Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Que se passe-t-il ?

 | 
Sabrina Parent
, 
Michèle Touret
, 
Didier Alexandre
, 
et al.

1re partie. Définir

Introduction

Didier Alexandre

Texte intégral

1Les textes réunis dans ce volume questionnent la notion d’événement dans le champ littéraire et le champ des sciences humaines. Historiens, médiologues, journalistes, philosophes, linguistes et stylisticiens, littéraires non seulement développent des compréhensions de la notion et des points de vue méthodologiques complémentaires ou aporétiques, mais aussi proposent des études sur des objets événements qui nécessitent une conception et des méthodes référant à des champs critiques propres à plusieurs disciplines. Si besoin était, le recueil montre qu’il est impossible de vouloir dissocier événement, littérature et sociologie, par exemple dans la réflexion sur la notion d’événement littéraire (en l’occurrence, l’événement théâtral, Jeanyves Guérin), événement, littérature et médiologie, par exemple dans la réflexion menée sur l’écriture journalistique (Jacques Dubois, Daniel Bougnoux) et sur le genre du reportage dans l’écriture littéraire (Myriam Boucharenc, Michèle Touret), événement, littérature et philosophie, par exemple le champ de la philosophie du temps (Lambros Couloubaritsis, Emmanuel Boisset) ou de la phénoménologie (Lyne Khabbaz) et leur apport aux lectures littéraires (Didier Alexandre, Madeleine Frédéric, Sabrina Parent, Benoît Denis, Dominique Combe, Julien Roumette, Jean-Claude Larrat), événement, histoire, anthropologie et littérature, par exemple la réflexion sur la notion de rupture, variable en fonction du temps, bref ou long, défini par la nouvelle histoire (Luc Capdevila), événement, narratologie, linguistique et stylistique (Madeleine Frédéric, Sabrina Parent, Dominique Combe, Didier Alexandre, Jacques Dubois, Benoît Denis).

2Cette énumération ne suffît pourtant pas à épuiser l’intérêt des lectures proposées. La répartition des communications ici proposée, à la simple lecture, est riche de tensions. Elle se veut progression de la définition, à la transmission et à la création de l’événement. Si chacune des deux premières parties s’achève sur une ouverture sur le champ littéraire, elle introduit aussi du jeu dans la notion même d’événement. Par exemple, non seulement la manchette de journal peut faire l’événement, et le pseudo-événement, comme le montre Jacques Dubois, mais encore la littérature, en utilisant la fiction à la une d’un journal du soir, en l’occurrence la publication de L'Espoir par André Malraux dans un quotidien, peut créer l’événement, dans la mesure où fiction et actualité événementielle coïncident, et troubler singulièrement la frontière qui sépare le vrai du faux, le réel du fictionnel, l’historique et le littéraire (Michèle Touret). Si, comme l’écrit Jean Follain, « tout fait événement », ce faire est-il inhérent au temps, et donc revient-il à une phénoménologie du temps d’apporter la réponse ? ou ce faire est-il le propre du sujet qui par son être au monde et son être dans le temps produit l’événement ? ou ce faire est-il propre à la parole ou à l’écriture ?

3Qu’est-ce qui s’est passé ? Quidevenit ? L’événement est de l’ordre de l’accompli : son temps verbal est celui du parfait. La première question porte sur l’objet même de l’événement : elle se pose parce que la littérature la pose. L’événement peut être physique. Mais il n’est pas le fait, comme le montre Claude Romano dans L’Événement et le temps, un ouvrage de référence pour notre propos. Deux raisons au moins expliquent cela : la singularité de l’événement, et le lien sensoriel, émotionnel, psychologique qui unit l’événement au sujet qui le perçoit. « Soyez émus de ces grandioses quoique délicats, de ces extraordinairement dramatiques quoiqu’ordinairement inaperçus événements sensationnels, et changements à vue », écrit Francis Ponge dans La Robe des choses (Pièces). Chez les poètes de la présence, Jaccottet, Dupin, Du Bouchet ou Bonnefoy, et chez leurs précurseurs, Follain, Frénaud, un phénomène infime, une lueur, un mouvement, bref le phénomène physique du monde, dès qu’il entre dans le point de vue poétique, se fait matière événementielle. Dans cette même poésie des « petits détails », qui, « derrière chaque détail, voit l’immensité dissimulée derrière, menaçante ou exaltante », écrit Jaccottet dans sa réflexion sur des points de vue (Tout n'est pas dit), parce que l’objet et le sujet sont distincts, parce que la simultanéité n'existe pas et qu’il ne peut y avoir que coïncidence, au mieux, un triple hiatus ontologique et temporel s’installe toujours, du sujet à l’événement, de l’écriture au sujet et à l’événement : il faudrait relire l'intégralité de la Note sur l'expérience poétique d’André Frénaud, placée en postface au recueil Il n’y a pas de paradis, pour illustrer parfaitement cette expérience de dessaisissement :

Passage de la visitation… Du mystérieux événement, il apparaît assez que le poème rend compte de bien des manières. […] Aussi tous les tons sont-ils possibles, tous les rythmes, toutes les formes : « tous les moyens sont bons ». Et d'autant plus qu’aucun n’est bon, jamais, en réalité : au cours du mouvement souverain nous sommes encore si peu capables. […] Le passage de la visitation a commencé par vider (le sujet) de lui-méme et de tout ce qu’il sait… Instant imperceptible. Le poème s’accomplit à son réveil. […] Si je est devenu un autre, le poète n'a la chance de l'incarner qu'à partir du moment où il commence à redevenir lui-même ; la possibilité d’exprimer ce qui le dépasse lui est donnée alors qu’il reliait aussi comme obstacle.
C’est le paradoxe et la contradiction fondamentale de l’action poétique.

4André Frénaud ne désespère pas du pouvoir de l’écriture d’approcher l’événement, ou plutôt de l’exprimer : il est conscient que le dessaisissement du sujet, du monde, du savoir, précède la tentative d’une ressaisie de soi - qui se heurte à des obstacles. Au pouvoir transformateur de l’événement n’échappent donc ni le moi, ni le monde, ni l’écriture, ni les modèles de l’écriture :

Le pouvoir propre du poète, c'est de construire un objet pour lequel il n’existe pas de modèle. […] Unité en mouvement, préalable et foncière, comment ne bousculerait-elle pas, en même temps que notre vieil appareil logique — identité, causalité — la démarche d’un esprit qui progresse en niant et assume lentement sa conquête. Evénement étrange !

5L’événement a toujours déjà eu lieu : il est présent-passé, résultat (énigmatique) présent d’une action passée, « l’apparition disparue restant là sans doute par l’effet d’une persistance rétinienne », écrit Claude Simon dans Le Palace. Bouleversement du monde, il bouleverse le sujet, auquel il impose une perte. Le deuil, qui a été l’objet à l’université de Bordeaux III et à l’université de Toulouse Le Mirail, d’un colloque en 2003, est bien le paradigme de l’événement, à cet égard. Il crée une béance, un vide, et impose de continuer à vivre avec cette béance et à tenter de créer un nouveau monde. Telle est, par exemple, l’expérience du Tramway de Claude Simon, expérience traumatique qui parcourt toute une vie et toute une écriture. La nostalgie, la mélancolie sont donc indissociables de l’événement, autant que le sursaut et l’effort rationnel qui sont tentatives de le ressaisir, peut-être de le réduire.

6L’historien Michel Winock prête à l’événement quatre traits fondamentaux qui sont autant de commentaires appropriés à cet événement des poètes. L’événement est intense : il persiste sur la rétine de l’observateur simonien, il s’inscrit dans la chair du sujet qui ne pourra plus s’en défaire. L’écriture assume cette intensité dans la dramatisation, et non dans le tragique, et dans toute marque d’excès, l’horreur plutôt que la terreur peut-être. Face à l'événement, les axiologies humaines, l’ordre des discours, sont impuissants. L’événement doit son intensité à son retentissement dans le présent. La persistance est une trace, qui appelle à la restitution. L’événement exige donc une enquête et sur le sujet et sur le monde. Luc Capdevila rappelle l’importance prise par la trace dans sa réflexion sur l’événement historique. Il suffît de se tourner vers la fonction que l’archive, la trace écrite remplissent dans Le Jardin des plantes de Claude Simon, pour mesurer combien le retentissement dans le présent est paradoxal : l’enquête ne suffît pas à connaître l’événement. La trace ne restitue pas l’objet qui l’a faite : par exemple, dans Leçons de Philippe Jaccottet, on sait qu’il y a eu mort, on ignore ce qu'est la mort et on est confronté à une impossibilité de dire la mort. Brut, brutal, cruel, au sens où l’entend du réel Clément Rosset, l’événement n’a que l’intensité d’une impossibilité de le nommer. Rien n’aurait-il eu lieu que le lieu ? Car, troisième trait, l’événement est imprévisible. On sait qu’un être cher va mourir : on ne sait quand se produit la mort. Distinct du fait, nous l’avons déjà évoqué, l’événement ne trouve pas place dans une représentation linéaire du temps, vecteur orienté vers une fin, direction qui a un sens et qui fait sens. L’événement est instant qui fut, présent du passé retentissant dans le présent du présent ouvrant sur un futur énigmatique. C’est évidemment la conception aristotélicienne du récit qui est mise à mal par l’événement : nul enchaînement de cause à effet, nulle vraisemblance n’est possible. La mise en récit de l’événement est à faire, au sens poétique du terme. Aussi, tel est le quatrième trait, l’événement est-il créatif. Il provoque une relance méthodologique, comme le démontre Alain Badiou dans L'Être et l’événement. L’enjeu formel est donc évident, et il est abondamment décliné dans ce recueil. Aucun genre ne sort indemne des événements.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540