Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ginguené (1748-1816)

 | 
Édouard Guitton

I. Ginguené tel qu’en lui-même

Ginguené musicologue : de la pratique à la théorie

Marie-Claire Mussat

Texte intégral

1Les vingt-quatre années que Ginguené passa à Rennes (1748-1772) furent pour lui décisives sur le plan musical : d’une part, il y acquiert une base technique et, d’autre part, son goût se forme. C’est le temps des modèles.

  • 1 Pour l’ensemble des questions concernant la vie musicale à Rennes, cf. Marie-Claire Le Moigne- Mus (...)

2Quelles ressources musicales pouvait offrir Rennes une ville de 35 000 habitants en 1767, à cet adolescent ou à ce jeune homme ? On ne saurait, en effet, perdre de vue que Rennes est la capitale d’une province maritime qui joue un rôle essentiel dans l’échiquier politique de la monarchie de l’Ancien Régime, siège d’un Parlement et lieu de réunion des Etats tous les deux ans après 1730. La vie musicale, son existence comme sa qualité est directement liée à la présence dans la ville de ces pouvoirs et aux besoins qui en découlent1.

3Dès 1730, c’est-à-dire dans la suite du Concert Spirituel, est créée une Société du Concert qui, comme la plupart de ces sociétés, a fonctionné par intermittence jusqu’au milieu du siècle. Elle se reconstitue de manière stable en 1761 et offre alors à ses abonnés et souscripteurs des concerts réguliers, ce qui n’exclut évidemment pas la tenue de concerts organisés par des solistes de passage.

  • 2 Entre 1720 et 1750 puis après 1787, c’est la salle du Jeu de paume du Cygne, dite salle de la Poul (...)

4Alors qu’à Lorient, Brest et Nantes (à partir de 1770) existent des troupes permanentes, l’activité lyrique à Rennes est assurée par des troupes itinérantes et en priorité par celles qui ont reçu le privilège. Les informations restent très ponctuelles pour la première moitié du XVIIIe siècle, le Bureau de Police de Rennes (comme celui de Nantes d’ailleurs) n’ayant pas pour cette période consigné par écrit les demandes d’autorisation de spectacle, mais la documentation se resserre à partir des années 1760. On notera qu’en 1770 c’est Mme de Montansier, future directrice du Palais-Royal et des Variétés, qui obtint le privilège provincial pour quatre ans (elle est déjà installée depuis 1768 à Nantes) qu’elle fait exploiter par des régisseurs. Cette activité lyrique est particulièrement importante et intéressante au moment des Etats (ils peuvent, en effet, durer plusieurs mois) et Mme de Sévigné en son temps s’en est fait l’écho. Il n’en demeure pas moins que Rennes ne possède pas une salle digne de la capitale d’une province. Deux salles de Jeu de Paume, aménagées à l’italienne, servirent donc alternativement de Salle de Comédie. Pendant les années de la jeunesse de Ginguené, c’est la Salle du Pigeon, rue Basse-Baudrairie, qui abrite le théâtre, soit de 1750 environ à 17872. C’est là que Ginguené a pu entendre ses premiers opéras-comiques qui constituaient pour ainsi dire exclusivement le répertoire à côté de vaudevilles, comédies et drames.

5Le chapitre de la cathédrale entretient une chapelle de bon niveau dirigée à partir de 1733 par des laïcs, soit pour la période de Ginguené, Jean-Pierre Julien (17331771) et Nicolas Desgraviers (1771-1775). Cette chapelle rayonne dans la cité (fêtes, cérémonies, messes solennelles) et ce d’autant plus peut-être que la cathédrale a été évacuée en 1754, suite à l’effondrement d’une partie de la voûte de la nef, et s’est repliée dans un petit édifice du XVe, la chapelle Saint-Yves, dépourvue de grand orgue tout comme la cathédrale depuis 1732. Les grandes cérémonies religieuses ont lieu à l’église des Augustins. Il faut, en outre, tenir compte des paroisses et couvents nombreux dans la cité.

6Peut-on chiffrer le nombre des musiciens vivant à Rennes dans le premier quart de la seconde moitié du XVIIIe siècle ? Une étude systématique des registres de capitation et des registres capitulaires nous a permis de comptabiliser cette population, maîtres de danse compris. Ils sont dix-sept en 1748 l’année de la naissance de Ginguené, vingt-cinq en 1758, vingt-cinq en 1767, trente-quatre en 1777. Si quelques musiciens ne font que passer – encore qu’il soit difficile de préciser la durée exacte de leur séjour – de manière générale Rennes apparaît bien comme une ville où l’on s’installe. Ces chiffres peuvent sembler peu élevés – en 1767 les musiciens ne représentent que 1,78% des artisans, catégorie de la population parmi lesquels on les range – mais ils se situent dans une honnête moyenne. A trois exceptions près, ils paient moins de dix livres de capitation mais la grande majorité moins de cinq livres (ceux-là sont mal aisés) et habitent les quartiers anciens traditionnels qui ont été épargnés par l’incendie : autour de la cathédrale, rue Saint-Georges, le haut de la place des Lices, place Sainte-Anne. Seuls les musiciens aisés habitent la ville nouvelle.

7Quels milieux s’intéressent à Rennes à la musique ? Un texte de 1765 constitué de délibérations du Bureau d’administration de la ville (encore appelé Bureau Servant) et retraçant la genèse de la reconstitution du Concert de Rennes, nous éclaire à ce sujet. Il est rappelé que cet établissement était depuis longtemps désiré par les chefs des principales familles, qu’en effet cette création s’imposait aussi pour des raisons éducatives :

  • 3 Arch. mun. Rennes, L 545 B, f° 12 r° et v°, Bureau du 26 avril 1765.

(…) a été dit que le défaut de maîtres à Rennes dans le genre d’éducation qui contribue à adoucir les mœurs, à former des sociétés agréables, et à procurer à la jeunesse des amusements honnêtes, avoit fait sentir la nécessité d’y établir un Concert qui en assurant aux gens a talent des appointements fixes, procureroit à la jeunesse des leçons particulières à un prix relatif à laisance des habitants3.

8De là à penser que l’intérêt de Ginguené père pour la musique a dû aussi l’amener à réclamer cette institution puis à la soutenir par sa présence et par la suite celle de son fils, il n’y a qu’un pas qu’il ne paraît pas téméraire de franchir.

9D’ailleurs cette re-création de 1761 n’aurait pu voir le jour sans l’aide du président Paul-Christophe de Robien, président à mortier au Parlement, qui héberge cette société dans le pavillon de Trianon de ses jardins, dans une salle ornée de peintures de Jouvenet. Mais dès 1763 le lieu est devenu trop petit en raison du nombre grandissant d’abonnés. Commence alors la longue recherche d’un lieu approprié. Lorsqu’au début des années 1780 nous posséderons la liste des commissaires, se confirmera la prédominance du milieu parlementaire à son plus haut niveau avec également la présence de la bourgeoisie d’affaires. Un autre membre du Parlement jouera d’ailleurs un rôle important à Rennes sur le plan musical : l’avocat général Le Prestre de Chateaugiron. Sa femme est, dès sa reprise, une abonnée du Concert. Et c’est lui qui fait venir à Rennes l’Italien Frizeri, un virtuose du violon et de la mandoline qui s’est déjà taillé de beaux succès au Concert Spirituel tant comme instrumentiste que comme compositeur. Toutefois lorsque Frizeri arrive à Rennes en 1776 (il y restera jusqu’en 1792, date à laquelle il gagne Nantes avant de retourner à Paris en 1795), Ginguené s’est déjà installé à Paris depuis quelques années.

10Nul doute que chez ces parlementaires, chez ces nobles aient été donnés des concerts privés avec l’aide des musiciens du Concert, des musiciens externes de la cathédrale, des musiciens des régiments de ligne (pour les vents) et d’amateurs. Le modèle reste là évidemment le « concert » du duc d’Aiguillon qui fut commandant en chef de la Bretagne de 1753 à 1768 ; il était d’ailleurs marié à une bretonne, la fille du comte de Plélo. Il est bien connu qu’il entretenait à son service une troupe de musiciens et la présence de celle-ci est attestée à Rennes au moins de 1765 à 1767 (mais sans doute plus largement) et qu’il reçoit en son hôtel de Blossac l’aristocratie rennaise comme Mme Le Prestre de Chateaugiron, pour des concerts privés dont l’exemple et le niveau ne pouvaient constituer qu’un encouragement.

11Ginguené eut-il l’occasion de les entendre ? Difficile à dire. Peut-être dans certaines cérémonies publiques. Mais il est sûr que cette « bande » focalise l’attention des amateurs, des passionnés de musique en raison même du niveau des exécutants. Le hasard des trouvailles d’archives – un contrat de mariage en date du 22 février 1767 – a d’ailleurs permis de préciser le nom du premier violon, Jean Théodore Avolio, né à Prague. Il s’agit donc de l’un de ces excellents musiciens d’Europe centrale mais d’origine italienne. Sa présence chez d’Aiguillon s’inscrit dans le cadre de l’émigration des instrumentistes de Bohême vers l’Ouest, notamment la France et l’Allemagne. En raison de leur niveau technique particulièrement élevé, ils eurent une importance décisive dans la mise en place de l’orchestre moderne et l’établissement des formes classiques. La Bibliothèque nationale conserve d’ailleurs de la musique d’Avolio à côté d’œuvres d’autres musiciens du duc comme Barthélémi, de La Bérillaie, Tarail.

*

12Il existait donc à Rennes, au temps où Ginguené y vivait, des institutions musicales fonctionnant normalement, un milieu de professionnels, certains excellents, et d’amateurs, un public motivé. Mais où Ginguené apprit-il la musique ?

13La tradition veut qu’il doive tout à son père. C’est inexact. Rappelons qu’au collège des Jésuites la musique fait partie intégrante de l’éducation, de la formation de l’adolescent tout comme la danse. Après la dissolution de l’ordre en 1762, le collège de Rennes conserve à la musique un rôle important, continuant cette vaste entreprise d’acculturation qui a si bien modelé les esprits et les goûts. Mais surtout Ginguené va trouver parmi les musiciens installés dans la ville un professeur qui va le marquer. Il s’agit de Signoretti.

  • 4 Bibl. nat., mus., fonds ancien du Conservatoire, MS Res 1937.

14A première vue et en dépit d’un nom à consonance italienne, rien ne distingue Signoretti de ses confrères : il est capité à trois livres en 1767 à l’entrée de la rue de Paris, quatre livres en 1768 au même endroit, six livres place Sainte-Anne en 1777 avec un domestique. Or dans la liasse de papiers manuscrits conservés au département Musique de la Bibliothèque nationale dans le fonds du Conservatoire4, Ginguené dresse une liste des ouvrages concernant la musique prenant place dans sa bibliothèque. Y figure un Traité de Contrepoint de Signoretti. Démarche exceptionnelle, unique même, Ginguené prend la peine de donner quelques indications sur Signoretti et sur son ouvrage :

  • 5 On peut hésiter entre les deux initiales.
  • 6 C’est la seconde fois à ma connaissance qu’un ouvrage théorique est écrit par un musicien installé (...)

Traité du contrepoint dans lequel toutes les règles générales et particulières de celte science sont exposées. (Ce traité est divisé en six parties. Les règles sont imprimées, et les exemples qui remplissent plusieurs feuilles à la fin de chaque partie sont manuscrites. L’auteur est G. [ ? ou P. ?]5. Signoretti, italien dont la signature autographe est à la fin. C’était un élève de Tartini, condisciple de Pugnani, de Nardini, de Somiz (1) etc… Il étoit fixé à Rennes, où il fit de bons élèves, entr’autres Dufresne qui y est encore et dont on a des Concerts gravés. Signoretti étoit très habile violon et bon compositeur. J’étois après Dufresne l’élève qu’il affectionnait le plus ; il me fit présent de ce traité dont le texte étoit imprimé à Rennes, mais seulement comme épreuve et non tiré. N’ayant pas les moyens de faire graver les exemples, il avoit renoncé à le publier. Cet exemplaire unique peut donc être regardé comme un manuscrit. Les exemples des trois dernières parties sont de sa note et de son écriture, qui étoit très belle) in-4°6.

15Et Ginguené d’ajouter dans une note :

Je parlai de lui à Pugnani, à Turin, en l’an VI. Il se le rappelle très bien et me dit qu’il étoit un des meilleurs élèves de cette fameuse école.

16Ces précisions éclairent d’un jour nouveau le personnage, laissant deviner la qualité de son jeu. C’est une heureuse surprise d’apprendre qu’a vécu et enseigné à Rennes un disciple de Tartini. Si l’on songe, d’autre part, à Frizeri, on comprend la dette de Rennes envers l’école italienne. Fétis connaît d’ailleurs Signoretti en tant que violoniste et lui réserve quelques lignes dans sa Biographie universelle des musiciens. S’il confirme sa qualité de disciple de Tartini, il ignore son séjour rennais et indique que « vers 1770 il se fixe à Paris et y publia deux œuvres de six quatuors chacun pour deux violons, alto et basse. Il vivait encore en 1786 ». La date de 1770 est évidemment erronée puisque le nom de Signoretti figure dans les capitations de 1767 à 1777. On ne le trouve plus dans la capitation suivante conservée, celle de 1781. A quel moment Ginguené a-t-il donc été son élève ? Entre 1767, date de l’arrivée de Signoretti, et 1772 date du départ de Ginguené ; ce dernier avait donc entre dix-neuf et vingt-quatre ans.

  • 7 On peut néanmoins se demander si le manuscrit de la partie de premier violon de six quatuors (le t (...)
  • 8 Cf. Annonces, affiches et avis divers du 13 janvier 1774.
  • 9 Cette adresse est celle de Borrelly de janvier 1773 à décembre 1775. L’annonce de cette parution f (...)

17Fétis mentionne à juste titre deux séries de six quatuors à cordes. La seconde série, œuvre VIII, aujourd’hui perdue7, a été publiée au tout début de 1774 chez de La Chevardière8. La première série, opus XII A, a été publiée chez Borelly, rue et vis-à-vis la Ferme de l’abbaye Saint-Victor, en 17739. Les deux séries ont donc été écrites à Rennes. Peut-être Signoretti est-il aussi l’auteur d’une Méthode contenant les principes de la musique et du violon en trois parties, publiée avec la mention A La Haye chez les frères Williams, en 1777. En effet, Rob. Eitner dans son ouvrage Biographisch-Bibliographische Quellen-Lexikon der Musiker und Musikgelehr-ten estime que l’initiale du prénom, dans ce dernier cas P. Signoretti, relève d’une faute d’imprimerie. Pour lui, G. (Giusepe) et P. Signoretti ne sont qu’une seule et même personne. On peut d’ailleurs hésiter entre ces deux initiales en lisant la note manuscrite de Ginguené sur Signoretti.

*

18Quelles furent pour Ginguené les conséquences de cet enseignement ?

19Précisons tout d’abord que rien ne permet de dire que Ginguené ait appris à jouer d’un instrument à cordes. D’ailleurs, la polyvalence est habituelle au XVIIIe siècle – au moins au niveau pédagogique – et c’est très certainement un clavier qui fut l’instrument de Ginguené comme on va le voir.

20L’enseignement que reçut Ginguené lui permit, en effet, d’accéder à la connaissance des règles de l’accompagnement et de la composition. Des acquisitions qui se traduisent par un Traité d’accompagnement pour le clavecin, ouvrage inachevé figurant dans le fonds du Conservatoire cité plus haut et constitué d’un ensemble manuscrit de trente-trois folios in-4°, et par quelques compositions. La Bibliothèque nationale possède un Recueil de douze petits airs pour dessus avec accompagnement de clavecin ou de forte piano, Galatée. Le recueil a été publié chez Le Duc sans date mais dans la mesure où Le Duc ne reprend la maison de La Chevardière qu’en 1783 et où figurent dans le catalogue inclus des œuvres – notamment des quatuors – des années 1784-1785, on peut penser que telle est aussi la date à retenir pour cet ensemble d’airs de Ginguené. L’hypothèse est d’autant plus plausible que le roman pastoral de Florian sur le même sujet, Galatée, date précisément de 1783. Ginguené a donc repris là un thème à la mode et l’a traité dans le genre de la romance. Le nom de l’auteur ne figure pas en toutes lettres sur l’édition, seulement la mention « mis en musique par Mr G… ». Le nom de Ginguené a été complété manuscritement, suivi du qualitatif « amateur ». Le premier de ces airs, la « Complainte d’Elicio » : « Avant que le soleil n’ait éclairé nos plaines », a fait l’objet d’une autre publication chez Frère, sous le titre Romance de Galathée, avec accompagnement de guitare, in-8°, sans date, mais obligatoirement après 1790, début de la maison Frère.

21Ginguené avait déjà essayé de composer à Rennes quelques airs dans le même style. Il en parle d’ailleurs dans son Journal, en 1807, y portant presque un regard attendri :

  • 10 Cf. Paul Hazard, Journal de Ginguené, 1807-1808, Paris, 1910, p. 4.

Mes fantaisies musicales m’ont repris. J’avais commencé les années précédentes à corriger et mettre au net douze airs avec accompagnements, composés à Rennes dans ma première jeunesse. J’en étais resté au huitième. J’ai corrigé et recopié le n° 9, en la : « De nos forêts l’ombrage et la fraîcheur ». J’ai fait aussi pour mon recueil de romances et de petits airs, avec accompagnement de forte piano, un huitième air d’Estelle : « dans cette aimable solitude ». J’ai retrouvé dans mes papiers un vieil air qui plaisait beaucoup aux vieilles dames de Rennes et dont les paroles sont de Dorat : « des langueurs où l’amour me jette ». Je l’ai mis au net et placé dans mon recueil. Il commencera la seconde suite aux airs de Galathée et d’Estelle10.

22A notre connaissance, cette seconde suite d’airs est perdue.

23On doit encore à Ginguené sur le plan compositionnel la musique d’un opéra- comique qui fut joué en 1783 : Les Confidences à la mode. L’œuvre figurait au même programme que Le Petit Souper ou l’abbé qui veut parvenir de Dalayrac. Les deux livrets ont été recopiés par Ginguené lui-même qui en tête du Petit Souper a inscrit ces quelques mots :

  • 11 Id. p. 26, n° 2.

La musique est de Dalayrac ; c’était son début ; il était fort jeune ; il partit de là pour s’élancer dans la carrière qu’il a remplie avec succès. Je cherchai à m’en ouvrir une autre ; il fit peut-être mieux que moi11.

24On peut se demander aussi si ce n’est pas à Signoretti, un Italien, que Ginguené doit son intérêt et sa connaissance du chant. Il en acquiert en tout cas une connaissance suffisamment approfondie pour se lancer dans la rédaction de deux ouvrages. Le premier, sans titre, se présente comme une sorte de traité de la musique. Il a pour but de contribuer à l’instruction d’un ami de quatorze ans qui aime le chant, se plaît à chanter et a de bonnes dispositions, en lui expliquant les principes théoriques et pratiques de la musique. Cet ouvrage manuscrit, toujours conservé dans le fonds du Conservatoire, est inachevé mais il ne semble manquer qu’un chapitre de conclusion. Ginguené y traite des sons, de la mélodie, du rythme, du rôle de l’harmonie, des différents types de musique (imitative, expressive, dramatique). Mais s’il traite des sons, c’est, précise-t-il, pour souligner « la manière de les employer pour plaire et pour émouvoir d’âme en flattant l’oreille ».

25Ginguené a également été amené à entreprendre la rédaction d’une Méthode de chant spécifique pour le Conservatoire. Cette rédaction, au moins partielle, est attestée par la lettre manuscrite de Ginguené à Sarette, le directeur du Conservatoire, datée du 10 brumaire an X (8 novembre 1801) :

  • 12 Arch. nat., Aj 37/11 et 3a. Cette lettre qui provient des papiers personnels de Constant Pierre, l (...)

Vous trouverez ci-joint, non pas toute la méthode de chant, mais la plus grande partie, celle qui est toute élémentaire et qui suffirait seule pour occuper pendant assez longtemps les élèves. Vous aurez le reste dès que je pourrai. J’ai cru devoir mettre fort peu du mien dans ce travail, fait et rédigé avec tant de soin, et produit de tant de lumières. Je me suis borné à mettre les points sur les i ; c’étoit en vérité ce qu’il y avoit de mieux à faire ; mais tout est revu avec beaucoup de soin ; et j’oserois répondre qu’il n’y a pas une virgule de trop ou de trop peu. Le peu d’addition ou de modifications que je me suis permis aura pour juge la commission entière ; et ce qu’elle décidera sera bien décidé.
Je vois avec grand plaisir l’importance que vous mettez à ce que le Conservatoire produise enfin des élèves de chant ; c’est ce qui consacrera son utilité majeure, car c’est de cela que la France a évidemment besoin, et ce qu’on ne peut obtenir que par une école, et par un système suivi12.

26Il n’y a malheureusement rien de joint et c’est fort dommage. Mais cette commande du Conservatoire à Ginguené est significative. Elle fait partie de ce vaste programme de rédaction et de publication d’ouvrages didactiques, méthodes instrumentales, solfèges, traités d’harmonie, lancé par le Conservatoire dès 1795 mais dont les premières parutions n’auront lieu qu’au tournant du siècle.

  • 13 Sa Notice sur la vie et les ouvrages de Piccinni, publiée en l’an IX, reprend l’essentiel de ses i (...)

27C’est en tout cas en partie à Signoretti que Ginguené doit d’être un familier de la musique italienne, et ce sans mésestimer le rôle de son père en la matière. Les relations entre Ginguené et Signoretti comme plus tard son amitié avec Piccinni, furent grandement facilitées par le fait que Ginguené avait appris de son père l’italien et plus largement s’était pénétré de culture italienne. L’article « Italie » (Histoire de la musique en) témoigne d’ailleurs de l’étendue de ses connaissances présentées de manière diachronique sous trois rubriques : l’opéra, les traités sur la musique, la musique religieuse sans oublier d’autres types de compositions comme les madrigaux. Il n’est évidemment pas question de soutenir que Ginguené doit cette somme de connaissances à Signoretti mais ce dernier peut être impliqué dans cette orientation très significative de l’ouverture d’esprit de Ginguené. Si l’on songe à son attirance, déjà citée, pour le chant, on comprend que Ginguené se soit engagé dans la querelle entre Gluck et Piccinni aux côtés de ce dernier13.

  • 14 Id., p. 64.

28On notera que lorsque, en 1807, Ginguené retrouve dans ses papiers les airs qu’il a composés à Rennes, il n’hésite pas dans son Journal à dire sa satisfaction de voir que l’un d’eux, sur un texte de Dorat, « Des langueurs où l’amour me jette » ressemble à cet air si touchant d’Enée qui ouvre le second acte de Didon, « Au noir chagrin qui me dévore », une œuvre de Piccinni qu’il fut le premier à entendre jouer, en 1777, au piano, par Piccinni lui-même et qui leur arracha à tous deux des larmes14. Au-delà de l’anecdote, nous sommes transportés là au cœur du débat : il concerne la remise en question de la théorie de l’imitation au profit de l’expression. Pour Ginguené le but de l’art, c’est-à-dire de la musique, est, en effet, de provoquer l’émotion qui de l’ouïe se communique jusqu’au cœur comme il l’explique longuement dans l’article « Expression » de l’Encyclopédie méthodique.

29Toutefois la rencontre de Ginguené avec Signoretti puis Piccinni ne peut expliquer à elle seule toute la démarche de notre auteur.

30Il est évident, si l’on jette un coup d’œil sur la partie musicale de sa bibliothèque, que celle-ci reflète une éducation classique reçue au collège ainsi que les préoccupations culturelles de son milieu social attiré par les ouvrages et les débats théoriques, soucieux de se tenir au courant, comme le montrent les diverses bibliothèques conservées.

  • 15 Cette liste figure aussi dans la liasse du fonds ancien du Conservatoire, peut-être est-elle une l (...)
  • 16 Mozart joua de l’orgue et du clavecin dans cette rotonde du Ranelagh dans le cadre d’un concert de (...)

31La liste manuscrite établie par Ginguené à une date inconnue (1813 ?)15 en tout cas avant qu’il ne prenne la responsabilité de la rédaction du second tome de l’Encyclopédie méthodique de la musique, comporte cent seize ouvrages contre quatre-vingt dix-huit dans le catalogue imprimé pour la vente. Mais on trouve dans ce catalogue seize nouveaux titres, ce qui porte à cent trente-deux le nombre d’ouvrages concernant la musique ayant appartenu à Ginguené. Le contenu ne manque pas de surprendre puisque n’y figure qu’une seule œuvre musicale, les Amours de Ronsard, le supplément musical de l’édition princeps de 1552, outre une étude avec musique, Recherches sur les Ranz des vaches ou sur les chansons pastorales des bergers de la Suisse, G. Turenne, Paris, 1813. Aucune partition ni livret d’opéra, rien sur l’opéra-comique ou la comédie mêlée d’ariettes. Le fonds de sa bibliothèque musicale est donc constitué d’ouvrages théoriques à travers lesquels on peut suivre toute l’évolution de la conception de la musique de ses principes, de ses fondements, de l’évolution du langage. On y trouve aussi bien le corpus des auteurs grecs et latins relatifs à la musique publié par Meibom en 1652, les Harmoniques de Ptolémée, le Dodécachordon de Glaréan, les ouvrages de Zarlino et du padre Martini, que le Traité d’harmonie de Rameau, les Eléments de d’Alembert ou l’Exposition de la théorie et de la pratique de la musique de Béthizy (1764). Mais Ginguené s’est visiblement tenu au courant des publications du Magasin de Musique. Il possède, en effet, le Traité d’harmonie de Catel dont il a rendu compte dans la Décade philosophique du 10 nivôse an X, les Principes élémentaires de la musique et les solfèges de Catel, Chérubini, Gossec…, la Nouvelle méthode pour chiffrer les accords de Langlé publiée en 1801, tout comme le Cours complet d’harmonie et composition de Momigny (1806). Cet ensemble d’ouvrages techniques explique que Ginguené n’ait pas hésité à aborder sous un angle technique certaines rubriques de l’Encyclopédie méthodique. La formation reçue à Rennes lui fut, là aussi, précieuse. Un troisième groupe d’ouvrages, peu nombreux cependant, est constitué de dictionnaires et d’ouvrages historiques. Parmi les premiers le Dictionnaire de la musique de Rousseau (1768) et le Dictionnaire historique des musiciens de Choron et Fayolle de 1811. Parmi les seconds, les deux ouvrages de Charles Burney, A General history of music from the earliest ages to the present period, London, 1776, 1782, 1789, 4 vol., gr. in-4°, et De l’état présent de la musique en France et en Italie dans les Pays-Bas et en Allemagne ou Journal des voyages faits dans différents pays, traduits de l’anglais par Ch. Brack, 1809, 3 vol. Burney était, par ailleurs, un organiste londonien célèbre qui fut aussi un artisan de la réussite des concerts donnés dans la rotonde des jardins du Ranelagh16, l’un des fameux pleasure gardens de Londres, à l’orgue duquel il fut nommé en 1770.

  • 17 Bibl. nat., mus., fonds ancien du Cons., MS Res. 1937.

32La composition de cette bibliothèque sur le plan musical est à l’image de ce qui caractérise la démarche de Ginguené dans l’Encyclopédie méthodique : connaître le passé pour mieux comprendre le présent. En somme, il fait sien ces conseils qu’il donnait en tête de son traité inachevé sur la musique : « Ne pas croire que le siècle a dégénéré, et que les talents modernes sont bien inférieurs à ceux des siècles passés »17. Cette confiance en l’homme, comme d’ailleurs la manière qu’il a dans ses articles historiques de faire le point, est très symptomatique du Siècle des Lumières, d’un certain état d’esprit, celui du milieu des encyclopédistes avec lequel il faut compter pour comprendre la démarche de Ginguené.

*

33Quel portrait de Ginguené dresser en quelques mots et en guise de conclusion ?

34Une première remarque paraît s’imposer : si Ginguené compositeur amateur s’inscrit dans la tradition, Ginguené musicologue est un esprit résolument moderne. La querelle entre Gluck et Piccinni, comme d’ailleurs la querelle pour ou contre Mozart, est bien une nouvelle querelle des Anciens et des Modernes. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Ginguené prend le parti de Mozart – dont il semble bien connaître la musique – dans un très bel article de la Décade philosophique du 10 frimaire an X, où il rend compte de la première biographie parue en français, celle de Cramer, Anecdotes sur Jean Chrysostome Wolfgang Théophile Mozart (1801). Il y donne, pour la première fois, la liste des opéras de Mozart. Se rangeant dans le camp des Mozartomanes, il annonce l’installation au théâtre de la Cité de la troupe allemande qui va prendre le nom de Théâtre Mozart et se réjouit de connaître enfin « en original ses chefs-d’œuvre jusqu’à présent défigurés par des traductions et une exécution souvent infidèle ». Or si Mozart cristallise les passions, c’est qu’il dérange : la nouveauté de son langage, sa conception dramatique, un souci de l’expression expliquent qu’il devient le symbole d’une modernité qui, dans un premier temps, se confond avec le romantisme. Et les « modernes » se rassemblent autour de son nom.

  • 18 Cf. Angleterre (Histoire de la musique en), Arabes (Musique des), Danois (Musique et chanson des), (...)

35Républicain avant la République, Ginguené est, à travers ses engagements musicaux, européen avant la lettre comme le montrent ses articles historiques18 de l’Encyclopédie méthodique. On voit enfin chez lui émerger le concept d’histoire de la musique juste effleuré par Burney et Rousseau, un concept qui va vraiment se constituer dans la première moitié du XIXe siècle. Ginguené est bien un historien de la musique. Certes, chez lui, l’anecdote a toujours sa place, mais on peut dire que l’un des premiers il a montré, en inscrivant ses propos dans une perspective diachronique, en mettant en relation musique et société, que l’histoire de la musique est une discipline à part entière.

Annexes

36Liste des ouvrages sur la musique appartenant à Ginguené établie par lui-même (Bibl. Nat., Dep. Mus., Res. 1937). L’orthographe et la ponctuation ont été conservées ainsi que les soulignements. Les ouvrages ont été numérotées par commodité.

37« 1. Antiquae musicae auctores Septem gr. et lat., Marcus Meibomius restituit ac notis explicavit. Amstelodami. Lud. Elzevir. 1652. vol. 1 et 2. in-4°. 1 [vol.]

382. Claudii Ptolemaei harmonicorum libri très ex codd. mss. XI. nunc primum graece editus. Johannes Wallis ss. Th. D. Geometriae professor savilianus exonice, ac recensuit, edidit, versione et notis illustravi, et auctavium adjecit. oxonii.e Theatro Scheldiano. 1682. in-4°. 1 [vol.]

393. Athanasii Kircheri fuldensis e soc. Jesu presbyteri, Musurgia universalis, sive ars magna consoni et dissoni in X libres digesta, in Romae. hoered. francisci Corbelleti. 1650. Tom. I et 2. in f°. 1 [vol.]

404. Francisci Salinae Burgensis abbatis Sancti passeratii de Rocca Scalegna in regno Neapolitano, et in Academia Salmanticensi Musicae professons, de Musica libri septem, in quibus ejus doctrinae veritas, tam quae ad harmoniam quamque ad Rhythmum pertinet, juxta sensus ac vationis judicium ostenditur et demonstratur. Saimanticae Mathias Gastius. 1577. in-f°. I [vol.]

415. Jo. Baptistae Donj. patricii fiorentini Lyra Barberina AMΦIXOPDOΣ accedunt ejusdem opera, pleraque nondum edita, ad veterem musicam illustrandam pertinentia ex autographis collegit et in lucem proferri curavit Antonius franciscus Gorius. Distributa in tomos II. florentiae. Typis Caesareis. 1763. in- f°. 2 [vol.]

426. De poematum cantu et viribus Rythmi (auctore Gerardo Joanne Vossio) Oxonii. 1673. in-8° ch. mag. I [vol.]

437. Glareani DODEKAXOPDON. Basilcae, Henr. Petr. Mense. 1547. in-f°. I [vol.]

448. Athanasii Kircheri fuldensis e Soc. Jesu Phonurgia nova sive conjugium mechanico-physicum artis et naturae. Campidonae per Rudolphum Dreherr. 1673. in P. 1 [vol.]

459. De tutte l’opere del R.M. gioseffo Zarlino da Chioggia, di nuovo corrette, accresciute e migliorate, insieme ristampate, divise in 4 volumi (Legati in uno) Venetia. francesco de franceschi. 1589. in-P. 1 [vol.]

4610. Storia della musica di fr. Giambattista Martini de Minori conventuali, accademico nell’instituto delle scienze e filarmonico. Bologna. Lelio della Volpe. 1757. 1770 et 1781. in-4°. 3 [vol.]

4711. Exemplare o sia saggio fondamentale pratico di contrappunto sopra il canto fermo di Giamb. Martini, minor conventuale, in Bologna. Lelio della Volpe. 1774. in f°. 2 [vol.]

4812. Dell’origine e delle regole della musica colla storia del suo progresso, de cadenza e rinnovazione, opera di D. Antonio Eximeno fra i pastori arcadi Aristosseno Megareo. Roma. Michel Angelo Barbiellini. 1774. in-4°. 1 [vol.]

4913. Dubbio di D. Antonio Eximeno sopra il saggio fondamentale pratico di contrappunto del RR. padre Maestro Giamb. Martini, Roma. Michel Angelo Barbiellini. 1775. in-4°. 1 [vol.]

5014. Dissertazione sui principi dell’armonia musicale e poetica, e sulla loro applicazione alla teoria e alla pratica della versificazione italiana, dell’abate francesco Venini. in-8°. 1 [vol.]

5115. Della divisione del tempo nella musica, nel ballo e nella poesia. Dissertazioni tre del padre Giovenale Sacchi Bernabita. Milano. 1770. in-8°. 1 [vol.]

5216. Dell’origine, unione, forza, progressi, separazioni e corruzioni della poesia e della musica, dissertazione del Dottor Giovanni Brown, tradotta in lingua italiana dall’originale inglese, ed accresciuta di note dall dottor Pietro Crocchi Sanese, in Firenze, Bonducci. 1772. in-8°. I [vol.]

5317. Dell’opera in musica trattato del Cavalier Antonio Planelli dell’ordine gerosolimitano. Napoli. Danato Campo. 1772. in-8°. 1 [vol.]

5418. La Musica poema por D. Tomas de Yriarte, en Madrid en la imprenta real 1779. 8°. I [vol.]

5519. La musique poème traduit de l’espagnol de D. Thomas de Yriarte par J. Ch. C. Grainville et accompagné de notes par C. Langlé membre et Bibliothécaire du Cons. de Musique. Paris, fuchs. in-12° br. 1 [vol.]

5620. A new system of music both theorical and practical and yet not mathematical, written in a manner entirely new, by John francis Delafond. London. 1725. in-8°. I [vol.]

5721. An essay in musical expression by Charles Avison, organisi in Newcastle, the second édition, with altérations and large additions. London. Davis. 1753. in-8°. 1 [vol.]

5822. A general history of music from the earliest ages to the present period to which is prefixed a dissertation on the music of the ancients by Charles Burney. Mus. D. London. 1776. 1782. 1789. 4 voi gr in-4°.4 [vol.]

5923. Trattato di musica, secondo la vera scienza dell’armonia (di Giuseppe Tartini) Padova 1754. Gio Manfre. in-4°. I [vol.]

6024. Il Teatro alla moda, o sia metodo sicuro e facile per ben comporre ed eseguire l’opere italiane in musica all’uso moderno (Satira ingegnosissime, della quale non si fa ne l’autore nel luogo della stampa) in-8°. 1 [vol.]

6125. Il musico Testore del P. Bac. Zaccaria Tevo. M.C. Venezia 1706. antonio Bortoli. in-4°. 1 [vol.]

6226. Harmoniae poeticae Pauli Hofheimeri. viri equestri dignita te insignis ac musici excellenti, quales sub ipsam mortem cecinit. Nurimbergoe, apud Joanem Petrium. 1539. in-8°. 1 [vol.]

6327. Traité de l’harmonie réduit à ses principes naturels dressé par M. Rameau, organiste de la cathédrale de Clermont en Auvergne. Paris. J.-B. Christophe Ballard. 1722. in-4°. I [vol.]

6428. Génération harmonique ou Traité de musique, théorique et pratique par M. Rameau. Paris. Prault fils. 1737. in-8°. I [vol.]

6529. Démonstration du principe de l’harmonie servant de base à tout l’art musical théorique et pratique approuvée par MM de l’Académie des sciences par M. Rameau. Paris. Durand et Pissot. 1750. in-8°. 1 [vol.]

6630. Eléments de musique théorique et pratique suivant les principes de M. Rameau éclaircis, développés et simplifiés, par M. d’Alembert, nouvelle édition, revue, corrigée et considérablement augmentée. (Lyon J. Marie Bruyset) Paris, Joubert. 1772. in-8°. I [vol.]

6731. Code de musique pratique ou Méthode pour apprendre la musique même à des aveugles, pour former la voix et l’oreille par M. Rameau. Paris, de l’imprimerie Royale. 1760. in-4°. 1 [vol.]

6832. Observations sur notre instinct pour la musique et sur son principe, où les moyens de reconnaître l’un par l’autre conduisent à pouvoir se rendre raison avec certitude des différents effets de cet art. Paris. Prault fils, Lambose, Duchêne, 1754. in-8°. I [vol.]

6933. Essais sur les principes de l’harmonie où l’on traite de l’harmonie en général, des droits respectifs de l’harmonie et de la mélodie, de la basse fondamentale et de l’origine du mode mineur, par M. Serre. Paris. Prault fils. 1753. in-8°. I [vol.] (on a réuni dans le même volume :

  1. Lettre sur la musique de M. le Cte de Caylas par l’abbé Arnaud. 1754.
  2. Lettre sur la musique françoise par M. Rousseau 2’ éd. 1753.
  3. Apologie de la musique françoise contre M Rousseau. 1754.
  4. Examen de la lettre de M. Rousseau sur la musique françoise, dans lequel on expose le plan d’une bonne musique propre à notre langue, par M. Bâton Le Jeune. 2’ éd. augmentée. 1754.
  5. Réflexions d’un patriote sur l’opéra françois et sur l’opéra italien qui présentent le parallèle du goût des deux nations dans les beaux arts. Lausanne. 1754.)

7034. Observations sur les principes de l’harmonie, occasionnées par quelques écrits modernes sur ce sujet, et particulièrement par l’article fondamental de M. d’Alembert dans l’Encyclopédie, le Traité de théorie musicale de M. Tartini et le guide harmonique de M. Geminiani. Par J.-A. Serre. Genève Gosse. 1763. in-8°. 1 [vol.]

7135. Traité de l’harmonie des sons et de leurs rapports, ou la musique théorique et pratique ancienne et moderne examinée dès son origine par le P.D. Charles Hébert. Lecteur honoraire de philosophie dans l’Université de Bologne. Ms original, orné d’un frontispice et de plusieurs planches, dessinées à la plume par D. fratta de Bologne. Relié doré sur tr. 1733. in-4°. I [vol.]

7236. Histoire de la musique depuis son origine, les progrès successifs de cet art jusqu’à présent et la comparaison de la musique italienne et de la françoise. Par M. Bourdelot. La Haye et Francfort sur Mein. 1743. 4 vol. reliés en 2. in-l2°.2 [vol.]

7337. Histoire générale, critique et philologique de la Musique par M. de Blainville. Paris. Pissot. 1767. in-4°. I [vol.]

7438. Dialogue sur la musique des anciens (par l’abbé de Château neuf). Paris. Vve Pissot. 1735. in-8°. I [vol.]

7539. Mémoire sur la Musique des Anciens où l’on expose le principe des proportions authentiques dites de Pythagore et de divers systèmes de musique chez les Grecs, les Chinois et les Egyptiens. Avec un parallèle entre le système des Egyptiens et celui des Modernes. Paris. Lacombe 1770. in-4°. 1 [vol.]

7640. Mémoire sur la musique des Chinois tant anciens que modernes par M. Amiot missionnaire à Pékin, avec des notes, des observations et une table des matières, par M. l’abbé Roussier chanoine d’Ecouis, correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Paris. Nyon l’aîné. 1779. in-4°. I [vol.]

7741. Traité des accords et de leur succession selon le système de la Basse fondamentale, pour servir de principes d’harmonie à ceux qui étudient la composition ou l’accompagnement au clavecin avec une méthode d’accompagnement. Paris. Duchesne. Dessain junior. 1764. in-8° (par l’abbé Roussier) (observations sur différents points d’harmonie. Par M. l’abbé Roussier. Geneve Paris. Bailleux. 1755. (ce doit être 1765. car il est dit qu’on trouve chez le même Bailleux ce Traité des accords publié en 1764).

7842. Théorie de la musique par M. Ballière de l’Ac. des Sciences Belles Lettres et Arts de Rouen. Paris. P. fr. Didot le jeune. 1764. in-4°. I [vol.]

7943. Traité de contrepoint dans lequel toutes les règles générales et particulières de cette science sont exposées. (Ce traité est divisé en six parties. Les règles sont imprimées, et les exemples qui remplissent plusieurs feuilles à la fin de chaque partie sont manuscrites. L’auteur est G. [P. ?] Signoretti, italien dont la signature autographe est à la fin. C’était un élève de Tartini, condisciple de Pugnani, de Nardini, de Somiz(1) etc. . Il étoit fixé à Rennes, où il fit de bons élèves, entr’autres Dufresne qui y est encore et dont on a des Concerts gravés. Signoretti étoit très habile violon et bon compositeur. J’étois après Dufresne l’élève qu’il affectionnait le plus ; il me fit présent de ce traité dont le texte étoit imprimé à Rennes, mais seulement comme épreuve et non tiré. N’ayant pas les moyens de faire graver les exemples il avoit renoncé, à le publier. Cet exemplaire unique peut donc être regardé comme un manuscrit. Les exemples des trois dernières parties sont de sa note et de son écriture, qui étoit très belle) in-4°.

80(1) « Je parlai de lui à Pugnani, à Turin, en l’an VI. Il se le rappelle très bien et me dit qu’il étoit un des meilleurs élèves de cette fameuse école ».

8144. Essai sur la musique ancienne et moderne (par M. de la Borde) Paris. Onfroy. 1780. (de l’impr. de Pierres) in-4°. 4 [ vol.]

8245. L’harmonie pratique ou Exemples pour le traité des accords, par M. Roussier, chanoine d’Ecouis. Paris. Bailleux. 1775. in-8°. 1 [vol.]

8346. Lettres de M. l’abbé Roussier à l’auteur du journal des beaux-arts et des Sciences touchant la division du zodiaque, et l’institution de la semaine planétaire, relativement à une progression géométrique d’où dépendent les proportions musicales. 1770 et 1771. in-12°.

8447. Leçons de clavecin et principes d’harmonie par M. Bemetzrieder. Paris. Bluet. 1771. in-4°.

8548. Traité de musique concernant les tons, les harmonies et le discours musical par M. Bemetzrieder. Paris. Pissot. 1776. in-8°.

8649. Nouvel essai sur l’harmonie, suite du Traité de musique par M. Bemetzrieder. Paris. Onfroy. 1779.

8750. De la musique considérée en elle-même et de ses rapports avec la parole, les langues, la poésie et le théâtre (Par M. De Chabanon) Paris. Pissot. 1785. in-8°.

8851. a – Erreurs sur la Musique dans l’Encyclopédie. Paris. Sébastien Jorry. 1755. in-8°.

89b – Réponse de M. Rameau aux éditeurs de l’Encyclopédie. Paris. Sébastien Jorry. 1757. in-8°.

9052. Bévues, erreurs et méprises des différents auteurs célèbres en matières musicales par M. Lefebvre. Paris. Knappen. 1789. in-l2°. 1 [vol.]

9153. Explication du système de l’harmonie, pour abréger l’étude de la composition et accorder la pratique avec la théorie ; par le Ch" du Liron. (Londres) Paris. Merigot. Bailly. 1785. in-8°. 1 [vol.]

9254. Essai sur la poésie et la musique considérées dans les affections de l’âme, trad. de l’anglais de James Beattie. Paris. Henri Tardieu. an VI de la R.f. in-8°. 1 [vol.]

9355. Traité de composition musicale fait par le célèbre Fux, trad. de l’italien par Caffaro, et en françois par le s’ Pierre Denis, gravé à Paris (sans date) grand in-8°. N’ il n’y a que la première partie.

9456. Mémoires pour servir à l’histoire de la révolution opérée dans la musique par M. le Ch" Gluck. (Naples) Paris. Bailly. 1781. in-8°. 1 [vol.]

9557. Théorie de la musique vocale. Par florido Tomeoni. Paris. Charles Pougens. an VII. in-8°. 1 [vol.]

9658. Réflexions pratiques sur le chant figuré par J.-B. Mancini, maître de chapelle à Vienne, traduite sur la 3e éd. italienne. Paris. Dupont, an III. in-8°. 1 [vol.]

9759. Nouvelle méthode pour chiffrer les accords par H.F.M. Langlé, Bibliothécaire du Conservatoire de Musique, discours prononcé dans l’Assemblée Générale de ce conservatoire, le 15 fructidor an VIII. Paris, an IX. in-8°. 1 [vol.]

9860. Réflexions sur la musique considérée comme un moyen curatif à la séance publique de l’Institut National. Le 20 vendémiaire an XI. par le C. Desessarts, Paris, Baudouin. in-8° (20 pages)

9961. De l’influence de la musique sur la littérature, discours prononcé le 11 vendémiaire an XI, à la séance publique de la Société académique des Sciences et des arts séance à l’Oratoire, par P.L.C. Ginguené. Paris. Gillé fils an XI. in-12° (24 pages).

10062. Numérotation harmonique ou échelle d’arithmétique pour servir à l’explication des lois de l’harmonie par A. Montu, de l’Académie des Philarmoniques de Bologne. Paris. Colnet. Debrai. in-4° (32 pages).

10163. Calendrier musical universel, pour l’année 1789. Paris. Leduc, petit in-12°.

10264. Traité d’harmonie et de modulation par h.f. Langlé ancien premier maître du Conservatoire de la pieta à Naples, professeur de l’Ecole Nationale de Chant. Paris. Boyer. me de la Loi à la clef d’or. gr. in-4° gravé.

10365. Traité de la Basse sous le chant précédé de toutes les règles de la composition par h.f.M. Langlé, ancien premier maître. Paris. Naderman et Boyer. gr. in-4° gravé.

10466. Principes élémentaires de Musique, arrêtés par les membres du Conservatoire pour servir à l’étude dans cet établissement, suivis de solfèges par le C.C. Agus, Catel, Cherubini, Gossec, Langlé, Lesueur, Méhul et Rigel. Paris, à l’imprimerie du Conservatoire de Musique. 1er et 2e partie, gr. in-4° gravé. 2 [vol.]

10567. Traité d’harmonie par Catel, membre du Conservatoire de Musique, adopté par le Conservatoire pour servir à l’étude dans cet établissement. Paris, à l’impr. du Conservatoire, gr. in-4°. I [vol.]

10668. Dictionnaire de Musique par J.-J. Rousseau. Paris. Vve Duchesne. 1768. in-4°.

10769. Nouveau système de musique théorique et pratique par M. Mercadier de Belesta. Paris. Valade. 1767. in-8°. 1 [vol.]

10870. Méthode de musique selon un nouveau système très-court, très-facile et très-sûr, approuvé par l’académie des sciences par M. Demoz prêtre. Paris. Simon. 1728. in-8°.

10971. Nouvelle théorie sur les différens mouvements des airs fondée sur la pratique de la Musique moderne avec le projet d’un nouveau chronomètre. Par le Ch Thiémé professeur. Paris. Laurent jeune, fuchs. an IX. 1901. in-4°.

11072. Les Dons des Enfants de Latone, la Musique et la Chasse du cerf, poemes. Paris Prault. 1734. in-8°. 1 [vol.]

11173. Histoire de la musique et de ses effets depuis son origine jusqu’à présent par Bonnet. Paris. Cochait. 1715. in-12°. 1 [vol.]

11274. Histoire générale de la Danse sacrée et profane – avec un supplément de l’Histoire de la Musique

11375. Des représentations en musique, anciennes et modernes, par le P. Ménestrier. Paris. Guignard. 1681. in-12°.

11476. Moyens de rectifier la gamme de la musique et de faire chanter juste. Gabriel Antoine Delorthe Pari s. 1791. 16p.

11577. Essai sur l’union de la poésie et de la musique, (par Mr de Châtellux) Paris. Merlin. 1765. in-l2°.

11678. Avis aux poètes lyriques ou de la nécessité du rythme et de la césure dans les hymmes ou odes destinés à la musique. N.E. Framery. Paris, imprimerie de la République, an IV. in-8°. 36 pages.

11779. Discours qui a remporté le prix de musique et de déclamation proposé par la classe de littérature et beaux-arts de l’Institut National sur cette question « analyser les rapports qui existent entre la musique et la déclamation », par N.E. Framery. Paris. Pougens, an X. in-8°.

11880. Essai sur la propagation de la musique en France, sa conservation et ses rapports avec le gouvernement par J.B. Leclerc. Paris, imprimerie Nale. an IV. in 8. 1 [vol.]

11981. Essai de poésies propres à la Musique, précédé d’un avant-propos sur ces deux arts considérés dans leurs rapports entre eux. Paris. Belin. 1785. in-8°.

12082. De la musique et de Nephté. Paris, imp. de Monsieur. 1790. in-8°. 28 p.

12183. Lettre de Melophile à l’homme de lettres chargé de la rédaction des articles de l’opéra dans le Mercure de france. Paris. Valleyre. 1783. in-8°. 27 p.

12284. Quelques vues sur les moyens de conserver et rétablir l’opéra dans tout son état, an VII. in-12°. 22 p.

12385. Anecdotes sur Viotti précédées de quelques réflexions sur l’expression en musique par A.M. Eymar. in-8°. 24 p.

12486. Exposition de la théorie et de la pratique de la Musique suivant les nouvelles découvertes par M. de Béthizy, seconde édition corrigée et augmentée par l’auteur. Paris. Deschamps. 1764. in-8°.

12587. Traité historique et pratique sur le chant ecclésiastique, avec le Directoire qui en contient les principes et les règles suivant l’usage du diocèse de Paris, par M. l’abbé Leboeuf chanoine et sous-chantre de l’église cathédrale d’Auxerre. Paris. Hérissant. 1741. in-8°.

12688. Questions harmoniques, chez lesquelles sont contenues plusieurs choses remarquables pour la physique, pour la morale et pour les autres sciences (par le P. Mersenne) Paris. Jacques Villery. 1634. in-8°.

12789. Exposé d’une musique nue, imitative et particulière à chaque solennité où l’on donne les principes généraux sur lesquels on l’établit. Essai par M. Lesueur, maître de chapelle de l’Eglise de Paris. Paris. Vve Hérissant 1787. in-8°. Suite de l’Essai, ibid.. in-8°. 1 [vol.]

12890. Traité historique et pratique du plain-chant appellé Grégorien, dans lequel on explique les vrais principes de cette science suivant les auteurs anciens et modernes, on donne des règles pour la composition du plain-chant, avec des observations critiques sur les nouveaux livres de chant, (par M. Léonard Poisson, curé dans le diocèse de Sens) Paris. Lottin et Butard. 1750. in-8°.

12991. La Danse ancienne et moderne ou Traité historique de la Danse par M. de Cahuzac de l’académie royale des sciences et belles lettres de Prusse, La Haye. Jean Neaulme. 1754. 2 vol. in 18. rel. en 1.

13092. Recherches sur la théorie de la Musique par M. Jamard, chanoine régulier de Sainte Geneviève, Prieur de Rocquefort, membre de l’académie des Sciences, belles-lettres et arts de Rouen. Paris. Jombert et Merigot. 1769. in-8°.

13193. Transpositions de musique, réduites au naturel par le secours de la modulation, avec une pratique des transpositions irrégulièrement écrites, et la manière d’en surmonter les difficultés, par Alexandre Frère, ci-devant de l’Académie Nationale de Musique. Paris. Christophe Ballard. 1706. in-8°.

13294. Lettre à M. Diderot sur le projet de l’unité de clef dans la musique et la réforme des mesures, proposées par M. l’abbé La Cassagne dans les éléments du chant, par M. Boyer, ci-devant maître de chapelle. Amsterdam (Paris). 1767. in-8°.

13395. Lettre à M. l’abbé Roussier sur une nouvelle règle de l’octave que propose le marquis de Culant, par M. Gournay, avocat au Parlement. Paris. 1785. in-8°.

13496. Réflexions sur la musique théâtrale adressée au rédacteur des articles opéra dans le journal de Paris. Naples (Paris). 1781. 36 p. in-8°.

13597. Second mémoire sur un nouveau système d’harmonie applicable à l’état actuel de la musique, par M. Vaudermonde de l’académie royale des sciences (le premier mémoire est imprimé dans le journal des Savans de Décembre 1778). in-4° de 18 p.

13698. Esprit, saillies et singularités du P. Castel (où sont ses écrits sur la musique françoise et italienne, et son clavecin pour les veux) Amsterdam. (Paris) 1763. in-12°.

13799. Sténographie musicale ou manière abrégée d’écrire la musique à l’usage des compositeurs et des imprimeries, par P. J. Lasalette. ancien général de brigade inspecteur d’artillerie, membre de la société des sciences et des arts de Grenoble. Paris, an XIII. 1805. in-8° gr.

138100. Les Révolutions du théâtre musical en Italie depuis son origine jusqu’à nos jours, traduites et abrégées de l’italien de Don Artéaga à Londres. 1802. in-8° gr. (par le baron de R. émigré françois).

139101. Traité des effets de la Musique sur le corps humain par Joseph-Louis Roger médecin de l’université de Montpellier, traduit du latin et augmenté de notes, par Etienne Sainte Marie, membre de la société médicale de Montpellier. Paris, Brunot, Lyon, Reyman. an XI. 1803. in-8°.

140102. Mémoires ou Essais sur la musique par Grétry. membre de l’institut national. Paris, de l’imprimerie Nale de la République, an V, in-8° (3 exemplaires papier velin) 3 [vol.]

141103. Méthode simple pour apprendre à préluder en peu de temps avec toutes les ressources de l’harmonie par A.E.M. Grétrv. membre de l’institut Nal Paris, de l’impr. de la République, an X. in-8°. 1 [vol.]

142104. Recherches sur l’analogie de la musique avec les arts qui ont pour objet l’imitation du langage, pour servir d’introduction à l’étude des principes naturels de cet art par G. A. Villoteau. professeur de musique et de la commission des sciences et arts d’Egypte. Paris, de l’imprimerie impériale. in-8° gr. 2 [vol.]

143105. Cours complet d’harmonie et de composition, d’après une théorie neuve, et générale de la musique, basée sur des principes incontestés puisés dans la nature, d’accord avec tous les bons ouvrages pratiques anciens ou modernes, par Jérôme Joseph de Momigny. Paris. 1806. in-8°. 3 [vol.]

144106. Les Amours de Ronsard, mis en musique à quatre parties par Certon, Goudimel. Paris 1552. petit in-8°.

145107. Dictionnaire de musique contenant une explication des termes grecs, latins, italiens et françois les plus usités de la musique par Sébastien de Brossard. 6è édition, Amsterdam, Pierre Mortier, sans date (mais antérieure à 1730, année de la mort de l’auteur, né en 1660) in-8°.

146108. Institution harmonique divisé en deux parties : dans la première sont monstrées la proportion des intervalles et en la seconde les compositions d’icelles, par Salomon de Caus ingénieur et architecte de SA palatine électorale, francfort. 1615 (sans frontispice) in fol.

147109. L’An du chant dédié à Mme la Marquise de Pompadour par M. Bérard Paris. 1755. in-8°.

148110. De l’état présent de la musique en france et en Italie, dans les Pays-bas. en france et en allemagne, ou journal des voyages faits dans ces différents pays par Ch. Burney. professeur de musique, traduit de l’anglais par Ch. Brack de la Société royale de Gottingen, Gênes, 1809. in-8°. 3 [vol.]

149111. Dictionnaire historique des musiciens, artistes et amateurs morts ou vivants qui se sont illustrés en une partie quelconque de la musique et des arts qui y sont relatifs par Al. Choron et f. Fayolle. Paris. 1811. in-8°. 2 [vol.]

150112. Les tons ou discours sur les modes de Musique et les tons de l’Eglise et la distinction entre iceux, de Pierre Maillard, valemenois, chantre et chanoine de Tournay. Tournay. 1610. in-4°.

151113. Bellum musicale inter plani et mensuralis cantus reges de Principatu in musicae provincia obtinendo contendentes. Claudio Sehastiani Metensi organista Authore. Argentvrati 1563. in-4°.

152114. Orchesegraphie et traité en forme de dialogue par lequel toutes personnes peuvent facilement apprendre et pratiquer l’honnête exercice des danses. Par Thoinot d’Arbeau demeurant à Langres. A Langres, par Jehan Des preyz (Privilège daté du 22 9 bre 1588) in-4°.

153115. Enchiridion utriusque musicae practicae a Georgio Rhau ex variis musicorum libris pro pueris in schola vitebergensi congestum. 1546. in-4°.

154et : Libellus de compositione cantus Joannis galliculi viterbergae apud Georgium Rhau. 1546, in-12°.

155116. Recherches sur les Ranz des vaches ou sur les chansons pastorales des bergers de la Suisse avec musique par George Tarenne. Paris, f. Louis. 1813. in-8°. 1 [vol.]

Tableau des concordances établi par Jean-Daniel Candaux, entre la liste manuscrite publiée ci-dessus et le catalogue imprimé pour la vente de la bibliothèque de Ginguené en 1817

Tableau des concordances établi par Jean-Daniel Candaux, entre la liste manuscrite publiée ci-dessus et le catalogue imprimé pour la vente de la bibliothèque de Ginguené en 1817

Notes

1 Pour l’ensemble des questions concernant la vie musicale à Rennes, cf. Marie-Claire Le Moigne- Mussat, Musique et société à Rennes aux XVIIIeet XIXesiècles, Genève, Minkoff, 1988.

2 Entre 1720 et 1750 puis après 1787, c’est la salle du Jeu de paume du Cygne, dite salle de la Poulaillerie, entre la rue Fracassière et la rue du Champ-Jacquet.

3 Arch. mun. Rennes, L 545 B, f° 12 r° et v°, Bureau du 26 avril 1765.

4 Bibl. nat., mus., fonds ancien du Conservatoire, MS Res 1937.

5 On peut hésiter entre les deux initiales.

6 C’est la seconde fois à ma connaissance qu’un ouvrage théorique est écrit par un musicien installé à Rennes : en 1761, Duchange, musicien d’origine dijonnaise, a publié, en effet, à Rennes une étude sur l’œuvre théorique de Rameau. Le May, le dernier maître de chapelle de l’Ancien Régime, publia en 1782 chez Julien C. Vatar, un petit volume in-4°, Principes de musique, par demandes et réponses.

7 On peut néanmoins se demander si le manuscrit de la partie de premier violon de six quatuors (le terme ne figure pas sur la partition) conservé à la Bibl. mun. de Rennes, Res. 2589, ne correspond pas à cette première série. Le traitement du violon permet, en effet, de dater cette partition de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

8 Cf. Annonces, affiches et avis divers du 13 janvier 1774.

9 Cette adresse est celle de Borrelly de janvier 1773 à décembre 1775. L’annonce de cette parution figure dans le Journal de Musique, n° 30.

10 Cf. Paul Hazard, Journal de Ginguené, 1807-1808, Paris, 1910, p. 4.

11 Id. p. 26, n° 2.

12 Arch. nat., Aj 37/11 et 3a. Cette lettre qui provient des papiers personnels de Constant Pierre, lui fut remise par le petit-fils de Sarrette.

13 Sa Notice sur la vie et les ouvrages de Piccinni, publiée en l’an IX, reprend l’essentiel de ses idées de 1783 où il fit paraître au Mercure une brochure intitulée Mélophile à l’homme de lettres chargé de la rédaction des articles de l’Opéra.

14 Id., p. 64.

15 Cette liste figure aussi dans la liasse du fonds ancien du Conservatoire, peut-être est-elle une liste préparatoire au catalogue de sa bibliothèque que Ginguené avait lui-même entrepris d’établir. Le dernier ouvrage mentionné date de 1813.

16 Mozart joua de l’orgue et du clavecin dans cette rotonde du Ranelagh dans le cadre d’un concert de bienfaisance le 29 juin 1764.

17 Bibl. nat., mus., fonds ancien du Cons., MS Res. 1937.

18 Cf. Angleterre (Histoire de la musique en), Arabes (Musique des), Danois (Musique et chanson des), Espagne (Histoire de la musique en Fandango, Flandres (Histoire de la musique en), Grecs (Histoire de la musique chez les Anciens), Harpe irlandaise, Irlande (Histoire de la musique en), Romains (Histoire de la musique chez les Anciens), Russie (Histoire de la musique en). Il s’est aussi intéressé au Moyen Age, notamment aux troubadours et aux trouvères.

Table des illustrations

Titre Tableau des concordances établi par Jean-Daniel Candaux, entre la liste manuscrite publiée ci-dessus et le catalogue imprimé pour la vente de la bibliothèque de Ginguené en 1817
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35889/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540