Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ginguené (1748-1816)

 | 
Édouard Guitton

I. Ginguené tel qu’en lui-même

Ginguené et l’Institut

René Pomeau

Texte intégral

1Un jeune chercheur qui devait devenir l’un de nos plus prestigieux universitaires, Paul Hazard, consacra en 1910 sa thèse complémentaire de doctorat à Ginguené. C’était une édition commentée du Journal de celui-ci pour 1807 et 1808, années cruciales de sa carrière à l’Institut.

2Paul Hazard y écrivait que Ginguené était un « académicien né ». Sans doute, mais l’évidence tarda à s’imposer. Ayant vu le jour à Rennes, en 1748, Pierre-Louis Ginguené, comme tant de Bretons du dix-huitième siècle, subit l’attraction de la capitale. Il tenta de s’y distinguer par un moyen alors classique : le succès à un prix de l’Académie française. En 1787, il concourut pour le prix de poésie, dont le sujet était le dévouement du prince de Brunswick, se précipitant dans les flots de l’Oder pour sauver des malheureux. Ginguené ne fut pas couronné. Il réitère l’année suivante, pour le prix d’éloquence, un éloge de Louis XIII : sans plus de succès. Mais voici la Révolution : il célèbre par une ode l’ouverture des Etats Généraux. Il soutient les idées nouvelles par un journal, la Feuille villageoise, qui s’efforce de répandre dans les campagnes l’esprit civique. Sous la Terreur, il est incarcéré, comme tant d’autres, et libéré après le 9 thermidor. Il sert alors la République comme directeur général de l’Instruction publique.

3En cette qualité, il préside par exemple la distribution des prix après un concours des Beaux-Arts. C’était le 4 fructidor an IV. Les troupes françaises du général Bonaparte venaient de remporter, en juillet et août 1796, une série de victoires retentissantes dans la plaine du Pô. L’avenir de la République s’annonçait radieux. « La victoire s’écrie Ginguené, qui nous a conquis la liberté, va bientôt aussi nous conquérir la paix : la paix et la liberté appelleront les arts destinés à les embellir. » Ainsi s’exprimaient les aspirations généreuses du républicain Ginguené, avec un optimisme que l’avenir, hélas ! n’allait pas ratifier.

4La Convention, dans sa phase montagnarde et terroriste, avait supprimé toutes les académies de l’ancienne monarchie, considérées comme des survivances d’un passé abhorré. Mais la Convention thermidorienne, dans son avant-dernière séance, créa l’Institut, le 3 brumaire an IV (25 octobre 1795). L’originalité du nouvel établissement était de réunir en un seul corps l’ensemble des disciplines, alors qu’elles étaient dispersées et sans lien dans les académies de la monarchie. La République entendait affirmer deux idées, dont on saluera la modernité : d’abord l’idée que l’univers du savoir forme un tout, ce qui avait été le principe de base de l’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot ; ensuite l’idée que le progrès des sciences et l’essor des arts sont affaire d’Etat, et que la puissance publique se doit de la promouvoir, par un établissement mettant en contact l’élite de chaque branche des sciences et des arts.

5L’Institut comprenait ainsi trois « classes ». On avait écarté le terme d’académie comme rappelant par trop l’Ancien Régime. A côté des classes de « sciences physiques et mathématiques », de « littérature et beaux-arts », une innovation : la classe des « sciences morales et politiques », sans équivalent dans les académies de la monarchie. Ginguené fut inscrit dans la liste des premiers membres de cette classe nouvelle.

6Puis arrive le coup d’Etat du 18 Brumaire. Sous le régime du Consulat, Ginguené est nommé au Tribunat, cette assemblée de cent membres qui discutait les projets de lois sans les voter. Au Corps législatif, l’assemblée parallèle, on votait les lois sans les discuter. On avait imaginé cette ingénieuse disjonction pour neutraliser une institution parlementaire qu’en apparence on maintenait. Mais parmi ceux qui parlent au Tribunat, beaucoup restent attachés à la liberté et à la république. Parmi eux, Ginguené. Il était d’autre part le rédacteur de la Décade philosophique, revue où s’exprimaient encore ces héritiers de la philosophie des Lumières qu’on appelait les idéologues. Bonaparte déteste ces esprits insoumis. Il révoque vingt des membres les plus récalcitrants (janvier 1802). Ginguené faisait partie des disgraciés.

7Puis, en 1803, un décret réforme l’Institut. Le nouvel Institut comporte non plus trois, mais quatre classes : sciences physiques et mathématiques, langue et littérature françaises (qui reprend le nom d’Académie française), histoire et littérature ancienne, beaux-arts. Dans la nouvelle répartition les « sciences morales et politiques » ont disparu. Napoléon, qui « déjà perce sous Bonaparte », y discernait un foyer d’opposition intellectuelle. On redistribue les anciens des sciences morales entre les autres classes. Mais il se trouve que dans l’opération Ginguené est oublié. Son confrère Daunou raconte qu’un certain personnage bien en cour, non nommé, alla au ministère consulter la liste du nouvel Institut, barra le nom de Ginguené et y ajouta froidement le sien. Le pouvoir cependant voulut rattraper la chose. Quelques jours après la publication de la liste, deux membres de l’Institut vinrent à décéder. A l’un des postes vacants on inscrivit Joseph Bonaparte, à l’autre Ginguené. Le voilà donc membre de ce qui correspond à notre Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Il estimait qu’en raison de son œuvre littéraire, sa place était plutôt dans la classe redevenue l’Académie française.

8Il s’acquitta pourtant avec une grande conscience de sa tâche dans la troisième classe. Celle-ci avait entrepris de continuer l’Histoire littéraire de la France, publiée par les bénédictins. Au bout de douze tomes, on n’était encore parvenu qu’à la première moitié du XIIe siècle. Pour atteindre l’année 1200 et le début du XIIIe siècle, il rédigea les chapitres traitant des trouvères et des troubadours. Mais il s’illustra davantage par une petite révolution académique survenue en 1807.

9Chaque année, au cours d’une séance plénière de l’Institut, un rapporteur présentait les travaux réalisés dans chaque classe. Pour la troisième classe, cette tâche incombait à Ameilhon, ancien bibliothécaire, historien de l’Egypte sous les Ptolémées et de l’Empire byzantin. Ameilhon était entré à l’Académie en 1766. Visiblement il subissait les atteintes de l’âge. D’année en année ses rapports devenaient plus longs et plus ennuyeux. Pendant qu’il les lisait, s’élevait le bourdonnement des conversations particulières et bientôt, l’un après l’autre les membres de l’Institut s’éclipsaient. De sorte qu’Ameilhon terminait n’ayant plus devant lui que quelques amis.

10Ginguené redressa la situation. En juillet 1807, il se fit élire, malgré des oppositions, secrétaire de la troisième classe. Dès lors, les rapports annuels, rédigés par lui, devinrent concis, intéressants, écoutés. Il obtint qu’ils fussent imprimés.

11Ces rapports sont conservés à la bibliothèque de l’Institut. Celui qui les consulte comme j’ai fait est frappé par la diversité des sujets sur lesquels Ginguené eut à rapporter. Il subsistait dans la troisième classe quelques éléments de la classe abolie des sciences morales et politiques. Ginguené eut ainsi à résumer une communication de Destutt de Tracy sur la philosophie de Kant, deux autres de Mercier sur « l’acte du moi » (c’est de Kant encore qu’il s’agit), et sur la supériorité du langage sur la langue. Mais il eut à parler aussi des crocodiles du Nil et de leurs habitudes selon Hérodote (communication de Geoffroy Saint-Hilaire), de la toge des Romains (communication de M. Mongez), du calendrier mexicain (mémoire de Humboldt). Soudain en 1813 l’actualité fait sentir ses effets. On voit se multiplier les communications sur les anciens Russes ou Roxelans. En même temps la régularité des séances et des publications subit des à-coups. La désorganisation de l’Empire se répercute jusqu’au sein de la troisième classe de l’Institut.

12Le pouvoir impérial lui était resté hostile. Ginguené s’abstenait de participer à la délégation qui se rendait de temps à autres aux Tuileries pour présenter à l’Empereur les travaux de la troisième classe. Il était demeuré en son for intérieur un républicain, et on le savait. Il ne fut pas nommé membre de la Légion d’Honneur nouvellement créée. Il continuait à collaborer à la Décade, devenue la Revue philosophique. Un jour le ministère, sous prétexte de la fondre avec le Mercure de France, la supprima. La dernière feuille où une pensée indépendante pouvait encore s’exprimer, avec beaucoup de prudence, disparaissait. En outre Ginguené perdait une partie notable de ses revenus. On lui promit une pension : promesse non tenue.

13Puis vint la chute de Napoléon (1814) et le retour de l’île d’Elbe. Le pouvoir impérial des Cent-Jours, fragile, tente de rallier certains opposants, tel Benjamin Constant. Ginguené eut la surprise de recevoir une invitation à dîner du ministre de la Police Générale, le duc d’Otrante, autrement dit Fouché. On lui propose de se rendre à Zurich, pour y rencontrer le général La Harpe, revenant du Congrès de Vienne. Y aurait-il quelque espoir que les puissances coalisées ne reprennent pas les hostilités contre Napoléon : voilà ce dont il doit s’informer. Il accepte la mission. Il en résulta pour lui de nombreux désagréments. Pris pour un espion de Napoléon, ce qui était un comble, il fut en butte à toutes sortes de vexations de la part des autorités suisses. Parfois cependant les brimades policières furent atténuées par les égards qu’on sentait devoir à un membre de l’Institut de France.

14Enfin rentré chez lui, après Waterloo, il atteint bientôt le terme de sa vie. Il meurt à Paris le 16 novembre 1816.

15Ginguené n’avait pas été un politique ni un écrivain de premier plan, mais un parfait honnête homme, qui notamment a rempli avec une conscience exemplaire ses tâches de membre de l’Institut.

16Il avait composé lui-même son inscription funéraire que je vais citer en manière de conclusion, en précisant que le dernier mot, Nancy, est le prénom de son épouse, à laquelle va donc son ultime pensée :

Celui dont la cendre est ici
Ne sut, dans le cours de sa vie,
Qu’aimer ses amis, sa patrie,
Les arts, l’étude et sa Nancy.

17Ces vers d’outre-tombe peignent l’homme et résument sa vie. Il n’y a rien à ajouter.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540