Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ginguené (1748-1816)

 | 
Édouard Guitton

I. Ginguené tel qu’en lui-même

La bibliothèque de Ginguené

Jean-Daniel Candaux

Texte intégral

  • 1 Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. P -L. Ginguené. dont la vente commencera le lund (...)

1La bibliothèque de Pierre-Louis Ginguené ne m’est connue que par le catalogue imprimé de la vente qui en fut faite à Paris, après sa mort, du 2 mars au 9 avril 18181. On sait avec quelles précautions et quelles réserves il convient d’utiliser ce genre de document. Non seulement un livre possédé n’est pas nécessairement un livre lu, mais il arrive souvent que le libraire chargé de la vente n’offre qu’un choix des meilleurs livres de la bibliothèque dispersée, ou à l’inverse qu’il regroupe plusieurs collections de faible envergure sous une seule dénomination.

  • 2 Dominique-Joseph Garat est l’anonyme auteur de la « Notice sur M. Ginguené et sur ses ouvrages » p (...)
  • 3 Voir notamment les n° 219, 220, 495, 547, 590, 677, 716, 963, 1163 et 1280 des « Livres italiens » (...)
  • 4 Ou presque tout entière. De son vivant, Ginguené avait dressé une liste des livres qu’il possédait (...)

2Le catalogue de la bibliothèque de Ginguené a néanmoins de quoi inspirer une certaine confiance dans la mesure où précisément il n’est pas l’œuvre des marchands. Merlin, le libraire parisien dont le nom figure sur la page de titre, déclare en effet dans un avis liminaire qu’il est étranger à la rédaction du Catalogue, et qu’elle est l’œuvre d’un homme de lettres, ami de Ginguené, qui a bien voulu se charger de ce travail. L’homme de lettres en question, que ce soit Garat ou Daunou2, précise à son tour dans un autre avis, que Ginguené avait rédigé lui-même le Catalogue d’une grande partie de sa bibliothèque, particulièrement de ses livres italiens. Ce travail avait été poussé assez loin, si l’on en juge par les identifications et annotations dont Ginguené avait enrichi ses notices et qui sont reproduites comme telles par le catalogue imprimé3. Je relève d’autre part la présence dans le catalogue d’un assez grand nombre de ces livres brochés que les libraires avaient l’habitude de laisser de côté ou de vendre en lots pour se simplifier la tâche : on a là un motif supplémentaire de penser que la bibliothèque de Ginguené fut mise en vente tout entière4.

  • 5 Voir Jean-Daniel Candaux, « Marie-Joseph Chénier bibliophile », Cahier Roucher – André Chénier,(...)

3Le catalogue compte 4 371 numéros, mais si l’on prend en considération les nombreux recueils factices et les lots où sont regroupés des livres apparentés, on peut estimer à quelque 5 000 le nombre des ouvrages possédés à sa mort par Ginguené. Pour l’époque, il s’agit indubitablement d’une bibliothèque importante, que seule égalera en 1825 celle de l’orientaliste Louis-Mathieu Langlès. Parmi les contemporains de Ginguené, les mieux fournis étaient le baron Dacier (2 300 livres vendus en 1833) et Daunou (2 500 livres en 1841). Sous le Premier Empire, les bibliothèques des écrivains et des hommes de lettres n’avaient pas dépassé non plus les 3 000 numéros. Faut-il rappeler qu’avec Marie-Joseph Chénier, en 1811, on atteignait tout juste un millier de livres5 ?

  • 6 Des marques (ou des indices) de propriété sont signalés dans la partie générale aux n° 1070 (Josep (...)
  • 7 Nos 21, 241,790,994, 1149, 1160, 1815. 1822 de la partie générale et n° 380 des Livres italiens.

4Grosse bibliothèque donc que celle de Ginguené. Et riche bibliothèque aussi. Mais encore faut-il préciser en quoi réside cette richesse. Chénier possédait bon nombre de livres provenant de collections prestigieuses ou superbement recouverts de reliures en plein maroquin doublé de moire. Rien de tel chez Ginguené. C’est à peine si le catalogue signale quelques reliures dignes d’attention et deux ou trois exlibris6. L’ermite de Saint-Prix n’était décidément pas un bibliophile, au sens ordinaire du mot. En revanche, sa bibliothèque se composait « essentiellement des meilleures éditions des meilleurs ouvrages », pour reprendre les termes de l’Avis liminaire déjà cité. Parmi ces bonnes éditions de bons textes, on trouve une dizaine d’incunables7 et près de 650 éditions du XVIe siècle.

5Mais avant d’entrer plus avant dans l’analyse, il convient de marquer d’emblée que la bibliothèque de Ginguené se distingue de toutes celles de sa génération par le nombre remarquablement élevé de livres italiens. Cette caractéristique est d’autant plus frappante qu’à l’initiative de Ginguené lui-même, il n’en faut pas douter, le catalogue regroupe tous ces livres italiens dans une seconde partie, distincte du reste de la bibliothèque et numérotée à part.

  • 8 Nos 491-571.
  • 9 Nos 909-1804.

6Disons d’abord quelques mots de ce que l’on pourrait appeler la bibliothèque générale de Ginguené. Les deux sections de la Théologie et du Droit y sont des plus minces. Rien à dire de « Sciences et Arts », sinon que la Musique8 y devance en nombre la Philosophie et la Politique. L’Histoire est assez bien fournie, notamment au chapitre des Voyages. Au demeurant, on constate sans surprise que la section Belles-Lettres est plus forte que les quatre autres mises ensemble : 1 400 numéros sur 2 686. Dans cette section, et ce n’est pas non plus une surprise, la Poésie9 se taille la part du lion : traités d’art poétique, poètes chinois, persans et grecs, poètes latins et néo-latins, espagnols et portugais, poètes anglais (tous en langue originale), poètes allemands (tous en traduction), l’Occitan Pierre de Goudelin même, complètent l’ensemble presque exhaustif des poètes français. On notera la subdivision des fabulistes, forte de 112 numéros.

  • 10 Voir notamment les nos 323, 324 et 2421.

7Cette première partie du catalogue se termine par une liste de 25 journaux, allant des Nouvelles de la république des Lettres de Pierre Bayle au Journal hebdomadaire de la Diète de Varsovie 1789-1792. A ce propos, il vaut la peine de relever que la bibliothèque de Ginguené contient bon nombre de livres publiés entre 1800 et 1816, année de son décès. La proportion de ces ouvrages récents, qui est d’environ 20 % dans les autres sections, atteint 30 % dans l’Histoire. Malgré la détérioration de sa santé, Ginguené manifestement s’est tenu jusqu’au bout au courant de l’actualité. Il possédait les principales brochures de Grégoire, Chateaubriand, Carnot, Sismondi relatives aux événements de 1814-1815. Il possédait surtout celles de Benjamin Constant, au nombre d’une demi-douzaine : « De l’esprit de conquête, Réflexions sur les Constitutions, De la liberté des Journaux, Principes de politique, De la responsabilité des Ministres », etc.10.

  • 11 Ces manuscrits, conservés aujourd’hui à la British Library (Add. 6136-6150), sont signalés aux nos(...)

8Un mot encore sur les quelques manuscrits qui figurent dans cette partie générale11. Ginguené détenait entre autres celui des « Réflexions sur le bonheur » de Mme du Châtelet, texte qui sauf erreur n’a été imprimé qu’en 1806 ; celui du « Voyage en Hollande » de Diderot, in-4°, en demi-reliure, « ouvrage inédit » spécifie le catalogue, avec raison puisque le texte ne fut publié qu’en 1819 ; un « Traité du Contrepoint, par Signoretti, avec des planches manuscrites », dont j’avoue ne rien savoir ; un manuscrit de Hérault de Séchelles « sur l’Education et sur la manière d’étudier » ; une copie du rapport du Dr René Tourlet à l’Académie des sciences sur le « Nouveau système de lecture » de J.-B. Maudru, publié l’an VIII ; le manuscrit du poème en quatre chants de Jean-Louis Brad intitulé « L’Italie », avec un exemplaire de son édition originale et unique.

9La partie réservée aux Livres italiens vaut qu’on s’y attarde davantage : c’est elle qui confère à la bibliothèque de Ginguené sa principale originalité. Avec ses 1 675 numéros, elle en constitue à elle seule les deux cinquièmes.

  • 12 Catalogo della libreria Floncel, o sia de ’ libri italiani del fù signor Alberto-Francesco Floncel (...)

10Malgré son importance, cette collection italienne n’était ni la première ni la plus riche qui se fût vendue sur la place de Paris. En 1774, au moment où le jeune Ginguené, frais émoulu des écoles de Rennes, faisait ses débuts dans la capitale, le libraire Jean-Gabriel Cressonnier avait en effet présidé à la vente de la vaste bibliothèque italienne d’Albert-François Floncel, avocat au Parlement de Paris et censeur royal. Soixante années de pratique avaient permis à ce « zelatore ardentissimo delle Lettere italiane » de rassembler une collection de plus de 8 000 livres italiens, dont le catalogue en deux volumes12, grâce à son copieux index des auteurs, servit aussitôt d’ouvrage de référence.

11Plus modeste que celle de cet illustre devancier, la bibliothèque italienne de Ginguené est en revanche beaucoup plus spécialisée, comme on va le voir.

12La Théologie, de saint Augustin à Giuseppe Cremona, n’y compte que 14 numéros, dont deux pour Savonarole. Le Droit en est totalement absent. Sous Sciences et Arts, parmi une modeste centaine d’ouvrages philosophiques, politiques, scientifiques et techniques, on trouve Galilée, Machiavel, Bolero, Boccalini, Vico, Beccaria, Verri. Les traités de musique de Giuseppe Tartini et d’une quinzaine de musicologues y voisinent avec un petit choix d’ouvrages consacrés aux beaux-arts, du « Trattato della pittura » de Léonard de Vinci au récent Canova d’Isabella Teotochi Albrizzi.

13La section des Belles-Lettres (« Lettere umane »), avec ses 1 100 numéros, remplit à elle seule les deux tiers de cette partie italienne et comporte seize subdivisions. Voici d’abord les dictionnaires et les grammaires, avec les ouvrages consacrés au toscan (« la volgar toscana favella ») par Cittadini, Buommattei, Manni, Pauli, Corticelli et d’autres. Suivent les rhétoriciens et les orateurs, de Cavalcanti à Ugo Foscolo. Dans la subdivision des « Epistole », les recueils de Pietro Bembo, du cardinal Bentivoglio, d’Isabella Andreini, de Guarini, Marino, Magalotti, Apostolo Zeno, Giuseppe Baretti voisinent avec des textes beaucoup moins connus. La subdivision des dialogues, facéties et satires en prose n’est pas la moins curieuse, qui regroupe une cinquantaine de recueils de Tullia d’Aragona, de L’Arétin, de Gelli, Franco, Bottazzo, Doni, Dolce, Bargagli, Guazzo. Zuccolo, Ferrante Pallavicino, Marana, etc. en éditions des XVIe et XVIIe siècles. Romanciers et nouvellistes, de Boccace à Franco Sacchetti et Francesco Soave ferment la marche des prosateurs avec une cinquantaine de numéros.

  • 13 Voir les nos 547 et 590 des Livres italiens.
  • 14 N° 449 des Livres italiens.

14La poésie se développe ensuite sur dix subdivisions : c’est donc bien elle qui domine et caractérise la bibliothèque italienne de Ginguené, digne rivale sur ce point de celle du vieux Floncel. Non sans fierté d’ailleurs, Ginguené s’est plu à signaler13 les livres de sa bibliothèque qui ne se trouvaient pas chez son prédécesseur : tel est le cas notamment du « Tempio d’amore » de Nicolo Franco (Vinegia, 1536) et d’une édition de la « Gerusalemme liberata » du Tasse, publiée avec commentaire par Guido Casoni à Venise en 1625. Ginguené détenait aussi14 une copie manuscrite des « Canzoni a ballo » de Laurent de Médicis et d’Ange Politien, faite par Floncel sur la rarissime édition florentine de 1568 qu’il possédait lui-même et qui figure au 2903 de son catalogue de 1774.

15Après les traités d’art poétique et les divers recueils collectifs, les œuvres des poètes italiens sont réparties par siècles. On compte environ 90 numéros pour le Trecento et le Quattrocento, 160 pour le Cinquecento, 135 pour le Seicento et 200 pour un Settecento qui s’étend jusqu’à 1816. Comme on pouvait s’y attendre les grands auteurs sont tous abondamment représentés : Ginguené, par exemple, possédait une trentaine d’éditions de Dante Alighieri, s’échelonnant de 1477, « magnifico esemplare di una edizione rarissima », à 1813. Mais ce qui est sans doute plus remarquable encore, c’est le foisonnement des auteurs de moindre envergure. Ainsi pour le XVIe siècle, on ne trouve pas seulement L’Arioste, Michel- Ange et Le Tasse, mais aussi Lodovico Martelli, Baldassare Castiglione, Vasio, Sanazzaro, Britonio, Cassio da Narne, Laura Terracina, Castaldi, Molza, Teofïlo Folengo, Vittoria Colonna, Veronica Gambara, Trissino, Coppetta, Alamanni, Giovanni della Casa, Bernardo Cappello, Varchi, Dolce, Santonini, Tansillo, Giraldi, Rota, Pigna, Simeoni, Oliviero, Grazzini, Borghesi, Capilupi, Goselini, Malatesta, Valvasone, Gualterrotti, je n’en finirais pas si je voulais les citer tous.

  • 15 N° 1163 des Livres italiens.

16Une subdivison par genres complète la périodisation par siècles, puisque des sections spéciales sont réservées aux fables (« favole esopiane »), au théâtre, aux pastorales ainsi qu’aux livres de fêtes et de noces, le dernier ouvrage présenté ici étant un exemplaire imprimé au nom même de Ginguené de la publication faite en 1808 « per le nozze del signor Francesco Soprani, di Piacenza, colla signora Teresa Caravel in Nizza »15.

17Cette très copieuse section des Belles-Lettres s’achève par l’habituelle subdivision des « polygraphes » qui regroupe une imposante série d’œuvres complètes, allant de l’originale des œuvres de Girolamo Benivieni (1519) à l’édition de Melchior Cesarotti faite à Pise, de 1800 à 1813, en 40 volumes.

18La section Histoire est moins riche, mais on y trouve tout de même une vingtaine de récits de voyages en Italie (dont le journal manuscrit d’un voyage fait en 1784 par Tronchin), les ouvrages des principaux historiens de l’Italie moderne de Leandro Alberti à Carlo Denina, un choix de chroniques et d’histoires de Naples, de Florence, de Milan, de Venise, de Gênes et d’autres Etats italiens, six ouvrages seulement d’histoire ecclésiastique, mais une centaine de biographies d’écrivains, de recueils d’éloges et d’autres ouvrages de « storia letteraria », le tout complété par cinq ou six collections de journaux littéraires : « Giornale de’ letterati d’Italia » (1710-1726), « Osservazione letterarie » (1737-1740), « Giornale bibliografico universale » (1807-1809), « Giornale enciclopedico di Firenze » (1809-1814), etc.

  • 16 Livres italiens, n° 1483-1675.

19Enfin, la bibliothèque italienne de Ginguené est assortie par un appendice regroupant près de 200 traductions italiennes en prose et en vers, faites à partir de l’hébreu, du grec, du latin, du français, du portugais, de l’allemand et de l’anglais16. Parmi ces dernières, on remarque des traductions de Shakespeare, Milton, Steele, Addison, Pope et « Ossian ». L’auteur français le mieux représenté est Voltaire, avec des traductions en vers de La Henriade, de Zaïre, d’Alzire et de Candide (mis en 12 chants et publié à Gênes, « anno I della libertà ligure »).

20Dans cette partie italienne de la bibliothèque de P.-L. Ginguené, la proportion des éditions des XVIe et XVIIe siècles s’élève à 45 % alors qu’elle dépassait à peine 20 % dans la première partie. En revanche, les ouvrages récents, publiés entre 1800 et 1816, qui formaient le quart de la bibliothèque générale, sont au nombre de 220 dans la bibliothèque italienne, dont ils ne constituent plus que 12 %. Ces chiffres ont leur importance, car ils corroborent et nuancent à la fois l’impression générale qui se dégage de l’examen de la bibliothèque de Ginguené, à savoir qu’il s’agit là, tout simplement, d’une bibliothèque de travail. Vaste et riche bibliothèque certes, curieuse et précieuse par le nombre de ses éditions anciennes certes, mais bibliothèque de travail avant tout.

  • 17 Voir les nos 763, 1026, 1340, 1342, 1353, 1375, 1527, 1599, 1891 et 2156 de la partie générale, ai (...)

21Je dirais même bibliothèque d’un homme surpris par la mort en plein travail. C’est ce dont témoignent les volumes dont le catalogue précise qu’ils comportaient des notes autographes de Ginguené17. Au gré des sections, on rencontre une édition annotée des Fables de La Fontaine, un Boileau « chargé de notes de M. Ginguené », un Jean-Baptiste Rousseau « avec des notes marginales », une « Henriade » « avec beaucoup de notes marginales et sur feuilles volantes », une édition de l’« Essay on Man » de Pope, « aves des notes au crayon de M. Ginguené », l’« Histoire de Cicéron » traduite de l’anglais de Middleton (1743), « avec un grand nombre de notes, écrites ou sur les marges ou sur des feuilles volantes » par Ginguené ; en vue de la nouvelle édition qu’il en préparait. Voici encore du côté italien, l’édition originale des « Rime piacevoli » d’Alessandro Allegri (1605-1613), avec la vie d’Allegri écrite en italien par Ginguené voici le Tacite traduit par Bernardino Davanzati et publié à Paris en 1804 par Giosafatte Biagioli, « avec des notes marginales et sur des feuilles volantes de M. Ginguené » ; voici enfin les six premiers tomes de l’Histoire littéraire d’Italie annotés par l’auteur.

22On pourrait d’ailleurs, à propos de cette œuvre majeure, se poser la question des rapports entre travail et instrument de travail. Il est évident que Ginguené possédait dans sa propre bibliothèque la plupart des textes qu’il résume et commente dans son grand ouvrage. Pour les chapitres respectivement consacrés à la poésie italienne des xve et xvie siècles, on pourrait même s’amuser à dresser un parallèle entre les nombreux auteurs étudiés ou simplement cités par Ginguené et ceux dont les œuvres figurent dans le catalogue de vente de sa bibliothèque en 1818. Oserait-on dès lors expliquer l’absence de certains auteurs dans les premiers tomes de l’Histoire littéraire par les lacunes correspondantes de la bibliothèque du savant ? Je me borne à poser la question.

23Cette modeste étude sur la bibliothèque de Ginguené, tel que son catalogue de vente le fait connaître, mérite à peine une conclusion. Qu’il suffise de redire que cette bibliothèque n’est pas celle d’un bibliophile qui sélectionne de beaux exemplaires, mais tout au contraire celle d’un érudit en plein travail qui accumule des matériaux, se tient au courant de l’actualité et nourrit sa vaste culture jusqu’au seuil du tombeau. Le catalogue de 1817-1818 démontre notamment que Ginguené pouvait citer de première main presque tous les auteurs italiens qu’il présentait aux lecteurs de son Histoire littéraire d’Italie, puisqu’il en possédait les œuvres dans sa bibliothèque. Il est donc permis d’affirmer en conclusion que lorsqu’il prête à Ginguené, dans le perfide portrait qu’en tracent les Mémoires d’outre-tombe, un « savoir de seconde main », Chateaubriand tombe de la diffamation dans la calomnie.

Notes

1 Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. P -L. Ginguené. dont la vente commencera le lundi 2 mars 1818, Paris, Merlin, 1817, in-8°, XXIV, 352 p. – Un autre moyen d’approcher la bibliothèque de Ginguené serait d’en rechercher les livres et les manuscrits dans les collections de la British Library, car il semble avéré que le British Muséum en fit l’acquisition globale. Mais il s’agit là d’une enquête délicate et difficile, car le grand catalogue de la BL, à peu d’exceptions près, n’indique pas la provenance des ouvrages conservés.

2 Dominique-Joseph Garat est l’anonyme auteur de la « Notice sur M. Ginguené et sur ses ouvrages » publiée en tête du Catalogue, et qui parut également dans le Mercure de France (1817, 1, 517-529). Autre ami fidèle de Ginguené, Pierre-Charles Daunou prononça à ses funérailles, le 18 novembre 1816, un discours que l’on trouve imprimé dans le Catalogue à la suite de la notice de Garat.

3 Voir notamment les n° 219, 220, 495, 547, 590, 677, 716, 963, 1163 et 1280 des « Livres italiens », ainsi que les n° 141 et 18 !6 de la partie générale.

4 Ou presque tout entière. De son vivant, Ginguené avait dressé une liste des livres qu’il possédait sur la musique (conservée aujourd’hui à Paris, Bibliothèque nationale. Musique, Rés. 1937). Cette liste compte 116 ouvrages, dont 98 se retrouvent dans le Catalogue imprimé. Les 18 ouvrages manquants sont pour la plupart des brochures de moins de 50 pages. Il se pourrait donc que le libraire Merlin ait écarté de la vente publique un certain nombre d’ouvrages jugés de trop peu d’importance. Pour de plus amples détails à ce sujet, on ne manquera pas de se reporter à l’étude de Marie-Claire Mussat, publiée ici-même.

5 Voir Jean-Daniel Candaux, « Marie-Joseph Chénier bibliophile », Cahier Roucher – André Chénier, n°3, 1983, p. 25-40.

6 Des marques (ou des indices) de propriété sont signalés dans la partie générale aux n° 1070 (Joseph Scaliger), 1706 (François Douza), 1773 (J.-Fr. Ducis) et 2231 (Jac. Boileau), ainsi qu’aux n° 382 (Mirabeau) et 1280 (Vittorio Alfieri) des Livres italiens.

7 Nos 21, 241,790,994, 1149, 1160, 1815. 1822 de la partie générale et n° 380 des Livres italiens.

8 Nos 491-571.

9 Nos 909-1804.

10 Voir notamment les nos 323, 324 et 2421.

11 Ces manuscrits, conservés aujourd’hui à la British Library (Add. 6136-6150), sont signalés aux nos 282, 355, 531, 561, 617, 1454 et 2045 de la partie générale. On en trouve également parmi les Livres italiens, aux nos 220, 240, 449, 1207. 1214 et 1540.

12 Catalogo della libreria Floncel, o sia de ’ libri italiani del fù signor Alberto-Francesco Floncel […], con annotazioni da lui medesimo apposte a diversi libri, e indice alfabetico degli autori, Parigi, Giov. Gabriello Cressonnier, 1774, 2 vol. in-8°, XXVII, 378 et 346 p.

13 Voir les nos 547 et 590 des Livres italiens.

14 N° 449 des Livres italiens.

15 N° 1163 des Livres italiens.

16 Livres italiens, n° 1483-1675.

17 Voir les nos 763, 1026, 1340, 1342, 1353, 1375, 1527, 1599, 1891 et 2156 de la partie générale, ainsi que les nos 173, 309,450,452,616, 1384, 1489 et 1536 des Livres italiens.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540