonds Parent de Rosan, Bibliothèque du XVIe arro (...)

Madame de Condorcet et Fauriel étaient à la Maisonnette près de Meulan. Rueil est à une lieue dans les terres. Ils y venaient souvent. Cela formait une société pleine d’intérêt et de charme, dont Cabanis était l’âme tout malade qu’il était. Je fus reçu à bras ouverts, et m’établis là pour six jours comme si c’eût été pour la vie… Je quittai Rueil avec beaucoup de regret et de tristesse… J’allai coucher le soir à la Maisonnette pour partir de Meulan le lendemain matin de bonne heure… Je revins avec la bonne Madame Vernet, cette généreuse provençale qui s’est immortalisée en donnant pendant plusieurs mois l’hospitalité au malheureux Condorcet. Je l’avais trouvée à la Maisonnette. Madame Condorcet continue de lui témoigner toute la reconnaissance et tous les égards qu’elle mérite…7.

7Le lien entre Ginguené et Sophie de Condorcet avait été renforcé quand celle-ci lui avait présenté une amie, Marie-Anne Poulet, qui devait faire le bonheur de sa vie et qu’il appelait sa Nancy. La correspondance qu’il échangea avec son épouse, alors qu’il était emprisonné, montre la tendresse qu’il ressentait à son égard :

  • 8 Papiers Ginguené. Lettre dans Guillois, La Marquise de Condorcet, op. cit., p. 151. 152.

N’oublie pas, lui écrit-il le 8 messidor, que c’est de ton courage que dépend celui que je puis avoir ; que mon parti est pris depuis longtemps sur tout ce qui me regarde, mais que je ne puis supporter l’idée de tes souffrances et que si je viens une fois à penser que tu ne peux les supporter toi-même, ce sera bientôt fait de moi. Adieu, chère et unique amie, tu m’occupes à tous les instants du jour et je te dirais que tu m’empêches de songer à mes peines si l’idée des tiennes ne m’était plus difficile à supporter. Reçois les tristes embrassements de ton pauvre Pierre8.

8Après sa libération et jusqu’à sa mort, cet attachement envers Nancy fut continu et s’exprima de plus sur l’épitaphe composée par Ginguené lui-même :

  • 9 Cité dans la thèse de Paul Hazard sur le Journal de Ginguené présentée à la faculté des Lettres de (...)

Celui dont la cendre est ici
Ne sut dans le cours de sa vie
Qu’aimer ses amis, sa patrie,
Les arts, l’étude et sa Nancy9.

  • 10 François Picavet, dans une thèse sur Les Idéologues soutenue à la faculté des Lettres de l’univers (...)
  • 11 Picavet, op. cit., p. 92. Cette même année, la Décade donne des informations sur le décès tragique (...)
  • 12 Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain – Fragment sur l’Atlantide, Paris, (...)

9Ce fut dans le journal la Décade philosophique, littéraire et politique, dont il fut l’un des fondateurs, que Ginguené appuya fermement la Philosophie des Lumières, en particulier l’action de Sophie de Condorcet10. Dès l’an III, Ginguené y annonce l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain11 que Sophie édite et préface de façon émouvante, en présentant cet ouvrage comme la synthèse de l’œuvre de Condorcet, consacrée à « la cause de la liberté » et aux « progrès des lumières ». Le respect des droits humains, qu’il a préconisé, écrit-elle, est « le seul hommage digne du sage, qui, sous le glaive de la mort, méditait en paix l’amélioration de ses semblables ; c’est la seule consolation que puissent éprouver ceux qui ont été l’objet de ses affections, et qui ont connu toute sa vertu12 ».

  • 13 La Décade, 30 germinal, an XI : Picavet, op. cit., p. 92-94.

10Ginguené considère cet ouvrage à l’égal de ce que les philosophes de l’Antiquité ont laissé de plus sublime. Ce chef-d’œuvre, écrit-il, « sous la hache des proscripteurs, occupa les derniers moments d’une vie employée tout entière à la recherche du vrai, à la propagation de ce qui pouvait rendre les hommes plus heureux en les rendant meilleurs ; cette Esquisse (est le) monument d’une force d’esprit qui étonne, d’une étendue de connaissances et de vues qui impose et d’une bonté d’âme qui attendrit13 ».

  • 14 Ibid., p. 116, 117, note 2.

11La Décade, après avoir parlé de la première édition de l’Esquisse en 1795, souligna en 1798 la parution de la traduction de la Théorie des sentiments moraux d’Adam Smith, faite par Sophie de Condorcet, qui y avait inséré ses Lettres sur la sympathie14.

  • 15 La Décade, 30 germinal, an VII : Picavet, op. cit., p. 93.
  • 16 La Décade, 30 germinal, an XI : Picavet, op. cit., p. 94.

12Condorcet est l’un des grands inspirateurs du journal. La première édition des œuvres de l’Encyclopédiste est l’objet de remarquables appréciations. On défend la mémoire de Condorcet. « Si les partisans de la perfectibilité de l’esprit humain forment une école, écrit-on le 30 ventôse de l’an VII, ils ne prétendent point être docteurs. Cette école a eu pour l’un de ses principaux chefs une des victimes les plus regrettables de la barbarie de 1793, dont aucune désignation injurieuse ne doit insulter le souvenir. Les amis de sa mémoire, attachés aux mêmes opinions, sont en général d’assez bons esprits et d’assez bons républicains, pour qu’en leur supposant même des erreurs, on les traite avec plus d’égards15… » Ginguené conteste par ailleurs le fait que Charles Palissot appelle philosophisme la philosophie de Condorcet16.

  • 17 Ibid., p. 116.

13D’après la Décade, personne n’a travaillé avec plus d’énergie et d’enthousiasme à détruire l’Ancien Régime au moyen de toutes les armes forgées par ses prédécesseurs ; à fonder une nouvelle société en joignant, à ce que lui avaient découvert ses propres recherches, ce qu’il avait appris entre autres de D’Alembert, Turgot et Voltaire ; personne n’a été loué davantage par ceux qui ont suivi la même voie, personne n’a été attaqué avec plus d’acharnement et d’injustice par ses adversaires17.

  • 18 Michaud, Biographie universelle, ancienne el moderne, tome XVI, Paris, Desplaces, 1856, p. 475480, (...)

14La Décade s’intéresse particulièrement à l’Instruction publique, à l’instar de Condorcet. D’autant plus que Ginguené s’était vu confier l’organisation de l’enseignement en France. D’abord adjoint de Joseph Garat, au mois de janvier 1795, il devint, après la retraite de celui-ci, directeur général de la commission exécutrice de l’Instruction publique18.

  • 19 Après avoir terminé son Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Condorcet (...)

15Ginguené avait, comme Sophie de Condorcet et son époux, un esprit pédagogique. Il avait certes lu les « conseils » du Philosophe à sa fille Eliza, dont Sophie surveillait consciencieusement l’éducation19. Très paternel, Ginguené conseillait à son fils adoptif James Parry, alors âgé de huit ans :

  • 20 Compliment adressé à James Parry, le 9 juin 1807 : Fables inédites et Poésies diverses de Ginguené (...)

Pour être homme, sois toujours libre ;
Sois toujours bon pour être heureux20.

  • 21 C’est un traité du bonheur, la plus belle synthèse que nous ait laissée en héritage l’époque des L (...)

16Liberté et bonté pour atteindre le bonheur. Sophie ne recommandait pas autre chose dans ses Lettres sur la sympathie21.

  • 22 Condorcet avait préfacé les Lettres sur l’Italie de Dupaty : L’auteur, écrit-il, « semblait voyage (...)
  • 23 Biographie Michaud, op. cit., p. 478. Ginguené écrit dans la préface de son Histoire littéraire d’ (...)

17Ce n’est pas l’unique point qui rapproche l’intérêt de Ginguené de celui de Sophie. C’est aussi la fascination pour l’Italie qui rattachait les souvenirs de la jeune Grouchy à l’oncle Charles Dupaty, l’auteur des Lettres sur l’Italie22. Faut-il le rappeler, le grand ouvrage de Ginguené fut l’Histoire littéraire de l’Italie, en neuf volumes, dont les six premiers parurent de son vivant, entre 1811 et 181523.

18Dans une lettre à Amaury Duval, datée du 22 octobre 1807, Ginguené définit ainsi son rôle dans le monde des idées :

  • 24 Lettre de Ginguené à Amaury Duval, datée du 22 octobre 1807 : thèse de Hazard sur le Journal de Gi (...)

Je ne suis point et n’ai jamais été journaliste de profession. Je suis un ami des lettres et des lumières, d’une humeur paisible et indépendante, étranger à toutes les intrigues et à toutes les petites passions qui déshonorent la littérature, n’écrivant que pour exercer un art que j’aime, pour éclairer ma raison et, quand je puis, celle des autres24.

19Tout Ginguené est dans cette déclaration et c’est pourquoi il fut l’hôte fidèle de Sophie de Condorcet, qui suivait avec attention tous ses travaux, comme le manifeste ce passage d’une lettre de Pierre Cabanis à Ginguené, datée du 22 février 1808 :

  • 25 Lettre de Pierre Cabanis à Ginguené, datée du 22 février 1808 : Guillois, La Marquise de Condorcet (...)

Madame de Condorcet et Fauriel viennent de passer avec nous une partie assez considérable de l’hiver ; ils nous l’ont rendu extrêmement agréable… Nous avons parlé bien souvent de vous ainsi que de Madame Ginguené. Vos charmantes fables et l’espoir de les voir bientôt publiées ont été plus d’une fois le sujet de ces entretiens…25.

20Du côté de Ginguené et de son épouse, c’était cette même admiration pour Sophie de Condorcet et ses activités. Quelques jours après le décès de celle-ci, survenu en 1822, Nancy Ginguené écrivait dans le cahier où elle notait ses pensées :

La veuve de l’illustre Condorcet vient de mourir. Toutes les ressources de l’art le plus habile n’ont pu que prolonger de quelques moments cette existence précieuse à ceux qui l’ont connue. Madame de Condorcet fut peut-être la plus belle femme de son époque ; elle fut certainement une des plus spirituelles et des meilleures de son temps. Elle eut toutes les vertus sans un seul préjugé.

  • 26 Cahier des pensées de Nancy Ginguené : ibid., p. 231.

Madame de Condorcet est morte le dimanche 8 septembre. Elle demanda à être enterrée avec les pauvres et sans cérémonie religieuse. Huit ou dix parents et amis ont accompagné les restes de cette excellente femme au Père-Lachaise. Sa tombe est près de l’avenue où repose mon pauvre ami26.

  • 27 « Il préfère ses convictions à ses intérêts », écrit Paul Hazard de Ginguené en conclusion de sa t (...)
  • 28 Antoine Guillois rapporte dans sa biographie de la Marquise de Condorcet (op. cit., p. 172) la rép (...)
  • 29 Esquisse, op. cit., p. 296.

21Ni Bonaparte devenu Napoléon, ni Louis XVIII ne réussirent à faire fléchir Ginguené27, comme ce fut le cas de la plupart des autres Idéologues, porteurs de l’esprit des Philosophes des Lumières et de la Révolution. Sophie de Condorcet fut de la trempe de Ginguené28. Ils demeurèrent inébranlables dans leurs convictions, certains que la postérité leur donnerait raison, comme l’avait dit Condorcet dans la conclusion de son Esquisse : L’humanité finirait par marcher « dans la route de la vérité, de la vertu et du bonheur29 ».

Notes

1 Théorie des sentimens (sic) moraux ou Essai analytique sur les Principes des Jugemens (sic) que portent naturellement les Hommes, d’abord sur les Actions des autres, et ensuite sur leurs propres Actions, suivi d’une Dissertation sur l’Origine des langues par Adam Smith, traduit de l’anglais sur la septième et dernière Edition, par S. Grouchy Ve Condorcet. Elle y a joint huit Lettres sur la Sympathie, tome 11, Paris, F. Buisson, 1798, p. 395 (3ème Lettre).

2 Ginguené épousa Nancy le 21 novembre 1786 et Condorcet, Sophie, le 28 décembre de la même année. Selon Antoine Guillois (La Marquise de Condorcet : sa Famille, son Salon, ses Amis, Paris, Ollendorff,, 1897, p. 151), Nancy était une amie de Sophie. Le même auteur souligne la présence de Ginguené dans le salon de l’Hôtel de la Monnaie (ibid., p. 92).

3 Antoine Guillois, Le Salon de Madame Helvélius ; Cabanis el les Idéologues, New York, Burt Franklin, 1971. p. 79, 80, 84.

4 Guillois, La Marquise de Condorcet, op. cit., p. 164.

5 Correspondance de Nancy Ginguené : ibid., p. 166.

6 « Lorsque le 15 août 1802, Bonaparte abattit le masque en se faisant décerner le titre de consul à vie, avec le droit de désigner son successeur, l’opposition des Idéologues se fit plus violente. Quelques-uns de ces récalcitrants, Ginguené, Chénier, B. Constant, Cabanis, Tracy, Volney, Daunou et consorts, se réunissaient les tridis de chaque décade dans un restaurant de la rue du Bac…
Plus tard, quand fut découvert le complot du général Moreau, les Idéologues, traqués par la police de Fouché, abandonnèrent la rue du Bac et prirent l’habitude de se réunir chez Mme de Condorcet…
Dans son salon de la rue Verte, Mme de Condorcet, assistée de Fauriel, recevait une élite de gens d’esprit, tous plus ou moins animés de sentiments hostiles à l’égard du despote. Nous y retrouvons… Ginguené… » (Henri Valentino, Madame de Condorcet, ses amis et ses amours (1764-1822), Paris, Perrin, 1950, p. 216, 217).

7 Journal de Ginguené de 1807-1808, 20, FF 109-111, Fonds Parent de Rosan, Bibliothèque du XVIe arrondissement, Paris.

8 Papiers Ginguené. Lettre dans Guillois, La Marquise de Condorcet, op. cit., p. 151. 152.

9 Cité dans la thèse de Paul Hazard sur le Journal de Ginguené présentée à la faculté des Lettres de Lyon, Paris, Hachette, 1910, p. 27, note 1.

10 François Picavet, dans une thèse sur Les Idéologues soutenue à la faculté des Lettres de l’université de Paris et publiée chez Alcan en 1891, soutient (p. 86) que Ginguené fut « le vrai fondateur » de la Décade. Les objectifs sont précisés dans le numéro du périodique du 20 fructidor an VIII : « Il y a six ans que ce journal fut entrepris par une société de gens de lettres pour opposer une digue à l’ignorance qui menaçait de détruire tous les monuments du génie et des arts. Chamfort, l’un des entrepreneurs, périt ; un autre homme de lettres, principal auteur de l’entreprise, fut jeté dans les prisons de la Terreur… Le plan en a été étendu et l’exécution améliorée… Notre titre nous défend de négliger les sciences philosophiques, il nous ordonne de résister, selon notre pouvoir, aux tentatives de quelques personnes pour faire rétrograder l’esprit humain vers la barbarie et les préjugés dont tant de grands écrivains ont cherché à l’affranchir… ».

11 Picavet, op. cit., p. 92. Cette même année, la Décade donne des informations sur le décès tragique de Condorcet.

12 Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain – Fragment sur l’Atlantide, Paris, Garnier-Flammarion, 1988, éd. Alain Pons, p. 78.

13 La Décade, 30 germinal, an XI : Picavet, op. cit., p. 92-94.

14 Ibid., p. 116, 117, note 2.

15 La Décade, 30 germinal, an VII : Picavet, op. cit., p. 93.

16 La Décade, 30 germinal, an XI : Picavet, op. cit., p. 94.

17 Ibid., p. 116.

18 Michaud, Biographie universelle, ancienne el moderne, tome XVI, Paris, Desplaces, 1856, p. 475480, notice Pierre-Louis Ginguené. Cette notice est d’autant plus importante que Ginguené a été un collaborateur de cet ouvrage. La notice en question a été écrite par Michaud junior, qui précise avoir travaillé avec Ginguené.

19 Après avoir terminé son Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Condorcet rédigea des « conseils » destinés à sa fille. Il lui dit entre autres que « l’exercice des arts, le travail de l’esprit » sont des moyens de s’assurer le bonheur. « La tendresse de ta mère, sa raison supérieure, sauront t’en rendre l’acquisition plus facile » (Œuvres de Condorcet, Paris, F. Didot, 1847-1849, éd. Condorcet-O’Connor, tome 1, p. 611). Dans son testament, daté du 25 mars 1794, Condorcet demande que les Lettres sur la sympathie servent à l’éducation d’Eliza. « D’autres fragments de sa mère donneront sur le même sujet des vues très utiles » (Œuvres de Condorcet, op. cit., tome 1, p. 624).

20 Compliment adressé à James Parry, le 9 juin 1807 : Fables inédites et Poésies diverses de Ginguené, Paris, 1814. Voir la thèse de Hazard sur le Journal de Ginguené, op. cit., p. 27.

21 C’est un traité du bonheur, la plus belle synthèse que nous ait laissée en héritage l’époque des Lumières sur la question. Voir les Lettres sur ta sympathie de Sophie de Concordet (présentées et annotées par Jean-Paul de Lagrave), Montréal, Presses de l’université du Québec, 1992.

22 Condorcet avait préfacé les Lettres sur l’Italie de Dupaty : L’auteur, écrit-il, « semblait voyager avec plusieurs esprits. L’esprit philosophique marchait le premier ; il observait tout avec finesse ; il répandait et recueillait les idées. L’esprit littéraire suivait, pour peindre les objets nouveaux, pour rajeunir. les tableaux anciens, pour traduire les sensations en images et les récits en spectacles. L’esprit magistral n’était pas moins occupé à étudier les lois du pays qu’il parcourait, à démasquer l’hypocrisie de la jurisprudence, à considérer le sang-froid des abus, à confronter le langage de la justice avec les habitudes de la barbarie. Son cœur était ému à l’aspect de la moindre oppression, et il notait en passant les bons et les mauvais juges » (William Doyle, Dupaty (1746-1788) : a career in the late Enlightenment, Oxford, The Voltaire Foundation, 1985, p. 79 – Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, n°230). Au retour de son voyage en Italie, Dupaty s’était arrêté voir Sophie de Grouchy, future marquise de Condorcet, alors au chapitre des chanoinesses de Neuville-en-Bresse. « Je ne vous parlerai point, écrivait-elle à son oncle après cette visite, de l’impression que m’ont fait votre passage ici, vos conversations, votre confiance, votre intérêt, votre départ. J’espère que vous en trouverez aisément l’idée dans votre cœur et je sens que j’aurai peine à vous le rendre… Concevez-vous comment ces conversations si pleines et si intéressantes se sont passées, cher petit oncle ? Pour moi j’y touche encore et j’y toucherai longtemps, car jamais je n’ai goûté d’un mélange aussi délicieux d’âme, d’esprit, de goût, de philosophie et de littérature… » (Lettre de Sophie de Grouchy à Charles Dupaty, datée du mois d’août 1785 : Valentino, op. cit., p. 24,25).

23 Biographie Michaud, op. cit., p. 478. Ginguené écrit dans la préface de son Histoire littéraire d’Italie (Paris, Michaud, 1840, tome I, p. 5) : « Il m’a semblé qu’il nous manquait une histoire de ces diverses littératures qui, puisée dans les sources, mais dégagée des formes épineuses de l’érudition, pût satisfaire les savants et offrir aux gens du monde l’instruction, qu’ils ne rejettent pas quand elle leur est présentée avec quelque attrait ; qu’il nous manquait surtout une histoire exacte, impartiale et complète de la littérature italienne, née la première, la plus riche peut-être, et cependant celle de toutes que nous jugeons habituellement de la manière la plus tranchante, et que nous connaissons le moins ».

24 Lettre de Ginguené à Amaury Duval, datée du 22 octobre 1807 : thèse de Hazard sur le Journal de Ginguené, op. cit., p. 71.

25 Lettre de Pierre Cabanis à Ginguené, datée du 22 février 1808 : Guillois, La Marquise de Condorcet, op. cit., p. 218.

26 Cahier des pensées de Nancy Ginguené : ibid., p. 231.

27 « Il préfère ses convictions à ses intérêts », écrit Paul Hazard de Ginguené en conclusion de sa thèse sur son journal de 1807-1808 (op. cit., p. 75). A l’époque d’Iéna et d’Austerlitz, « il a suffi à Ginguené de raconter les faits, pour dresser contre la politique de l’Empire un véritable acte d’accusation. Toute liberté de pensée, traquée ; la presse étouffée ; les livres, mutilés ; les écrivains achetés, pour peu qu’ils s’y prêtent, et, s’ils s’y refusent, persécutés ; comme moyens, la fourberie alliée à la violence ; voilà ce qu’il nous montre, avec une saisissante simplicité ». Ginguené fut l’un des rares Idéologues à ne recevoir aucune prébende de Napoléon (Valentino, op. cit., p. 225). Touchant Louis XVIII, Michaud écrivit dans sa Biographie universelle que Ginguené ne s’avilit « ni par des flatteries envers l’ancienne dynastie revenue sur le trône, ni par des injures contre celui dont il avait désiré la chute » (tome XVI, p. 479). Comme Sophie de Condorcet, il demeure un adepte de la Philosophie des Lumières et un ardent Républicain.

28 Antoine Guillois rapporte dans sa biographie de la Marquise de Condorcet (op. cit., p. 172) la réplique de Sophie à l’affirmation de Bonaparte disant ne pas aimer que les femmes se mêlent de politique : « Vous avez raison. Général ; mais dans un pays où on leur coupe la tête, il est naturel qu’elles aient envie de savoir pourquoi ». Sous le Consulat, l’Empire et lors de la Restauration, elle reste indéfectiblement loyale à l’idéal philosophique des Lumières et à l’esprit républicain. « Mieux qu’aucune autre, écrit Valentino (op. cit., p. 279) en citant J.-B. Galley, elle mérite d’être considérée comme la fille des philosophes : à vingt-cinq ans elle eût charmé Voltaire par son éclat et son rire, à quarante elle eût ému Rousseau, toute sa vie elle eût été admirée de l’un et de l’autre et de Diderot et de D’Alembert qu’elle connut, par la tranquille indépendance de sa pensée, son dédain des préjugés, la clarté de son esprit, sa grâce souriante ». C’est pourquoi elle fut adorée de Condorcet.

29 Esquisse, op. cit., p. 296.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540