Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ginguené (1748-1816)

 | 
Édouard Guitton

I. Ginguené tel qu’en lui-même

L’identité du père ou les avatars d’un patronyme contesté

Roger Dupuy

Texte intégral

1Il ne s’agit pas d’une recherche en paternité mais de préciser la condition sociale véritable d’un père dont tous les biographes de Ginguené reconnaissent l’influence déterminante sur l’itinéraire intellectuel d’un fils très tôt initié à la langue italienne et aux querelles divisant farouchement le monde passionné des amateurs de musique.

2Mais si l’unanimité des biographes est incontestable sur cette influence intellectuelle initiale, elle disparaît dès qu’il s’agit d’en savoir plus sur la condition sociale exacte de ce père attentif et cultivé.

  • 1 Biographie Universelle, Ancienne et Moderne, Supplément, Paris, 1838, Tome 65, p. 340-350.

3En 1838, la Biographie Universelle1 commence sa notice par cette phrase :

Né à Rennes, en 1748, d’une famille noble sans fortune, fit dans cette ville de très bonnes études au collège des Jésuites…

  • 2 Kerviler, Biobibliographie bretonne, RENNES, 1904. p. 121-132.

4Kerviller, dans sa fameuse Bio-Bibliographie bretonne2 précise même que le grand-père de Pierre-Louis Ginguené pourrait descendre des Ginguené du Breil Savin mais, en revanche, ne dit rien de l’état de sa fortune.

  • 3 Sergio Zoppi, Ginguené journaliste et critique littéraire. Textes choisis avec une introduction et (...)
  • 4 Jean Sgard, Dictionnaire des journalistes (1600-1789), Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble (...)

5Plus récemment, Sergio Zoppi, dans sa biographie de Ginguené3 et Jean Sgard dans son Dictionnaire des Journalistes4, reprennent l’un et l’autre les assertions de la Biographie Universelle inspirées de Garat.

  • 5 Pierre Levot, Biographie bretonne, Paris-Vannes 1852, Tome 1, p. 799-808.

6De son côté, Levot, dans le tome premier de sa précieuse et précise Biographie Bretonne5 tient un tout autre discours en niant l’ascendance nobiliaire mais en nous révélant qu’il avait tenté de l’usurper, ce qui lui aurait valu un procès. Il serait donc pauvre mais roturier. Levot commence ainsi cette notice qui est de sa main :

Pierre-Louis naquit à Rennes, le 25 avril 1748. Plusieurs écrivains ont répété, à l’envie, qu’il était issu d’une famille noble mais pauvre, et l’un d’eux, Monsieur Villeneuve de la Biographie Universelle, a cité comme preuve, à l’appui de son assertion, un extrait de la réformation de 1688. Mais cette prétendue noblesse a été vivement contestée devant les tribunaux et M. Baron du Taga, père de notre savant et regretté collaborateur, n’y croyait pas. Très lié avec la famille de notre célèbre littérateur et avec un gentilhomme du même nom, dont les ancêtres comparurent à la réformation de 1688, il a pu, mieux que tout autre, reconnaître de quel côté étaient les droits à l’illustration généalogique.
A défaut de fortune et de noblesse de race, le père de Ginguené, justement considéré par ses qualités personnelles et ses connaissances, procura à son fils d’autres avantages, ceux d’une instruction complète et variée.

  • 6 Adolphe Orain, in Revue de Bretagne et de Vendée. 1867, p. 268-269.

7Adolphe Orain, dans un article de la Revue de Bretagne et de Vendée6 nous donne une autre image de son milieu familial :

Pierre-Louis Ginguené naquit à Rennes, le 25 avril 1748, d’une famille bourgeoise extrêmement honorable et considérée…

8Pour cet érudit, qui connaissait bien sa Haute-Bretagne, la famille serait roturière mais sans qu’il soit question de pauvreté.

9A l’issue de ce bref rappel biographique, on se trouve donc devant trois hypothèses : son père serait soit de petite noblesse pauvre, soit roturier et modeste, soit roturier mais considéré…

  • 7 A.D. I.-et-V., Paroisse Saint-Sauveur de Rennes, registre 93, fol.25 R°. 3E 245/92.

10Or, le premier document d’Etat civil consulté nous en donne une quatrième : noble et considéré. Le registre de baptême concernant Pierre-Louis nous fournit les précisions suivantes7 :

Pierre-Louis, fils de Maître Pierre-François Ginguené, Escuyer, procureur au siège Présidial de Rennes et de dame Marie Anne Gagon…

11Pierre-François arbore donc le titre d’écuyer, qui est le premier échelon de la hiérarchie nobiliaire, et nous apprenons qu’il a épousé Anne Gagon, dont le frère est le parrain de Pierre-Louis. Ce beau-frère, miseur de la ville de Dinan, en devient le maire en 1760 et son fils sera député de Dinan aux Etats Généraux et son premier sous-préfet sous le Consulat. L’alliance est donc plus qu’honorable. Mais la noblesse est plus hypothétique car Pierre-François Ginguené ne figure pas sur les registres de la capitation nobiliaire au tournant du siècle, or c’est le critère déterminant pour établir une noblesse effective au XVIIIe siècle. En revanche, il figure sur les registres de la capitation roturière de la ville de Rennes pour les années 1758, 1767, 1781, 1785 et 1788 et ces cinq mentions semblent jalonner l’histoire d’une déchéance.

  • 8 A.D. I.-et-V., C 4019, fol. 20 du 1er cahier.
  • 9 A.D. I.-et-V., 2 B 6.
  • 10 A.D.I. -et-V., 1 Bd43, 35/foll86 V°.

12En 1758, Pierre-François, procureur à la Cour, habite rue des Francs-Bourgeois, dans une maison qui lui appartient, ainsi que la maison attenante à la sienne où logent cinq locataires, assez modestement imposés, dont un prêtre et une blanchisseuse8. Il est également agent de la Ferme Générale et doit acquitter une capitation de 100 livres, à laquelle il lui faut ajouter 7 livres 10 pour un clerc et 3 livres 10 de supplément pour un domestique. La somme est importante, largement supérieure à ce que paie habituellement un procureur du Présidial ou du Parlement, soit entre 30 et 60 livres. On recoupe donc plutôt les indications données par Levot ou A. Orain, considérant Pierre-François Ginguené comme un bourgeois aisé même opulent. En fait, il cumule deux offices. Sur son emploi à la Ferme Générale, nous n’avons rien découvert dans les dossiers de la série C mais nous avons retrouvé l’acte de provision instituant P.-François Ginguené comme procureur au Parlement de Rennes, le 20 février 17289 Nous avons également retrouvé, du 5 mars 1728, le certificat de bonne vie et moeurs par lequel Alexandre Guymart, prêtre habitué de l’église et paroisse de Saint-Etienne à Rennes, dépose « connaître bien le sieur Ginguené pour être de la religion catholique, apostolique et romaine, l’ayant vu fréquenter les sacrements, assister au service divin, entendre la parole de Dieu et faire les autres actions d’un bon chrétien et d’un homme de bonne vie et mœurs et qu’il est âgé de plus de 25 ans »10.

13Aucune mention, dans ces deux documents, du titre d’écuyer revendiqué vingt ans plus tard. De plus, en 1728, on achète une charge de procureur au Parlement, et, en 1748, on apparaît comme procureur au Présidial, c’est-à-dire l’instance judiciaire immédiatement inférieure au Parlement.

  • 11 A.D.I. -et-V., I Bm 6276.

14Une explication possible de cette apparente régression tient peut-être aux suites judiciaires de l’accusation d’usurpation de noblesse à laquelle Levot fait allusion dans sa notice. Nous pouvons en savoir un peu plus sur cette affaire grâce à un factum découvert dans la série Bm des Archives d’Ille-et-Vilaine concernant les affaires intéressant peu ou prou le Parlement. Cette petite brochure de 16 pages in-4° a été imprimée dans les derniers mois de 1732 ou au début de l’année suivante11. Son titre indique clairement de quoi il retourne :

Mémoire dans la cause pendante au Siège Présidial de Rennes, entre Dame Françoise Ginguené, Dame de Villeneuve, Epouse et autorisée d’Ecuyer Pierre Grignart Sieur de la Hunaudière, Demanderesse en assignation des 28 décembre 1731 et 5 septembre 1732. Et François Ginguené dit Ginguené, Procureur, Agent général des cinq grosses Fermes du Roy, Défendeur et défaillant.

  • 12 Ibid., p. 2.

15En substance, la plaignante, épouse Grignart de la Hunaudière, née Ginguené de Villeneuve, accuse François Ginguené de l’avoir circonvenue pour assouvir son irrépressible prétention à la noblesse. Elle nous le présente, aveuglé par son obsession, dans une ville où tout le monde connaît les origines familiales de chacun et où les efforts de notre procureur pour abuser ses concitoyens ne trompent personne et n’aboutissent qu’à le ridiculiser. Il fallait donc l’assigner en justice, ne serait-ce que pour son bien, le désabuser avant qu’il ne commette l’irréparable comme de vouloir siéger à l’Assemblée des Etats de Bretagne : «… dans laquelle Ginguené oserait peut-être paraître (car de quoi n’est point capable quiconque lui ressemble… ) »12.

16Et de nous camper un personnage qui ne serait qu’un fils de paysan du bourg de Guipry, près de Rennes, où son père avait épousé la fille du boulanger.

  • 13 Ibid., p. 2.

La qualité d’Ecuyer, qui fonde ce procès, ne peut lui être accordée ; il n’est pas Gentilhomme, la qualité de Sieur caractériserait un bon bourgeois ou du moins un médiocre ; il n’est encore ni l’un ni l’autre. La qualité de Maître comme procureur au Parlement le déshonorerait, il en convient, ses refus réitérés de sympathiser avec ses confrères, comme procureur à la Cour, et de se trouver aux assemblées de la Communauté, en sont garants. Il a mieux aimé essuyer une amende de trois livres que de se voir chargé d’un titre qu’il croit indigne d’un homme comme luy…13.

  • 14 Ibid., p. 3.

17Notre prétendant jouerait sur les apparences et exhibe un train de maison qu’il estime proprement aristocratique14 :

Ginguené donc veut être aujourd’hui Noble. Il cherche à réparer le déshonneur que lui cause le titre, odieux à ses yeux, de Procureur en Cour Souveraine, par une Livrée en forme. Laquais, Femme de Chambre, Chaise armoriée, qui a pensé paraître au jour, rien n’a été épargné, jusqu’à un More d’emprunt à collier d’argent et Turban de Guinée ; charmé de cet appareil, il s’imagine qu’on le doit sincèrement regarder du même œil dont il se regarde. Si cet équipage valait un Arrêt de la réformation, on n’aurait garde d’y trouver à redire ; mais comme l’usage veut qu’au soutien des Armes on ait des titres, on ne doit regarder la Noblesse de Ginguené que comme une décoration d’Opéra, qui n’a de réalité qu’une toile, et qu’un coup de sifflet fait disparaître.

  • 15 Ibid., p. 6.

18La plaignante prétend qu’il s’appelle, en réalité, Giguené, qu’il est venu à Rennes comme domestique et qu’il y a fait des études convenables grâce à un oncle maternel, frère de la boulangère, qui était prêtre, maître d’école et lui enseigna quelques rudiments de latin : assez pour devenir clerc chez un procureur. Après quelques aventures, notamment à Saint-Malo où il voulut se marier, il revient à Rennes, capte la confiance d’un autre procureur, M. Tilly, qui le recommande pour une place lucrative à la Ferme Générale. Il put alors acheter une charge de Procureur au Parlement « dont il ne veut user par point d’honneur que pour les Fermes comme Agent »15.

19Mais désormais, il veut être noble. Il a ajouté un n à son nom et s’insinue dans les bonnes grâces de la famille Ginguené de Villeneuve en s’autorisant de son homonymie et en se posant comme le protecteur des cadets de la famille, aux ressources évidemment modestes et pour qui il promet des places dans la Ferme Générale. En échange, il demande qu’on le traite en cousin, pour se sentir plus proche de ceux dont il souhaitait gagner l’estime et la sympathie et l’on se prêta à ce qui ne semblait qu’une lubie sans conséquence trop grave. Et puis il fallait bien penser aux cadets…

  • 16 Ibid., p. 8.

Mais, comme se dire Ginguené n’était pas une preuve de noblesse inaltérable, on jugea à propos de mettre dans la confidence la Demoiselle Françoise Ginguené, qui a épousé depuis le Sieur Grignart et qui pouvait disposer des titres ; on lui fit entendre qu’un Ginguené de plus dans la famille ne portait aucun préjudice ; que ce serait travailler à l’avancement des Cadets ; qu’elle n’en serait pas moins noble pour adopter un parent postiche ; qu’enfin celui que l’on proposait ne pouvait leur faire déshonneur étant excellent Bourgeois, superbement allié, et riche comme un changeur. Ces remontrances réitérées plusieurs fois avec chaleur, firent croire à la Dame Grignart qu’il ne s’agissait que d’une bagatelle ; elle donna sans intérêt la main à ce qu’on souhaitait ; s’y employa sans en connaître le danger ; elle eut un commerce de lettres avec Ginguené. De plus de cent qu’elle a reçues, il ne lui en reste pas la dixième partie ; mais ce peu suffit, pour justifier tout ce qu’on a avancé16.

20Giguené, devenu Ginguené, serait allé jusqu’à lui proposer d’identifier son aïeul à un Ginguené cadet, mort sans postérité à la fin du siècle précédent, mais il était mort vingt ans trop tôt et la tromperie devenait trop visible. L’insistance de Ginguené devenant trop obsédante, l’affirmation ostentatoire de sa prétendue noblesse devenait scandaleuse, obligeant la Dame Grignart à rejeter publiquement toute complicité et à se présenter en victime abusée de sa propre charité.

21On ne connaît pas la suite de cette assignation, peu importe… Ce factum n’a pu que circuler et entacher la réputation de notre Procureur. Pourtant, en 1748, soit 16 ans après ledit factum, Pierre-François Ginguené continue de se prétendre écuyer comme en témoigne l’acte de baptême de son fils. Mais aucun noble authentique n’assiste à la cérémonie, ce qui est de mauvais augure pour la prétendue noblesse de notre procureur, car un auguste parrainage est toujours recherché. Il faudra se contenter du beau-frère, miseur de la Ville et Communauté de Dinan, de bonne
bourgeoisie certes, mais on reste dans la roture. Ce titre d’écuyer peut donc être considéré comme un titre de courtoisie déférente concédé par le prêtre à un riche paroissien dont on connaît la lubie et dont on sait qu’il veut en imposer à sa belle-famille…

  • 17 A.D. I.-et-V., C 4549.

22En 1751, les déclarations du Vingtième17, nous révèlent que Ginguené, « procureur au Parlement et Inspecteur Général des Fermes Unies du Roy en cette province » est propriétaire de deux métairies de 110 livres et 65 livres de revenu annuel mais pour lesquelles il n’a touché que 400 livres en 10 ans, compte tenu de l’indigence des fermiers depuis 1743.

  • 18 A.D. I.-et-V., 4029, fol. 20.

23En 1758, le registre de la capitation de Rennes prouve que Pierre-François Ginguené continue d’être officiellement tenu pour roturier. Nous le retrouvons dans le registre de 176718. Il habite toujours rue des Francs-Bourgeois mais on le note comme « vivant de ses rentes », il ne paie plus que 80 livres de capitation avec une domestique et il n’est plus question de clerc.

  • 19 A.D. I.-et-V., C 4049, fol. 161 V°.
  • 20 A.D. I.-et-V., C 4059, fol. 140 V°, article n°1855.

24En 178119, il a changé d’adresse, nous le retrouvons au 3ème étage d’un immeuble de la rue d’Orléans ; il est procureur au Présidial et non plus au Parlement, et il ne paie plus que 20 livres 30 sols de capitation, pour un enfant, un clerc et une domestique. Sa cote fiscale, d’abord évaluée à 27 livres 19 sols, a été biffée et diminuée. Visiblement, il s’est passé quelque chose entre 1767 et 1781, c’est-à-dire au moment du départ de son fils pour Paris. La dégringolade s’accentue même, puisque, en 1785, il n’est plus imposé que de 9 livres 5 sols avec un clerc et un domestique. Il est toujours procureur au Présidial, mais son nom est orthographié Guinguené. Or cette même année, loge dans le même immeuble, un nommé Jinguené fils, « employé dans les contrôles »20 qui est noté comme noble et qui donc ne paie pas de capitation roturière. Ostensiblement, il semble que le ou les commis chargés de cette répartition aient voulu marquer et même accentuer la différence orthographique entre les deux patronymes pour qu’on ne les confonde pas…

  • 21 A.D. l.-et-V., C 4063, fol. 115 V°.
  • 22 A.D. l.-et-V., 2Eg 45.

25En 178821, il réside toujours rue d’Orléans, il est toujours procureur au Présidial, mais il ne doit plus que trois livres pour un clerc et un domestique, c’est dire qu’il ne paie plus rien, tout en étant toujours roturier ! Cela conforte l’hypothèse d’une déconfiture matérielle qui expliquerait le témoignage de Garat repris par la Biographie Universelle. L’hypothèse se vérifie en feuilletant un livre de comptes conservé dans la série 2E des Archives d’Ille-et-Vilaine22. Pierre-François Ginguené y reporte les vacations perçues entre 1747 et 1791, en fonction des affaires qu’on lui a confiées. Or le nombre de ces affaires chute de façon spectaculaire après 1751 :

1747 : 26 affaires

1751 : 12

1755 : 5

1749 : 18

1752 : 5

1755 : 1

1750 : 19

1753 : 3

1756 : 0

26Egalement 0 affaire en 1757, puis une affaire ou deux par an, avec une légère reprise en 1787 et 1789. En tout 83 affaires en 39 ans, soit une moyenne de deux affaires par an ! Et si, en 1747, il touche 2 562 livres de vacations, ce sont seulement quelques dizaines de livres qui lui échoient chaque année dans les années 70. Et comme, apparemment, il n’est plus rien à la Ferme Générale, on en déduit que ses revenus sont, désormais, bien modestes.

  • 23 A.D. l.-et-V., 3J 3I.

27Modestie qui peut expliquer que ce robin dont on nous dit qu’il a initié son fils aux beautés des langues anglaise et italienne ne fréquente ni la Chambre littéraire, ni les trois loges maçonniques existant à Rennes de 1770 à la Révolution. Il est vrai que l’âge est là et que Pierre-François Ginguené va décéder le 23 août 1791. Le faire-part qui ne manque ni d’ampleur23 ni d’allure avec son décor gravé d’un néoclassicisme quasi piranésien, le désigne désormais comme avoué au Tribunal du District de Rennes et demeurant « en sa maison », rue d’Orléans. L’existence même de ce faire-part et le fait qu’il soit propriétaire de sa maison vient tempérer un diagnostic trop misérabiliste sur la condition de fortune du défunt. Il lui reste encore quelques vestiges de son opulence passée.

28En définitive, la Révolution l’a rattrapé pour anéantir sa raison de vivre. Sa tentative d’O.P.A. sur le nom des Ginguené avait échoué cinquante ans plus tôt mais elle avait dû lui valoir pas mal d’humiliations de la part de la gentilhommerie bretonne et beaucoup d’exaspération de la part de ses collègues avec lesquels il ne voulait pas frayer. Autrement dit, le Parlement, dans toutes ses strates ne dut guère l’apprécier, d’où le repli ultérieur sur le Présidial apparemment accompagné d’une éviction de la Ferme Générale et aboutissant à une baisse considérable de ses revenus.

29Il ne fut donc pas noble mais un roturier opulent que son impatiente ambition nobiliaire contribua à ruiner ou presque. En quittant Rennes, en 1772, Pierre-Louis Ginguené, son fils, n’obéit pas seulement à ses ambitions littéraires, il fuit également une ville qui devait bruire des commentaires indignés ou goguenards que devaient susciter l’obsession paternelle et son nègre enturbanné. Le fait que Bonaparte affectait de l’appeler Guinguené est peut-être une allusion au ridicule paternel que la police du Premier Consul avait bien dû lui rapporter. De quoi nourrir le jacobinisme ardent de notre littérateur dès 1789 et encore après Brumaire 1799.

Notes

1 Biographie Universelle, Ancienne et Moderne, Supplément, Paris, 1838, Tome 65, p. 340-350.

2 Kerviler, Biobibliographie bretonne, RENNES, 1904. p. 121-132.

3 Sergio Zoppi, Ginguené journaliste et critique littéraire. Textes choisis avec une introduction et des notes par Sergio Zoppi, Torino, éd. Giappichelli, 1968, 387 p.

4 Jean Sgard, Dictionnaire des journalistes (1600-1789), Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble 1976.

5 Pierre Levot, Biographie bretonne, Paris-Vannes 1852, Tome 1, p. 799-808.

6 Adolphe Orain, in Revue de Bretagne et de Vendée. 1867, p. 268-269.

7 A.D. I.-et-V., Paroisse Saint-Sauveur de Rennes, registre 93, fol.25 R°. 3E 245/92.

8 A.D. I.-et-V., C 4019, fol. 20 du 1er cahier.

9 A.D. I.-et-V., 2 B 6.

10 A.D.I. -et-V., 1 Bd43, 35/foll86 V°.

11 A.D.I. -et-V., I Bm 6276.

12 Ibid., p. 2.

13 Ibid., p. 2.

14 Ibid., p. 3.

15 Ibid., p. 6.

16 Ibid., p. 8.

17 A.D. I.-et-V., C 4549.

18 A.D. I.-et-V., 4029, fol. 20.

19 A.D. I.-et-V., C 4049, fol. 161 V°.

20 A.D. I.-et-V., C 4059, fol. 140 V°, article n°1855.

21 A.D. l.-et-V., C 4063, fol. 115 V°.

22 A.D. l.-et-V., 2Eg 45.

23 A.D. l.-et-V., 3J 3I.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540