Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ginguené (1748-1816)

 | 
Édouard Guitton

II. Relations humaines et intellectuelles

Ginguené et Parny

Catriona Seth

Texte intégral

1Pierre-Louis Ginguené et Evariste-Désiré de Forges de Parny sont nés à cinq ans d’écart et à des milliers de kilomètres l’un de l’autre. Malgré cela, ils seront amis pendant une soixantaine d’années.

2Ils ont tout d’abord eu l’occasion de se rencontrer dans la ville natale de Ginguené, celle qui nous accueille aujourd’hui, Rennes. Le jeune Pierre-Louis y avait commencé ses études au célèbre collège des Jésuites. A la suite de l’affaire La Chalotais, celui-ci passa aux mains de prêtres séculiers. Ginguené s’en est souvenu dans une Epître à Parny car, pendant la première année du nouveau régime, Evariste et ses deux frères, Jean-Baptiste, l’aîné, et Chériseuil le benjamin, sont arrivés au Collège de Rennes en compagnie d’un petit Breton de Bourbon, JosephAuguste de Pinczon du Sel :

Ton enfance, enlevée à ton île africaine
Vint aborder gaîment la rive armoricaine :
Tu parus au Lycée où, docile écolier,
J’avais vu sans regret le bon Du Châtelier
Aux enfants de Jésus arracher la férule.
L’aimable Savary, notre ami, notre émule,
Qui trop tôt de la Parque a senti le counoux,
Sans penser à l’Egypte y croissait avec nous.

  • 1 P. Ricordel, Le collège de Rennes après le départ des Jésuites et l’Ecole centrale d’Ille-et-Vilai (...)

3Nous savons peu de chose sur la scolarité des deux futurs écrivains. Pierre Ricordel assure qu’il n’y a guère eu de changements entre le collège jésuite et celui des prêtres1 Le principal, l’abbé Thé du Chatelier, a veillé particulièrement sur Evariste et ses frères, notamment en leur faisant donner des cours particuliers de musique, de danse etc. Il n’est pas impossible d’imaginer qu’un goût commun pour la poésie et pour la musique a pu combler l’écart d’âge des deux jeunes garçons.

4Evariste a quitté le Collège pour aller à Paris où, avant de devenir militaire, il a passé quelques mois dans un séminaire. Cette expérience malheureuse pourrait expliquer partiellement l’anticléricalisme dont il a fait preuve dans certains de ses vers.

5Quant à Ginguené, il dit être resté dans sa province, où il avait notamment composé sa Confession de Zulmé qui fit couler tant d’encre :

  • 2 Ginguené n’a publié la Confession de Zulmé que lorsque l’œuvre, connue par des copies qui circulai (...)

Lorsque je fis à 20 ans, au fond de ma province, la Confession de Zulmé, j’étais bien loin de soupçonner l’espèce de bruit qu’elle ferait un jour à Paris. J’y arrivai pour la première fois en 17722.

6Nous ne savons pas quand Parny et Ginguené se sont revus mais, une fois arrivé à Paris, le jeune Breton s’inséra relativement rapidement dans certains cercles très en vue de la capitale, devenant notamment membre d’une célèbre loge maçonnique, celle des Neuf-Sœurs, dont un des frères fondateurs n’était autre que Jean-Baptiste de Parny et qui allait regrouper la majorité des intellectuels de l’époque. Dès 1778, de retour d’un voyage vers les îles en compagnie de son jeune frère Chériseuil et d’Auguste de Pinczon du Sel, c’est au tour d’Evariste de s’illustrer dans le monde parisien, et celui des lettres en particulier, avec la publication de la première édition des Poésies érotiques, qui connut un certain succès. Ginguené attribue d’ailleurs à cet ouvrage une portée révolutionnaire : « Le bel-esprit est mort, son empire est fini / Qui donc l’a détrôné ? La nature et Parny ». Il est certain que le jeune Rennais avait une admiration véritable pour les travaux de son cadet et, pendant toute la période post-révolutionnaire, Ginguené continuera de faire référence aux talents élégiaques de Parny qui le placent, selon lui, au plus haut rang de la poésie française contemporaine.

7Entre cette première publication et la Révolution, Parny fit une nouvelle fois le voyage vers son île natale. Moins d’un an après son retour, Jean-Baptiste, son frère, décéda chez les Campan où il était en villégiature. Le poète ressentit très durement cette perte. Vers la même époque, son camarade de classe Pinczon du Sel partit faire fortune dans les Colonies où il ne trouva qu’une mort prématurée. Peu de temps après, Bertin, le compagnon-poète de Parny, malade, partit à son tour pour des îles lointaines et ne survécut que quelques jours à son arrivée.

8Après avoir connu une vie brillante à la cour auprès de Jean-Baptiste, écuyer de main du comte d’Artois, puis de Marie-Antoinette, après avoir mené le train dissipé des jeunes officiers, après avoir triomphé à la publication de ses poèmes, Parny s’est volontairement retiré du monde, ne fréquentant qu’un cercle restreint et songeant à quitter la métropole pour son île natale. Malgré cela, il a continué de voir Ginguené, d’après ce que nous apprend Sainte-Beuve par les notes de l’Exemplaire confidentiel :

  • 3 Cit. in C.-A. de Sainte-Beuve, Chateaubriand et son groupe littéraire, éd. M. Allem, Paris, Garnie (...)

Fontanes m’a fait faire un dîner fort gai dans ma vie. Nous étions pour convives, moi, Ginguené, Flins, le chevalier de Parny. La Harpe, qui prétendait qu’il n’allait plus à ces parties de jeunes gens, nous avait envoyé sa femme. Madame du F[resnoy], la poétesse et la maîtresse de Fontanes, y était, et, ce qu’il y a de bien français, c’est que le mari y était aussi et il ne s’apercevait de rien. Grande chère, bon vin, pas trop poètes. Cependant, nous ne pûmes nous empêcher de l’être un peu3.

9Ce dîner, qui a dû avoir lieu avant le départ de Chateaubriand pour les Etats-Unis, réunit déjà un grand nombre de ceux avec qui Ginguené sera lié même après la Révolution.

10Chateaubriand cite de nouveau son nom en conjonction avec celui du chantre d’Eléonore en rapport avec un de ses premiers essais littéraires, « L’amour de la campagne », dont ils auraient été des juges généreux : « On en parla dans la société de Ginguené, de Lebrun, de Chamfort, de Parny, de Flins, de La Harpe et de Fontanes, avec lesquels j’avais des liaisons plus ou moins étroites ».

  • 4 Après la mon de Ginguené, sa bibliothèque a fait l’objet d’une vente publique. D’après les catalog (...)

11C’est vers la même époque (1790) que Ginguené rédige une longue épître dédiée à Parny. L’occasion lui en a été offerte lorsque le « poète harmonieux dont la lyre sonore/donne un lustre immortel au nom d’Eléonore » lui a donné un volume de ses poèmes : « Ta main ajoute un prix au don que je reçois, / Et tu me rends nouveau ce que j’ai lu cent fois ». Lorsque l’importante collection de livres dont était propriétaire Ginguené fut dispersée à sa mort, six ouvrages de Parny s’y trouvaient, mais une seule de ces éditions pourrait être celle dont parle l’Epître de 1790, il s’agit des « Opuscules de Monsieur le chevalier de Parny » publiés en 1784 avec quelques jolies vignettes et l’aval de l’auteur qui avait déjà eu à subir un certain nombre d’éditions pirates au texte corrompu, ainsi que d’attributions erronées4.

12Si elle commence par un résumé biographique, l’épître qui évoque ce volume offert par Parny à son compagnon d’études, représente en fait la première véritable critique par Ginguené des vers de son ami. Il y analyse la source de l’inspiration du poète – « tu vins, tu fis parler le véritable amour » –, le contexte poétique du moment, rappelant la fadeur des vers de Dorat et d’autres, et le renouveau qu’apporte Parny aux lettres.

13Les bouleversements révolutionnaires ont plusieurs fois conduit Parny à se réfugier en dehors de Paris : du fait même de sa qualité de « ci-devant », il pouvait être inquiété ; plusieurs de ses cousins ont péri guillotinés, et il a figuré sur une liste de suspects. Quant à Ginguené, il a connu les prisons révolutionnaires et n’en a été délivré que par la chute de Robespierre. Ce qu’en dit son ami Daunou pourrait tout aussi bien s’appliquer à Parny :

  • 5 Daunou, cit. in article Ginguené, Biographie universelle Michaud, Paris, Desplaces, s.d., vol. XVI (...)

[Ginguené avait] trop ouvertement professé l’amour de la justice, la haine du désordre et des violences pour échapper aux fureurs de l’ignoble tyrannie qui régna sur la France en 1793 et 17945.

14Une chose est en effet certaine. S’il devient souhaitable, surtout dans certains milieux, d’essayer de « récupérer » des personnages dont les sympathies politiques ne les placent pourtant pas vraiment dans le camp des monarchistes, ce genre de traitement ne peut s’appliquer à Parny, et encore moins à Ginguené. Dès les premières heures du nouveau régime qui a succédé à la Terreur, Ginguené était sur les rangs. Les thermidoriens l’ont chargé de veiller sur l’Education nationale. En avril 1794, il a commencé à éditer un journal qui allait avoir un grand retentissement dans l’histoire des lettres françaises, la Décade qui ouvrit ses pages à des collaborateurs de tous horizons, pouvant notamment se targuer d’avoir révélé au public La Jeune Captive de Chénier. A la même époque, essayant peut-être d’obtenir un brevet de civisme, Parny publiait une ode au vaisseau « le Vengeur » vantant le courage des soldats français et exaltant la république et les vertus qu’elle prônait.

15Fonctionnaire du nouveau régime, Ginguené a été inclus dans la fournée d’auteurs considérés « sains » du point de vue politique qui est arrivée en bloc au sein de l’Institut dûment purgé. M. Pomeau a d’ailleurs admirablement commenté cet épisode. Dès lors, il n’aura de cesse de tout faire pour que Parny l’y rejoigne. Entre-temps, conscient de la situation financière problématique de son ami que le remboursement des rentes en assignats a quasi ruiné, il a été de ceux qui lui ont fait attribuer des secours exceptionnels et lui a accordé une place peu reluisante mais rémunérée au sein de sa division du ministère de l’Instruction publique. Pour sa peine, sous-chef au sein de la cinquième division, Parny touche 3 600 francs par an. Grâce à François de Neufchâteau et au soutien de Ginguené, la composition d’un recueil de poèmes pour les écoles est confiée au chantre d’Eléonore : M. Tesseiyre nous a d’ailleurs fort habilement entretenus de ce passage de la vie de nos deux acteurs. Lorsque Parny est devenu administrateur de l’opéra, sinécure virtuelle dans son cas, ou a reçu des subventions pour la publication de sa Guerre des dieux, c’est également grâce à ses amitiés politiques.

16Pendant cette période et par la suite, l’animateur principal de la Décade a continué à lui apporter son soutien par voie de presse. Il a fait partie de ceux qui ont voté les subventions pour permettre au poète de publier sa Guerre des dieux, un ouvrage dans lequel des saintes un peu décolletées affrontent les dieux des peuples anciens. Parny y affirme son anticléricalisme. Ginguené en a publié certaines scènes en avant-première dans la Décade. Il faut dire que le poème servait bien le zèle évangélisateur de Ginguené qui assure en effet ceci :

  • 6 La Décade…, pluviôse an VIII p. 341.

Attaquer par des fictions ingénieuses ces religions positives ennemies du bonheur de l’homme, verser à flots le ridicule sur ce qui fit verser tant de sang, c’est bien mériter de la Révolution, de la Patrie et de l’humanité.6

17Tous deux sont de ceux qui, comme les Idéologues, vont tenter de maintenir l’héritage intellectuel des Lumières au sein de nouveau Régime qui devient de plus en plus réactionnaire dans certains domaines. Peu avant la parution du livre de Parny, Ginguené s’est révélé bien plus révolutionnaire que son protégé en assurant qu’il aurait voté la mort du Roi. Faut-il voir là un excès de langage démontrant sa complaisance face à des événements qui avaient donné naissance au régime qu’il soutenait ? D’autres ici sont plus qualifiés que nous pour répondre à cette question.

18Ginguené soutient l’écrivain créole par des publications en avant-première, des critiques favorables et une promotion zélée :

  • 7 Id., germinal an XI.

Depuis que l’Institut national existe, on se demande pourquoi le nom d’un poète dont les vers sont, depuis 25 ans, entre les mains et dans la mémoire de tous les Français, amis de la poésie, de l’élégance et de la pureté du langage, n’est pas inscrit sur la liste de cette illustre société.7

19L’effet voulu sera atteint et, grâce à la campagne menée par Ginguené et par d’autres, Parny sera finalement élu membre de l’Institut.

20Pour la reprise des travaux de la Loge des Neuf-Sœurs, tous deux, fidèles à la tradition franc-maçonne, écrivent des poèmes : Parny, une Cantate qui sera mise en musique, Ginguené, en 1810, un morceau intitulé Un frère à ses frères où l’on lit ceci : « De la fraternité les temples sont rouverts / Les Neuf-Sœurs ont repris leurs travaux, leurs concerts ».

21Une lettre, que je crois inédite, montre que Parny a essayé, lorsqu’il l’a pu, de soutenir Ginguené dans ses efforts de reconnaissance personnelle. Elle démontre bien le côté politique de l’Institut et les loyautés qui y étaient engagées :

  • 8 Vente d’autographes, Paris, Hôtel Drouot, salle 2, le 10/6/91, Expert : Christian Galantaris. Nous (...)

Election du 4 août 1813.
Paris, le 4 aug/te
Je lis, et j’entends dire, sur l’élection de demain, des choses qui me semblent si extraordinaires, que je ne sais plus qu’en penser. Avez-vous connaissance d’un projet de nommer à la place du défunt un homme sur lequel ce défunt l’avait emporté grâce à l’astronome Lalande ? Ceci serait piquant ; mais je ne conçois pas sur quelle base on me l’assure : cette nouvelle vient de haut. Vous concevez que je serai ici dans l’embarras. Ce n’est peut-être qu’une idée ; un moyen de diversion, que l’on jette au hazard. Je crois devoir vous informer de ce que l’on vient de m’apprendre & qui m’étonne peut-être moins qu’une lettre insérée au Journal de Paris. A travers ces bizarreries, je vous salue & vous embrasse, avec un vif regret que notre ami Garat soit si loin de Paris. Levavi oculos in montes. Adieu. Vous connaissez ma main ; vous devez compter sur mon cœur, (paraphe)8

  • 9 Archives de l’Institut, fonds Pingard, Comptes rendus etc.

22L’élection en question visait à trouver un successeur pour Cailhava, l’auteur dramatique qui avait obtenu la place de Fontanes lorsque celui-ci avait été écarté de l’Institut pour des raisons politiques. La lettre qui étonne tant Parny parut, sous la plume de l’abbé Sicard, dans le Journal de Paris du 4 août. Son docte auteur s’y oppose à l’idée que l’on puisse élire au sein de la deuxième classe, celle dite « de la langue et la littérature françaises », quelqu’un qui serait par ailleurs membre d’une des autres classes : « Ces choix extraordinaires ne seraient-ils pas une preuve que notre littérature est dans un état de décadence déshonorant pour la première nation de l’Europe ? » à moins, ajoute, l’abbé, qu’il ne s’agisse d’un Barthélemy, d’un Buffon, d’un Alembert ou d’un Fontenelle. Comme chacun sait, à l’époque, la politique avait, plus que jamais, son mot à dire en matière d’élections académiques. Peu après son arrivée au sein de l’illustre compagnie, en septembre 1804, Parny avait milité avec Ducis et Bernardin de Saint-Pierre pour que le successeur de Boisgelin fût un homme de lettres et non quelqu’un à qui il paraissait souhaitable de décerner une récompense politique. Il s’était également intéressé, nous le savons grâce à une lettre conservée aux Archives nationales, à l’élection de Daru. Etaient présents à l’Institut ce 4 août 1813, outre le fidèle Parny, Duval, Raynouard, les deux Lacretelle, Roquelaure, Picard, Parseval, François de Neufchâteau, Etienne, Villars, Sicard, Morellet, le cardinal Maury, Andrieux, Lemercier, Bigot de Préameneu, Suard, Merlin, Arnault, Ségur, Tracy, Bernardin de Saint-Pierre, Volney, Roederer, Fontanes et, bien sûr, Suard. Chacun des présents toucha pour sa peine la somme de 9 francs 379. Ici, pour Parny comme pour d’autres, l’enjeu était des plus importants : en effet, le poète réunionnais allait soutenir, contre Charbonnières, Courcoud, Châteauneuf, Bouvet et Michaud, un membre de l’Institut, mais d’une autre classe, qui avait bien des titres pouvant justifier son élection au nombre des hommes de lettres et n’était pas totalement satisfait de la place qui lui revenait. Il s’agit bien sûr de Ginguené. Au troisième tour, Michaud l’emporterait sur lui par 14 voix contre 9, certains n’ayant pas daigné s’exprimer.

23Il ne restait alors à Parny qu’un peu plus d’un an à vivre. Nous pouvons nous permettre de supposer qu’il avait gardé de bonnes relations avec son ancien ami de collège car un billet de la veuve de Parny, conservé dans les papiers de Ginguené à la Bibliothèque nationale, illustre l’attachement témoigné par Ginguené à Parny, même après sa mort : c’est en effet au fondateur de la Décade que la vicomtesse de Parny, qui demeure toujours Faubourg-Poissonnière, choisit de se tourner pour une affaire dont nous ne savons rien.

  • 10 B.N., Manuscrits, NAF 9197, f° 106.

Le 26 7bre 1815.
Vous me renderiez [sic] service, mon cher monsieur, si vous vouliez bien me faire l’amitié de passer chez moi demain matin à l’heure qui vous sera la plus commode ; j’ai à causer avec vous de choses qui m’intéressent et pour lesquelles un véritable ami de mon mari m’est bien précieux. Si vous ne pouvez venir demain, indiquez-moi l’heure et le jour où je devrais [sic] vous attendre. Mille choses aimables à M de Guinguené [sic]. Recevez l’assurance de tout mon attachement,
Votre servante
Ve Vtesse De Parny.10

24Nous ne savons pas si le vieux Ginguené a pu répondre favorablement aux sollicitations de la veuve de son ami défunt mais la confiance qu’avait celle-ci en ce « véritable ami » de son mari, montre une fidélité qui allait au-delà de la mort du chantre d’Eléonore.

25Il est touchant de constater que deux êtres, séparés par tout à la naissance, mais que la vie avait réunis malgré les vicissitudes de l’existence, se soient retrouvés presque côte à côte dans la mort, leurs tombes dans la XIIème division du Père Lachaise n’étant éloignées que de quelques mètres.

Notes

1 P. Ricordel, Le collège de Rennes après le départ des Jésuites et l’Ecole centrale d’Ille-et-Vilaine. Rennes, 1937.

2 Ginguené n’a publié la Confession de Zulmé que lorsque l’œuvre, connue par des copies qui circulaient dans Paris, fut attribuée à un autre. Il l’a toujours considérée comme son chef-d’œuvre poétique, allant jusqu’à la faire republier par le successeur de la Décade, la Revue philosophique, littéraire et politique, an XIII, p. 491.

3 Cit. in C.-A. de Sainte-Beuve, Chateaubriand et son groupe littéraire, éd. M. Allem, Paris, Garnier frères, 1948, p. 89.

4 Après la mon de Ginguené, sa bibliothèque a fait l’objet d’une vente publique. D’après les catalogues conservés à la BN. au moment de sa mort, Ginguené possédait les éditions suivantes de Parny :
Lot 1438 : Œuvres d’Evariste Parny, Paris, Debray, 1808, 5 vol. in-16°, pap. vél. br.
Lot 1439 : Opuscules de M. le chevalier de Parny, Paris, 1784, 2 vol. in-18°, v. gr., fil., tr. dor.
Lot 1440 : La Guerre des Dieux, par Evariste Parny, Paris, an 7 in-12°. br.
Lot 1441 : La Guerre des Dieux par le même, Paris, Debray, an 8, in-12°, pap. vél. br.
Lot 1442 : Les Rosecroix, poème, par le même, Paris. Didot. 1807, in-16°. br. – Le portefeuille volé, par le même, Paris, 1805, in-16°, br.

5 Daunou, cit. in article Ginguené, Biographie universelle Michaud, Paris, Desplaces, s.d., vol. XVI, p. 476.

6 La Décade…, pluviôse an VIII p. 341.

7 Id., germinal an XI.

8 Vente d’autographes, Paris, Hôtel Drouot, salle 2, le 10/6/91, Expert : Christian Galantaris. Nous tenons à remercier M. Galantaris de nous avoir permis de transcrire la lettre concernée. Elle porte au verso un cachet du 4/8/1813 et l’adresse suivante :
A Monsieur/Monsieur le chevalier Ginguené/Membre de l’Institut &c/Rue du Cherche-Midi n°19/A Paris.

9 Archives de l’Institut, fonds Pingard, Comptes rendus etc.

10 B.N., Manuscrits, NAF 9197, f° 106.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540