Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ginguené (1748-1816)

 | 
Édouard Guitton

Avant-propos

Edouard Guitton

Texte intégral

1« Ginguené a sa rue : il aura son colloque », titrait Ouest-France le 26 mars 1992. Né à Rennes en 1748, mort à Paris en 1816, le « littérateur » n’est connu en général dans sa ville natale que par l’artère du quartier sud qui porte son nom. Or il fut une figure exemplaire de sa génération, moins un créateur (sa modestie n’y prétendait pas) qu’un médiateur, homme d’ouverture et de contact aux aptitudes multiples : poète à la mode, musicien compétent, journaliste et directeur de presse qui exerça un véritable magistère à la Décade philosophique, éditeur de Chamfort et de Lebrun, révélateur d’André Chénier, critique littéraire redouté, comparatiste avant la lettre et auteur d’une Histoire littéraire de l’Italie encore appréciée de nos jours ; mais également citoyen engagé dans l’action politique, républicain avant – et après – la République, directeur de l’Instruction publique où il joua un rôle fondateur et ambassadeur épisodique à Turin sous le Directoire, membre du Tribunat avant d’en être évincé, opposant résolu et mal résigné à l’Empire. Un esprit libre, exigeant, rigoureux, cultivant une franchise bretonne, apôtre tout laïc d’une modernité intellectuelle qui fit de lui l’antagoniste acharné de son jeune et lointain cousin Chateaubriand. Un mot résume le personnage et ses combats : l’Idéologie, cette école de pensée née de la philosophie des lumières dont il fut un notable représentant.

  • 1 Sainte-Beuve, Chateaubriand et son groupe lilléraire, Paris, Garnier, 1878, t. I, p. 54. (...)

2Les vingt et une communications ici rassemblées (une seule de celles qui furent prononcées lors du colloque a trouvé place ailleurs) illustrent sans l’épuiser la polyvalence de Ginguené. On les a regroupées en trois parties définissant des axes d’enquête et de réflexion pour une synthèse à venir. « Reste à faire la biographie de Ginguené », m’écrivait Roland Mortier en 1991. Celui auquel Sainte-Beuve, qui l’appréciait et qui l’a défendu contre les calomnies de Chateaubriand, n’a pas accordé la faveur d’un portrait, mériterait qu’un ouvrage d’envergure lui soit consacré : au-delà de l’homme avec ses qualités et ses défauts, son ascétisme un peu guindé mais qui sait se montrer chaleureux à l’occasion, son style net à l’opposé des divagations de l’Enchanteur, on y trouverait l’histoire d’une période méconnue, mouvementée, passionnante des Lettres françaises, celle où germa, entre deux siècles, entre deux âges, une « littérature républicaine » dont Jean Gaulmier fait remonter le point initial au Charles IX de Marie-Joseph Chénier (1789) et dont, selon Sainte-Beuve, « Mme de Staël a essayé de construire la théorie dans son livre De la Littérature1 ».

3On trouvera en annexes une chronologie de Ginguené, deux extraits d’ouvrages contemporains et un très précieux inventaire de la correspondance de l’écrivain diligemment établi par Jean-Daniel Candaux, document précurseur d’une publication à laquelle il faut songer.

4Il est heureux que les actes du Colloque Ginguené soient publiés dans sa ville natale : je remercie tout particulièrement le directeur des Presses Universitaires de Rennes 2, mon collègue Pierre Corbel, et ses collaborateurs, d’avoir introduit dans la collection « Interférences » le présent volume qui, par une interférence supplémentaire, constitue également les numéros 13 et 14 des Cahiers Roucher André Chénier.

Notes de fin

1 Sainte-Beuve, Chateaubriand et son groupe lilléraire, Paris, Garnier, 1878, t. I, p. 54. Cité par J. Gaulmier, « De la Saint-Barthélémy au Chant du Départ », Revue d’Histoire littéraire de la France, septembre-octobre 1973, p. 844.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540