Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ginguené (1748-1816)

 | 
Édouard Guitton

I. Ginguené tel qu’en lui-même

Ginguené et Chateaubriand

Pierre Riberette

Texte intégral

  • 1 Mémoires d’outre-tombe (Pléiade), t. I, p. 139-140.

1Il est difficile d’évoquer le souvenir de Ginguené sans rappeler les pages que Chateaubriand lui a consacrées, au chapitre des Mémoires d’outre-tombe intitulé « Gens de lettres »1, où il a passé en revue quelques-uns de ceux qu’il eut l’occasion de rencontrer lors de ses premiers séjours à Paris. D’autant que c’est un des rares témoignages qui nous aient été laissés sur un homme qui a marqué sa place dans l’histoire intellectuelle de la Révolution, même si cette place n’a pas été à la mesure de ses réels mérites.

  • 2 Edouard Guitton, « Ginguené et Chateaubriand. Un duel de Hauts-Bretons à l’orée du Romantisme », A (...)
  • 3 Sainte-Beuve, Chateaubriand et son groupe littéraire sous l’Empire, Nouv. éd. par Maurice Allem, P (...)
  • 4 Il est un point qui sans doute eût mérité d’être élucidé au préalable : celui de la parenté qui au (...)

2Sans doute les relations de Ginguené et de Chateaubriand ont été plus d’une fois traitées, et tout dernièrement encore par Edouard Guitton2, d’une manière à ne plus guère laisser à glaner derrière lui. Mais il y avait une autre façon d’aborder le sujet et qui s’accordait précisément avec le thème retenu pour la première journée de ce colloque : « Pour un portrait de Ginguené », c’était d’examiner d’un point de vue critique celui que Chateaubriand a tracé de son compatriote breton. Sans doute Sainte-Beuve s’était-il déjà livré à un examen de ce genre dans un chapitre de Chateaubriand et son groupe littéraire3 mais on admettra que depuis près d’un siècle et demi que l’ouvrage a paru, les perspectives aient pu se modifier et de nouveaux documents venir au jour4.

3Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce portrait est totalement dépourvu d’indulgence. Le peintre s’est attaché à rabaisser ou encore à passer sous silence tout ce qui pouvait montrer son modèle sous un jour avantageux et au contraire à mettre l’accent sur les épisodes les plus propres à le déconsidérer ou tout au moins à le couvrir de ridicule, qu’il s’agisse de sa conduite à la cour de Turin ou des couplets qu’il déclama pour célébrer, à l’époque du Directoire, la plantation d’un arbre de la liberté. Déjà Sainte-Beuve avait relevé les termes dénigrants dont il s’était servi pour qualifier les incidents les plus insignifiants de l’existence de Ginguené. Si celui-ci obtient une place dans les finances, c’est une chétive place ; s’il écrit des articles, il les barbouille. On pourrait multiplier les exemples. Ginguené est nommé directeur de la 5ème division au ministère de l’Intérieur : le voilà, selon Chateaubriand, « quasi-chef de l’Instruction publique ». Pourquoi quasi ? Ginguené fut en réalité, sous un titre différent, le véritable devancier des ministres de l’Instruction publique ou de l’Éducation nationale et il eut en cette qualité à mettre en œuvre les importantes mesures prises par la Convention en matière d’enseignement et de culture.

4Mais il arrive que l’odieux le dispute à la dérision. C’était du moins l’opinion de Sainte-Beuve qui dénonçait avec virulence la mauvaise foi dont aurait fait preuve Chateaubriand quand il prêtait à Ginguené des propos aussi atroces que ceux qu’il aurait tenus le jour de la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790 : « Voilà une belle fête ! On devrait pour mieux l’éclairer, brûler quatre aristocrates aux quatre coins de l’autel ». C’est improuvable, mais, comme le reconnaît le critique, la réfutation est à peu près impossible.

  • 5 Voir « Ginguené républicain avant la Révolution », La Révolution française, t. XLVIII, 1905, p. 45 (...)

5Il est vrai que Ginguené lui-même prêtait le flanc à de semblables imputations, quand en 1794, pour se défendre contre l’accusation de modérantisme qui lui avait valu d’être incarcéré à Saint-Lazare, il se flattait d’avoir fait chanter autour de l’autel de la patrie, le jour de la Fête de la Fédération de 1792, des couplets anti- royalistes de sa façon5.

6Mais ce n’était pas la seule grave accusation qu’ait formulée Chateaubriand à l’encontre de Ginguené. Il lui attribuait encore un rôle des plus équivoques lors des massacres de septembre : « Ginguené eut une connaissance anticipée des meurtres révolutionnaires ». Du moins, cette connaissance anticipée, en fit-il bénéficier les sœurs et la femme de Chateaubriand, lesquelles, alertées par Mme Ginguené, eurent ainsi la faculté de se soustraire aux assassins, pour autant qu’elles eussent jamais été menacées. Pour Sainte-Beuve, « connaissance anticipée » a sous la plume de Chateaubriand la même signification que « complicité ». Et d’interpeller celui-ci :

Quoi ! parce que Mme Ginguené vous a donné un avis par humanité, parce qu’elle a caché chez elle votre femme et vos sœurs, vous en concluez que son mari était quasi le complice ou du moins le confident des bourreaux !

  • 6 M. O.-T., éd. du Centenaire par Maurice Levaillant, Paris, Flammarion, 1964, t. I, p. 182, n (...)

7Maurice Levaillant, avec son indulgence accoutumée, était loin d’adopter une interprétation aussi tranchée. « Mais la phrase, s’interrogeait-il6, a-t-elle ce sens et cette portée ? » Son avis aurait plus de poids si, auparavant, Chateaubriand n’avait pas rapporté quelques-uns des propos sanglants qu’il accusait Ginguené d’avoir tenus et qui ne juraient pas tellement avec l’attitude ambiguë qu’il lui attribuait lors des massacres de septembre.

  • 7 M. O.-T., éd. J.-C. Berchet, t. I, Paris, Bordas, 1989 (Classiques Garnier), t. I, p. 701, n (...)

8De toute façon, on doit faire observer, avec Jean-Claude Berchet, l’un des derniers en date des éditeurs des Mémoires d’outre-tombe7 que Chateaubriand, parti en émigration près de deux mois avant les événements de septembre 1792, n’a pu être informé du rôle, quel qu’il fût, tenu par Ginguené, que plusieurs années après, ce qui réduit sensiblement la portée de son témoignage.

  • 8 Sur cette mission, voir Pierre Caron, Les Missions du Conseil exécutif provisoire et de la Commune (...)

9En réalité, alors que Chateaubriand l’accusait presque d’avoir partie liée avec les massacreurs, Ginguené avait été chargé, par le ministre de l’Intérieur Roland, d’une mission de confiance dans les départements bretons8. Il s’agissait, au lendemain de la proclamation de la République, d’aller y porter la bonne parole et de s’y faire le propagandiste zélé du nouveau régime. On ne s’étonnera pas que ce soit la Bretagne, en raison des relations qu’il y avait conservées et de ses liens de famille – un frère inspecteur des domaines à Rennes – qui ait été choisie pour lieu de sa destination.

  • 9 Arch. nat., F 1C III, Morbihan, II.

10De cette mission, qui paraît être restée ignorée de ses biographes, il nous est resté trois rapports, adressés respectivement de Rennes, Vannes et Lorient. L’un a été publié dans Le Moniteur, les deux autres sont en partie inédits9. Ils sont intéressants à parcourir pour faire connaître les réflexions que la situation politique des départements bretons, déjà traversés par les premiers sursauts de l’insurrection royaliste, inspirait à l’envoyé extraordinaire du ministre de l’Intérieur. Tous trois reflètent, en même temps qu’un patriotisme à toute épreuve, un esprit de conciliation trop rare à l’époque pour n’être pas souligné. Les massacres de septembre soulèvent son indignation, ainsi que sa réprobation, aussi bien à l’égard des exécutants que des instigateurs, parmi lesquels il dénonce à mots couverts Danton. La concurrence qu’il rencontre, sur les lieux mêmes, d’autres missionnaires envoyés par la Commune de Paris et qui paraissent animés d’un esprit des plus partisans, ne le dispose pas à l’indulgence et il n’a pas de mots trop sévères pour qualifier leur conduite et leurs propos :

… pauvres diables dans tous les sens de ce mot… choisis pour endoctriner les départements, autorisés ostensiblement à faire des réquisitions utiles, comme s’ils étaient en état de juger quid utile quid non, et chargés sans doute en secret de soulever partout le peuple et de le porter aux mêmes excès que ceux qui ont souillé à Paris la conquête de la liberté. Qu’est-ce encore que deux autres étourdis qui débutent, dans une séance du corps électoral de Loire-Inférieure, par s’y présenter avec le bonnet rouge, armés d’un large sabre et d’un ton de capitaine de comédie faisant l’apologie, ou plutôt l’éloge complet des massacres du 2 septembre, qu’ils nomment une purgation patriotique !

11De tels propos démontrent combien Ginguené était étranger aux excès sanguinaires qu’il dénonçait, et c’est assez dire l’injustice que Chateaubriand commettait à son encontre en cherchant à l’impliquer dans la préparation des journées de septembre.

12Pourtant ce que l’on sait du début de leurs relations est loin d’être placé sous le signe de l’animosité. Les Mémoires d’outre-tombe eux-mêmes ne font pas mystère des liens d’amitié qui s’étaient établis, avant même la Révolution, entre le ménage Ginguené et les jeunes Chateaubriand – à savoir, Chateaubriand et ses deux sœurs, Julie et Lucile –, des liens assez étroits pour que l’on se fréquentât avec plaisir, qu’on allât dîner les uns chez les autres ou qu’on se retrouvât dans les lieux à la mode, au théâtre et à l’opéra.

  • 10 Voir Société Chateaubriand. Bulletin, n°31, 1988 et n°36, 1993.

13Avec le temps, le cercle de leurs relations alla en s’élargissant. S’il est douteux que Chateaubriand ait jamais songé à introduire Ginguené et ses amis chez les beaux-parents de son frère, le marquis et la marquise de Rosanbo, ou encore en l’hôtel de M. de Malesherbes, près la barrière Blanche, en revanche, Ginguené lui fît connaître d’autres hommes de lettres, et notamment Chamfort, son ami intime, pour lequel le jeune Malouin ne tardera pas à éprouver une admiration qui survivra à la mort tragique du moraliste. A l’égard de Ginguené aussi, Chateaubriand fait preuve d’une égale complaisance, et ses convictions royalistes paraissent s’être très bien accommodées de la ferveur révolutionnaire dont le journaliste faisait volontiers étalage dans ses écrits. On continue à se fréquenter, on se fréquente si bien, malgré les divergences politiques croissantes, que c’est au cours de l’année 1790, ainsi que l’a démontré Georges Buisson10, que le poète Lebrun, autre ami de Ginguené, s’éprend pour Lucile d’une passion non moins ardente que sénile, qui s’épanchera en d’innombrables lettres et élégies.

14Même le départ de Chateaubriand en émigration ne mit pas un terme aux relations que ses deux sœurs entretenaient avec le ménage Ginguené, et c’est Mme Ginguené qui viendra les prévenir, à l’époque des massacres de septembre, d’avoir à se tenir sur leurs gardes.

  • 11 Essai sur les révolutions. Génie du christianisme, éd. Maurice Regard, Paris, Gallimard, 197 (...)

15Chateaubriand lui-même réfugié en Angleterre, ne paraît pas avoir conservé un mauvais souvenir de ses rapports avec Ginguené, à considérer les jugements plutôt bienveillants qu’il porte sur lui dans sa première œuvre imprimée, l’Essai sur les révolutions11 paru à Londres en 1797. Il le nomme parmi les écrivains demeurés à Paris, aux côtés de La Harpe, Bernardin de Saint-Pierre, Marmontel, Fontanes, Parny, Lebrun, Flins, Lemierre, Collin d’Harleville, qui surent maintenir l’honneur des lettres françaises au milieu des fureurs révolutionnaires. Il se flatte des relations qu’il avait entretenues avec eux et qui lui rappellent des « temps de bonheur qui ne reviendront plus ». Ailleurs, il lui rend hommage comme à l’un des littérateurs distingués qui ont contribué à combattre cette « enflure moderne » qui déjà excitait la critique de Voltaire. On dira peut-être que Chateaubriand, par ces propos complaisants, cherchait à obtenir de Ginguené la faveur d’un compte rendu dans la Décade philosophique. Espoir déçu, puisque ce fut Jean-Baptiste Say, plus connu comme économiste que comme critique littéraire, qui se chargea de la besogne dans la revue des Idéologues. Les annotations dont par la suite Chateaubriand enrichira son exemplaire personnel de l’Essai ne démentent pas l’impression favorable qu’il paraît avoir voulu laisser de Ginguené dans son ouvrage.

16Le tournant se situe au retour d’émigration de Chateaubriand, dans les premières années du Consulat. On convient généralement que ce sont les trois articles consacrés par Ginguené au Génie du christianisme, dans la Décade des 19, 29 juin et 9 juillet 1802 qui ont mis le feu aux poudres et provoqué le dépit et le ressentiment de l’auteur mis sur le gril.

17Et certes, le rationalisme de Ginguené ne pouvait que le disposer défavorablement envers un ouvrage qui se présentait comme une apologie de la religion. Ce n’étaient pas seulement le style, les images, les arguments qu’il trouvait à blâmer, mais surtout l’inspiration qui lui paraissait traduire une déplorable régression sur la voie des progrès de l’esprit humain. Est-ce à dire que son analyse ait dépassé les bornes d’une saine critique ? Il ne s’en est pas moins imposé un réel effort d’impartialité. S’il évoque la conversion de Chateaubriand, c’est moins sa sincérité qu’il met en doute que sa solidité, ce qui l’amène à s’interroger sur les motifs que l’auteur du Génie du christianisme lui attribue et sur les circonstances qui ont pu l’inspirer, mais il le fait sur un ton dépourvu de toute volonté de polémique. Il respecte les convictions de son adversaire, même s’il est loin de les partager. De même, il s’est défendu, en tête de son premier article, de toute hostilité à l’égard de Chateaubriand. Il s’est même plu à rappeler, sur un ton il est vrai un peu patelin, les relations qu’il avait nouées avec lui et quelques-uns des membres de sa famille :

L’auteur est mon compatriote, j’ai eu des liaisons d’amitié avec une partie de sa famille et avec lui-même ; je l’ai vu naître en quelque sorte à la société et aux lettres ; même depuis son retour et malgré le bruit qui annonçait déjà son livre, je l’ai revu avec l’intérêt dû à ses malheurs, à ses qualités estimables et à nos anciennes relations.

  • 12 7 thermidor an X (26 juillet 1802), Papiers Amaury Duval, Archives de la Société éduenne, Autun

18Quand il fut question de réunir en une brochure ses trois articles, il s’opposa initialement à ce projet en déduisant ses raisons dans une lettre à Amaury Duval, qui faisait fonction de secrétaire de rédaction de la Décade12 :

En y pensant mieux, mon cher concitoyen, j’ai renoncé à faire imprimer à part mes extraits de Chateaubriand. Ceux qui voudront le lire souscriront pour la Décade, ou emprunteront les numéros, et cela vaut mieux pour elle que la lecture d’une brochure séparée. D’ailleurs, je vois que malgré la modération de ma critique, il y a exaspération dans un certain parti. Les articles du Journal des Débats, etc., prennent contre moi le ton du libelle. Je ne veux point descendre à y répondre, ni provoquer par cent publications à part une nouvelle bordée d’injures. Elles pourraient à la fin m’échauffer l’oreille. Il me convient mieux de rester paisible. Ces gens-là vivent de malveillance et de haine. Mon régime est tout autre, et je n’en veux point changer. Ainsi point d’impression des articles.

  • 13 Sous le titre de Coup d’œil rapide sur le Génie du christianisme, ou quelques pages sur les cinq v (...)

19Et ce n’est que parce que les livraisons qui contenaient ces articles, faisaient l’objet d’une plus forte demande au risque de dépareiller des collections complètes de la revue, qu’on passa outre à ses objections et que cette brochure finit par voir le jour13.

20Chateaubriand, de son côté, toujours prompt à défendre contre les excès d’une critique étroite et partisane les droits de la création littéraire, surtout lorsque c’était une de ses œuvres qui était en cause, s’est pourtant abstenu, dans les Mémoires d’outre-tombe, de porter au compte du contentieux qu’il entretenait avec Ginguené, sa critique du Génie du christianisme. Mais c’est peut-être parce qu’il avait à son encontre un autre motif de ressentiment et d’une date plus ancienne.

  • 14 Correspondance générale, t. 1, Paris, Gallimard, 1977, p. 132, lettre n°63.

21Déjà, à la date du 5 avril 1801, soit plus d’un an avant les extraits du Génie du christianisme, et près d’un mois avant la critique d’Atala parue dans la Décade, et que son âpreté a pu faire attribuer à Ginguené, on rencontre dans une lettre de Chateaubriand à l’abbé Bourlet de Vauxcelles une allusion d’apparence énigmatique14 : « Mais en grâce, ne me comparez pas à un petit singe noir, car quoique j’aie beaucoup connu Ginguené, je ne lui ressemble pas du tout ». Mais qui aurait songé à comparer Ginguené à un « petit singe noir » ? Il était de haute taille, encore qu’un peu voûtée. En tout cas, l’intention malveillante paraît évidente de la part de Chateaubriand.

22Il semble que l’origine de son hostilité à l’égard de Ginguené soit à chercher dans la visite qu’il lui fit à son retour d’émigration, alors que celui-ci était dans tout l’éclat de sa dignité de tribun.

  • 15 M. O.-T., t. I. Paris, Gallimard, 1951 (Bibl. de la Pléiade), p. 439.

M. Ginguené, qui me reconnut à peine, me parla du haut de la grandeur de tout ce qu’il était et avait été. Je me retirai humblement et n’essayai pas de renouer des liaisons si disproportionnées15.

  • 16 Coup d’œil rapide, p. 4.

23Ginguené, s’il a évoqué brièvement lui aussi la visite de Chateaubriand, s’est montré moins discret sur la teneur de leur conversation. Ce fut vraisemblablement au cours de cet entretien qu’il eut l’occasion de mettre en garde son interlocuteur contre la confusion, qu’il lui paraissait trop enclin à commettre, entre idées morales et idées religieuses. « M. de Chateaubriand… ne se rappelle-t-il point une conversation amicale qui la lui a rendue sensible16 ? » Mais Ginguené par la suite put se rendre compte, à la lecture du Génie du christianisme, du peu de cas que l’auteur avait fait de ses conseils.

24Après la mort de Ginguené, sous la Restauration, il a circulé une version plus détaillée de son entretien avec Chateaubriand. C’est une revue libérale, dirigée par Léon Thiessé, les Lettres normandes, qui paraît avoir été la première à la mettre en circulation dans son numéro du 25 juillet 1820. Entre diverses imputations malveillantes à l’égard de Chateaubriand, aussi outrageantes pour son honneur que pour sa probité, on pouvait lire ce passage qui prétendait révéler les propos qu’il avait échangés avec Ginguené, désigné par la seule initiale de son nom.

On dit qu’à son retour de l’émigration, M. de Chateaubriand alla voir un de ses anciens amis, feu G…., écrivain distingué, homme dont les principes ont toujours été sûrs et patriotiques. « Quel parti allez-vous prendre, dit celui-ci à M. de Chateaubriand : j’ai lu votre Essai sur les nations ; il y a des choses hasardées, mais l’esprit en est bon. Suivrez-vous la même route, adopterez-vous l’école classique, ou continuerez-vous de défendre la liberté ? – Je serais bien porté, répondit le jeune écrivain, à suivre les règles littéraires qui ont formé Racine et Pascal, mais la carrière est épuisée, la place est prise, il faut se frayer d’autres chemins. Quant à la politique, il y a beaucoup de talents qui défendent les principes de la Révolution, je serais exposé à une fâcheuse concurrence. Personne ne soutenant les opinions contraires, il y a donc plus d’avantage pour moi à embrasser cette cause. Je serai monarchique et religieux. – « Vous serez littérairement bizarre, et politiquement faux », répliqua M. G…. Ils se quittèrent et M. de Chateaubriand tint parole.

  • 17 Lettre du 2 août 1820, Correspondance générale, t. III, Paris, Gallimard, 1982, p. 246-247.

25Chateaubriand se montra particulièrement ulcéré des attaques dirigées contre lui par les Lettres normandes, mais ce qui paraît lui avoir été des plus sensible, ce furent, moins les détails fournis sur son entretien avec Ginguené que les accusations à caractère diffamatoire dont son honneur et sa solvabilité faisaient les frais. Il s’en plaignit amèrement à son habituelle confidente pour les matières politiques, la duchesse de Duras17 :

Les Lettres normandes soumises à la censure viennent de m’attaquer de la manière la plus outrageante. On dit que je ne suis pas éloquent parce que je ne suis pas le vir bonus, etc., c’est-à- dire que je suis un malhonnête homme.

26En revanche, dans sa lettre à Mme de Duras, il s’est abstenu de faire la moindre allusion à ce qui constituait un des éléments essentiels de l’acte d’accusation dressé contre lui, les propos tenus à Ginguené. Etait-ce parce qu’il les considérait comme trop absurdes pour mériter même d’être réfutés, ou au contraire, parce qu’il ne se croyait pas en droit d’en contester l’authenticité ? Pourtant, par la suite, dans les Mémoires d’outre-tombe, il conviendra de la réalité de sa visite au rédacteur de la Décade ; mais sur le contenu de leur entretien, pas un mot.

  • 18 Le Conservateur littéraire, éd. Jules Marsan, t. II, 2ème partie, Paris, E. Droz, 1938, p. 2 (...)

27Mais si lui-même n’a pas cru devoir publiquement s’inscrire en faux contre la version qu’en ont donné les Lettres normandes, il s’est trouvé un de ses admirateurs et peut-être de ses disciples pour prendre vigoureusement sa défense dans Le Conservateur Littéraire18 et dénoncer ce qui lui paraissait être à la fois un outrage et une imposture. L’article n’est pas signé, mais il existe de fortes présomptions pour que Victor Hugo en soit l’auteur. C’est une vive mise en cause des collaborateurs des Lettres normandes, accusés d’avoir voulu « déprimer… le génie d’un grand homme d’Etat » et pour cela d’avoir « tenté de jeter du doute sur la sincérité de sa conviction et la franchise de son caractère ».

Aussi s’efforcent-ils de faire croire que M. le vicomte de Chateaubriand s’est fait monarchique et religieux comme ils se sont faits anarchistes et impies, par intérêt personnel. Ils fabriquent une anecdote, calquée sur la conversation de Diderot et de Jean-Jacques, au sujet du prix proposé par l’Académie de Dijon, ils supposent entre Ginguené et M. de Chateaubriand, un dialogue antérieur à la publication du Génie du christianisme et postérieur au retour de M. de Chateaubriand en France. Or il est notoire que le premier volume du Génie du christianisme fut imprimé à Londres, avant le retour de M. de Chateaubriand en France. Voilà un fait qui détruit de fond en comble la base des argumentations de MM. des Lettres normandes.

28Mais l’argumentation de Victor Hugo n’était pas elle-même sans faille. Selon le rédacteur des Lettres normandes, ce n’était pas pour lui demander conseil sur l’orientation future de sa carrière, comme l’avait fait Rousseau avec Diderot, que Chateaubriand était venu trouver Ginguené, et il se serait borné à faire le point sur les motifs – intéressés – de ses revirements, politique et littéraire. Mais la véritable question à poser, celle qui n’a pas été abordée, c’eût été de savoir comment les Lettres normandes avaient eu connaissance du détail de la rencontre entre Chateaubriand et Ginguené.

  • 19 Une anecdote presque identique a été mise en circulation par Las Cases, dans le Mémorial de Sainte (...)

29Quoi qu’il en soit, réelle ou invérifiable, l’anecdote était promise à un brillant avenir et, du vivant de Chateaubriand tout au moins, il n’est aucun de ses biographes qui n’en ait fait état, sans le plus souvent en citer la source et encore avec des variantes qui la dénaturaient entièrement19.

*

  • 20 Paul Hazard, Journal de Ginguené (1807-1808), Paris, Hachette, 1910, p. 9.

30Entre Chateaubriand et Ginguené, la rupture devait être définitive. Ils vivaient dans des milieux trop étrangers l’un à l’autre pour qu’il pût exister entre eux la moindre chance de rapprochement. La rédaction de la Décade ne frayait pas avec celle du Mercure, et le cercle des Idéologues ne se recoupait pas avec le groupe littéraire qui entourait Chateaubriand. Dans une circonstance, cependant, ils faillirent se rencontrer, mais tous deux chacun de son côté prirent leurs dispositions pour éviter cette fâcheuse occurrence. En août 1807, la fusion, décidée par le gouvernement, de l’ancienne Décade, devenue avec le retour au calendrier grégorien la Revue philosophique, avec le Mercure de France, aurait pu fournir le prétexte d’une réconciliation. Mais aux séances communes qui réunirent les propriétaires des deux revues, Ginguené et Chateaubriand, par une coïncidence qui n’était sans doute pas fortuite, n’assistèrent jamais en même temps. Lors de la première séance, qui se tint sans la présence de Ginguené, Amaury Duval qui représentait les propriétaires de la Décade, se retrouva avec Chateaubriand. « Les choses passèrent poliment entre eux, gaiement même, car tous deux commencèrent par se rire au nez en se voyant20 ». Au cours de la discussion, Chateaubriand se montra particulièrement ulcéré des mesures qui avaient décidé du sort des deux revues et qui lui firent dire, quand il fut question des compensations auxquelles pouvaient prétendre les anciens propriétaires :

Vous sentez bien, messieurs, qu’un homme à qui l’on fait tous les jours l’honneur de lui promettre qu’il sera fusillé le lendemain, ne tient pas beaucoup à ces choses-là.

31Des divergences sur le choix d’un imprimeur imposèrent une seconde réunion, à laquelle Ginguené fut présent, tandis que Chateaubriand se dispensait d’y venir. Le choix se porta finalement sur Artus Bertrand, de préférence à Nicolle, présenté par les anciens propriétaires du Mercure. Cette circonstance et d’autres similaires dissuadèrent ces derniers, et Chateaubriand à leur tête, de collaborer à la nouvelle revue, dont l’esprit, ainsi que Fouché, ministre de la Police, l’avait souhaité, s’inspira davantage de celui de l’ancienne Décade que du Mercure de France, dont le titre avait été pourtant conservé. Mais cela n’en renforça pas pour autant l’influence de Ginguené. Le nouveau rédacteur en chef, Legouvé, avant qu’il sombrât dans la démence, ne cessait de censurer ses articles et, de guerre lasse, Ginguené finit par espacer sa collaboration, tout en menaçant de la suspendre définitivement. Au demeurant, le Mercure, privé du concours de ses rédacteurs les plus brillants, ne cessa de péricliter et en 1812, Amaury Duval qui, après la maladie et la mort de Legouvé et l’intérim de Joachim Le Breton, en était devenu le rédacteur en chef, se trouva contraint d’en cesser la publication.

  • 21 Arch. nat., F 1 d IIG6.

32Faut-il voir dans ce qu’on a appelé l’affaire des prix décennaux, principalement caractérisée par l’exclusion du Génie du christianisme des récompenses instituées par Napoléon en faveur des ouvrages les plus marquants composés depuis le début du siècle, l’un des effets de l’hostilité de Ginguené à l’égard de Chateaubriand ? Outre que c’est prêter à l’auteur de l'Histoire littéraire de l’Italie des sentiments de rancune qui n’étaient certainement pas dans son caractère, il faut reconnaître qu’il n’avait aucune voix au chapitre. En effet, l’attribution du prix décennal auquel pouvait prétendre le Génie du christianisme relevait essentiellement de la seconde classe de l’Institut, celle de la langue et de la littérature française, alors que Ginguené appartenait à la troisième classe, survivance de la défunte académie des Inscriptions et Belles-Lettres.21

33On sait qu’à défaut de couronner l’ouvrage, la seconde classe, à l’instigation plus ou moins flagrante de l’Empereur, se résigna à s’en agréger l’auteur, mais le discours de réception qu’il avait préparé n’ayant pas eu l’heur de plaire au Maître, il lui fut interdit de le prononcer.

34Peu s’en fallut que Ginguené ne vînt le rejoindre, sinon sous la coupole, tout au moins sur la liste officielle des membres de la seconde classe, sur laquelle, sans même attendre sa réception, le nom de Chateaubriand avait été inscrit. En 1812, la pénurie de candidats de valeur incita l’abbé Morellet, l’un des grands électeurs de l’Académie, à favoriser sa candidature, malgré l’espèce d’ostracisme qui interdisait en principe aux membres d’une classe de briguer les suffrages d’une autre. Mais il fut coiffé sur le poteau par Michaud. Il attribua son échec aux intrigues d’un autre académicien, l’abbé Sicard, auquel il décerna le surnom d’abbé Torticolis.

35La monarchie des Bourbons restaurée allait-elle, paradoxalement, consentir à Ginguené des faveurs que le gouvernement napoléonien lui avait toujours refusées ? On aurait pu le croire à la lecture d’un rapport signé de l’abbé de Montesquiou, ministre de l’Intérieur de la Première Restauration, qui le proposait à Louis XVIII pour une pension de 2 000 francs, en le présentant comme un littérateur distingué qui « parvenu à l’âge de 62 ans, a rempli sa carrière par des travaux intéressants et difficiles, sans en avoir reçu le prix qu’il devait en attendre ». Le fait que ce rapport soit resté dans les archives du ministère de l’Intérieur sans avoir reçu l’approbation du souverain donne à supposer que jamais il ne reçut de commencement d’exécution. L’honneur de Ginguené était sauf !

  • 22 Il a été publié en 1860 seulement sous le titre : « Une mission en Suisse pendant les Cent jours » (...)

36L’époque des Cent Jours allait l’entraîner dans une aventure qu’il devait juger par la suite bien singulière. Alors que Chateaubriand était allé rejoindre en Belgique le roi Louis XVIII chassé de son trône par le retour de Napoléon, l’ancien collaborateur de la Décade était amené à suivre un chemin bien différent. Convoqué d’urgence par Fouché, redevenu ministre de la Police de l’Empire, il se trouva chargé, plutôt contre son gré, d’une mission dont le but et l’utilité lui restèrent toujours obscurs. Il s’agissait par le fait d’aller trouver en Suisse le général de La Harpe, l’ancien précepteur de l’empereur de Russie Alexandre 1er, et de l’engager à se faire auprès de son ancien élève une sorte de propagandiste de Napoléon. Après des incidents sans nombre, il réussit à rencontrer La Harpe à Zurich, mais sans obtenir de lui autre chose que des encouragements dépourvus d’efficacité. Quand il revint en France à la fin du mois de juin 1815, ce fut pour apprendre que l’Empereur venait de signer son abdication et que sa mission, de ce fait, était devenue entièrement sans objet. Il s’en consola en rédigeant un récit détaillé de cette équipée22 qui ne le cède en rien pour l’intérêt à celui que Chateaubriand tira de sa fuite à Gand à la même époque. Sa mort, survenue le 16 novembre 1816, l’empêcha d’y mettre la dernière main, en même temps qu’elle le livrait au jugement de la postérité.

37Mais si l’on met à part les éloges funèbres, comme celui dû à son ami Daunou ou encore les notices des dictionnaires historiques, les uns et les autres trop brefs et souvent mal informés, il faut convenir que Ginguené n’a guère inspiré les biographes, ce qui donnait le champ libre à ceux de ses contemporains qui, comme Chateaubriand, avaient avec lui un vieux compte à régler.

Notes

1 Mémoires d’outre-tombe (Pléiade), t. I, p. 139-140.

2 Edouard Guitton, « Ginguené et Chateaubriand. Un duel de Hauts-Bretons à l’orée du Romantisme », Actes du colloque Ouest et Romantisme des 6, 7, 8 et 9 décembre 1990 (université d’Angers), Angers, Presses de l’Université, 1991, p. 353-359.

3 Sainte-Beuve, Chateaubriand et son groupe littéraire sous l’Empire, Nouv. éd. par Maurice Allem, Paris, Garnier, 1948, t. I, p. 95 et suiv.

4 Il est un point qui sans doute eût mérité d’être élucidé au préalable : celui de la parenté qui aurait pu exister entre Ginguené et Chateaubriand et que ce dernier paraît avoir lui-même contribué à accréditer en écrivant à propos de ses relations et de celles de ses sœurs avec Ginguené qu’il « nous arriva par ce cousinage que tous les Bretons ont entre eux ». Mais cette recherche de parenté ne devrait concerner, comme le fait remarquer E. Guitton, que la tante par alliance de Chateaubriand, Mme de Bédée, née Ginguené de Levenière, qui n’appartenait à la famille Chateaubriand que par le biais de son mariage.
Quant à l’appartenance de Ginguené à la noblesse, les biographes diffèrent d’opinion. Si son père, procureur au siège présidial de Rennes, semble avoir élevé des prétentions à la noblesse, lui-même s’est gardé de les reprendre à son compte. Au contraire, sous la Révolution, alors qu’il était incarcéré à la prison Saint-Lazare sous l’inculpation de fédéralisme, il faisait écrire par l’un de ses compatriotes, le représentant du peuple Charles Duval, que son père ayant toujours eu la manie de se réclamer d’une famille du même nom jouissant de la noblesse, il n’était pas impossible qu’il en eût pris la qualité, mais que pour son compte, n’ayant jamais eu de renseignements positifs, il avait toujours contracté et vécu en roturier.
Cette argumentation, formulée sous l’empire des circonstances, n’est peut-être pas entièrement convaincante. Mais on doit faire observer que le patronyme de Ginguené tire son origine d’un prénom assez usité en Bretagne au Moyen Age, et le nom même est, aujourd’hui encore, attesté 5 plusieurs exemplaires dans les départements bretons, sans pour autant que ceux qui le portent songent tous à revendiquer une origine commune ou une place dans les nobilaires.
On peut ajouter que la rancune de Chateaubriand était encore trop vivace, à l’époque où il traçait son portrait de Ginguené, pour qu’il eût songé à rappeler à son propos le fameux adage qui veut que tous les Bretons soient cousins entre eux, s’il avait pu se douter que ce qui n’était pour lui qu’une boutade, risquait d’être pris au pied de la lettre et invoqué comme une preuve des liens de parenté qui auraient existé entre eux.

5 Voir « Ginguené républicain avant la Révolution », La Révolution française, t. XLVIII, 1905, p. 459-460.

6 M. O.-T., éd. du Centenaire par Maurice Levaillant, Paris, Flammarion, 1964, t. I, p. 182, note 4.

7 M. O.-T., éd. J.-C. Berchet, t. I, Paris, Bordas, 1989 (Classiques Garnier), t. I, p. 701, note 10.

8 Sur cette mission, voir Pierre Caron, Les Missions du Conseil exécutif provisoire et de la Commune de Paris, Paris, Presses Univ. de France, 1950, passim.

9 Arch. nat., F 1C III, Morbihan, II.

10 Voir Société Chateaubriand. Bulletin, n°31, 1988 et n°36, 1993.

11 Essai sur les révolutions. Génie du christianisme, éd. Maurice Regard, Paris, Gallimard, 1978 (Bibl. de la Pléiade), p. 90, 105, 113, 122-123.

12 7 thermidor an X (26 juillet 1802), Papiers Amaury Duval, Archives de la Société éduenne, Autun

13 Sous le titre de Coup d’œil rapide sur le Génie du christianisme, ou quelques pages sur les cinq volumes in-8° publiés sous ce titre par François-Auguste Chateaubriand, Paris, impr. de la Décade philosophique, an X-I802.

14 Correspondance générale, t. 1, Paris, Gallimard, 1977, p. 132, lettre n°63.

15 M. O.-T., t. I. Paris, Gallimard, 1951 (Bibl. de la Pléiade), p. 439.

16 Coup d’œil rapide, p. 4.

17 Lettre du 2 août 1820, Correspondance générale, t. III, Paris, Gallimard, 1982, p. 246-247.

18 Le Conservateur littéraire, éd. Jules Marsan, t. II, 2ème partie, Paris, E. Droz, 1938, p. 220-223. L’article a pour titre : « Sur un article des Lettres normandes ».

19 Une anecdote presque identique a été mise en circulation par Las Cases, dans le Mémorial de Sainte- Hélène, où il est fait état d’un entretien de Chateaubriand émigré avec le ci-devant bénédictin Don Dulau, devenu libraire à Londres pendant la Révolution.

20 Paul Hazard, Journal de Ginguené (1807-1808), Paris, Hachette, 1910, p. 9.

21 Arch. nat., F 1 d IIG6.

22 Il a été publié en 1860 seulement sous le titre : « Une mission en Suisse pendant les Cent jours », Revue des Deux mondes, t. XXIX, 1er octobre 1860, p. 497-560.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540