Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ginguené (1748-1816)

 | 
Édouard Guitton

II. Relations humaines et intellectuelles

La correspondance entre P.-L. Ginguené et Amaury Duval : amitié et fidélité républicaine

Marcel Dorigny

Texte intégral

  • 1 Un inventaire analytique de ce fonds existe à l’état de manuscrit à la Société éduenne au musée Ro (...)
  • 2 La Décade philosophique, littéraire et politique. Rédacteur J.-B. Say, directeur Amaury Duval. Pub (...)
  • 3 Sur la Décade philosophique voir le livre de Johana Kitchin, Un journal philosophique : La Décade, (...)

1Le fonds Amaury Duval conservé à Autun depuis 1924 par la Société éduenne au Musée Rolin, est constitué de trente neuf cartons ; cette importante collection, d'une richesse trop mal connue, renferme une importante documentation sur la vie, les ouvrages et les relations intellectuelles et politiques d'Amaury Duval père et fils, soit près de soixante années de la vie intellectuelle, artistique et même politique de la France, entre les dernières années de l'Ancien Régime et la Monarchie de Juillet1. Mais l'élément le plus intéressant de ce vaste fonds est sans conteste la correspondance reçue par A. Duval père, qui a été le directeur de la Décade philosophique et littéraire2 et a occupé des fonctions capitales au ministère de l'Intérieur sous le Directoire, le Consulat et l'Empire, en tant que directeur de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, ce qui équivalait aux fonctions qui seront celles des ministres de l'Instruction publique sous les régimes suivants. Au sein de cette vaste correspondance, où sont représentés un peu plus de cent cinquante correspondants identifiés et presque autant de lettres non attribuées avec certitude, les lettres envoyées par P.-L. Ginguené sont de loin les plus nombreuses : deux cent neuf lettres échelonnées entre 1794 et 1816 ; viennent ensuite, par ordre décroissant, les cent deux lettres de J.-B. Say, puis celles de Gérando et de Joachim Lebreton. C'est donc une bonne partie du milieu intellectuel de la Décade philosophique3 qui est ainsi présent au cœur de cette correspondance. La communication que je propose ici ne prétend naturellement pas embrasser la totalité des lettres envoyées à Amaury Duval par ceux qui étaient ses plus proches collaborateurs à la Décade, mais elle se limitera à une présentation sommaire des deux cent neuf lettres de Ginguené, masse déjà considérable et jamais étudiée de façon spécifique ; à ces lettres conservées à Autun il faut ajouter les cinquante-trois lettres acquises par la bibliothèque municipale de Rennes et qui m'ont été très aimablement transmises sous forme de photocopies. Au total cette communication porte donc sur deux cent soixante deux lettres écrites par P.-L. Ginguené à Amaury Duval. Cette correspondance est particulièrement précieuse, car elle nous permet d'entrer dans une relation entre deux hommes assez discrets quant à leur vie publique et qui n'ont laissé aucun récit de type autobiographique où leurs sentiments personnels sur les événements des années 1794-1816 auraient pu s'exprimer plus librement qu'ils n'ont pu le faire au fil de leurs écrits publiés sous le contrôle plus ou moins sévère d’une censure de la presse, surtout sous le Consulat et l’Empire. Pour présenter cette correspondance, le plan adopté sera thématique, sans naturellement prétendre à une analyse exhaustive.

Une amitié entre deux intellectuels

  • 4 P.-L. Ginguené avait été nommé à l’Institut dès sa création en 1796, puis maintenu par Bonaparte, (...)
  • 5 Ce terme de « collègue » ne pouvant s’appliquer qu’à la fonction commune de membre de l’Institut, (...)

2Sans insister trop abusivement sur cette dimension de leur correspondance, il faut néanmoins souligner que ce fut bien une profonde amitié, doublée d’un respect mutuel, qui domina les rapports épistolaires entre Ginguené et Amaury Duval pendant plus de vingt années. Un grand nombre de lettres allaient bien au-delà des relations ordinaires, que l’on pourrait qualifier de type professionnel, entre deux co- responsables d’une importante revue à la fois politique et littéraire en une période particulièrement troublée, avant qu’ils n’accèdent tout deux à d’importantes responsabilités dans l’administration de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, puis enfin collègues à l’Institut de France après l’élection d’Amaury Duval le 13 décembre 1811.4 L’intimité des deux familles apparaît au fil des années, sans qu’il y ait pourtant à aucun moment un style relâché dans leur correspondance : jusqu’au terme de cet échange, qui a duré plus de vingt ans, ils continuèrent à se vouvoyer, prenant mille précautions pour s’inviter mutuellement à de petites réceptions entre amis ou le plus souvent en famille. Par exemple, ce billet écrit de Saint-Prix, mais non daté : « Ce n’est point pour demain, mon cher collègue5, que ma femme demande revanche de la partie perdue la semaine dernière : la faiblesse qu’elle éprouve encore et qui reçoit aujourd’hui une nouvelle attaque, ne lui permet pas d’y songer ; c’est pour jeudi… Nous ne comptions pas sur une bien aimable convive de plus, madame Say. Elle est à Paris pour peu de temps et vous ne serez sûrement pas fâché de passer avec elle quelques moments. A jeudi donc et cette fois j’espère que quelque nouvel accident, ne dispersera pas cette petite réunion. » ; ou encore cette autre lettre où Ginguené sollicite les époux A. Duval pour une amicale soirée avec J.-B. Say et son épouse à Paris :

  • 6 Les mots soulignés le sont sur le manuscrit.

Madame Duval serait-elle aussi à Paris ? Ma femme me charge en ce cas de lui faire dire par vous tout le plaisir qu’elle aurait à la recevoir. Je n’ai sans doute pas besoin de vous dire que ce n’est pas à minuit, comme dans le monde, mais à huit heures que nous prenons le thé et que ce n’est pas un thé que nous donnons, mais du thé que nous prenons ensemble. Mille amitiés. Le 19 pluviôse. G.6

3Les exemples pourraient être multipliés : le ton de ces deux billets indique très clairement la nature des relations entre les deux hommes et leurs familles ; refusant les mondanités, une affinité personnelle et intellectuelle les faisait se fréquenter en dehors des relations de travail, et il est intéressant de souligner que Say et son épouse étaient systématiquement associés à cette sociabilité. Le milieu intellectuel de la Décade était aussi celui d’une amitié entre les trois principaux animateurs du journal.

  • 7 P.-L. Ginguené était né à Rennes le 25 avril 1748 et Amaury Pineu-Duval était né dans la même vill (...)

4Certes il ne peut faire de doute que l’appartenance commune des deux correspondants au milieu libéral post-révolutionnaire était le ciment le plus solide qui les liait, pourtant au détour d’une lettre de 1811 nous pouvons constater que leur origine bretonne7 commune n’était pas oubliée et pouvait contribuer à une solidarité supplémentaire entre eux :

Cher compatriote et confrère, il faut que votre obligeance, vos lumières et votre bretonnisme viennent à mon secours et me consolent de ne pouvoir, comme je le voudrais, rendre service auprès de notre classe à monsieur de Penhouët, breton ainsi que vous et moi. Il a fait sur les antiquités de notre commune patrie un ouvrage plein de recherches et qu’il a fait imprimer…

5Sans exagérer l’importance de ce sentiment d’appartenance à une ancienne province au particularisme encore bien vivant, nous ne pouvions manquer de le signaler au passage ; c’était une raison supplémentaire de complicité entre eux, à laquelle Joachim Lebreton, un autre des correspondants de Ginguené, lui aussi rédacteur de la Décade et fonctionnaire important du ministère de l’Intérieur, pouvait également accéder. Un milieu de provinciaux, plutôt mal intégré à une société parisienne trop complaisante avec les puissants du moment, existait autour de Ginguené. Rappelons que Say lui-même était lyonnais et n’a jamais été véritablement associé à la sociabilité de l’élite du régime consulaire et impérial.

Une correspondance entre deux journalistes

6Au-delà de la composante personnelle rappelée ci-dessus, l’aspect le plus important de cette longue correspondance concerne la gestion de l’œuvre commune, celle qui unit intimement deux républicains et deux libéraux en des temps difficiles : la Décade philosophique est bien au cœur de leurs échanges épistolaires pendant les douze années où la revue a existé, sous ses deux titres successifs. C’est bien une correspondance entre deux hommes de lettres engagés dans une grande entreprise de presse que nous avons à présenter.

7Plus de 60 % des lettres conservées, tant à Autun qu’à Rennes, concernent la gestion du journal : rédaction des « extraits » des livres reçus, choix des articles, correspondances nombreuses avec les différents auteurs d’articles et avec l’imprimeur, mais également les ruses qu’il convient d’utiliser pour contourner la censure gouvernementale, les difficultés financières constituent le sujet permanent des lettres envoyées par Ginguené à Amaury Duval.

  • 8 Fort heureusement pour l’historien A. Duval n’a pas obéi à cette injonction de détruire la lettre… (...)

8Cette correspondance, malgré sa richesse et sa fréquence, ne permet pas de suivre au jour le jour la gestion de la Décade, mais elle donne une idée très précise du partage des rôles entre ses deux principaux animateurs, des méthodes de travail et des aspects matériels et financiers de l’entreprise. Au fil de ses lettres P.-L. Ginguené apparaît comme le véritable « meneur » de la Décade, puis de la Revue philosophique. Ses billets adressés à Amaury Duval sont bien destinés à lui donner des consignes, voire des directives fermes : il lui indique les titres des ouvrages dont le journal doit rendre compte, porte des jugements sur les numéros qui viennent d’être publiés, et ces jugements peuvent être parfois très sévères… Par exemple nous voyons ainsi Ginguené demander, depuis Paris d’abord puis depuis sa résidence campagnarde de Saint-Prix où il réside les deux tiers de l’année, des ouvrages pour en faire lui-même le compte-rendu : il reçoit, demande ou exige, passe commande de tout ce qui paraît d’important en matière de littérature ou de politique. Quand un livre de toute première importance paraît, Ginguené écrit en urgence au directeur de la Décade pour en exiger la primeur, même si l’attribution en a déjà été faite à un autre collaborateur : par exemple la parution du Génie du Christianisme, dont l’auteur a été connu personnellement par Ginguené à Rennes avant la Révolution, malgré la grande différence d’âge entre eux. Le 4 floréal an X (24 avril 1802) il écrivait : « Si vous avez, mon cher concitoyen, le gros livre de Chateaubriand, je vous prie de le faire remettre chez moi, ou aujourd’hui dans la soirée ou demain matin avant midi. Je serais fâché de ne pas emporter à Saint-Prix cette source d’édification… » ; le 7 thermidor (26 juillet 1802) suivant il revenait sur ce sujet : « En y pensant mieux, mon cher concitoyen, j’ai renoncé à faire imprimer à part mes extraits de Chateaubriand. Ceux qui voudront les lire souscriront pour la Décade, ou emprunteront les numéros et cela vaut mieux pour elle que la lecture d’une brochure séparée. D’ailleurs je vois que malgré la modération de ma critique, il y a exaspération dans un certain parti. Les articles du Journal des débats etc, prennent contre moi le ton du libelle. Je ne veux point descendre à y répondre, ni provoquer par une publication à part une nouvelle bordée d’injures. Elles pourraient à la fin m’échauffer l’oreille. Il me convient mieux de rester paisible ; ces gens-là vivent de malveillance et de haine. Mon régime est tout autre et je n’en veux point changer. Ainsi point d’impression des articles. » Cet exemple illustre bien le rapport qui s’était établi entre les deux rédacteurs : Ginguené était celui qui décidait de la marche à suivre, c’était lui qui veillait constamment à la qualité des articles, à l’unité doctrinale du journal et à la cohésion entre ses rédacteurs. Ainsi le 21 mai 1806 exposait-il ses vues sur la nécessaire unité qui devait être maintenue face aux menaces de la censure imposée par Fouché : « Une grande unité philosophique est nécessaire, elle y a toujours été jusqu’ici, mais elle disparaîtrait peut-être si nous n’y prenions garde… ». Mais la prudence est de rigueur en ces temps difficiles pour des auteurs qui restent notoirement des opposants : « Je vous dis tout ceci uniquement pour vous et vous prie de brûler cette lettre, que je vous écris à la hâte. Je vous l’envoie par un de mes cochers pour plus de sûreté… »8

9Non seulement Ginguené était l’incontesté maître du contenu littéraire de la revue, mais il apparaît également avoir joué un rôle non négligeable dans sa gestion matérielle. Ainsi le 24 mai 1807 adressait-il à A. Duval un véritable plan de réorganisation de la Revue philosophique : « Aux associés co-propriétaires de la Revue philosophique etc. Nous dormons, mes chers confrères, et notre pauvre Revue coule bas ; réveillons-nous pour la remettre à flot. Chacun de nous est en bonne posture pour rappeler aux autres leurs engagements, car nous y avons tous manqué. Ces engagements sont tracés dans l’acte passé entre nous à la fin de l’an VII. Si l’un de nous recommençait seul à y être fidèle il aurait sur les autres trop d’avantage : recommençons donc à l’être tous ensemble : redevenons sévères avec nous-mêmes pour nous réconcilier avec le public. Un engagement pris entre amis doit-il être moins sacré que s’il l’était entre des étrangers ? C’est là sans doute un privilège que l’amitié ne donne ni ne réclame… » Ce rappel à une stricte discipline entre les associés émanait de celui qui avait l’autorité morale la moins contestée, il était adressé nominalement à Andrieux, Duval, Lebreton, Say. Cette missive est complétée par ces quelques lignes de la main d’Amaury Duval, co-signées par Le Breton : « Les observations de notre co-associé me paraissent fort justes. Je désire bien vivement que nos anciens engagements reprennent vigueur. J’attendrai les co-associés vendredi 5 juin au lieu ordinaire des séances, entre sept et huit heures du soir. »

10La Décade représentait ainsi pour Ginguené une part importante de son activité intellectuelle, mais également c’était pour cet homme dépourvu de fortune personnelle une source de revenus non négligeable et cela est attesté par de nombreuses lettres envoyées à Duval : il y demande, parfois avec insistance, à être rapidement payé pour les articles parus. Il semble plutôt gêné de demander à son ami ces sommes d’argent, mais elles lui sont indispensables : « J’arrive, cher concitoyen, sans savoir si je pourrai vous voir dans ma courte apparition. Faites-moi le plaisir de m’envoyer demain, ou samedi matin, de bonne heure, le produit de mes articles du mois de mai, c’est je crois à peu près 525 livres, c’est la caisse du régiment » ; cette lettre est datée du 9 juin, sans plus de précision mais nécessairement postérieure au 1er janvier 1805, car il respecta jusqu’à sa suppression légale, le 11 nivôse an XIII – 1er janvier 1805 –, la datation en calendrier républicain, très probablement en signe d’adhésion à l’idéal républicain tout autant que par un anticléricalisme très présent dans ses lettres. Déjà le 26 vendémiaire an XII (19 octobre 1803) cet aspect financier de la correspondance était apparu : « Vous trouverez ci-joint mon compte avec la Décade pour les deux derniers trimestres de l’an XI, d’où il apparaît que quoique je n’ai fourni que quatre grands articles au lieu de six, nous sommes pourtant quittes. Je vous ai prévenu que je ne pourrai peut-être pas continuer mon engagement cette année. J’y ferai cependant mon possible. L’intérêt de la Décade y est pour beaucoup ; et le mien pour quelque chose car cette somme ne m’est pas d’un petit secours… » ; enfin, dernière illustration des difficultés financières traversées par Ginguené, cette lettre datée du « 6 septembre », sans précision de l’année mais très certainement postérieure au rétablissement du calendrier grégorien pour les raisons évoquées précédemment : « Je suis ici, mon cher concitoyen, attendant l’effet de vos promesses, et ayant grand besoin qu’elles se réalisent. Envoyez-moi, je vous en prie, ce que vous pourrez demain matin, et le plus tôt que vous pourrez, car je dois recevoir des visites d’un genre tout contraire pour lesquelles j’ai absolument à compter sur vous. Songez depuis combien de temps je n’ai rien reçu, et quelle brèche énorme cela fait dans mes étroites finances… » On ne pouvait être plus explicite : Ginguené vivait très médiocrement, sans fortune personnelle, et son activité de journaliste à la Décade lui était indispensable pour compléter des ressources trop insuffisantes.

Fermeté républicaine, prudence politique et anticléricalisme

  • 9 Il s’agit de Pierre-Jean Baptiste, dit Publicola, Chaussard (1766-1823), homme de lettres avant 17 (...)
  • 10 Il s’agit de la défaite navale de Vigo, du 22 juillet 1805, qui opposa l’amiral français Villeneuv (...)

11Au fil de leur correspondance les deux hommes se définissent mutuellement comme des républicains fidèles et des adversaires résolus du régime de Bonaparte. Si ces nombreux rappels de leur engagement républicain n’est pas une révélation, puisque dès avant 1792 P.-L. Ginguené n’avait pas fait mystère de son adhésion à l’idée républicaine, ils n’en constituent pas moins un des centres d’intérêt majeurs de leur correspondance. Nous voyons en effet combien il était peu aisé, voire dangereux, de rester notoirement républicain sous le Consulat et plus encore l’Empire, surtout quand on occupait des fonctions officielles et que l’on voulait impérativement continuer à pouvoir écrire dans un journal influent auprès des milieux intellectuels. Quelques exemples illustreront ce républicanisme et les difficultés d’y rester fidèle sous un régime autoritaire. Les sujets politiques sont, en vérité, assez peu abordés dans les échanges épistolaires entre les deux hommes, probablement autant en raison de leur connivence totale que par crainte des indiscrétions de la censure. Pourtant cette adhésion républicaine est souvent mentionnée très explicitement, en particulier quand il s’agit d’affirmer une solidarité envers des républicains moins bien protégés qu’eux des tracasseries des autorités. Ainsi, dans une lettre non datée mais très probablement de 1802, Ginguené fait-il très expressément appel à la nécessaire solidarité entre républicains : « Voici, cher concitoyen, l’occasion de rendre un grand service, et je suis persuadé que vous le saisirez avec d’autant plus de plaisir qu’elle intéresse quelqu’un avec qui vous n’êtes pas bien ; c’est Chaussard.9 L’établissement qu’il veut fonder peut être utile, et c’est pour lui la dernière ressource. Dans ce désarroi des républicains, ne devons-nous pas venir à son secours ? L’insertion de son programme en petit texte dans la Décade serait un véritable bienfait et c’est à vous que je veux qu’il en ait l’obligation… » Le 13 août 1805 nous pouvons lire combien Ginguené s’était éloigné des affaires politiques du présent, qui ne sont plus « chose publique » depuis qu’un pouvoir personnel a confisqué ce qui était le bien commun ; après avoir annoncé à son ami une tragique défaite navale au large de La Corogne, intervenue le 22 juillet précédent et non encore annoncée par les journaux français, il laissait échapper en ces termes son dépit : « Quel triste résultat d’une course de 3 000 lieues ! et quelle humiliation après tant de jactance ! Mais j’oublie que ces affaires-là ne sont plus les nôtres, et que quelqu’un s’est chargé d’arranger tout ça. »10

  • 11 Lettre conservée à Autun, non datée.
  • 12 Cette fusion est annoncée en ces termes par Ginguené à A. Duval : « Nous sommes donc définitivemen (...)

12Mais ce fut surtout envers la censure officielle que Ginguené portait les critiques les plus amères, tout en s’efforçant de conserver une pratique d’une grande souplesse, le but suprême étant d’éviter, presque à tout prix, la suppression de l’autorisation d’imprimer le journal. Ainsi est-ce la survie de la Décade, puis de la Revue Philosophique, qui restait la préoccupation centrale de Ginguené, celle qui justifiait à ses yeux une complaisance coupable envers les exigences des censeurs : « J’adopte, puisqu’il le faut, mon cher concitoyen, la concession faite par notre aimable censeur à la faction des « embourbés ». Je l’adopte parce qu’au fond elle n’aura aucun inconvénient, sans quoi j’aurais supprimé mon article. Si l’on en faisait paraître un où l’on eut supprimé un mot sans mon aveu, il serait le dernier, cela est bien entendu. Vous ne trouverez de différence que « de ces ennemis des lumières », au lieu de « des ennemis » etc. ».11 En 1807, juste avant la fusion autoritaire imposée par le ministère entre la Revue et le Mercure de France12 les relations entre Ginguené et la censure s’étaient très fortement dégradées, comme ce billet à Amaury Duval en témoigne : « J’ai reçu, mon cher citoyen, avec votre lettre du 20, l’opération censoriale ou plutôt ministérielle qu’a subie mon malheureux extrait… Dans cette manière de faire aller un journal, toute idée de bonne administration est détruite. On nomme un censeur ; pourquoi ? C’est pour qu’il prévienne dans le journal qu’il censure toute publication contraire aux intentions qu’on doit lui avoir communiquées. C’est à lui d’être responsable, et pour mettre sa responsabilité à couvert, c’est à lui, non pas de corriger, mais d’indiquer aux auteurs ce qui exige correction. Si à la moindre incertitude le ministre est consulté, si les manuscrits lui sont soumis, il est porté à exagérer lui-même ses principes ; distrait par de plus grandes affaires, au lieu de corriger il mutile, et sans peut-être s’en rendre compte, voyant dans ce traitement fait aux productions de l’esprit un nouvel exercice de son pouvoir, il en étend involontairement les barrières plutôt que de les réprimer… J’ai autrefois passé à la censure royale et même sorbonique, et je n’ai jamais rien vu de pareil… Il faut que les gens au pouvoir sachent qu’il y a une chose qui n’est pas en leur pouvoir, c’est de faire un métier qu’ils ne savent pas… Je ne suis point et n’ai jamais été un journaliste de profession. Je suis un ami des lettres et des lumières, d’une humeur paisible et indépendante, étranger à toutes les petites intrigues et à toutes les petites passions qui déshonorent la littérature ; n’écrivant que pour exercer un art que j’aime, pour éclairer ma raison et quand je puis celle des autres. Il est aussi impossible de faire entrer toute autre considération dans mon esprit que de faire entrer dans mon âme une passion vile ou haineuse… Il me serait physiquement impossible d’écrire une ligne pour un journal qui n’aurait pas seulement pour censeur un confrère, mais un ministre…. personne sous ce régime ne s’est encore avisé d’essayer du seul moyen qui puisse donner sur moi quelque prise… J’ai vécu pauvre, je mourrai de même ; et l’on ne me réduira pas dans un état pire que celui où j’étais le 8 thermidor de l’an II. Or dans cet état-là même je n’ai rien dit, rien fait, rien écrit, rien rétracté dont j’ai à me repentir… » Arrivées à ce stade, les relations entre Ginguené et le pouvoir politique de Napoléon ne permettaient plus la poursuite de l’œuvre journalistique entreprise à travers tous les régimes depuis l’an II ; la correspondance avec Amaury Duval ne laisse aucun doute sur ce point : après 1807 Ginguené se consacra presque exclusivement à ses travaux littéraires, en particulier l’achèvement de son Histoire littéraire de l’Italie.

  • 13 Jean Etienne Marie Portalis, 1745-1807, a été avocat avant 1789, puis a participé à la Révolution, (...)

13Un trait permanent de la correspondance avec Amaury Duval est la référence anticléricale ; J. Kitchin avait déjà fortement souligné combien l’hostilité au christianisme et surtout à l’Eglise catholique fondait l’unité doctrinale du journal : l’étude de la correspondance confirme pleinement cette orientation essentielle, mais elle confirme aussi ce que nous avons déjà constaté quant à la prudence nécessaire à la survie du journal. Se montrer clairement fidèle à la « philosophie » doit rester la ligne éditoriale, mais il ne faut pas entrer en conflit ouvert avec les autorités pour ces seules questions religieuses ; ce fut cette ligne prudente que Ginguené proposait fermement dans ses lettres à Duval : ne pas transformer la Décade en un brûlot anticlérical. Voici en quels termes Ginguené donnait ses consignes en ce domaine, à propos d’un article de Le Breton jugé trop imprudent par le ton utilisé : « Je ne sais trop que vous dire sur cet article de L. B. (Le Breton)… On peut sans doute encore attaquer l’inquisition en France, mais il faut à tout de la mesure, et je crains que l’article n’en manque dans plusieurs endroits. Un des plus hasardés, selon moi, est celui qui touche les rétractations demandées à Portalis13 Je ne suis point d’avis que nous missions le nez dans ces affaires-là. Plusieurs autres traits demanderaient à être adoucis… Dans tous les cas si vous avez la possibilité de vous passer de cet article pour le numéro prochain, il vaudrait mieux le retarder, et qu’il ne soit pas dans la même fournée que le mien. En défendant la philosophie comme nous le devons, craignons d’en trop rebattre les oreilles du peu de partisans qui lui restent. Je viens de relire encore l’article inquisition, il me semble que notre ami n’y a pas mis assez de soin et de sel. Ce pouvait-être le sujet d’un morceau plus piquant, peut-être et qui cependant eût moins compromis. » (lettre non datée). Un autre exemple de cette volonté de ne pas exposer inutilement la Décade à des périls graves est représenté par ce billet, également non daté. Ginguené demande à Legouvé de bien vouloir ajouter un errata à un article déjà composé : « Un mot encore sur la fin énigmatique de mon dernier article. Dites je vous prie à M. Legouvé qu’il me fera le plus grand plaisir s’il veut bien mettre en errata cette phrase telle qu’elle est dans la lettre que je lui ai écrite : page 571, lignes 1, 2 et 3, au lieu de : “pour deux classes de lecteurs, entre lesquelles on ne peut guère en supposer une troisième” ; lisez : “pour deux classes de lecteurs, l’une composée de ceux qui croient à la religion, l’autre de ceux qui ont le malheur de n’y pas croire”… Mille amitiés. » Amaury Duval ajouta ce commentaire sur la même page, à destination de Legouvé : « Cher Legouvé, voulez- vous faire droit à la requête ci-jointe de M. Ginguené, qui demande un errata dans le numéro prochain ? Examinez ; jugez. – Les errata sont peu lus. Peut-être la phrase qu’on veut y rétablir ne serait pas lue par dix lecteurs, et séparée de l’article, elle n’effaroucherait personne ». (lettre non datée)

14La consigne qui se dégage de ces deux lettres semble claire : il est notoire que les rédacteurs de la Décade sont adeptes de la « philosophie », leurs lecteurs le savent très bien et les autorités également. Il est par conséquent tout à fait inutile, voire dangereux, de publier des textes trop insolents qui fourniraient des prétextes à la censure ; dans un contexte global peu favorable aux idées anti-religieuses il faut adopter une ligne éditoriale prudente, sans pour autant renoncer à des idées connues de tous…

Un milieu littéraire

  • 14 Voir dans le présent volume d’Actes du Colloque de Rennes le recensement de la correspondance de P (...)

15La dernière période représentée dans cette correspondance renforce très nettement l’impression déjà dominante avant 1807 : les affaires politiques y occupent de moins en moins de place, alors que le « milieu littéraire » issu de la Décade est désormais au centre des échanges entre les deux hommes. Les questions relatives à la gestion du journal ayant alors totalement disparu, ce sont les échanges d’informations sur l’actualité littéraire et artistique qui occupent l’essentiel du courrier, en dehors bien entendu des questions plus personnelles, qui devinrent très fréquentes à mesure que l’état de santé de l’épouse de Ginguené se détériorait, avant que ce ne fût celui de Ginguené lui-même qui ne devienne préoccupant après 1815. Il est impossible de dresser ici un tableau exhaustif de cet « horizon » littéraire qui était commun à nos deux correspondants, aussi nous limiterons-nous à une énumération des auteurs ou des artistes cités au fil des années : Delisle de Sales, Le Sueur, Gérard, Chaussard, Sismondi, Condorcet, Toulongeon, Boisjolin, Saturnin Fabre, Grouvelle, Andrieux, Dupuis, Baltard, Denon, Mirabeau, Barère, Mercier, J.B. Say, Delille, Le Breton, Voltaire, André Chénier, Volney, Pope, Descartes, Garat, Legouvé, Louis Reynier, Grégoire, S. Maréchal, de Gérando, Milton, Chateaubriand, La Harpe, Palissot, l’abbé Arnaud, Fauriel, Chamfort, Kant, Mme de Staël… Sans être exhaustive, cette liste témoigne de la nature des relations épistolaires entre Ginguené et Duval. Une analyse plus fine de leur univers littéraire commun mériterait d’être entreprise et éventuellement élargie aux autres correspondants de Ginguené.14

*

16Ainsi cette étude trop sommaire de ce que nous connaissons de cette vaste correspondance permet d’affiner l’idée que nous pouvons nous faire de Pierre-Louis Ginguené. Nous voyons, au fil des années, se dessiner le portrait d’un homme de lettres peu soucieux de faire une carrière politique après les échecs des années révolutionnaires et de sa mission diplomatique à Turin ; nous constatons qu’il était avant tout passionnément attaché à la continuité du combat intellectuel des Lumières, celui des idéaux de tolérance religieuse et de liberté politique, deux valeurs peu prisées après brumaire an 8… Nous pouvons aussi constater par la lecture de ses lettres à quel point il a voulu rester fidèle à ses idéaux sans pour autant faire de l’opposition politique à Bonaparte le centre de sa vie intellectuelle : la littérature occupait chez lui le devant de la scène, et c’était parce qu’il était une entrave à la liberté de l’esprit que Ginguené supportait très mal les contraintes imposées par le régime.

Notes

1 Un inventaire analytique de ce fonds existe à l’état de manuscrit à la Société éduenne au musée Rolin à Autun. Une présentation érudite, ainsi qu’une esquisse d’inventaire, ont été publiées par les soins de cette même Société éduenne : « Un intermédiaire entre deux siècles : Amaury Duval (1760-1836), le fonds A. Duval. » Mémoires de la Société Eduenne, tome LII, fascicule 4, 1974. (p. 281-309).

2 La Décade philosophique, littéraire et politique. Rédacteur J.-B. Say, directeur Amaury Duval. Publiée de floréal an II jusqu’en 1804 sous ce titre, puis jusqu’en 1807 sous le titre de Revue philosophique et littéraire, avant d’être fusionnée d’autorité par la censure napoléonienne avec le Mercure de France, journal soutenant le régime impérial. Cette fusion a été rejetée par Ginguené et A. Duval qui renoncèrent à toute collaboration avec ce nouveau titre. La collection de la Bibliothèque nationale comprend 53 volumes, de 1794 à 1807.

3 Sur la Décade philosophique voir le livre de Johana Kitchin, Un journal philosophique : La Décade, 1794-1807, Paris 1965. Marc Régaldo, Un milieu intellectuel : la Décade philosophique, Thèse dactylographiée, 5 volumes, Presse de l’u niversité de Lille III, 1976. Sur P.-L. Ginguené, voir Marc Régaldo. « Un Breton méconnu : Ginguené fondateur de l’histoire littéraire », Missions et démarches de la critique. Mélanges offerts au professeur J.-A. Vier, Paris 1973, Editions Klincksieck, (p. 78-90) ; P. Hazard, Le journal de Ginguené, Paris, 1910. Sur Amaury Duval, voir l’article de Elie Bayon, « Amaury Duval et La Décade », Mémoires de la Société Eduenne, Autun, Tome LXV, 1927, p. 327 333.

4 P.-L. Ginguené avait été nommé à l’Institut dès sa création en 1796, puis maintenu par Bonaparte, malgré son opposition au régime, après la réorganisation de l’Institut qui supprima la Classe des sciences morales et politiques.

5 Ce terme de « collègue » ne pouvant s’appliquer qu’à la fonction commune de membre de l’Institut, cette lettre est postérieure au 13 décembre 1811. date de l’élection d’A. Duval.

6 Les mots soulignés le sont sur le manuscrit.

7 P.-L. Ginguené était né à Rennes le 25 avril 1748 et Amaury Pineu-Duval était né dans la même ville le 28 janvier 1760. Voir encore M. Régaldo, « La Décade, revue bretonne ? », La Bretagne littéraire au XVIIIe, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, Tome 83, 1976, n°4, p. 605-617.

8 Fort heureusement pour l’historien A. Duval n’a pas obéi à cette injonction de détruire la lettre… Mais combien d’autres, peut-être plus explicites encore, ont été effectivement brûlées ?

9 Il s’agit de Pierre-Jean Baptiste, dit Publicola, Chaussard (1766-1823), homme de lettres avant 1789, journaliste au début de la Révolution, en particulier dans la presse girondine et dans celle du Cercle Social ; il fut secrétaire général de l’Instruction publique après thermidor, sous la protection de Ginguené, alors directeur de ce même département du ministère de l’Intérieur. Républicain radical, Chaussard ne retrouva pas de fonction officielle après Brumaire an VIII. Il fut par la suite professeur au lycée de Rouen. Le projet évoqué ici par Ginguené était celui d’une institution d’enseignement qui semble n’avoir jamais vu le jour. Quant à la cause des mauvaises relations personnelles entre Amaury Duval et Chaussard auxquelles Ginguené fait allusion ici, nous n’avons pas poussé les recherches assez loin pour en éclaircir les origines…

10 Il s’agit de la défaite navale de Vigo, du 22 juillet 1805, qui opposa l’amiral français Villeneuve au britannique Calder ; cette défaite fut le prélude à la destruction totale de la flotte française à Trafalgar le 21 octobre suivant.

11 Lettre conservée à Autun, non datée.

12 Cette fusion est annoncée en ces termes par Ginguené à A. Duval : « Nous sommes donc définitivement réunis, mon cher concitoyen ! On m’a salué de cette nouvelle à mon arrivée. Je désire cependant en être plus positivement instruit par vous. S’il vous était possible de venir en causer demain matin avec moi d’un peu bonne heure, vous me feriez grand plaisir. Mille amitiés. Le 2 septembre. » (1807). Une semaine plus tard, alors que le dernier numéro de la Revue philosophique était sous presse, Ginguené ne dissimulait pas sa déception face à cette décision arbitraire : « Je vous avouerai qu’en vous parlant de ce dernier soupir que nous allons jeter mon cœur se révolte un peu contre l’acte d’autorité qui nous ôte une propriété acquise par 14 ans de travaux. Quand nous y gagnerions pécunièrement, nous y perdons à tant d’autres égards ! Mais nous n’y pouvons rien et je ferai de cela comme j’ai fait de tant d’autres choses. Je suis fait à la fatigue… Saint-Prix le 14 septembre. » (1807).

13 Jean Etienne Marie Portalis, 1745-1807, a été avocat avant 1789, puis a participé à la Révolution, traversant sans être sérieusement inquiété la période de la Terreur, il s’orienta cependant vers le royalisme sous le Directoire et fut exilé en 1797. Rallié à Bonaparte dès le 18 Brumaire il rentra en France et fut immédiatement nommé à la commission de rédaction du Code civil, puis directeur des cultes. C’est à ce titre qu’il fut le principal négociateur du Concordat avec le pape en 1802. La lettre de Ginguené, non datée, est très probablement de cette époque : pour être habilité à négocier avec le Saint- Siège Portalis avait publiquement renoncé à ses engagements politiques antérieurs.

14 Voir dans le présent volume d’Actes du Colloque de Rennes le recensement de la correspondance de P.-L. Ginguené, coordonné par J.-D. Candaux.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540